Navigation – Plan du site
Marly

À propos de quelques pièces de verrerie et de faïence, découvertes en 2014 dans la fosse d’aisances du troisième pavillon du Levant, à Marly

Concerning a few glass and earthenware pieces found at the latrine site of the third Pavilion du Levant during the 2014 dig in Marly
Marie-Laure de Rochebrune

Résumés

Le troisième pavillon du Levant à Marly était situé au nord-est du Pavillon royal. Les fouilles menées à son emplacement en 2014 ont livré des pièces de verrerie et de faïence d’un grand intérêt. Les pièces de verrerie sont toutes datables du xviiie siècle. Parmi elles, on distingue deux verres à jambe au calice alvéolé, soufflées en France à partir de la fin des années 1720 dans un verre très léger qui s’imposa au moment du déclin du verre de Venise. Les archéologues ont également mis au jour deux gobelets à eau, soufflés dans un verre plus épais. Ces objets, datables des années 1760-1770, tendaient à copier les productions contemporaines à la façon de Bohême ou d’Angleterre, alors très à la mode. Parmi les six pièces de faïence, on peut mentionner une pièce particulièrement intéressante : un grand plat rond, à décor chinois, fabriqué à Delft, à la manufacture du Pot de métal, à l’époque de la direction de Lambertus Cleffius. Les deux aiguières casque, dont la forme est d’origine rouennaise, sont probablement datables de la fin du xviie siècle. Elles portent pour l’une un décor de lambrequins d’inspiration rouennaise et pour l’autre un décor chinois en camaïeu bleu. La découverte du pot de chambre circulaire qui porte la marque de Marly, écrite en entier, est d’un grand intérêt en raison de sa rareté. Il fait sans doute partie des livraisons rouennaises, effectuées en 1781, qui comprenaient en effet des pots de chambre circulaires et ovales.

Haut de page

Texte intégral

1Le troisième pavillon du Levant a été l’objet en 2014 d’une campagne de fouilles, menée par Annick Heitzmann et son équipe. Cette campagne a livré un certain nombre de pièces archéologiques d’un très grand intérêt, en particulier en matière de verrerie et de céramique. À l’issue de ces découvertes, l’étude des objets de céramique et de verrerie m’a été confiée par Annick Heitzmann et je voudrais livrer ici les quelques conclusions auxquelles je suis parvenue à propos de certains d’entre eux.

2Il convient tout d’abord de rappeler ce qu’était et où se trouvait le troisième pavillon du Levant, aujourd’hui disparu. Il s’agissait de l’un des douze pavillons destinés aux invités du souverain lors de ses séjours à Marly. Il était situé au nord-est du Pavillon royal, du côté des bosquets de Louveciennes. L’ensemble des bâtiments qui composaient le domaine royal de Marly avait été élevé pour Louis XIV par l’architecte Jules Hardouin-Mansart (1646-1708) à partir de 1679. La célèbre vue à vol d’oiseau de Marly, peinte vers 1724 par Pierre-Denis Martin (fig. 1), nous permet d’embrasser l’extrême originalité du plan éclaté de l’ensemble, avec les différents pavillons constituant comme des constellations, dispersées sur le territoire de part et d’autre du Pavillon royal et du Grand Bassin.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Le château de Marly, 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,265 mètres. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.

Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Le château de Marly, 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,265 mètres. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.

© Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï

3L’ensemble fut édifié après la paix de Nimègue, date d’apogée du règne, malgré des conditions topographiques et hydrographiques particulièrement défavorables. Dans l’axe du pavillon central, situé au sud de la composition, dans la direction de Versailles, on distingue aisément, au nord, vers Saint-Germain-en-Laye, de part et d’autre du Grand Miroir, les douze pavillons dits du Levant ou du Couchant selon qu’ils étaient situés à l’est, du côté des bosquets de Louveciennes, ou à l’ouest, du côté des bosquets de Marly. Ils furent construits entre 1679 et 1684 sur le même modèle : ce sont de petits bâtiments cubiques à un étage, mesurant 11 mètres de côté. Le troisième pavillon du Levant, qui a été l’objet des fouilles menées en 2014, se situe dans la partie gauche de la composition de Pierre-Denis Martin. Une photo aérienne du lieu, fouillé par les archéologues, montre bien son organisation au sol (fig. 2). On reconnaît aisément le plan du rez-de-chaussée, connu par ailleurs par des documents graphiques. Il comportait deux petites pièces, une chambre et un cabinet. Au sous-sol, on trouvait la fosse d’aisances dans laquelle ont été découverts les objets qui font l’objet de cette étude. Les élévations des douze pavillons nous sont bien connues grâce à des documents conservés aux Archives nationales, publiés notamment par Claudia Hartmann en 1995, par Vincent Maroteaux en 2002 et par Stéphane Castelluccio en 2014 (fig. 3). Chacun était composé de deux appartements, situés respectivement au rez-de-chaussée et au premier étage et disposait donc de deux cabinets d’aisances.

Fig. 2 : Photo aérienne du site du troisième pavillon du Levant.

Fig. 2 : Photo aérienne du site du troisième pavillon du Levant.

© Pierre Kervella

Fig. 3 : Coupe du premier pavillon à droite. Élévation du premier pavillon à droite, après 1698, Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., T 1376.

Fig. 3 : Coupe du premier pavillon à droite. Élévation du premier pavillon à droite, après 1698, Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., T 1376.

http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b52504653d

Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France

Les pièces de verrerie

Les verres à jambe :

4Plusieurs pièces de verrerie, particulièrement intéressantes pour l’histoire du verre français au xviiie siècle, ont été retrouvées dans ce troisième pavillon du Levant (fig. 4).

Fig. 4 : Ensemble de pièces de verrerie trouvées en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.

Fig. 4 : Ensemble de pièces de verrerie trouvées en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.

© EPV / Didier Saulnier

  • 1 Les verres « fougère » étaient parfois appelés aussi verres « pivette », ce dernier terme désignant (...)

5Nous nous intéresserons tout d’abord à deux verres à jambe au calice alvéolé (fig. 5). Ces deux verres, destinés à boire le vin, ont été soufflés à la volée dans un verre dit « fougère » au xviiie siècle, un matériau très léger, transparent mais souvent moins pur que le verre sodique de Venise. Le verre « fougère » était fabriqué dans des verreries souvent itinérantes, situées à proximité des forêts, prisées pour la présence de combustible et de fougères en abondance. Son composant essentiel était bien sûr la silice, le plus souvent sous la forme de sable, à laquelle on ajoutait des cendres de fougère, qui contenaient de la potasse, utilisée comme fondant, d’où son appellation si particulière1. Dans le domaine de la verrerie, le fondant a pour but d’abaisser la température de fusion très élevée de la silice. Le développement et le succès de ce type de verre très léger allaient contribuer en France, à partir de la fin des années 1720, au déclin du verre de Venise ou « à la façon de Venise », qui avait régné en maître dans l’Europe entière depuis la seconde moitié du xvsiècle. Ces verres à jambe, dont on connaît aujourd’hui d’assez nombreux exemplaires dans les collections publiques, étaient toujours constitués de trois paraisons de verre, soufflées séparément et assemblées à chaud par le maître verrier, aidé par un apprenti. Leur processus de fabrication au xviiie siècle nous est bien connu grâce aux planches XIX et XX qui illustrent l’article « Verrerie » dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

Fig. 5 : Deux verres à jambe trouvés en fouilles sur le site du 3e pavillon du Levant.

Fig. 5 : Deux verres à jambe trouvés en fouilles sur le site du 3e pavillon du Levant.

© EPV / Didier Saulnier

  • 2 Barrelet 1957, n° 7, p. 104.
  • 3 Inv. 3198. Voir à ce sujet : Rochebrune 1999, p. 37-53.

6Selon James Barrelet, qui a beaucoup étudié à la fois le verre de Venise et le verre français2, Savary des Brûlons, auteur du Dictionnaire universel du commerce, publié de manière posthume en 1723, écrivait que « l’opinion fort répandue selon laquelle le vin était meilleur à boire dans un verre “fougère” que dans un verre de Venise », avait beaucoup contribué au succès de ces objets en France, dans le deuxième quart du xviiie siècle. On en reconnaît fréquemment le type dans la peinture contemporaine, ce qui permet de donner une fourchette de datation. On en distingue par exemple fort bien des exemplaires dans plusieurs tableaux de Jean Siméon Chardin (1699-1779), en particulier dans Le Buffet, daté de 1728, conservé au musée du Louvre (fig. 6)3. Les verres à jambe représentés par l’artiste n’avaient rien d’imaginaire et étaient très fidèles à la réalité. On sait que ceux-ci lui appartenaient car ils sont bien décrits dans l’inventaire après décès du peintre, sous le joli terme de verres « à pattes ». En 1999, dans le catalogue de l’exposition consacrée à l’œuvre de Jean Siméon Chardin, qui s’était tenue au Grand Palais, nous avions pu faire le rapprochement avec des verres similaires trouvés lors des fouilles du Grand Louvre et qui sont aussi assez proches de ceux de Marly.

Fig. 6 : Jean Siméon Chardin (1699-1779), Le Buffet, huile sur toile, 1728, musée du Louvre, INV 3198.

Fig. 6 : Jean Siméon Chardin (1699-1779), Le Buffet, huile sur toile, 1728, musée du Louvre, INV 3198.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda

  • 4 Inv. PE 366.

7Pendant tout le deuxième quart du xviiie siècle, ces verres étaient utilisés pour servir toutes sortes de vins, blancs ou rouges, sans distinctions d’usage, celles-ci n’apparaissant qu’au xixsiècle. Le vin étant à cette époque bu très frais, ils pouvaient être mis à rafraîchir soit dans des petits seaux ou « rafraichissoirs » individuels en verre ou en argent, soit dans des bols en porcelaine de Chine, comme on le voit très distinctement dans Le Déjeuner d’huîtres de Jean-François de Troy (fig. 7), peint en 1735 et conservé au musée Condé, à Chantilly4, ou, plus tard, dans la seconde moitié du siècle, dans des seaux crénelés, en porcelaine de Sèvres notamment (fig. 8 et 9).

Fig. 7 : Jean-François de Troy (1679-1752), Le Déjeuner d’huîtres, huile sur toile, 1735, Chantilly, musée Condé, inv. PE 366.

Fig. 7 : Jean-François de Troy (1679-1752), Le Déjeuner d’huîtres, huile sur toile, 1735, Chantilly, musée Condé, inv. PE 366.

© RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

Fig. 8 : Seau à verre provenant du service à perles et barbeaux, exécuté pour la reine Marie-Antoinette en 1781, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V.2011.34.1.

Fig. 8 : Seau à verre provenant du service à perles et barbeaux, exécuté pour la reine Marie-Antoinette en 1781, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V.2011.34.1.

© RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot

Fig. 9 : Seau crénelé provenant du service à frise riche en or et en couleurs, exécuté en 1784 pour la reine Marie-Antoinette, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V 5734.35.

Fig. 9 : Seau crénelé provenant du service à frise riche en or et en couleurs, exécuté en 1784 pour la reine Marie-Antoinette, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V 5734.35.

© Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï

  • 5 Je souhaite ici remercier Véronique Ayrolles qui a mis très généreusement à ma disposition la docum (...)
  • 6 Bentz 1991, p. 462-463.

8Ces verres à jambe présentaient une multitude de variantes : le calice pouvait être conique, arrondi ou campaniforme, et la jambe pouvait épouser une forme de balustre (c’est le cas du verre situé à droite de la figure 5, qui se révèle assez proche des verres du Louvre) ou tubulaire. Conservés encore en grand nombre aujourd’hui, notamment au musée des Arts décoratifs5 à Paris, ils témoignent non seulement de l’abandon du verre sodique soufflé « à la façon de Venise » à la fin des années 1720 mais aussi de l’intense activité verrière préindustrielle en France, au xviiie siècle. Rappelons à ce sujet que Bruno Bentz, lorsqu’il avait fouillé le cinquième pavillon du Levant, en 1989, avait trouvé des verres à jambe identiques témoignant eux aussi d’une occupation des lieux au moment où les séjours du roi et de ses invités à Marly renaissaient après le long intermède de la Régence, dans le deuxième quart du xviiie siècle6 – occupation corroborée par les documents d’archives.

Les gobelets

  • 7 Pour un exemple proche, voir Bellanger 1988, p. 370.
  • 8 Inv. 1913-113-1.

9À droite de la figure 4, on distingue deux gobelets à eau en verre plus épais que les verres précédents, qui ont été soufflés dans des moules à pans. L’un d’eux, qui présente un décor moulé à facettes, a, par ailleurs, reçu un décor de petits motifs triangulaires, gravés à la roue à la partie supérieure. Cette technique, venue de Bohème, nécessitait un verre potassique plus épais que le verre de Venise, qui était extrêmement fin et ne se prêtait ni à la gravure à la roue, ni à la taille à la meule, mais seulement à la gravure à la pointe de diamant7. Le deuxième gobelet montre sur toute la hauteur un décor à facettes ou à pans réguliers, obtenus également par soufflage dans un moule. On peut dater ces deux gobelets des années 1760-1770, date à laquelle les verres potassiques, à la manière de Bohème, ou les verres au plomb, à la manière de l’Angleterre, furent très appréciés, voire plébiscités par la clientèle française et remplacèrent les verres « fougère », jugés désormais démodés. Ils tirent leur nom du fondant utilisé pour leur fabrication : soit la potasse, comme en Bohème ; soit le plomb, matériau utilisé dès la seconde moitié du xviie siècle par le verrier anglais George Ravenscroft (1632-1683). Ce type de verre, aux parois facettées et plus épaisses, apparaît aussi dans la peinture contemporaine, notamment dans quelques tableaux plus tardifs de Chardin comme Le panier de fraises qui date de 1761, conservé dans une collection particulière, ou dans Le panier de prunes, daté de 1759, conservé au musée des Beaux-Arts de Rennes8. Là encore, ces œuvres permettent de confirmer les datations proposées traditionnellement par les historiens du verre.

Flacon et bouteille

  • 9 Information aimablement communiquée par Annick Heitzmann.
  • 10 Inv. M.I.1036.

10Les fouilles de 2014 ont également permis de mettre au jour un flacon quadrangulaire en verre bleu (fig. 10), très élancé, terminé par un goulot étroit, fermé par un bouchon de liège qui contient encore une certaine quantité d’essences parfumées en mélange. Celles-ci ont été analysées à la demande d’Annick Heitzmann9. Peut-être étaient-elles destinées à des fins plus pharmaceutiques que cosmétiques. Nous n’avons pas retrouvé à ce jour d’objet absolument semblable dans les collections publiques françaises. En revanche, la couleur bleue très particulière du verre nous laisse penser que ce flacon pourrait provenir d’une verrerie de la Grésigne, dans le Languedoc, au sud du Massif central, région qui s’était fait, depuis le xvisiècle, une spécialité de cette production de verre transparent, coloré dans la masse en bleu ou en vert. On peut là encore établir un rapprochement avec une œuvre célèbre de Chardin, Le Bocal d’olives peint par l’artiste en 1760 et légué au musée du Louvre en 1869 avec la collection La Caze (fig. 11)10. Le grand bocal peint par Chardin semble avoir été soufflé dans un verre coloré très proche.

Fig. 10 : Flacon en verre bleu translucide trouvé en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.

Fig. 10 : Flacon en verre bleu translucide trouvé en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.

© EPV/ Didier Saulnier

Fig. 11 : Jean Siméon Chardin (1699-1779), Le Bocal d’olives, huile sur toile, 1760, musée du Louvre, inv. M.I.1036.

Fig. 11 : Jean Siméon Chardin (1699-1779), Le Bocal d’olives, huile sur toile, 1760, musée du Louvre, inv. M.I.1036.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle

  • 11 Inv. 1954.23.

11Le bouchon de liège qui ferme le flacon peut paraître aujourd’hui banal. Or, il n’en était rien à la fin du xviisiècle et au début du siècle suivant. L’usage du bouchon de liège, répandu en Europe à l’époque antique, notamment pour boucher les amphores contenant de l’huile d’olive ou du vin, se perdit progressivement après la chute de l’Empire romain. Il réapparut d’abord en Angleterre à la fin du xviisiècle, avec le développement des bouteilles de vin en verre sombre, puis en France au début du siècle suivant, le liège provenant le plus souvent, dès cette date, du Portugal. Les bouchons de liège remplaçaient avantageusement les bouchons d’étoupe, peu étanches, que l’on distingue parfois dans la peinture du xviie siècle, notamment dans le tableau de Lubin Baugin, Le dessert de gaufrettes, conservé aujourd’hui au musée du Louvre11. Ils permettaient de disposer les bouteilles à plat dans les caves, favorisant en même temps le vieillissement du vin en bouteille, jusqu’alors inexistant, ce qui constitua un véritable progrès dans le domaine de l’œnologie. Le bouchon de liège se révéla par ailleurs indispensable à la circulation et au vieillissement des vins pétillants comme les vins de Champagne. Là encore la peinture contemporaine en témoigne, notamment Le déjeuner d’huîtres de Jean-François de Troy, mentionné plus haut (voir fig. 7), où les convives assistent ravis à l’ascension du bouchon en liège d’une bouteille de champagne.

12Nous terminerons cet examen des pièces de verrerie par une petite bouteille (fig. 12), soufflée dans un verre de couleur verdâtre, provenant du Pavillon du Levant, que l’on peut dater, grâce à sa silhouette relativement élancée, des années 1760. Dans les documents du xviiie siècle, on appelle ces petites bouteilles de vin des « topettes ». Des seaux à rafraîchir des topettes existaient dans les grands services de table en porcelaine, fabriqués à la Manufacture royale de Sèvres. Ils étaient de plus petites dimensions que les seaux à bouteille ou à demi-bouteille. Il est aussi possible que cette topette ait contenu une liqueur, et dans ce cas, elle pouvait être mise à rafraîchir dans un seau à liqueur en porcelaine, individuel ou double (fig. 13).

Fig. 12 : Bouteille trouvée lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.

Fig. 12 : Bouteille trouvée lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.

© EPV / Didier Saulnier

Fig. 13 : Seau à liqueur, provenant du service à frise riche en or et en couleurs, exécuté en 1784 pour la reine Marie-Antoinette, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V 5734.33.

Fig. 13 : Seau à liqueur, provenant du service à frise riche en or et en couleurs, exécuté en 1784 pour la reine Marie-Antoinette, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V 5734.33.

© EPV

13Ces quelques objets retrouvés dans les sous-sols du château de Marly illustrent donc des aspects variés de l’histoire du verre français, au cours de deux époques importantes. Les changements de goût qui se produisent dans les années 1720-1730 peuvent être évoqués par les deux verres à jambe, dont la présence témoigne aussi du retour du souverain et de ses hôtes à Marly. Les innovations des années 1760 sont à leur tour illustrées par les deux gobelets qui montrent l’introduction dans le verre français des imitations des verres « à la façon d’Angleterre » ou « à la façon de Bohème ». Enfin, la petite bouteille est un parfait exemple du développement des bouteilles de vin et des flacons à liqueurs tout au long du xviiie siècle.

Les pièces de faïence

14Les six pièces de faïence, retrouvées à l’occasion des fouilles de 2014 (fig. 14) comprennent un grand plat en faïence de Delft à décor chinois, une assiette ornée sur l’aile de lambrequins rayonnants, deux aiguières casque à décor de lambrequins et à décor chinois et, enfin, deux pots de chambre dont l’un est à décor floral et le second porte la marque de Marly, écrite en entier. Certaines de ces pièces, par leurs décors et par leurs formes, peuvent être datées de la fin du règne de Louis XIV ou au plus tard de la fin des années 1730, époque à laquelle la mode du camaïeu bleu s’est éteinte. D’autres, comme le pot de chambre à la marque de Marly, sont sans doute plus tardives.

Fig. 14 : Ensemble de six pièces de faïence trouvées en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.

Fig. 14 : Ensemble de six pièces de faïence trouvées en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.

© EPV / Didier Saulnier

Le plat de Delft à décor chinois

Fig. 15 : Lambertus Cleffius, plat circulaire à décor chinois, faïence de grand feu, Delft, manufacture du Pot de métal.

Fig. 15 : Lambertus Cleffius, plat circulaire à décor chinois, faïence de grand feu, Delft, manufacture du Pot de métal.

© EPV / Didier Saulnier

15Une seule pièce peut être datée avec certitude de la fin du xviie siècle (fig. 15). Il s’agit du grand plat circulaire, aux bords légèrement ondulés, à décor chinois peint en camaïeu bleu, qui a été fabriqué dans un atelier de Delft. Au cours de sa restauration, nous avons eu la chance d’étudier de près l’un des précieux tessons qui composaient le plat. Celui-ci présentait au revers une marque, composée d’un L et d’un C entrelacés, extrêmement précieuse car elle nous a permis d’identifier la manufacture de Delft où l’objet a été fabriqué : l’atelier du Pot de métal (1670-1775), dirigé de 1672 à 1691 par le peintre Lambertus Cleffius, qui a signé la pièce.

16Nous sommes en présence d’une pièce exceptionnelle. Ce plat a en effet été façonné dans une pâte beaucoup plus fine que les autres pièces de faïence trouvées en fouille sur le même site et présente une glaçure légèrement bleutée, absente ailleurs. Le revers est orné de motifs abstraits peints en bleu, comme sur la plupart des porcelaines de Chine des xvie et xviisiècles peintes en camaïeu bleu. Son décor s’inspire à la fois des porcelaines de l’époque Kangxi (1662-1722), mais aussi de pièces plus anciennes de l’époque Transition (on note la présence des nuages si caractéristiques, bien visibles dans la partie basse), exécutées au milieu du xviisiècle et très en vogue alors aux Pays-Bas. Tout au long du xviisiècle, à la suite des Portugais et des Anglais, les Néerlandais ont détenu le quasi-monopole du commerce avec l’Empire du Milieu grâce à la célèbre VOC, la Vereenische Oost Indische Compagnie, leur Compagnie des Indes orientales. Mais à l’époque de la Transition (v. 1644-1661), il y eut une interruption de l’exportation des productions chinoises, ce qui poussa les faïenciers de Delft à les copier.

  • 12 Inv. BK-1983-16. Reproduit dans van Dam 2004.

17La scène principale décrit un dignitaire, accueilli avec beaucoup d’égards par des Chinois. La comparaison avec un plat très proche, conservé au Rijksmuseum, également peint par Cleffius et publié en 2004 par Ian van Dam12, permet de dater cet objet des années 1680-1690. On y retrouve la même composition, décentrée à la manière chinoise, des motifs de barrières en treillage similaires, avec une forme absolument identique.

18Les faïences de Delft de cette période étaient d’une telle finesse et d’une telle qualité que l’on parlait à leur sujet de « porcelaines » de Delft. Elles contribuèrent au développement du goût chinois en France, par le biais à la fois des nombreux achats effectués par des clients français auprès de marchands merciers établis à Paris mais se fournissant aux Pays-Bas, et des ouvriers de Delft qui vinrent travailler dans des manufactures françaises, notamment à Nevers, et y développèrent des décors chinois fort appréciés de la clientèle.

Les deux aiguières

Fig. 16 : Deux aiguières-casque, faïence de grand feu, trouvées lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.

Fig. 16 : Deux aiguières-casque, faïence de grand feu, trouvées lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.

© EPV / Didier Saulnier

19Les deux aiguières (fig. 16) sont des pièces de toilette qui étaient à l’origine toujours accompagnées de bassins. Elles portent, pour l’une, un décor de personnages chinois, pour l’autre, un décor de lambrequins d’origine rouennaise. Toutes deux sont de forme casque, une forme mise au point à Rouen dès la fin du xviisiècle. Néanmoins, elles s’éloignent assez fortement du prototype original. Leurs becs verseurs sont très étroits alors qu’à Rouen ils sont beaucoup plus amples et souvent dotés d’un mascaron.

20L’aiguière à décor chinois a malheureusement perdu son anse. Son décor en camaïeu bleu est un bon témoignage du goût chinois qui régna dans la faïence française des trente dernières années du règne de Louis XIV. Il apparut à Nevers et à Rouen vers 1680, avec l’objectif affiché d’imiter les faïences de Delft à décor chinois, et perdura jusque vers 1720, date à laquelle il se démoda. Il est difficile d’attribuer avec certitude cet objet à une manufacture française précise. Peut-être est-ce une fabrication parisienne ? Ce décor ne semble en tout cas ni rouennais ni nivernais.

21L’aiguière à décor de lambrequins dérive du modèle rouennais mais s’en éloigne assez fortement par le relâchement de ses motifs. Par ailleurs, son anse se termine par une crosse ouverte vers l’extérieur alors que, dans les modèles rouennais, les crosses sont tournées vers l’intérieur. Peut-être a-t-elle été fabriquée à la manufacture toute proche de Saint-Cloud, protégée par le duc d’Orléans, frère du Roi. Il peut aussi s’agir d’une production parisienne ou encore du nord de la France, notamment de Lille, où on a beaucoup utilisé les lambrequins rouennais.

L’assiette à décor de lambrequins et de fleurs chinoises

22La petite assiette à décor de lambrequins et de fleurs chinoises provient peut-être d’une manufacture parisienne, peut-être celle de Pavie. Elle est, comme le grand plat de Delft, décorée sur le revers de fleurs à la manière chinoise. Elle porte un décor rayonnant sur l’aile et, sur le bassin, des fleurs chinoises. D’inspiration rouennaise, ce décor très dense ne montre cependant pas la clarté qui règne habituellement sur les pièces normandes. S’il est difficile de l’attribuer à une manufacture en particulier, il est tentant de la dater des années 1690-1730, période à laquelle culminent dans les manufactures françaises les décors chinois en camaïeu bleu, souvent inspirés, comme on l’a vu, de décors créés primitivement à Delft.

Le pot de chambre à la marque de Marly

Fig. 17 : Pot de chambre circulaire portant la marque du château de Marly, Rouen, vers 1781 (?), faïence de grand feu, trouvé lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.

Fig. 17 : Pot de chambre circulaire portant la marque du château de Marly, Rouen, vers 1781 (?), faïence de grand feu, trouvé lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.

© EPV / Didier Saulnier

23Nous terminerons cette étude par l’examen du pot de chambre qui porte la marque de Marly (fig. 17) – ce qui est très exceptionnel –, couronnée et cantonnée de palmes. Pour Bruno Bentz, que je remercie pour cette information, c’est un cas absolument unique. On connaît plusieurs pièces portant le chiffre de Marly, notamment une aiguière et son bassin conservés au Musée-Promenade de Marly-Le-Roi-Louveciennes, mais aucune encore à ce jour, portant ainsi le nom entier. Ce pot de chambre fait sans doute partie des livraisons rouennaises faites à Marly en 1781, qui comprenaient en effet des pots de chambre circulaires et ovales.

  • 13 Notamment un plat aux bords échancrés qui porte le chiffre T pour Trianon, conservé aujourd’hui au (...)
  • 14 D’autres auteurs ont émis l’hypothèse d’une fabrication parisienne. Des livraisons rouennaises à Ma (...)
  • 15 Notamment une assiette acquise par le château de Versailles en 2008 (inv. V 6180).

24Cette pièce est assez différente des pièces également réservées à l’hygiène connues par ailleurs, livrées pour le service des officiers du Roi dans les différentes résidences royales d’Île-de-France comme Versailles, Trianon13, Choisy, Bellevue ou Saint-Hubert. Traditionnellement, on attribue à la manufacture de Saint-Cloud ces objets marqués au chiffre de la résidence royale à laquelle ils étaient destinés, chiffre peint en camaïeu bleu14. Et si elles proviennent bien de Saint-Cloud, elles ont forcément été livrées avant 1766, date de fermeture de la manufacture. Ces pièces ont toutes été façonnées en faïence stannifère (recouverte d’un engobe à base d’étain) de grand feu. Elles portaient parfois la marque aux trois couronnes, que l’on trouve également sur les pièces d’orfèvrerie et les bronzes d’ameublement qui faisaient partie des collections de la Couronne15.

25Les pièces de faïence retrouvées dans le troisième pavillon du Levant témoignent de l’immense succès de la faïence à la fin du règne de Louis XIV, succès dû en grande partie aux édits de fonte de l’orfèvrerie, promulgués par Louis XIV en 1689 et 1709. Comme le rapporte Saint-Simon dans ses Mémoires, tout le royaume se mit « en faïence ». La faïence connut alors un véritable âge d’or, notamment dans les milieux aristocratiques. Elle déclina au milieu du xviiie siècle, au profit de la porcelaine, elle-même victime à l’époque révolutionnaire de la faïence fine, beaucoup moins coûteuse. Quatre assiettes en faïence fine de cette époque ont été trouvées dans le Pavillon royal de Marly.

Haut de page

Bibliographie

Barrelet James, 1957, « Le verre à boire en France au xviiie siècle », Cahiers de la céramique et des arts du feu, n° 7.

Bellanger Jacqueline, 1988, Verres d’usage et de prestige : France 1500-1800, Éditions de l’Amateur.

Bentz Bruno, 1991, « Les gobelets en verre opaque et la verrerie trouvés dans les fouilles du château de Marly », dans Annales du 12e congrès de l’Association internationale pour l’histoire du verre, Vienne.

Bentz Bruno, 1993, « Marly : de la faïence de jardin à la faïence de maison », dans Châteaux de faïence, xive-xviiie siècles, cat. exp. (Marly-le-Roi, Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, 9 oct.-10 déc. 1993), Musée-Promenade de Marly-le-Roi/Louveciennes, p. 23-27.

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly : art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI, Montreuil, Gourcuff-Gradenigo.

Diderot et d’Alembert, 2002, Recueil de planches sur les sciences, les arts libéraux et les arts méchaniques, avec leur explication/Art du verre/Fabrication des glaces, fac-sim., Paris, Bibliothèque de l’Image.

Hartmann Claudia, 1995, Das Schloss Marly : eine mythologische Kartause. Form und Funktion der Retraite Ludwigs XIV, Worms, Wernersche Verlagsgesellschaft.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly, l’autre palais du Soleil, Genève, Vogele.

Rochebrune Marie-Laure de, 1999, « À propos de quelques objets de céramique et de verre dans la peinture de Chardin », dans Chardin, cat. exp. (Paris, Galeries nationales du Grand Palais, 7 sept.-22 nov. 1999), Paris, Réunion des musées nationaux.

Savary des Brulons Jacques, 1723, Dictionnaire universel du commerce, Paris, chez Jacques Étienne.

Van Dam Jan Daniël, 2004, Delffse Porceleyne : Dutch Delftware, 1620-1850, Amsterdam/Zwolle, Rijksmuseum/Waanders.

Haut de page

Notes

1 Les verres « fougère » étaient parfois appelés aussi verres « pivette », ce dernier terme désignant en réalité le combustible utilisé, les pivettes, des petites briquettes de bois.

2 Barrelet 1957, n° 7, p. 104.

3 Inv. 3198. Voir à ce sujet : Rochebrune 1999, p. 37-53.

4 Inv. PE 366.

5 Je souhaite ici remercier Véronique Ayrolles qui a mis très généreusement à ma disposition la documentation du Centre du verre, au musée des Arts décoratifs.

6 Bentz 1991, p. 462-463.

7 Pour un exemple proche, voir Bellanger 1988, p. 370.

8 Inv. 1913-113-1.

9 Information aimablement communiquée par Annick Heitzmann.

10 Inv. M.I.1036.

11 Inv. 1954.23.

12 Inv. BK-1983-16. Reproduit dans van Dam 2004.

13 Notamment un plat aux bords échancrés qui porte le chiffre T pour Trianon, conservé aujourd’hui au Petit Trianon (inv. V 5920).

14 D’autres auteurs ont émis l’hypothèse d’une fabrication parisienne. Des livraisons rouennaises à Marly furent effectuées en 1781 (voir à ce sujet Bentz 1993, p. 23).

15 Notamment une assiette acquise par le château de Versailles en 2008 (inv. V 6180).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pierre-Denis Martin, Le château de Marly, 1724, huile sur toile, 3,005 × 2,265 mètres. Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, MV 762.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN-Grand Palais / Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre Fig. 2 : Photo aérienne du site du troisième pavillon du Levant.
Crédits © Pierre Kervella
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 3 : Coupe du premier pavillon à droite. Élévation du premier pavillon à droite, après 1698, Paris, Bibliothèque nationale de France, Est., T 1376.
Légende http://gallica.bnf.fr/​ark:/12148/​btv1b52504653d
Crédits Source gallica.bnf.fr / Bibliothèque nationale de France
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Fig. 4 : Ensemble de pièces de verrerie trouvées en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 5 : Deux verres à jambe trouvés en fouilles sur le site du 3e pavillon du Levant.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 8,1M
Titre Fig. 6 : Jean Siméon Chardin (1699-1779), Le Buffet, huile sur toile, 1728, musée du Louvre, INV 3198.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / René-Gabriel Ojéda
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 2,4M
Titre Fig. 7 : Jean-François de Troy (1679-1752), Le Déjeuner d’huîtres, huile sur toile, 1735, Chantilly, musée Condé, inv. PE 366.
Crédits © RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 8 : Seau à verre provenant du service à perles et barbeaux, exécuté pour la reine Marie-Antoinette en 1781, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V.2011.34.1.
Crédits © RMN-Grand Palais (Château de Versailles) / Gérard Blot
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 9 : Seau crénelé provenant du service à frise riche en or et en couleurs, exécuté en 1784 pour la reine Marie-Antoinette, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V 5734.35.
Crédits © Château de Versailles, Dist. RMN / Jean-Marc Manaï
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 10 : Flacon en verre bleu translucide trouvé en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.
Crédits © EPV/ Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 6,9M
Titre Fig. 11 : Jean Siméon Chardin (1699-1779), Le Bocal d’olives, huile sur toile, 1760, musée du Louvre, inv. M.I.1036.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Stéphane Maréchalle
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,9M
Titre Fig. 12 : Bouteille trouvée lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 8,6M
Titre Fig. 13 : Seau à liqueur, provenant du service à frise riche en or et en couleurs, exécuté en 1784 pour la reine Marie-Antoinette, manufacture royale de porcelaine de Sèvres, porcelaine tendre, musée national des châteaux de Versailles et de Trianon, inv. V 5734.33.
Crédits © EPV
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Fig. 14 : Ensemble de six pièces de faïence trouvées en fouilles sur le site du troisième pavillon du Levant.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Fig. 15 : Lambertus Cleffius, plat circulaire à décor chinois, faïence de grand feu, Delft, manufacture du Pot de métal.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre Fig. 16 : Deux aiguières-casque, faïence de grand feu, trouvées lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 9,1M
Titre Fig. 17 : Pot de chambre circulaire portant la marque du château de Marly, Rouen, vers 1781 (?), faïence de grand feu, trouvé lors des fouilles du troisième pavillon du Levant.
Crédits © EPV / Didier Saulnier
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14129/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 9,4M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Laure de Rochebrune, « À propos de quelques pièces de verrerie et de faïence, découvertes en 2014 dans la fosse d’aisances du troisième pavillon du Levant, à Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14129 ; DOI : 10.4000/crcv.14129

Haut de page

Auteur

Marie-Laure de Rochebrune

Conservateur en chef au château de Versailles

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals