Navigation – Plan du site

Les appartements de l’impératrice Eugénie aux Tuileries : le xviiie siècle retrouvé ?

Empress Eugénie’s apartments at the Tuileries Palace: a return to the 18th Century?
Mathieu Caron

Résumés

Le goût de l’impératrice Eugénie pour le mobilier Louis XVI est bien connu, mais relativement peu étudié dans le détail. Cet article consacré aux appartements de l’impératrice au palais des Tuileries entend s’attacher aux choix esthétiques opérés par la souveraine pour la décoration et l’ameublement de ses appartements. Dans un premier temps, elle s’installa dans une enfilade de pièces au premier étage du palais, donnant sur le jardin, où elle rassembla un ensemble important de mobilier, bronzes d’ameublement et objets d’art du xviiie siècle. Ses choix se portèrent vers les productions artistiques du règne de Louis XVI, qui évoquaient pour elle le souvenir de Marie-Antoinette. Mais bientôt furent substitués à cet appartement de tout nouveaux salons qui, sous la direction de l’architecte du Louvre Hector-Martin Lefuel, donnèrent naissance au style Louis XVI-Impératrice. Loué par la critique comme l’œuvre décorative la plus originale et la plus importante du Second Empire, cet appartement fut un manifeste du néo-xviiie siècle. Dans un écrin moderne, l’impératrice fit disposer des créations contemporaines inspirées de la fin du xviiie siècle voisinant avec des pièces historiques comptant parmi les plus importantes des collections françaises, achevant de léguer à la postérité un goût personnel et impérial intégrant généreusement les productions prestigieuses de la fin de l’Ancien Régime.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rouyer 1867.
  • 2 Carette 1889-1891.

1Célébrés par les contemporains comme la réalisation décorative la plus aboutie du Second Empire, les nouveaux appartements de l’impératrice au palais des Tuileries s’inscrivent dans un contexte de renouveau esthétique et décoratif qui érige le style Louis XVI – plutôt devrions-nous écrire « style Marie-Antoinette » – en modèle absolu. Ce sont en réalité deux appartements que l’impératrice Eugénie occupa successivement au premier étage du palais donnant sur le jardin. Le premier reprenait sans modification l’implantation de l’appartement de Louis-Philippe et son décor ; l’apport de l’impératrice fut donc essentiellement de nature mobilière, choisissant çà et là meubles et objets d’art anciens destinés à former son ameublement. La focale se déplace radicalement lorsque, en 1858, profitant des travaux de la réunion du Louvre et des Tuileries, l’impératrice charge l’architecte Hector-Martin Lefuel (1810-1880) de modeler entièrement un nouvel appartement selon ses goûts, dans le style le plus moderne. Donnant l’impulsion esthétique du règne, cette réalisation majeure du Second Empire renoue avec le style du xviiie siècle, alliant éléments authentiques et productions contemporaines. Néanmoins, l’absence de vues d’intérieur connues et l’imprécision des inventaires du palais restreignent considérablement les études dédiées à ces appartements. Le premier d’entre eux – occupé de 1853 à 1859 – n’est documenté que par les registres du Garde-Meuble et les inventaires conservés du palais des Tuileries, établis à partir de 1855. Le second appartement est, quant à lui, mieux connu grâce à la publication en 1867, au moment de l’Exposition universelle à Paris et des expositions rétrospectives du Petit Trianon et de Malmaison, d’un recueil de planches reproduisant les élévations des trois salons publics de l’appartement1. Les inventaires du mobilier ainsi que les mémoires des contemporains2 ou encore les photographies des modèles en plâtre du décor conservées aux Archives nationales complètent les sources dont nous disposons. Organisée de manière chronologique, pour souligner la cohérence et l’évolution du phénomène envisagé, cette étude s’attache donc à comprendre l’esthétique du remploi et l’inspiration qui ont présidé à l’ameublement et à la décoration des appartements de l’impératrice Eugénie au palais des Tuileries.

L’appartement de l’impératrice aux Tuileries (1853-1859) : une esthétique du remploi

2Après son mariage civil avec l’empereur aux Tuileries, le 29 janvier 1853, Eugénie installa ses appartements dans une enfilade de pièces au premier étage donnant sur le jardin (fig. 1). Elle doublait pour ainsi dire le grand appartement sur cour composé de la galerie de Diane, du salon Louis XIV, de la salle du trône, du salon d’Apollon et du Salon blanc. La distribution, tout à fait traditionnelle, voyait se succéder, depuis l’escalier attenant au pavillon de Flore, l’antichambre des Huissiers, le Salon bleu des chambellans, le salon des Tapisseries, le Petit Salon vert, le cabinet de travail et enfin la chambre à coucher de l’impératrice. L’ensemble fut meublé dans le courant des années 1853 et 1854, ce que l’inventaire dressé en 1855 décrit assez précisément. C’est dans ce premier appartement que l’Impératrice avait fait rassembler nombre de meubles et objets d’art du xviiie siècle – pour la plupart Louis XVI.

Fig. 1 : Anonyme, plan de l'appartement de l’impératrice Eugénie au premier étage sur jardin du palais des Tuileries (détail). Paris, Archives nationales, 64 AJ 463bis / 47.

Fig. 1 : Anonyme, plan de l'appartement de l’impératrice Eugénie au premier étage sur jardin du palais des Tuileries (détail). Paris, Archives nationales, 64 AJ 463bis / 47.

© Paris, Archives nationales / Mathieu Caron

Le goût de l’impératrice Eugénie

  • 3 Paire d’aiguières montées, h. 0,59 m, Paris, musée du Louvre, OA 5151. Historique : 1826 - Tuilerie (...)
  • 4 Paire d’aiguières montées, hauteur 0,52 m, Paris, musée du Louvre, OA 5496. Historique : 1833 - Tui (...)
  • 5 Paire de vases montés, h. 0,56 m, Paris, musée du Louvre, OA 5497. Historique : 1833 - Tuileries, g (...)

3Dès après son accession au trône, Eugénie a montré une inclination particulière pour Marie-Antoinette et les objets qui lui étaient associés de près ou de loin. Si la provenance des objets rassemblés par Eugénie n’était que rarement authentifiée, ceux-ci constituent néanmoins un élément essentiel du goût de l’impératrice, révélant des choix esthétiques singuliers. En exceptant l’antichambre des Huissiers, qui ne recèle pas de mobilier historique, on trouve, en 1855, dans le premier salon, dit des Chambellans, de riches porcelaines montées. Les fortes montures en bronze doré, rocaille et Louis XVI, ajoutent à la préciosité de la porcelaine : une paire d’aiguières à anse en forme de dragon3, une paire de vases en porcelaine craquelée à riche monture rocaille feuillagée4 et une paire de vases insérés dans une monture Louis XVI à anses en forme de sirènes5. Si ces porcelaines montées ne présentent pas d’unité stylistique, elles s’accordent toutefois par leur coloris : un fond gris-bleuté rehaussé par l’or de la monture, répondant parfaitement aux textiles du salon. La cohérence esthétique de l’ameublement par le coloris sera le leitmotiv des ensembles décoratifs de l’impératrice Eugénie, bien plus que l’unité stylistique ou l’authenticité des objets réunis.

  • 6 Que soit ici remercié très sincèrement Jean-Pierre Samoyault, qui a aimablement orienté nos recherc (...)
  • 7 Paire de bas d’armoire, Jacob-Desmalter d’après Percier et Fontaine, 1811-1812, pour le grand cabin (...)
  • 8 Table en mosaïque de Florence, Martin Carlin, 1780, 0,77 × 0,79 × 0,59 m, musée national des châtea (...)

4La même logique a présidé à l’ameublement du salon des Tapisseries – faisant office de salon de réception – regroupant donc naturellement les ensembles les plus abondamment dorés et sculptés dans un décor textile de tapisserie. Le meuble disposé dans ce salon est d’ailleurs en bois doré de style néo-Louis XV et recouvert en tapisserie de Beauvais à « fond blanc, dessin à fleurs et ornements », livré en 1847 par Michel-Victor Cruchet pour le salon d’audience du duc de Nemours au palais des Tuileries6. À nouveau, l’unité stylistique n’est pas l’idée clef de l’ameublement : au contraire, l’esthétique – entendons ici leur impact visuel – et la richesse des objets réunis expliquent le voisinage de cet ensemble de sièges avec une paire de bas d’armoire Empire de Jacob-Desmalter7 et une petite table en mosaïque de Florence de Martin Carlin8 (fig. 2). Ces meubles d’ébénisterie – aux formes singulièrement différentes – s’accordent en une harmonie colorée, le bois d’ébène jouant avec de riches bronzes dorés. Une paire de piédestaux en marqueterie Boulle renforçaient ces tonalités et ajoutaient encore à la préciosité des matériaux.

  • 9 Mobilier dit du roi de Suède, Jean-Baptiste Tilliard (1784) et Jean-Baptiste Boulard (1785), dépôt (...)
  • 10 Cette dénomination de style « Pompadour », employée jusqu’au début du Second Empire, caractérisait (...)
  • 11 Paire d’encoignures, Martin Carlin, 1785, grand cabinet de Madame Victoire à Bellevue, 0,96 × 0,86  (...)

5L’impératrice disposait ensuite d’un petit salon de réception privé, appelé Petit Salon vert, garni de l’ensemble dit de Gustave III de Suède9, alors recouvert d’une brocatelle verte assortie aux tentures. Il était composé d’un canapé (fig. 3) accompagné de deux bergères, six fauteuils, six chaises et un écran. Ce mobilier avait dû plaire à Eugénie pour ses lignes élégantes néo-classiques et ses ornements (colombes, carquois, couronne) fortement évocateurs de la fin du xviiie siècle. Notons que, quelques années auparavant, en 1851, le même meuble avait été qualifié dans les inventaires de « style Pompadour10 ». Se trouvait également dans ce salon une riche paire d’encoignures en laque de Martin Carlin11, que l’impératrice fit d’ailleurs redisposer dans ses nouveaux appartements après 1860.

Fig. 2 : Martin Carlin, Table en mosaïque de pierre dures de Florence, 1774, ébène et bronze doré, 76 × 78,5 × 59 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb 13753.

Fig. 2 : Martin Carlin, Table en mosaïque de pierre dures de Florence, 1774, ébène et bronze doré, 76 × 78,5 × 59 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb 13753.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

Fig. 3 : Jean-Baptiste Tilliard, Canapé dit « du roi de Suède », 1777-1778, noyer, gros de Tours broché fond satin, 103 × 203 × 86 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, OA 9359.

Fig. 3 : Jean-Baptiste Tilliard, Canapé dit « du roi de Suède », 1777-1778, noyer, gros de Tours broché fond satin, 103 × 203 × 86 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, OA 9359.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin

  • 12 Secrétaire à cylindre, Jean-Henri Riesener, 1784, 1,03 × 1,13 × 0,64 m, Paris, musée du Louvre, OA  (...)
  • 13 Pendule-régulateur, attribuée à Jean-Henri Riesener, v. 1785, 2,27 × 0,49 × 0,30 m, Paris, dépôt du (...)
  • 14 Encoignure en laque [disparue], attribuée à Jean-Henri Riesener, 1783. Historique : Ancien Régime, (...)
  • 15 Paire de vases montés en porphyre vert, hauteur 0,38 m, Paris, musée du Louvre, OA 5178 et 5179 ; T (...)
  • 16 Paire de cassolettes montées, hauteur 0,47 m, Paris, musée du Louvre, OA 5505. Alcouffe 2004, p. 23 (...)

6Si le riche mobilier en ébène, bronze doré et laque souligne l’apparat des salons de réception, force est de constater que l’acajou et la marqueterie règnent en maître dans les pièces dévolues à l’intimité de l’impératrice Eugénie que sont le cabinet de travail et la chambre à coucher. Ces deux pièces réunissent à elles seules l’intégralité des meubles de Jean-Henri Riesener disposés dans les appartements de la souveraine aux Tuileries. La proximité évidente de ces meubles avec le souvenir de la reine Marie-Antoinette est bien entendu un facteur essentiel de ce remploi. Ainsi ont été réunis dans le cabinet de travail le secrétaire à cylindre livré par Riesener en 1784 pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette aux Tuileries12 (fig. 4) et la pendule-régulateur attribuée au même ébéniste13(fig. 5). Ces meubles étaient enrichis d’une « encoignure en bois d’ébène avec panneaux en lac de Chine, pieds à vase avec feuilles d’acanthe. Les ornements en bronze doré par Gouthière se composent de deux cornes d’abondance réunies par une couronne ; chiffre M. A. entrelacés, guirlandes de fleurs, feuilles de roses et mirthes14», assortie à la commode et au secrétaire Vanderbilt conservés au Metropolitan Museum et livrés originellement pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Versailles. Des objets d’art montés en bronze doré apportaient enfin une touche supplémentaire de richesse : une paire de vases en porphyre vert à anses à têtes de bélier et sirènes15 ainsi qu’une paire de cassolettes montées à griffons et figures féminines16. Leur coloris vert, rehaussé de bronze doré, était en parfaite harmonie avec la tonalité du cabinet.

Fig. 4 : Jean-Henri Riesener, Secrétaire à cylindre, 1784, bâti de chêne et de sapin, placage de sycomore, d’amarante et de bois de rose, marqueterie de bois polychromes, bronze doré, 103 × 113 × 64 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5226.

Fig. 4 : Jean-Henri Riesener, Secrétaire à cylindre, 1784, bâti de chêne et de sapin, placage de sycomore, d’amarante et de bois de rose, marqueterie de bois polychromes, bronze doré, 103 × 113 × 64 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5226.

Photo : © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola

Fig. 5 : Jean-Henri Riesener (attribué à), Pendule régulateur, vers 1785, placage de bois de rose, d’amarante et de bois teint en vert, bronze doré, 227 × 49 × 30 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, OA 5501.

Fig. 5 : Jean-Henri Riesener (attribué à), Pendule régulateur, vers 1785, placage de bois de rose, d’amarante et de bois teint en vert, bronze doré, 227 × 49 × 30 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, OA 5501.

Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï

  • 17 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (ci-dessous AN), agence d’architecture du Louvre et des (...)
  • 18 Ibid., 1867, 64 AJ 463bis 47.
  • 19 AN, Maison de l’empereur, O5 1679. Au titre des dépenses de l’année 1853, est relevé en date du 5 n (...)
  • 20 Commode en acajou, Étienne Levasseur, largeur 1,96 m, Paris, musée du Louvre, OA 5503. Historique : (...)
  • 21 Commode en acajou, Guillaume Benneman, 1787, chambre à coucher de Mme Thierry de Ville-d’Avray au G (...)
  • 22 « Commode en marqueterie de bois, fond à losanges, pieds en bronze à feuilles, montants à pans coup (...)

7La chambre à coucher occupait le bout de l’appartement, au centre de l’aile reliant le pavillon de Flore au pavillon de l’Horloge, à l’aplomb de la chambre de l’Empereur située au rez-de-chaussée, ainsi que le montre une coupe conservée aux Archives nationales17. Le plan de l’appartement18 montre quant à lui l’emplacement précis du mobilier dans la chambre à coucher de l’Impératrice, seule pièce à conserver son emplacement et son mobilier du début à la fin du règne, et ce malgré les vastes travaux de recomposition et de décoration entrepris par Hector-Martin Lefuel. La chambre avait pour pièce maîtresse un lit sculpté, parfaitement moderne et livré par Jeanselme, d’inspiration mixte Louis XV-Louis XVI, dont le lit de l’impératrice à l’Élysée, conservé à Compiègne, propose une excellente comparaison. Pour les Tuileries le modèle en avait été donné par le peintre-dessinateur Rémon, dont le mémoire de fourniture est conservé19. L’inventaire de 1855 décrit l’ornementation de ce lit, paré de couronnes, palmes, instruments de musique, flambeaux, carquois et guirlandes, soit un résumé du vocabulaire décoratif du style Louis XVI. Trois commodes en acajou Louis XVI garnissaient la chambre d’Eugénie. L’une de Levasseur livrée pour Bellevue20 et l’autre de Benneman livrée pour Mme Thierry de Ville-d’Avray à l’hôtel du Garde-Meuble21 sont bien connues. La troisième commode22 ornait l’entre-fenêtres ou le dessous du trumeau de glace. La description ne laisse aucun doute sur la paternité de cette commode, qui revient à Jean-Henri Riesener. Absente des collections françaises, cette commode – à l’instar de l’encoignure en laque au chiffre de Marie-Antoinette – a vraisemblablement disparu au cours de l’incendie du palais en 1871. Une seule certitude demeure : l’impératrice Eugénie, dans sa fascination pour Marie-Antoinette, a veillé à s’entourer, dans son intimité, des meubles les plus significatifs et dont la provenance semblait la plus évidente.

L’héritage de la monarchie de Juillet

  • 23 Dion-Tenenbaum 1993.

8Il ressort de ces ameublements que l’impératrice Eugénie a fait œuvre d’amateur du mobilier du xviiie siècle dans ses appartements, transformant pour ainsi dire son Petit Salon vert et son cabinet de travail en « sanctuaire » du mobilier Louis XVI. Cette inclination s’explique en partie par la vénération que l’impératrice des Français entretenait pour Marie-Antoinette. Rappelons toutefois qu’elle hérite d’un palais dans lequel la famille régnante précédente avait déjà montré son intérêt pour le mobilier ancien. Au premier rang de celle-ci figure la personnalité du duc d’Orléans qui, en exhumant du Mobilier de la Couronne des meubles parmi les plus prestigieux de l’Ancien Régime, avait déjà transformé son appartement du pavillon de Marsan en « sanctuaire23 » du mobilier historique.

  • 24 Paire de vases montés, hauteur 0,58 m, Paris, musée du Louvre, OA 5514. Historique : 1782 - Vente d (...)
  • 25 Paire de chenets, Pierre-Philippe Thomire et Louis-Simon Boizot, 1784, grand salon de Mesdames à Be (...)
  • 26 Paire de chenets à buire et chèvre, attribués à Pierre Gouthière, v. 1780, 0,44 × 0,49 m, Paris, mu (...)

9En prêtant attention à l’origine des meubles et objets d’art présents en 1855 dans l’appartement de l’impératrice Eugénie, il apparaît que, hormis quelques pièces venues de Saint-Cloud, l’écrasante majorité figurait déjà au palais des Tuileries en 1851, voire depuis 1833. Il en va ainsi des objets d’art montés, dont la plupart garnissait la galerie de Diane, certains depuis la Restauration : la paire d’aiguières à monture à anses en forme de dragon, les vases à monture de Gouthière à anses à figures égyptiennes, le vase seau à monture à chimères du duc d’Aumont24 ou encore la paire de vases montés en porphyre vert à anses à figures féminines et têtes de bélier. La plupart des bronzes d’ameublement provenaient également de ce grand appartement contigu à celui de l’impératrice, et basculèrent simplement de l’un à l’autre : la paire de chenets aux lions ailés et globe céleste du salon des Tapisseries25 et celle à aiguière et chèvre du Petit Salon vert26. Du même appartement, enfin, fut extraite la paire de bas d’armoire Empire de Jacob-Desmalter, destinée au salon des Tapisseries. Évidemment, le palais des Tuileries regorgeait d’ensembles de sièges, anciens et modernes, en particulier dans les espaces anciennement occupés par les princes d’Orléans. C’est ainsi que l’ensemble de Cruchet livré pour le duc de Nemours au pavillon de Marsan et le mobilier dit du roi de Suède, utilisé par la duchesse de Montpensier, gagnèrent respectivement le salon des Tapisseries et le Petit Salon vert de l’impératrice.

  • 27 Paire de chenets à sujet de chasse, Quentin-Claude Pitoin, 1772, dépôt du Louvre à Compiègne, salon (...)
  • 28 Livrés en 1788 par Feuchère pour le cabinet intérieur de Louis XVI à Saint-Cloud, il s’agit d’une v (...)

10Les ponctions les plus nombreuses venaient néanmoins de l’ancien appartement du duc d’Orléans, qui avait été le premier à exhumer du Garde-Meuble les reliques de l’Ancien Régime. De ce fait s’y trouvait encore au début des années 1850 un mobilier prestigieux du xviiie siècle. L’impératrice Eugénie, dans sa quête, ne manqua donc pas de dépouiller pour ainsi dire l’appartement du rez-de-chaussée du pavillon de Marsan et de revêtir le sien de meubles prestigieux. Sans revenir sur l’ameublement du duc d’Orléans, déjà étudié en détail par Mme Dion-Tenenbaum, signalons simplement que les salons des aides de camp, cabinet de travail et chambre à coucher du duc d’Orléans renfermaient déjà l’essentiel des meubles et bronzes d’ameublement importants du xviiie siècle présents chez l’Impératrice en 1855. Au premier rang de ceux-ci figurent les meubles de Riesener, étroitement associés au souvenir de Marie-Antoinette et qu’Eugénie s’empressa de réunir : d’une part le mobilier de marqueterie, la pendule régulateur, le secrétaire à cylindre de la reine et la commode au relief à colombes, et d’autre part un mobilier en laque comme l’encoignure de Riesener au chiffre de Marie-Antoinette et la paire d’encoignures livrée par Martin Carlin pour Mesdames à Bellevue. Du pavillon de Marsan provenaient également deux paires de vases montés ornant le salon des Chambellans de l’impératrice, la paire de chenets à sujet de chasse de Pitoin27 et les bras de lumière de Feuchère ornés d’un amour28.

11Par conséquent, la concentration de meubles et objets d’art de la fin du xviiie siècle n’est pas une invention du Second Empire et de l’impératrice Eugénie. Si l’on observe une généralisation de cette tendance, doublée d’une fascination personnelle pour la dernière reine de France et les reliques de son environnement quotidien, participe de ce phénomène un héritage du régime monarchique précédent encore bien présent au sein des palais, en particulier celui des Tuileries. L’influence du duc d’Orléans dans l’orientation du goût pour le mobilier ancien est un élément important pour comprendre les choix de l’impératrice Eugénie qui, quelques années plus tard, porta son attention sur un ensemble plus restreint et plus cohérent de pièces : celles du règne de Louis XVI et de Marie-Antoinette. Pour son ameublement, Eugénie n’eut pas besoin d’écumer les réserves du Garde-Meuble à la recherche de mobilier ancien ; une promenade au gré des salons du palais a pu constituer le noyau historique de son ameublement, inscrit dans une harmonie décorative propre à la souveraine.

Fig. 6 : Hector-Martin Lefuel (attribué à), Appartements de S.M. l’Impératrice aux Tuileries. Projet exécuté avec légères modifications, 1859, dessin rehaussé d’aquarelle, 88 × 85 cm. Paris, musée des Arts décoratifs, Inv. 8298 A.

Fig. 6 : Hector-Martin Lefuel (attribué à), Appartements de S.M. l’Impératrice aux Tuileries. Projet exécuté avec légères modifications, 1859, dessin rehaussé d’aquarelle, 88 × 85 cm. Paris, musée des Arts décoratifs, Inv. 8298 A.

Photo : © Les Arts décoratifs, Paris / Jean Tholance, tous droits réservés

Fig. 7 : Georges Leprêtre, Ornement de dessus de trumeau du Salon rose des Tuileries (détail), vers 1859. Paris, Archives nationales, 64 AJ 276 / 613.

Fig. 7 : Georges Leprêtre, Ornement de dessus de trumeau du Salon rose des Tuileries (détail), vers 1859. Paris, Archives nationales, 64 AJ 276 / 613.

Photo : © Paris, Archives nationales / Droits réservés

Les nouveaux appartements de l’impératrice : la création d’un style impérial inspiré du style Louis XVI

Hector-Martin Lefuel et la décoration des nouveaux appartements (1858-1860)

  • 29 Heilbrun et Bresc-Bautier 1995, p. 80.
  • 30 Que Mme Gay-Mazuel, conservateur au Musée des arts décoratifs, département xixe siècle, trouve ici (...)
  • 31 Rouyer 1867.
  • 32 Clouzot 1925, p. 154.

12La situation de l’ameublement décrite précédemment reflète une réalité que l’on pourrait qualifier de provisoire. En effet, s’inscrivant dans la continuité des agrandissements déjà envisagés par Percier et Visconti, l’architecte en charge des travaux du Louvre, Hector-Martin Lefuel, lança ces travaux dès 1856. Ils visaient à reconvertir la galerie couverte du rez-de-chaussée au sud du pavillon de l’Horloge et faire de la terrasse supérieure de nouveaux espaces intérieurs en élevant d’un étage la façade. Un escalier de desserte attenant au pavillon central fut édifié en 1857 et à l’été de l’année suivante, la maçonnerie terminée29. La nouvelle enfilade fut orientée en sens contraire de l’ancien appartement et, si l’impératrice a dû conserver un certain temps ses anciens salons, elle les rendit progressivement au service du Prince impérial. Les aménagements et la décoration des nouveaux appartements de l’Impératrice débutèrent donc en août 1858 et s’achevèrent deux ans plus tard. Si les échanges entre Eugénie et son architecte n’ont pas été retrouvés, il paraît évident que la souveraine a donné au maître d’œuvre des indications relativement précises quant à ses desiderata. Les seules sources que nous ayons pu relier à cette étape préliminaire de la décoration des nouveaux appartements sont les projets aquarellés, attribués à Hector-Martin Lefuel, conservés au Musée des arts décoratifs30. Figurent parmi ces maquettes des projets non aboutis ainsi que des esquisses préparatoires pour les trois salons – vert, rose et bleu – ultérieurement publiés par Eugène Rouyer à l’occasion de l’Exposition universelle de 186731. Le dessin préparatoire de l’un de ces salons – vraisemblablement le rose (fig. 6) – « projet exécuté avec légères modifications », montre une décoration opulente faisant alterner peinture décorative et boiseries sculptées recouvertes d’arabesques. La comparaison des élévations des salons publiées par Rouyer avec les projets de Lefuel montre un parti pris adopté plus allégé et à l’esprit Louis XVI bien plus marqué, que ce soit dans les peintures de dessus-de-porte ou dans le dessin des arabesques des grands panneaux. Lefuel a confié les grandes décorations aux peintres contemporains Chaplin et Dubufe, la partie ornementale restant partagée, pour les trois salons, entre Biennoury, chargé des petits sujets en camaïeu, Ghéquin des chutes de fleurs et des bouquets, Burette des arabesques, Leprêtre de la sculpture décorative, Doussamy des bronzes d’ornement. L’unité décorative des nouveaux salons repose essentiellement sur « le panneau à arabesques fleuries, tel que l’ont conçu Boucher fils, Quéverdo, Van Spaendonck, Fay ou Prieur, mais accommodé par les décorateurs de Lefuel à leur formule32 ».

  • 33 Heilbrun et Bresc-Bautier 1995, p. 121.
  • 34 Il se pourrait que l’architecte Eugène Lacroix, pour le dessin des cheminées du palais de l’Élysée, (...)
  • 35 Cité dans Heilbrun et Bresc-Bautier 1995, p. 80.
  • 36 Rambouillet, archives de la régie du château, lettre d’Hector-Martin Lefuel à l’architecte du châte (...)

13Le décor sculpté participait également de l’opulente richesse de ces nouveaux appartements et de l’adaptation du style Louis XVI. Ainsi, en 1858, ordre est donné au sculpteur Leprêtre de réaliser le plus rapidement possible les modèles de style Louis XVI destinés à la décoration définitive des appartements de l’Impératrice. Une importante série de photographies, datées de 1858, est conservée aux Archives nationales, dans le fonds de l’agence d’architecture du Louvre. Il s’agit d’une campagne menée par le photographe Édouard Baldus33 reproduisant tous les modèles en plâtre des décors, entreposés dans les cours du Louvre, avant leur réalisation définitive (fig. 7). C’est là un témoignage rare du processus de création d’un décor, à mi-parcours entre les projets de l’architecte, les volontés du commanditaire et l’installation définitive. Le style Louis XVI fut le fil conducteur de cette décoration, jusque dans les moindres détails. À titre d’exemple, en 1859, l’impératrice donna l’ordre de retirer de ses salons les cheminées de style Louis XV, que l’on pensait réutiliser soit à l’Élysée, soit au Louvre34. Le sculpteur Leprêtre et le bronzier Doussamy travaillent alors de concert pour dessiner de nouvelles cheminées à l’esthétique Louis XVI ornées de bronzes décoratifs. L’harmonie de l’appartement est le véritable but de cette décoration, comme l’attestent ces mots de Lefuel à propos des serrureries : « Le style adopté par Sa Majesté étant du Louis XVI, vous vous entendrez avec M. Leprêtre, sculpteur chargé de toute la partie de sculpture décorative des quatre salons, afin qu’il existe une certaine similitude dans toutes les parties de la décoration35. » Afin de parfaire la cohérence stylistique de l’ensemble, des serrureries authentiques de la fin du xviiie siècle furent estampées dans les palais impériaux, toujours d’après les orientations fixées par Eugénie : « Sa Majesté a décidé que des estampages seraient pris, pour la décoration des nouveaux appartements des Tuileries, dans diverses résidences impériales, et notamment au château de Rambouillet, de certaines parties de quincaillerie fine36 ». Il est ainsi évident que l’impératrice Eugénie a tenu à imposer l’esthétique Louis XVI dans ses nouveaux appartements. C’est bien avant tout une idée de style qui a prévalu, non d’authenticité, et l’enjeu crucial qui a présidé à cette grande entreprise décorative fut l’encouragement de l’industrie contemporaine :

  • 37 Rouyer 1867, notice introductive.

Sa Majesté l’impératrice a voulu donner une preuve de la bienveillante sollicitude que lui inspirent l’art et l’industrie contemporaine, en s’adressant uniquement aux producteurs de ce temps pour meubler et décorer ses appartements privés […]. Comme l’art Louis XVI procède de l’art Louis XV, […] de même l’art dont nous montrons aujourd’hui les belles créations, est un prolongement, pour ainsi dire, et une adaptation des styles antérieurs aux besoins et aux moyens d’exécution très perfectionnés de la seconde moitié du dix-neuvième siècle37.

L’ameublement des nouveaux appartements de l’Impératrice (1860-1870) : entre authenticité et inspiration

  • 38 Conegliano 2005, p. 366.
  • 39 Les inventaires ne sont pas précis à cet égard. Après l’inventaire de 1855, seules figurent les nou (...)
  • 40 Guiffrey 1900, nos 138-140.
  • 41 Lanterne, Pierre-Philippe Thomire, 1785, hauteur 1,75 m, diamètre 0,80 m, château de Versailles, Pe (...)

14Le style de ses salons était du plus pur style Louis XVI ; les meubles en bois doré étaient modernes, mais exécutés d’après des modèles anciens ; quant aux pendules, bronzes, meubles, vases, ils provenaient presque tous du Garde-Meuble38. Les meubles de style voisinaient en effet avec les objets du xviiie siècle, dont certains avaient migré de l’ancien appartement vers le nouveau39. L’esthétique de ces salons reposait sur l’harmonie stylistique et chromatique bien plus que sur l’héritage historique, et pour cause, les nouveaux appartements procèdent d’une création architecturale et décorative complète. Ainsi, chacun des trois célèbres salons de réception était garni d’un riche ensemble de sièges en bois doré de style Louis XVI, du même modèle, garni d’une tapisserie de Beauvais à fond vert, rose ou bleu, assortie aux tapis tissés sur des dessins de Diéterle et Chabal-Dussurgey40. Si le mobilier de menuiserie était contemporain et recouvert de tapisserie de Beauvais, les bronzes d’ameublement comme les chenets étaient souvent anciens, à l’instar du premier appartement d’Eugénie. À cet égard, on fit placer – dans le vestibule du nouvel escalier ou dans la première antichambre – la lanterne du salon de compagnie de Marie-Antoinette au Petit Trianon41. Chef-d’œuvre de la lustrerie de la fin du xviiie siècle, la lanterne fut finalement réinstallée dans le vestibule du Petit Trianon, à proximité de son emplacement originel, à l’occasion de l’exposition rétrospective consacrée à Marie-Antoinette, organisée sous les auspices de l’impératrice. Des trois salons de réception des nouveaux appartements, le dernier – le Salon bleu – était de loin le plus prestigieux :

  • 42 Carette 1889-1991, t. I, p. 131.

L’Impératrice s’était plu à y réunir en dessus de portes, les portraits de plusieurs femmes parmi les plus jolies de son entourage. […] Les fenêtres profondes et hautes de chacun de ces salons, étaient garnies de lambrequins en tapisserie assortis au mobilier […] Chacun des objets qui se trouvaient là était d’un choix exquis. Il y avait des pendules, des vases, des torchères, des lustres, des meubles en marqueterie décorés de bronzes merveilleux42.

Fig. 8 : Adam Weisweiler, Table à écrire, 1784, ébène, laque du Japon, nacre, bronze doré et acier, 73 × 81 × 45 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5509.

Fig. 8 : Adam Weisweiler, Table à écrire, 1784, ébène, laque du Japon, nacre, bronze doré et acier, 73 × 81 × 45 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5509.

Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier

Fig. 9 : Martin Carlin, Commode, 1785, ébène, laque du Japon, bronze doré, 96 × 151 × 53 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5498.

Fig. 9 : Martin Carlin, Commode, 1785, ébène, laque du Japon, bronze doré, 96 × 151 × 53 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5498.

Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier

Fig. 10 : Giuseppe Castiglione, Salon de l’impératrice Eugénie aux Tuileries, 1868, huile sur toile, 62 × 92 cm. Madrid, collections du duc d’Albe, palais de Liria, Inv. P. 445.

Fig. 10 : Giuseppe Castiglione, Salon de l’impératrice Eugénie aux Tuileries, 1868, huile sur toile, 62 × 92 cm. Madrid, collections du duc d’Albe, palais de Liria, Inv. P. 445.

Photo : © Palais de Liria

  • 43 Table à écrire, Adam Weisweiler, 1784, livrée pour Marie-Antoinette à Versailles puis envoyée à Sai (...)
  • 44 63 000 francs, i.e. l’équivalent d’une année complète d’acquisition de mobilier ancien par le Garde (...)
  • 45 Vente du 21 avril 1865, lot no 1.
  • 46 Commode à panneaux de laque, Martin Carlin, 1785, grand cabinet de Madame Victoire à Bellevue, 0,96 (...)

15À lire les descriptions et les inventaires, le Salon bleu était devenu le nouveau « sanctuaire » de l’impératrice, rassemblant des meubles prestigieux du règne de Louis XVI. C’est dans ce salon de réception que l’impératrice Eugénie avait fait placer la table à écrire livrée par Adam Weisweiler à Marie-Antoinette43 (fig. 8). L’impératrice la fit acquérir à grands frais44 par l’administrateur du Mobilier de la Couronne, Thomas Moore Williamson, à la vente après décès du prince de Beauvau45. Ce meuble iconique voisinait probablement avec les autres meubles de laque présents dans l’appartement – cette hypothèse semble s’imposer lorsque l’on envisage le goût pour l’harmonie chromatique et les ensembles déjà à l’œuvre dans les anciens salons d’Eugénie. Sortie de l’ancien Petit Salon vert de l’impératrice pour réparation, la paire d’encoignures en laque de Martin Carlin (voir note 10) fut réintégrée le 26 octobre 1860 aux nouveaux salons. Dans un souci de cohérence esthétique, Eugénie fit revenir la commode assortie (fig. 9), qui figurait jusqu’alors dans son cabinet de travail au château de Saint-Cloud46. Les encoignures en laque faisaient partie des meubles très appréciés par l’Impératrice : elle s’en entoura dès son installation aux Tuileries. Mal informée de la localisation des encoignures en question, elle exigeait néanmoins – et avec quelle impatience ! – qu’on les lui fournisse :

  • 47 Fontainebleau, archives de la régie du château, lettre de l’administrateur du Mobilier de la Couron (...)

L’Impératrice désirerait avoir pour un de ses nouveaux salons au Palais des Tuileries, deux encoignures en laque ornées de bronzes fins style Louis XVI. Il a été dit à Sa Majesté qu’il s’en trouvait deux dans ces conditions au Palais de Fontainebleau, et j’ai reçu l’ordre de les faire transporter de suite à Paris. Il résulterait de l’examen de l’inventaire que cette indication serait en partie erronée, et qu’il n’existerait pas d’encoignure en laque à Fontainebleau. Quoi qu’il en soit, M. de Lafontinelle qui s’y rend demain, examinera avec vous et désignera au besoin les deux meubles qui pourraient être expédiés […]. L’expédition devant être faite d’urgence et à grande vitesse, l’Impératrice comptant sur ces encoignures pour vendredi matin47.

  • 48 Cette paire d’encoignures, vraisemblablement détruite dans l’incendie des Tuileries en 1871, figura (...)
  • 49 Carette (1889-1891, t. I, p. 129) évoque un « grand bahut en marqueterie » pour ranger les ouvrages (...)

16À défaut d’encoignure en laque fut finalement livrée de Fontainebleau une paire d’encoignures en amarante48, qui, assortie à un meuble d’appui contemporain, meubla vraisemblablement le Salon vert49. Le changement d’ambiance est radical dans les pièces intimes que sont le cabinet de travail et le Petit Salon de l’impératrice :

  • 50 Ibid., p. 133-138.

[…] son home en quelque sorte […]. Des tentures en gourgouran, étoffe de soie mate à larges rayures satinées d’un vert très doux, donnaient à cette pièce un air intime et habité et faisaient admirablement valoir les tableaux qui l’ornaient. Les meubles en étoffe capitonnée et les rideaux en satin de nuance pourpre, relevaient avec beaucoup d’harmonie, le ton un peu sombre de la tenture. Les boiseries des portes et des fenêtres, en bois naturel couleur acajou, avaient de belles ferrures de cuivre doré. […] Un large canapé faisant face à la cheminée s’adossait à un bureau Louis XVI, en acajou rehaussé de bronzes dorés. […] Une longue horloge à gaine, en acajou et bronzes dorés, chef-d’œuvre du xviiie siècle, remplaçait la pendule absente […]50.

  • 51 Giuseppe Castiglione, Cabinet de travail et petit salon de l’impératrice Eugénie aux Tuileries, 186 (...)
  • 52 Baromètre, Grohé frères, 1861, Dépôt du musée du Louvre au château de Versailles, OA 5502. Voir not (...)
  • 53 Carette 1889-1891, t. I, p. 138.
  • 54 L’historique des meubles est une enquête de long terme ; aussi, le lecteur voudra bien considérer q (...)

17La description, confrontée au tableau de Castiglione51 (fig. 10), nous renseigne sur l’ameublement de ces pièces de retraite. Sans équivoque, l’ancienne dame de l’impératrice décrit la pendule-régulateur de Riesener, déjà présente dans le premier cabinet de travail d’Eugénie, et dont les frères Grohé livrèrent à Eugénie une copie parfaite faisant office de baromètre52. La vue d’intérieur montre également à l’arrière-plan ce que Mme Carette décrit comme un « bureau Louis XVI, acajou rehaussé de bronze doré53 ». Le modèle en est le bureau du roi fourni par Benneman, mais les inventaires ne permettent pas de déterminer s’il s’agit d’un des deux originaux (1786 et 1787) – dont l’un a aujourd’hui disparu – ou bien d’une des trois copies livrées par l’ébéniste Wassmus pour Saint-Cloud en 185554. Cet ameublement disparate mais d’une cohérence décorative toute personnelle – n’évoquons pas le savant capharnaüm composé par Eugénie dans son « atelier de peinture » mansardé – est tout à fait symptomatique des préoccupations de l’impératrice, dont les nouveaux salons sont à la fois la consécration d’un style personnel et le creuset du contexte culturel et esthétique de l’époque.

18L’ameublement et la décoration des appartements de l’impératrice Eugénie, et surtout leur transformation, sont des thématiques révélatrices des modèles esthétiques du Second Empire. Au premier appartement, où la souveraine avait réuni un grand nombre de pièces uniques du xviiie siècle, comme un rappel de l’héritage de Louis XVI et Marie-Antoinette, on substitua une véritable création artistique et décorative du Second Empire, faisant primer le style sur l’authenticité. En cela, les nouveaux appartements de l’Impératrice se distinguaient nettement des espaces antérieurs. La première inclination d’Eugénie alla à la réunion des reliques ayant eu un lien avec la dernière reine de France, faisant même de son Petit Salon vert et de son cabinet de travail un « sanctuaire » du mobilier Louis XVI. Sinon à cause de son goût, du moins à cause de son devoir, Eugénie ne pouvait se contenter, comme les collectionneurs Léopold Double ou lord Hertford, de vivre au milieu des vestiges de l’Ancien Régime. Au contraire, il lui fallait encourager les arts – les industries – du temps et doter le régime d’une signature esthétique. C’est ce que l’impératrice fit en chargeant Hector-Martin Lefuel de la plus grande réalisation décorative impériale du Second Empire, saluée comme telle par la critique contemporaine. La réunion de meubles et objets du xviiie siècle choisis en fonction de leur provenance et de leur richesse entendait plutôt s’accorder à la décoration des salons et (re)créer une atmosphère dont l’harmonie colorée était le maître-mot. L’écho du porphyre vert et de la porcelaine céladon avec les tentures vertes, le dialogue de l’ébène et de la laque avec le bronze doré et une tonalité bleue attestent d’une recherche plus décorative qu’historique – ou historiciste. Pouvons-nous en cela risquer le rapprochement – toutes proportions gardées – entre le goût d’Eugénie et celui de Marie-Antoinette ? Selon nous enfin, le style passé à la postérité sous l’appellation de « Louis XVI-Impératrice » ne peut s’appliquer qu’à l’unique cas des nouveaux appartements de l’Impératrice aux Tuileries, seule œuvre décorative totale entreprise ex nihilo.

Haut de page

Bibliographie

Alcouffe Daniel, Dion-Tenenbaum Anne et Lefébure Amaury, 1993, Le mobilier du Louvre, Dijon, Faton, t. I.

Alcouffe Daniel, Dion-Tenenbaum Anne et Mabille Gérard, 2004, Les bronzes d’ameublement du Louvre, Dijon, Faton.

Arizzoli-Clémentel Pierre, 2002, Le mobilier de Versailles, xviie et xviiie siècles, Dijon, Faton, t. II.

Arizzoli-Clémentel Pierre et Samoyault Jean-Pierre, 2009, Le mobilier de Versailles : chefs-d’œuvre du xixe siècle, Dijon, Faton.

Austin-Heilbrun Florence, 1972, Le palais des Tuileries au Second Empire d’après les inventaires et les photographies, mémoire de recherche approfondie dirigé par Pierre Verlet, Paris, École du Louvre.

Baulez Christian, 2001, « Le grand cabinet intérieur de Marie-Antoinette. Décor, mobilier et collections », dans Kopplin Monika (dir.), Les laques du Japon : collections de Marie-Antoinette, cat. exp. (Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, 15 oct. 2001-7 janv. 2002 ; Münster, Museum für Lackkunst, 27 janv.-7 avr. 2002), Münster / Paris / Versailles, Museum für Lackkunst / château de Versailles / Réunion des musées Nationaux, p. 28-41.

Boulenger Jacques, 1932, Les Tuileries sous le Second Empire, Paris, Calmann-Lévy.

Carette Amélia, 1889-1891, Souvenirs intimes de la cour des Tuileries, Paris, P. Ollendorff, 3 vol.

Clouzot Henri, 1925, Des Tuileries à Saint-Cloud : l’art décoratif du Second Empire, Paris, Payot.

Conegliano Charles-Adrien-Gustave, duc de, 2005 [1897], Le Second Empire : la Maison de l’empereur, [Boston], Adamant Media.

Demoriane Hélène, 1961, « Le Louis XVI qu’aimait Eugénie », Connaissance des arts, no 116, oct., p. 76-85.

Denis Philippe, 2012, Le rôle de l’impératrice Eugénie dans le développement des arts décoratifs, mémoire de maîtrise, Montréal, université du Québec.

Dion-Tenenbaum Anne, 1993, « Le sanctuaire du pavillon de Marsan », dans Robert Hervé (dir.), Le mécénat du duc d’Orléans, 1830-1842, Paris, Délégation à l’action artistique de la Ville de Paris, p. 78-87.

Dumonthier Ernest, 1912, Les bronzes du Mobilier national : bronzes d’éclairage et de chauffage, Paris, Massin.

Guiffrey Jules, s. d., Les modèles et le musée des Gobelins, Paris, A. Guérinet, 2 vol.

Heilbrun Françoise et Bresc-Bautier Geneviève, 1995, Le photographe et l’architecte : Édouard Baldus, Hector-Martin Lefuel et le chantier du nouveau Louvre de Napoléon III, cat. exp. (Paris, musée du Louvre, 6 avr.-3 juil. 1995), Paris, Réunion des musées nationaux.

Lescure Mathurin de, 1867, Les palais de Trianon : histoire, description, catalogue des objets exposés sous les auspices de Sa Majesté l’Impératrice, Paris, Plon.

McQueen Alison, 2011, Empress Eugénie and the Arts: Politics and Visual Culture in the Nineteenth Century, Farnham / Burlington, Ashgate.

Meyer Daniel, 2002, Le mobilier de Versailles, xviie et xviiie siècles, Dijon, Faton, t. I.

Rouyer Eugène, 1867, Les appartements privés de S. M. l’Impératrice au palais des Tuileries décorés par M. Lefuel, Paris, Baudry.

Un âge d’or des arts décoratifs, 1814-1848, 1991, cat. exp. (Paris, Grand Palais, 10 oct.-30 déc. 1991), Paris, Réunion des musées nationaux.

Wolvesperges Thibaut, 2000, Le meuble français en laque au xviiie siècle, Paris, Éd. de l’Amateur.

Haut de page

Notes

1 Rouyer 1867.

2 Carette 1889-1891.

3 Paire d’aiguières montées, h. 0,59 m, Paris, musée du Louvre, OA 5151. Historique : 1826 - Tuileries, galerie de Diane ; 1833 - Idem ; 1851 - Tuileries, salon d’Apollon. Alcouffe 2004, p. 89-90.

4 Paire d’aiguières montées, hauteur 0,52 m, Paris, musée du Louvre, OA 5496. Historique : 1833 - Tuileries, pavillon de Marsan, palier de l’appartement du duc d’Orléans ; 1851 - Tuileries, pavillon de Marsan, premier salon du rez-de-chaussée. Alcouffe 2004, p. 91-92.

5 Paire de vases montés, h. 0,56 m, Paris, musée du Louvre, OA 5497. Historique : 1833 - Tuileries, galerie de Diane ; 1851 - Tuileries, pavillon de Marsan, antichambre du rez-de-chaussée. Alcouffe 2004, p. 228-229.

6 Que soit ici remercié très sincèrement Jean-Pierre Samoyault, qui a aimablement orienté nos recherches dans les inventaires du xixe siècle. Mobilier de Michel-Victor Cruchet, 1847, dépôt du château de Fontainebleau au Louvre, F 572-575. Historique : 1847 - Tuileries, pavillon de Marsan, salon d’audience du duc de Nemours ; 1855 - Tuileries, salon des Tapisseries de l’Impératrice ; 1861 - Rentrée au Garde-Meuble puis château de Fontainebleau, salon du Conseil. Un âge d’or des arts décoratifs 1991, p. 398-399.

7 Paire de bas d’armoire, Jacob-Desmalter d’après Percier et Fontaine, 1811-1812, pour le grand cabinet de l’Empereur aux Tuileries, h. 1,21 × l. 2,14 × prof. 0,69 m, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb 13249. Historique : 1816 - Tuileries, grand cabinet du Roi ; 1833 - Tuileries, salon dit de Louis XIV ; 1851 - Tuileries, premier salon après la galerie de Diane ; 1855 - Tuileries, salon des Tapisseries de l’impératrice. Arizzoli-Clémentel 2009, p. 70-77.

8 Table en mosaïque de Florence, Martin Carlin, 1780, 0,77 × 0,79 × 0,59 m, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb 13753. Historique : palais consulaire des Tuileries ; 1807 - Saint-Cloud, salon de la dame d’honneur de l’impératrice ; 1812 - Saint-Cloud, salle du trône ; 1824 - Saint-Cloud, premier salon du grand appartement. Arizzoli-Clémentel 2002, p. 107-109.

9 Mobilier dit du roi de Suède, Jean-Baptiste Tilliard (1784) et Jean-Baptiste Boulard (1785), dépôt du musée du Louvre au château de Versailles, OA 9359-9365. Historique : 1810 - Fontainebleau, deuxième salon de Louis Bonaparte (puis de Monsieur) ; 1833 - Fontainebleau, premier salon de l’appartement du Pape ; 1846 - Rentrée au Garde-Meuble, recouvert d’une brocatelle verte puis livré à la duchesse de Montpensier aux Tuileries ; 1851 - Tuileries, premier salon au premier étage de l’Aile neuve sur la rue de Rivoli ; 1867 - Rentrée au Garde-Meuble ; 1878 - Élysée, salon du Conseil (livré le 10 mai). Meyer 2002, p. 158-163.

10 Cette dénomination de style « Pompadour », employée jusqu’au début du Second Empire, caractérisait tout type de mobilier dont l’ornementation évoquait la féminité et la délicatesse, et était employée aussi bien pour qualifier le mobilier Louis XV que Louis XVI. Les catégories se précisèrent quelque peu avec l’intérêt croissant apporté par le Second Empire aux arts décoratifs de la fin du xviiie siècle.

11 Paire d’encoignures, Martin Carlin, 1785, grand cabinet de Madame Victoire à Bellevue, 0,96 × 0,86 × 0,67 m, Paris, musée du Louvre, OA 5499. Historique : 1833 - Tuileries, pavillon de Marsan, salon des aides de camp du duc d’Orléans ; 1851 - Tuileries, pavillon de Marsan, chambre du rez-de-chaussée. Alcouffe 1993, p. 258-259.

12 Secrétaire à cylindre, Jean-Henri Riesener, 1784, 1,03 × 1,13 × 0,64 m, Paris, musée du Louvre, OA 5226. Historique : 1824 - Saint-Cloud, appartement de S. A. R. Monsieur ; 1843 - Saint-Cloud, appartement de l’architecte Dubreuil ; 1855 - Tuileries, cabinet de travail de l’Impératrice ; 1857 - rentrée au Garde-Meuble ; 1867 - Petit Trianon, exposition rétrospective. Alcouffe 1993, p. 283-285.

13 Pendule-régulateur, attribuée à Jean-Henri Riesener, v. 1785, 2,27 × 0,49 × 0,30 m, Paris, dépôt du musée du Louvre au château de Versailles, OA 5501. Historique : 1833 - Tuileries, pavillon de Marsan, salon des aides de camp du duc d’Orléans ; 1851 - Tuileries, pavillon de Marsan, premier salon du rez-de-chaussée. Alcouffe 1993, p. 286-287.

14 Encoignure en laque [disparue], attribuée à Jean-Henri Riesener, 1783. Historique : Ancien Régime, voir Baulez 2001, p. 33-35 et Wolvesperges 2000, p. 354 ; 1842 - livrée au palais des Tuileries, pavillon de Marsan, Salon blanc du duc d’Orléans ; 1851 - Tuileries, pavillon de Marsan, troisième salon du rez-de-chaussée.

15 Paire de vases montés en porphyre vert, hauteur 0,38 m, Paris, musée du Louvre, OA 5178 et 5179 ; Tuileries, grand appartement du premier étage sur la cour depuis 1826. Alcouffe 2004, p. 240-243.

16 Paire de cassolettes montées, hauteur 0,47 m, Paris, musée du Louvre, OA 5505. Alcouffe 2004, p. 234-235.

17 Pierrefitte-sur-Seine, Archives nationales (ci-dessous AN), agence d’architecture du Louvre et des Tuileries, 64 AJ 463bis 93.

18 Ibid., 1867, 64 AJ 463bis 47.

19 AN, Maison de l’empereur, O5 1679. Au titre des dépenses de l’année 1853, est relevé en date du 5 novembre, un « dessin du lit de S. Majesté l’Impératrice (exécuté pour les Tuileries) ».

20 Commode en acajou, Étienne Levasseur, largeur 1,96 m, Paris, musée du Louvre, OA 5503. Historique : 1818 - Saint-Cloud, petite salle des gardes ; v. 1820-Saint-Cloud, salon de S. A. R. Madame.

21 Commode en acajou, Guillaume Benneman, 1787, chambre à coucher de Mme Thierry de Ville-d’Avray au Garde-Meuble de la Couronne, Paris, musée du Louvre, OA 5504. En 1792 dans le cabinet du Conseil au palais des Tuileries, elle figura à Saint-Cloud avant de rejoindre la chambre de l’Impératrice aux Tuileries.

22 « Commode en marqueterie de bois, fond à losanges, pieds en bronze à feuilles, montants à pans coupés, embases et chapiteaux à feuilles d’ornements, guirlandes de feuilles et de fruits figurant des poignées, médaillon au milieu représentant un trophée, fleurs et oiseaux, le tout en bronze ciselé et doré, 3 tiroirs dans la ceinture ; sur celui du milieu, guirlandes de feuilles de chêne, sur les autres, frises découpées et cannelées » (AN, AJ19 1099) ; attribuée à Jean-Henri Riesener. Historique : 1807 - Saint-Cloud, chambre du Grand Maréchal ; 1824 - Saint-Cloud, chambre de Mme de Gontaut ; 1828 - rentrée au Garde-Meuble ; 1842 - Tuileries, Salon blanc du duc d’Orléans ; 1851 - Tuileries, pavillon de Marsan, 3e salon du rez-de-chaussée.

23 Dion-Tenenbaum 1993.

24 Paire de vases montés, hauteur 0,58 m, Paris, musée du Louvre, OA 5514. Historique : 1782 - Vente du duc d’Aumont et achat pour Louis XVI ; 1793 - Museum central des arts, puis palais des Tuileries ; 1833 - Tuileries, galerie de Diane ; 1851 - Tuileries, salon d’Apollon. Alcouffe 2004, p. 245-246.

25 Paire de chenets, Pierre-Philippe Thomire et Louis-Simon Boizot, 1784, grand salon de Mesdames à Bellevue, Paris, musée du Louvre, OA 5261. Historique : 1833 - Tuileries, salon de famille au premier étage sur jardin ; 1851 - Tuileries, cinquième salon au premier étage sur jardin ; une seconde paire du même modèle garnissait le grand appartement d’apparat sur cour. Alcouffe 2004, p. 196-199.

26 Paire de chenets à buire et chèvre, attribués à Pierre Gouthière, v. 1780, 0,44 × 0,49 m, Paris, musée du Louvre, OA 5263. Historique : 1833 - Tuileries, petit cabinet de travail au premier étage sur le jardin ; 1851 - Tuileries, quatrième salon du même appartement. Alcouffe 2004, p. 194-195.

27 Paire de chenets à sujet de chasse, Quentin-Claude Pitoin, 1772, dépôt du Louvre à Compiègne, salon des Jeux de la Reine, C56D9 (OA 5176). Historique : 1833 - Tuileries, pavillon de Marsan, salon des aides de camp du duc d’Orléans ; 1851 - Tuileries, pavillon de Marsan, troisième salon du rez-de-chaussée ; 1855 - Tuileries, Petit Salon vert de l’impératrice. Une paire du même modèle figurait dans le grand appartement (Salon bleu, d’Apollon, blanc, du Consul de 1833 à 1855) ; dépôt du Louvre à Versailles (OA 5175). Alcouffe 2004, p. 118-121.

28 Livrés en 1788 par Feuchère pour le cabinet intérieur de Louis XVI à Saint-Cloud, il s’agit d’une variante à trois lumières des bras livrés pour le cabinet intérieur de Marie-Antoinette à Saint-Cloud, dans laquelle des fruits et des fleurs remplacent les tourtereaux. Quatre bras de lumière, Pierre-François Feuchère, 1788, hauteur 0,73 m, Paris, Mobilier national, GML 3806 et 6238. Historique : 1833 - Tuileries, pavillon de Marsan, cabinet de travail du duc d’Orléans ; 1851-Tuileries, pavillon de Marsan, chambre à coucher du rez-de-chaussée ; IIIe République - palais de l’Élysée. Dumonthier 1912, pl. 6, no 3.

29 Heilbrun et Bresc-Bautier 1995, p. 80.

30 Que Mme Gay-Mazuel, conservateur au Musée des arts décoratifs, département xixe siècle, trouve ici un témoignage de notre gratitude pour avoir porté à notre connaissance ces œuvres graphiques.

31 Rouyer 1867.

32 Clouzot 1925, p. 154.

33 Heilbrun et Bresc-Bautier 1995, p. 121.

34 Il se pourrait que l’architecte Eugène Lacroix, pour le dessin des cheminées du palais de l’Élysée, ait pris ces cheminées des Tuileries pour modèle (AN, F21 794).

35 Cité dans Heilbrun et Bresc-Bautier 1995, p. 80.

36 Rambouillet, archives de la régie du château, lettre d’Hector-Martin Lefuel à l’architecte du château Paccard, le 3 mars 1859. La technique de l’estampage de modèles authentiques fut couramment utilisée par Lefuel, qui, lors des travaux de réunion du Louvre et des Tuileries, avait chargé le sculpteur Leprêtre de réaliser des moulages des sculptures du Louvre historique pour assurer la cohérence esthétique et stylistique du nouveau complexe architectural (AN, F21 1745-1746).

37 Rouyer 1867, notice introductive.

38 Conegliano 2005, p. 366.

39 Les inventaires ne sont pas précis à cet égard. Après l’inventaire de 1855, seules figurent les nouvelles entrées. Les mouvements internes ne peuvent être que devinés grâce au croisement avec d’autres sources.

40 Guiffrey 1900, nos 138-140.

41 Lanterne, Pierre-Philippe Thomire, 1785, hauteur 1,75 m, diamètre 0,80 m, château de Versailles, Petit Trianon, T 462 C. Historique : 1784 - salon de compagnie de la reine au Petit Trianon ; 1793 - vente révolutionnaire, achat du marchand Sentz ; 1811 - rachat par le Garde-Meuble à Lafond, rue de Castiglione ; 1811 - salon du Pavillon français ; 1836 - vestibule du Roi à Versailles ; 1859 - nouveaux appartements de l’impératrice Eugénie aux Tuileries ; 1862 - rentrée au Garde-Meuble ; 1867 - vestibule du Petit Trianon pour l’exposition rétrospective.

42 Carette 1889-1991, t. I, p. 131.

43 Table à écrire, Adam Weisweiler, 1784, livrée pour Marie-Antoinette à Versailles puis envoyée à Saint-Cloud, 0,73 × 0,81 × 0,45 m, Paris, musée du Louvre, OA 5509. Alcouffe 1993, p. 289-291.

44 63 000 francs, i.e. l’équivalent d’une année complète d’acquisition de mobilier ancien par le Garde-Meuble.

45 Vente du 21 avril 1865, lot no 1.

46 Commode à panneaux de laque, Martin Carlin, 1785, grand cabinet de Madame Victoire à Bellevue, 0,96 × 1,51 × 0,53 m, Paris, musée du Louvre, OA 5498. Historique : 1807 - Tuileries, chambre à coucher de l’Empereur ; 1810 - Fontainebleau, chambre du petit appartement de l’Empereur, puis du duc d’Angoulême, puis de Madame Adélaïde ; 1850 - Fontainebleau, appartement du Pape, cabinet de toilette de la duchesse d’Orléans ; 1853 - Saint-Cloud, cabinet de travail de l’Impératrice ; 1861 - Nouveaux appartements d’Eugénie aux Tuileries. Alcouffe 1993, p. 254-257.

47 Fontainebleau, archives de la régie du château, lettre de l’administrateur du Mobilier de la Couronne, Thomas Moore Williamson, datée du 5 janvier 1859.

48 Cette paire d’encoignures, vraisemblablement détruite dans l’incendie des Tuileries en 1871, figurait jusqu’alors dans le grand salon de l’Impératrice à Fontainebleau, où elle fut d’ailleurs photographiée. Nous renvoyons à la contribution de M. Yves Carlier dans ce même numéro du Bulletin.

49 Carette (1889-1891, t. I, p. 129) évoque un « grand bahut en marqueterie » pour ranger les ouvrages des dames.

50 Ibid., p. 133-138.

51 Giuseppe Castiglione, Cabinet de travail et petit salon de l’impératrice Eugénie aux Tuileries, 1861, huile sur toile, 0,62 × 0,92 m, Madrid, palais de Liria, collection des ducs d’Albe.

52 Baromètre, Grohé frères, 1861, Dépôt du musée du Louvre au château de Versailles, OA 5502. Voir note 13.

53 Carette 1889-1891, t. I, p. 138.

54 L’historique des meubles est une enquête de long terme ; aussi, le lecteur voudra bien considérer que l’article présenté est un état des recherches en cours. Profitons-en pour remercier de leur aide généreuse Daniel Alcouffe, Yves Carlier, Christine Desgrez, Jean-Jacques Gautier, Catherine Voiriot, Zané Purmale…

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Anonyme, plan de l'appartement de l’impératrice Eugénie au premier étage sur jardin du palais des Tuileries (détail). Paris, Archives nationales, 64 AJ 463bis / 47.
Crédits © Paris, Archives nationales / Mathieu Caron
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Fig. 2 : Martin Carlin, Table en mosaïque de pierre dures de Florence, 1774, ébène et bronze doré, 76 × 78,5 × 59 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, Vmb 13753.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 580k
Titre Fig. 3 : Jean-Baptiste Tilliard, Canapé dit « du roi de Suède », 1777-1778, noyer, gros de Tours broché fond satin, 103 × 203 × 86 cm. Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, OA 9359.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Christophe Fouin
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 4 : Jean-Henri Riesener, Secrétaire à cylindre, 1784, bâti de chêne et de sapin, placage de sycomore, d’amarante et de bois de rose, marqueterie de bois polychromes, bronze doré, 103 × 113 × 64 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5226.
Crédits Photo : © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Martine Beck-Coppola
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Fig. 5 : Jean-Henri Riesener (attribué à), Pendule régulateur, vers 1785, placage de bois de rose, d’amarante et de bois teint en vert, bronze doré, 227 × 49 × 30 cm. Versailles, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, OA 5501.
Crédits Photo : © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Titre Fig. 6 : Hector-Martin Lefuel (attribué à), Appartements de S.M. l’Impératrice aux Tuileries. Projet exécuté avec légères modifications, 1859, dessin rehaussé d’aquarelle, 88 × 85 cm. Paris, musée des Arts décoratifs, Inv. 8298 A.
Crédits Photo : © Les Arts décoratifs, Paris / Jean Tholance, tous droits réservés
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-6.png
Fichier image/png, 16M
Titre Fig. 7 : Georges Leprêtre, Ornement de dessus de trumeau du Salon rose des Tuileries (détail), vers 1859. Paris, Archives nationales, 64 AJ 276 / 613.
Crédits Photo : © Paris, Archives nationales / Droits réservés
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 1,7M
Titre Fig. 8 : Adam Weisweiler, Table à écrire, 1784, ébène, laque du Japon, nacre, bronze doré et acier, 73 × 81 × 45 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5509.
Crédits Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig. 9 : Martin Carlin, Commode, 1785, ébène, laque du Japon, bronze doré, 96 × 151 × 53 cm. Paris, musée du Louvre, OA 5498.
Crédits Photo : © Musée du Louvre, Dist. RMN-Grand Palais / Thierry Ollivier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Fig. 10 : Giuseppe Castiglione, Salon de l’impératrice Eugénie aux Tuileries, 1868, huile sur toile, 62 × 92 cm. Madrid, collections du duc d’Albe, palais de Liria, Inv. P. 445.
Crédits Photo : © Palais de Liria
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/13316/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 6,1M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Caron, « Les appartements de l’impératrice Eugénie aux Tuileries : le xviiie siècle retrouvé ? », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2015, mis en ligne le 23 décembre 2015, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crcv/13316 ; DOI : 10.4000/crcv.13316

Haut de page

Auteur

Mathieu Caron

Doctorant contractuel de l’université Paris-Sorbonne, Centre de recherches en histoire de l’art André Chastel (UMR 8150). Historien de l’art diplômé de l’École du Louvre et de l’université Paris-Sorbonne, Mathieu Caron s’intéresse, dans le cadre de sa thèse de doctorat, au remploi de mobilier ancien et aux implications socio-culturelles de l’historicisme dans les intérieurs du xixe siècle. Il a publié dernièrement l’article « "Une loge dans le théâtre du monde". De la conception de l’intérieur entre immanence et transposition (1779–1848) » dans Romantisme, revue du dix-neuvième siècle. Contact : mathieu.caron@paris-sorbonne.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals