Navigation – Plan du site

Charles Le Brun à Montmorency

Charles Le Brun at Montmorency
Gaëlle Lafage

Résumés

Aujourd’hui disparue, la demeure de campagne que Charles Le Brun se fit bâtir à Montmorency reste mal connue. Richement ornée et agrémentée d’un jardin avec ses fontaines, ses grottes et ses parterres, cette maison de peintre était d’une grande somptuosité. Grâce aux dessins, aux estampes, aux archives et aux témoignages qui ont pu être réunis, cet article rend compte de l’histoire du lieu, de l’aspect général de l’habitation et de ses jardins et enfin de la vie du peintre dans cette maison de plaisance qu’il habita les dernières années de sa vie. Apparaissent ainsi en filigrane ses goûts et ses ambitions dans cette création toute personnelle.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur les propriétés du peintre, voir Schnapper 1996.

1Tous ceux qui ont étudié d’assez près Charles Le Brun se sont retrouvés un jour face aux belles vues d’Israël Silvestre montrant sa maison de Montmorency. Cette demeure n’a rien d’imposant au regard des châteaux d’Île-de-France contemporains, mais elle étonne toutefois si l’on pense que ce fut celle d’un peintre. Le Brun était logé à la manufacture des Gobelins et possédait plusieurs maisons à Paris. Il avait en outre reçu du roi un terrain et de l’argent avec lesquels il avait fait construire une maison à Versailles1. Pourtant, ce fut au cœur des vallons de Montmorency qu’il prit plaisir à bâtir et à s’installer. Le peintre aurait pu afficher sa réussite en se faisant ériger et orner un bel hôtel à Paris, ou s’établir en fidèle courtisan à Versailles. Quels charmes et quels intérêts attirèrent Le Brun à Montmorency ? Peut-on y voir l’envie de se couper de la cour et de ses tracas ? Aimait-il la nature et le calme offert par cette campagne contrastant avec la vie animée de la manufacture ? On imagine aisément qu’il venait y goûter un peu de tranquillité. Il était alors courant de posséder une maison permettant de se retirer de Paris afin de bénéficier des bienfaits de la campagne, mais cette grande demeure, avec ses appartements d’apparat et ses jeux d’eau, n’avait rien d’un modeste ermitage.

2Lors de sa visite, effectuée deux ans après la mort du peintre pour en constater l’état, son épouse précisa que la maison de Montmorency

  • 2 Paris, Archives nationales (désormais AN), Z1J 415, «  Visite et estimation de maisons et héritages (...)

faisoit l’unique plaisir dud. defft sieur Le Brun et par conséquent […] au jour de son déceds rien ne manquoit non seullement pour le nécessaire, mais mesme de tout ce qui en pouvoit faire l’ornement et le plus grand agrément2.

3L’objet de cette étude est donc de mieux connaître cette demeure à laquelle le peintre semble avoir été si attaché. Ce qui pourrait sembler un détour, loin de ses grands ouvrages, est plutôt un chemin de traverse pour tenter de découvrir un peu mieux l’homme dans la maison qu’il se fit bâtir et qu’il habita par intermittence durant les vingt-cinq dernières années de son existence. Se promener dans ses jardins, dans son intérieur, en compagnie de ses amis et de ses invités, permet d’esquisser un portrait de Le Brun et de ses goûts délicats à saisir tant, à Paris ou à Versailles, le premier peintre reste caché derrière la figure aveuglante de Louis XIV.

Retrouver l’histoire du lieu

  • 3 Junecke 1960.
  • 4 Jouin 1889.
  • 5 Rey 1908.
  • 6 Rival 1993, Scart 1993.
  • 7 Schnapper 1996.
  • 8 Krause 1996.

4Cette demeure, aujourd’hui entièrement disparue, a finalement assez peu retenu l’attention des chercheurs. Elle reste avant tout citée comme l’un des symboles de la réussite sociale du peintre. Une monographie a été consacrée au domaine par Hans Junecke en 19603, mais l’auteur, ne connaissant pas toutes les sources, offre une vision encore très brumeuse du lieu. Dès 1889, Henry Jouin avait écrit plusieurs pages sur Montmorency dans sa monographie du peintre4, signalant des sources importantes, qui furent complétées en 1908 par Auguste Rey5. Plus récemment, Michel Rival et Brigitte Scart ont réuni dans deux textes6 de nouvelles sources encore enrichies par les recherches d’Antoine Schnapper sur la fortune du peintre7. Katharina Krause, bénéficiant de ces dernières recherches, offre ainsi l’étude la plus détaillée de l’architecture du lieu intégrée à une réflexion sur les maisons de plaisance contemporaines8. Toutefois, beaucoup d’interrogations demeurent pour restituer l’histoire de cette maison et de sa construction. Il faut donc associer les différentes sources : archives, écrits, dessins et estampes afin de pouvoir se faire une idée de cette maison disparue et de son histoire.

De l’héritage à la constitution d’un domaine

  • 9 AN, MC, C, 266, 16 mai 1662, inventaire après décès de Robert Butay, cité dans Schnapper 1996, p. 1 (...)
  • 10 Jouin 1889, p. 747.
  • 11 AN, MC, LXV, 26 octobre 1669, cité dans Gady 2006, p. 575, note 268.
  • 12 Cergy-Pontoise, Archives départementales du Val-d’Oise, Première étude notariale de Montmorency, Fr (...)
  • 13 Thuillier 1963, p. LXII-LXIII.
  • 14 Le Laboureur 1669.

5Le hasard semble avoir été à l’origine de l’installation de Le Brun sur ces terres. Après le décès de son beau-père, Robert Butay, en 1662, le peintre reçut en héritage une maison située à Montmorency9. Ce fut probablement celle qu’il donna en bail en 1667, avec des terrains et des vignes, à un vigneron, se réservant la jouissance des chambres de l’étage10. La première trace d’acquisition de terres par Le Brun dans cette vallée se situe à la fin de l’année 166911. Les transactions se multiplièrent en 167012. Le 27 janvier, il acheta un terrain au lieu-dit Les Clozeaux par l’entremise de Louis Le Laboureur, bailly de Montmorency, qui servit de prête-nom au peintre13. Il s’agissait du poète qui avait publié l’année précédente une description des décorations effectuées par Le Brun dans le petit appartement du roi au château vieux de Saint-Germain-en-Laye14. Les deux hommes devaient bien se connaître, partageant leur vie entre la cour et Montmorency.

  • 15 Un dossier dans les archives des princes de Condé réunit les différentes décisions prises concernan (...)
  • 16 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. I, col. 138.
  • 17 L’acte est manquant au minutier central. Seulement cité dans l’inventaire après décès de Le Brun, A (...)
  • 18 Inventaire 1690, p. 223-224, acte coté 18.

6Le Brun s’installa donc à l’entrée du bourg dans une maison qu’il fit bâtir ou réaménager, demandant dès la fin de l’année 1670 d’enclore « en l’estendue de sa maison […] un petit chemin [et] un abreuvoir qu’il ferait transférer ailleurs15 ». Sa propriété, bordant la route menant à Paris, faisait face au domaine que Nicolas Desnots, trésorier des Bâtiments du roi, s’était constitué de l’autre côté de la rue. Cette demeure était l’une des plus belles de la vallée, avec ses jardins, son canal et ses jeux d’eau. Le Brun devait également bien la connaître. En 1666, Louis XIV avait fait acheter « les orgues du Sr Desnots, de sa maison de Montmorency » afin de les placer dans la grotte de Versailles pour laquelle le premier peintre avait donné des dessins16. Lorsqu’il acquit ses premiers terrains, Le Brun rêvait certainement déjà de cette propriété pleine d’agréments. Il n’eut pas longtemps à attendre. Le 19 août 1673, il l’acheta à Nicolas Fardoil, fils d’un héritier de Desnots, pour la somme de 20 000 livres17. Grâce à cette acquisition, il obtenait bien plus que quelques plaisirs champêtres, car Desnots avait fait ériger ces terres en fief. Ainsi, le premier peintre, déjà anobli par le roi en 1662, devenait seigneur de Thionville, après avoir porté foi et hommage au prince de Condé, le 5 octobre 167318.

  • 19 Un résumé daté du 7 mai 1788 fait état des changements d’assiette du fief : Chantilly, 1-BA-022.

7Restait à réunir le domaine à son ancienne propriété séparée par la route allant à Paris. Il présenta donc une nouvelle requête au prince de Condé dès 1673 pour lui permettre de repousser à nouveau l’abreuvoir gênant et pour construire deux arcades sur le chemin menant vers Paris afin de faire communiquer ses deux propriétés. Le 18 octobre 1675, il obtint finalement de déplacer la route passant entre ses deux maisons19. Un plan conservé à la bibliothèque Jean-Jacques Rousseau de Montmorency montre cette transformation et permet de se faire une idée de l’emplacement de la propriété du peintre (fig. 1).

Fig. 1 : Julien Ponsin d’après Le Brun ?, Plan dressé le 18 décembre 1675 marquant l’emplacement du nouveau chemin que souhaite tracer Le Brun en remplacement du grand chemin de Saint-Denis à Montmorency qui passe devant sa maison, entre 1904 et 1914, encre sur calque. Montmorency, Musée Jean-Jacques Rousseau et Bibliothèque d’études rousseauistes, GD16/II(4).

Fig. 1 : Julien Ponsin d’après Le Brun ?, Plan dressé le 18 décembre 1675 marquant l’emplacement du nouveau chemin que souhaite tracer Le Brun en remplacement du grand chemin de Saint-Denis à Montmorency qui passe devant sa maison, entre 1904 et 1914, encre sur calque. Montmorency, Musée Jean-Jacques Rousseau et Bibliothèque d’études rousseauistes, GD16/II(4).

© Laure Querouil

  • 20 Ibid.
  • 21 Les actes concernant Montmorency sont mentionnés dans l’inventaire de 1690, p. 215-225.
  • 22 AN, Y 237, fo 350 vo, cité dans Rey 1908, p. 148, note 2.

8Outre ces deux grandes maisons, Le Brun en possédait trois autres en 167420, dont certainement celle provenant de son beau-père. Néanmoins, il n’arrêta pas là ses acquisitions qu’il poursuivit encore durant une dizaine d’années21. Elles furent également augmentées d’une donation de terres par le prince de Condé en 167922. Le Brun avait ainsi rassemblé à la fin de sa vie : des jardins, des vergers, des bois, des vignes ainsi que huit maisons avec leurs dépendances (remise à carrosses, volière, écurie, toits à vaches et à porcs) décrits lors de la visite de 1692. La maison de Montmorency n’était donc pas une simple habitation de campagne où respirer l’air frais. Le Brun était devenu seigneur et propriétaire d’un domaine dont une partie, certes modeste, était louée et exploitée en terres agricoles, ce qui lui permettait aussi de consommer les produits de ses terres.

Les maisons de Le Brun

9Les étapes de la constitution de cette propriété suivaient l’enrichissement et la renommée croissante du peintre. Ainsi, sa grande demeure de Montmorency connue visuellement par les estampes et les dessins d’Israël Silvestre correspond à l’état presque achevé de sa maison après la réunion de la propriété des Clozeaux à celle de Desnots à la fin de l’année 1675. Mais Le Brun n’habita pas toujours cette demeure. Il occupa certainement quelques années la maison de son beau-père, avant de se faire bâtir, ou au moins réaménager, une maison sur le terrain des Clozeaux acheté en 1670. Toutefois, on ne sait rien des travaux qu’il effectua à cette période. Fit-il élever une première maison qu’il agrandit et transforma trois ans plus tard lorsqu’il devint propriétaire du fief de Thionville ? Cela signifierait que le peintre avait prévu cette acquisition en disposant sa demeure dans l’alignement des jardins et du grand canal aménagé par Desnots de l’autre côté de la rue. En effet, le dessin de la façade orientale de la maison de Le Brun par Israël Silvestre (fig. 2) montre le bâtiment parfaitement centré par rapport au canal.

Fig. 2 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté du grand canal, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, lavis brun, 26,2 × 41,3 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 38, inv. 33049-recto-folio38.

Fig. 2 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté du grand canal, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, lavis brun, 26,2 × 41,3 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 38, inv. 33049-recto-folio38.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

  • 23 Junecke 1960, fig. 16.
  • 24 Mariette 1727.
  • 25 Junecke ne connaissait pas la description des maisons et des jardins faite en 1692 ni les dessins d (...)

10Hans Junecke pense que cette partie de la maison avait été bâtie dès 1670 et que Le Brun réalisa seulement des extensions à partir de 1673, notamment les deux avant-corps en demi-hexagones de la façade ouest visibles sur le dessin et l’estampe de Silvestre (fig. 3). Pour sa reconstruction du plan de l’édifice23, Hans Junecke s’appuie sur le plan gravé par Mariette au début du xviiie siècle, alors que la demeure avait été transformée par son nouveau propriétaire Pierre Crozat. Le graveur précisa en effet que Crozat « l’a fait rétablir pour son usage particulier sans rien changer à la décoration qui est du dessein du dit S.r Le Brun24 ». Junecke suppose donc que Crozat s’est contenté de détruire les extensions réalisées à partir de 1673 pour revenir au premier état de la maison. Toutefois, il est fort probable que Crozat intervint de façon bien plus importante sur le bâtiment. Junecke, ne connaissant pas toutes les sources25, avait une vision partielle de cette maison assez complexe par sa disposition et son histoire.

  • 26 AN, MC, LXV, 145, 17 juillet 1699, inventaire après décès de Suzanne Butay épouse de Charles Le Bru (...)
  • 27 En effet, si l’on compare le mobilier décrit lors des inventaires après décès de Le Brun et de sa f (...)

11Si l’on s’appuie sur l’inventaire après décès de Le Brun, on peut supposer qu’il y eut bien deux étapes dans la construction de la maison connue par les dessins de Silvestre, mais il est presque certain que les transformations furent bien plus importantes que ce que propose Junecke. En effet, après avoir décrit les objets situés dans une cuisine, un office, et surtout dans les appartements de Le Brun et de son épouse, l’inventaire fournit cette précision : « dans le logis neuf s’est trouvé ce qui suit ». Ce sont ensuite toutes les autres pièces dont il est fait l’inventaire soit environ neuf pièces au rez-de-chaussée, douze pièces au premier étage ainsi que les chambres des domestiques et employés au second étage. Lors de la visite effectuée en 1692 et lors de l’inventaire après décès de la femme de Le Brun en 169926, il ne fut pas fait de distinction entre le « logis neuf » et la partie ancienne et les pièces furent décrites dans des ordres différents. Elles se situaient donc vraisemblablement toutes dans cette même grande maison ou au moins les corps de logis communiquaient27. Sans l’apport de nouvelles sources, il est bien difficile de se faire une idée de la demeure que le peintre habita avant l’achat de la propriété de Desnots. Il conserva d’ailleurs également la maison bâtie par Desnots à laquelle était rattaché le fief de Thionville. Elle est visible sur la gauche du dessin et de l’estampe de Silvestre montrant la façade occidentale (fig. 3), mais il ne semble pas que Le Brun l’habita. Ainsi, seule la maison bâtie ou réaménagée à partir de 1673 environ sur le terrain des Clozeaux, et dans laquelle il vécut le plus longtemps, peut être restituée.

Fig. 3 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté ouest, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, 27,3 × 39 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 39, inv. 33050.

Fig. 3 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté ouest, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, 27,3 × 39 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 39, inv. 33050.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

Une maison de peintre

12Bien qu’aucun plan détaillé ni coupe de cette demeure ne nous soit parvenu, plusieurs documents permettent de nous en faire une idée. Ces sources s’étalent dans le temps et nous donnent seulement une vision partielle de cette maison entre 1675 environ et 1692. Il y eut bien évidemment des transformations dans les aménagements de cette propriété durant les quinze années pendant lesquelles Le Brun l’habita. La description que nous proposons à partir des sources permet surtout de restituer l’esprit des lieux.

  • 28 Visite 1692. La visite de la maison de Montmorency commence au fo 34 vo.

13Les seules images de cette maison sont les estampes et les dessins exécutés par Israël Silvestre, un ami proche du peintre. Elles sont aussi les sources les plus précoces, car ces vues ont certainement été dessinées entre 1675 et 1679 environ, avant son achèvement complet. Un plan du domaine, tracé rapidement par Nicodème Tessin (fig. 4), envoyé de la cour de Suède en 1687, fournit la disposition au sol des bâtiments et des jardins, ainsi que les modifications faites. En plus de ces sources visuelles, les inventaires après décès de Le Brun et de son épouse décrivent l’ameublement de la maison. Mais la source la plus précieuse pour connaître les intérieurs comme le détail des décors des façades et des jardins est la visite réalisée par les architectes et jurés experts du roi en 1692, après le mort de Le Brun28. Pour une maison de peintre dont l’existence n’excéda pas quinze ans, cette abondance de sources est assez exceptionnelle et rend certainement compte de son caractère singulier pour l’époque.

14

Fig. 4 : Nicodème Tessin, Plan du château et des jardins de Montmorency, vers 1687, dessin au crayon, 45,9 × 34,5 cm, Stockholm, Nationalmuseum, THC 4848.

Fig. 4 : Nicodème Tessin, Plan du château et des jardins de Montmorency, vers 1687, dessin au crayon, 45,9 × 34,5 cm, Stockholm, Nationalmuseum, THC 4848.

© Nationalmuseum

L’architecture extérieure

  • 29 Ibid., fo 35 ro.

15La maison de Le Brun comportait quatre façades bien distinctes. On y entrait au nord par une cour ouvrant sur le « grand chemin de la chevrette29 », du côté du bourg. Cette façade est la seule à ne pas avoir été reproduite par Silvestre mais on aperçoit sa disposition à gauche de la vue de la façade ouest (voir fig. 3) et sur l’esquisse de Tessin (voir fig. 4). Une grande porte cochère carrée ornée d’un ordre dorique donnait sur la cour. De chaque côté, se trouvaient ensuite les communs. Au fond, s’élevait le corps de logis principal orné d’avant-corps agrémentés de tables de reliefs sculptés, de frontons, de vases, de sculptures et de terrasses à hauteur du premier étage des pavillons.

16La façade sud qui lui était opposée est connue par un dessin de Silvestre (fig. 5). Deux ailes avançant vers le jardin formaient une cour carrée ouverte. Le corps de logis principal était constitué de deux galeries superposées donnant sur la cour, dont les travées centrales étaient couronnées d’un fronton. Les deux ailes, de chaque côté de ce corps de logis, se terminaient au premier étage par des terrasses offrant une vue sur le jardin. Deux frontons triangulaires surmontés de vases marquaient leur sommet. L’intérieur de la cour possédait également ses ornements sculptés, car huit bustes étaient disposés sur des consoles entre les fenêtres du premier étage. Cette façade devait être inachevée au moment où Silvestre la représenta, car il paraît avoir hésité entre un fronton triangulaire ou cintré pour couronner le corps de logis. En dessous, il esquissa des fenêtres rectangulaires au premier étage, alors que la visite de la maison en 1692 signale qu’elles étaient cintrées.

Fig. 5 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté sud depuis le parterre du midi, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, 25,7 × 42,3 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 37, inv. 33048-recto-folio37.

Fig. 5 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté sud depuis le parterre du midi, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, 25,7 × 42,3 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 37, inv. 33048-recto-folio37.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

17La façade ouest (voir fig. 3) était moins ornée. Toutefois, elle se singularisait par deux avant-corps en forme de demi-hexagones s’avançant sur le jardin, de chaque côté de la travée centrale. Le premier étage de ces petites ailes coiffées de frontons formait de nouvelles terrasses et ainsi d’autres points de vue sur les jardins entourant la maison.

  • 30 Ces sculptures qui n’apparaissent pas sur le dessin de Silvestre ne sont décrites que dans la visit (...)

18La façade orientale devant le grand canal offrait une ordonnance bien différente (voir fig. 2). Toute la partie centrale était évidée pour créer une grande loggia en légère saillie couronnée par un fronton. À chaque extrémité, des perrons descendaient vers le jardin. Silvestre les représenta ornés de figures de fleuves couchés. Au-devant, deux groupes de sculptures posées sur leur socle figuraient un enfant sur un lion et un enfant sur un aigle30. À l’arrière, des arcades formaient une séparation avec les cours tout en prolongeant l’édifice sur le paysage, comme une toile de fond. Plus encore semble-t-il que sur les autres côtés, les sculptures et les ornements habillaient cette façade. Sur le fronton, de petits amours en bas-relief tenaient une médaille représentant le roi. Deux médaillons sculptés étaient disposés juste en dessous. La terrasse centrale était soutenue par deux colonnes superposées aux deux niveaux. Elle était dessinée en demi-cercle par le fond et ornée de pilastres et de bustes en plâtre. Trois en haut, dont deux dorés, figuraient : Louis XIV, le Dauphin, et Monsieur. Deux autres bustes, certainement placés à l’étage du dessous, représentaient Séguier, le protecteur fidèle du peintre, et le Grand Condé dont dépendait le fief de Thionville. Le Brun manifestait sa reconnaissance envers ceux qui lui avaient permis de s’élever aussi haut dans son art ainsi que dans la société. Ses protecteurs, disposés dans cette partie ouverte de la maison, se présentaient un peu comme des divinités tutélaires ou des anges gardiens. Le roi trônait bien évidemment au sommet, face au soleil levant.

19Les quatre façades étaient toutes différentes, mais elles avaient pour point commun d’être ouvertes sur le paysage par des terrasses ou des galeries. Ce type d’architecture était peu répandu dans cette région humide. Le choix était audacieux. Même si le grand miroir d’eau dans lequel se reflétait la façade peut rappeler la disposition de châteaux français, la physionomie du bâtiment avec sa loggia centrale évoque plus volontiers une villa italienne qu’une demeure d’Île-de-France. Junecke a ainsi rapproché cette façade de l’architecture de la villa Aldobrandini à Frascati et du nymphée de la villa Giulia à Rome. Il est vrai que Le Brun avait fait le voyage en Italie et s’inspirait certainement pour sa maison de campagne des palais qu’il avait pu voir lors de son séjour ainsi que des dessins ou des gravures qu’il possédait, mais cette ouverture en loggia figurait également dans un hôtel particulier parisien que Le Brun connaissait bien pour y avoir travaillé : l’hôtel Lambert. Toutefois, les comparaisons s’arrêtent là.

  • 31 Sur ce décor disposé autour du Grand Canal pour la fête de Versailles en 1674, voir Lafage 2015, p. (...)
  • 32 Krause 1996, p. 211-212.
  • 33 Guerrini 2005, t. I, p. 279.

20À notre connaissance, la maison de Le Brun reste une exception par cette disposition et peut surtout être rapprochée des autres créations du maître. Le motif des perrons ornés de figures de fleuves placés à chaque extrémité de la façade orientale se retrouve à la grotte de Vaux ainsi que dans les architectures éphémères que Le Brun fit dresser en 1674 autour du Grand Canal de Versailles31. Cette façade conçue pour se refléter dans l’eau comme le montre bien le dessin de Silvestre (voir fig. 2) reprenait le décor aquatique dont il aimait border les canaux. Le Brun dessina très certainement lui-même sa maison comme l’a proposé également Katarina Krause32. Le peintre, considérant que l’architecture dépendait du dessin et regrettant l’établissement d’une Académie dédiée à cet art, dut concevoir lui-même ses projets. Un envoyé du grand-duc de Toscane à Paris, Pietro Guerrini, qui visita sa maison en 1684, explique dans une lettre que la villa dépend seulement de son esprit, de sa volonté et de son bon goût (« depende solo de suo spirito, brio, e buon gusto33 »). Comme Trianon ou Marly, bien que dans une moindre mesure, Montmorency présentait l’originalité et le goût du caprice liés aux maisons de plaisance.

Le décor intérieur

  • 34 Inventaire 1699, p. 83.
  • 35 Ibid. et inventaire 1690, p. 173 et 177.

21La fantaisie du bâtiment annonçait celle qui était développée dans le décor intérieur. On pénétrait au rez-de-chaussée dans un premier vestibule. Il desservait la cuisine et un second vestibule. Ce dernier s’ouvrait sur une grande salle à manger en demi-hexagone avec en renfoncement un buffet en estrade regardant le grand parterre ouest. À la suite de la salle à manger se trouvait une grotte de rocaille avec son bassin de plomb en forme de coquille, une cuvette de marbre et un petit enfant de plomb, servant à se laver les mains. Une salle de billard était utilisée pour les divertissements. À côté, et occupant l’aile ouest de la cour carrée, une anti-chapelle et une chapelle regardaient le parterre du midi. Dans l’anti-chapelle furent accrochés une médaille en plâtre de la Vierge, trois portraits de muses et plusieurs estampes : une d’après les sacrements de Poussin, dont le sujet précis n’est pas indiqué, un Moïse frappant le rocher, Adam et Ève et une « grande estampe du chapitre général des chartreux34 ». La chapelle, en partie sous la terrasse, ne présentait pas de décor peint sur les murs. Elle était ornée d’un crucifix de métal couleur bronze sur bois noirci d’après Girardon et d’une grande peinture sur toile de la Madeleine d’après le Guide. Une tapisserie de la Vierge entourée de festons de fleurs servait de devant d’autel35.

22Plusieurs chambres étaient réparties au rez-de-chaussée. Le Brun et sa femme avaient conservé chacun un appartement dans la maison dite ancienne selon l’inventaire de 1690. Malheureusement, ils ne sont pas identifiés dans la visite de 1692. Il est probable qu’ils faisaient partie des pièces énumérées au rez-de-chaussée. L’épouse du peintre possédait également une seconde chambre à l’étage dans le « logis neuf ». Le décor de ces pièces paraît simple. Malheureusement, à la mort du peintre, les cinquante-huit tableaux inventoriés furent évalués à part, on ignore donc pour la plupart quelles pièces ils décoraient. En revanche, l’inventaire après décès de son épouse décrit bien les œuvres in situ. Même si le mobilier bougea très peu entre les deux inventaires, car Montmorency ne fut plus habité, certains tableaux avaient pu être déplacés. En tout cas en 1699, la chambre de Le Brun n’avait que des gravures sur les murs : une carte représentant le siège de l’île de Ré par Callot, deux estampes du portrait du roi et une de la reine mère.

  • 36 Visite 1692, fo 36 ro.
  • 37 Ibid., fo 37 ro.
  • 38 Le tableau est dit représenter « le marquis dugüa », inventaire 1699, p. 91   ; et était aussi appe (...)
  • 39 Inventaire 1690, p. 151-152, et inventaire 1699, p. 90-91.
  • 40 Voir le texte de Sandra Bazin-Henry dans ces actes.

23Les deux grandes chambres de parade du premier étage présentaient un décor bien plus fastueux. On y accédait par un grand escalier de pierre « dont les murs et plafonds sont ornés de peinture36 ». Une première chambre, appelée la chambre à colonnes, occupait la partie ouest regardant le grand parterre. Il s’agissait d’une grande pièce à alcôve « dont la devanture est ornée de collonnes de menuiserie cannellées ». Des pilastres ioniques animaient les murs et au centre du plafond à voussure apparaissait « la peinture travaillant au portrait du Roy37 ». Louis XIV figurait également en portrait sur une grande médaille de marbre blanc et sa devise en bronze doré ornait la cheminée encadrée par deux anges en bronze. Outre un paysage peint sur toile, servant de devant de cheminée, le seul tableau décrit dans cette pièce était une copie d’après Titien représentant L’Allégorie conjugale38. De nombreux miroirs placés sur la porte, dans l’alcôve, sur le dossier du lit et sur les murs, dont l’un de trente-cinq carreaux, reflétaient la lumière et complétaient, tout en le multipliant, ce précieux décor39. Cette abondance de glaces semble confirmer le goût de Le Brun pour ce type d’ornement comme l’a montré Sandra Bazin-Henry lors de ce colloque40.

  • 41 Inventaire 1690, p. 158-159 ; inventaire 1699, p. 86-87.
  • 42 Inventaire 1690, p. 159.
  • 43 Louis XIV avait fait accrocher l’original de ce tableau dans le chambre du trône à Versailles. Aujo (...)
  • 44 Certainement une copie du Martyre de saint Sébastien, attribué à Annibale Carrache, appartenant à L (...)
  • 45 Je remercie Olivier Bonfait de m’avoir indiqué l’auteur de ce tableau et ainsi l’œuvre originale, a (...)

24L’autre chambre de parade à alcôve avait vue sur le canal. Elle était appelée la chambre indienne, à cause de son mobilier et de son décor qui était en réalité plutôt chinois41. Le cabinet d’ébène marqueté, le coffre, les fauteuils, les chaises et le lit étaient « façon de la Chine », ainsi que les tissus peints avec des figures et des animaux à la manière chinoise. L’alcôve était entourée d’une toile peinte sur laquelle était appliquée une gaze de soie avec des bandes de taffetas peint. Plus curieux encore, l’inventaire énumère « une petite caisse de verre sur son pied de bois doré dans laquelle est un petit enfant emmailloté dont la teste est de cire sur un petit matelas et un oreiller de taffetas de la Chine42 ». Contrastant avec ces chinoiseries, sur la cheminée, un bas-relief représentant Diane voisinait avec un buste de Charles Quint sur un socle. Deux bustes en pierre représentant l’Art et la Nature enrichissaient ce décor. Aucune peinture ne revêtait le plafond de cette chambre, mais les murs étaient couverts d’images peintes ou gravées. Les principaux tableaux étaient des copies d’après des œuvres appartenant aux collections royales gardées par Le Brun. Une copie d’après le Dominiquin montrait le roi David jouant de la harpe43. Au-dessus des portes avaient été accrochés un saint Sébastien copié d’après Carrache44 et Le Ravissement de saint Paul d’après Poussin, tableau cher à Le Brun puisqu’il fut le sujet d’une de ses conférences en 1671. Les autres tableaux consistaient en une copie d’un original appartenant également au roi, alors attribué au Dominiquin mais aujourd’hui donné à Leonello Spada, représentant Énée et Anchise45, un tableau montrant Tobie et l’ange dont l’auteur n’est pas mentionné ainsi qu’un portrait non identifié. Des estampes d’après Poussin, le Guide, Vandermeulen, Callot, Silvestre, et Le Brun lui-même parachevaient ce décor. Ces pièces d’apparat du premier étage étaient complétées par d’autres chambres, salons et cabinets, également décorés de peintures et d’estampes. Au second étage, plusieurs chambres étaient occupées par la concierge, par Nicolas Guérin (le secrétaire de Le Brun) et par des domestiques.

25Cette maison abondamment décorée ne paraissait pas être celle d’un grand collectionneur. Les sculptures comme les tableaux étaient pour la plupart des copies d’après des tableaux de la collection royale ou inventoriés sans nom d’auteur. Une grande partie consistait également en portraits de mécènes, d’amis et de membres de la famille de Le Brun. Quant aux estampes, elles reproduisaient pour certaines des œuvres du peintre, d’autres provenaient de ses amis, ou servaient dans des portefeuilles ou des recueils de documents de travail. Ce qui pourrait le plus surprendre dans cet intérieur est le goût du peintre pour l’exotisme et les curiosités. Mais il faut garder à l’esprit qu’elles s’accordaient parfaitement à une maison de plaisance dédiée au divertissement. La chambre indienne avec son alcôve devait donner l’impression à celui qui y dormait d’avoir fait quelque voyage lointain, tandis que la grotte intérieure dont l’eau était versée par un petit enfant pour se laver les mains pouvait évoquer la magie des fables antiques. Enfin, ce décor exprimait aussi les fonctions et la passion du maître de maison. Le Brun y louait son art dont l’allégorie trônait dans l’une des plus belles pièces de la demeure.

Les jardins

  • 46 Dezallier d’Argenville 1762, p. 102.
  • 47 Blondel 1771-1777, t. IV, p. 146.

26Bien que la maison pût paraître le joyau de cette propriété, elle semble n’avoir été qu’un décor pour les jardins. Les terrasses, les galeries ouvertes et les perrons invitaient à quitter le logis pour se promener dans la nature. Il est étonnant de constater que ce peintre d’histoire, qui ne peignit presque aucun paysage, se plut tout particulièrement à aménager ses jardins. Il n’en était d’ailleurs pas à son coup d’essai puisqu’à Vaux, à Versailles, à Sceaux ou à Paris, Le Brun avait donné des dessins pour des décors de bosquets, de grottes ou de fontaines. Il faut toutefois rester prudent concernant le grand jardin de Montmorency car, comme nous l’avons précisé plus haut, il avait été aménagé par un ancien propriétaire, Nicolas Desnots, dans les années 1630-1640. Ainsi, lorsque Le Brun acquit cette parcelle, elle comportait déjà un étang qui avait été transformé en canal, deux bassins reliés par des cascades et au moins une grotte. En revanche, les jardins entourant la maison furent aménagés par le peintre. Dezallier d’Argenville46 fait de Le Brun le seul auteur du jardin tandis que Blondel ajouta le nom de Le Nôtre tout en précisant qu’ils furent « originairement plantés sur les dessins de M. Le Brun47 ». Comme pour l’architecture extérieure, il est très probable que le peintre donna ses idées, mais il se fit certainement aussi conseiller, voire aider pour les aspects plus techniques.

27Deux petits jardins bordaient les façades sud et ouest de la maison. Devant la première, une petite avant-cour séparée par un muret et ponctuée par des sphinx ouvrait sur un jardin, appelé le parterre du Midi, dont Silvestre nous a laissé un dessin et une estampe (fig. 6). Il commençait par un grand bassin octogone avec une figure de plomb de laquelle sortait un jet d’eau. Derrière, un parterre de buis taillés bordé d’arbres en pots était entouré de deux allées hautes en terrasse. Le visiteur y était accueilli par quatre statues sur piédestaux rustiques. Ce jardin se terminait par un petit bois au-delà duquel se trouvaient un verger et des vignes.

Fig. 6 : Israël Silvestre, Vue du parterre sud de la maison de Le Brun à Montmorency, vers 1675-1679, graphite, traits de sanguine, plume, encre brune et noire, lavis brun, 27,5 × 39,4 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 40, inv. 33051-recto-folio40.

Fig. 6 : Israël Silvestre, Vue du parterre sud de la maison de Le Brun à Montmorency, vers 1675-1679, graphite, traits de sanguine, plume, encre brune et noire, lavis brun, 27,5 × 39,4 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 40, inv. 33051-recto-folio40.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

28Le jardin s’étendant devant la façade occidentale était appelé le grand parterre ou le jardin bas. Un perron conduisait aux parterres de buis en compartiments, seulement visibles sur le dessin de Tessin (voir fig. 4). Un grand bassin circulaire avec jet d’eau et une volée de marches accompagnées d’une petite cascade menaient vers l’orangerie. À la belle saison, des orangers en pots, des grenadiers, des lauriers roses et d’autres plantes rares agrémentaient et embaumaient ce parterre.

29Le grand jardin s’étendait devant la façade orientale. Il débutait par une grande pièce d’eau, appelée canal, dans laquelle se reflétait la maison. Dans son prolongement, le relief du terrain fut utilisé pour faire se succéder sur le dénivelé les différents aménagements (fig. 7). Contrairement à la plupart des châteaux et des imposantes demeures, la maison de Montmorency était construite dans le fond d’une vallée et n’avait pas de vue dominante sur le paysage. La perspective qui s’ouvrait à l’est du côté du canal faisait se succéder, dans une étroite fenêtre entre les arbres : les grottes, les cascades et les constructions, dans un mouvement ascendant. L’eau ne manquait pas à Montmorency et la forte déclivité du terrain se prêtait sans trop de complications à ces aménagements. Des sources alimentaient un bassin en haut de la colline duquel partait l’eau qui descendait par des tuyaux vers les bassins et les fontaines jusqu’à la maison.

Fig. 7 : Israël Silvestre, Vue des jardins de la maison de Le Brun à Montmorency, vers 1675-1679, graphite, plume et encre brune, 33 × 22,7 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 34, inv. 33044.

Fig. 7 : Israël Silvestre, Vue des jardins de la maison de Le Brun à Montmorency, vers 1675-1679, graphite, plume et encre brune, 33 × 22,7 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 34, inv. 33044.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

  • 48 Cette description des jardins est issue de la visite de 1692, fo 38 vo-40 ro, 51 vo -56 vo.
  • 49 Brejon de Lavergnée, Bresc-Bautier, La Moureyre 1992, p. 53.

30Au bout du canal, quatre figures accueillaient le visiteur pour leur promenade, deux aux angles puis deux plus loin, à l’entrée du petit bois48. Après un bassin octogone, au milieu duquel un cygne en plomb jetait de l’eau, apparaissait une grotte revêtue de rocailles et de coquilles. Des figures de plomb animaient les trois niches, dont seul un aigle marin est décrit. En montant au-dessus cette grotte, on accédait à une terrasse bordée d’une balustrade. Au milieu, un grand bassin circulaire s’étendait au pied d’une seconde grotte plus grande en forme de demi-lune, également ouverte par trois arcades cintrées fermées par des grilles (fig. 8). Il s’agissait probablement de celle que dessina Le Brun et dont une feuille du Louvre semble présenter un projet antérieur plus élaboré dans ses ornements extérieurs (fig. 9). Elle reprenait le découpage de la grotte de Téthys avec ses trois niches au fond et deux sur les côtés. Outre les décors de coquilles et de rocailles, les plafonds étaient peints à la détrempe. Dans la niche centrale remplie de rochers figuraient un centaure et un enfant de stuc au-dessus d’un petit Hercule de plomb accompagné de deux têtes de dragons. Des tuyaux jetaient de l’eau dans un bassin, comme depuis les deux niches adjacentes. Dans les niches latérales, Pan faisait face à la nymphe Écho. Ces deux dernières sculptures ainsi que le centaure avaient été réalisés par Jacques Sarazin pour orner une grotte du temps de Desnots49, mais il est possible que Le Brun les ait fait déplacer. En effet le dessin du Louvre déjà cité (fig. 9) semble indiquer que le peintre fit construire ou réaménager en partie cette seconde grotte.

Fig. 8 : Israël Silvestre, Vue de la grande grotte des jardins de Le Brun à Montmorency, v. 1675-1679, graphite, pierre noire, plume et encre brune, 29 × 41,7 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 36, inv. 33047.

Fig. 8 : Israël Silvestre, Vue de la grande grotte des jardins de Le Brun à Montmorency, v. 1675-1679, graphite, pierre noire, plume et encre brune, 29 × 41,7 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 36, inv. 33047.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

Fig. 9 : Charles Le Brun (?),Plan, élévation et coupe d’une grotte avec fontaines, dessin à la pierre noire, 55,1 × 39,8 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, inv. 30290.

Fig. 9 : Charles Le Brun (?),Plan, élévation et coupe d’une grotte avec fontaines, dessin à la pierre noire, 55,1 × 39,8 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, inv. 30290.

© Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo L. Chastel

31En continuant à monter, au-dessus de la grotte, se développait une cascade de quatorze bassins en forme de coquilles, chacun de six jets d’eau. On arrivait ensuite à un petit canal servant de réservoir conduisant à une grotte constituée d’une seule niche. L’eau de la source y coulait dans un bassin et des coquilles en chute d’eau, jusqu’au réservoir. Cette grotte était surmontée d’une balustrade et de deux figures de fleuves couchés à chaque extrémité, que l’on peut apercevoir dans le dessin de Silvestre (fig. 10). En poursuivant la promenade, au bout du jardin, se trouvait une terrasse avec une perspective peinte et un portique dont les chapiteaux des colonnes imitaient des glaçons. Sur les côtés, deux portes surmontées de deux figures qui semblaient en garder l’entrée. Silvestre représenta cette architecture se découpant sur le ciel à l’arrière-plan. Les portes donnaient accès à un escalier conduisant à une terrasse puis à un bois de buis et de cyprès. Terminant l’abondant décor de ce jardin, au bout des allées et au milieu d’un rond entouré de végétation, apparaissait une grande figure en pierre de la Mélancolie.

Fig. 10 : Israël Silvestre, Vue de la cascade et des jardins de la maison de Le Brun à Montmorency, v. 1675-1679, graphite, 26,5 × 42 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 35, inv. 33046-recto-folio35.

Fig. 10 : Israël Silvestre, Vue de la cascade et des jardins de la maison de Le Brun à Montmorency, v. 1675-1679, graphite, 26,5 × 42 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 35, inv. 33046-recto-folio35.

© RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado

La vie de Le Brun à Montmorency

Un lieu de réception et de retraite

32Par ses charmes, la maison de Montmorency attira rapidement d’importants visiteurs désireux de s’y promener. Parmi les hôtes les plus prestigieux, Le Brun eut l’honneur de recevoir en 1679 : le duc d’Enghien, le duc de La Rochefoucauld, Bossuet et plusieurs seigneurs de la cour. Le Mercure galant fit le récit de cette visite :

  • 50 Mercure galant, juin 1679, p. 204-207.

Ils y arrivèrent le dimanche 14 de may sur les six heures du soir, et regardèrent avec plaisir, en entrant, la façade de la maison qui est du costé de la court. Ils montèrent dans tous les apartemens, et se promenèrent en suite dans les jardins. On y fit jouer toutes les eaux, dont ils admirèrent les beautez. Ils furent surpris d’y voir tant de canaux, de fontaines, de cascades, de grotes et surtout un grand canal qui est devant la façade de la maison du costé du jardin. Son altesse Sérénissime se promena en bateau sur ce canal, et y reçeut le divertissement d’une fort agréable symphonie. Le soupé fut servy aussitost après. La magnificence s’y trouva jointe à la propreté. Monsieur le Duc coucha dans cette maison, avec ceux qui l’accompagnoient. Il y dîna le lendemain, après s’estre promené tout le matin dans les jardins, dont on fit jouer de nouveau les eaux, et partit sur les deux heures pour aller à Chantilly50.

  • 51 Guerrini 2005, t. I, p. 279.

33Le peintre, qui avait déjà participé aux fêtes de Vaux et de Versailles, maîtrisait l’art de recevoir et de divertir, faisant jouer les fontaines et la musique pour satisfaire ses invités. Il était alors exceptionnel qu’un peintre reçût et hébergeât des personnes aussi importantes à la cour. Son statut, ses manières et son goût pour la magnificence lui permettaient d’accéder à un tel rang. Pietro Guerrini, envoyé par Cosme III de Médicis dans un tour d’Europe pour noter des innovations techniques, fut séduit par le lieu tout autant que par la gentillesse et la familiarité du peintre et de sa famille. Il écrivit le 31 octobre 1684 : « è luogo da principi51 » (« c’est un lieu pour des princes »).

  • 52 Inventaire 1690, p. 254.

34Le roi ne se rendit jamais à Montmorency, mais il est possible que le Dauphin, qui avait Israël Silvestre pour maître à dessiner, s’y soit promené pour étudier le dessin et la perspective. À sa mort, Le Brun possédait en effet une représentation de sa maison de Montmorency de sa main52. La bibliothèque de l’École nationale supérieure des beaux-arts de Paris possède une vue de la façade sur le canal, semblable à celle d’Israël Silvestre conservée au Louvre et reproduite en gravure. La manière très appliquée du dessinateur et un peu maladroite semble éloignée de celle de Silvestre. Ce dessin pourrait bien être celui que le Dauphin aurait offert à Le Brun (fig. 11). L’inscription « Pour M. Le Brun sa maison » en haut de la feuille indique qu’il s’agissait d’un présent. Il serait touchant de reconnaître en ce dessin une marque d’amitié que le Dauphin laissa au premier peintre du roi. Toutefois, cela ne permettrait pas d’affirmer que le Dauphin se rendit à Montmorency, car le dessin semble copié d’après celui de Silvestre.

Fig. 11 : Louis, Dauphin de France (1661-1711) ?, d’après Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté du grand canal, vers 1675-1679, plume et encre brune, 23,5 × 41,9 cm. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, PM 1880.

Fig. 11 : Louis, Dauphin de France (1661-1711) ?, d’après Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté du grand canal, vers 1675-1679, plume et encre brune, 23,5 × 41,9 cm. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, PM 1880.

© Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris

35Outre les personnalités de la cour et les envoyés des cours étrangères comme Guerrini ou Nicodème Tessin en 1687, Le Brun reçut ses proches et amis. Sa façon de recevoir ne semblait pas répondre uniquement à un désir d’afficher avec orgueil sa réussite et sa richesse. Dezallier d’Argenville rapporta une anecdote qui semble révélatrice des manières du peintre :

  • 53 Dezallier d’Argenville 1762, t. IV, p. 102.

Le Brun n’étoit occupé que de son ami [Henry Testelin] : il le sçavoit peu à son aise, et cherchoit toutes les occasions de le servir et d’adoucir la rigueur de son sort ; on peut en juger par le trait qu’on va rapporter. Ils étoient ensemble à sa belle maison de Montmorency, dans une grotte au pied de la cascade, lorsque Le Brun fit habiller en Amour le plus beau des enfans de son Jardinier qui avoit environ dix ans ; il parut suivi de deux autres Amours, & présenta, de la part de Vénus, des vers & une bague de mille écus à Testelin. Celui-ci fut surpris d’une façon de donner aussi galante ; elle voiloit avec délicatesse, en même tems qu’elle embellissoit la générosité de son bienfaicteur53.

36Sa recherche de beauté et son goût pour mêler la vie à la fable semblent s’être étendus également à son quotidien.

37Toutefois, Montmorency n’était pas qu’un lieu de réception et de joyeuses rencontres entre amis. Florent Le Comte, raconte que :

  • 54 Le Comte 1699-1700, t. III, p. 166.

sa maison de Montmorency étoit une solitude charmante, où il alloit souvent se reposer, & jamais il n’en revenoit que l’esprit rempli de nouvelles conceptions ; ce qui étoit une marque incontestable de sa grande assiduité au travail, faisant souvent de cette maison de plaisir une véritable École de vertu54.

38L’éloge peut sembler exagéré. Mais en étudiant l’œuvre considérable de Le Brun, on s’aperçoit qu’il dut avoir peu de repos. La peinture l’occupait entièrement et Montmorency lui servait aussi de refuge pour créer. Lorsque Louis XIV lui demanda un nouveau projet pour la galerie des Glaces, ce fut à Montmorency que Le Brun se retira pour concevoir son dessin. Il conservait là de nombreuses copies de tableaux de grands maîtres, surtout italiens, des dessins faits à Rome d’après les antiquités et les grands décors, ainsi que des recueils des livres et recueils d’estampes.

Les dernières années

39La maison de Montmorency, telle que nous l’avons décrite jusque-là, correspond à l’état dans lequel elle devait être jusqu’au milieu des années 1680. Telle que Le Brun la voulut. Nous ne voulions pas gâcher l’impression que devait produire cette maison, au moment de l’apogée de la carrière de Le Brun, en révélant dès le début ce que décrit la visite de 1692. À cette date, plusieurs parties de sa belle maison et de ses jardins étaient très endommagées par les infiltrations d’eau et de nombreux travaux de remise en état étaient devenus indispensables, tout comme dans d’autres maisons qu’il possédait à Paris. La raison de cette visite par les architectes était en partie de définir les réparations à effectuer dans les maisons et à qui il revenait de les payer après le décès du peintre. On apprend même qu’elles étaient déjà dans cet état depuis de nombreuses années et donc du vivant de Le Brun. L’eau s’infiltrait par les terrasses dans la maison de Montmorency, faisant affaisser les plafonds. Les experts notèrent même un défaut de la fondation au niveau de la façade est. Une partie des sculptures et des ornements architecturaux étant seulement en plâtre se trouvait également ruinée et certains bassins remplis de bourbe.

  • 55 Voir supra note 2.
  • 56 Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie 1854, t. I, p. 67-68.

40Pourtant, lorsque Le Brun fut évincé des grands projets de décors royaux après la mort de Colbert, il se retira de plus en plus à Montmorency. Sans doute trouvait-il une forme de consolation dans ce lieu qu’il avait décoré et aménagé selon son goût et qui faisait son « unique plaisir55 ». Ce fut là qu’il peignit ses dernières œuvres. Puisqu’on ne lui commandait plus rien pour les décors royaux, il entama une suite de tableaux sur la vie du Christ. Il avait déjà commencé sur ses heures de loisir une peinture de la flagellation, et la commande de L’Élévation de croix par le roi en 1684 l’invita certainement à poursuivre ce cycle. Toutefois, il semble que le peintre avait perdu toute envie, et peut-être aussi une partie de ses gratifications qui étaient du fait de Colbert et liées aux grands chantiers. Cela pourrait expliquer que les travaux nécessaires dans ses demeures ne furent pas réalisés. Dans la lettre bien connue qu’il adressa au maréchal de Créqui56afin qu’il intervienne en sa faveur auprès de Louvois, Le Brun témoigne de ce qui donnait un sens à sa création et finalement à sa vie : servir utilement le roi. Le décor de sa maison de Montmorency en disait aussi beaucoup sur son idéal.

41Le peintre, souvent résumé à une figure autoritaire d’habile courtisan, nous paraît bien plus sensible et simple alors. En lisant la description de la maison de Le Brun, outre son état assez délabré, une autre chose surprend. Tout au fond des jardins de la demeure de plaisance du peintre des batailles d’Alexandre et des victoires de Louis XIV, on ne s’attendait pas à trouver, discrètement nichée au cœur du bois, une grande figure de la Mélancolie. Il s’agissait d’une des rares sculptures en pierre des jardins, en suffisamment bon état pour être encore identifiée deux ans après le décès de Le Brun. Il est difficile de croire qu’elle n’exprimait pas l’une des passions de l’âme du peintre.

Épilogue

42Le Brun passa une partie de ses dernières années à Montmorency. Il y tomba malade à la fin de l’année 1689, mais n’y mourut pas. Il demanda à être ramené dans son logement, au cœur de la manufacture des Gobelins, pour y mourir. Le Brun avait fait bâtir Montmorency pour recevoir, s’y retirer et trouver dans les douceurs paisibles de la campagne l’inspiration. Mais cette maison restait une demeure de plaisance. La manufacture des Gobelins, les travaux qu’il avait dirigés pour le roi et les nombreux artistes et artisans qu’il avait conduits et formés constituaient sa véritable maison et sa famille. Il choisit de mourir en premier peintre du roi.

43Malgré l’état avancé de dégradation des bâtiments, Montmorency ne disparut pas après sa mort. Le domaine fut vendu par ses héritiers au collectionneur Pierre Crozat qui y apporta de nombreuses transformations. La demeure fut vraisemblablement rebâtie en reprenant la physionomie simple de la façade est. Ce bâtiment ouvert avec sa loggia servit alors de décor à une fête galante de Watteau (fig. 12).

Fig. 12 : Antoine Watteau, La perspective, v. 1715, huile sur toile, 46,7 × 55,3 cm. Boston, Museum of Fine Arts, 23.573. Maria Antoinette Evans Fund.

Fig. 12 : Antoine Watteau, La perspective, v. 1715, huile sur toile, 46,7 × 55,3 cm. Boston, Museum of Fine Arts, 23.573. Maria Antoinette Evans Fund.

Voir la notice sur le site du musée de Boston.

© 2017 - Museum of Fine Arts, Boston

  • 57 Dezallier d’Argenville 1768, p. 401.
  • 58 Rousseau 1959, p. 520-521.

44Les jardins furent aussi en partie transformés mais, au milieu du xviiie siècle, Dezallier d’Argenville pouvait toujours écrire « que l’ombre de ce grand peintre se plaît encore dans ces mêmes lieux57 ». Bien après sa mort, les charmes que Le Brun avait trouvés dans ce vallon tranquille, et qu’il avait su rehausser, faisaient toujours le délice de ses hôtes. Le peintre n’aurait certainement pu rêver mieux. Rousseau, hébergé un temps dans la maison, en donna un beau témoignage dans ses Confessions. Prenant le même point de vue qu’Israël Silvestre (voir fig. 2) en bas de la perspective du canal, il lui semble que le bâtiment « paraît absolument environné d’eau » et il croit alors apercevoir « une île enchantée ou la plus jolie des trois îles Borromées, appelée Isola bella, dans le lac Majeur58 ». Les quelques lignes que l’écrivain consacra à sa vie dans la maison de Montmorency permettent de nous imaginer les joies que ce lieu put procurer quelques années auparavant à Le Brun durant ses séjours et qui nourrirent ses œuvres :

C’est dans cette profonde et délicieuse solitude qu’au milieu des bois et des eaux, aux concerts des oiseaux de toute espèce, au parfum de la fleur d’orange, je composai dans une continuelle extase le cinquième livre de l’Émile, dont je dus en grande partie le coloris assez frais à la vive impression du local où je l’écrivais.

  • 59 Ibid.

Avec quel empressement je courais tous les matins, au lever du soleil, respirer un air embaumé sur le péristyle ! […] J’étais là dans le paradis terrestre ; j’y vivais avec autant d’innocence, et j’y goûtais le même bonheur59.

Haut de page

Bibliographie

Sources

Blondel Jacques-François, 1771-1777, Cours d’architecture, ou Traité de la décoration, distribution et construction des bâtiments […], Paris, Desaint, 6 vol.

Dezallier D’Argenville Antoine Joseph, 1762, Abrégé de la vie des plus fameux peintres, avec leurs portraits gravés en taille douce, les indications de leurs principaux ouvrages, quelques réflexions sur leurs caractères, et la maniere de connoître les desseins et les tableaux des grands maîtres, t. IV, Paris, Debure l’aîné.

Dezallier D’Argenville Antoine Nicolas, 1768, Voyage pittoresque des environs de Paris ou Description des maisons royales […], 3e édition corrigée et augmentée, Paris, Debure l’aîné.

Le Comte Florent, 1699-1700, Cabinet des singularitez d’architecture, peinture, sculpture, et graveure ou Introduction à la connoissance des plus beaux arts figurés sous les tableaux, les statues et les estampes, Paris, E. Picart-N. Le Clerc, 3 vol.

Le Laboureur Louis, 1669, La Promenade de S. Germain, à Mademoiselle de Scudéry, Paris, G. de Luyne.

Mariette Jean, 1727, L’architecture françoise, ou, recueil des plans, élévations, coupes et profils des églises, palais, […] bâtis nouvellement par les plus habils architectes, et levés & mesurés exactement sur les lieux, Paris, chez l’auteur.

Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie royale de peinture et de sculpture, 1854, éd. par L. Dussieux et al., Paris, J. B. Dumoulin.

Études

Brejon de Lavergnée Arnauld, 1987, L’inventaire Le Brun de 1683 : la collection des tableaux de Louis XIV, Paris, Éd. de la Réunion des musées nationaux.

Brejon de Lavergnée Barbara, Bresc-Bautier Geneviève, La Moureyre Françoise de, 1992, Jacques Sarazin, sculpteur du roi : 1592-1660, cat. exp. (Noyon, musée du Noyonnais, 5 juin 1992-14 août 1992), Paris-Noyon, Éd. de la Réunion des musées nationaux-musée du Noyonnais.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV, 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Couffy Annick, Roche-Bernard Geneviève, Lempereur Laurent, 1993, Jardins en Val-d’Oise, Cergy-Pontoise, Conseil général du Val-d’Oise, 3 vol.

Gady Bénédicte, 2006, L’ascension sociale de Le Brun. Liens sociaux et production artistique, thèse de doctorat sous la direction d’Alain Mérot, université Paris IV-Sorbonne.

Guerrini Pietro, 2005, Il viaggio in Europa di Pietro Guerrini, 1682-1686 : edizione della corrispondenza e dei disegni di un inviato di Cosimo III dei Medici, éd. F. Martelli, Florence, L. S. Olschki, 2 vol.

Jouin Henry, 1889, Charles Le Brun et les arts sous Louis XIV. Le premier peintre, sa vie, son œuvre, ses écrits, ses contemporains, son influence, d’après le Manuscrit de Nivelon et de nombreuses pièces inédites, Paris, Imprimerie nationale.

Junecke Hans, 1960, Montmorency Der Landsitz Charles Le Brun’s : Geschichte, Gestalt und die « Ile enchantée », Berlin, B. Hessling.

Krause Katharina, 1996, Die Maison de plaisance : Landhäuser in der Ile-de-France (1660-1730), Munich, Deutscher Kunstverlag.

Lafage Gaëlle, 2015, Charles Le Brun décorateur de fêtes, Rennes, PUR, « Art et société ».

Rey Auguste, 1908, « Les deux châteaux de Montmorency », Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, t. XXXV, p. 139-160.

Rival Michel, 1993, « Le parc et la maison de Charles Le Brun à Montmorency », dans Couffy, Roche-Bernard, Lempereur 1993, p. 114-118.

Rousseau Jean-Jacques, 1959, Œuvres complètes, t. I, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade ».

Scart Brigitte, 1993, « Israël Silvestre et la maison de Le Brun à Montmorency », dans Couffy, Roche-Bernard, Lempereur 1993, p. 119-123.

Schnapper Antoine, 1996, « La fortune de Charles Le Brun », Revue de l’art, no 114, p. 17-22.

Thuillier Jacques (dir.), 1963, Charles Le Brun 1619-1690, peintre et dessinateur, cat. exp. (Versailles, châteaux de Versailles et de Trianon, juill.-oct. 1963), Paris, ministère d’État, Affaires culturelles.

Haut de page

Notes

1 Sur les propriétés du peintre, voir Schnapper 1996.

2 Paris, Archives nationales (désormais AN), Z1J 415, «  Visite et estimation de maisons et héritages entre Mr et Madame Le Brun  », 9 septembre 1692, fo 3 vo (désormais Visite 1692).

3 Junecke 1960.

4 Jouin 1889.

5 Rey 1908.

6 Rival 1993, Scart 1993.

7 Schnapper 1996.

8 Krause 1996.

9 AN, MC, C, 266, 16 mai 1662, inventaire après décès de Robert Butay, cité dans Schnapper 1996, p. 19, 22, note 20.

10 Jouin 1889, p. 747.

11 AN, MC, LXV, 26 octobre 1669, cité dans Gady 2006, p. 575, note 268.

12 Cergy-Pontoise, Archives départementales du Val-d’Oise, Première étude notariale de Montmorency, François Boscheron, 2 E7 103, 7 mai 1670  ; 2 E7 104, 28 octobre 1670 et 12 décembre 1670.

13 Thuillier 1963, p. LXII-LXIII.

14 Le Laboureur 1669.

15 Un dossier dans les archives des princes de Condé réunit les différentes décisions prises concernant ce fief : Bibliothèque du château de Chantilly, Archives (désormais Chantilly), 1-BA-022. Pour la délibération du conseil du 4 décembre 1670 : Chantilly, 2 AB 5, fo 124 vo.

16 Comptes des Bâtiments du roi… 1881-1901, t. I, col. 138.

17 L’acte est manquant au minutier central. Seulement cité dans l’inventaire après décès de Le Brun, AN, Minutier central (désormais MC), LXV, 126 (Rés. 193), 2 mars 1690, p. 215 (désormais Inventaire 1690). L’ensemble de l’inventaire a été transcrit et annoté dans Gady 2006, p. 485-595.

18 Inventaire 1690, p. 223-224, acte coté 18.

19 Un résumé daté du 7 mai 1788 fait état des changements d’assiette du fief : Chantilly, 1-BA-022.

20 Ibid.

21 Les actes concernant Montmorency sont mentionnés dans l’inventaire de 1690, p. 215-225.

22 AN, Y 237, fo 350 vo, cité dans Rey 1908, p. 148, note 2.

23 Junecke 1960, fig. 16.

24 Mariette 1727.

25 Junecke ne connaissait pas la description des maisons et des jardins faite en 1692 ni les dessins d’Israël Silvestre et de Tessin.

26 AN, MC, LXV, 145, 17 juillet 1699, inventaire après décès de Suzanne Butay épouse de Charles Le Brun, (désormais Inventaire 1699).

27 En effet, si l’on compare le mobilier décrit lors des inventaires après décès de Le Brun et de sa femme, on s’aperçoit que « la chambre au bout de lad. sale au-dessus du pressoir » qui est mentionnée dans l’ancien logis lors de l’inventaire en 1690, correspond à la « chambre atenant la salle du billard » lors de l’inventaire en 1699. Or la salle du billard faisait partie des pièces du logis neuf de l’inventaire de 1690. Il n’y avait donc certainement qu’un seul bâtiment avec plusieurs étapes de construction.

28 Visite 1692. La visite de la maison de Montmorency commence au fo 34 vo.

29 Ibid., fo 35 ro.

30 Ces sculptures qui n’apparaissent pas sur le dessin de Silvestre ne sont décrites que dans la visite de 1692, fo 50 ro.

31 Sur ce décor disposé autour du Grand Canal pour la fête de Versailles en 1674, voir Lafage 2015, p. 135.

32 Krause 1996, p. 211-212.

33 Guerrini 2005, t. I, p. 279.

34 Inventaire 1699, p. 83.

35 Ibid. et inventaire 1690, p. 173 et 177.

36 Visite 1692, fo 36 ro.

37 Ibid., fo 37 ro.

38 Le tableau est dit représenter « le marquis dugüa », inventaire 1699, p. 91   ; et était aussi appelé dans l’inventaire de 1690 « marquis Delgouato », p. 170. L’original appartenait alors aux collections royales (voir Brejon de Lavergnée 1987, n54, p. 131-132). Il est aujourd’hui conservé au musée du Louvre (inv. 754).

39 Inventaire 1690, p. 151-152, et inventaire 1699, p. 90-91.

40 Voir le texte de Sandra Bazin-Henry dans ces actes.

41 Inventaire 1690, p. 158-159 ; inventaire 1699, p. 86-87.

42 Inventaire 1690, p. 159.

43 Louis XIV avait fait accrocher l’original de ce tableau dans le chambre du trône à Versailles. Aujourd’hui, il est toujours conservé à Versailles, musée du château (MV 5359). Voir Brejon de Lavergnée 1987, no 125, p. 183-184.

44 Certainement une copie du Martyre de saint Sébastien, attribué à Annibale Carrache, appartenant à Louis XIV et aujourd’hui conservé au musée des Beaux-Arts de Quimper. Voir Brejon de Lavergnée 1987, no 160, p. 214-215.

45 Je remercie Olivier Bonfait de m’avoir indiqué l’auteur de ce tableau et ainsi l’œuvre originale, aujourd’hui conservée au musée du Louvre (inv. 680). Voir Brejon de Lavergnée 1987, no 13, p. 97-98.

46 Dezallier d’Argenville 1762, p. 102.

47 Blondel 1771-1777, t. IV, p. 146.

48 Cette description des jardins est issue de la visite de 1692, fo 38 vo-40 ro, 51 vo -56 vo.

49 Brejon de Lavergnée, Bresc-Bautier, La Moureyre 1992, p. 53.

50 Mercure galant, juin 1679, p. 204-207.

51 Guerrini 2005, t. I, p. 279.

52 Inventaire 1690, p. 254.

53 Dezallier d’Argenville 1762, t. IV, p. 102.

54 Le Comte 1699-1700, t. III, p. 166.

55 Voir supra note 2.

56 Mémoires inédits sur la vie et les ouvrages des membres de l’Académie 1854, t. I, p. 67-68.

57 Dezallier d’Argenville 1768, p. 401.

58 Rousseau 1959, p. 520-521.

59 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Julien Ponsin d’après Le Brun ?, Plan dressé le 18 décembre 1675 marquant l’emplacement du nouveau chemin que souhaite tracer Le Brun en remplacement du grand chemin de Saint-Denis à Montmorency qui passe devant sa maison, entre 1904 et 1914, encre sur calque. Montmorency, Musée Jean-Jacques Rousseau et Bibliothèque d’études rousseauistes, GD16/II(4).
Crédits © Laure Querouil
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 11M
Titre Fig. 2 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté du grand canal, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, lavis brun, 26,2 × 41,3 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 38, inv. 33049-recto-folio38.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 3 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté ouest, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, 27,3 × 39 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 39, inv. 33050.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 608k
Titre Fig. 4 : Nicodème Tessin, Plan du château et des jardins de Montmorency, vers 1687, dessin au crayon, 45,9 × 34,5 cm, Stockholm, Nationalmuseum, THC 4848.
Crédits © Nationalmuseum
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 3,0M
Titre Fig. 5 : Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté sud depuis le parterre du midi, vers 1675-1679, graphite, sanguine, plume et encre brune, 25,7 × 42,3 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 37, inv. 33048-recto-folio37.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Fig. 6 : Israël Silvestre, Vue du parterre sud de la maison de Le Brun à Montmorency, vers 1675-1679, graphite, traits de sanguine, plume, encre brune et noire, lavis brun, 27,5 × 39,4 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 40, inv. 33051-recto-folio40.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 632k
Titre Fig. 7 : Israël Silvestre, Vue des jardins de la maison de Le Brun à Montmorency, vers 1675-1679, graphite, plume et encre brune, 33 × 22,7 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 34, inv. 33044.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Titre Fig. 8 : Israël Silvestre, Vue de la grande grotte des jardins de Le Brun à Montmorency, v. 1675-1679, graphite, pierre noire, plume et encre brune, 29 × 41,7 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 36, inv. 33047.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre Fig. 9 : Charles Le Brun (?),Plan, élévation et coupe d’une grotte avec fontaines, dessin à la pierre noire, 55,1 × 39,8 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, inv. 30290.
Crédits © Musée du Louvre, dist. RMN-Grand Palais - Photo L. Chastel
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 10 : Israël Silvestre, Vue de la cascade et des jardins de la maison de Le Brun à Montmorency, v. 1675-1679, graphite, 26,5 × 42 cm. Paris, musée du Louvre, Arts graphiques, album Silvestre, fo 35, inv. 33046-recto-folio35.
Crédits © RMN-Grand Palais (musée du Louvre) / Michel Urtado
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Fig. 11 : Louis, Dauphin de France (1661-1711) ?, d’après Israël Silvestre, Vue de la maison de Le Brun à Montmorency du côté du grand canal, vers 1675-1679, plume et encre brune, 23,5 × 41,9 cm. Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, PM 1880.
Crédits © Beaux-Arts de Paris, Dist. RMN-Grand Palais / image Beaux-arts de Paris
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Fig. 12 : Antoine Watteau, La perspective, v. 1715, huile sur toile, 46,7 × 55,3 cm. Boston, Museum of Fine Arts, 23.573. Maria Antoinette Evans Fund.
Légende Voir la notice sur le site du musée de Boston.
Crédits © 2017 - Museum of Fine Arts, Boston
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14516/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Lafage, « Charles Le Brun à Montmorency », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 22 décembre 2017, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14516 ; DOI : 10.4000/crcv.14516

Haut de page

Auteur

Gaëlle Lafage

Chargée de cours à l’Université catholique de l’Ouest, docteur en histoire de l’art, Gaëlle Lafage est l’auteur d’une thèse : Charles Le Brun décorateur de fêtes, publiée aux Presses universitaires de Rennes. En 2015, elle a obtenu une bourse de recherche du Centre de recherche du château de Versailles pour étudier les mises en scène du pouvoir dans les fêtes et cérémonies royales sous les Bourbons et a participé à l’exposition présentée à Versailles sur les Fêtes et divertissements à la cour (2016-2017). Elle s’intéresse à la collaboration des arts au sein des festivités, ainsi qu’au langage de l’art au service du pouvoir. gaellelafage@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals