Navigation – Plan du site

Philibert Orry : directeur général des Bâtiments du roi et collectionneur

Philibert Orry: Director general of the Bâtiments du roi and art collector
Françoise Joulie

Résumés

Dans le gouvernement de Louis XV, le Champenois Philibert Orry de Vignory occupe à partir de 1730 une place de premier plan, puisqu’il en est le contrôleur général des Finances, et, à partir de 1737, le directeur des Bâtiments. Une gestion rigoureuse des finances, appuyée sur une réforme des impôts et une relance du commerce permet rapidement à Orry d’équilibrer le budget de l’État. Les mêmes qualités déployées dans le domaine des arts conduisent à diverses mesures heureuses comme la réorganisation de l’Académie de France à Rome ou la réouverture du Salon annuel du Louvre. Les chantiers royaux offrent alors aux artistes les moyens de développer toutes les tendances contemporaines du rocaille. Pourtant Orry semble dans cette administration des arts prendre des initiatives contradictoires, à la fois novatrices sur les chantiers royaux, et contraignantes dans le contrôle imposé aux élèves, qui étouffe peu à peu tout esprit créateur. L’étude des collections du directeur des Bâtiments dans son château champenois de La Chapelle-Godefroy montrent chez lui des choix élégants et sages, confirmant que l’impulsion novatrice vient du roi. Orry n’a pas cherché dans ses commandes privées et publiques à donner aux artistes champenois une place particulière ; s’il fallait chercher autour de lui un réseau d’amitiés et de relations, la protection du cardinal Fleury, issu d’une famille de Lodève, ou les liens étroits avec Rigaud orienteraient plutôt vers des amitiés nouées par Orry en Languedoc lorsqu’il a occupé avec succès la place d’intendant en Roussillon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Argenson 1857-1858, t. II, p. 39, qui ajoute à la citation : « ce qui est vrai au propre comme au f (...)

1Le Champenois Philibert Orry de Vignory a 41 ans lorsqu’il est nommé, le 20 mars 1730, au contrôle des Finances. Ce n’est pas un homme de cour, et cette nomination surprend jusqu’à sa famille, puisque sa belle-mère aurait dit à cette occasion qu’il serait « à la cour comme un bœuf dans une allée1 ». Ce choix surprenant ne doit rien aux réseaux d’amitiés champenois tissés autour de sa résidence de La Chapelle-Godefroy, près de Troyes : outre la carrière de ministre de son père en Espagne, les fonctions passées d’Orry le recommandent pour ce poste. On recrute les ministres des Finances chez les maîtres des requêtes et les intendants de province ; or, après une courte carrière militaire, Orry a acheté une charge de conseiller au parlement de Paris, puis il est devenu en 1715 maître des requêtes. Intendant à Soissons en 1722, en Roussillon en 1727, il a enfin rejoint Lille pour quelques mois en 1730.

  • 2 Campbell 2011, p. 49-72. Fleury s’appuie sur la noblesse de robe : à part le comte de Maurepas, iss (...)
  • 3 Le titre de surintendant a été remplacé par celui de directeur en 1726.

2Sa carrière passée et ses qualités n’auraient peut-être pas suffi pour être choisi, si Orry n’avait bénéficié de la protection du cardinal de Fleury. L’ancien précepteur de Louis XV occupe en 1726 la charge officieuse d’un premier ministre. Âgé de 73 ans, il cherche à renouveler le personnel politique en choisissant des hommes qui ne soient pas liés avec le clan Bourbon en disgrâce2. Dans le ministère Fleury, Orry bat un record de longévité puisqu’il reste quinze ans contrôleur général. L’élévation du Champenois est rapide : conseiller d’État en janvier 1731, ministre d’État en novembre 1736, conseiller d’État ordinaire en juillet 1742, grand trésorier des Ordres du roi en février 1743, il est, depuis mars 1737, directeur général des Bâtiments du roi3.

Orry, directeur des Bâtiments du roi

Le soutien à l’Académie royale : la réouverture du Salon

Fig. 1 : François Bernard Lépicié d’après Hyacinthe Rigaud, Philibert Orry, 1737, taille douce au burin, 52,6 × 38,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP65.12bis.1.

Fig. 1 : François Bernard Lépicié d’après Hyacinthe Rigaud, Philibert Orry, 1737, taille douce au burin, 52,6 × 38,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP65.12bis.1.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles

  • 4 Le portrait peint par Rigaud semble perdu. Deux copies se trouvent au château de Versailles, l’une (...)
  • 5 Le premier Salon rétabli en 1737 commence le 18 août et finit le 1er septembre. Les seuls membres d (...)
  • 6 Crow 2000, p. 10-11 et 121-133.
  • 7 Joulie 2009a.
  • 8 Publiée pour la première fois par Démoris et Ferran 2001.

3Le frontispice choisi pour le livret du Salon de 1738 (fig. 1), gravé par le secrétaire de l’Académie Lépicié d’après un portrait d’apparat de Rigaud, représente Philibert Orry dans l’exercice de ses fonctions de ministre, tenant à la main une lettre « au roy4 ». Le livret rend par là hommage au directeur, qui a décidé dès 1737 de rétablir les salons annuels dans le Salon carré du Louvre. Ce Salon offre une alternative aux initiatives privées, comme l’exposition de la place Dauphine, et donne aux académiciens la possibilité de se faire connaître ; c’est aussi l’occasion de présenter à un large public les commandes pour les chantiers royaux, et pour Orry un moyen d’asseoir son autorité face au corporatisme académique, et de garder sur les arts la mainmise de l’État. Le Salon du Louvre avait été fermé en 1704, son rétablissement vaut à Orry d’être élu vice-protecteur de l’Académie dès avril 17375. Cette réouverture est intéressante dans sa conception et par ses conséquences6 : en matière d’art, la qualité est désormais liée au droit de regard du public, le « vrai talent » ne pouvant être reconnu s’il est cantonné à quelques amateurs et aux confrères de l’Académie, comme ce fut le cas pour Watteau7. La réouverture du Salon en 1737 a pour conséquence pratique l’apparition des premiers livrets et avec eux des premiers jugements sur les œuvres. Même si le Mercure de France faisait chaque année une recension de l’Exposition de la place Dauphine ou d’autres comparables, l’initiative d’Orry donne vraiment naissance à la critique d’art. Ouvrant la voie à Diderot, l’abbé Dubos, l’abbé Leblanc, La Font de Saint-Yenne commencent à forger une histoire du goût. L’une des toutes premières études critiques, la lettre anonyme à M. de Poiresson Chamarande, paraît dès 17418.

La formation des artistes : l’Académie de France à Rome

  • 9 Algarotti 1769, p. 313.
  • 10 Joulie 2004b, p. 34.
  • 11 Correspondance des directeurs de l’Académie… 1887-1912, t. IX, p. 316 : « un des premiers objets de (...)
  • 12 Ibid., p. 420 et Lesur et Aaron 2009, p. 19 et 38.

4L’administration d’Orry poursuit une reprise en main des institutions soumises à la direction des Bâtiments, dont l’Académie de France à Rome, instrument de formation coûteux que l’Europe nous envie9. La gestion du duc d’Antin y a manqué de rigueur, les élèves dont les pensions n’arrivaient pas devant travailler pour vivre10. Orry surveille la durée des séjours, exige une obéissance stricte dans les programmes, distribue les copies à faire d’après les maîtres11, et sait répondre à propos de Jean-Baptiste Pierre, futur premier peintre de Louis XVI : « le sieur Pierre est fils d’un père riche », lorsqu’on lui demande une aide financière pour son passage par Venise12. Soucieux du prestige de l’institution, il fait acheter pour 190 000 livres le palais Mancini, occupé depuis 1725 par l’Académie, et donne des instructions précises sur la vie quotidienne des élèves tout en demandant de réduire les dépenses des fêtes et carnavals. Devant rapidement remplacer l’excellent Vleughels, il tente de placer son protégé Natoire, qui est jugé trop jeune pour cette fonction, puis l’Italien Panini, et choisit en janvier 1738 Jean-François de Troy, artiste établi qui continuera malheureusement depuis Rome à travailler pour ses clients parisiens et pour les Gobelins.

Les résidences royales : des chantiers pour les jeunes artistes

  • 13 Joulie 2008, p. 173-189.

5Le directeur est assisté pour la Maison du roi du premier architecte, en l’occurrence Robert de Cotte jusqu’en 1734, puis les Gabriel père et fils, et du premier peintre. Orry ne remplace pas François Lemoyne, nommé en 1737 et décédé tragiquement quelques mois plus tard. Dans ces choix comme dans ceux des intendants, ordonnateurs et contrôleurs qui appliquent ses directives, on ne trouve aucune place ou protection particulière accordée par Orry à des Champenois. On remarque en revanche que, sur tous les chantiers royaux, les commandes d’Orry rompent remarquablement avec la tradition. À Marly par exemple, la nouveauté des chevaux de marbre commandés en 1739 à Guillaume Coustou réside dans l’absence de référence mythologique ou allégorique. Chaque groupe associe seulement un cheval indompté à un homme. Une même aspiration à cette simplicité sans références, en rupture avec le Grand Siècle, se retrouve sur les chantiers de Versailles et Fontainebleau. À Versailles, la petite galerie des Chasses reçoit de scènes de chasses exotiques, décoratives mais sans support narratif. À part Jean-François de Troy, les peintres y sont ceux de la jeune génération, Parrocel, Lancret, Pater, Boucher et Van Loo, que l’on retrouve, en compagnie de Natoire, à Fontainebleau. Ce palais connaît avec Louis XV un renouveau. Dans les petits appartements privés imaginés par Gabriel, un décor original de scènes champêtres illustre dans des boiseries rocaille des rendez-vous de chasse et de pêche, des scènes de pique-nique ou de mariages à la campagne. S’éloignant de la véritable scène de genre, ces sujets annoncent ce que la critique, en se référant à la littérature, appellera des « pastorales », c’est-à-dire des scènes hors du temps, dans un jardin idyllique où la mythologie est à peine suggérée par une statue. Le chantier des petits appartements de Fontainebleau est précurseur ; à sa suite les premières pastorales apparaissent dans les hôtels parisiens, comme à l’hôtel de Soubise en 1738-173913.

La personnalité du directeur des Bâtiments

Philibert Orry et Louis XV

  • 14 Patte 1765 ; Lavedan 1982.
  • 15 Il est donc très peu probable, comme on l’a dit parfois, qu’Orry ait connu Natoire par l’intermédia (...)

6La question se pose, à travers ces quelques exemples, de la part réelle d’Orry dans ces choix résolument modernes qui soulèvent d’ailleurs des critiques, et donc de ses idées en matière artistique. L’implication du roi et du duc d’Antin y paraît très nette, car le chantier de Versailles est commencé avant qu’Orry soit directeur des Bâtiments, et celui de Fontainebleau s’achève au moment où il prend ses fonctions. Le contrôleur général Orry, ministre de tutelle du duc d’Antin, ne s’était pas opposé à ces choix, mais ses goûts privés, exprimés dans son château de La Chapelle-Godefroy le montrent plus classique : il n’aime pas ces décors sans sujet qu’il fait installer pour le souverain ; chez lui les tableaux peints par Natoire ont des sujets, ce sont les Amours des Dieux inspirées d’Ovide, les Saisons, l’Histoire de Clovis et celle de Télémaque. Les deux derniers cycles pourraient paraître novateurs et annoncer la peinture troubadour du xixe siècle. Compte tenu de la personnalité d’Orry, ils sont plutôt une célébration à peine voilée de Louis XV et de son bon gouvernement et font écho aux places royales, grandes réalisations architecturales du directeur des Bâtiments au même moment à Rennes (1744), Bordeaux (1733-1743), Paris (1748-1763)14. Dans ces chantiers officiels, les artistes ne sont pas choisis en raison de leurs origines, mais plutôt de leur talent en germe ou déjà affirmé. Le seul Champenois sollicité est le sculpteur Edme Bouchardon, revenu d’Italie précédé d’une réputation d’excellence due à sa copie du Faune Barberini et à ses portraits. La Fontaine de Grenelle commandée en 1739, terminée en 1745, est la seule commande faite du temps d’Orry à Bouchardon que par ailleurs il ne fait pas travailler à La Chapelle-Godefroy15.

Intérêts communs du directeur des Bâtiments et du contrôleur des Finances

  • 16 Luynes 1860-1865, t. I, p. 215, 26 mars 1737.
  • 17 Sur la définition du contrôle général et des services qui en dépendent, voir L’état de la France 17 (...)
  • 18 Abraham Peyrenc de Moras la dirige jusqu’à sa mort en 1733, puis Jean-Louis Orry de Fulvy jusqu’en (...)
  • 19 Trudaine dirige à partir de 1744 un bureau des dessinateurs, qui centralise les plans parvenus de p (...)

7Le 26 mars 1737, Luynes écrit dans ses Mémoires que « le roi vient de donner à M. le Contrôleur général la charge de Directeur général des Bâtiments qu’avait feu M. d’Antin16. » Le contrôleur se charge donc d’une fonction qui dépend du contrôle général et cumule administration des arts et finances, comme l’avait fait Colbert, autre Champenois célèbre17. Dans cette décision, Orry est cohérent avec sa politique de contrôleur général : il obéit à la conviction que la relance des industries nationales et du commerce intérieur et extérieur est indispensable, associées à une réduction de la dette et à une réforme fiscale, pour équilibrer le budget, et a déjà pris de nombreuses mesures impliquant la production artistique. La Compagnie des Indes, par exemple, a été rénovée et placée entre les mains d’un seul directeur, qui est depuis 1733 Orry de Fulvy, demi-frère du ministre18. À l’intérieur, les routes et fleuves sont confiés à un nouveau corps d’ingénieurs des Ponts et Chaussées dirigé par d’Ormesson, puis après 1743 par Trudaine (1703-1769), voisin d’Orry à Montigny-Lencoup19. Poursuivant son objectif, le directeur des Bâtiments soutient les manufactures, demandant aux Gobelins des tapisseries de haute lice à sujets d’histoire (Histoire d’Esther, et Histoire de Jason par de Troy) ou des copies de cartons célèbres, et à Beauvais des sujets contemporains. Pour concurrencer la porcelaine de Saxe produite par Meissen depuis 1710, Orry et son demi-frère Orry de Fulvy, misant sur la découverte faite par Gérin à Chantilly du procédé de fabrication de la porcelaine blanche, créent la manufacture de Vincennes dont le roi rachètera les parts en 1751 avant de la faire déménager à Sèvres. Les commandes des Bâtiments du roi sont aussi le moyen de soutenir les industries :

  • 20 Luynes 1860-1865, t. I, p. 404, 26 nov. 1737.

La reine a trouvé à son arrivée de Fontainebleau [à Versailles] un nouveau meuble dans son appartement ; c’est une étoffe couleur de feu et or, la couleur de feu un peu pâle. […] Il y a aussi un meuble qui est presque fait pour la chambre à coucher du roi et le grand appartement. […] M. Le Contrôleur général m’a dit qu’il y avait pour environ un million de ces sortes d’étoffes. J’ai ouï dire que c’était pour soutenir des manufactures de Lyon qui manquent d’ouvrage20.

La liste de Bachaumont

  • 21 Crow 2000, p. 132-133.

8Il ressort de ces quelques observations une réalité nuancée. Orry directeur obéit d’abord aux préoccupations du contrôleur des Finances, il n’aime pas la nouveauté et administre les Bâtiments comme le contrôle général, de manière stricte, en évitant tout écart et en recherchant d’abord l’efficacité : un curieux document paru l’année de son entrée en fonction, issu du salon littéraire influent de La Paroisse, animé par Bachaumont, donc de l’entourage immédiat d’Antoine Crozat, établit la « Liste des meilleurs peintres et sculpteurs qui se trouvent aujourd’hui à l’Académie de peinture et sculpture de Paris, faite par une personne absolument désintéressée ». Bachaumont y livre une recension des artistes et de leurs capacités : « Boucher, a été à Rome, élève de Lemoyne ; excellens [sic] en paysages » écrit-il par exemple. Il donne aussi des prix et des listes d’amateurs. Le fait qu’en 1746 le même Bachaumont ait adressé au successeur d’Orry un document similaire pourrait confirmer que la première liste avait une visée pratique immédiate auprès du Directeur des Bâtiments21. Cette initiative met en évidence aussi qu’Orry n’a aucun réseau à promouvoir et aucun artiste à protéger lorsqu’il prend ses fonctions.

Les difficultés de l’Académie

  • 22 Cochin 1774, p .71.
  • 23 Joulie 2009b.

9En donnant leur chance à de jeunes talents par sa vigilance dans leur formation, leur engagement sur des grands chantiers et la possibilité pour eux de se faire connaître grâce au Salon, Orry, soutenu par le roi, a rassemblé les conditions d’une production brillante et cohérente pendant les années 1735-1745. L’équilibre financier atteint en 1738 a fait le reste, permettant l’ouverture de nombreux chantiers et un début de diffusion de l’art rocaille français en Europe. Après dix ans d’une administration efficace mais sans véritable ambition, l’Académie royale comme l’Académie de France à Rome montrent cependant des signes de déclin, leur formation paraît insuffisante et la nécessité s’impose d’une École royale des élèves protégés. Une sorte de stérilisation de l’inspiration commence à se dégager des œuvres. Les Lettres à un jeune artiste peintre de Cochin contiennent un passage célèbre sur cette difficulté à peindre dans les années 1745-1750 à Rome ; il en donne pour cause le benedetto far niente et « la manière », c’est-à-dire une recherche d’effets qui remplace la créativité, avec des « figures excessivement longues […] et des contours d’un coulant général et sans articulation ; ce que l’on nommait faire la flamme22 ». Cet essoufflement est dû en premier lieu au travail de copie, qui semble se stéréotyper et devenir un obstacle à la création, et de manière plus générale aux contraintes exercées de loin par le ministre, associées au peu d’implication du directeur Jean-François de Troy. Alors qu’Orry quitte son poste pour se retirer à La Chapelle-Godefroy en 1745, les premières gravures des Carceri de Piranesi, publiées chez Bouchard et Gravier dans la librairie jouxtant le palais Mancini, vont donner aux jeunes artistes de l’Académie de France à Rome un nouveau souffle et ouvrir la voie à Fragonard et Hubert Robert23.

Le mauvais goût de M. Orry

  • 24 Argenson 1857-1858, t. II, p. 359.
  • 25 Argenson 1859-1867, t. II, p. 283 dans Rathery.
  • 26 Luynes 1860-1865, t. I, p. 371 : « La jalousie, inséparable des places de faveur, a fait tenir plus (...)
  • 27 Argenson 1857-1858, t. II, p. 358.
  • 28 Ce pastel d’Orry qui se trouve au Louvre (inv. 27613) y est venu presque par hasard. Il a été saisi (...)

10La direction contraignante d’Orry ne fait donc pas l’unanimité. Après 1745, ses remplaçants Lenormant de Tournehem et Marigny, sous l’égide de Mme de Pompadour, auront un rôle plus affirmé. Les érudits restent avec lui en retrait et Caylus, par exemple, attend son départ pour faire rétablir les Conférences, qui avaient disparu depuis 1708. Il est « assez bon maître d’hôtel, soigneux des choses principales24 », mais finalement, écrit d’Argenson, « tout est restreint par la vilaine petite économie de monsieur le Cardinal et par le mauvais goût, et bien bourgeois, de Monsieur Orry25». À Versailles, Orry dérange ; Luynes explique que son élévation suscite des jalousies26, mais en réalité ses goûts et ses manières, souvent rapportés à ses origines roturières, sont sévèrement jugés : « Il paraît, écrit d’Argenson, le bon sens même, personnifié en un gros bourgeois renforcé27. » Socialement parvenu au plus haut, Philibert Orry est représentatif de ces commis de l’État issus de la bourgeoisie qui prennent dans la société une place de plus en plus grande et ne cachent pas leurs ascendants. Les Orry portent de gueule à un lion rampant et grimpant sur un rocher d’argent, dont l’Armorial général de France nous dit qu’il s’agit de l’enseigne de Marc Orry, maître libraire-imprimeur-juré, reçu à Paris en 1588. Leur devise Ad astra per aspera virtus convient d’ailleurs à merveille à Philibert Orry. Le directeur des Bâtiments semble à l’apogée de sa carrière lorsque Quentin de La Tour réalise de lui un portrait virtuose au pastel qui annonce par sa taille celui de Mme de Pompadour28. Le regard, le sourire, le doigt retenant la page du livre, ont le naturel du portrait fait devant le modèle, destiné à un usage familial, et de fait l’œuvre a été saisie sous la Révolution chez les descendants Orry, elle se trouvait certainement en 1745 à La Chapelle-Godefroy.

Philibert Orry chez lui : le château de La Chapelle-Godefroy

Le seigneur de La Chapelle-Godefroy

  • 29 Luynes 1860-1865, t. V, p. 87.
  • 30 Paris, Archives nationales, Minutier central, XXIX, 477. Nous remercions Séverine Daroussat de nous (...)

11M. Orry, témoigne le duc de Luynes, « a toujours paru n’avoir aucune ambition, regrettant sans cesse de ne pas pouvoir vivre dans sa terre de la Chapelle près de Nogent, et toujours prêt à y aller avec plaisir29 ». L’homme privé est « seigneur de La Chapelle, de St Gérand-de-Vaux dans l’Allier [dont une de ses sœurs héritera], et d’autres lieux », selon les termes de son inventaire après décès de 174730. Quand il est à Paris, il réside dans son hôtel de la rue Saint-Antoine qu’il partage avec son demi-frère Orry de Fulvy. L’aile occupée par Philibert est ornée de quelques statues, de meubles de marqueterie Boulle et de lustres de cristal qui évoquent plutôt un intérieur louis-quatorzien ; il n’est rien dit des tableaux, certainement inclus dans des boiseries. Près de Troyes, son château de La Chapelle-Godefroy est hérité de son père Jean Orry, personnage haut en couleur, qui a installé une fabrique de verres à Chappes, dans l’Aube, avant de devenir munitionnaire et envoyé extraordinaire de Louis XIV en Espagne. Ministre du roi Philippe V, contraint au retour en France en 1715 par la chute de sa protectrice Mme des Ursins, il se retire sur des terres acquises sur la commune de Saint-Aubin, entre Troyes et Nogent-sur-Seine, où il s’est fait construire un château. Les plans de cet édifice aujourd’hui en ruine et de ses jardins, conservés dans le fonds Robert de Cotte du département des Estampes et de la photographie de la Bibliothèque nationale de France, ont été confiés à l’architecte parisien Jacques de Lajoue, père de l’artiste rocaille. L’ensemble construit en briques et enduit présente un corps de logis encadré de deux pavillons carrés, et organisé autour d’un premier salon ovale, qui sert de vestibule à un second salon ouvrant par cinq fenêtres sur le jardin (fig. 2).

Fig. 2 : Plan du corps de logis au rez-de-chaussée du château de La Chapelle-Godefroy, dans Recueil de différents plans relatifs au château de La Chapelle Godefroy, plume et encre brune, aquarelle, 36,6  51 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est. FOL-VA-419 (J).

Fig. 2 : Plan du corps de logis au rez-de-chaussée du château de La Chapelle-Godefroy, dans Recueil de différents plans relatifs au château de La Chapelle Godefroy, plume et encre brune, aquarelle, 36,6  51 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est. FOL-VA-419 (J).

© Bibliothèque nationale de France

Pièces d’archives et inventaire après décès

  • 31 Troyes, archives départementales de l’Aube, série G, carton 4, série Q 7.

12Pour définir de quelle manière Philibert Orry est intervenu dans le château et le parc, et quelles étaient ses collections, il faut confronter divers documents, car le château a été vendu meublé à ses propriétaires successifs jusqu’à la Révolution. Le contenu du bâtiment, propriété des Boullogne à la fin du xviiie siècle, est connu par les pièces scellées révolutionnaires conservées aux archives de l’Aube31, soit une apposition de scellés en décembre 1792, un procès-verbal d’apposition en janvier 1793 dans les appartements du château chez un certain Jacquelin, un inventaire des meubles et objets du 3 janvier par les révolutionnaires Bouquot, médecin, Baudemant, peintre, et Laffertey, membre du Conseil général, et un complément d’inventaire fait en juillet par le commissaire du Directoire Lallemand. L’adjudication des biens commencée en juillet 1793 s’achève durant l’automne 1794. La « Liste des effets provenant de l’émigré Boullogne à La Chapelle Godefroy résumée par les citoyens Dufeu et Muel qui en ont fait le récolement le 14 thermidor de l’an IIIe de la République une et indivisible », soit le 1er août 1795, complète les autres documents. Les divers châteaux visités et pour certains séquestrés par les commissaires de la République rappellent combien la région est importante au xviiie siècle, en raison même de l’intérêt renouvelé pour Fontainebleau, de la rapidité des voies de communication, et des liens nouveaux de la royauté avec les dynasties lorraine, polonaise et saxonne. La route arrivant par l’Est pour rejoindre Paris, très utilisée, a multiplié le nombre des propriétés de ministres, grands dignitaires, fermiers généraux, parlementaires et savants, avec La Motte-Tilly pour l’abbé Terray, Chaumot et Pont-sur-Seine pour Xavier de Saxe à la fin du xviiie siècle. Du temps de Philibert Orry, les résidences les plus importantes sont Saint-Julien-les-Villas, où le fermier général Rémond invite Fontenelle et le père Bouhours ; Condé-en-Brie, où Leriget de La Faye fait intervenir Pater ; Montigny-Lencoup, où Trudaine rassemble une collection de tableaux d’Oudry ; Grosbois, où Bouchardon travaille pour Chauvelin ; Sainte-Assise, propriété des richissimes frères Glucq, ou encore Réveillon, qui appartient à M. d’Argenson, si sévère pour Orry.

Les décors de La Chapelle-Godefroy, Natoire et Boucher

  • 32 Ce qui rappelle le goût pour le jeu des Orry, et la ruine complète d’Orry de Fulvy en une seule par (...)
  • 33 Non localisés, voir Caviglia Brunel 2012, p. 227-228.
  • 34 Troyes, musée d’art et d’histoire Saint-Loup, inv. 864.1.14.
  • 35 Ibid. Les sujets en sont Apollon, Uranie, Calliope, Euterpe, Thalie et Melpomène.
  • 36 Bailey 1991, p. 239.
  • 37 Joulie 2004a.

13L’inventaire après décès d’Orry, conservé au Minutier central des notaires, établi le 11 décembre 1747 et les jours suivants par le commissaire au Châtelet Soulliot, décrit le vestibule ovale avec ses pilastres et colonnes et ses tables à jeu32, la salle à manger ornée de grandes tables de marbre de Gênes et des Saisons de Natoire33 qui accompagnent Jupiter servi par Hébé34. À la suite s’ouvre la galerie avec ses six bustes de marbre des Arts libéraux attribués à Raon, probablement hérités de Jean Orry35. C’est là que Philibert présente les deux séries de six et cinq tableaux de la Vie de Clovis et des Aventures de Télémaque commandées à Natoire entre 1735 et 1740. Cette galerie voulue par Orry est un élément important de reconnaissance sociale, dont les exemples les plus célèbres, un peu antérieurs, sont la galerie La Vrillière ou la galerie d’Énée. Les autres tableaux de L’Histoire des Dieux sont répartis dans le reste des grands appartements. Natoire est l’artiste de prédilection d’Orry, qui l’a sollicité dès son retour de Rome en 1731, et auquel il restera fidèle. Diverses hypothèses ont été avancées sur leur première rencontre. Natoire avait remporté un prix à Rome en 1725, il était recommandé par Pierre Crozat et Vleughels, on peut donc penser que ses qualités n’avaient pas échappé au contrôleur général, pas plus qu’au duc d’Antin, qui lui passe ses premières commandes en 173236. Par la suite, Orry rencontre certainement Boucher par l’intermédiaire de Natoire en 1733-1734 alors que les deux artistes logent ensemble à l’hôtel de Longueville et travaillent ensemble à des cartons de tapisserie de L’Histoire de Don Quichotte37.

Fig. 3 : François Boucher (attribué à), Les Enfants musiciens, vers 1750, huile sur toile, 70 × 137 cm. Collection particulière.

Fig. 3 : François Boucher (attribué à), Les Enfants musiciens, vers 1750, huile sur toile, 70 × 137 cm. Collection particulière.

© Sotheby’s

  • 38 Joulie 2009a.
  • 39 Troyes, musée d’art et d’histoire Saint-Loup, inv. 835-8.
  • 40 L’hôtel Camusat à Troyes contient des dessus-de-porte à sujets d’enfants copiés sur ceux de Boucher (...)
  • 41 Une version de cette œuvre attribuée à Boucher, récemment passée en vente (Sotheby’s Paris, 21 juin (...)

14Au premier étage, ce qui était la chapelle du temps d’Orry contient au moment de la Révolution L’Enchanteur et L’Aventurière de Watteau (Troyes, musée d’art et d’histoire Saint-Loup, inv. 835-15 et 835-16) ; les deux cuivres ne sont pas décrits chez Orry, mais probablement acquis par lui ou son père, car Watteau était passé de mode au temps des Boullogne38. Sur le même palier ovale ouvrent les chambres de l’évêque de Troyes et du cardinal de Fleury et les appartements du roi et de la reine. Ils y séjournent en 1740, et le roi seul revenant de Metz y fait étape en novembre 1744. C’est là que se trouve le dessus-de-porte Les Génies des beaux-arts de Boucher39, certainement peint en 1734 par le jeune artiste, alors qu’il vient de réaliser pour des particuliers fortunés des sujets similaires qui rencontrent un grand succès à Paris40. La description de l’inventaire mentionne « les attributs de la musique et de la peinture » ; or le tableau de Boucher représente les arts à l’exclusion de la musique, ce qui suggère qu’il y aurait eu deux tableaux plutôt qu’un. Une allégorie de la Musique documentée dans d’anciennes collections pourrait être le pendant aux Génies des beaux-arts, pour des raisons qui tiennent à sa composition en longueur, à la disposition de ses putti, à l’aspect contourné de celui de droite que l’on retrouve ailleurs dans l’œuvre en 1734-1735 seulement, aux doigts trop longs de celui de gauche, aux fossettes aléatoires sur les corps, aux éléments secondaires de la colonne tronquée, de la cornemuse, de la sculpture, tous caractéristiques des années 1735 (fig. 3)41.

Les jardins

Fig. 4 : Atlas de Trudaine, Portion de route depuis La Chapelle-Godefroy longeant Marnay-sur-Seine jusqu'à hauteur de Pont-sur-Seine, 1775-1780, aquarelle, 81 × 56,5 cm. Paris, Archives nationales, CP/F/14/8445, no 15.

Fig. 4 : Atlas de Trudaine, Portion de route depuis La Chapelle-Godefroy longeant Marnay-sur-Seine jusqu'à hauteur de Pont-sur-Seine, 1775-1780, aquarelle, 81 × 56,5 cm. Paris, Archives nationales, CP/F/14/8445, no 15.

© Archives nationales

  • 42 Reproduit dans Groley 1953, p. 201-211.
  • 43 Il reste aussi dans le parc des corbeilles de fruits en pierre et des décors de plomb. Deux indices (...)
  • 44 Louis XV à Orry : « On m’a dit que tout y était pavé, jusqu’aux prés » (Argenson 1857-1858, t. II, (...)
  • 45 La vente des biens de M. de Boullogne entre juillet 1793 et novembre 1794 conduit à un dépeçage com (...)

15Quant aux jardins, il est difficile de s’en faire une idée. Hormis le plan aquarellé de Trudaine (fig. 4), très précieux pour localiser l’ensemble, et ceux du fonds Robert de Cotte, les témoignages conservés concernent le jardin de la fin du xviiie siècle où les Boullogne ont implanté des fabriques. Le tableau Chiens et gibier de Claude-François Desportes, peint en 1768, par exemple, montre un obélisque que l’on trouve décrit dans le troisième lot de l’adjudication des biens de l’émigré Boullogne, « l’avenue Nord du Parc jusqu’à l’obélisque ». Le parc compte aussi une porte fortifiée de style gothique reproduite par Bettini et Pillement, encore repérable dans les taillis qui bordent l’Ardusson42, et un tombeau ruiné reproduit dans Les jardins anglo-chinois à la mode de Lerouge, cahier II, no 13. L’architecte Chaussard a ajouté une ménagerie et une laiterie, et semble-t-il un théâtre dans les communs, dont il reste quelques éléments43. L’ensemble avait été établi par Jean Orry sur l’Ardusson canalisé, où Philibert plus que son père semble avoir progressivement changé les marais en jardins44. L’un des procès-verbaux révolutionnaires décrit une grotte avec huit arcades, dont trois ouvertes surmontées de vases ; elle est décorée de buccins, agates, madrépores, coraux, et deux portiques y conduisent. Il est possible que les trois arcades encore visibles dans la perspective du château, ornées de deux sphinges de pierre, soient, plutôt qu’une orangerie, les restes de ce nymphée (fig. 5). Le réseau des fontaines, bassins et puits que l’on devine encore entre ce bâtiment et la terrasse du château, la disposition intérieure du bâtiment avec une galerie partant sous la colline et surtout les restes de la voûte en gros appareil peut-être autrefois recouvert de coquillages, ne contredisent pas cette hypothèse, difficile à vérifier compte tenu de l’état de l’ensemble aujourd’hui45. Le collectionneur paraît donc être resté cohérent avec le directeur des Bâtiments, sans véritable goût pour les nouveautés de l’art rocaille, améliorant sans le transformer le château de son père, avec une nette prédilection pour l’artiste aérien et lumineux qu’est Natoire, moins novateur par exemple qu’un Boucher.

Fig. 5 : École française, sphinge, xviie siècle. La Chapelle-Godefroy, parc du château.

Fig. 5 : École française, sphinge, xviie siècle. La Chapelle-Godefroy, parc du château.

Photo : © Françoise Joulie

  • 46 Né à Troyes le 22 janvier 1689 dans une maison qui existe encore, issu par sa mère Jeanne Esmonin d (...)
  • 47 Argenson 1857-1858, t. II, p. 358.
  • 48 « Il laisse piller sa famille » (Argenson 1857-1858, t. II, p. 38, 64 et 360). Argenson (p. 46) dit (...)
  • 49 À Perpignan, la digue Orry, premier ouvrage de ce type en Roussillon, a été achevée vers 1727.
  • 50 Carriera 1985, t. II, p. 464-465 et 495.
  • 51 Perreau 2004, p. 80.
  • 52 Ce rôle nous est connu par une lettre du secrétaire de la légation à la cour de France de Brais, ad (...)
  • 53 Mes remerciements vont à monsieur Richard Mottot, actuel propriétaire de La Chapelle-Godefroy, pour (...)

16Orry est un Champenois d’adoption qui n’a qu’accidentellement placé auprès de lui d’autres Champenois comme Trudaine et ne cherchera pas plus que son père à protéger les artistes issus de cette région46. « Dur de cœur et simple de conduite », l’homme politique a selon le marquis d’Argenson « déconcerté la foule des solliciteurs et contenté les principaux qui pouvaient lui nuire et le servir »47. Il a fait en revanche la fortune de sa famille, et en particulier de son demi-frère Orry de Fulvy48. Cependant, s’il fallait chercher autour de lui un réseau d’amitiés qui pourrait expliquer en partie son élévation, il serait plutôt languedocien et lié à son passage remarqué en Roussillon49 : Fleury, issu de Lodève, le nomme contrôleur général à cause de ses résultats d’intendant soulignés par Des Forts et Chauvelin ; on devine le Languedocien Antoine Crozat à contre-jour dans son entourage par l’intermédiaire de Bachaumont, et certainement son frère Pierre, le célèbre collectionneur, premier protecteur de Natoire en Italie50 ; on connaît enfin les liens d’Orry avec le Perpignanais Rigaud et sa famille51. Rigaud en fait plusieurs portraits et joue auprès de lui un rôle original de conseiller, en se chargeant du « pistage » des tableaux arrivant sur le marché de l’art, comme il le fait pour les cours de Saxe et de Pologne52. Or, ce réseau languedocien a disparu en 1745, car Fleury, Rigaud et l’un des deux Crozat se sont éteints à quelques années d’intervalle. Orry ne peut s’opposer au comte d’Argenson soutenu par Mme de Pompadour, qui demande des fonds pour financer la guerre. Il démissionne le 5 décembre 1745 et meurt deux ans plus tard, sans avoir la joie de voir Natoire accéder à la direction de l’Académie de France à Rome53.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Algarotti Francesco, 1769, Essai sur la peinture et sur l’Académie de France établie à Rome, traduit de l’italien par M. Pingeron, Paris, Merlin.

Argenson René-Louis de Voyer, marquis d’, 1857-1858, Mémoires et journal inédit du marquis d’Argenson, ministre des Affaires étrangères sous Louis XV, éd. R. de Voyer d’Argenson, Paris, P. Jannet, 5 vol.

— 1859-1867, Journal et mémoires du marquis d’Argenson publiés pour la première fois d’après les manuscrits autographes de la bibliothèque du Louvre pour la Société de l’histoire de la France, éd. E.-J.-B. Rathery, Paris, Vve J. Renouard, 9 vol.

Carriera Rosalba, 1985, Rosalba Carriera: lettere, diari, frammenti, éd. B. Sani, Florence, L. S. Olschki, 2 vol.

Cochin Charles-Nicolas, [1774], Lettres à un jeune artiste peintre, pensionnaire à l’Académie royale de France à Rome, s. l., s. n.

Correspondance des directeurs de l’Académie de France à Rome avec les surintendants des Bâtiments, 1887-1912, éd. J. Guiffrey et A. de Montaiglon, Paris, Charavay [puis] J. Schemit, 18 vol.

Duclos Charles, 1791, Mémoires secrets sur les règnes de Louis XIV et de Louis XV, Paris, Buisson, 2 vol.

L’état de la France, 1736, Paris, N. Gosselin, t. IV, première partie.

Luynes Charles-Philippe d’Albert, duc de, 1860-1865, Mémoires du duc de Luynes sur la cour de Louis XV (1735-1758), éd. L. Dussieux et E. Soulié, Paris, F. Didot, 17 vol.

Marmontel Jean-François, 1891, Mémoires de Marmontel, éd. M. Tourneux, Paris, Librairie des bibliophiles, 3 vol.

Patte Pierre, 1765, Monuments érigés à la gloire de Louis XV, Paris, chez l’auteur.

Études

Albis Antoine d’ et Préaud Tamara, 1991, La porcelaine de Vincennes, Paris, A. Biro.

Babeau Albert, 1876, « Le château de La Chapelle-Godefroy », Société académique du département de l’Aube, 3e série, t. XIII, p. 5-33.

Bailey Colin B. (dir.), 1991, Les amours des Dieux : la peinture mythologique de Watteau à David, cat. exp. (Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 15 oct.-6 janv. 1992 ; Philadelphia Museum of Art, 23 fév.-26 avr. 1992 ; Fort Worth, Kimbell Art Museum, 23 mai-2 août 1992), Paris, Réunion des musées nationaux.

Campbell Peter R., 2011, « Le cardinal de Fleury ou comment devient-on le précepteur de Louis XV ?‪ », Histoire de l’éducation, no 132, p. 49-72 ; en ligne : http://histoire-education.revues.org/2415 (consulté le 14 août 2015).

Caviglia Brunel Susanna, 2012, Charles-Joseph Natoire, 1700-1777, Paris, Arthena.

Crow Thomas, 2000, La peinture & son public à Paris au dix-huitième siècle, Paris, Macula.

Démoris René et Ferran Florence, 2001, La peinture en procès : l’invention de la critique d’art au siècle des Lumières, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle.

Groley Gabriel, 1953, « Les ruines féodales de La Chapelle-Godefroy ont été fabriquées au xviiie siècle », Mémoires de la Société académique de l’Aube, t. CI, p. 200-213.

Jouin Henry, 1889, « Charles Natoire et la peinture historique », Nouvelles archives de l’art français, 3e série, t. V, p. 139-149.

Joulie Françoise, 2004a, « Natoire and Boucher, Two Studies for a Don Quixote Tapestry », The Metropolitan Museum Journal, no 39, p. 153-159.

— 2004b, Boucher et les peintres du Nord, Paris, Réunion des musées nationaux.

— 2008, « Autour d’un tableau de retrouvé pour les Petits Appartements de Louis XV au château de Fontainebleau, les premières pastorales de François Boucher », Bulletin de la Société d’histoire de l’art français, année 2007, p. 173-189.

— 2009a, « Antoine Watteau vu par les artistes et les amateurs d’art de son temps », dans Carine Barbafieri et Chris Rauseo (dir.), Watteau au confluent des arts, Valenciennes, Presses universitaires de Valenciennes, CD-Rom, p. 115-139.

— 2009b, « Le modèle italien et les artistes français », dans Laure Fagnart (dir.), L’appel de l’Italie : les échanges artistiques en Europe à l’époque moderne : les Français et les Flamands en Italie, actes du colloque (Grenoble, université Pierre Mendès-France, 6-8 déc. 2006), Grenoble, CRHIPA, p. 101-120.

Lavedan Pierre, Hugueney Jeanne et Henrat Philippe, 1982, L’urbanisme à l’époque moderne, xvie-xviiie siècle, Paris, Arts et métiers graphiques.

Lesur Nicolas et Olivier Aaron, 2009, Jean-Baptiste Marie Pierre, 1714-1789, premier peintre du roi, Paris, Arthena.

Menon Pierre-Louis, 1976, « Philibert Orry, comte de Vignory », Le club français de la Médaille, no 53, p. 118-125.

Perreau Stephan, 2004, Hyacinthe Rigaud, 1649-1743 : le peintre des rois, Perpignan, Les Presses du Languedoc.

Sainte-Marie Jean-Pierre (dir.), 1977, La vie en Champagne, no 263 : La Chapelle Godefroy : Orry et Natoire.

Sani Bernardina, 2007, Rosalba Carriera, 1673-1757, Turin, U. Allemandi.

Haut de page

Notes

1 Argenson 1857-1858, t. II, p. 39, qui ajoute à la citation : « ce qui est vrai au propre comme au figuré ».

2 Campbell 2011, p. 49-72. Fleury s’appuie sur la noblesse de robe : à part le comte de Maurepas, issu de la vieille noblesse, secrétaire d’État à la Marine, dans un poste dont Fleury ne s’occupe pas, il rappelle le chancelier d’Aguesseau, donne les Affaires étrangères à Chauvelin, président à mortier du parlement de Paris, et choisit comme contrôleur général à la place du frère de la maîtresse du duc de Bourbon Mme de Prie, Le Pelletier des Forts, puis Philibert Orry en 1730. Voir à ce sujet Duclos 1791, p. 130.

3 Le titre de surintendant a été remplacé par celui de directeur en 1726.

4 Le portrait peint par Rigaud semble perdu. Deux copies se trouvent au château de Versailles, l’une sans le cordon ni la croix de grand trésorier de l’ordre du Saint-Esprit (inv. 7561), et l’autre avec (inv. 7562).

5 Le premier Salon rétabli en 1737 commence le 18 août et finit le 1er septembre. Les seuls membres de l’Académie ont le droit d’y exposer.

6 Crow 2000, p. 10-11 et 121-133.

7 Joulie 2009a.

8 Publiée pour la première fois par Démoris et Ferran 2001.

9 Algarotti 1769, p. 313.

10 Joulie 2004b, p. 34.

11 Correspondance des directeurs de l’Académie… 1887-1912, t. IX, p. 316 : « un des premiers objets de l’étude des pensionnaires du roi est de copier les tableaux des grands maitres, particulièrement ceux de Raphael […] ; à l’égard des copies de tableaux entiers, elles appartiennent au roi et doivent rester à Sa Majesté ». Si Orry suggère Raphaël, c’est qu’il veut faire retisser par la Manufacture des Gobelins, également sous sa tutelle, les modèles de Raphaël, après les avoir fait copier « au moyen d’une gaze claire ».

12 Ibid., p. 420 et Lesur et Aaron 2009, p. 19 et 38.

13 Joulie 2008, p. 173-189.

14 Patte 1765 ; Lavedan 1982.

15 Il est donc très peu probable, comme on l’a dit parfois, qu’Orry ait connu Natoire par l’intermédiaire de Bouchardon, son condisciple à Rome. De plus, la chronologie contredit cette hypothèse, car Bouchardon revient de Rome en 1732 et la première commande d’Orry à Natoire est de 1731.

16 Luynes 1860-1865, t. I, p. 215, 26 mars 1737.

17 Sur la définition du contrôle général et des services qui en dépendent, voir L’état de la France 1736, p. 22.

18 Abraham Peyrenc de Moras la dirige jusqu’à sa mort en 1733, puis Jean-Louis Orry de Fulvy jusqu’en 1745. La Compagnie peut faire des profits personnels et détient même pendant un temps le monopole de la commercialisation du tabac. Le ministre en est à titre privé le client : pièce d’un service aux armes de Philibert Orry, Lorient, musée de la Compagnie des Indes, inv. 998-18-1.

19 Trudaine dirige à partir de 1744 un bureau des dessinateurs, qui centralise les plans parvenus de province, cartographiés plus tard par Cassini. Il est assisté de Perronet, auteur par la suite d’un certain nombre de ponts, dont celui de Nogent-sur-Seine, tout près de La Chapelle-Godefroy, et d’ouvrages d’art comme ceux des jardins anglo-chinois de Mauperthuis.

20 Luynes 1860-1865, t. I, p. 404, 26 nov. 1737.

21 Crow 2000, p. 132-133.

22 Cochin 1774, p .71.

23 Joulie 2009b.

24 Argenson 1857-1858, t. II, p. 359.

25 Argenson 1859-1867, t. II, p. 283 dans Rathery.

26 Luynes 1860-1865, t. I, p. 371 : « La jalousie, inséparable des places de faveur, a fait tenir plusieurs discours de – contre – Monsieur Orry. La plupart de ces discours n’étaient pas venus jusqu’à lui, et des autres il en avait fait peu de cas. »

27 Argenson 1857-1858, t. II, p. 358.

28 Ce pastel d’Orry qui se trouve au Louvre (inv. 27613) y est venu presque par hasard. Il a été saisi à la Révolution chez les Chaumont de La Galaisière, descendants de sa sœur Élisabeth, avec vingt dessins de Dumonstier. Au xixe siècle, l’ensemble avait été déposé au musée de Nancy puis vendu sur décision du maire et racheté par le Louvre.

29 Luynes 1860-1865, t. V, p. 87.

30 Paris, Archives nationales, Minutier central, XXIX, 477. Nous remercions Séverine Daroussat de nous avoir signalé ce document important en 2006.

31 Troyes, archives départementales de l’Aube, série G, carton 4, série Q 7.

32 Ce qui rappelle le goût pour le jeu des Orry, et la ruine complète d’Orry de Fulvy en une seule partie de biribi, voir Argenson 1857-1858, t. II, p. 79.

33 Non localisés, voir Caviglia Brunel 2012, p. 227-228.

34 Troyes, musée d’art et d’histoire Saint-Loup, inv. 864.1.14.

35 Ibid. Les sujets en sont Apollon, Uranie, Calliope, Euterpe, Thalie et Melpomène.

36 Bailey 1991, p. 239.

37 Joulie 2004a.

38 Joulie 2009a.

39 Troyes, musée d’art et d’histoire Saint-Loup, inv. 835-8.

40 L’hôtel Camusat à Troyes contient des dessus-de-porte à sujets d’enfants copiés sur ceux de Boucher de cette période.

41 Une version de cette œuvre attribuée à Boucher, récemment passée en vente (Sotheby’s Paris, 21 juin 2012, no 24) donne une idée du tableau qui pourrait avoir fait partie de la collection Orry.

42 Reproduit dans Groley 1953, p. 201-211.

43 Il reste aussi dans le parc des corbeilles de fruits en pierre et des décors de plomb. Deux indices semblent prouver qu’il y aurait eu dans les jardins une version de l’Hercule Farnese.

44 Louis XV à Orry : « On m’a dit que tout y était pavé, jusqu’aux prés » (Argenson 1857-1858, t. II, p. 43).

45 La vente des biens de M. de Boullogne entre juillet 1793 et novembre 1794 conduit à un dépeçage complet du château et du parc; les derniers meubles sont vendus en 1795, les terres sont démembrées, le tournebride (pour les domestiques et les chevaux des visiteurs), la ferme, la ménagerie, le verger sont lotis. Le château vide est adjugé à un certain Alexis Breton de Nogent, en 1814 il est incendié par les Prussiens, et en 1840 le bâtiment est abattu par son propriétaire, le député Demeufve. Aujourd’hui, la propriété appartient à une famille de cultivateurs résidant près de Reims.

46 Né à Troyes le 22 janvier 1689 dans une maison qui existe encore, issu par sa mère Jeanne Esmonin d’une famille bourguignonne de Beaune et par son père d’une famille normande de Rouen.

47 Argenson 1857-1858, t. II, p. 358.

48 « Il laisse piller sa famille » (Argenson 1857-1858, t. II, p. 38, 64 et 360). Argenson (p. 46) dit aussi qu’Orry était « conduit par son frère ».

49 À Perpignan, la digue Orry, premier ouvrage de ce type en Roussillon, a été achevée vers 1727.

50 Carriera 1985, t. II, p. 464-465 et 495.

51 Perreau 2004, p. 80.

52 Ce rôle nous est connu par une lettre du secrétaire de la légation à la cour de France de Brais, adressée au comte Brühl, conservée dans les archives des princes de Saxe à Dresde (Perreau 2004, note 132). Par ce biais, Orry met la main sur les collections du prince de Carignan.

53 Mes remerciements vont à monsieur Richard Mottot, actuel propriétaire de La Chapelle-Godefroy, pour la bienveillance de son accueil, à monsieur Gérard Doquet-Chassaing, maire de Saint-Aubin, à Chantal Rouquet, conservateur en chef du musée Saint-Loup de Troyes et à son équipe, à ma relectrice et amie Catherine Loisel, conservateur en chef au musée du Louvre, et à Alexandre Maral, le premier à avoir vu les photos prises à La Chapelle-Godefroy en 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : François Bernard Lépicié d’après Hyacinthe Rigaud, Philibert Orry, 1737, taille douce au burin, 52,6 × 38,6 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, INV.GRAV.LP65.12bis.1.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / image château de Versailles
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13279/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Fig. 2 : Plan du corps de logis au rez-de-chaussée du château de La Chapelle-Godefroy, dans Recueil de différents plans relatifs au château de La Chapelle Godefroy, plume et encre brune, aquarelle, 36,6  51 cm. Paris, Bibliothèque nationale de France, Est. FOL-VA-419 (J).
Crédits © Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13279/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Fig. 3 : François Boucher (attribué à), Les Enfants musiciens, vers 1750, huile sur toile, 70 × 137 cm. Collection particulière.
Crédits © Sotheby’s
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13279/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 744k
Titre Fig. 4 : Atlas de Trudaine, Portion de route depuis La Chapelle-Godefroy longeant Marnay-sur-Seine jusqu'à hauteur de Pont-sur-Seine, 1775-1780, aquarelle, 81 × 56,5 cm. Paris, Archives nationales, CP/F/14/8445, no 15.
Crédits © Archives nationales
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13279/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre Fig. 5 : École française, sphinge, xviie siècle. La Chapelle-Godefroy, parc du château.
Crédits Photo : © Françoise Joulie
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13279/img-5.png
Fichier image/png, 619k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Françoise Joulie, « Philibert Orry : directeur général des Bâtiments du roi et collectionneur », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 28 octobre 2015, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crcv/13279 ; DOI : 10.4000/crcv.13279

Haut de page

Auteur

Françoise Joulie

Chargée de mission au département des arts graphiques du musée du Louvre, docteur en histoire, spécialiste des dessins du xviiie siècle français, a participé à de nombreuses manifestations sur le sujet dont les plus récentes à Thessalonique et Moscou ; la plus importante, sur le dessin en Europe au xviie et xviiie siècles rassemblait en 2006 800 dessins des xviie et xviie siècles dans sept lieux de France différents. Françoise Joulie consacre plus spécifiquement ses recherches depuis 1984 à l’œuvre peint et dessiné de François Boucher, elle a été à ce titre le commissaire des diverses expositions du tricentenaire de la naissance de l’artiste en 2003-2004 à Paris, Londres, Versailles, Dijon, et vient de présenter en 2012 à Copenhague un ensemble de dessins et esquisses montrant l’influence de François Boucher dans le Nord de l’Europe. Contact : francoise.joulie@louvre.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Françoise Joulie / 2015 / CRCV

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals