Skip to navigation – Site map
Marly

Grands travaux d’aménagement du vallon de Marly

Louis XIV’s Major Development Works in the Marly Valley
Jean-David Vernhes

Abstracts

The Marly valley is situated 8 kilometres to the north of Versailles. The soil is made up of Rupelian sands lying on clay and marl, with an overall variation in level of 70 metres. Louis XIV chose this valley for a truly new royal place of residence, built between 1679 and his death in 1715, which became his favourite. Thanks to the experience gained during the works carried out on the gardens of Versailles, with the same geological conditions, and spurred on by the natural limits this first site had imposed to his fountains and landscaping, the French monarch dedicated considerable resources to the earthworks intended to transform his new estate. At the end of the dark period between 1792 and 1811, during which all the buildings in the park were dismantled and sold, stone by stone, only “geotechnical remains” survived in the park and can still be seen today. We have assessed the earthworks undertaken during the initial seven years of activity – on about 25 hectares (60 acres) of land – at between 600,000 and one million cubic metres. These were concentrated around the Grand Miroir, a draining pool that had the same purpose as the Grand Canal in the park of Versailles. Around 2.2 linear kilometres of retaining walls were also built, 3.5 metres high and 0.6 metres thick (median values), but probably later and more gradually, and therefore in a heterogeneous manner. Of the retaining walls inside the park, 15 per cent of the total length can be considered authentic – never modified since they were built – half of which are still in a fairly good state.

Top of page

Full text

Nous tenons en premier lieu à exprimer notre reconnaissance à l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles (EPV) pour les autorisations d’accès spéciales au parc, de même qu’à l’Office national des forêts dans son secteur. Nous remercions particulièrement la Direction du patrimoine et des jardins ainsi que le Service des travaux de l’EPV, ainsi que le Service des plans et des affaires patrimoniales pour la transmission du fichier-source de la carte Lidar ainsi que divers fonds de plan. Nous remercions ensuite Annick Heitzmann et le Centre de recherches du château de Versailles pour leur collaboration scientifique et pédagogique avec UniLaSalle, ainsi que Bruno Bentz, pour le partage de son incomparable connaissance du parc, du terrain comme des archives. Nous remercions également ici les équipes d’étudiants qui, en choisissant de consacrer leur mémoire à un thème si particulier pour des géoscientifiques, ont contribué à augmenter les connaissances sur le vallon de Marly et ses aménagements : Alice Hannecart et Marion Van Eck (2014-2015), Thomas Masciocchi et Julie Meria, Robin Damaris, Clément Delafontaine et Quentin Vincent (2015-2016), Jean Tribouillois et Charlène Veillon, Marie-Sophie Daly et Mérédith Domon (2016-2017). Nous adressons enfin nos remerciements à Romain Armand, enseignant-chercheur à UniLaSalle, dont l’aide pour la manipulation du fichier Lidar nous a été précieuse.

Introduction

  • 1 Est géotechnique ce qui concerne, dans l’acte de construire et les études qu’il nécessite, le sous- (...)

1En 1679, Louis XIV entreprit la construction d’une nouvelle résidence royale dans le vallon de Marly, unique en son genre car sans aucun antécédent sur le site d’origine. Trente ans plus tard, cette résidence était devenue sa favorite et les travaux d’aménagement connaissaient encore de nouveaux développements. L’ensemble fut très dégradé sous la Révolution et presque entièrement démantelé sous le Premier Empire. Outre une bonne partie du mur d’enceinte du parc actuel, il conserve encore pour témoins ce qui relevait de « travaux géotechniques1 », c’est-à-dire les fondations des bâtiments, certains aspects des aménagements hydrauliques, les terrassements et les murs de soutènement.

Fig. 1 : Vue topographique générale (Lidar 2011) avec éléments aménagés majeurs.

Fig. 1 : Vue topographique générale (Lidar 2011) avec éléments aménagés majeurs.

© EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes

  • 2 La question du rôle de l’illustre André Le Nôtre, parfois évoqué aux côtés d’Hardouin-Mansart dans (...)
  • 3 Saint-Germain[-en-Laye], où le roi était né, sa résidence principale entre 1666 et 1673 et régulièr (...)

2Depuis 2014, terrassements et murs de soutènement de Marly ont fait l’objet d’études à vocation pédagogique et scientifique confiées à des élèves techniciens et ingénieurs en géosciences d’UniLaSalle à Beauvais, sous l’égide du Centre de recherche du château de Versailles (CRCV). Le colloque « 25 années d’archéologie royale » organisé par le CRCV en octobre 2016 a donné l’occasion de restituer une part des résultats de ces travaux. L’objectif commun de ces derniers était de mettre en évidence les contraintes naturelles avec lesquelles dut composer Jules Hardouin-Mansart2 dans la mise en œuvre du projet royal et les solutions qu’il adopta. En effet, le vallon de Marly avait été choisi pour son emplacement sur l’axe Saint-Germain3-Versailles et pour son relief considéré comme avantageux par rapport à celui de Versailles, mais vu de près, il posait plusieurs problèmes. Or, ce lieu fut transformé par une logique esthétique et fonctionnelle dont le résultat est spectaculaire de nos jours encore. Le présent article, dont la rédaction s’est étendue dans l’année qui a suivi le colloque d’octobre 2016, vient ajouter voire substituer à la présentation orale un ensemble d’éléments observés, structurés ou clarifiés depuis.

Le parc aujourd’hui

  • 4 Lidar : relevé lasergrammétrique. Celui du parc de Marly a été réalisé par héliportage en 2011, par (...)
  • 5 Deux voire plusieurs noms peuvent coexister pour désigner les lieux et ouvrages du parc, souvent li (...)

3Le parc de Marly-le-Roi (Yvelines) est depuis 2009 sous la tutelle de l’Établissement public du château, du musée et du domaine national de Versailles (EPV). Les perspective et carte Lidar4 des figures 1 et 2, ainsi que les figures 6 et 9, permettront de se familiariser avec les noms des lieux et ouvrages majeurs du parc de Marly5 et d’en apprécier l’aspect actuel. Il est à noter que les secteurs attenants placés sous l’autorité de l’Office national des forêts, notamment le plateau au sud du Tapis vert avec le Pont tournant et toute la zone d’entrée à l’ouest de la route de Bacchus ne sont pas en accès libre.

Fig. 2 : Carte de position et orientation des photographies des figures 6 et 10, avec indications des noms de lieux et localisation de points de repère, sur fond Lidar.

Fig. 2 : Carte de position et orientation des photographies des figures 6 et 10, avec indications des noms de lieux et localisation de points de repère, sur fond Lidar.

© EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes

4En première approche, on distingue dans le parc deux sous-ensembles. Ils sont délimités par une ligne schématiquement parabolique, du fait de l’évasement du vallon, à concavité tournée vers le nord.

  • 6 Altitudes respectives de 130 mètres (esplanade), 110 mètres (Grand Miroir) et 100 mètres (Abreuvoir (...)
  • 7 Maroteaux 2002, p. 27, parle d’une « succession de terrasses et d’allées formant amphithéâtre et en (...)

5L’ensemble inférieur, au nord et topographiquement dans le creux du vallon, est constitué d’un jardin au tracé géométrique (fig. 6, ph. 3, 4 et 6), aujourd’hui engazonné ou constitué d’allées souvent bordées d’alignements d’arbres. C’est dans sa partie haute que l’on trouve l’esplanade de l’ancien château. Dans sa partie inférieure se trouve le plus grand bassin du parc (état restauré), dit le Grand Miroir, dont les eaux sont recueillies, avant de retourner à la Seine, dans le célèbre Abreuvoir de Marly6, au-delà de l’enceinte au nord du parc. Ce bassin est entouré par un « amphithéâtre de terrasses7 », dont les plus hautes furent occupées par les douze pavillons d’invités.

  • 8 Altitudes 130 mètres à 170 mètres.
  • 9 Où furent construits trois très grands réservoirs d’eau, désignés « bassins-réservoirs supérieurs » (...)
  • 10 Parmi les analogues topographiques et géologiques du vallon de Marly les plus proches, sont, à l’ou (...)
  • 11 Le terme de géographie physique « combe » a été choisi pour désigner les dépressions topographiques (...)

6L’ensemble supérieur, sur le pourtour du premier, occupe les pentes les plus raides du vallon. Ces pentes sont visibles avec les tonalités grises plus sombres du fond de carte Lidar (fig. 2). Par 40 mètres de dénivelé8, elles font la jonction avec le plateau au sud9, au-delà duquel se trouve Versailles. Dans le parc, ces pentes sont essentiellement forestières, comme c’est souvent le cas dans le reste de la région parisienne10. Néanmoins, la saignée terrassée d’axe nord-sud du Tapis vert et sa perpendiculaire empruntée par l’Allée royale permettent de visualiser d’un seul tenant la pente type de cet ensemble supérieur. Trois combes11 viennent perturber la régularité de ces pentes, deux au sud et une à l’ouest (fig. 1).

  • 12 Soullard 2012, légende de la figure 1.

7Le parc allait constituer un vaste système hydraulique étagé, bien plus puissant qu’à Versailles grâce aux pentes raides et amples de l’ensemble supérieur. De fait, le plus grand jet d’eau de France est aujourd’hui encore celui du bassin rond de l’esplanade du château de Marly12.

8La partie la plus terrassée du parc fut l’ensemble inférieur défini plus haut, tandis que les murs de soutènement intérieurs au parc furent principalement construits à la jonction entre les deux ensembles et dans les pentes de l’ensemble supérieur.

Chronologie

Chronologie générale : compilation de quatre sources

  • 13 Bentz 2012a : « Les archives du château de Marly sont probablement, avec celles de Versailles, les (...)
  • 14 Maroteaux 2000, Mabille et al. 1998 (contribution de Stéphane Castelluccio), Castelluccio 2014 et B (...)
  • 15 Voir infra, « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

9Les éléments chronologiques sur le parc de Marly-le-Roi sont nombreux, grâce à un fonds documentaire considéré comme le deuxième en importance après celui de Versailles pour un site royal13. Nous avons essayé d’en extraire les principaux éléments utiles au sujet abordé dans cet article et d’en donner une représentation graphique (fig. 3), principalement à partir des travaux de Vincent Maroteaux, complétés par, ou confrontés à, ceux de Gérard Mabille, Stéphane Castelluccio et Bruno Bentz14. Seuls nos tableaux préparatoires, non publiés ici, sont explicitement référencés aux sources. Des doutes sur certaines dates subsistent, en particulier lorsqu’elles sont basées sur l’observation de plans ou cartes, parfois équivoques, notamment pour l’identification des murs de soutènement. Dans d’autres cas, même les sources écrites ne permettent pas de trancher certaines questions chronologiques à la précision de l’année, comme c’est notoirement le cas pour les terrassements du « jardin de Bacchus »15.

Fig. 3 : Chronologie des grands travaux dans le vallon de Marly.

Fig. 3 : Chronologie des grands travaux dans le vallon de Marly.

10Nous proposons dans cette chronologie un découpage qui permet de faire ressortir trois grandes périodes (1, 2 et 3) précisées en sept phases (1a, 1b, 2a, 2b, 3a, 3b, 3c) de la vie du parc de Marly de 1679 à nos jours. Les deux premières périodes couvrent toute la fin du règne de Louis XIV et ont en commun deux phases d’un schématique flux-reflux des activités de construction, les deux reflux étant liés à des périodes de revers militaires et difficultés économiques affectant l’ensemble du royaume. La troisième période est organisée à l’envers puisqu’elle commence par des phases de destruction et abandon, cédant la place à une phase de restaurations, encore actuelle.

  • 16 L’esplanade du château, l’amphithéâtre de terrasses et le Grand Miroir, etc., avant 1683 ; puis les (...)
  • 17 Murs de soutènement pour les communs ouest, la route et le jardin de Bacchus, et d’autres.

11Ce que nous retenons de cette périodisation est, d’une part, que c’est durant la première des sept phases (1679-1686) que furent réalisés les plus gros volumes de terrassements16 et, d’autre part, que la construction des murs de soutènement pose plus question puisque les documents n’offrent souvent pas mieux qu’une limite supérieure à la date de leur construction. Certains de ces murs, et non des moindres17, furent manifestement construits dans les dernières années du règne de Louis XIV (1696-1715). Partant, en volume relatif, le gros des terrassements fut achevé en sept ans d’efforts, tandis qu’en linéaire relatif, les travaux d’édification des murs de soutènement s’étendirent sur une période cinq fois plus longue. De plus, l’effet de la phase de destructions et d’abandon patrimonial (1792-1932) affecta plus les murs de soutènement, par nature vulnérables, que le modelé des terrains terrassés.

Périodes 1 et 2 (1679-1715) : vision offerte par les travaux de Guiffrey

  • 18 La désignation connaît les variantes suivantes selon la période couverte par chacun des cinq tomes (...)

12Les Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), documents sortis indemnes de la période révolutionnaire, furent publiés en cinq tomes sous la IIIe République par Jules Guiffrey (1881, 1887, 1891, 1896, 1901). Cet érudit construisit à la fin de chaque tome des tableaux fournissant les chiffres des dépenses annuelles pour l’ensemble des résidences royales et, pour chaque résidence, à partir d’une répartition en douze postes, selon les corps d’état. Sur un extrait de cette base, nous avons construit les trois courbes de la figure 4 : celle des dépenses annuelles du roi pour ses Bâtiments entre 1675 et 1715 sur sa propre échelle, puis, sur une autre échelle, celle des dépenses affectées à Marly (1679-1715) et, pour la même période, celle des dépenses affectées au corps d’état « Jardinage et terrassements » 18.

Fig. 4 : Dépenses annuelles à Marly, exprimées en millions de livres, 1675-1715. Source : Comptes… 1881-1901.

Fig. 4 : Dépenses annuelles à Marly, exprimées en millions de livres, 1675-1715. Source : Comptes… 1881-1901.
  • 19 Noter que la somme correspondante en 1685 comprend les fonds affectés à la construction des trois g (...)

13Entre le début des travaux, en 1679, et 1715, année de la mort de Louis XIV, ce sont plus de 11,9 millions de livres (ML) qui furent affectées à cette résidence (pour 45,8 ML à Versailles dans le même temps). Mais durant toutes ces années, les investissements subirent des variations considérables, d’un facteur dix, corrélées à la situation militaire et économique de la France en général. Schématiquement, deux années marquèrent un pic d’investissements19 : 1685 et 1700. La première est située entre la paix de Nimègue (1678) et la reprise de la guerre contre la ligue d’Augsbourg (1689), la deuxième – plus courte et plus spécifique à Marly – entre la paix de Ryswick (1697) et le début de la guerre de Succession d’Espagne (1701). Ces dates de portée historique générale sont assez bien corrélées à celles des limites des phases 1a et 2a (fig. 3 et 4), durant lesquelles eurent lieu les plus importantes réalisations du parc.

  • 20 Maroteaux 2002, p. 28.
  • 21 Baridon 2013, p. 171.

14Le poste « Jardinage et terrassements », certes partagé entre « géotechnique » et « botanique », représenta à Marly 25 % du total des dépenses entre 1679 et 1715 (soit 2,98 ML). Il fut en tête des douze postes, partageant la première place avec le coût de la maçonnerie. Vincent Maroteaux note une dépense de 500 000 livres en quatre ans pour les terrassements de la première phase20, ce qui est considérable. C’est dire l’attention constante que Louis XIV porta au modelé des jardins qui devaient environner son nouveau château. Michel Baridon a constaté une telle tendance à Versailles où le souverain donna même « […] inlassablement […] la priorité aux jardins sur les bâtiments21 ».

Un document fondamental : le plan cadastral de 1679

  • 22 Prudhomme, « Plan des heritages compris dans le dessein du vallon de Marly arpenté en 1678 et 1679 (...)

15Le plan cadastral, plan d’arpentage de 1678-1679 levé par Prudhomme22, est un document fondamental pour reconstituer quelques caractères du vallon d’origine. Nous avons digitalisé ses principales indications pour les superposer à la carte Lidar de 2011 (fig. 5), et avons constaté que la distorsion apparente totale entre les deux levés est de 5 mètres au maximum pour un site dont le grand axe nord-sud est long de plus de 1,1 kilomètre. La qualité de l’ajustement autorise donc des interprétations locales à la précision plurimétrique voire métrique.

Fig. 5 : Plan cadastral de 1679 [« Plan des heritages compris dans le dessein du vallon de Marly arpenté en 1678 et 1679 par moy Prudhomme »], dessin – partiellement retranscrit sur fond topographique Lidar (2011). Paris, Archives nationales, O1 1468, no 87.

Fig. 5 : Plan cadastral de 1679 [« Plan des heritages compris dans le dessein du vallon de Marly arpenté en 1678 et 1679 par moy Prudhomme »], dessin – partiellement retranscrit sur fond topographique Lidar (2011). Paris, Archives nationales, O1 1468, no 87.

© EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes

Occupation d’origine

16On constate que le jardin géométrique de l’ensemble inférieur du parc fut installé en des lieux principalement occupés par des prés ou des cultures. Au contraire, la partie aujourd’hui majoritairement forestière du parc l’était déjà en ce temps-là (terme « Bois »). Il n’y a aucune indication d’habitation préalable. On trouve en revanche un réseau de chemins principalement est-ouest qui se croisaient au niveau de la future pièce d’eau des Grandes Nappes (fig. 2 et 5) et un long sentier qui traverse presque tout le plan sur un axe NNO-SSE.

17Un raisonnement sur l’irrégularité parfois très forte de leur pente telle que déduite de leur trace sur la carte Lidar, en soi illogique, suggère un ensemble de terrassements réalisés sur leur tracé durant la phase de travaux 1a, en particulier des déblais importants dans le tiers central du long sentier.

Indications de relief

  • 23 Le fameux abbé Picard eut d’ailleurs à intervenir à proximité du vallon de Marly en 1676 (Bentz 201 (...)

18Le niveau d’exactitude du plan de Prudhomme est le reflet de l’excellence des méthodes et moyens optiques de positionnement issus des travaux de la toute jeune Académie royale des sciences23. Mais, la coordonnée verticale, mesurée sur le terrain avec autant de précision que les deux autres, souffrait à cette époque d’un problème de transcription cartographique puisque la notion de « ligne de niveau » était alors inconnue.

19Cela étant dit, l’arpenteur représenta la ligne de bordure du plateau, une ligne de cassure de pente qui parcourt tout le plan et délimite le bord du plateau dominant le parc. Ici en particulier, l’accord avec la carte Lidar est remarquable. Notamment, cette ligne dessine très bien les contours des deux combes sud et de la petite combe ouest.

L’eau

  • 24 Construit en 1669 et 1671 pour alimenter Saint-Germain en eau, voir l’article détaillé de Bruno Ben (...)
  • 25 « Prés des eaux » ?
  • 26 Bentz 2012b, p. 54 et 57, dans un secteur entre le château et la terrasse des pavillons du Levant.

20Un aqueduc24 et un ruisseau prenaient leur source dans le lieu-dit « prez des aiz25 » de la future esplanade du château. Or, l’aqueduc devait avoir par construction un faible dénivelé et une pente régulière. Les contradictions locales de son tracé avec le relief actuel selon la carte Lidar sont autant d’indications de niveaux terrassés postérieurement à sa construction. C’est notamment le cas de l’infléchissement local de l’aqueduc vers le sud-est, indiquant le tracé d’une ancienne ligne de niveau et donc, a priori, d’une zone où des terres furent ensuite rapportées. L’abaissement de la hauteur de cette galerie26 d’environ 80 centimètres à l’occasion des terrassements pour former l’esplanade du château indique que le niveau de terrain dut localement être, cette fois, abaissé.

21La pente d’un ruisseau peut être plus raide ou irrégulière que celle d’un aqueduc, mais tout cours d’eau a pour caractéristique de chercher ou d’occuper la ligne de fond de relief. Or, de façon suspecte, le ruisseau indiqué par le plan cadastral passait nettement à l’est de l’axe central du parc, et plus encore, sur le niveau de terrasse au-dessus de celui du futur Grand Miroir. On peut expliquer cela par le fait que le bassin fut le résultat d’un creusement par rapport au niveau d’origine, ou alors que la trace de l’ancien ruisseau est aujourd’hui occupée par des remblais de surélévation.

Fig. 6 : Vues générales du parc de Marly entre 2014 et 2016.

Fig. 6 : Vues générales du parc de Marly entre 2014 et 2016.

© Jean-David Vernhes

Grandes lignes du projet

  • 27 Voir infra, « L’accès au parc : un projet initial problématique ».

22L’arpenteur donna peu d’indications sur le projet : rien sur le château, les pavillons ou les grands terrassements. Il fournit d’une part les limites du parc, pour une surface d’environ 90 hectares, et d’autre part les sept grands axes aménagés donc cinq convergeaient là où le château devait manifestement être construit, les deux autres dessinant avec un coude l’accès principal du parc qui à l’origine était envisagé à l’ouest27. Il est étonnant de constater que ces axes étaient parfaitement droits mais n’auraient jamais pu, pour aucun d’entre eux, réellement atteindre le château avec une pente acceptable sans terrassements parfois très importants, d’autant qu’ils étaient tous implantés dans l’ensemble supérieur du parc.

23Une autre question intrigante est celle du choix de l’orientation générale de ce réseau de lignes, structuré par le grand axe nord-sud, qui s’avéra être N15°E (+/- 1°) d’après nos relevés sur site et sur carte. Nous pensions à tort en octobre 2016 que le choix d’axe était une conséquence de l’existence des voies de circulation préexistantes au nord du parc, le chemin de Saint-Germain à Versailles et un autre montant vers Marly, dont la direction N15°E serait la bissectrice. Mais il n’en est rien, puisque le chemin vers Marly était encore virtuel en 1679. Une autre réponse à cette question est que N15°E était la direction qui fut considérée par Hardouin-Mansart comme un optimum pour réduire autant que possible les futurs terrassements dans l’ensemble inférieur du parc. Autrement dit, cette direction portait la surface symétrique idéalisée du vallon de 1679. Or, à un nombre significatif de degrés près (quatre ou cinq), la direction N15°E n’est pas celle de l’axe moyen du ruisseau ou de quoi que ce soit d’autre de net dans les éléments du plan cadastral. Elle serait donc, selon cette hypothèse, le résultat d’une perception in situ du relief, de l’arpenteur ou de Mansart lui-même.

Influence de la géologie

  • 28 Goguel 1967.

24Il n’existait pas encore de carte géologique au xviie siècle, et aucun des documents cartographiques consultés contemporains de l’aménagement du parc ne donne d’indication de type géologique. Pour autant, on dut bientôt s’apercevoir que la nature des sols sondés, puis travaillés, variait significativement d’un lieu à l’autre, selon une logique très simple, pratiquement corrélée à l’altitude. Du haut vers le bas du parc, on rencontrait des formations géologiques, codifiées g3, g2b, g2a, g1 et e728, que nous désignerons par la suite selon les noms simplifiés (Argiles à Meulières, etc.) donnés sur la carte de la figure 7.

Fig. 7 : Vallon de Marly : limites des formations géologiques d’après la carte à 1/50 000 (no 182), fond topographique Lidar (2011).

Fig. 7 : Vallon de Marly : limites des formations géologiques d’après la carte à 1/50 000 (no 182), fond topographique Lidar (2011).

Documents insérés : (a) Croquis géologique interprétatif du parc ; (b) Comparatif habillé des parcs de Versailles et Marly d’après la carte géologique.

© EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes

Origines et rôle

25Le démantèlement de la chaîne hercynienne commença il y a 300 millions d’années avant nos jours. La désintégration et le déplacement du produit de ses granites, associés aux effets des variations climatiques sur le niveau marin et la microfaune aquatique, entraînèrent le dépôt au fond des mers de strates distinctes et chacune de composition relativement homogène. Elles formèrent l’empilement géologique du parc de Marly, daté de 30 à 40 millions d’années, comme plus largement du reste du Bassin parisien. Les strates en question furent peu plissées par la surrection alpine et formèrent donc un empilement de couches d’épaisseur uniforme et presque horizontales, parcourues cependant de failles ou fractures. Celles-ci furent les lieux d’une profonde érosion durant le Quaternaire, selon des lignes aujourd’hui plus ou moins matérialisées par le réseau hydrographique, qui a taillé vallées, vallons et combes. En carte, les lignes de contact entre formations géologiques sont donc proches des lignes de niveau (fig. 7). Leur nature, allant des sables aux marnes et aux argiles, a joué un rôle dans la formation du relief et le comportement de l’eau souterraine.

Effet géomorphologique

  • 29 Les argiles et limons, et par abus de langage les marnes.
  • 30 Terminologie d’usage liée aux études régionales anciennes et, dans le Bassin parisien, issue du voc (...)

26Sur le très long terme, les sables résistent mieux que les sols fins29 à l’érosion, au sens où ils sont capables de former des pentes. Ainsi, ce sont les Sables de Fontainebleau30 qui arment les pentes boisées du parc de Marly, comme de toute la région. Les formations sus- ou sous-jacentes, d’argiles ou de marnes diverses, occupent d’une part le plateau au sommet du parc et d’autre part l’ensemble inférieur du vallon de Marly, également moins penté, dans lequel fut notamment aménagé l’amphithéâtre de terrasses.

Effet hydrogéologique

  • 31 Pour citer un exemple hors du vallon de Marly, la fontaine de Maison-Rouge dans le vallon voisin de (...)
  • 32 La source au droit du futur château de Marly (en 1679) se déduit du départ du ruisseau et de l’aque (...)

27Les Sables de Fontainebleau sont un aquifère, c’est-à-dire que l’eau peut y circuler librement, avec des vitesses significatives, et peut former des sources. Son mur (sa base) est constitué des Marnes à Huîtres, très peu perméables, c’est donc à la limite entre ces deux formations que l’on trouve des résurgences31, c’est-à-dire des sources (fig. 7, doc. a : croquis), dont celle signalée par Prudhomme là où le château de Marly devait être construit32.

  • 33 Maroteaux 2002, p. 23, citant le duc de Saint-Simon.

28Les deux formations en contrebas, étant elles aussi de faible perméabilité et sub-horizontales, sont à l’origine de cette « terre a marais » du plan de 1679 qui valait au site la description33 d’« inaccessible par ses marécages », un état des lieux comparable à celui des jardins de Versailles avant le coup de génie d’André Le Nôtre dix ans auparavant.

André Le Nôtre et la solution à un problème d’origine géologique

  • 34 Voir Baridon 2013, p. 191.
  • 35 Maroteaux 2002, p. 27, évoque à ce sujet « un très grand miroir d’eau visiblement destiné, au-delà (...)

29Si nous pensons qu’André Le Nôtre a eu un rôle dans la conception des aménagements du parc de Marly – ce point étant débattu en raison du silence des sources écrites sur la question –, c’est qu’il y a une analogie frappante entre la fonction utilitaire, à Versailles, du Grand Canal (1667-1671) et celle, à Marly, du Grand Miroir et de ses bassins satellites (fig. 7, doc. b : comparatif). Le Grand Canal – idée géniale de Le Nôtre34 – permettait de résoudre astucieusement le problème du drainage d’une zone marécageuse, très ardu à cause d’une réalimentation incontrôlable des terrains en eau par le complexe d’un relief en cuvette de sables reposant sur des marnes et des argiles. À l’échelle et l’encaissement près, c’était rigoureusement le même complexe géologique qui était rencontré à Marly à la fin des années 1670. A minima, on peut supposer que Mansart a bénéficié de l’expérience réussie de Le Nôtre pour concevoir la solution au problème35 de drainage des eaux dans le fond du vallon de Marly, tout en adaptant son esthétique.

Grands terrassements

  • 36 Hartmann 2012. Il en existe un deuxième, semblable dans ses grandes lignes. Maroteaux (2002, p. 28) (...)
  • 37 À l’origine vingt-quatre et non douze.
  • 38 Voir notamment Bentz 2002, p. 12, 15, et annexe de l’article p. 17.

30Le plus ancien plan de projet pour le parc de Marly36 est daté de 1679 (fig. 8, doc. a). Il repère le château et son esplanade alors presque carrée, les grands aménagements étagés du nord du parc, c’est-à-dire l’amphithéâtre de terrasses centrées sur le Grand Miroir, les pavillons d’invités37 et des jardins secondaires, l’ensemble étant structuré par un fort axe de symétrie qui devait être proche de la direction nord-sud. Les traits épais sur le plan représentent des glacis, c’est-à-dire de petits talus gazonnés. Bien que la conception géométrique du parc fût seulement dessinée en plan, le relief était implicitement pris en compte dès ce stade initial, notamment par des indications de dénivelés entre terrasses38. Des terrassements colossaux restaient certes nécessaires pour rectifier les écarts d’une surface parfaite au relief naturel préexistant. Ces travaux initiaux demandèrent près de quatre ans d’efforts et furent suivis d’autres, à mesure qu’augmentait l’ambition du roi pour ses jeux d’eau.

Fig. 8 : Niveaux des terrassements symétriques.

Fig. 8 : Niveaux des terrassements symétriques.

Documents insérés : (a) Plan de projet de 1679 [Antoine Lescuyer (attribué à), Plan de Marly, 1679, dessin. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 73-1132/2.] ; (b) Schéma de définition des angles α, β et γ.

© EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes

L’esplanade du château

  • 39 La moitié nord de l’esplanade est légèrement pentée vers le nord, avec un dénivelé total de 3 mètre (...)

31Le « prez des aiz » du plan cadastral représentait sans aucun doute un replat naturel. Par analogie avec des vallons comparables à celui de Marly, son sous-sol devait être formé des colluvions de Sables de Fontainebleau déposées en pente faible, de peu d’épaisseur sur les marnes sous-jacentes. Ce replat fut donc agrandi et nivelé presque à l’horizontale à une altitude proche de 130 mètres39, sur une aire carrée inscrite de 150 mètres de côté, aire complétée sans doute très tôt par son extension pour les premiers communs : pavillon de la Perspective à l’ouest, chapelle et bâtiment des Gardes à l’est. Compte tenu de ce que l’on peut supposer du relief naturel d’origine, les plus gros terrassements furent sans doute le déblaiement des angles sud-est et sud-ouest de l’esplanade et un remblaiement au nord, d’épaisseur maximum dans l’axe de symétrie. Aussi, on peut penser que l’abandon du projet de construction des huit pavillons d’invités sur le pourtour de cette esplanade (fig. 8, doc. a), surtout ceux vers le sud, fut lié à un arbitrage nécessaire mais insatisfaisant en matière de terrassement. Ce dernier restait soit modéré, mais les pavillons auraient alors été installés à un niveau topographique un peu trop dominant par rapport au château, soit plus conséquent, mais la topographie imposait alors de disposer ces constructions au pied d’une forte pente artificielle, donc de raides talus ou de hauts murs de soutènement.

  • 40 Plan relevé du château de Marly, vers 1692. Bibliothèque nationale de France (désormais BnF) Va 78a (...)
  • 41 C’est sur ce niveau élevé que se trouvaient aussi, à l’est, la chapelle et le bâtiment des gardes, (...)

32En fin de compte, le renoncement à ces pavillons et la forme globalement arrondie du pourtour sud de l’esplanade, dite berceau du Grand Jet (fig. 2 et fig. 6, ph. 1), permit de gagner en surface horizontale en minimisant les terrassements. L’esplanade obtenue formait une première terrasse (fig. 8 : « T1 »), numérotée ainsi sur un plan de 169240. Aujourd’hui, un cordon de terre d’environ 2 mètres de hauteur forme le pourtour de l’emplacement de l’ancien château, donnant l’impression que celui-ci était posé sur un promontoire de terre. Ce promontoire apparent, lui-même à un niveau resté anonyme sur le plan de 1692 (nous le désignons par « T0 »), a pour correspondantes les terrasses des allées des pavillons d’invités41.

  • 42 Bentz 2002 (p. 5) et Bentz 2015. Ces articles précisent que l’ancien aqueduc avait été commencé en (...)
  • 43 Voir supra, « L’eau ».
  • 44 Dans cette analyse, on fait abstraction du cordon de terre (d’un peu moins de 2 mètres de hauteur) (...)

33La question plus précise des terrassements à l’emplacement du château est épineuse. Ces travaux eurent lieu, dès le début de l’été 1679, immédiatement avant l’élévation du Pavillon royal. Ils furent compliqués par la présence d’un ancien aqueduc42 et du départ du ruisseau du vallon de Marly (fig. 5), tous deux alimentés par une source43. L’ampleur des travaux devait être, en premier lieu, proportionnelle à la différence d’altitude entre le niveau moyen du pré naturel et le niveau fixé pour l’esplanade du château, niveau qui ne pouvait être que définitif car l’élévation du Pavillon royal en dépendait44. D’après ce que l’on voit aujourd’hui, le niveau de cette esplanade fut fixé à 128,5 mètres d’altitude, correspondant au niveau de l’allée de circulation qui fait le tour de l’ancien château. Pour estimer le niveau d’origine du terrain naturel à cet endroit, on dispose de deux indications : la première est relative à l’aqueduc mentionné ci-dessus, la deuxième à la géologie.

  • 45 Annick Heitzmann, Bruno Bentz et d’autres.
  • 46 Voir Heitzmann 2016, p. 111 à 116, l’annexe 1 : « Les deux aqueducs encadrant le pavillon royal », (...)

34Sur le premier aspect, les archéologues œuvrant actuellement à Marly45 partent du principe que les travaux initiaux de 1679 eurent notamment pour finalité de détourner entièrement les eaux de source du « prez des aiz » dans l’aqueduc préexistant au moyen d’une chambre de captage46. Cette chambre fut construite au voisinage immédiat de l’exutoire de la source et de l’aqueduc, au niveau altimétrique où ils se trouvaient, a priori à l’air libre avant l’été 1679. Or, tout porte à croire que la chambre de captage, bien que non encore localisée exactement, se situe aujourd’hui au droit du château à la profondeur maximum de sa substruction, donc à une altitude de 125 mètres. Logiquement, cela fixe le niveau d’exutoire de l’ancienne source approximativement à cette altitude, et ainsi le niveau de terrain naturel d’origine. Selon ce principe, le château fut implanté en un lieu où de grandes quantités de terres furent rapportées pour y élever le niveau altimétrique moyen de 3,5 mètres. Ce serait donc plus au sud que se trouverait la ligne neutre des terrassements, lieu de jonction entre terrain naturel déblayé, donc rabaissé, et remblayé, donc surélevé.

  • 47 Mémoire d’élèves techniciens-géologues (non publié), Robin Damaris, Clément Delafontaine et Quentin (...)
  • 48 Voir également infra, « La fonction “contrefort”, trois cas remarquables ».
  • 49 Voir infra, « Grands terrassements ».

35Cette argumentation pose cependant problème au regard des reconnaissances et raisonnements géologiques qu’ont occasionnés les travaux d’élèves sur le site, en 2015 en particulier47. Ceux-ci ont en effet mis en évidence au sud de l’ancien château, par prélèvements à la tarière48, des Marnes à Huîtres en place, à l’altitude de 128,50 mètres environ. Étant donné que les Sables de Fontainebleau, qu’ils soient présents ou absents à cause de l’érosion ou d’un déblaiement, sont rencontrés au-dessus des Marnes à Huîtres49, cela veut dire qu’au même endroit, la base des Sables de Fontainebleau devait se trouver au-dessus de l’altitude de 128,5 mètres. Étant donné que la source naturelle mentionnée précédemment se situait en toute logique à la base des Sables de Fontainebleau, son exutoire devait lui aussi, selon ces données, se trouver au-dessus de 128,50 mètres d’altitude, et non vers 125 mètres d’altitude selon la conclusion du paragraphe précédent. Compte tenu de la faible distance (une trentaine de mètres) entre points de prélèvement et chambre de captage, cette situation paraît très suspecte du point de vue géologique.

  • 50 Bruno Bentz (2002, p. 2) a remarqué que « l’aménagement de la Grande terrasse du château » aurait o (...)

36Deux pistes sont possibles pour résoudre le problème : admettre que la chambre de captage et tout le système de galeries actuellement en place soient globalement au-dessous du niveau de terrain naturel d’origine50, ce qui ne contrevient pas au principe de fonctionnement gravitaire de l’ensemble, ou bien remettre en question l’interprétation des données lithologiques, ce qui reviendrait à lancer une campagne de reconnaissances à nouveaux frais. On peut remarquer, pour finir, que si la première hypothèse s’avère juste, celle de 3,50 mètres de remblaiement dans toute la zone du Pavillon royal dans les premières semaines de l’été 1679, il faut alors supposer un volume de terrassement de plusieurs milliers de mètres cubes et la mobilisation d’une bonne centaine d’ouvriers pour le mettre en œuvre.

L’œuvre majeure du vallon : l’amphithéâtre de terrasses

37Avec celui du château et une vingtaine de mètres plus bas, le plan cadastral permettait de deviner un deuxième replat dans un lieu où apparaissaient les termes « grands préz » et « terre a marais ». C’est autour de lui que fut installé l’amphithéâtre de terrasses. Depuis l’esplanade du château, une série d’escaliers permettait de gagner par deux niveaux successifs celui du Grand Miroir (« T4 »), lui-même encore au-dessus du niveau le plus bas inclus dans l’enceinte du parc, initialement occupé par un bassin rond, étendu après 1683 (« T5 »). Une large part des terrassements pour cet ensemble fut réalisée dans des sols argilo-marneux, plus sensibles à l’eau et souvent plus denses et « collants » que les sables, donc plus difficiles à travailler.

  • 51 Voir infra, « Grandes lignes du projet ».

38Dans le plan de projet de 1679 (fig. 8, doc. a), le fait anodin que les allées est et ouest de l’amphithéâtre de terrasses aient été voulues parallèles entre elles, alors que le vallon était évasé, conduisit à un choix raisonnable : ne pas leur imposer d’être également horizontales. Il fallut en effet éviter que l’évasement du vallon combiné à la déclivité du terrain n’impose pour ces allées l’aménagement de terre-pleins en remblais de plus en plus élevés vers le nord, ou bien un déblaiement de plus en plus profond vers le sud, accentuant dans les deux cas l’encaissement du vallon. Les pentes réglées par les terrassiers, analysées ici suivant l’axe principal du parc N15°E51, ne sont pas toutes identiques et suivent une règle topographique conçue sans nul doute pour minimiser les volumes de terres à déplacer. Le niveau « T4 » est globalement horizontal – puisque dans le replat des « grands préz » –, « T3 » est penté à environ 2 %, « T2 » à « T0 » sont proches de 4 %. La pente selon l’axe du vallon des allées à l’est et l’ouest de l’amphithéâtre est donc typiquement de 3 %. Un raisonnement géométrique (fig. 8, doc. b : schéma) montre que la pente naturelle d’une terrasse parallèle à l’axe du vallon (tanβ) est le produit de deux termes : le premier est la pente du flanc où se trouve cette terrasse prise orthogonalement à l’axe du vallon (tanα), le deuxième est l’évasement du vallon (tanγ), visualisable par l’ouverture moyenne entre les lignes de niveau du même flanc et l’axe du vallon. Or ces deux dernières pentes sont des données naturelles préexistantes ; la première, caractéristique des terrasses de l’amphithéâtre, n’est donc en rien le produit du hasard ou d’une décision purement arbitraire.

  • 52 Stéphane Castelluccio (2014, p. 87) a expliqué l’absence de fontaine-cascade au couchant comme effe (...)
  • 53 Ce sont deux faits aussi bien visibles sur site que sur la carte Lidar.

39On note en outre une dissymétrie notable entre les deux flancs est et ouest du vallon de Marly, plus évasé et globalement moins raide à l’ouest52. Elle aurait pu poser des problèmes supplémentaires à un projet basé sur une forte symétrie axiale. Mais le principe géométrique mis en évidence montre que des pentes identiques de terrasses peuvent provenir de couples de valeurs distinctes. Par des relevés sur la carte Lidar, nous avons ainsi estimé ce couple [tanα, tanγ] en valeurs arrondies à (10 %, 30 %) à l’est et (7 %, 45 %) à l’ouest, qui, toutes deux, produisent approximativement la pente de 3 %. Le résultat obtenu est remarquable : la dissymétrie du vallon est comme effacée du regard. Des résidus du relief d’origine dans les assises de l’amphithéâtre sont perceptibles aux extrémités nord des allées des anciens pavillons d’invités : l’allée ouest (du Couchant) se termine sur un léger remblai de surélévation, l’allée en vis-à-vis à l’est (du Levant) paraît au plus proche du terrain naturel antérieur53.

  • 54 Maroteaux 2002, p. 28, interprétation de l’auteur sans doute inspirée p. 32 d’une citation du Mercu (...)

40La solution de terrassement adoptée sur le terrain fut donc une interprétation habile et économe de l’ambitieux plan de 1679 confronté aux caractéristiques du site naturel. Néanmoins, la polarité principale de terrassement dans cette partie du vallon de Marly reste incertaine : les niveaux des terrasses de l’amphithéâtre et surtout le fond de vallon furent-ils plutôt obtenus par creusement ou par comblement ? Sans doute sous l’influence des commentateurs contemporains du règne de Louis XIV – mais qui n’ont a priori pas assisté aux travaux –, la bibliographie consultée évoque un comblement du vallon, c’est-à-dire un remblaiement généralisé54. Deux remblaiements localisés ne font aucun doute : celui pour étendre l’aire de l’esplanade au nord du château et l’autre pour former la terrasse septentrionale au-dessus de l’Abreuvoir. Au stade actuel des investigations et analyses, la circulation des terres pour former l’amphithéâtre de terrasses ne peut encore être déterminée.

Les réservoirs inférieurs et supérieurs

  • 55 Concernant les termes « réservoir » et « bassin », Bruno Bentz souligne la distinction simple suiva (...)
  • 56 C’est une mesure de l’énergie d’écoulement de l’eau, dont une composante est la pression d’eau.

41Le rôle des réservoirs55 était d’assurer que les fontaines ou jets du parc fonctionnent à charge hydraulique56 stable au cours du temps et que cette charge soit élevée (grande hauteur de jet). Le premier des deux problèmes à résoudre était lié à la forte variabilité du débit des approvisionnements en eaux naturelles, dont le lissage devait être d’autant plus efficace que la capacité de stockage du réservoir – son volume – était importante. Le deuxième problème revenait à augmenter le dénivelé entre le niveau d’eau du réservoir et le niveau de sortie du jet d’eau – c’est le principe des châteaux d’eau – mais aussi à réduire les pertes de charge, fonction notamment de la longueur de parcours entre réservoir et fontaine.

  • 57 D’après Bruno Bentz, la Machine est mise en service à partir de 1682, les réservoirs supérieurs son (...)

42Pour cette question, l’an 1685, qui vit l’arrivée dans le parc de l’eau pompée par la « Machine de Seyne » [ou « Machine de Marly »]57, joua un rôle charnière.

  • 58 Voir note 31.
  • 59 Maroteaux 2002, p. 28.
  • 60 Ibid., p. 122, et p. 33 selon le Plan du parc de Marly, mai 1685 (BnF Ba 448d gr fol.). Castellucci (...)
  • 61 Le tracé des trois bassins inférieurs sur la figure 8 a été calqué du Plan du domaine, vers 1683 (v (...)

43Avant cette date, les eaux n’eurent que deux provenances possibles. D’une part, les ruissellements sur le relief environnant conduits par les combes sud du vallon. L’inconvénient de cette alimentation était d’être modeste et, bien sûr, marquée par de fortes variations annuelles. D’autre part, les sources provenant de l’aquifère des Sables de Fontainebleau, dont celle de la résurgence du « prez des aiz », vers 130 mètres d’altitude. Cette alimentation souterraine était modeste également, mais son débit moins irrégulier au cours de l’année58. Aussi, pour alimenter les jeux d’eau de la partie inférieure du parc, trois réservoirs furent « creusés dans les bosquets [jardins] surmontant les deux lignes de pavillons59 » en 1682 : l’un de taille modeste au Levant et deux autres au Couchant, réunis60 avant 1685. Leurs traces sont encore bien visibles sur la carte Lidar61 (fig. 8). L’emplacement et la forme dissymétriques de ces réservoirs, non visibles dans les plans du projet initial, s’expliquent par la prise en compte du relief. Particulièrement du côté du Couchant, ils sont la solution au problème de minimisation des terrassements permettant d’obtenir des surfaces horizontales les plus proches possible de l’amphithéâtre. On voit bien comment la forme plus évasée du vallon à l’ouest a dès lors été prise en compte avec la forme curieuse donnée aux deux bassins initiaux. La fusion en 1685 de ces deux réservoirs du Couchant, qui avaient été séparés à leur construction en 1682 par une allée permettant sans doute de marquer une différence de niveau, donc de les ajuster au niveau moyen du terrain, entraîna la construction d’un grand remblai pour élever le bassin le plus au nord au niveau de son voisin. Ces terres rapportées sont aujourd’hui encore aisées à distinguer sur site.

  • 62 Maroteaux 2002, p. 127.
  • 63 Bentz 2010, p. 28.
  • 64 Ibid., p. 152 et 153.

44En 1686 fut achevé62 le creusement du gigantesque système des trois bassins-réservoirs supérieurs, en amont du vallon, totalisant une surface proche de 45 hectares, prévus pour stocker les eaux montées par la Machine de Seyne à la fois pour Versailles et pour Marly. Ces nouveaux réservoirs, d’une capacité globale d’environ 2 000 000 mètres cubes63, relativisèrent l’utilité des premiers. Ce n’est qu’en 1701 cependant que les réservoirs inférieurs furent remplacés par des bassins d’agrément beaucoup plus petits64, mais organisés de façon plus symétrique de part et d’autre de l’amphithéâtre, sans pour autant que soient effacés les terrassements de l’état de 1685.

  • 65 À condition d’en retirer les éléments grossiers lors de leur mise en œuvre en remblai ; les meulièr (...)

45Les trois réservoirs supérieurs, astucieusement construits, permettaient le stockage de gros volumes d’eau avec un terrassement optimum : le niveau topographique général, proche de l’horizontale et élevé par rapport à celui des châteaux de Versailles et Marly, incitait à gagner en volume horizontalement et non en creusant, d’où les surfaces très importantes constatées. Les matériaux creusés, Limons des Plateaux et Argiles à Meulières, furent réutilisés en puissantes digues formant le pourtour des bassins, résistantes à la poussée des eaux, permettant de gagner encore en volume de stockage d’eau à un niveau d’élévation au maximum de ce que permettait le relief. Ces deux formations géologiques étaient naturellement peu perméables à imperméables65. Un creusement trop profond aurait eu l’inconvénient d’atteindre à quelques mètres de profondeur les Sables de Fontainebleau, augmentant les risques de fuite par le fond en cas de défaut de réalisation d’un corroi de glaise d’étanchéification.

L’accès au parc : un projet initial problématique

  • 66 Bruno Bentz (2016, p. 1-2) montre comment un point d’accès alternatif au parc par le sommet du Tapi (...)
  • 67 Maroteaux 2002, p. 27 et 29 à 31.
  • 68 Ibid. p. 27.
  • 69 Ibid. p. 235. L’architecte des Monuments historiques, prenant « des libertés avec les plans anciens (...)

46Le grand axe nord-sud du vallon paraît n’avoir jamais été envisagé comme accès des invités du roi au nouveau domaine, au profit de l’axe est-ouest66. Le plan de projet de 1679 (voir fig. 8, doc. a) montre l’intention initiale d’une entrée située à l’ouest, encadrée par des bâtiments de garde, projet d’entrée déplacé du côté opposé en 168367 – donc après quatre ans de travaux durant lesquels cette question de l’accès ne fut pas réglée. Maroteaux interprète ce changement comme le résultat de « l’abandon définitif de Saint-Germain au profit de Versailles68 » comme résidence principale du roi. Paradoxalement, une fois l’allée du Levant – aujourd’hui appelée Allée royale (fig. 6, ph. 8) – choisie comme accès en 1683, l’allée opposée demeura virtuelle jusque vers le milieu des années 193069. Cette voie occidentale porte actuellement le nom d’allée du Grand Belvédère (fig. 6, ph. 7). Pendant longtemps elle n’avait fait que rejoindre les chemins des hauteurs du parc offrant un point de vue surplombant assez proche du château.

  • 70 Ces considérations ne portent pas sur les accès de chantier (ouvriers, approvisionnements), à carac (...)
  • 71 Voir Plan de Stockholm, 1679, Stockholm, Nationalmuseum, THC 25, consultable par exemple dans Marot (...)
  • 72 Résultant d’un dénivelé de 30 mètres de hauteur franchi sur une distance de 325 mètres : mesures pr (...)
  • 73 Ce qu’a souligné Castelluccio (2014, p. 97).

47Nous proposons d’interpréter le changement de 1683 et le devenir du projet d’accès ouest à partir de la topographie et des contraintes de terrassement70. Le relief d’origine sur l’axe de l’Allée royale était constitué d’une double pente naturelle (fig. 11d, dont croquis), assez forte, elle aussi, en partie inférieure dans les Sables de Fontainebleau pour qu’une double volée d’escaliers soit prévue pour cette entrée originellement secondaire71. La topographie à l’est du château permit cependant de rendre l’Allée royale carrossable jusqu’à une grande cour inférieure. Cet accès fut réalisé au moyen de volumineux terrassements, offrant au bout du compte une voie à pente régulière et praticable, de 9 % environ (fig. 2 et 8) 72. L’effet obtenu sur les visiteurs était sans doute prémédité : la vue sur le parc ne se découvrait qu’une fois franchis les emmarchements séparant la cour d’Honneur de l’esplanade du château73, l’Allée royale étant en fort déblai.

  • 74 Ce détail a son importance. En effet, en raison de la morphologie suspecte de cette combe, notammen (...)
  • 75 On suppose pour cela, en se repérant avec la figure 2, que celle-ci fut construite entre les repère (...)
  • 76 Calcul à partir des altitudes 154 mètres à 131 mètres sur une distance de 155 mètres entre l’actuel (...)

48Cette solution d’une allée au levant, à la fois carrossable et entièrement encaissée, était très difficile à mettre en œuvre de l’autre côté à cause d’un relief marqué par la présence de la « combe ouest » (fig. 1). Cette combe, dont le profil au sommet est dessiné sur le plan d’arpentage de 167974, s’avérait trop proche du tracé de l’allée ouest pour ne pas poser un problème insoluble (fig. 2, repère β). Pour satisfaire la condition « pente acceptable », le niveau topographique de l’allée75 aurait entraîné un terrassement dont l’échancrure dans le relief allait atteindre le flanc sud de la combe, engendrant un fâcheux effet visuel à la fois de dissymétrie difficile à rattraper avec des plantations, et d’une indiscrète ligne de fuite vers l’amphithéâtre de terrasses. L’autre solution, d’une allée dont le sommet déboucherait plus à l’ouest pour éviter ce problème, aurait résulté en un accès à pente double, dont la charnière aurait été l’actuel Grand belvédère (fig. 2, repère γ). Approchant 15 %, la pente descendant du belvédère aurait été à la limite de la carrossabilité76. Si ces arguments pour expliquer le revirement de 1683 ne suffisaient pas, on peut aussi considérer ce qu’aurait donné l’application à l’ouest de l’empreinte de la cour d’Honneur circulaire actuellement au pied de l’Allée royale (fig. 2, emprunte circulaire du repère δ) : elle aurait nécessité du côté sud la construction d’un mur de soutènement d’une douzaine de mètres de hauteur, surmonté de talus assez raides, alors que son état réalisé avec le projet est finalement adopté ne dépasse pas 4 mètres.

49Aujourd’hui, l’accès principal au parc de Marly, surtout parce qu’il mène à un grand parking assez proche de l’esplanade du château, est celui venant du Vieux Marly à l’ouest du domaine. Il emprunte la « route de Bacchus » (fig. 2). Cette route, dont la construction durant la première période de travaux marquait l’abandon du projet d’un accès au village bien rectiligne et irréaliste du plan cadastral de 1679 (fig. 5), servit en fin de compte comme voie de service, reliant discrètement à l’extérieur du parc le réseau des bâtiments « communs » nombreux à l’ouest. Sans besoin d’apparat, elle fut construite pratiquement à l’horizontale sur une ligne de niveau à 130 mètres d’altitude, au prix d’une entaille dans les pentes formant le massif au nord de la combe ouest, au prix également d’une importante sinuosité – son tracé actuel l’étant moins qu’à l’origine. Cette route marque, sous Louis XIV, la limite ouest des principaux terrassements dans le parc.

La Rivière, ou Tapis vert

  • 77 Du sommet de la cascade de la Rivière (altitude 138 mètres) au sommet de la pente 31 mètres plus ha (...)
  • 78 Maroteaux 2002, p. 80 et 187 ; Castelluccio 2014, p. 80 et 130, diffère de un an dans les dates, po (...)
  • 79 Bentz 2017, p. 8.
  • 80 Éperon en bombement incliné séparant deux dépressions topographiques (ici, les deux combes), sur le (...)
  • 81 Apport extérieur de remblais nécessaire.

50Le grand axe nord-sud du parc fut occupé durant trente ans à son extrémité méridionale par la « Rivière » (voir fig. 2), nom de la cascade la plus célèbre du parc de Marly au temps de Louis XIV. Son dénivelé de 40 mètres franchissait, avec une pente régulière de 12 % environ77, la côte de Sables de Fontainebleau au sud du château, à l’exception des derniers mètres supérieurs où l’ouvrage atteignait les Argiles à Meulières. Cette cascade exista de 1697 à 1727 environ78, date à laquelle elle fut détruite et remplacée par un « Tapis vert » (fig. 6, ph. 9), une allée gazonnée. Du point de vue géotechnique, le gros des travaux en cet endroit du parc eut lieu au plus tard en 168379, alors pour la construction d’une allée carrossable qui devait servir au roi seul. En effet, cette allée avait été obtenue par une modification significative du profil de l’interfluve80 séparant les deux combes sud du vallon de Marly. L’analyse de la carte Lidar montre sans ambiguïté que la surface topographique originelle sur l’axe de la Rivière penchait vers la combe sud de l’est. Les terrassements nécessaires consistaient donc à déplacer les terres d’ouest en est, puisque la pente moyenne naturelle de 12 % sur l’axe nord-sud allait être assumée telle quelle par le projet. Aussi, il est aisé de voir que l’ouest du Tapis vert est aujourd’hui encore en léger déblai et l’est en remblai, selon des volumes qui semblent pouvoir se compenser mais qui seraient, sinon, plutôt en remblais déficitaires81.

  • 82 Petite dépression formée sur une pente par un ravinement.

51Plusieurs autres détails pourraient être discutés mais l’un d’eux mérite d’être mis en évidence. Il est rendu visible par la carte Lidar, difficile à percevoir spontanément sur site à cause de la végétation, et néanmoins en parfaite correspondance avec une indication du plan d’arpentage de 1679 (fig. 5). Une reculée82 débouchant sur la combe sud de l’est apparaît dans la partie supérieure de la côte (fig. 2, repère ε), pratiquement orientée ouest-est et de près de 50 mètres de taille caractéristique. C’est sans doute à cet endroit que les remblaiements les plus importants durent être réalisés pour l’allée obtenue en 1683. L’approvisionnement en matériaux pourrait avoir été choisi dans la combe sud de l’est, sans qu’il soit possible de préciser où, mais avec comme argument de principe que les Sables de Fontainebleau furent privilégiés pour leur plus grande facilité de mise en œuvre en remblai comparativement aux Argiles (à Meulières) dont un avantage était pourtant d’être en contre-haut.

Fig. 9 : Vue topographique au sud du château, combes et berceau du Grand Jet.

Fig. 9 : Vue topographique au sud du château, combes et berceau du Grand Jet.

Documents insérés : Détails (habillés) de plans du parc (a) de 1685 [« Plan general de Marly le dixièsme May 1685 »], 1685, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 448d-f. 6.] ; (b) « vers 1712 » [Plan des jardins, vers 1712]. Archives nationales, O1 1507, no 36 ; (c) vue [avril 2016, habillée] du remblai surmontant l’ouest du berceau du Grand Jet.

© EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes

L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc

  • 83 Castelluccio 2014, p. 80.
  • 84 Maroteaux 2002, p.146 : Plan du jardin haut, 1714. AN O1 1471 n°9.

52En 1679, aucun projet notable ne fut associé aux fonds des combes sud de chaque côté de la grande allée axiale. Les allées diagonales prévues, d’ailleurs, les évitaient (fig. 9, doc. a : plan). Jusqu’en 1697 (1re période des travaux), les grands aménagements du vallon de Marly avaient essentiellement porté sur toute la partie au nord de l’axe passant par le château. Avec l’achèvement en 1704 de la Rivière au lit de marbre83, le roi vieillissant allait bientôt décider de nouveaux travaux d’agrément au voisinage de son chef-d’œuvre, à peu de distance du château et dans un secteur du parc encore peu modifié. Au plus tard en 1714, il ajouta deux jardins parfaitement symétriques par rapport à la Rivière84, en tout cas par leur plan au sol et leur accès depuis l’esplanade du château. Entre-temps, une difficulté de taille avait été surmontée, la double dissymétrie topographique des combes jouxtant la Rivière, sans doute délibérément ignorée dans le projet de 1679. En effet, d’une part leurs axes médians par rapport à la direction N15°E ne se correspondaient pas et, d’autre part, leurs altitudes étaient décalées de 10 mètres environ, la combe sud de l’est étant la plus profonde et la plus encaissée. Ces jardins, dits de Diane à l’est et de Bacchus à l’ouest, furent construits symétriquement en tout point, y compris par leur altitude. Un tel résultat fut obtenu grâce à un important travail de terrassement dans la combe sud de l’ouest, pour le jardin de Bacchus (fig. 2, fig. 6, ph. 2 et fig. 9), le sol de l’autre, servant de référence, ayant été peu touché. Le jardin de Diane a de ce fait pratiquement disparu du regard aujourd’hui (fig. 6, ph. 5).

53Les travaux pour le jardin de Bacchus demandèrent, selon nos estimations, le creusement et l’évacuation de 30 000 à 45 000 mètres cubes de Sables de Fontainebleau. Que sont devenus ces déblais ? La carte Lidar ne permet pas de confirmer qu’ils aient été laissés sur place, sur le pourtour de l’aire creusée. La possibilité que le remploi de 15 000 mètres cubes (estimés) de sable ait eu lieu à l’amont de la combe sud de l’ouest pour en combler l’extrémité afin d’horizontaliser une voie paraît au contraire bien étayée par la même carte (fig. 1 et 2, repère ζ). Il reste une différence de l’ordre de 20 000 mètres cubes qui conduit à penser que les sables excédentaires durent être évacués en un autre lieu du parc, ou hors du parc, mais vraisemblablement vers le bas, donc en rejoignant la route de Bacchus en direction du village de Marly. Aussi, on constate qu’au plus tard en 1714 la route de Bacchus dans sa partie en contre-haut de l’esplanade du château fut topographiquement rabaissée, laissant intact l’aspect du berceau du Grand Jet, ce qui imposa le creusement d’une vaste tranchée flanquée de murs de soutènement (fig. 10, ph. IV). Il est donc tentant d’associer ce choix constructif à la nécessité de faciliter l’évacuation des déblais excédentaires du jardin de Bacchus en cours de construction, faisant de la route en question une voie réservée au service, à laquelle il fallait interdire toute position dominante sur l’esplanade du château en quelque lieu que ce soit. C’est ce que l’on peut vérifier sur place aujourd’hui encore.

54La datation des travaux dans les deux combes sud, entre 1704 et 1714, pose quelque difficulté.

  • 85 Mabille et al. 1998, pl. 32, AN O1 1472.8. Dans son commentaire, Castelluccio estimait que cette si (...)
  • 86 Ibid., pl. 33, AN O1 1470a.11, arguments de datation en note 1 du commentaire de la planche.
  • 87 Comptes…1881-1901, t. V (1706-1715).
  • 88 Mabille et al. 1998, pl. 34, AN O1 1470.12, arguments de datation également en note 1 du commentair (...)
  • 89 Comptes…1881-1901, t. V (1706-1715), p. 716.
  • 90 Virol 2007, p. 761, note 3. Le muid est une unité de capacité utilisée pour matières sèches (céréal (...)
  • 91 Ibid., p. 1641-1662, « Instruction pour servir au règlement du transport et remuement des terres ».

55En 1998, Castelluccio reproduisait une planche datée « après 1707 » montrant un état, probablement un projet, des deux jardins, bien symétriques, dont leurs accès directs au sommet de la Rivière85. Puis il datait formellement le jardin de Diane86 de 1709, mais s’appuyait pour cela sur les travaux de Guiffrey87, sur des relevés postérieurs à 1711 et sur deux documents qu’il citait sans les détailler. Enfin il écrivait, toujours à partir des Comptes, que le jardin de Bacchus fut creusé88 entre 1712 et 1713, et fondait cette affirmation sur les pages 628 et 716 de sa source. La première page comporte en effet une entrée sur une somme de près de 1 240 livres réglée à un certain Pierre Verdeneuil « pour l’allée du nouveau bosquet à côté de la rivière de Marly » entre mai 1712 et février 1713. La deuxième ne comporte pas d’entrée clairement en lien avec le jardin de Bacchus. Si l’on s’en tient à des travaux de terrassement totalisant 1 240 livres, le coût de revient du terrassement compte tenu de notre estimation des volumes de sable déplacé serait de 0,025 à 0,04 livre/mètre cube. Pour le contextualiser, on peut s’appuyer sur un ratio offert par le même ouvrage89 : un règlement de 1 210 livres toujours à Verdeneuil pour « 1345 muids de sable de rivière qu’il a fourni et voituré pour le jardin de Marly en 1713 », ce qui permet, avec un muid estimé90 à 1,9 mètre cube, de chiffrer le coût d’approvisionnement et mise en œuvre d’un sable à 0,45 livre/mètre cube. Même avec d’autres ratios fournis par Vauban à la fin du xviie siècle dans le cadre d’activités militaires91, donnant une fourchette de 0,03 à 0,3 livre/mètre cube dépendant de la difficulté à travailler les sols, dans laquelle nous prenons 0,1 livre/mètre cube pour des sables non indurés et des distances de transport courtes, 1 240 livres paraissent encore une somme trop faible pour le volume de terre qui fut terrassé lors des travaux préparatoires à l’aménagement du jardin de Bacchus. Au demeurant, l’entrée correspondante dans les Comptes précise bien qu’il s’agit simplement d’un règlement pour une « allée » et non pour tout un jardin.

  • 92 Maroteaux 2002, p. 166.
  • 93 Ibid., p. 178, et note 259.
  • 94 Ibid., p. 170, Plan des jardins, vers 1712, AN O1 1470a n°24.

56En 2002, Maroteaux mentionnait qu’une nouvelle allée92 fut ouverte en octobre 1708, mais sans précision sur sa localisation. Puis il relevait que deux « salles » (jardins) avaient été aménagées93 antérieurement à 1711, dont explicitement celle de Diane en 1709, rejoignant ainsi la date avancée par Castelluccio pour ce jardin. Pour celui de Bacchus, il ne poussait pas plus avant la question, mais reproduisait un plan94 de « 1712 environ » (fig. 9, doc. b : plan) qui montre que les deux jardins étaient alors terminés, avec un figuré de talus entourant celui de Bacchus, montrant que des travaux de terrassement avaient bien eu lieu.

57En 2014, Castelluccio ne faisait aucune mention de ces deux jardins tardifs dans l’histoire du parc sous Louis XIV.

58En résumé, les travaux dans les deux combes jouxtant la Rivière de Marly furent peut-être conçus par Mansart, en 1708, année de sa mort, mais réalisés progressivement : 1709 pour le jardin de Diane, qui demandait très peu de travaux de terrassement et servit peut-être de patron à son pendant à l’ouest, entre 1709 et 1713, le jardin de Bacchus, sans qu’il soit possible aujourd’hui de mieux préciser l’année et les circonstances des travaux, alors que les financements officiels pour le poste « Jardinage et terrassements » affectés au parc de Marly ne furent jamais aussi bas dans la période 1679-1715. Dans leur détail, ces jardins étaient peut-être une œuvre posthume de Jules Hardouin-Mansart, mort en mai 1708. Nul doute cependant qu’ils furent avant tout l’expression de la volonté personnelle du roi Louis XIV : ils peuvent être aujourd’hui considérés comme les dernières grandes réalisations géotechniques du monarque dans le vallon de Marly.

Quels volumes terrassés et à quel prix ?

  • 95 Bentz 2012a. Le même auteur avait déjà mis en évidence cette difficulté dans son article de 2002 (p (...)
  • 96 Voir supra, « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

59« Le premier plan des jardins […] est d’abord un plan d’exécution des terrassements, avec des cubages impressionnants (1 004 millions) notés au verso. La nature exacte et l’ampleur des déblais et remblais réalisés seraient intéressantes à connaître », a remarqué Bruno Bentz dans un bilan de l’état des connaissances sur le domaine de Marly en 201295. Cette remarque posait le problème de l’ampleur des aménagements ayant permis de transformer en trente-cinq ans un relief naturel en produit esthétique de l’esprit humain. La question comprenait aussi celle de l’équilibre entre volumes de remblais et de déblais mis en œuvre au sein du parc, problème que nous avons déjà abordé avec le jardin de Bacchus96. Cet équilibre fut sans doute recherché, par principe d’économie, mais sa détermination globale aujourd’hui est compliquée par l’étalement des travaux dans le temps et sur des périodes distinctes.

  • 97 Zone supérieure : parallélépipède équivalent L x l x H de 170 x 25 x 8 mètres cubes ; zone inférieu (...)
  • 98 Environ 1 hectare (300 mètres x 30 mètres) pour une amplitude moyenne de 2 mètres.
  • 99 En excluant donc les extensions pour les communs, le jardin de Bacchus et les terrassements du troi (...)

60Sur la base de raisonnements se référant à ce que la carte Lidar (2011) rend manifeste, nous avons procédé à des estimations des ordres de grandeur des volumes de terrassement en divers lieux du parc, calculs dont les résultats sont donnés dans les paragraphes qui suivent. L’ensemble « amphithéâtre de terrasses » et « esplanade du château » représente l’ouvrage majeur du parc en termes de terrassements, lors de la phase de travaux 1a (fig. 3 et 4), hors bassins-réservoirs supérieurs. Si nous faisons l’hypothèse que sur les 25 hectares de l’aire travaillée à cette fin, les terrassements eurent une amplitude moyenne de 2 mètres – ce qui paraît raisonnable –, alors ce sont 500 000 mètres cubes de terres qui furent déplacés. En complément, leur volume pour l’Allée royale97 est estimé à 45 000 mètres cubes, pour l’allée axiale98 (qui servi de fondement à la Rivière) à 20 000 mètres cubes, et à un total forfaitaire de 30 000 mètres cubes pour la zone des anciens réservoirs du Couchant et de 15 000 mètres cubes pour son vis-à-vis au Levant, soit un total99 à ajouter, pour la phase de travaux 1a, de 110 000 mètres cubes environ. Bien que le degré d’incertitude soit plus fort pour le premier terme, en additionnant le volume des terrassements centraux avec celui des autres on obtient un premier ordre de grandeur de 600 000 mètres cubes pour la période de travaux 1679-1686.

  • 100 Voir supra, « Périodes 1 et 2 (1679-1715) : vision offerte par les travaux de Guiffrey ».
  • 101 Voir références dans « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

61Pour mettre à l’épreuve ce résultat, une deuxième approche consiste à partir des 500 000 livres dépensés en terrassements entre 1679 et 1682 mentionnés par Maroteaux100. Si l’on prend un ratio forfaitaire de 0,5 livre/mètre cube de coût de terrassement de terrains de propriétés mécaniques variées, comprenant coût de main-d’œuvre (excavation et transport) et coût du matériel et d’encadrement101, nous obtenons 1 000 000 mètres cubes de terres déplacées, chiffre qui pourrait être révisé à la hausse avec des arguments en faveur d’un ratio plus faible.

  • 102 Maroteaux 2002, p. 127.
  • 103 Bruno Bentz nous signale que les réservoirs étaient profonds de 4 mètres, mais cette profondeur est (...)

62Une cubature plus élevée encore est obtenue avec le ratio de coût de terrassement déduit des travaux pour la réalisation des trois réservoirs supérieurs, ceux dans le plateau argileux au-dessus du parc de Marly, qui mobilisèrent 246 000 livres en trois ans102 (1684-1686). Les surfaces approximatives excavées étaient respectivement de 10 hectares (réservoir de Marly ou de la Ramasse), 10 hectares (de Louveciennes), 25 hectares (étang du Trou d’enfer) soit 45 hectares pour une profondeur moyenne103 estimée à 1,5 mètre, résultant en un volume global de 675 000 hectares, ce qui donne un ratio forfaitaire global de 0,36 livre/mètre cube. Cette dernière approche avec les valeurs précédemment citées donnerait un volume de terrassement dans le parc de Marly voisin de 1 400 000 mètres cubes. Résultat sans doute surestimé, car le ratio pour les réservoirs est trop avantageux, du fait de la simplicité de l’organisation des travaux qu’ils ont demandés, comparée à celle pour la zone centrale du parc de Marly. Néanmoins, nous voyons que les ordres de grandeur restent les mêmes.

  • 104 Maroteaux 2002, p. 28.
  • 105 Incorporant les ralentissements saisonniers.
  • 106 L’organisation des travaux revenant à des entrepreneurs civils adjudicataires d’un marché public.
  • 107 Vernhes et al. 2017, p. 3.

63Une quatrième piste consiste à rapprocher ce que Maroteaux signale également, à savoir que « 2 264 brouettes sont amenées de Rouen en 1680 pour faire face au transport de terre104 », des données d’un autre grand chantier de la décennie, celui du canal de l’Eure, dit « canal Louis XIV » de nos jours. En considérant que la présence d’une brouette sur un chantier mobilise au moins deux hommes au travail, cela signifie que près de 4 500 hommes travaillèrent dans le parc sur une durée (supposons-nous) de quatre ans105. Les travaux du canal de l’Eure, employant deux tiers de militaires mais par le système de l’entreprise106, mobilisèrent quant à eux de 25 000 à 30 000 hommes durant quatre ans (1685-1688), soit un effectif six fois supérieur, principalement employé au terrassement, dont le volume réalisé avant le brusque arrêt des opérations est estimé à 4 millions de mètres cubes107. Avec ces données, nous trouvons que les travaux de terrassement à Marly dans la phase de travaux 1a portèrent sur un volume de près de 650 000 mètres cubes.

  • 108 À l’époque de réalisation des travaux dans le parc de Marly, l’unité courante de volumes de terres (...)
  • 109 Pour donner une idée, ce volume dépasserait de loin le total des terrassements pour le canal du Lan (...)

64On peut conclure de tout cela que les terrassements de la période 1679-1686 au cœur du parc de Marly entraînèrent le déplacement de 600 000 à 1 000 000 mètres cubes de terres, ce qui représente 90 % de tous les terrassements réalisés durant la période Louis XIV. Aussi, le chiffre de « 1 004 millions » cité plus haut, apparemment sans unités, ne saurait renvoyer à un volume de terrassements, et ce même s’il s’agissait de pieds cubes108 puisqu’il faudrait alors justifier de quelque 35 millions de mètres cubes de terres déplacées109.

Stabilité des pentes terrassées

65Une question géotechnique classique est la stabilité des pentes d’ouvrages en terre. Celle-ci met en vis-à-vis le poids volumique des sols et leur « résistance au cisaillement ». Cette dernière est dotée de deux composantes : le frottement interne, à l’origine des pentes stables sans limite de longueur, et la cohésion, dont l’effet le plus manifeste est le talus vertical stable mais limité en hauteur. En caricaturant un peu, et dès lors qu’il comporte des éléments grossiers, on peut admettre que l’angle de frottement interne donne une idée de la pente de stabilité limite d’un sol.

  • 110 Voir supra « Le parc aujourd’hui ».
  • 111 Une valeur de cohésion à long terme de 30 kilopascals est alors nécessaire, ce qui est très vraisem (...)
  • 112 Pour des hauteurs et surfaces significatives.
  • 113 Voir infra, « La “Rivière”, ou Tapis vert ».

66Pour une formation granulométriquement grossière telle que les Sables de Fontainebleau, présente dans tout l’ensemble supérieur du parc (fig. 7)110, l’angle de frottement interne est, selon l’expérience, rarement inférieur à 30°, donnant une pente de stabilité limite un peu supérieure à 55 %, même en remblai, c’est-à-dire après remaniement. La question du frottement interne est plus délicate à traiter pour les terrains à dominante argileuse de la zone inférieure du parc, mais elle peut être relativisée du fait que les hauteurs terrassées d’un seul tenant ne dépassent pas 3 mètres, ce qui permet en principe à la cohésion111 d’assurer à elle seule la stabilité des pentes. Or, la pente de 55 % n’est pas dépassée par les ouvrages en terre du parc112. Trois exemples de valeurs hautes (50 %) en remblais sableux sont la bordure est du terre-plein formé pour l’ancien réservoir du Couchant, les pentes sous l’extrémité nord du bâtiment triangulaire des écuries près de la cour du Corps de garde (fig. 2) et la pente est sous le Tapis vert au niveau de la reculée113. Quant aux talus en déblai, par principe plus stables car conservant leur cohésion naturelle, les plus importants sont par exemple ceux au-dessus des murs de soutènement du berceau du Grand Jet, ou des communs ouest, ou encore du jardin de Bacchus, toujours dans les Sables de Fontainebleau, et ne dépassant guère 50 % de pente.

67Les glacis séparant les terrasses de l’amphithéâtre ont des pentes plus modérées de 25 à 35 %. Après plus de trois cents ans d’existence, elles présentent localement des bourrelés ou des arêtes abattues (fig. 6, ph. 3). Notamment, l’irrégularité de la pente séparant les niveaux « T1 » de l’esplanade du château et « T2 » sous-jacent, dans une dénivellation en remblais, peut s’expliquer par un glissement consécutif à la disparition de l’escalier et des murs de soutènement qui séparaient à l’origine ces deux niveaux du côté du château.

68En conclusion, les pentes façonnées par les terrassements dans le parc de Marly furent réglées de manière sûre, par Jules Hardouin-Mansart ou son entourage, avec plus ou moins de réserve de sécurité. Dès lors que la topographie devait se plier à un programme architectonique, les pentes choisies s’avérèrent sur-stables. Dans les autres cas, les pentes pratiquées se rapprochèrent des situations géotechniques de stabilité-limite, selon des critères sans doute issus de l’observation.

Apport des reconnaissances géophysiques et géotechniques

  • 114 Voir, en tête d’article, le paragraphe Remerciements.
  • 115 32 ou 64 électrodes espacés de 1, 2 ou 5 mètres. La méthode permet d’obtenir des informations sur l (...)
  • 116 16 à 23 géophones espacés de 1 ou 2 mètres. Cette méthode renseigne sur les variations de vitesse d (...)
  • 117 Prélèvements de sol limités à 1 mètre de profondeur en général.
  • 118 La répartition a été faite sans prise en compte de nombreux éléments historiques clarifiés depuis l (...)

69À l’occasion des travaux de mémoires dans le parc de Marly, pris en charge par des étudiants en géosciences d’UniLaSalle114, des reconnaissances géophysiques et géotechniques ont été menées, principalement par les élèves techniciens, en 2015. Ces reconnaissances ont totalisé 10 « panneaux électriques115 », 11 bases de « sismique réfraction116 » et 130 sondages à la tarière manuelle117, réparties dans l’ensemble du parc118.

  • 119 Résistivités de 5 à 40 ohms-mètres dans les niveaux argilo-marneux humides, à 250 ohms-mètres et pl (...)
  • 120 Sous les terrains de proche surface, les vitesses sismiques sont de 600 à 1 600 mètres/seconde.

70Les éléments géologiques de fond, avec un fort contrast entre la formation des Sables de Fontainebleau et les autres, ont été retrouvés de façon probante avec la méthode électrique119 et les tarières. Malheureusement, il n’a pour l’instant pas été possible de conclure sur les terrassements et donc la question du relief d’origine dans le vallon de Marly au moyen de ces méthodes. Les résultats de sismique réfraction120 illustrent le problème. Sur 1 à 3 mètres de profondeur, sans structure interne évidente, les vitesses calculées s’étalent un peu partout de 300 à 500 mètres/seconde, ce qui est tout à fait classique pour des terrains décomprimés et non saturés d’eau en proche surface. Or l’intérêt de la méthode aurait été de conclure sur un critère de vitesse distinctif entre remblais, déblais et terrain naturel, formation géologique par formation géologique. Ce critère n’a pu être mis en évidence sur la seule base des mesures réalisées en 2014 et 2015, dont les résultats restent ambigus. Il est probable que les trois cents ans d’âge des travaux de terrassement aient eu tendance à effacer au moins superficiellement les différences de situations. Pour parvenir à un résultat, les analyses et l’étude chronologique du présent article pourront être mises à profit dans l’avenir.

  • 121 Par exemple, Comptes… 1881-1901, t. II : 1681-1687, col. 370, paiement à Nicole et Rabailles de prè (...)

71En revanche, les reconnaissances par sondages à la tarière ont déjà apporté une information remarquable : il apparaît qu’une couche sableuse d’une dizaine de centimètres à 2 mètres d’épaisseur occupe l’ensemble des points reconnus dans le parc, en particulier hors des zones où la carte géologique indique en surface la présence de Sables de Fontainebleau à l’état naturel. Cela suggère qu’une partie des travaux de terrassement consistèrent non seulement à modifier le relief du vallon, mais aussi à le couvrir d’une couche drainante, favorisant l’infiltration des eaux pluviales plutôt que le ruissellement. Les Comptes des Bâtiments du roi indiquent l’importation dans le parc de sable de rivière, mais en quantités faibles et sans aucun doute pour un usage en maçonnerie ou autre mais non géotechnique121. Il y a donc tout lieu de penser que ce sable est du Sable de Fontainebleau en remploi, bien que les études granulométriques n’aient pas encore été assez poussées pour l’affirmer comme certitude.

  • 122 Voir supra, « L’esplanade du château ».

72À l’inverse, il semblerait que la formation des Sables de Fontainebleau annoncée par la carte géologique au droit de l’esplanade du château ait, hors couche drainante, disparu lors des terrassements initiaux, laissant à découvert le niveau sous-jacent des Marnes à Huîtres. Ce point et ses conséquences ont été abordés ci-dessus122.

  • 123 Voir supra, « Les réservoirs inférieurs et supérieurs ».

73Enfin, comme dernier apport des reconnaissances occasionnées par les travaux des élèves, les sondages à la tarière ont montré que, superficiellement au moins, le remblai de surélévation construit pour la partie nord du réservoir du Couchant, repris au plus tard en 1684123, est constitué de sable alors qu’il repose sur un substratum marneux pour une bonne part (fig. 7 et 8). Dans la mesure où il s’agit bien de Sables de Fontainebleau en remploi, ce cas précis montrerait que cette formation présente dans le parc de Marly fut reconnue comme un matériau de « bonne qualité géotechnique », utilisée en terrassement quand les conditions le permettaient. Dans ces conditions, l’extraction du sable dut se faire au plus près, vers l’ouest des deux réservoirs initiaux, et ce terrassement contribua à raidir la pente aujourd’hui visible sous la route de Bacchus.

Murs de soutènement

74Construit contre un terrain, un mur de soutènement a pour intérêt de se substituer à un talus pour augmenter la surface horizontale disponible grâce à la verticale du mur. Ce sont son poids propre, sa rigidité relative à celle des terres et son prolongement en fondation qui lui donnent son efficacité et évitent tous types d’instabilités du front vertical des terres.

  • 124 Maroteaux 2002, p. 28 : « l’aménagement des murs de terrasse et des perrons suit en 1683 […] ».
  • 125 Se basant sur des plans du xixe siècle, des photographies du début du xxe siècle et les relevés de (...)

75Le linéaire de murs de ce type dans le parc de Marly (fig. 10) est important, nous en avons estimé un total de 2 260 mètres, hors murs d’enceinte. Des traits noirs épais, liés à l’accumulation locale des lignes de niveau, les rendent visibles sur la carte Lidar. Le linéaire de murs fut mis en place de façon progressive dans la période 1679-1715, et principalement après 1683124. Leur devenir dans la troisième période du parc (1715 à nos jours) n’est pas clair, car on ne saurait encore dire si les reconstructions des années 1930 (fig. 10, ph. V) ont porté sur des murs délabrés par le temps ou bien qui avaient été démontés pierre par pierre au moment où l’ensemble des bâtiments du parc disparaissait aussi125. On estime que 15 % du linéaire total de murs a été conservé dans son état d’origine. Selon les cas, les murs en question sont à l’état de ruine (180 mètres), d’autres souffrent de pathologies qui peuvent être traitées et d’autres enfin sont en relatif bon état (140 mètres).

76Les paragraphes suivants abordent des questions relatives à leurs caractéristiques et leurs raisons d’être.

Fig. 10 : Vues de murs de soutènements du parc de Marly entre 2014 et 2017.

Fig. 10 : Vues de murs de soutènements du parc de Marly entre 2014 et 2017.

© Jean-David Vernhes

Caractéristiques et localisation des murs

  • 126 Voir supra, « Le parc aujourd’hui ».
  • 127 L’observation d’un chantier dans le bourg du Vieux-Marly en 2016 a montré qu’un talus vertical de S (...)

77La plupart des murs de soutènement sont installés dans la zone supérieure du parc ou dans la zone de transition de celle-ci avec la zone inférieure126, c'est-à-dire contre des Sables de Fontainebleau en déblais127. Un des exemples les plus discrets de ceux-ci se trouve dans la combe sud de l’ouest (fig. 10, ph. VII), permettant de donner un profil plus doux à un chemin forestier. Une exception notable à cette règle générale est la partie septentrionale du mur d’enceinte qui joue un rôle de soutènement, partiellement voire sur la totalité de sa hauteur, notamment au droit de l’Abreuvoir ; une autre exception est celle des 50 mètres supérieurs de l’Allée royale ; dans les deux cas, ces murs retiennent des sols à dominante argileuse.

  • 128 Allée royale, lors des travaux de 2014, et allée du jardin de Bacchus, en 2015, grâce à la mobilisa (...)

78Lorsqu’il soutient des déblais (majorité des situations) et qu’il est un héritage de la période Louis XIV, le mur de soutènement type dans le parc de Marly a une hauteur libre de 3 à 4 mètres pour 50 à 70 centimètres d’épaisseur, soit un élancement moyen proche de 0,17. En extrapolant les observations faites en deux endroits128, on suppose que ce mur-type est fondé par simple approfondissement (sans ou à très faible débord), à des profondeurs importantes égales à la moitié de la hauteur libre du mur. Une telle profondeur indique que la réaction d’opposition du sol au basculement du mur (butée de pied) était sollicitée, la stabilité d’ensemble n’étant pas recherchée par le poids seul de l’ouvrage maçonné.

  • 129 Pierres siliceuses, ne pouvant recevoir une taille régulière. Leur taille caractéristique type est (...)

79En parement, ce mur-type est constitué de meulières129 provenant de la formation d’Argiles à Meulières en couverture du plateau au sommet du parc (fig. 7). Des assises régulières avec ces pierres furent obtenues grâce à un mortier de chaux, mortier qui servit également au blocage de débris qui constituait de façon classique le cœur du mur. De tels murs étaient d’aspect rustique, mais ils étaient initialement masqués (rangées d’arbres de l’Allée royale) ou peu visibles du roi et de ses invités.

  • 130 Pente exprimée en ratio « Horizontale sur Verticale » (base/hauteur).

80En des lieux secondaires tels la route de Bacchus ou les communs ouest, et ce plutôt durant la période 2 des travaux (fig. 3 et 4), ces murs furent appareillés en moellons calcaires, rustiques également, dont la provenance et la préférence aux meulières n’ont pas été étudiées. Le mur de soutènement du berceau du Grand Jet, entièrement refait dans les années 1930, est en appareillage mixte calcaire-meulières (fig. 10, ph. V), d’aspect régulier et massif, avec un fruit de 1H/10V130 environ non rencontré ailleurs. Nous ne savons pas quel était l’aspect d’origine de ce mur mais pouvons penser qu’il avait la même hauteur que celui en place aujourd’hui.

Les murs de soutènement étaient-ils tous prévus au commencement ?

  • 131 À cause du creux dans l’axe du vallon, voir supra, « L’œuvre majeure du vallon : l’amphithéâtre de (...)
  • 132 Maroteaux 2002, p. 226 : « Le domaine de Marly en 1825 », plan de l’atlas matrice des domaines de l (...)
  • 133 Voir supra, « Stabilité des pentes terrassées ».

81En 1679 et dans les années qui suivirent, les plans de projet divergèrent sur la question des murs de soutènement : dès lors qu’un dénivelé était à compenser, ils constituaient une alternative à des glacis et l’on y voit tantôt l’une ou l’autre solution. Un plan de projet de l’année 1683 montre un état du parc, en particulier l’amphithéâtre de terrasses, avec un seul mur de soutènement certain : celui servant à rattraper le dénivelé de 2,5 mètres entre les terrasses « T1 » et « T2 » (fig. 8 et fig. 11b), du côté du château, de part et d’autre d’un grand escalier. Il devait être assez épais pour résister à la poussée conséquente des remblais131 installés pour étendre l’esplanade du château vers le nord, remblais reposant sur les Marnes à Huîtres. Ce mur de soutènement, reconnaissable sur un tableau de 1724 (fig. 11b, détail) à la balustrade qui en protège l’accès par le haut, est encore visible sur un plan132 de 1825, ce qui est étonnant car de par sa place éminente dans le parc il était vraisemblablement en pierre noble, donc de bonne valeur marchande. Disparu depuis133, il laisse place aujourd’hui à un talus ample et assez peu régulier.

L’enceinte du parc et l’Abreuvoir

  • 134 Ibid., p. 27-28 et p. 145.
  • 135 Ibid., p. 145 et 147.
  • 136 Dans un secteur aujourd’hui sous l’autorité de l’Office national des forêts, à quelques centaines d (...)

82L’enceinte primitive, achevée en 1681, délimitait un parc d’environ 90 hectares d’après le plan d’arpentage de 1679134. Elle fut modifiée à deux reprises, en 1686 pour l’incorporation des bassins-réservoirs supérieurs, puis en 1700 pour englober la pelouse du Champ de Mars et un domaine préalablement voué à la chasse, la surface à l’abri de l’enceinte étant alors portée à 145 hectares135. Sur le plateau, elle fut construite comme un fossé, en talus du côté extérieur du parc et revêtu avec un mur de soutènement de l’autre. C’est la configuration que l’on retrouve au voisinage du célèbre Pont tournant136.

  • 137 Changement après 1683 : voir Maroteaux 2002, p. 29, et Castelluccio 2014, p. 75. Le bassin, appelé (...)
  • 138 Effectivement construit en 1687 (Mabille et al. 1998, pl. 91), considérablement agrandi en 1698 (Ma (...)
  • 139 Pour une vue photographique du revers de ce mur du côté sud, voir Mester de Parajd 2012, fig. 28 (« (...)

83Le projet de bassin rond, puis de forme développée137, situé à l’extrémité nord du parc, imposa à son encaissant d’être horizontal alors que le terrain naturel restait en pente. Il fallut donc terrasser une grande esplanade en remblai nivelée à 105 mètres d’altitude, d’une épaisseur de terres rapportées atteignant 5 mètres. L’éperon nord de l’enceinte était donc prévu dès l’origine avec un mur de soutènement contre remblais. Il devait surmonter un petit abreuvoir138. Ce mur, repris en 1698, fut armé de six contreforts (fig. 10, ph. I) dont deux dans les angles. Il est situé au-dessus d’un système de deux bassins étagés évitant que sa hauteur libre totale de 5 mètres soit portée à plus de 7 mètres s’il n’y en avait eu qu’un seul. L’épaisseur de ce mur en maçonnerie de moellons et pierres de taille calcaires est de près de 2 mètres au niveau des contreforts139, soit un élancement réduit à 0,4, ce qui montre que la configuration géotechnique défavorable (poussée de remblais) était bien prise en compte.

  • 140 Voir supra, « L’œuvre majeure du vallon : l’amphithéâtre de terrasses ».
  • 141 Voir infra, « La fonction “contrefort”, trois cas remarquables ».

84L’analyse dans son ensemble de la terminaison nord de l’enceinte du parc met en évidence les conséquences de la dissymétrie du vallon140. Depuis l’Abreuvoir, la route montant à Versailles (à l’est) est plus raide que celle montant au bourg de Marly. De plus, on observe sur site qu’une première partie de la route montant à Versailles est creusée de 3 ou 4 mètres au-dessous du niveau de terrain naturel d’origine. Elle est donc en contrebas du niveau de terrain du parc. Grâce à un petit talus, la partie basse du mur d’enceinte de ce côté ne soutient des terres, en déblai, que sur une hauteur libre de 1 à 2 mètres (fig. 11c, photos de gauche). Comme mur de soutènement, cette partie de la clôture se trouvait donc dans des conditions de stabilité favorables. À l’ouest, comme la route montant au bourg de Marly était moins pentue et surtout plus basse dès l’origine, le grand remblai construit pour former l’esplanade autour de la pièce des Grandes Nappes, prolongé jusqu’au mur d’enceinte, n’allait pas manquer d’exercer une poussée sur ce mur sur une hauteur de 3 mètres environ (L’enceinte du parc et l’Abreuvoir, photos de droite). Une instabilité locale dans les années qui suivirent la construction de cette section de mur d’enceinte dû se produire, avec une conséquence qui sera décrite plus loin141.

Fig. 11. Planche d’illustrations diverses notées de a à i.

Fig. 11. Planche d’illustrations diverses notées de a à i.

(a) Extrait de mémoire d’élèves [détails non validés] ; (b) Mur de soutènement disparu sous l’esplanade de l’ancien château, supposé par les détails (habillés) d’un plan de projet [Plan du domaine, v. 1683. AN VA LXII n°4] et d’une peinture, Le château de Marly vers 1720, par Pierre-Denis Martin, v. 1720. Musée de Versailles 741] du parc de Marly ; (c) Quatre vues (mars 2017, juin 2014, avril 2017, avril 2015) habillées, illustrant la différence de situation topographique de part et d’autre des murs de soutènement formant enceinte du parc à l’est et à l’ouest de l’Abreuvoir ; (d) Surface topographique Lidar (2011, habillée) mettant en évidence la double pente autour de l’Allée royale, avec croquis explicatifs insérés ; (e) Allée royale, vue du mur nord en coupe lors de travaux en avril 2014, avec commentaires lithologiques ; (f) Emplacement de l’ancien pavillon de la Perspective, localisation des restes d’un mur de refend ayant supposément formé contrefort ; (g) Localisation en plan des glacières du parc de Marly et du « Logement derrière la demilune » sur un plan gravé de Delagrive (habillé), 1753, détail. BNF, Va 78a 78 ; (h) Localisation sur une peinture (Le château de Marly vers 1720, par Pierre-Denis Martin, v. 1720, détail, habillé. Musée de Versailles 741) d’une partie du bâtiment du corps de garde au nord de l’enceinte du parc ayant formé contrefort ; (i) Plans (détails) et vue habillés visant à faire comprendre l’ambiguïté géotechnique de la forme en redents du mur de soutènement du jardin de Bacchus, au regard de son antécédent le jardin de Diane : fond cartographique de 2012 [Domaine de Marly : relevés, août 2012. Château de Versailles, Direction du patrimoine et des jardins, Service des plans et des affaires patrimoniales], trois gravures autour des années 1710 [« La Rivière ». AN O1 1472.8 ; « Jardin de Diane & Bassin des Carpes, réformé en août 1713 ». AN, O1 1472A.11 ; « Fontaine et jardin de Bacchus ». AN, O1 1472.12] et vue du jardin de Bacchus en direction du sud-est d’avril 2017.

(a) © F. Lauginie ; (b) et (h) : © RMN ; (g) : BNF ; (i) : (c) EPV.

Mur du berceau du Grand Jet

85Le mur de soutènement du berceau du Grand Jet, refait dans les années 1930, est sans doute aux mêmes dimensions que l’original. Ce mur participa à un effet en « trompe-l’œil » pour donner une apparence plus symétrique au sud de l’esplanade du château alors que le relief ne l’était pas pour l’axe N15°E – et pour aucun autre. Le débouché des deux combes sud étant en effet à des hauteurs et sur des axes distincts, les deux arcs de mur furent quand même construits de façon rigoureusement symétrique, celui à l’est étant surmonté de deux niveaux de talus successifs en déblai (fig. 9) pour rattraper le niveau de terrain originel, celui à l’opposé étant surmonté pour moitié d’un talus en remblai (fig. 9, doc. c) simulant le premier niveau de talus en déblai de son vis-à-vis. Cette « fausse pente » put aussi avoir avant l’heure un rôle d’obstacle pour couper visuellement la route de Bacchus dans son premier état de l’esplanade du château.

Murs de l’Allée royale

  • 142 Voir supra, « L’accès au parc : un projet initial problématique ».

86L’Allée royale avait nécessité un terrassement assez important pour rectifier la topographie entre la cour du corps de garde et la cour d’Honneur (fig. 11d)142. Dans leur moitié supérieure, les murs de soutènement de l’Allée royale sont en principe soumis à des poussées relativement élevées car les terrains qu’ils retiennent sont prolongés en hauteur par des talus de quelques mètres déblayés dans le terrain naturel. Mais c’est dans leur partie inférieure, côté nord, qu’un effondrement partiel se produisit en 2013 sur 100 mètres linéaires, suite à un rechargement en remblais (fig. 10, ph. VIII et fig. 11e) prévu pour un alignement d’arbres surplombant. Une solution de reconstruction avec mur en béton armé « en T » (fig. 10, ph. IX) et parement décoratif de meulières fut mise en œuvre en 2014. À la jonction avec ce mur nouvellement construit, le mur de soutènement maçonné encore en place a une épaisseur de près de 1,5 mètre pour 3,3 mètres de hauteur libre (fig. 11e), soit un élancement faible de 0,45, sur 2 mètres en fondation.

Murs près des anciens communs ouest

  • 143 Maroteaux 2002, p. 28 et 112.
  • 144 Ibid., p. 31, dont note 16.
  • 145 Figure 11g, état de 1714 ; les bâtiments sont surlignés en rouge par l’auteur de la gravure.

87Des côtés ouest et est de la zone médiane du parc furent progressivement construits dans la période 1684-1704, et pas seulement dans les phases de grande activité, un ensemble de bâtiments dits « communs »143. Ils hébergeaient tous ceux qui avaient un rôle dans le bon fonctionnement de la résidence royale. Leur nécessité était liée à l’évolution elle-même progressive des pratiques de villégiature du roi après son premier séjour en 1686. Celui-ci séjourna de plus en plus de temps dans sa nouvelle résidence jusqu’à dépasser, à la fin de son règne, celui consacré à Versailles144. Les communs finalement construits n’étaient pas, pour nombre d’entre eux, prévus au projet initial et dans son évolution de 1683. Leur disposition et leur plan ne respectèrent pas le principe de symétrie axiale recherché dans les premiers temps145.

  • 146 Maroteaux 2002, p. 112.

88Le problème qui se posait en effet, surtout à l’ouest, fut qu’en 1686, déjà, les grandes lignes du parc étaient tracées et le développement de ces nouveaux bâtiments était à la fois contraint par l’impératif de discrétion et par le relief. Il fallut donc modifier une partie des pentes en contrebas du Grand Belvédère, en direction de la combe ouest, et obtenir autant de place que possible grâce à la construction de nouveaux murs de soutènement (fig. 2 et fig. 10, ph. III). On peut en constater l’évolution sur les plans successifs de la période 1684-1704, qui vit se construire les ailes d’un grand et d’un petit communs146. Ces bâtiments, comme les autres plus prestigieux, disparurent, mais les murs de soutènement qui leur ont survécu font aujourd’hui partie des plus authentiques et mieux préservés du parc.

Le jardin et la route de Bacchus

  • 147 Dit aussi « bosquet » ou encore « théâtre » selon les époques. Sur la question abordée, voir aussi (...)
  • 148 Leurs traces en plan sont les redents visibles par exemple sur la carte Lidar (fig. 8).

89Au cœur de la combe sud de l’ouest (fig. 1), le jardin de Bacchus147 (fig. 6, ph. II) est délimité par des murs de soutènement qui sont eux-mêmes surmontés de talus dont la hauteur dépasse près de quatre fois celle des murs, notamment au sud, avec des pentes raides de 50 %. Il est donc tentant d’interpréter la forme particulière de ces murs comme celle de puissants massifs-contreforts148, solution technique pour renforcer leur stabilité. Cependant, un argument peut être opposé à cette hypothèse en reprenant la chronologie des travaux. Il fait peu de doute que le jardin de Diane, situé dans l’autre combe sud où la topographie assez différente ne nécessitait ni terrassement ni mur de soutènement, ait été achevé et dans un état définitif avant que ne soient entrepris les travaux du jardin de Bacchus à son niveau actuel. Or ce jardin présentait un pourtour fait d’espaces en retrait pour des bancs ou d’autres agréments ainsi que les départs de trois allées donnant accès à la partie supérieure du parc (fig. 11i, plans insérés). Ces retraits et interruptions de mur laissaient apparaître entre eux des formes de « contreforts ». La symétrie voulue entre les deux jardins imposait aux murs de soutènement du jardin de Bacchus les mêmes décrochements, géotechniquement souhaitables car augmentant la capacité de réaction des murs à la poussée des terres (fig. 11i). Cependant, la disposition de ces « contreforts » n’est pas la plus logique car, pour une hauteur de talus comparable à l’est et au sud du jardin, ils sont moins espacés dans sa partie courbe au sud, là où pourtant le mur dispose déjà d’un surcroît de résistance par effet annulaire – ce qui renforce le soupçon sur l’hypothèse initiale.

90Les murs du « théâtre » de Bacchus ont souffert dans les dernières années d’un type de pathologie superficielle lié à l’évolution (ou à une mauvaise reprise ?) du mortier de jointoiement et au travail de l’eau sans doute mal drainée, qui se traduit localement par un éclatement du parement externe (fig. 10, ph. VI). Ce type de phénomène est aujourd’hui la cause d’une limitation de l’accès public à ces murs.

  • 149 Voir supra, « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».
  • 150 La date exacte n’est pas clarifiée par les plans consultés dans Maroteaux 2002, p. 129 (1697 : murs (...)

91Dans la période où le jardin de Bacchus fut construit, la route qui menait du bourg de Marly au sommet du parc en passant par les communs, dite route de Bacchus, fut modifiée149. Les murs de soutènement de la route dans son nouveau tracé au-dessus de l’esplanade du château comptèrent parmi les derniers construits dans le parc150. Les trois quarts de leur linéaire furent refaits dans les années 1930. La portion qui reste aujourd’hui authentique, où un bombement est apparu dans les dernières années, est protégée par des étaiements (fig. 10, IV), en attente d’une solution de réfection.

Les glacières

92Hors contexte rocheux, les puits doivent être armés d’une maçonnerie pour prévenir l’effondrement du terrain encaissant. Le revêtement de maçonnerie peut être assimilé à un mur de soutènement dont la propriété est de résister à la pression des terres, non par son poids propre ou son ancrage en fondation, mais par l’effet d’anneau. Autant cet effet est sûr dans le cas des puits de petits diamètres, autant il devient incertain avec les plus gros diamètres, à moins d’augmenter l’épaisseur du mur, de soigner la qualité des matériaux utilisés et de réduire les tolérances géométriques pour assurer une contrainte continue et régulière dans la structure.

  • 151 Maroteaux 2002, p. 128.
  • 152 Voir note 80.
  • 153 Maroteaux 2002, p. 146 et p. 200 pour les deux dates indiquées.
  • 154 Bien que non accessibles au public.
  • 155 On calcule qu’à 10 mètres de profondeur, pour un puits vide avec les dimensions relevées, la compre (...)

93Les glacières du temps de Louis XIV, qui servaient à conserver la glace permettant ensuite de garder des produits au frais, tiraient profit, lorsqu’elles étaient souterraines, de la stabilité thermique du sol. À Marly, elles se présentent comme des puits de gros diamètre. Elles apparaissent pour la première fois sur un plan de 1695-1696151, au nombre de trois. Situées sur l’interfluve152 séparant la combe ouest de l’entrée du parc vers le bourg de Marly, elles furent creusées dans les Sables de Fontainebleau. Un quatrième puits est dessiné sur un ensemble de plans datés de 1714 à 1747153. Les deux glacières du parc encore visibles aujourd’hui154 montrent, malgré les détériorations dues à la végétation et un vieillissement global (fig. 10, ph. II), un bon appareillage en pierres de taille régulière et des joints peu épais. Leur profondeur n’est pas connue puisqu’elles sont partiellement comblées, mais elle est d’au moins 6,5 mètres, pour un diamètre d’environ 10 mètres et une épaisseur de 1 mètre, très suffisante pour le critère de résistance à la compression de la maçonnerie155. La courbure des puits apparaît néanmoins aujourd’hui irrégulière, peut-être à cause d’un fluage en masse de l’encaissant qui a pu se produire au cours des trois derniers siècles.

94Deux des quatre glacières durent être abandonnées et en principe remblayées ; les maçonneries originelles sont peut-être encore en place.

  • 156 Vers 125 mètres d’altitude pour 140 mètres en tête de puits, ce qui donnait une garde entre les fon (...)

95Toutes les précautions furent prises pour que les glacières fonctionnent en régime inverse par rapport aux puits de prélèvement d’eau, c’est-à-dire qu’elles étaient prévues pour rester au sec en étant aussi bien à l’abri des écoulements de surface que des eaux souterraines. C’est ainsi qu’elles furent positionnées sur un interfluve (fig. 11g, détail, et fig. 2, emplacement ph. II), dans un encaissant perméable et ne retenant donc pas l’eau, à une hauteur suffisante pour être hors zone de battement annuel de la nappe de versant en années ordinaires, les Marnes à Huîtres étant rencontrées à une quinzaine de mètres de profondeur156.

La fonction « contrefort », trois cas remarquables

96Plusieurs murs de soutènement du parc de Marly étaient originellement masqués par des bâtiments aujourd’hui disparus. Il y a tout lieu de penser que ces cas de figure ne résultaient pas seulement de contraintes d’espace, mais aussi d’un raisonnement opportun d’Hardouin-Mansart ou de son entourage technique sur la stabilité des murs. Les cloisons de bâtiments perpendiculaires aux soutènements, murs porteurs extérieurs ou de refend, pouvaient en effet assurer une action de contrefortement d’une efficacité sans commune mesure avec celle de simples contreforts saillants.

  • 157 Désigné plus haut « pavillon de la Perspective ».
  • 158 Maroteaux 2002, p. 48-49 : Plan des logements de Marly avant 1699, AN O1 1470a n°2.

97Nous dénombrons à ce sujet trois cas remarquables : celui du bâtiment dit « cour des Offices157 » à l’ouest de l’ancien château, construit contre l’extrémité nord-ouest du mur de soutènement du berceau du Grand Jet ; celui du bâtiment dit « Logement derrière la demilune158 » en forme d’arc, construit sous la grande cour d’Honneur à l’est du château ; celui de modestes bâtiments de Corps de garde construits contre l’enceinte au nord du parc et extérieurement à celui-ci, au pied de la route menant au bourg de Marly.

98Dans le premier cas, le mur fut construit contre un déblai de Sables de Fontainebleau et atteignit sur une largeur de quelques mètres une hauteur libre relativement importante de 6,3 m, pour une épaisseur minimum de 0,5 mètre, soit un élancement élevé de 0,08. En cet endroit, la maçonnerie montre un arrachement témoignant d’une ancienne liaison mécanique en principe stabilisatrice avec le bâtiment de la cour des Offices (fig. 11f). Ce mur paraît tout à fait stable aujourd’hui sans cet effet mécanique, ce qui indique que les terres retenues n’exercent que peu de pression sur celui-ci.

  • 159 Ibid., p. 29.
  • 160 Ibid., p. 128 : Plan des jardins, 1695-1696, AN O1 1468 n°100.
  • 161 Maroteaux 2002, p. 132-133 : Perspective des jardins de Marly, 1698-1699, AN N II Seine-et-Oise 189

99Le « Logement derrière la demilune » (fig. 11g) fut construit en 1686159 dans le prolongement vers le sud du groupe chapelle et bâtiment des gardes, en un endroit où se trouvait le talus sous la cour d’Honneur. Le nivellement de la cour d’Honneur avait nécessité un fort déblaiement au sud et un remblaiement au nord. Étant donné que cette cour ne devait pas avoir fonction de belvédère sur le parc, il fallut obstruer la vue vers le nord. Par symétrie, la question pouvait être traitée comme au sud au moyen d’un mur maçonné, non de soutènement mais de clôture. Sa stabilité aurait cependant été difficile à assurer sans une épaisseur importante et des fondations ancrées dans le terrain naturel au moins 3 mètres plus bas. La solution retenue fut donc d’élever un ouvrage, au rang des bâtiments communs, aveugle et à niveau avec la cour d’Honneur, mais formant par la même occasion le premier étage d’une construction ouverte vers le nord. Pour ce faire, il fallut re-terrasser le pourtour nord de la grande cour et le verticaliser, la stabilité des terres étant assurée sans difficulté par la structure du nouveau bâtiment. Après 1696160, ce bâtiment fut prolongé le long des premiers mètres de l’Allée royale puis par un retour en épingle à cheveux vers le nord, dessinant de la sorte une forme en partie contrainte par la topographie naturelle antérieure. On peut enfin noter, à ce sujet, que le premier tronçon de mur de l’Allée royale, effondré en 2013, se trouvait manifestement à cette époque au revers ou au-dessus de ce bâtiment et non en appui sur des remblais ou même des déblais161, ce qui en faisait un mur de clôture en prolongement d’un mur de soutènement.

  • 162 Voir par exemple celle de Pierre-Denis Martin, dit le Jeune : Vue générale du château, des pavillon (...)
  • 163 Maroteaux 2002, p. 128 : Plan des jardins, 1695-1696, AN O1 1468 n°100.
  • 164 Ceux-ci ont été détaillés supra, « L’enceinte du parc et l’Abreuvoir ».
  • 165 Nom du bassin des Grandes Nappes avant que ne soit construite la cascade du même nom.

100Le troisième cas que représente le bâtiment de corps de garde au pied du parc n’a pu être dissimulé au premier plan des peintures officielles du parc de Marly162 dans son état d’achèvement à la fin du règne de Louis XIV et les années qui suivirent (fig. 11h). Ce bâtiment étroit et long fut construit avant 1696163. Sa position était telle qu’on dut bien entendu lui assigner un rôle dans les besoins en surveillance de l’espace public au nord du parc, peu avant que ne soit construit le Grand Abreuvoir. Cependant, sans vis-à-vis à l’est, ce bâtiment perturbe le principe de symétrie partout recherché et qui pouvait être ici satisfait sans grande complication. C’est ce qui plaide, nous semble-t-il, pour une construction initialement motivée par des enjeux géotechniques164. On peut les résumer à un dimensionnement insuffisant du mur de soutènement qui avait à retenir les remblais de nivellement à l’ouest du bassin des Cinq Gerbes165, dont les effets durent se faire sentir dans la dizaine d’années qui suivirent les premiers travaux, et qui nécessitèrent donc une solution de reprise définitive au moyen d’une structure-contrefort. Cette hypothèse est étayée par l’aspect du mur aujourd’hui, renforcé par d’inélégants piliers triangulaires (fig. 11c, photo en haut à droite) construits à l’emplacement même du bâtiment du corps de garde lorsque celui-ci fut démoli.

Stabilité des murs de soutènement

  • 166 Journées nationales maçonnerie organisées par l’IFSTTAR, Marne-la-Vallée, 22-23 mars 2018.

101La stabilité des murs de soutènement est le fruit d’un dimensionnement adéquat au regard des caractéristiques mécaniques toujours particulières des sols à retenir. Jusqu’au début du xviiie siècle, il n’y eut d’autre solution que de procéder de façon empirique, par des règles de proportionnalité qui dépendent de la hauteur recherchée, de la configuration du site et des matériaux disponibles pour la maçonnerie. Le dernier exemple, au paragraphe précédent, montre que tout dimensionnement insuffisant à l’origine ne pouvait, par principe, rester sans conséquence visible (basculement, fissuration, bombement, etc.) et devait alors occasionner des travaux correctifs. Les murs de soutènement construits sous le règne de Louis XIV qui nous sont parvenus furent donc, par principe, correctement dimensionnés ou bien furent tôt refaits ou étayés. Le problème de leur stabilité à très long terme et les approches pour l’évaluer a posteriori par des moyens théoriques seront traités, pour des cas de murs du parc ce Marly restés dans leur état d’origine, dans une communication ultérieure166. La question de la stabilité se pose de façon très actuelle pour plusieurs murs de soutènement du parc, en particulier pour une portion authentique localisée en bordure de la route de Bacchus (fig. 10, ph. IV).

Conclusion

102Alors que le patrimoine architectural de Marly a disparu, le résultat des grands travaux d’aménagement du vallon environnant a survécu à trois cent trente ans d’existence et offre aujourd’hui encore une galerie de « vestiges géotechniques » de grand intérêt patrimonial. Ceux-ci, ayant concrétisé en peu d’années une profonde modification du relief naturel du vallon, par terrassement et par la construction de murs de soutènement, témoignent encore en premier lieu de l’art et de la mesure de Jules Hardouin-Mansart, habile interprète de la volonté de Louis XIV durant trente ans à Marly. Au terme de cette étude, nous pouvons dégager deux caractéristiques des travaux du maître d’œuvre. Premièrement, un principe d’économie dans la traduction concrète des demandes du roi, illustré par le choix des pentes, de 3 à 4 %, des allées de l’amphithéâtre de terrasses – ouvrage géotechnique majeur du parc –, ou l’emploi de matériaux disponibles sur place, telles les meulières pour l’élévation d’une partie des murs de soutènement. Deuxièmement, une prudence face aux contraintes naturelles, liée au sens de l’observation et à une intuition de naturaliste, ce que montre par exemple le choix des pentes maximum, de 50 % environ, des talus entourant le jardin de Bacchus, ou le positionnement des glacières. Loin d’épuiser le sujet, cet article fait aussi état de plusieurs questions encore ouvertes, et crucialement celle du niveau absolu du relief naturel d’origine. Quoi qu’il en soit, on peut espérer qu’un tel patrimoine fasse l’objet aussi bien d’un programme de conservation et d’entretien spécifiques que d’une mise en valeur didactique qui n’aura nul besoin de forcer l’imagination des visiteurs.

Top of page

Bibliography

Baridon Michel, 2013, « Les jardins de Le Nôtre et d’Hardouin-Mansart », dans P. Arizzoli-Clémentel (dir.), Versailles, Paris, Citadelles et Mazenod.

Bentz Bruno, 2002, « Le premier jardin de Marly », Gazette des Beaux-Arts, no 1607, p. 319-332.

Bentz Bruno, 2010 « Les grandes eaux de Marly sous Louis XIV », Marly, art et patrimoine, no 4, p. 19-28.

Bentz Bruno, 2012a, « La vie de château : un programme de recherche pour Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 06 décembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11950 ; DOI : 10.4000/crcv.11950.

Bentz Bruno, 2012b, « L’aqueduc de Marly à Saint-Germain : un projet monumental inachevé (1669-1682) », Marly, art et patrimoine, no 6, p. 47-58.

Bentz Bruno, 2015, « Avant la Machine, l’alimentation en eaux de source du château de Marly », dans L’eau autour du château, actes du colloque (Bellecroix, 17-19 oct. 2014), Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne.

Bentz Bruno, 2016, « Les voyages de Marly sous Louis XIV », dans Le nomadisme châtelain, ixe-xviie siècle, actes du colloque (Bellecroix, 14-16 oct. 2016), Chagny, Centre de castellologie de Bourgogne.

Bentz Bruno, 2017, « Nouvelles découvertes sur le réseau hydraulique de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2017, mis en ligne le 23 décembre 2017, consulté le 06 décembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/14086 ; DOI : 10.4000/crcv.14086.

Castelluccio Stéphane, 2014, Marly : art de vivre et pouvoir de Louis XIV à Louis XVI, Montreuil, Gourcuff Gradenigo.

Comptes des Bâtiments du roi sous le règne de Louis XIV (1664-1715), 1881-1901, éd. J. Guiffrey, Paris, Imprimerie nationale, 5 vol.

Goguel Jean, 1967, Versailles [document cartographique], Carte géologique de la France à 1/50000, no 182, Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières.

Hartmann Claudia, 2012, « La création de Marly : les rôles de Charles Le Brun, Jules Hardouin-Mansart et Louis XIV dans la conception de l’ensemble », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 06 décembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/12220 ; DOI : 10.4000/crcv.12220.

Heitzmann Annick, 2016, Fouille archéologique programmée au parc national de Marly : le Pavillon royal (2014-2016), rapport intermédiaire, non publié.

Mabille Gérard, Benech Louis et Castelluccio Stéphane, 1998, Vue des jardins de Marly : le roi jardinier, Paris, Alain de Gourcuff.

Maroteaux Vincent, 2002, Marly : l’autre palais du soleil, Genève, Vögele.

Mester de Parajd Gabor, 2012, « Le domaine de Marly aujourd’hui », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 18 décembre 2013, consulté le 06 décembre 2017. URL : http://crcv.revues.org/11953 ; DOI : 10.4000/crcv.11953.

Saint-Simon Louis de Rouvroy, duc de, 1983-1988, Mémoires, éd. Y. Coirault, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 8 vol.

Soullard Éric, 2012, « Les Vitry : une dynastie de fontainiers du roi au service des grandes eaux de Marly (1685-1793) », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], mis en ligne le 20 décembre 2013. URL : http://crcv.revues.org/11912 ; DOI : 10.4000/crcv.11912.

Vauban Sébastien Le Prestre de, 1705, « Traité de la fortification de campagne », dans Virol 2007, p. 1493-1626.

Vernhes Jean-David, Barakat Bassam, Galland Jacques, Marsot Albert, Jagu Dominique, 2017, « Description géotechnique des vestiges du Canal Louis XIV », dans Unearth the Future, Connect Beyond, 19th International Conference On Soil Mechanics And Geotechnical Engineering, actes du congrès (Séoul, 17-22 sept. 2017) [En ligne]. URL : https://www.issmge.org/uploads/publications/1/45/06-technical-committee-22-tc301-04.pdf.

Virol Michèle (dir.), 2007, Les oisivetés de Monsieur de Vauban, Seyssel, Champ Vallon.

Top of page

Notes

1 Est géotechnique ce qui concerne, dans l’acte de construire et les études qu’il nécessite, le sous-sol comme support, domaine ou matériau.

2 La question du rôle de l’illustre André Le Nôtre, parfois évoqué aux côtés d’Hardouin-Mansart dans la conception générale du parc, est abordée plus loin (voir infra, « André Le Nôtre et la solution à un problème d’origine géologique »).

3 Saint-Germain[-en-Laye], où le roi était né, sa résidence principale entre 1666 et 1673 et régulière jusqu’en 1682, année de l’installation du monarque et de son administration au château de Versailles.

4 Lidar : relevé lasergrammétrique. Celui du parc de Marly a été réalisé par héliportage en 2011, par Art Graphique et Patrimoine (Joinville-le-Pont), pour le compte de l’EPV.

5 Deux voire plusieurs noms peuvent coexister pour désigner les lieux et ouvrages du parc, souvent liés à des changements survenus au cours même du règne de Louis XIV. Nos choix n’ont pas acquis dans le cadre de cet article de caractère systématique. Ils reprennent principalement la nomenclature fournie par les deux documents cités dans le cartouche de la figure 5.

6 Altitudes respectives de 130 mètres (esplanade), 110 mètres (Grand Miroir) et 100 mètres (Abreuvoir). Toutes les altitudes données dans cet article sont exprimées dans le référentiel du nivellement général de la France (NGF).

7 Maroteaux 2002, p. 27, parle d’une « succession de terrasses et d’allées formant amphithéâtre et encadrant un très grand miroir d’eau ». Castelluccio 2014, p. 10, relaie cette image en évoquant « l’effet d’amphithéâtre des allées superposées ».

8 Altitudes 130 mètres à 170 mètres.

9 Où furent construits trois très grands réservoirs d’eau, désignés « bassins-réservoirs supérieurs » dans cet article.

10 Parmi les analogues topographiques et géologiques du vallon de Marly les plus proches, sont, à l’ouest, le fond du vallon de L’Étang-la-Ville et de manière encore plus comparable les vallons de Fourqueux et Joyenval.

11 Le terme de géographie physique « combe » a été choisi pour désigner les dépressions topographiques qui entaillent profondément les pentes sur le pourtour du vallon. Du point de vue géologique, il faudrait préférer à ce terme le mot « thalweg », mais il évoque moins efficacement l’encaissement de ces dépressions, particulièrement prononcé pour deux d’entre elles.

12 Soullard 2012, légende de la figure 1.

13 Bentz 2012a : « Les archives du château de Marly sont probablement, avec celles de Versailles, les plus abondantes pour une ancienne résidence royale. »

14 Maroteaux 2000, Mabille et al. 1998 (contribution de Stéphane Castelluccio), Castelluccio 2014 et Bentz 2017.

15 Voir infra, « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

16 L’esplanade du château, l’amphithéâtre de terrasses et le Grand Miroir, etc., avant 1683 ; puis les bassins-réservoirs supérieurs autour de 1685, construits pour la Machine de Marly (1684).

17 Murs de soutènement pour les communs ouest, la route et le jardin de Bacchus, et d’autres.

18 La désignation connaît les variantes suivantes selon la période couverte par chacun des cinq tomes des Comptes : tome 1 (1664-1680) : « Jardinages » (dont « fouilles et transports de terres ») ; tome 2 (1681-1687) : « Jardinage et fouilles » [auxquels nous avons ajouté « Réservoirs » pour y incorporer les dépenses engagées pour les bassins-réservoirs supérieurs] ; tome 3 (1688-1695) : « Routes et terrasses » ; tome 4 (1696-1705) : « Jardinage, terrasses, voitures » ; tome 5 (1706-1715) : « Jardinage, terrasses, etc. ».

19 Noter que la somme correspondante en 1685 comprend les fonds affectés à la construction des trois grands bassins-réservoirs supérieurs (pour 246 000 livres ; Comptes… 1881-1901, t. II, p. 1313), bien que ceux-ci n’aient pas été réservés aux seules fontaines du parc de Marly.

20 Maroteaux 2002, p. 28.

21 Baridon 2013, p. 171.

22 Prudhomme, « Plan des heritages compris dans le dessein du vallon de Marly arpenté en 1678 et 1679 par moy Prudhomme », dessin. Paris, Archives nationales (désormais AN), O1 1468, n° 87.

23 Le fameux abbé Picard eut d’ailleurs à intervenir à proximité du vallon de Marly en 1676 (Bentz 2012b, p. 55).

24 Construit en 1669 et 1671 pour alimenter Saint-Germain en eau, voir l’article détaillé de Bruno Bentz (2012b). Il était en principe souterrain et fut arrêté après un linéaire de travaux de plus de 400 mètres (ibid., p. 53).

25 « Prés des eaux » ?

26 Bentz 2012b, p. 54 et 57, dans un secteur entre le château et la terrasse des pavillons du Levant.

27 Voir infra, « L’accès au parc : un projet initial problématique ».

28 Goguel 1967.

29 Les argiles et limons, et par abus de langage les marnes.

30 Terminologie d’usage liée aux études régionales anciennes et, dans le Bassin parisien, issue du vocabulaire des géologues mais aussi des carriers. En l’occurrence, le terme se réfère à la forêt de Fontainebleau où se trouvent des grès (sables cimentés) célèbres et de la même origine géologique que les sables à Marly.

31 Pour citer un exemple hors du vallon de Marly, la fontaine de Maison-Rouge dans le vallon voisin de L’Étang-la-Ville, à moins de 4 kilomètres à vol d’oiseau, est dans cette configuration.

32 La source au droit du futur château de Marly (en 1679) se déduit du départ du ruisseau et de l’aqueduc indiqués sur le plan d’arpentage. Cette source avait un débit estimé de 10 à 25 mètres cubes/heure (Bentz 2012b, p. 55 ; unités modifiées). C’est encore elle aujourd’hui qui alimente le bassin du Grand Miroir (ibid., p. 57).

33 Maroteaux 2002, p. 23, citant le duc de Saint-Simon.

34 Voir Baridon 2013, p. 191.

35 Maroteaux 2002, p. 27, évoque à ce sujet « un très grand miroir d’eau visiblement destiné, au-delà de son rôle décoratif, à drainer l’humidité des fonds » mais sans faire de rapprochement fonctionnel avec le Grand Canal à Versailles.

36 Hartmann 2012. Il en existe un deuxième, semblable dans ses grandes lignes. Maroteaux (2002, p. 28) le date « vers 1680 ».

37 À l’origine vingt-quatre et non douze.

38 Voir notamment Bentz 2002, p. 12, 15, et annexe de l’article p. 17.

39 La moitié nord de l’esplanade est légèrement pentée vers le nord, avec un dénivelé total de 3 mètres environ, entre 129 et 126 mètres, au double avantage de permettre un contrôle des écoulements d’eaux pluviales et une réduction des volumes de terrassement.

40 Plan relevé du château de Marly, vers 1692. Bibliothèque nationale de France (désormais BnF) Va 78a t.3. Reproduit dans Maroteaux 2002, p 118.

41 C’est sur ce niveau élevé que se trouvaient aussi, à l’est, la chapelle et le bâtiment des gardes, et à l’ouest le pavillon de la Perspective.

42 Bentz 2002 (p. 5) et Bentz 2015. Ces articles précisent que l’ancien aqueduc avait été commencé en 1669 pour conduire les eaux du vallon à Saint-Germain-en-Laye. Les travaux furent interrompus au bout de deux ans et seuls 400 mètres d’ouvrage avaient été achevés. À leur intégration dans le nouveau système hydraulique du parc après 1679, cette galerie fut désignée du nom d’« aqueduc du Levant ».

43 Voir supra, « L’eau ».

44 Dans cette analyse, on fait abstraction du cordon de terre (d’un peu moins de 2 mètres de hauteur) qui, entourant la partie haute des murs du sous-sol du château, permit de donner l’illusion que le bâtiment reposait sur un promontoire. Ce cordon fut arasé en 1852 mais restitué en 1937, de telle sorte qu’on peut le voir encore aujourd’hui ; voir Heitzmann 2016, p. 7.

45 Annick Heitzmann, Bruno Bentz et d’autres.

46 Voir Heitzmann 2016, p. 111 à 116, l’annexe 1 : « Les deux aqueducs encadrant le pavillon royal », par Sylvain Chaumier.

47 Mémoire d’élèves techniciens-géologues (non publié), Robin Damaris, Clément Delafontaine et Quentin Vincent.

48 Voir également infra, « La fonction “contrefort”, trois cas remarquables ».

49 Voir infra, « Grands terrassements ».

50 Bruno Bentz (2002, p. 2) a remarqué que « l’aménagement de la Grande terrasse du château » aurait obligé à araser une des galeries préexistantes situées sous cette terrasse, c’est-à-dire à réduire sa hauteur d’origine tout en la conservant. Mais cette indication reste en soit ambiguë si l’on ne connaît pas la relation exacte entre le niveau auquel cet aqueduc fut construit et le niveau du terrain naturel sur tout le linéaire concerné.

51 Voir infra, « Grandes lignes du projet ».

52 Stéphane Castelluccio (2014, p. 87) a expliqué l’absence de fontaine-cascade au couchant comme effet d’un « relatif manque de relief du terrain » par rapport au levant, corollaire concret de cette dissymétrie.

53 Ce sont deux faits aussi bien visibles sur site que sur la carte Lidar.

54 Maroteaux 2002, p. 28, interprétation de l’auteur sans doute inspirée p. 32 d’une citation du Mercure galant de 1685. Castelluccio 2014, p. 8, relaie les propos du duc de Saint-Simon (1983-1988, t. V, p. 534-535) : « Ce fut un grand travail que de dessécher ce cloaque […] et d’y rapporter des terres » [c’est nous qui soulignons].

55 Concernant les termes « réservoir » et « bassin », Bruno Bentz souligne la distinction simple suivante : un réservoir se vide par le bas, son niveau d’eau peut varier en fonction des entrées-sorties ; un bassin, recueillant l’eau de jets, se vide par le haut afin de garder un niveau d’eau constant ; un bassin ne se vidange par le bas que pour son entretien.

56 C’est une mesure de l’énergie d’écoulement de l’eau, dont une composante est la pression d’eau.

57 D’après Bruno Bentz, la Machine est mise en service à partir de 1682, les réservoirs supérieurs sont remplis à partir de 1684 et l’eau ainsi stockée commence à alimenter le Grand Jet dès avril 1685.

58 Voir note 31.

59 Maroteaux 2002, p. 28.

60 Ibid., p. 122, et p. 33 selon le Plan du parc de Marly, mai 1685 (BnF Ba 448d gr fol.). Castelluccio (2014, p. 87) évoque « une dénivellation importante à l’extrémité nord [du bosquet de Marly] » à propos des recherches tardives sous le règne de Louis XIV pour implanter de nouvelles cascades (jeux d’eau) ; l’auteur ne semble ne pas voir son origine artificielle, liée aux terrassements pour la réunion des deux bassins-réservoirs.

61 Le tracé des trois bassins inférieurs sur la figure 8 a été calqué du Plan du domaine, vers 1683 (variante III). AN VA LXII n°4.

62 Maroteaux 2002, p. 127.

63 Bentz 2010, p. 28.

64 Ibid., p. 152 et 153.

65 À condition d’en retirer les éléments grossiers lors de leur mise en œuvre en remblai ; les meulières retranchés des terrains pouvaient ainsi servir pour des maçonneries rustiques encore à construire après 1685-1686.

66 Bruno Bentz (2016, p. 1-2) montre comment un point d’accès alternatif au parc par le sommet du Tapis vert a pu servir au roi lui-même jusqu’à la construction de la Rivière en 1697.

67 Maroteaux 2002, p. 27 et 29 à 31.

68 Ibid. p. 27.

69 Ibid. p. 235. L’architecte des Monuments historiques, prenant « des libertés avec les plans anciens » établit « un grand escalier derrière l’ancienne cour des offices, menant vers le belvédère supérieur ».

70 Ces considérations ne portent pas sur les accès de chantier (ouvriers, approvisionnements), à caractère provisoire et sûrement répartis selon les besoins.

71 Voir Plan de Stockholm, 1679, Stockholm, Nationalmuseum, THC 25, consultable par exemple dans Maroteaux 2002, p. 26.

72 Résultant d’un dénivelé de 30 mètres de hauteur franchi sur une distance de 325 mètres : mesures prises du centre des cours du corps de garde (altitude 163 mètres) et d’honneur (altitude 133 mètres).

73 Ce qu’a souligné Castelluccio (2014, p. 97).

74 Ce détail a son importance. En effet, en raison de la morphologie suspecte de cette combe, notamment la planéité du fond et des flancs, nous avions considéré un temps qu’elle était totalement artificielle : elle aurait été le résultat de l’exploitation des Sables de Fontainebleau, dans laquelle elle est entièrement sise, pour utilisation en couches de forme, drainantes, ou en remblais de correction altimétrique dans le reste du parc. Cette combe aurait simplement été aplanie localement pour des plantations.

75 On suppose pour cela, en se repérant avec la figure 2, que celle-ci fut construite entre les repères  (correspondant au symétrique virtuel de la cour du corps de garde, projetée à l’ouest) et  (repérant le symétrique virtuel de la cour d’Honneur).

76 Calcul à partir des altitudes 154 mètres à 131 mètres sur une distance de 155 mètres entre l’actuel belvédère et l’arrière de l’ancien pavillon de la Perspective.

77 Du sommet de la cascade de la Rivière (altitude 138 mètres) au sommet de la pente 31 mètres plus haut, points séparés de 260 mètres environ.

78 Maroteaux 2002, p. 80 et 187 ; Castelluccio 2014, p. 80 et 130, diffère de un an dans les dates, possiblement d’après Bruno Bentz, à cause de la différence entre décision et acte.

79 Bentz 2017, p. 8.

80 Éperon en bombement incliné séparant deux dépressions topographiques (ici, les deux combes), sur lequel aucun cours d’eau ne peut en principe se former. La Rivière de Louis XIV en est d’autant plus extraordinaire.

81 Apport extérieur de remblais nécessaire.

82 Petite dépression formée sur une pente par un ravinement.

83 Castelluccio 2014, p. 80.

84 Maroteaux 2002, p.146 : Plan du jardin haut, 1714. AN O1 1471 n°9.

85 Mabille et al. 1998, pl. 32, AN O1 1472.8. Dans son commentaire, Castelluccio estimait que cette situation, pour le jardin de Bacchus, « est physiquement impossible compte tenu du relief » et en concluait que le peintre l’avait inventée pour des raisons de symétrie. Une alternative à cette hypothèse est que le projet initial, peut-être exécuté mais effacé par le projet suivant, donnait la priorité à la symétrie en plan des deux jardins et leurs allées, tandis que le projet définitif lui préféra la symétrie en élévation, donc en pentes égales et adoucies.

86 Ibid., pl. 33, AN O1 1470a.11, arguments de datation en note 1 du commentaire de la planche.

87 Comptes…1881-1901, t. V (1706-1715).

88 Mabille et al. 1998, pl. 34, AN O1 1470.12, arguments de datation également en note 1 du commentaire de la planche.

89 Comptes…1881-1901, t. V (1706-1715), p. 716.

90 Virol 2007, p. 761, note 3. Le muid est une unité de capacité utilisée pour matières sèches (céréales, sel) ou liquides, avec des variations dans la définition allant pratiquement de 0,4 à 4 mètres cubes au cours des siècles. Celle de Michèle Virol se rapporte à un traité de Vauban écrit dans les années 1690, que nous jugeons donc pertinente.

91 Ibid., p. 1641-1662, « Instruction pour servir au règlement du transport et remuement des terres ».

92 Maroteaux 2002, p. 166.

93 Ibid., p. 178, et note 259.

94 Ibid., p. 170, Plan des jardins, vers 1712, AN O1 1470a n°24.

95 Bentz 2012a. Le même auteur avait déjà mis en évidence cette difficulté dans son article de 2002 (p. 12).

96 Voir supra, « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

97 Zone supérieure : parallélépipède équivalent L x l x H de 170 x 25 x 8 mètres cubes ; zone inférieure : 170 x 15 x 4 mètres cubes.

98 Environ 1 hectare (300 mètres x 30 mètres) pour une amplitude moyenne de 2 mètres.

99 En excluant donc les extensions pour les communs, le jardin de Bacchus et les terrassements du troisième ordre parmi lesquelles nous classons les petits aménagements et allées non cités.

100 Voir supra, « Périodes 1 et 2 (1679-1715) : vision offerte par les travaux de Guiffrey ».

101 Voir références dans « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

102 Maroteaux 2002, p. 127.

103 Bruno Bentz nous signale que les réservoirs étaient profonds de 4 mètres, mais cette profondeur est bien comptée du sommet des digues et non depuis le niveau de terrain naturel.

104 Maroteaux 2002, p. 28.

105 Incorporant les ralentissements saisonniers.

106 L’organisation des travaux revenant à des entrepreneurs civils adjudicataires d’un marché public.

107 Vernhes et al. 2017, p. 3.

108 À l’époque de réalisation des travaux dans le parc de Marly, l’unité courante de volumes de terres terrassées est la toise cube, soient environ 7,39 mètres cubes (Virol 2007, p. 1634). Si « 1 004 millions » portaient sur des toises cube de terrassement, il serait question d’un volume de 8 milliards de mètres cube, qu’on ne peut faire correspondre à quoi que soit. L’unité voisine prise en compte, le pied cube, correpond à un volume approximatif de 0,034 mètre cube, soit un nouveau total d’environ 35 millions de mètres cubes. L’hypothèse d’autres unités de volume applicables au nombre cité est invraisemblable.

109 Pour donner une idée, ce volume dépasserait de loin le total des terrassements pour le canal du Languedoc (dit canal du Midi aujourd’hui) « de Toulouse au port de Cette », estimé par Vauban à 16 millions de mètres cubes environ (Virol 2007, p. 166).

110 Voir supra « Le parc aujourd’hui ».

111 Une valeur de cohésion à long terme de 30 kilopascals est alors nécessaire, ce qui est très vraisemblable pour des sols argileux en place donc non remaniés, mais nécessite une mise en œuvre soignée au regard des moyens matériels du xviie siècle pour des terres rapportées.

112 Pour des hauteurs et surfaces significatives.

113 Voir infra, « La “Rivière”, ou Tapis vert ».

114 Voir, en tête d’article, le paragraphe Remerciements.

115 32 ou 64 électrodes espacés de 1, 2 ou 5 mètres. La méthode permet d’obtenir des informations sur les variations de résistivité électrique du sous-sol. La figure 11a en donne une idée, volontairement imprécise car les données n’ont pas encore été retraitées pour vérification.

116 16 à 23 géophones espacés de 1 ou 2 mètres. Cette méthode renseigne sur les variations de vitesse des ondes de compression dans le sous-sol.

117 Prélèvements de sol limités à 1 mètre de profondeur en général.

118 La répartition a été faite sans prise en compte de nombreux éléments historiques clarifiés depuis lors.

119 Résistivités de 5 à 40 ohms-mètres dans les niveaux argilo-marneux humides, à 250 ohms-mètres et plus dans les niveaux sableux non saturés en eau ; on note une gamme intermédiaire de résistivités dans les dix premiers mètres des Sables de Fontainebleau, sans doute à cause du colluvionnement ou de l’infiltration des « fines » provenant des Argiles à Meulières lors de la période géologique récente. Les fines désignent la fraction granulométrique d’un sol dont les diamètres de grains sont inférieurs à 80 micromètres.

120 Sous les terrains de proche surface, les vitesses sismiques sont de 600 à 1 600 mètres/seconde.

121 Par exemple, Comptes… 1881-1901, t. II : 1681-1687, col. 370, paiement à Nicole et Rabailles de près de 650 livres de sable de rivière pour l’an 1683, puis en 1684 col. 524 « à Raffron, pour 520 futailles de sable de rivière qu'il a livré dans le parc pour employer à faire les fresques des pavillons : 650 livres. »

122 Voir supra, « L’esplanade du château ».

123 Voir supra, « Les réservoirs inférieurs et supérieurs ».

124 Maroteaux 2002, p. 28 : « l’aménagement des murs de terrasse et des perrons suit en 1683 […] ».

125 Se basant sur des plans du xixe siècle, des photographies du début du xxe siècle et les relevés de l’architecte Danis, Bruno Bentz montre que plusieurs murs dans leur état d’origine étaient encore debout à ces époques.

126 Voir supra, « Le parc aujourd’hui ».

127 L’observation d’un chantier dans le bourg du Vieux-Marly en 2016 a montré qu’un talus vertical de Sables de Fontainebleau, en déblai d’environ 3 mètres de hauteur, est resté en place sans soutènement pendant près de six mois. Cette verticalité sur une longue période de temps ne pouvant s’expliquer autrement que par un effet de cohésion et donc par la présence de fines – le terme géologique Sables ne doit pas être interprété comme lithologiquement déterminé. La provenance des fines est discutée dans la note 119.

128 Allée royale, lors des travaux de 2014, et allée du jardin de Bacchus, en 2015, grâce à la mobilisation d’une mini-pelle mécanique affectée au chantier de fouilles archéologiques de l’ancien château.

129 Pierres siliceuses, ne pouvant recevoir une taille régulière. Leur taille caractéristique type est de 20*10*10 centimètres cubes à l’état naturel (gros cailloux), soit une masse-type de 5 kilogrammes ne posant aucun problème de transport.

130 Pente exprimée en ratio « Horizontale sur Verticale » (base/hauteur).

131 À cause du creux dans l’axe du vallon, voir supra, « L’œuvre majeure du vallon : l’amphithéâtre de terrasses ». Le grand escalier central se substituait cependant à ce mur sur un bon tiers de sa longueur.

132 Maroteaux 2002, p. 226 : « Le domaine de Marly en 1825 », plan de l’atlas matrice des domaines de la Couronne, N IV Seine 89 fol. 50.

133 Voir supra, « Stabilité des pentes terrassées ».

134 Ibid., p. 27-28 et p. 145.

135 Ibid., p. 145 et 147.

136 Dans un secteur aujourd’hui sous l’autorité de l’Office national des forêts, à quelques centaines de mètres au sud-ouest du sommet du Tapis vert.

137 Changement après 1683 : voir Maroteaux 2002, p. 29, et Castelluccio 2014, p. 75. Le bassin, appelé selon les époques pièce (bassin) des Cinq Gerbes ou encore des Grandes Nappes, forme le niveau de terrassement « T5 », voir figure 8.

138 Effectivement construit en 1687 (Mabille et al. 1998, pl. 91), considérablement agrandi en 1698 (Maroteaux 2002, p. 135) pour devenir le célèbre Abreuvoir de Marly, classé en 1874 (ibid., p. 233) ou 1862 (selon Mester de Parajd 2012).

139 Pour une vue photographique du revers de ce mur du côté sud, voir Mester de Parajd 2012, fig. 28 (« La terrasse de l’Abreuvoir : travaux de dégagement et de réfection de l’exutoire du Grand Miroir alimentant l’Abreuvoir », 2011).

140 Voir supra, « L’œuvre majeure du vallon : l’amphithéâtre de terrasses ».

141 Voir infra, « La fonction “contrefort”, trois cas remarquables ».

142 Voir supra, « L’accès au parc : un projet initial problématique ».

143 Maroteaux 2002, p. 28 et 112.

144 Ibid., p. 31, dont note 16.

145 Figure 11g, état de 1714 ; les bâtiments sont surlignés en rouge par l’auteur de la gravure.

146 Maroteaux 2002, p. 112.

147 Dit aussi « bosquet » ou encore « théâtre » selon les époques. Sur la question abordée, voir aussi supra, « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

148 Leurs traces en plan sont les redents visibles par exemple sur la carte Lidar (fig. 8).

149 Voir supra, « L’aménagement des combes sud : le dernier grand projet du parc ».

150 La date exacte n’est pas clarifiée par les plans consultés dans Maroteaux 2002, p. 129 (1697 : murs non visibles) et p. 146 (1714 : murs visibles). C’est donc en raisonnant sur la contemporanéité des travaux pour le jardin de Bacchus – dont la datation n’est elle-même pas tranchée à l’année près – et l’aménagement de cette portion de route que nous avançons que ces murs furent construits vers 1712.

151 Maroteaux 2002, p. 128.

152 Voir note 80.

153 Maroteaux 2002, p. 146 et p. 200 pour les deux dates indiquées.

154 Bien que non accessibles au public.

155 On calcule qu’à 10 mètres de profondeur, pour un puits vide avec les dimensions relevées, la compression dans la maçonnerie est inférieure à 0,5 mégapascal.

156 Vers 125 mètres d’altitude pour 140 mètres en tête de puits, ce qui donnait une garde entre les fonds de glacière et le niveau haut de la nappe de quelques mètres, au moins pour les trois glacières les plus à l’ouest. Une raison d’abandon précoce de l’ancienne glacière de l’est, topographiquement plus basse, pourrait avoir un lien avec un problème d’humidité, voire de venues d’eau par le fond.

157 Désigné plus haut « pavillon de la Perspective ».

158 Maroteaux 2002, p. 48-49 : Plan des logements de Marly avant 1699, AN O1 1470a n°2.

159 Ibid., p. 29.

160 Ibid., p. 128 : Plan des jardins, 1695-1696, AN O1 1468 n°100.

161 Maroteaux 2002, p. 132-133 : Perspective des jardins de Marly, 1698-1699, AN N II Seine-et-Oise 189.

162 Voir par exemple celle de Pierre-Denis Martin, dit le Jeune : Vue générale du château, des pavillons et des jardins de Marly, 1713, Musée national des châteaux de Versailles et de Trianon.

163 Maroteaux 2002, p. 128 : Plan des jardins, 1695-1696, AN O1 1468 n°100.

164 Ceux-ci ont été détaillés supra, « L’enceinte du parc et l’Abreuvoir ».

165 Nom du bassin des Grandes Nappes avant que ne soit construite la cascade du même nom.

166 Journées nationales maçonnerie organisées par l’IFSTTAR, Marne-la-Vallée, 22-23 mars 2018.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Vue topographique générale (Lidar 2011) avec éléments aménagés majeurs.
Credits © EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-1.jpg
File image/jpeg, 652k
Title Fig. 2 : Carte de position et orientation des photographies des figures 6 et 10, avec indications des noms de lieux et localisation de points de repère, sur fond Lidar.
Credits © EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-2.jpg
File image/jpeg, 3.5M
Title Fig. 3 : Chronologie des grands travaux dans le vallon de Marly.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-3.jpg
File image/jpeg, 2.6M
Title Fig. 4 : Dépenses annuelles à Marly, exprimées en millions de livres, 1675-1715. Source : Comptes… 1881-1901.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-4.jpg
File image/jpeg, 336k
Title Fig. 5 : Plan cadastral de 1679 [« Plan des heritages compris dans le dessein du vallon de Marly arpenté en 1678 et 1679 par moy Prudhomme »], dessin – partiellement retranscrit sur fond topographique Lidar (2011). Paris, Archives nationales, O1 1468, no 87.
Credits © EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-5.jpg
File image/jpeg, 1.9M
Title Fig. 6 : Vues générales du parc de Marly entre 2014 et 2016.
Credits © Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-6.jpg
File image/jpeg, 1.0M
Title Fig. 7 : Vallon de Marly : limites des formations géologiques d’après la carte à 1/50 000 (no 182), fond topographique Lidar (2011).
Caption Documents insérés : (a) Croquis géologique interprétatif du parc ; (b) Comparatif habillé des parcs de Versailles et Marly d’après la carte géologique.
Credits © EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-7.jpg
File image/jpeg, 2.9M
Title Fig. 8 : Niveaux des terrassements symétriques.
Caption Documents insérés : (a) Plan de projet de 1679 [Antoine Lescuyer (attribué à), Plan de Marly, 1679, dessin. Montigny-le-Bretonneux, archives départementales des Yvelines, 73-1132/2.] ; (b) Schéma de définition des angles α, β et γ.
Credits © EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-8.jpg
File image/jpeg, 2.6M
Title Fig. 9 : Vue topographique au sud du château, combes et berceau du Grand Jet.
Caption Documents insérés : Détails (habillés) de plans du parc (a) de 1685 [« Plan general de Marly le dixièsme May 1685 »], 1685, dessin. Paris, Bibliothèque nationale de France, département des Estampes et de la photographie, Va 448d-f. 6.] ; (b) « vers 1712 » [Plan des jardins, vers 1712]. Archives nationales, O1 1507, no 36 ; (c) vue [avril 2016, habillée] du remblai surmontant l’ouest du berceau du Grand Jet.
Credits © EPV (données), figure réalisée par Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-9.jpg
File image/jpeg, 1.5M
Title Fig. 10 : Vues de murs de soutènements du parc de Marly entre 2014 et 2017.
Credits © Jean-David Vernhes
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-10.jpg
File image/jpeg, 1.2M
Title Fig. 11. Planche d’illustrations diverses notées de a à i.
Caption (a) Extrait de mémoire d’élèves [détails non validés] ; (b) Mur de soutènement disparu sous l’esplanade de l’ancien château, supposé par les détails (habillés) d’un plan de projet [Plan du domaine, v. 1683. AN VA LXII n°4] et d’une peinture, Le château de Marly vers 1720, par Pierre-Denis Martin, v. 1720. Musée de Versailles 741] du parc de Marly ; (c) Quatre vues (mars 2017, juin 2014, avril 2017, avril 2015) habillées, illustrant la différence de situation topographique de part et d’autre des murs de soutènement formant enceinte du parc à l’est et à l’ouest de l’Abreuvoir ; (d) Surface topographique Lidar (2011, habillée) mettant en évidence la double pente autour de l’Allée royale, avec croquis explicatifs insérés ; (e) Allée royale, vue du mur nord en coupe lors de travaux en avril 2014, avec commentaires lithologiques ; (f) Emplacement de l’ancien pavillon de la Perspective, localisation des restes d’un mur de refend ayant supposément formé contrefort ; (g) Localisation en plan des glacières du parc de Marly et du « Logement derrière la demilune » sur un plan gravé de Delagrive (habillé), 1753, détail. BNF, Va 78a 78 ; (h) Localisation sur une peinture (Le château de Marly vers 1720, par Pierre-Denis Martin, v. 1720, détail, habillé. Musée de Versailles 741) d’une partie du bâtiment du corps de garde au nord de l’enceinte du parc ayant formé contrefort ; (i) Plans (détails) et vue habillés visant à faire comprendre l’ambiguïté géotechnique de la forme en redents du mur de soutènement du jardin de Bacchus, au regard de son antécédent le jardin de Diane : fond cartographique de 2012 [Domaine de Marly : relevés, août 2012. Château de Versailles, Direction du patrimoine et des jardins, Service des plans et des affaires patrimoniales], trois gravures autour des années 1710 [« La Rivière ». AN O1 1472.8 ; « Jardin de Diane & Bassin des Carpes, réformé en août 1713 ». AN, O1 1472A.11 ; « Fontaine et jardin de Bacchus ». AN, O1 1472.12] et vue du jardin de Bacchus en direction du sud-est d’avril 2017.
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14555/img-11.jpg
File image/jpeg, 2.6M
Top of page

References

Electronic reference

Jean-David Vernhes, « Grands travaux d’aménagement du vallon de Marly », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [Online],  | 2017, Online since 23 December 2017, connection on 22 February 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14555 ; DOI : 10.4000/crcv.14555

Top of page

About the author

Jean-David Vernhes

Enseignant-chercheur en géotechnique à UniLaSalle. Diplômé ingénieur en géosciences de l’Institut de sciences et technologies (Université Paris VI-Pierre et Marie Curie) en 1998. A travaillé pour plusieurs sociétés françaises en géophysique et géotechnique puis a rejoint en 2011 l’école d’ingénieurs UniLaSalle. Thème de recherche : Géotechnique et Patrimoine. After graduating in geoscience and engineering from the Institut de Sciences et Technologies (Université Paris VI-Pierre et Marie Curie) in 1998, Jean-David Vernhes worked for several French companies in the fields of geophysics and geotechnics. He joined the UniLaSalle school of engineering in 2011. He is a specialist in geotechnics and heritage. jean-david.vernhes@unilasalle.fr

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals