Navigation – Plan du site

Les ambassadeurs du roi de France d’origine étrangère sous les deux premiers Bourbons, 1589-1643

Ambassadors of the King of France of Foreign Origins under the First Bourbon Kings, 1559–1643
Matthieu Gellard

Résumés

Alors que les étrangers représentaient encore 18 % des ambassadeurs sous les derniers Valois, ils ne sont plus que 12 % parmi ceux qui servent les deux premiers Bourbons. Cette décroissance peut être mise en relation avec le mouvement qui voit l’exclusion des étrangers de la cour de France à partir des années 1580. En observant de plus près l’origine des étrangers au service d’Henri IV et de Louis XIII, il est possible de noter la quasi-disparition des Italiens, qui représentaient le contingent le plus important entre 1559 et 1589. À l’exception de quelques Allemands et Lorrains, ce sont désormais les Cantons suisses qui fournissent la majeure partie des étrangers en service dans la diplomatie française ; sans eux, la francisation de celle-ci serait presque complète. Ces Suisses ont cependant un profil bien particulier puisque ce sont essentiellement des soldats, au service de France mais aussi souvent de leur canton d’origine, qui ne s’installent pas en France et ne demandent pas leur naturalisation. Avec eux, les représentants d’origine étrangère sont par ailleurs majoritairement cantonnés à des missions peu prestigieuses, souvent en lien avec leur origine géographique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Certains sont naturalisés français, d’autres non.
  • 2 Dans un cas (les derniers Valois), le corpus compte 304 personnages (dont 55 étrangers) et dans l’a (...)
  • 3 Dubost 2001.
  • 4 Labourdette 1998, p. 99-114 ; Gellard 2015, chap. 3.
  • 5 Gellard à paraître.

1Alors que sous les trois derniers Valois, de juillet 1559 à août 1589, 18 % des représentants du roi de France dans les capitales européennes sont étrangers ou d’origine étrangère1, leur part tombe à 12 % du personnel diplomatique français sous les deux premiers Bourbons, soit d’août 1589 à mai 16432. Cette diminution importante peut sans difficulté être liée à l’érosion du nombre d’étrangers à la cour de France observée par Jean-François Dubost3. Si cette diminution dès les années 1580 et l’accélération de ce mouvement avec l’arrivée d’Henri IV sur le trône ont pu avoir un impact sur la nationalité ou du moins l’origine des représentants du roi de France, cela tient à la manière dont ces derniers sont choisis. En effet, comme l’a pressenti Jean-François Labourdette, la proximité avec le souverain et la fidélité sont parmi les premiers critères de choix de la monarchie4. Ainsi, sous les derniers Valois, la moitié des représentants du roi de France appartiennent à la Maison domestique du roi, y occupant souvent la charge de gentilhomme ordinaire de la chambre, et 60 % d’entre eux sont revêtus du titre de conseiller privé et/ou de conseiller d’État. À peine quelques décennies plus tard, entre 1610 et 1617, les ambassadeurs nommés par Marie de Médicis présentent les mêmes caractéristiques5.

2Le personnel diplomatique français étant pour une bonne part recruté parmi les serviteurs les plus fidèles de la monarchie, il est donc logique que la fermeture croissante de la cour aux étrangers entraîne également un accès plus restreint de ceux-ci aux fonctions diplomatiques. La baisse de 6 points entre les deux périodes, 1559-1589 d’une part, 1589-1643 d’autre part, n’a donc rien pour surprendre. L’identité et le parcours des représentants du roi de France d’origine étrangère présentent néanmoins un intérêt peut-être accru dès lors qu’ils sont moins nombreux, leur spécificité étant justement d’être nommés à un moment où la diplomatie française fait désormais plutôt appel à des nationaux. De façon à mieux cerner cette spécificité, il est possible de faire apparaître plusieurs catégories ou profils en s’intéressant à l’origine de ces représentants, à la manière dont ils sont entrés au service de la France et aux missions qui leur sont confiées.

Précisions méthodologiques

  • 6 Dubost 1997, p. 15.

3Les chiffres qui viennent d’être présentés appellent deux remarques préalables sur les termes utilisés. Tout d’abord, il faut signaler que sont retenus comme étrangers des hommes qui sont parfois nés en France ou qui ont obtenu des lettres de naturalisation avant de partir en mission diplomatique pour le compte du roi, mais dont la famille est originaire d’un autre pays. De la même manière que Jean-François Dubost, dans La France italienne, s’intéresse « à des individus juridiquement français mais dont l’absence mutilerait la vision de la France italienne6 », il aurait été étrange de ne pas intégrer dans les résultats présentés ci-avant Henri de Schomberg, Michel Particelli ou Charles Paschal dont les carrières sont analysées plus bas.

4Il convient ensuite de préciser quelle réalité recouvrent les termes de « personnel diplomatique » et de « représentants ». Ont été comptabilisés les ambassadeurs ordinaires et extraordinaires, les résidents et les envoyés extraordinaires ou encore les chargés de mission et les intérimaires. En d’autres termes, le critère déterminant pour faire entrer ou non un personnage dans le groupe sur lequel a porté le calcul a été le fait que le roi de France était le commanditaire de la mission, que celle-ci soit de courte ou de longue durée, et que le titre porté par l’agent soit prestigieux ou non. Par conséquent les missions décidées par les ambassadeurs eux-mêmes ou par des grands seigneurs du royaume, à commencer par les princes révoltés, ont été écartées.

  • 7 Vindry 1903.
  • 8 Haehl 2006.
  • 9 Bacqué-Grammont et al. 1991.
  • 10 Firth 1906.
  • 11 Rott 1902-1913.
  • 12 Pour cet article, ont été consultés Avenel 1853-1877 et Berger de Xivrey et Guadet 1843-1876.
  • 13 Intégré au Dictionnaire historique de la Suisse ou e-DHL.
  • 14 La plupart des informations biographiques avancées dans la suite de cet article sont tirées des not (...)

5De quelle manière, enfin, les chiffres avancés ont-ils été obtenus ? En premier lieu, rappelons qu’il n’existe aucune liste d’époque qui donnerait les noms du personnel diplomatique français, que ce soit sous les derniers Valois ou sous les premiers Bourbons. Une telle liste n’a jamais été tenue par l’administration royale, même après la création du secrétariat d’État aux Affaires étrangères en 1588. En ce qui concerne l’historiographie, les formidables Recueils d’instructions données aux ambassadeurs et ministres de France depuis les traités de Westphalie jusqu’à la Révolution française… qui permettraient de l’établir aisément ne commencent, comme leur titre l’indique, qu’après 1648. Il existe bien quelques tentatives de reconstituer le réseau diplomatique français mais elles sont toutes incomplètes. L’ouvrage de Fleury Vindry, portant sur la période 1515-1600, date du début du xxe siècle et reste très imprécis7. L’ouvrage récent de Madeleine Haehl sur le ministériat de Richelieu contient un certain nombre d’indications précieuses mais l’auteure n’a pas pour objectif d’établir une telle recension8. Il existe, en revanche, pour certaines destinations, des outils utiles, notamment pour la Turquie9, l’Angleterre10, et surtout les États helvétiques11. Il est donc possible de trouver des listes partielles, sur une période ou pour une zone géographique donnée, mais guère plus. Pour réaliser une liste exhaustive, la seule solution est de se plonger dans la correspondance politique. Dans l’idéal, il conviendrait de la dépouiller dans son ensemble, ce qui est bien sûr difficilement réalisable12 : la liste établie pour cet article est donc toute provisoire. Une fois retrouvé le nom de chacun des représentants, leur identification puis la quête de renseignements biographiques élémentaires s’amorcent à l’aide d’outils tels que le Dictionnaire de biographie française, le Dizionario biografico degli Italiani ou le Dictionnaire historique et biographique de la Suisse13, pour ne citer qu’eux14.

Les derniers représentants de l’immigration italienne du xvie siècle

6La première catégorie d’ambassadeurs d’origine étrangère est constituée par les Italiens de la « France italienne », autrement dit par les hommes qui sont arrivés en France au milieu du xvie siècle ou par leurs descendants. Se classent d’abord dans cette catégorie des personnages qui ont joué un rôle important dans les deux règnes précédents tels Louis de Gonzague, Albert, Pierre et Jérôme Gondi, leur présence rappelant l’influence qu’a exercée l’entourage italien et en particulier florentin de Catherine de Médicis dans le personnel politique des derniers Valois.

  • 15 Les informations qui suivent sont tirées de Boltanski 2006.
  • 16 Milstein 2014, en particulier p. 75-135.

7Louis de Gonzague15, né à Mantoue, arrive en France en 1549 à l’âge de dix ans et est naturalisé l’année suivante. Capitaine de cent hommes d’armes, il est de toutes les batailles de la fin des guerres d’Italie et des guerres de Religion ; spécialement en faveur durant le règne d’Henri III, qu’il a accompagné en Pologne, il est gouverneur de Picardie et de Champagne à la fin des années 1580. Albert de Gondi16 pour sa part est né à Florence et arrivé en France à l’âge de onze ans. Il doit sa carrière à la protection de la reine mère, puis à celle de Charles IX, dont il est l’un des rares intimes, et dont il est le gouverneur puis le premier gentilhomme de la Chambre, le roi le faisant par ailleurs gouverneur de Provence et maréchal de France. Sa faveur est moindre sous Henri III, même s’il l’a lui aussi accompagné en Pologne. Le dernier Valois le fait cependant chevalier de l’ordre du Saint-Esprit à la première promotion du 31 décembre 1578, et duc de Retz en 1581. Quant à son cadet Pierre, il est né à Lyon et doit comme lui sa carrière, dans l’Église cette fois, à la faveur de la reine mère et de ses feux fils : confesseur de Charles IX et grand aumônier d’Élisabeth d’Autriche, il est évêque de Langres en 1566 puis de Paris en 1570, commandeur de l’ordre du Saint-Esprit dès le 31 décembre 1578, pour être finalement promu cardinal en 1587. Enfin, appartenant à une autre branche de la famille, Jérôme Gondi est né vers 1550 à Valence en Espagne et n’arrive en France qu’à la fin des années 1560 ou au début des années 1570. Il est très vite naturalisé et fait écuyer ordinaire de la reine mère, gentilhomme de la chambre du roi et chevalier de l’ordre de Saint-Michel, et il occupe la charge d’introducteur des ambassadeurs créée en 1585. Il récupère par ailleurs l’héritage de Jean-Baptiste Gondi et devient par ce biais baron de Codun. Rallié à Henri IV dès les premiers temps, celui-ci l’emploie en Italie au début des années 1590, et il le fait chevalier d’honneur de Marie de Médicis.

8Ces hommes ont tous les quatre servi Charles IX et Henri III dans la diplomatie au cours de plusieurs missions brèves. Tous se rallient par ailleurs très rapidement à Henri de Navarre qui dispose avec eux d’hommes expérimentés et fiables qui effectuent pour lui plusieurs missions extraordinaires au début des années 1590, principalement en Italie et en Suisse. Cependant, leur nom n’apparaît plus ensuite alors qu’ils sont toujours vivants : Louis de Gonzague disparaît certes en 1595, mais Albert de Gondi uniquement en 1602 et Jérôme Gondi en 1604. Pierre de Gondi ne meurt quant à lui qu’en 1616 et continue à tenir une place importante durant le règne d’Henri IV, baptisant par exemple le futur Louis XIII à Fontainebleau en 1606. Néanmoins, il n’est plus jamais chargé d’une mission diplomatique une fois passées les premières années, incertaines, du règne d’Henri IV.

  • 17 Grente 1951, p. 910-911.

9Un dernier homme, Charles Paschal, pourrait être rattaché au petit groupe précédent, mais il n’a jamais occupé à la cour de France une place similaire à celle qu’ont détenue les Gondi ou Louis de Gonzague. Né à Cueno au Piémont, il est arrivé au début des années 1570 à Paris où il se lie assez vite d’amitié à Guy Du Faur de Pibrac, ce qui l’emmène en Pologne où Pibrac est chancelier du duc d’Anjou. Après la fuite du roi, il remplit une première mission diplomatique pour le compte d’Henri III, durant le règne duquel il se fait surtout connaître comme homme de lettres. Il est ensuite employé par Henri IV, dès sa montée sur le trône, à l’occasion d’une mission en Angleterre et, en 1604, il est finalement nommé ambassadeur ordinaire auprès des Ligues grises, ce qui l’amène à séjourner dix ans à Coire. De retour en France, il y reste définitivement et n’apparaît plus dans la diplomatie17.

  • 18 « Instruction au sieur d’Hémery, conseiller du roy en ses conseils, intendant de ses finances, s’en (...)
  • 19 Bayard, Félix et Hamon 2000, p. 73-76.

10Au début du xviie siècle, sous Louis XIII cette fois, il n’est possible de relever le nom que d’un seul descendant de l’immigration italienne des décennies précédentes. Il s’agit de Michel Particelli, seigneur d’Hémery, qui est le petit-fils d’un marchand lucquois installé en France à la fin du xvie siècle, et né à Lyon le 6 juin 1596. Ayant acheté, le 24 octobre 1617, l’office de contrôleur de l’argenterie, puis celle de secrétaire du roi dix ans plus tard, il effectue une carrière dans l’administration des finances : en 1629, il est intendant des Finances et envoyé à plusieurs reprises en Italie avant d’être nommé ambassadeur ordinaire à Turin de 163518 à 1639. Sous Mazarin, sa carrière prend un tour véritablement prestigieux : en novembre 1643, il achète la charge de contrôleur général des Finances et il accède à la surintendance le 9 juillet 164719.

11Les autres Italiens présents dans la diplomatie française du premier xviie siècle présentent des parcours différents. Il y a tout d’abord François Bonsi, d’une famille d’origine florentine jamais réellement fixée en France. Apparentée aux Strozzi, elle se transmet l’évêché de Béziers d’oncle en neveu. Le comte François Bonsi, à défaut de l’évêché, tient de son oncle le cardinal Jean IV des terres nobles du Languedoc et il est choisi pour être résident de France à Mantoue entre 1639 et 1645. Quant à Claudio Marini, marquis de Borgofranco et seigneur de Baio, chargé de plusieurs missions en Italie, résident de France à Gênes de 1610 à 1616, puis ambassadeur ordinaire à Turin de 1617 à 1629, il est, comme le souligne Anna Blum, de ces personnes

  • 20 Blum 2014, p. 487-488.

qui se met[tent] au service de la France, par affinité individuelle (comme le fera plus tard Mazarin), qui [ne sont] nullement issu[es] d’un vivier déjà constitué pour le service royal, et qui [ne sont] pas appuyé[s] par une parentèle influente à la cour française20.

  • 21 Goubert 1990, p. 35.

12Le nom de Claudio Marini amène donc celui de Giulio Mazarini qui est chargé de plusieurs missions par Richelieu au début des années 1640. Après avoir fait ses preuves dans la diplomatie romaine, ce qui lui avait valu d’être fait chanoine de Saint-Jean de Latran et protonotaire apostolique en 1632 et surtout vice-légat d’Avignon en 1634, il choisit de mettre ses talents au service de la France, choix dont il reconstruit a posteriori l’origine mythifiée qu’il place dans sa première rencontre avec Richelieu le 28 janvier 1630, jour où il se serait donné au cardinal « per genio » ou « par intuition » comme le traduit Pierre Goubert21.

  • 22 Dubost 2002, p. 63.

13Ce rapide tour d’horizon des principaux Italiens ayant servi dans la diplomatie des deux premiers Bourbons et la comparaison de leurs parcours respectifs appellent plusieurs observations. Tout d’abord, il faut remarquer qu’ils sont peu nombreux puisqu’ils ne représentent qu’un quart des étrangers repérés dans la diplomatie française entre 1589 et 1643 contre 75 % durant la période précédente. Sous les derniers Valois, lorsque Catherine de Médicis se trouve au gouvernement, presque toutes les grandes familles florentines ou italiennes installées en France placent ainsi un ou des représentants dans la diplomatie : Gondi et Gonzague pour commencer, mais aussi Alamanni, Birague, Cavalcanti, Del Bene, Este, Fiesque, Rucellai, Salviati, etc. Sous les premiers Bourbons, tous ces noms ou presque disparaissent alors même que certaines de ces familles ont toujours des représentants en France. Si Jean-François Dubost a pu souligner que les étrangers installés de longue date n’étaient pas victimes de la francisation de la cour et que les Italiens présents dans le royaume depuis les années 1550, 1560 ou 1570 ne posent pas de problème aux yeux du souverain qui les considère comme naturalisés par cette longue résidence22, la situation paraît bien plus tranchée dans les affaires étrangères.

14Cette impression est renforcée par deux autres phénomènes. Tout d’abord, passées les toutes premières années du règne d’Henri IV pendant lesquelles sont employés les Gondi ou Louis de Gonzague tous ralliés assez vite à sa cause – soit un cardinal, deux ducs (dont un maréchal de France) –, les Italiens qui apparaissent ensuite dans la diplomatie française sont d’un rang très inférieur – seul le cardinal Alessandro Bichi faisant exception, mais sa mission comme médiateur dans la guerre de Castro en 1643 est exceptionnelle. Cela se lit dès les titres de noblesse arborés : Charles Paschal est simple vicomte de La Queute, Michel Particelli, sieur d’Hémery. Mais surtout, ces personnages n’occupent aucune charge curiale aussi prestigieuse que leurs devanciers : ce sont, qui des parlementaires, qui des officiers de finance. Enfin, les missions qui sont confiées à des Italiens tendent, avec Henri IV et Louis XIII, à se limiter… à l’Italie. Sous Charles IX et Henri III, Albert, Jérôme et Pierre de Gondi s’étaient rendus en Espagne, dans l’Empire, en Angleterre, à Venise, à Rome ou en Savoie ; sous les Bourbons, les missions confiées aux Gondi, à Louis de Gonzague, comme à Charles Paschal ou à Michel Particelli, se limitent pour l’essentiel à la Suisse et à l’Italie, la première se trouvant sur le chemin de la seconde.

Allemands et Lorrains, des cas exceptionnels

15Puisque les Italiens, sans disparaître, se font bien plus discrets dans la diplomatie française, est-ce qu’un autre groupe national a pris leur place, ou que l’origine des représentants du roi de France s’est diversifiée ? Entre 1589 et 1643, il est certes possible de relever quelques Allemands et quelques Lorrains, mais surtout près de 60 % de Suisses, parmi les diplomates étrangers, contre 25 % d’Italiens. Les proportions se sont donc bien inversées par rapport à la période précédente durant laquelle 75 % des envoyés du roi de France d’origine étrangère étaient Italiens pour seulement 16 % de Suisses.

  • 23 Proffit 2004.

16Avant de nous arrêter sur les nombreux représentants du roi de France d’origine suisse ou grisonne, consacrons quelques lignes aux Allemands et aux Lorrains. À l’exception de Jean Thilemann Stella de Morimont, originaire du duché des Deux-Ponts, résident à Strasbourg en 1644-1645 après quelques petites missions en Hesse et à Bâle, les Allemands sont essentiellement représentés par les Schomberg père et fils. Le père, Gaspard de Schomberg (v. 1540-1599), était, comme Louis de Gonzague et les Gondi, au service des derniers Valois avant de se rallier à Henri IV23. Issu d’une famille de la noblesse saxonne, il arrive en France à vingt et un ans pour terminer ses études de droit à Angers. Engagé du côté protestant lors de la première guerre de Religion, il passe très vite du côté catholique et est naturalisé après Moncontour (1569), époque à laquelle il reçoit également la charge de colonel général des reîtres. Il accompagne quelques années plus tard Henri d’Anjou en Pologne et reste en faveur lorsque celui-ci monte sur le trône de France, devenant gouverneur de la Marche et grand maréchal des reîtres ou « mestre de camp des gens de guerre allemands entretenus au service de Sa Majesté ». Par ailleurs, tout au long de ces années, il se rend à de très nombreuses reprises auprès des princes allemands, devenant une sorte de représentant intermittent de la Couronne auprès de ces derniers. Dès l’avènement d’Henri IV, il retourne dans le Saint Empire pour y lever des troupes. C’est là sa dernière mission diplomatique, même s’il est ensuite intensément utilisé par le nouveau souverain pour des négociations intérieures et ce jusqu’à sa mort le 17 mars 1599.

  • 24 Bayard, Félix et Hamon 2000, p. 48-50.

17Le fils, Henri de Schomberg24 (1575-1632), est investi, dès le 27 mars 1599, du gouvernement de la Marche, pays de Limousin, Saintonge et Angoumois que son père avait détenu. Colonel de mille cinq cents reîtres quelques jours plus tôt, Henri de Schomberg poursuit une carrière militaire. Il est capitaine de cent hommes d’armes des ordonnances du roi en 1614, maréchal des camps et armées du roi en 1616 puis grand maréchal de camp des troupes allemandes la même année ; c’était le titre que détenait son père vingt ans plus tôt. Parallèlement, il remplit deux missions diplomatiques, l’une en Angleterre en 1615 et l’autre dans l’Empire en 1617. Surintendant des Finances de 1619 à 1623, il retourne ensuite à sa carrière militaire et finit maréchal de France en 1625 et gouverneur du Languedoc en 1632, année de sa mort.

18Parmi les représentants d’origine étrangère, les Schomberg constituent donc quasiment la seule micro-dynastie de diplomates sous Henri IV et Louis XIII, même s’il faut bien avouer qu’Henri a eu une activité beaucoup moins importante que Gaspard en son temps. Si plusieurs Gondi ont servi la politique étrangère de la France, ils l’ont fait de manière concomitante, au moment critique des guerres de la Ligue entre 1589 et 1595 essentiellement, sans qu’il y ait ensuite eu de phénomène de transmission comme avec les Schomberg : chez ces derniers, non seulement le père transmet à son fils son gouvernement de la Marche et le commandement des reîtres, mais encore, et alors que de moins en moins d’étrangers sont choisis pour remplir des missions diplomatiques, les Schomberg sont la seule famille à conserver sur deux générations la confiance de la monarchie française dans ce domaine, que ce soit sous Henri IV ou sous Louis XIII, avec Marie de Médicis ou Richelieu aux commandes. À l’inverse, ni Louis de Gonzague, duc de Nevers, ni Albert de Gondi, duc de Retz, ne voient l’un de leurs fils nommé à une ambassade, ordinaire ou extraordinaire. Ce constat est d’autant plus significatif que dans la première moitié du xviie siècle, la parenté joue un rôle croissant dans le choix des représentants du roi de France : certaines familles, les Brûlart, les Villeroy, les Harlay, alliées au milieu parlementaire et à la grande administration d’État, placent ainsi plusieurs de leurs membres dans la diplomatie tandis que les alliances matrimoniales entre les ambassadeurs et les dynasties ministérielles se multiplient. Les liens des Schomberg (ou de Michel Particelli) avec ces milieux de la grande robe parisienne peuvent donc en partie expliquer leur rôle maintenu dans la diplomatie sous les premiers Bourbons. Ainsi, Henri de Schomberg est-il le fils de Jeanne Chasteigner, à la fois sœur et veuve d’un ambassadeur à Rome (Louis Chasteigner, seigneur de La Rochepozay et Henri Clutin, sieur d’Oisel), tandis que Michel Particelli se marie dans le milieu des financiers parisiens (il épouse Marie Camus, fille de Nicolas Camus, riche marchand, banquier et financier parisien, et de Marie Colbert) et surtout donne sa fille, Marie, à un secrétaire d’État, Louis Phélypeaux de La Vrillière.

  • 25 Voir Bély 1999.

19Il est vrai qu’une autre famille, lorraine cette fois, place deux de ses membres dans la diplomatie française du premier xviie siècle : celle des Guise. Henri, duc de Mayenne, le fils du grand Mayenne de la Ligue, Charles de Lorraine, frère des Guises assassinés à Blois, est envoyé en Espagne en 1612 pour négocier le mariage de Louis XIII et Anne d’Autriche. Son cousin, Claude, duc de Chevreuse, fils cadet d’Henri de Guise, dit le Balafré, est envoyé en Angleterre en 1625 pour y accompagner Henriette de France qui vient d’épouser le roi Charles Ier. Néanmoins, ces deux hommes sont de la même génération, ce qui ne permet pas de parler de dynastie comme dans le cas des Schomberg. Par ailleurs, il faut noter que la famille de Guise n’occupe pas tout à fait la même place que les autres familles précédemment citées, les Gondi ou les Schomberg ; après que Claude, le premier duc de Guise, a été naturalisé par Louis XII en 1506, les Guise reçoivent à la cour les honneurs dus aux princes issus des Maisons souveraines étrangères, au même titre que Louis de Gonzague par exemple, issu de la Maison régnante de Mantoue. Comme les Gonzague-Nevers, les Lorraine-Guise ne sont en effet pas possessionnés uniquement en France. L’appartenance à une dynastie régnante et leur rang princier à la cour les distinguent donc des autres ambassadeurs : cette distinction se lit dans la nature des missions qui leur sont confiées, soit deux missions de prestige occasionnées par les temps forts de la vie de la « société des princes25 ». Enfin, aucun des Lorraine ne remplit plus d’une mission ce qui prouve que leur implication dans la diplomatie répond uniquement au besoin de la cour de placer un seigneur de rang princier à la tête d’une ambassade qui se doit d’être particulièrement prestigieuse.

  • 26 Lemoine 2012.

20Un autre Lorrain doit être mentionné, François de Bassompierre26, dont le destin à la cour de France, étroitement mêlé à ses missions diplomatiques pour le compte de la monarchie, se rapproche plutôt de celui de Mazarin ou de Claudio Marini. Tous ces personnages sont en effet nés à l’étranger et ont fait le choix, plus ou moins précocement dans leur vie, de se mettre au service du roi de France. Ils y sont parvenus notamment grâce à l’accomplissement de missions diplomatiques, moyen de gagner la confiance du monarque et outil de leur ascension curiale. Il s’agit donc de décisions individuelles qui ne relèvent pas d’amples processus historiques tels que l’immigration italienne ou le service militaire de la France qu’il faudra évoquer pour les Suisses. Le père de François de Bassompierre, Christophe (1550-1596), avait certes été pendant un temps au service des Valois avant de rejoindre la cour de Charles III de Lorraine, mais il est mort alors que son fils était encore jeune (dix-sept ans) ; la mère de François, Anne Picart de Radeval (?-1615) pourtant apparentée au maréchal de Brissac, laisse son fils choisir entre la France et l’Espagne, prévoyant de lui faire faire un voyage à Paris et un autre à Madrid. La rencontre avec Henri IV est décisive pour François de Bassompierre (1579-1646) qui ne tergiverse pas et se met à son service ; il est naturalisé dès mars 1599 et abandonne son nom allemand de Bestein pour celui, plus français, de Bassompierre. Sa carrière en France entremêle alors étroitement armée et diplomatie : colonel-général des Suisses et Grisons au service de la couronne de France de 1614 à 1632 (puis après sa libération de 1643 à 1646), grand-maître de l’artillerie en 1617, premier maréchal de camp puis maréchal de France en 1622, lieutenant général de l’armée de Savoie en 1630, il est aussi chargé d’une mission en Lorraine en 1609-1610, ambassadeur extraordinaire en Espagne en 1621, en Suisse en 1625-1626, en Angleterre en 1626 toujours, en Suisse encore à plusieurs reprises en 1629-1630. Sa carrière s’arrête brutalement en 1631, son opposition à Richelieu lui valant d’être emprisonné à la Bastille jusqu’à la mort du ministre.

Les Suisses

21Il convient désormais de s’intéresser au dernier groupe national, le plus important numériquement, à savoir les Suisses et les Grisons qui représentent près de 60 % de l’effectif. Le changement est brutal par rapport à la période précédente durant laquelle les Suisses représentaient moins d’un cinquième des ambassadeurs étrangers au service du roi de France : sous les derniers Valois, les seuls Suisses à apparaître étaient les secrétaires-interprètes qui se retrouvaient chargés d’affaires par intérim. Ce petit groupe se maintient sous Henri IV et Louis XIII.

  • 27 Schluchter 2002.

22De façon à expliquer leur rôle, quelques mots d’explication sur le fonctionnement de la représentation française dans les Cantons sont nécessaires. Un ambassadeur du roi de France réside de façon permanente à Soleure depuis 1522 et à Coire depuis 1525. Par ailleurs, l’ambassadeur ordinaire ou le résident français à Soleure est installé à partir de 1552 dans une partie du couvent des cordeliers27, preuve d’une organisation précoce de la représentation auprès des Ligues suisses et grisonnes puisque, dans de nombreuses capitales européennes, il n’existe pas de bâtiment affecté à l’ambassade de France : les représentants du roi y sont accueillis par des courtisans ou louent leur maison en fonction des circonstances, sans qu’un bâtiment fixe servant de résidence puisse créer une continuité dans le poste.

  • 28 Gellard 2015, p. 611-613.
  • 29 Calculs effectués à partir de Rott 1902-1913.
  • 30 Ibid.

23Corrélat de cette organisation précoce de la représentation diplomatique française en Suisse, l’ambassadeur y est très tôt secondé par un truchement ou secrétaire-interprète. Celui-ci est systématiquement un Suisse ou un Grison. Or, il se trouve que les absences de l’ambassadeur sont assez nombreuses, ce dernier obtenant régulièrement des congés pour retourner en France : ce sont donc pratiquement toujours les secrétaires-interprètes qui sont nommés comme chargés d’affaires par intérim dans ces situations. De même, lors des très nombreuses vacances du poste, en particulier à Coire, ce sont ces mêmes secrétaires-interprètes qui assurent le quotidien. Sous François II, Charles IX et Henri III, la représentation du roi de France est assurée par des intérimaires à peu près 20 % du temps dans les Cantons suisses et entre 30 et 40 % du temps auprès des Ligues grisonnes28. Sous Henri IV et Louis XIII, l’ambassadeur à Soleure laisse la gestion des affaires à un intérimaire environ 30 % du temps, tandis qu’à Coire la proportion avoisine les 60 %29. Pour la période qui nous occupe, ces personnages sont Jean Vigier, Jacques et Henri Valier, Louis Lemaire et Jacques d’Estavayer-Mollondin à Soleure, Jean Florin, Antoine de Molina, Jean Paul et Laurent Tschudi à Coire. Ce sont donc des natifs de Soleure et bourgeois de la ville qui sont secrétaires-interprètes et chargés d’affaires par intérim auprès des Cantons ; des Grisons jouent le même rôle auprès des Ligues grisonnes. Certains, comme Jean Vigier et Jacques Valier à Soleure ou Jean Florin et Antoine Molina à Coire, suppléent l’ambassadeur à de très nombreuses reprises et pour des périodes parfois assez longues. Les pères des trois premiers ont d’ailleurs exercé les mêmes fonctions durant les années 1560, 1570 et 1580, et eux-mêmes sont arrivés à l’ambassade de France avant l’avènement d’Henri IV30.

  • 31 Attinger et al. 1921-1934, t. VII (1933), p. 33.

24Tous ces hommes occupent donc une position très particulière dans le personnel diplomatique de la France : natifs des Cantons suisses ou des Ligues grisonnes, ils sont nommés sur place par le roi pour y assurer la représentation permanente de la France alors même qu’ils ne deviennent que rarement ses sujets. Demeurant au contraire bourgeois de Soleure ou de Coire, ils poursuivent dans leur canton d’origine une carrière parallèle ou ultérieure : ils offrent le cas tout à fait spécifique de diplomates au service de la France sans attache curiale, n’ayant même jamais paru de leur vie à la cour de France. Ainsi, Jacques Valier, secrétaire-interprète du roi de France à Soleure de 1574 à 1613, est membre du Grand Conseil de Soleure en 1585, Jungrath en 1593 et Altrath en 1615. Par ailleurs, de 1596 à 1623, il est lieutenant général et gouverneur pour le duc de Longueville aux comtés souverains de Neuchâtel et Valangin31. On voit donc que cet homme n’est jamais au service exclusif des monarques français mais multiplie au contraire les fonctions et les fidélités.

  • 32 Ibid., t. III (1926), p. 767.
  • 33 Ibid., t. II (1924), p. 312.

25En outre, comme certains des secrétaires-interprètes et comme la quasi-totalité des envoyés extraordinaires du roi de France d’origine suisse ou grisonne, Jacques Valier est aussi un soldat. Ainsi, les trois quarts des hommes originaires des cantons qui ont servi Henri IV et Louis XIII dans la diplomatie sont avant tout des militaires. On trouve d’abord plusieurs lieutenants aux Cent-Suisses et plusieurs capitaines au régiment des gardes suisses, mais aussi des capitaines, voire des colonels ayant levé des régiments au service de la France, le plus souvent lors de la reconquête par Henri IV de son royaume ou, durant la guerre de Trente Ans, lors des conflits en Valteline. Ainsi, Hartmann de Hartmannis est, à partir de 1584, à la tête d’un régiment grison au service de France qui fait partie des troupes qui aident le Bourbon à reconquérir le pays face aux Ligueurs ; il est même fait prisonnier en Bourgogne au début des années 159032. De son côté, Andreas Brügger, officier au service de France depuis 1613, est propriétaire d’un régiment à son nom en 1624 et participe aux opérations dirigées par le marquis de Cœuvres en 1625 ; de 1632 à 1635, il opère en Valteline, sous la direction cette fois du duc de Rohan33.

  • 34 Head 1990.
  • 35 « Ligues rhétiques » dans Dictionnaire historique… 2002-2014.

26Tous ces hommes sont donc des soldats au service de France, employés occasionnellement dans la diplomatie pour des missions presque exclusivement auprès des Ligues suisses ou grisonnes. Comme les truchements, ils se mettent un temps au service de France qui les emploie pour leurs compétences. Cependant, et toujours comme les truchements, ils n’immigrent pas en France, poursuivant leur carrière en Suisse ou s’y retirant à la fin de leur vie34. Par ailleurs, nombreux sont ceux qui ont aussi effectué des missions diplomatiques au service des Ligues suisses ou grisonnes. Ainsi, Andreas Brügger, dont il a été question précédemment, est envoyé auprès du roi de France en 1631 par les Ligues rhétiques35 (ou grisonnes) afin d’obtenir son appui pour la reprise de la Valteline, et il est envoyé en Rhétie sept ans plus tard, en mai 1638, cette fois par Louis XIII.

  • 36 Attinger et al. 1921-1934, t. V (1930), p. 699. Le landammann était le président du gouvernement ca (...)
  • 37 Ibid., t. IV (1928), p. 773-774.
  • 38 Ibid.

27Le passage au service de la France n’est parfois qu’une étape. Ainsi, Ulysse de Salis s’est-il d’abord engagé au service de Venise, avant de passer au service du comte de Mansfeld et enfin de la France, recevant en 1628 une compagnie aux Gardes suisses. Il combat alors en Valteline sous Rohan et fait la campagne de Flandre de 1638-1639, ce qui lui vaut d’être le premier Suisse à devenir maréchal de camp dans l’armée du roi de France, en 1641. Après avoir encore servi quelque temps au Piémont sous le maréchal d’Harcourt, il se retire au château de Marschlins qu’il a acheté en 1633 et devient landammann de la Ligue des Dix-Juridictions (l’une des trois ligues grisonnes) en 164636. Cependant, le passage par le service du roi de France n’est pas toujours suivi par une fidélité définitive. Ainsi Antoine Molina, secrétaire-interprète du roi de France auprès des Ligues grises de 1610 à 1636 et, à ce titre, plusieurs fois chargé d’affaires par intérim, mais aussi chargé d’une mission extraordinaire en 1633, par ailleurs colonel d’un régiment grison au service de France en Valteline de 1628 à 1633, finit par se rebeller contre Rohan et par passer en 1637 au service des Espagnols à Milan37. Son cas est néanmoins exceptionnel et la plupart de ces officiers restent toute leur vie au service du roi de France, représentant également le parti français dans leur canton, tels Hartmann de Hartmannis, Jean-Pierre Güler, Joseph-Antoine Stoppa ou Ulysse de Salis aux Trois-Ligues38.

  • 39 Contamine 1992, p. 349-350 explique que la reprise des guerres étrangères oblige de nouveau la mona (...)
  • 40 Pfister 2012. Ces exemptions sont ensuite renforcées au cours du premier tiers du xviie siècle : Du (...)

28Ainsi, les deux premiers Bourbons ont employé les Suisses et les Grisons, non seulement comme truchements et comme chargés d’affaires en cas d’absence de leur ambassadeur, comme le faisaient déjà les derniers Valois, mais également comme chargés de missions extraordinaires. Cette innovation date des premières années du règne d’Henri IV, ce qui n’est pas innocent car les officiers suisses se sont très vite ralliés à lui après l’assassinat d’Henri III, décision dont ils informent leurs supérieurs en envoyant à l’automne 1589 à la Diète de Berne Michel Baeldi, capitaine au régiment Wichser, et plus tard chargé par le roi de France de plusieurs missions auprès des Cantons. L’appui militaire des Suisses a ensuite été déterminant dans la reconquête du royaume, permettant par exemple à Henri IV de remporter les victoires d’Arques (21 septembre 1589) et d’Ivry (14 mars 1590). L’alliance perpétuelle est d’ailleurs renouvelée en 1602. Alors que les étrangers, reîtres et lansquenets surtout, ont laissé un mauvais souvenir, les Suisses semblent épargnés par cette réaction de rejet39, le roi leur octroyant même, toujours en 1602, des lettres patentes par lesquelles il confirme les immunités fiscales et l’exemption du droit d’aubaine qui leur avaient été concédées par Louis XI. Au xviie siècle, les Suisses sont donc les derniers à bénéficier des « privilèges à la nation » dont jouissaient aussi les Milanais, les Napolitains, les Flamands, les Écossais, etc., au siècle précédent40.

  • 41 Attinger et al. 1921-1934, t. III (1926), p. 74.

29Louis XIII conserve aux Suisses la confiance que son père leur portait et honore leur fidélité en organisant définitivement la Garde suisse en mars 1616 ; ce nouveau régiment, formé au départ de huit compagnies de 160 hommes tirés des débris des compagnies suisses ralliés au Navarrais en 1589, prend le service à l’extérieur des palais royaux, tandis que la compagnie des Cent-Suisses, créés en 1496, monte la garde à l’intérieur. Ces officiers suisses et grisons connaissent donc parfois personnellement le roi, soit parce qu’ils ont combattu à ses côtés, soient parce qu’ils ont servi dans les Cent-Suisses ou dans les gardes suisses. Ils ont toute sa confiance, d’autant que ce sont généralement des familles entières, sur plusieurs générations, qui sont au service de France, dans les armées et dans la diplomatie, tels les Guler, les Salis, les Valier ou les Fegeli. Ainsi, il y avait déjà un certain Louis de Fegeli, ambassadeur extraordinaire de Charles VIII dans les cantons en juin-juillet 149241. Cela explique que malgré le fait qu’ils ne soient jamais que des mercenaires, Henri IV et Louis XIII n’hésitent pas, à de très nombreuses reprises, à leur confier des missions diplomatiques.

30Parmi les Suisses et Grisons au service du roi de France, il y a donc une grande différence entre les chargés d’affaires par intérim et les chargés de mission extraordinaires. Les premiers sont la plupart du temps originaires de Soleure ou de Coire où se trouvent les ambassades françaises, commencent comme truchements puis remplacent les ambassadeurs français lors de leurs absences du poste. Comme représentants du Bourbon, ils restent en Suisse, y poursuivent leur carrière et ne viennent donc jamais en France et encore moins à la cour. Les seconds sont au contraire des habitués de la cour, même s’ils ne sont pas à proprement parler des courtisans : comme officiers de la maison militaire du roi, ils connaissent ce dernier et certains ont même été des compagnons d’armes du premier Bourbon.

Conclusion

31Si la part des étrangers dans la représentation diplomatique du roi de France ne diminue pas autant qu’il aurait été possible de le penser, c’est donc parce que, sur le papier, les Suisses remplacent les Italiens. Ceux-ci sont en effet de moins en moins nombreux au cours de la période, les représentants de la grande vague d’immigration du xvie siècle disparaissant peu à peu et laissant la place à quelques individus qui ont choisi de façon isolée de se mettre au service du roi de France. Avec Henri IV apparaît en revanche une nouvelle pratique qui consiste à confier de nombreuses missions à des capitaines ou des colonels suisses ou grisons déjà à son service. Sans cela, la part des étrangers dans le personnel diplomatique français de 1589 à 1643 tomberait sous les 10 %. Ces étrangers sont par ailleurs des individus qui occupent désormais une place moins importante à la cour et dont le prestige est inférieur à ceux qui ont servi la diplomatie française sous les derniers Valois, constat qui se retrouve dans la dignité moindre dont ils sont revêtus, les chargés de mission ou truchements suisses ne portant pas en effet le titre d’ambassadeur, ordinaire ou extraordinaire.

32La part extrêmement importante occupée par les Suisses signifie par ailleurs que la majorité du personnel diplomatique d’origine étrangère ne fait qu’un passage au service du roi de France ; alors que les Gondi, Alamanni, Del Bene et autres Birague du xvie siècle s’étaient installés en France et bénéficiaient de l’ouverture de la cour ainsi que du patronage de Catherine de Médicis, les Suisses et les Grisons, s’ils servent dans les armées françaises et occasionnellement dans la diplomatie du roi très chrétien, conservent leurs attaches dans leur canton d’origine et y retournent à la fin de leur vie, continuant en outre fréquemment à servir ledit canton en parallèle à leur parcours militaire français.

33Enfin, il faut noter que sous Henri IV et Louis XIII s’établit une correspondance de plus en plus importante entre la nationalité d’origine du représentant et sa destination. Ainsi, près de 90 % des Suisses employés par la diplomatie française remplissent uniquement des missions auprès des Ligues, preuve de l’importance des affaires à traiter dans les cantons en lien avec le mercenariat helvétique. De même, 50 % des Italiens se rendent uniquement dans la péninsule, alors que ceux qui étaient employés par la diplomatie des derniers Valois n’avaient jamais été ainsi spécialisés dans les affaires de leur pays d’origine.

34Tout cela va donc dans le sens d’une francisation de la diplomatie française dès Henri IV. Passé les premières années de son règne et dès après son abjuration (25 juillet 1594) puis son entrée dans Paris (22 mars 1594), c’est-à-dire dès lors que son pouvoir se stabilise, il exclut les grands seigneurs étrangers dont il s’était servi précédemment. Ainsi, Gaspard de Schomberg et Pierre de Gondi, voire Albert de Gondi et Jérôme Gondi, ne sont plus employés dans la diplomatie alors qu’ils survivent encore quelques années à leurs dernières missions ; ils ne tombent pas pour autant en défaveur, au contraire, puisque le nouveau souverain leur confie des charges importantes à la cour ou dans l’administration du royaume. Après eux, les ambassadeurs du roi de France d’origine étrangère sont moins nombreux, moins prestigieux et cantonnés à des missions dans leur région d’origine. Cependant, ce constat peut être expliqué par un autre phénomène, à savoir la mainmise de plus en plus forte, déjà mentionnée, des grandes familles de la robe parisienne sur la diplomatie. Dès lors, les seuls étrangers à se maintenir dans le réseau diplomatique français sont peu ou prou des militaires et quelques ambitieux utilisant les missions diplomatiques comme moyen de gagner la confiance et la faveur du roi de France.

Haut de page

Bibliographie

Attinger Victor, Godet Marcel, Montandon Léon, Tribolet Hans et Turler Henri (dir.), 1921-1934, Dictionnaire historique et biographique de la Suisse, Neuchâtel, Administration du dictionnaire historique et biographique de la Suisse, 8 vol.

Avenel Denis-Louis-Martial (éd.), 1853-1877, Lettres, instructions diplomatiques et papiers d’État du cardinal de Richelieu, Paris, Imprimerie nationale, 8 vol.

Bacqué-Grammont Jean-Louis, Hitzel Frédéric et Kuneralp Sinan, 1991, Représentants permanents de la France en Turquie (1536-1991) et de la Turquie en France (1797-1991), Istanbul-Paris, Éditions Isis-Institut français d’études anatoliennes-Librairie d’Amérique et d’Orient.

Balteau Jules, Barroux Marius, Limouzin Lamothe Roger, Lobies Jean-Pierre, Prévost Michel, Roman d’Amat Jean-Charles et Tribout de Morembert Henri (dir.), 1932-, Dictionnaire de biographie française, Paris, Letouzey et Ané, 21 volumes parus.

Barbiche Bernard et Dainville-Barbiche Ségolène, 1997, Sully, l’homme et ses fidèles, Paris, Fayard.

Bayard Françoise, Félix Joël et Hamon Philippe, 2000, Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des finances du xvie siècle à la Révolution française de 1789, Paris, Comité pour l’histoire économique et financière de la France.

Bély Lucien, 1999, La société des princes, Paris, Fayard.

Berger de Xivrey Jules et Guadet Joseph (éd.), 1843-1876, Recueil des lettres missives de Henri IV, 9 vol., Paris, Imprimerie nationale.

Blum Anna, 2014, La diplomatie française en Italie à l’époque de Richelieu et de Mazarin : les sages jalousies, Paris, Classiques Garnier.

Boltanski Ariane, 2006, Les ducs de Nevers et l’État royal : genèse d’un compromis (ca. 1550-ca 1600), Genève, Droz.

Cerutti Simona, 2012, Étrangers : étude d’une condition d’incertitude dans une société d’Ancien Régime, Paris, Bayard.

Contamine Philippe (dir.), 1992, Histoire militaire de la France, t. I, Des origines à 1715, Paris, PUF.

Dictionnaire historique de la Suisse dit e-DHL, 2002-2014 [en ligne], http://www.hls-dhs-dss.ch/f/home (consulté le 30 juin 2017).

Dubost Jean-François, 1997, La France italienne, xvie-xviie siècle, Paris, Aubier.

Dubost Jean-François et Sahlins Peter, 1999, Et si on faisait payer les étrangers ? Louis XIV, les immigrés et quelques autres, Paris, Flammarion.

Dubost Jean-François, 2001, « Les étrangers à la cour de France : de la polémique à l’évaluation numérique », dans Grell C. et Malettke K. (dir.), Société de cour et courtisans dans l’Europe de l’époque moderne (xve-xviiie siècle), Münster et al., LIT Verlag, p. 55-66.

Dubost Jean-François, 2007, « La cour de France face aux étrangers. La présence espagnole à la cour des Bourbons au xviie siècle », in Grell C. et Pellistrandi B. (dir.), Les cours d’Espagne et de France au xviie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, p. 149-169.

Dubost Jean-François, 2009, « La présence étrangère autour d’Anne d’Autriche (1615-1666) », in Grell C. (dir.), Anne d’Autriche, Infante d’Espagne et reine de France, Paris-Madrid-Versailles, Perrin-Centro de Estudios Europa Hispanica-Centre de recherche du château de Versailles, p. 110-152.

Goubert Pierre, 1990, Mazarin, Paris, Fayard.

Firth C. H., 1906, Notes on the Diplomatic Relations of England and France, 1603-1688 : Lists of Ambassadors from England to France and From France to England, Oxford, B. H. Blackwell.

Gellard Matthieu, 2015, Une reine épistolaire : lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis, Paris, Classiques Garnier.

Gellard Matthieu, à paraître, « Les ambassadeurs de Marie de Médicis, 1610-1617 », dans Poumarède G. (dir.), L’Europe de Marie de Médicis, ville, éditeur ?.

Ghisalberti Alberto Maria (dir.), 1960-, Dizionario biografico degli italiani, Rome, Istituto della Enciclopedia italiana.

Grente Georges (dir.), 1951, Dictionnaire des lettres françaises, t. II, Le xvie siècle, Paris, Fayard.

Haehl Madeleine, 2006, Les affaires étrangères au temps de Richelieu : le secrétariat d’État, les agents diplomatiques (1624-1642), Paris-Bruxelles-Berne-Berlin, Direction des Archives, Ministère des affaires étrangères-PIE-Peter Lang.

Head Anne-Lise, 1990, « Intégration ou exclusion : le dilemme des soldats suisses au service de France », dans Bairoch P. et Körner M. (dir.), La Suisse dans l’économie mondiale. Die Schweiz in der Weltwirtschaft, Genève, Droz, p. 37-55.

Labourdette Jean-François, 1998, « Le recrutement des ambassadeurs sous les derniers Valois », dans L. Bély (dir.), L’invention de la diplomatie (Moyen-Âge et temps modernes), Paris, PUF, p. 99-114.

Lemoine Mathieu, 2012, La faveur et la gloire. Le maréchal de Bassompierre mémorialiste, 1579-1646, Paris, PUPS.

« Ligues rhétiques », dans Dictionnaire historique… 2002-2014, [en ligne] : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F26840.php (consulté le 30 juin 2017).

Martin Claire, 2010, Mémoires de Benjamin Aubery du Maurier, ambassadeur protestant de Louis XIII (1566-1636), Genève, Droz.

Milstein Joanna, 2014, The Gondi. Family Strategy and Survival in Early Modern France, Farnham-Burlington, Ashgate.

Pfister Ulrich, « Privilèges commerciaux », dans Dictionnaire historique… 2002-2014, [en ligne] : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F13777.php (consulté le 30 juin 2017).

Proffit Timothée, 2004, Gaspard de Schomberg. Homme de guerre, diplomate et négociateur de la paix (1540-1599), mémoire de maîtrise dirigé par D. Crouzet et N. Le Roux, Paris, université de Paris IV-Sorbonne.

Rott Édouard, Histoire de la représentation diplomatique de la France auprès des cantons suisses, de leurs alliés et de leurs confédérés, 1902-1913, t. II-V, Berne, Imprimerie A. Benteli.

Schluchter André, 2002, « Ambassadeur de France », dans Dictionnaire historique… 2002-2014, [en ligne] : http://www.hls-dhs-dss.ch/textes/f/F28697.php (consulté le 30 juin 2017).

Vindry Fleury, 1903, Les ambassadeurs français permanents au xvie siècle, Paris, Champion.

Waddington Albert, 1895-1897, La République des Provinces-Unies, la France et les Pays-Bas espagnols, 1630-1642, Paris, Masson, 2 vol.

Haut de page

Notes

1 Certains sont naturalisés français, d’autres non.

2 Dans un cas (les derniers Valois), le corpus compte 304 personnages (dont 55 étrangers) et dans l’autre (les premiers Bourbons) 267 (dont 41 étrangers).

3 Dubost 2001.

4 Labourdette 1998, p. 99-114 ; Gellard 2015, chap. 3.

5 Gellard à paraître.

6 Dubost 1997, p. 15.

7 Vindry 1903.

8 Haehl 2006.

9 Bacqué-Grammont et al. 1991.

10 Firth 1906.

11 Rott 1902-1913.

12 Pour cet article, ont été consultés Avenel 1853-1877 et Berger de Xivrey et Guadet 1843-1876.

13 Intégré au Dictionnaire historique de la Suisse ou e-DHL.

14 La plupart des informations biographiques avancées dans la suite de cet article sont tirées des notices de ces trois dictionnaires auxquels nous ne multiplions donc pas davantage les renvois.

15 Les informations qui suivent sont tirées de Boltanski 2006.

16 Milstein 2014, en particulier p. 75-135.

17 Grente 1951, p. 910-911.

18 « Instruction au sieur d’Hémery, conseiller du roy en ses conseils, intendant de ses finances, s’en allant ambassadeur ordinaire en Piémont », dans Avenel 1853-1877, t. V (1863), p. 141-144.

19 Bayard, Félix et Hamon 2000, p. 73-76.

20 Blum 2014, p. 487-488.

21 Goubert 1990, p. 35.

22 Dubost 2002, p. 63.

23 Proffit 2004.

24 Bayard, Félix et Hamon 2000, p. 48-50.

25 Voir Bély 1999.

26 Lemoine 2012.

27 Schluchter 2002.

28 Gellard 2015, p. 611-613.

29 Calculs effectués à partir de Rott 1902-1913.

30 Ibid.

31 Attinger et al. 1921-1934, t. VII (1933), p. 33.

32 Ibid., t. III (1926), p. 767.

33 Ibid., t. II (1924), p. 312.

34 Head 1990.

35 « Ligues rhétiques » dans Dictionnaire historique… 2002-2014.

36 Attinger et al. 1921-1934, t. V (1930), p. 699. Le landammann était le président du gouvernement cantonal.

37 Ibid., t. IV (1928), p. 773-774.

38 Ibid.

39 Contamine 1992, p. 349-350 explique que la reprise des guerres étrangères oblige de nouveau la monarchie à recourir massivement aux mercenaires étrangers. Richelieu le premier ne se leurrait pas sur la nécessité du mercenariat : « Il est presque impossible d’entreprendre avec succès de grandes guerres avec des Français seuls. Les étrangers sont absolument nécessaires pour maintenir le corps des armées et si la cavalerie française est bonne pour combattre, on ne peut se passer de l’étrangère pour faire les gardes et supporter toutes les fatigues d’une armée » (cité ibid.).

40 Pfister 2012. Ces exemptions sont ensuite renforcées au cours du premier tiers du xviie siècle : Dubost et Sahlins 1999, p. 70-71.

41 Attinger et al. 1921-1934, t. III (1926), p. 74.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Gellard, « Les ambassadeurs du roi de France d’origine étrangère sous les deux premiers Bourbons, 1589-1643 », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2016, mis en ligne le 29 septembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14246 ; DOI : 10.4000/crcv.14246

Haut de page

Auteur

Matthieu Gellard

Matthieu Gellard est maître de conférences en histoire moderne à École supérieure du professorat et de l’éducation (ESPE) de Paris et membre du Centre Roland Mousnier (UMR 8596). Il est agrégé et docteur en histoire. Sa thèse de doctorat a été publiée chez Classiques Garnier sous le titre Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis. Il est également l’auteur de plusieurs articles portant sur l’épistolarité politique, la prise de décision politique ou les relations internationales à la Renaissance. Matthieu Gellard has a PhD in history. His thesis entitled Une reine épistolaire. Lettres et pouvoir au temps de Catherine de Médicis has been published by Classiques Garnier. He is also the author of several articles on political epistolarity, decision-making in politics or international relations during the Renaissance.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals