Navigation – Plan du site

Présentation de la revue

Fondée en 1990 par Lucile Garbagnati, maître de conférences à l’Université de Franche-Comté et créatrice du Théâtre universitaire de Franche-Comté, avec le concours de Gisèle Geschwind-Holtzer, également enseignante à l’université, la revue a vocation de rendre compte des activités du Théâtre universitaire, de l’actualité théâtrale dans la région, et également de favoriser la rencontre entre le monde universitaire, sa recherche scientifique et le monde de la création et de la pratique sur la scène. Elle répond au désir de rendre visible le théâtre qui prend forme par la pratique, le dialogue et la volonté de différents acteurs en région.

Créé en 1986, le Théâtre universitaire s’est ainsi déployé rapidement ; il a multiplié les contacts avec les partenaires institutionnels liés à la vie théâtrale. En s’ouvrant à un plus large public (par les premières rencontres internationales), en pluralisant ses initiatives au sein même de la communauté universitaire (via un cycle d’École du spectateur à l’université ouverte), il devient un lieu d’accueil, un centre d’impulsion possible, pour rassembler et diffuser les nombreuses initiatives en région. Approché également par le centre Jacques Petit, qui souhaite diffuser ses travaux notamment autour de l’œuvre de Claudel, il aura à cœur de trouver une forme pour cette transmission. Pionnière des revues de théâtre développées à l’Université, la revue Coulisses apparaît ainsi dans un contexte propice à la réunion de ces univers d’ordinaire cloisonnés, comme le raconte Lucile Garbagnati, trente-deux ans plus tard :

  • 1 Lucile Garbagnati, « Coulisses, 1990-2004 », Sken&graphie, 1 | 2013, 191-206, p. 194.

De tout ce bouillonnement naissait une envie diffuse d’en garder une trace durable ; après quelques essais de bulletin infructueux, la forme de la revue a été retenue.
Elle serait donc à la confluence de la mémoire du Théâtre universitaire de Franche-Comté, du théâtre en région, d’une certaine forme de recherche universitaire, un lieu d’information, de diffusion et de réflexion sur les relations entre théâtre amateur et professionnel, entre théâtre et université. Elle serait animée par tous les amateurs de théâtre, tout particulièrement les usagers de l’université, enseignants, étudiants, PATOS, auditeurs de l’université ouverte. Elle deviendrait le dépositaire de leurs expériences, de leurs connaissances, de leurs aspirations.1

  • 2 Idem, p. 202.

C’est du côté de l’édition que la revue trouve son troisième ancrage dans la communauté universitaire, après ceux du théâtre amateur et de la recherche universitaire : à l’origine avec le soutien de deux collègues de Lucile Garbagnati, Bernard Chettouh imprimeur et Madeleine Lafaurie, journaliste, et puis tout au long de sa publication, par les Annales littéraires de Franche-Comté, avec le soutien de François Favory et les Presses Universitaires. Sa pérennité est assurée. La revue est ludique, de confection manuelle, à vocation généraliste ; elle s’amuse avec des mises en page chaque fois originales et trouve peu à peu sa forme, sa matière, ses rubriques, ses signatures et ses orientations éditoriales, au gré des événéments, des collaborations et des spectacles mis en scène. Le noir domine, l’illustration, les chapôs, les témoignages, les textes et chroniques brèves font circuler le lecteur dans une palette d’encadrés, de paroles de spectateurs, d’auteurs, de metteurs en scène. Symbole choisi par sa créatrice, l’œil de Claude-Nicolas Ledoux qui veille sur un théâtre vide, « à rêver »2, commente la fondatrice de la revue. La collaboration avec les étudiants les plus motivés et les partenaires instutionnels est une clé de sa réussite et de sa diffusion.

Coulisses change d’orientation au fur et à mesure de ses directions comme en témoignent ses différents éditoriaux avec leurs retours sur soi, leurs désirs de transformation, leurs orientations neuves. La revue archive en quelque sorte sa propre trajectoire critique et de création, se donne des indications programmatiques pour les années à venir. Partie d’une aventure éditoriale artisanale, entre bonheur du bricolage, pratique amateur du théâtre, et désir de faire vivre le théâtre dans le local bisontin et à l’Université, elle se tourne de façon résolue dans les années 2005-2008, sous l’impulsion de Frédérique Toudoire-Surlapierre, en une revue universitaire qui fait signe vers un public résolument académique, notamment par la publication de dossiers thématiques et théoriques. Elle accroît sa teneur scientifique, poursuit la publication libre d’inédits, continue à s’inventer au carrefour entre théâtre et université. De fond et de forme sérieux, la revue blanchit en un sens : sa couverture choisit la sobriété du titre simplement écrit sur fond blanc ; sa police, ses articles et ses documents iconographiques et photographiques sont imprimés en noir et blanc, sa composition et sa maquette s’homogénéisent avec les autres titres de la collection des Annales Littéraires de Franche-Comté. Sébastien Petit en réalise la mise en page avec un grand soin. Accompagnant l’aventure éditoriale de la revue à partir de la fin 2004 au départ de Lucile Garbagnati et jusqu’au dernier numéro, en acceptant la co-direction de la revue, David Ball veille de son côté à maintenir l’attachement profond de la revue à son local régional, chroniquant les spectacles, multipliant les entretiens avec des professionnels en poste en Franche-Comté. Karine Bénac, à partir de 2008, imprime à son tour sa marque ; elle se saisit de l’articulation entre recherche la pédagogie et fait notamment le choix de numéros consacrés aux questions dramatiques à partir des programmes et des thématiques de l’agrégation de Lettres. Pour les deux derniers numéros, Julia Peslier met l’accent sur la dimension comparatiste des dossiers thématiques ; elle apporte un soin particulier à la transcription et à l’édition des textes dramatiques retenus.

La revue bénéficie du soutien scientifique et éditorial du Centre Jacques Petit, de l’Université de Franche-Comté.

Publiée en format papier, elle compte quarante-quatre numéros (1990 à 2012), trois numéros hors-séries (à propos des œuvres d’Armand Gatti et de Paul Claudel), ainsi que de deux Cahiers à part consacrés à la création (traduction d’un inédit de Alejandro Finzi et publication d’un texte d’Armand Gatti).

Le fonds d’archives présenté ici doit à la diversité des formats, des modes de fabrications et de conservation des numéros sa propre hétérogénéité.

Bibliographie

Dossier « Les Quinze ans de Coulisses », Coulisses, n30, 2004.

Garbagnati, Lucile, « Coulisses, 1990-2004 », Sken&graphie, 1 | 2013, 191-206.

Garbagnati, Lucile, « Coulisses, 1990-2004 », Sken&graphie [En ligne], 1 | Automne 2013, mis en ligne le 30 novembre 2016, consulté le 17 août 2016. URL : http:// skenegraphie.revues.org/1117

Haut de page

Notes

1 Lucile Garbagnati, « Coulisses, 1990-2004 », Sken&graphie, 1 | 2013, 191-206, p. 194.

2 Idem, p. 202.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de Franche-Comté
  • Logo Université de Franche-Comté
  • OpenEdition Journals