Navigation – Plan du site

Introduction

Introduction
Valérie Bajou

Texte intégral

  • 1 Franklin, dans Ketcham 1965, p. 316.

« Le Roi, un prince jeune et vertueux, a plaisir, j’en suis persuadé, à souligner sa généreuse bienveillance en aidant un peuple opprimé et y cherche un peu la gloire de son règne. Je crois que nos remerciements peuvent accroître son plaisir et qu’une telle expression de gratitude n’est pas seulement notre devoir, mais aussi notre intérêt1 ».

  • 2 Cette introduction développe l’introduction que j’ai rédigée pour le catalogue de l’exposition Vers (...)

1En 1763, après le règlement de la guerre de Sept Ans, rien ne paraissait plus éloigné de Versailles que l’Indépendance américaine2. Pourtant cette révolution ne peut s’expliquer sans le rôle de Versailles, siège du gouvernement pendant plus d’un siècle et lieu majeur de la diplomatie européenne. Ce n’était pas la première fois que la France soutenait des rebelles, mais n’y avait-il pas une contradiction ? Avec son Parlement et les droits individuels consentis par la Charte, l’Angleterre paraissait le pays des libertés, contrairement aux monarchies absolues.

  • 3 Paine 1791, p. 38-39.

2Les treize colonies – le New Hampshire, le Massachusetts, le Connecticut, Rhode Island, New York, le New Jersey, la Pennsylvanie, le Delaware, le Maryland, la Virginie, la Caroline du Nord, la Caroline du Sud et la Géorgie – formaient une bande accrochée à la côte est. Les fermiers aisés et les marchands dominaient au nord, les planteurs et les propriétaires constituaient la société du sud. Cette terre d’immigrants n’était pas seulement peuplée d’Anglais, mais aussi d’Européens très différents les uns des autres. La liberté constituait leur point commun, comme l’indiquait Thomas Paine : « Le nouveau monde a été le refuge de tous les amis de la liberté civile et religieuse qu’on persécutait dans l’ancien3 ». Au milieu du xviiie siècle, la spécificité américaine s’imposa sur l’appartenance à l’Empire britannique :

  • 4 Saint-John de Crèvecœur 1784.

Ubi Panis, ibi patria, voilà la devise de tous les immigrants, écrivait le Normand Saint-John de Crèvecoeur. Qu’est-ce donc alors l’Américain, ce nouvel homme ? Il est en même temps un Européen, de là cet étrange mélange de sang que vous ne trouverez dans aucun autre pays. […] Ici, les individus de toutes les nations sont brassés et transformés en une nouvelle race d’hommes4.

  • 5 Kaspi 2013, p. 133.

3La solidarité anglo-américaine n’a pas survécu au départ des Français de l’Amérique du Nord. La paix de 1763 qui aurait dû accroître la liberté des colons fut suivie de nouvelles dispositions fiscales et douanières entraînant des affrontements récurrents avec la métropole. Cette crise est considérée aujourd’hui comme un processus inéluctable vers l’indépendance, ce que les acteurs d’alors ne souhaitaient pas forcément. Le mouvement de protestation qui s’appuyait sur des causes économiques, politiques et idéologiques déboucha sur la déclaration du 4 juillet 1776, instrument de combat – » les mots sont des armes tout autant que les idées qu’ils expriment5 » – mais également utopie qui érigea le droit au bonheur en principe de gouvernement.

4Une nation ne saurait proclamer unilatéralement sa souveraineté. Dès novembre 1775, les membres du Congrès étaient convaincus qu’ils ne pourraient se passer d’une aide extérieure et ils créèrent un Bureau de la correspondance afin d’élaborer une politique étrangère. Ils se sont rapidement tournés vers la France, non par sympathie, mais parce qu’ils ont pressenti que ce royaume, ennemi de la Grande-Bretagne, ne leur refuserait pas son appui. L’accord envisagé concernait les transactions commerciales et les avantages que la France pouvait en retirer : selon John Adams, ils

  • 6 Adams papers, t. II, p. 337-338.

encourageraient ses manufactures, accroîtront les exportations des produits de son sol et de son agriculture, étendront sa navigation et son commerce, augmenteront ses ressources navales […], la placeront sur un pied de plus grande égalité avec l’Angleterre pour la protection de ses possessions étrangères et […] seront des compensations assez amples pour qu’on reconnaisse notre indépendance, pour qu’on nous fournisse contre de l’argent ou à crédit les marchandises nécessaires dont nous avons besoin, même si cette attitude devait conduire la France à faire la guerre6.

5Un modèle de traité fut adopté par le Congrès ; ce fut à peu de choses près celui que la France ratifia.

6Grâce à la correspondance diplomatique, Louis XVI et son ministre des Affaires étrangères, le comte de Vergennes, étaient au courant de la contestation, sans en mesurer l’importance. La France se réjouissait des revers subis par l’Angleterre. La déclaration des représentants des colonies réunis dans le premier Congrès de Philadelphie le 6 juillet 1775 fut rapidement traduite et envoyée à Versailles. Contrairement à ses homologues anglais, le ministre français comprit la portée de la déclaration de 1776, dont la traduction parut dans les Affaires de l’Angleterre et de l’Amérique, périodique publié par Genet mais soutenu par le cabinet du ministre.

  • 7 Croÿ-Solre 1906-1921, t. IV, p. 73.

7La cause américaine suscitait de la sympathie en France, mais le pacifisme et l’attentisme furent d’abord privilégiés, le roi n’étant pas porté à aider des révoltés contre leur souverain. Ainsi, lorsque le 26 septembre 1776, le Congrès nomma Silas Deane, Benjamin Franklin et Thomas Jefferson – ce dernier remplacé par Arthur Lee – représentants à la cour de Versailles, le ralliement de Louis XVI n’était pas assuré. Le roi laissa ses ministres gouverner avec plus de liberté que ses prédécesseurs, il privilégia d’abord la diplomatie secrète et mit un an à recevoir les Américains. Enfin, le 17 décembre 1777, il annonça aux représentants des Provinces-Unies d’Amérique du Nord qu’il reconnaissait leur indépendance. La négociation aboutit le 6 février 1778 à la signature de deux traités : un traité d’amitié et de commerce et un traité d’alliance militaire. Par le premier, les deux pays établissaient entre eux une amitié commerciale, la France faisant bénéficier son partenaire du régime de la nation la plus favorisée ainsi que de franchises dans ses ports. Par le second, la France renonçait à toute prétention territoriale en Amérique et s’engageait à soutenir les États-Unis jusqu’à ce qu’ils aient obtenu leur complète indépendance. Enfin, les deux contractants promettaient de ne pas signer de paix séparée. Le même jour, rompant la fiction de relations normales avec l’Angleterre, l’ambassadeur de France à Londres, Noailles, remettait un mémoire au roi d’Angleterre, George III, indiquant « que l’indépendance de l’Amérique étant déclarée, par le fait, par le succès des insurgents, la France ne pouvait priver ses sujets d’un commerce avantageux qui se présentait de lui-même7 ». La déclaration reconnaissait le traité de commerce et passait l’autre sous silence.

  • 8 Lettre de Louis XVI à Vergennes, Fontainebleau, fin 1776, dans Hardman et Price 1998, p. 237.

8Le secret avait permis de retarder l’engagement militaire et de préparer la Marine. L’acuité politique de Louis XVI fut remarquable : prudent lorsque ses ministres Vergennes et Maurepas désiraient la guerre, soucieux de ne pas encourager Beaumarchais ou Lafayette, il mena le redressement de la Marine à son terme et imposa la neutralité des mers, ce qui revenait à dénoncer l’hégémonie britannique, puis il revendiqua le pacte de famille pour obtenir le soutien de l’Espagne. Une ligne de neutralité armée rassembla la Russie, le Danemark, la Suède, la Prusse, le Portugal, l’Autriche et le royaume des Deux-Siciles. Le but était bien de gêner l’Angleterre sans bouleverser l’équilibre diplomatique européen. Passant certainement à côté de la curiosité de la société parisienne éclairée pour les délégués américains, tout en affirmant une anglophilie, prudent face aux officiers prêts à s’engager pour cette cause, Louis XVI n’eut d’intérêt que pour les nouveaux marchés et les débouchés économiques. Sa politique fut guidée par des considérations réalistes plutôt que par des principes idéalistes. Commentant le cantonnement des Anglais à Long Island durant l’hiver 1776, Louis XVI écrivait à Vergennes : « cela ne servira qu’à les engager de plus en plus dans la guerre, et plus ils feront la guerre, plus ils se détruiront eux-mêmes. Quand même ils viendraient à bout de reprendre, ils n’en seraient que plus affaiblis, trouvant les colonies ruinées et ayant usé de leurs forces contre elles8 ». L’aide financière de la France fut considérable. On peut avancer le chiffre de quarante-sept millions cinq cent mille livres : dix millions de livres avant 1778 et le reste entre 1778 et 1783.

9La décision anglaise de chercher au conflit une solution militaire plutôt que politique provoqua un bain de sang. Depuis les affrontements à Lexington le 19 avril 1775 jusqu’à la bataille des Saintes en 1782, la guerre dura sept ans. Au début, l’avantage était aux Britanniques, forts de leur puissance de feu, du professionnalisme de leurs armées et de la qualité de leur marine. En 1776, la révolution était un combat à l’issue douteuse, avec une succession d’avancées militaires et d’échecs, malgré une armée organisée sous les ordres du général Washington. Avec la victoire de Saratoga en octobre 1777, les Français comprirent que les Américains ne défendaient pas une cause perdue et qu’ils pouvaient négocier avec l’Angleterre aux dépens de la France. Le traité de 1778 fut une des conséquences de cette victoire. L’entrée de la France dans la guerre transforma la révolte coloniale en guerre mondiale. En 1779, l’Espagne combattit aux côtés de la France pour récupérer Gibraltar, tandis qu’après des attaques de navires hollandais par la Marine anglaise, la Hollande rejoignit la coalition. La balance théorique des forces navales devint quantitativement favorable aux alliés. La guerre déborda de la seule Amérique du Nord pour s’étendre aux Antilles, à la Manche et à la mer du Nord, à Gibraltar, aux côtes de l’Afrique et à l’océan Indien.

  • 9 Fohlen 1989, p. 175.

10L’exposition présentée au château de Versailles en 2016 s’arrêtait en 1783, à l’issu des traités de Paris et de Versailles : « pour Vergennes comme pour Montmorin, l’assistance française avait cessé avec le retrait des troupes et la signature de la paix. Ni l’un ni l’autre ne tenaient à prolonger une présence ou même un appui qui risquait de se traduire par des dépenses imprévisibles et de déboucher sur des aventures9 ». Elle ne se s’attardait ni sur le dossier d’une Amérique française ni sur celui du Canada et n’abordait la fin des combats que dans les Antilles. Mais il faut bien remarquer que l’alliance franco-américaine ne survécut pas à la guerre d’Indépendance même si elle n’eut pas de fin officielle avant 1800, sous la présidence de John Adams.

11Traitant d’un xviiie siècle si cosmopolite, le colloque sur l’Indépendance américaine tenu à Versailles le 5 juillet 2016 s’est proposé de dépasser le discours national ou le dialogue franco-américain. Il s’est attaché à montrer l’ambiguïté apparente de la diplomatie qui a toujours dû s’inscrire dans une politique pragmatique menée par Louis XVI et son ministre Charles Gravier, comte de Vergennes. Cette journée a souligné l’importance des premiers diplomates français, Saint-John de Crèvecœur, Conrad-Alexandre Gérard et le chevalier de La Luzerne. Chaque intervention a souligné les relations bilatérales qui ont subsisté malgré les conflits, les Américains négociant directement avec la Grande-Bretagne et reprenant très vite le commerce avec cette puissance, tandis que les généraux français paraissaient parfois plus à l’aise avec leurs homologues britanniques qu’avec les militaires américains. Enfin, cette journée a montré que les échanges culturels et intellectuels n’ont jamais cessé.

Haut de page

Bibliographie

Bajou Valérie (dir.), 2016, Versailles et l’Indépendance américaine, cat. exp. (château de Versailles, 5 juillet-2 octobre 2016), Montreuil-Versailles, château de Versailles/Gourcuff Gradenigo, p. 15-17.

Croÿ-Solre Emmanuel de, 1906-1921, Journal inédit du duc de Croÿ (1718-1784), Paris, Flammarion, 4 vol. 

Fohlen Claude, 1989, Les pères de la révolution américaine, Paris, Albin Michel.

Franklin Benjamin, dans Ketcham Ralph, The Political Thought of Benjamin Franklin, Indianapolis, Bobbs-Merril, 1965.

Louis XVI and the comte de Vergennes : Correspondance (1774-1787), 1998, éd. John Hardman and Munro Price, Oxford, Voltaire Foundation.

Kaspi André, 2013, La révolution américaine, 1763-1789, Paris, Gallimard, coll. « Folio histoire ».

Paine Thomas, 1791, Du sens commun, ouvrage adressé aux Américains, et dans lequel on traite de l’origine et de l’objet du gouvernement, de la constitution angloise, de la monarchie héréditaire, et de la constitution de l’Amérique septentrionale, trad. française, Paris, Gueffier.

Saint-John de Crèvecoeur Michel-Guillaume, 1784, Lettres d’un cultivateur américain, trad. française, Paris, chez Cuchet, 2 vol. 

The Adams Papers. Adams Family, Correspondance, 1963-, Cambridge (Mass.), Harvard University Press.

Haut de page

Notes

1 Franklin, dans Ketcham 1965, p. 316.

2 Cette introduction développe l’introduction que j’ai rédigée pour le catalogue de l’exposition Versailles et l’Indépendance américaine, Versailles-Montreuil, château de Versailles-Gourcuff Gradenigo, 2016, p. 15-17.

3 Paine 1791, p. 38-39.

4 Saint-John de Crèvecœur 1784.

5 Kaspi 2013, p. 133.

6 Adams papers, t. II, p. 337-338.

7 Croÿ-Solre 1906-1921, t. IV, p. 73.

8 Lettre de Louis XVI à Vergennes, Fontainebleau, fin 1776, dans Hardman et Price 1998, p. 237.

9 Fohlen 1989, p. 175.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Valérie Bajou, « Introduction », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 13 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14287 ; DOI : 10.4000/crcv.14287

Haut de page

Auteur

Valérie Bajou

Valérie Bajou est conservateur pour les peintures du XIXe siècle au château de Versailles. Elle a été commissaire de l’exposition Les guerres de Napoléon : Louis-François Lejeune, général et peintre, château de Versailles (2012) et Versailles et l’Indépendance américaine, château de Versailles (2016). Elle prépare une exposition sur Louis-Philippe et Versailles pour 2018.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals