Navigation – Plan du site
2017

Les gardes royales des monarques Habsbourg hispaniques et l’étiquette : la lutte pour la proximité avec le souverain

The Royal Guards of the Spanish Habsburg Monarchs and Etiquette: The Struggle for Proximity to the Ruler
José Eloy Hortal Muñoz
Traduction de Myriam Chirousse

Résumés

Les gardes palatines et personnelles des monarques Habsbourg hispaniques jouèrent un rôle fondamental dans la configuration de cette architecture complexe que supposait l’apparition publique du monarque à l’intérieur et à l’extérieur du cadre de la cour. Bien que le département de la Maison qui s’occupât le plus de la prestance du prince à l’extérieur du palais et de son image dans l’espace public fût les écuries, la garde royale occupait une place privilégiée dans ces apparitions qui, par ailleurs, étaient essentielles à l’élaboration de cette image royale, car la majeure partie des étiquettes et cérémonies dans lesquelles intervenait le roi étaient invisibles aux yeux de ses vassaux. Cette fonction vit son importance s’accroître durant l’époque moderne dans toutes les monarchies européennes, et l’une des plus puissantes de son temps n’allait pas être en reste. Dans l’étiquette, la proximité avec le roi déterminait l’importance de chaque section de la Maison royale. Ce postulat allait marquer la gradation des différents corps de garde et, en particulier, de leurs capitaines et lieutenants, de sorte que les affrontements les plus intenses se produisirent pour obtenir une plus grande proximité avec le monarque, ainsi que l’analyse cet article.

Haut de page

Notes de la rédaction

Cet article est publié dans le cadre programme de recherche « L’étiquette à la cour : textes normatifs et usages » (2014-2016). La traduction a été supervisée et corrigée par le comité scientifique qui remercie vivement Sandra Martinez pour sa révision attentive du texte.

Notes de l’auteur

Cette étude a été réalisée dans le cadre des projets « Del patrimonio dinástico al patrimonio nacional : los Sitios Reales » (HAR2015-68946-C3-3-P) et « La herencia de los Reales Sitios. Madrid, de corte a capital (historia, patrimonio y turismo) » (H2015/HUM3415) des programmes de R&D en sciences sociales et humanités de la Communauté de Madrid. Une première version en espagnol a été publiée en partie dans l’ouvrage Las Guardas Reales de los Austrias hispanos (voir en bibliographie : Hortal Muñoz 2013, chap. VII, p. 381-419).

Texte intégral

Introduction

  • 1 « Ceremonial de los estilos, usos y costumbres que se debe guardar en las casas reales y en actos p (...)

1Le dictionnaire de l’Académie royale de la langue espagnole donne la définition suivante de l’étiquette : « Cérémonial des styles, usages et coutumes qui doit être observé dans les Maisons royales et lors des cérémonies publiques solennelles1. » Cette formulation actuelle ne rend pas compte du substrat idéologique profond attaché à ce concept dans les sociétés de la fin du Moyen Âge et du début de l’époque moderne.

  • 2 Comme précisé dans la pièce de théâtre (Anonyme s. d. [1681], p. 1) où le personnage de l’étiquette (...)

2Nous pouvons considérer que l’étiquette et le cérémonial étaient les instruments d’une mise en scène symbolique des relations sociales, au moyen d’une série de codes, auxquels les participants devaient se conformer et qu’ils savaient, tout comme les spectateurs, interpréter2. Cette étiquette renforçait la hiérarchie et imposait un ordre, principal objectif des élites dominantes, en même temps qu’elle permettait la consolidation de l’autorité monarchique. Le souverain était le centre autour duquel gravitait tout cet univers, articulant étiquette et protocole à partir de son service personnel.

  • 3 La première étude remonte à Bloch 1924.
  • 4 Muir 2001, p. 287-333.
  • 5 Une tentative de classification de ces différents espaces cérémoniels est proposée dans Chroscicki (...)
  • 6 Bouza 2000, p. 157-160 ; Cosandey 2000.

3Ces rituels de cour, abondamment étudiés par les anthropologues3, visaient également à camoufler les tensions et à donner l’image d’une harmonie politique, bien que cet objectif s’avérât difficile à atteindre puisqu’ils reproduisaient les relations de pouvoir existantes, et ainsi les conflits qu’elles engendraient4. En effet, ces rituels étaient au cœur des dynamiques courtisanes de lutte pour la faveur royale, et l’on considérait le fait d’apparaître à une certaine occasion à une position différente de celle habituellement occupée comme un précédent pour gagner du terrain lors d’apparitions à venir. Pour ces raisons, la rivalité constante pour conserver la place que d’autres désiraient tout en aspirant à s’élever au sein de l’espace cérémoniel dégénéra souvent en des affrontements dont le retentissement était amplifié par leur dimension publique5. Le roi renforçait d’autant plus son pouvoir qu’il s’arrogeait le statut d’arbitre de ces conflits, lequel pouvoir reposait tout autant sur le caractère dynamique de l’étiquette que sur la négociation constante entre les parties impliquées. Enfin, il se réservait la prérogative d’intervenir dans cet ordre rituel par le biais des nominations, favorisant de la sorte celui qui lui semblait le mériter6.

  • 7 L’importance des études liées au cheval et aux Écuries royales à l’époque moderne s’accroît ces der (...)
  • 8 « El orden de asientos en la capilla real, sus grandeças y ceremonias, como comen los reyes en públ (...)

4Pour consolider ce pouvoir, le monarque devait renvoyer une image appropriée vers l’extérieur, et les gardes palatines et personnelles de l’époque jouèrent un rôle fondamental aussi bien dans l’élaboration de cette image que dans la configuration de l’architecture complexe que supposait l’apparition publique du monarque à l’intérieur et à l’extérieur de la cour. Bien que le département de la Maison qui s’occupât le plus de la prestance du prince à l’extérieur du palais et de son image dans l’espace public fût les écuries7, la garde royale occupait également une place privilégiée dans ces apparitions publiques qui, par ailleurs, étaient essentielles pour structurer l’image royale, dans la mesure où la plupart des rituels et des cérémonies du palais dans lesquels intervenait le roi, tels que les repas publics, restaient invisibles aux yeux des sujets8.

5Ainsi, lorsque le monarque sortait du palais, on pouvait le contempler dans toute sa splendeur et sa majesté, manifestant sa richesse, la sacralisation de sa figure et la distance qui le séparait de ses sujets de manière conforme à l’image qu’il voulait en donner. Cette mise en scène lors des différentes cérémonies publiques (telles que prestations de serment des princes héritiers, processions, réceptions, etc.) mettait en évidence la splendeur de la cour et surtout le pouvoir du prince au moyen d’une série de signes et d’images qui pénétraient directement le spectateur et lui suggéraient ce qu’il devait penser. L’un de ces signes était la présence des gardes royales, qui annonçaient la présence du monarque, ce dont avaient parfaitement conscience les auteurs contemporains :

  • 9 « Que los reyes tienen una puerta ordinaria por dó salen, y otra extraordinaria y secreta. Cuando s (...)

Les rois ont une porte ordinaire par laquelle ils sortent, et une autre extraordinaire et secrète. Lorsqu’ils sortent par la porte ordinaire, ils sortent en grande majesté et avec grandeur ; avant leur sortie, on entend les hallebardiers, les Grands qui disent : le roi vient9 !

6Dans les étiquettes à l’époque moderne, la proximité avec le roi définissait le rang de chaque corps dans la maison royale et, par conséquent, dans le royaume. Ce principe définissait la hiérarchisation des gardes et, en particulier, de leurs capitaines et lieutenants, de sorte que les conflits les plus intenses se déclarèrent pour obtenir la plus grande proximité avec le monarque, aussi bien lors des apparitions publiques, où tout le royaume pouvait observer l’importance de chacune des compagnies de gardes, que dans les cérémonies palatines, où les gardes affichaient leur ordre de préséance dans la Maison royale.

  • 10 Ces dernières années, la notion de Spatial Turn s’est diffusée dans de nombreuses disciplines, comm (...)
  • 11 La question de l’accès au souverain prend de plus en plus d’importance dans les études sur l’Époque (...)
  • 12 Les dernières années du règne de Philippe II virent l’apparition d’un courant philosophique, le tac (...)

7Concernant cette hiérarchisation de l’espace, nous devons tenir compte des dernières recherches menées dans le cadre du Spatial Turn10. Ce courant méthodologique, appliqué aux sciences sociales depuis un peu plus d’une décennie, implique de ne pas s’intéresser seulement au lieu où se produisent les événements mais aussi aux raisons et à la manière dont ils surviennent dans des espaces donnés. Dans le cas qui nous occupe, il est évidemment nécessaire de connaître le rôle que les gardes royales jouaient dans l’accès au souverain, ainsi que les possibilités dont jouissaient leurs officiers à ce sujet11. En remarque préalable, il convient de souligner que les Habsbourg d’Espagne firent en sorte que les capitaines des gardes ne parviennent jamais à obtenir une place cérémonielle d’une importance particulière de crainte de voir apparaître un nouveau Séjan12. Ces capitaines se situaient à un échelon inférieur à celui des trois grands officiers de la Maison – grand maître, sommelier de corps et grand écuyer, ce dernier ayant été créé à la suite des changements cérémoniels survenus dans les dernières décennies du règne de Philippe II. Seuls ceux qui associaient à leur condition de capitaine des gardes celle de Grand d’Espagne pouvaient prétendre à une importance particulière dans ces apparitions publiques.

La configuration de l’étiquette relative aux gardes pendant les règnes de Charles Quint et Philippe II : l’influence de la Renaissance

  • 13 À ce propos, voir Hortal Muñoz 2013, 1re partie.

8Durant la deuxième moitié du règne des Rois catholiques, il fut décidé d’entreprendre une réorganisation des gardes royales médiévales, dans la mesure où les corps préexistants ne pouvaient pas remplir les nouvelles fonctions requises par la monarchie espagnole telle qu’elle était en train de devenir, notamment après les deux attentats que les monarques avaient essuyés en 1487 et 1492 et leur prise de conscience du rôle de représentation et de consolidation de leur monarchie que les gardes pouvaient jouer. La configuration définitive du modèle allait s’étendre entre les dernières années du xve siècle et le début du xvisiècle, avec un processus d’élaboration et de consolidation des différents corps clairement définis les uns par rapport aux autres13.

  • 14 Hortal Muñoz 2017.

9Le corps le plus important du cérémonial serait celui des archers de corps, dont l’origine remonte à la cour des ducs de Bourgogne, plus précisément la Maison de Philippe le Hardi14. Son incorporation dans la Maison royale de Castille se produisit lors de la venue de Jeanne Ire de Castille et de Philippe Ier dans la péninsule ibérique afin de prêter serment en tant qu’héritiers des couronnes de Castille et d’Aragon à la suite de la mort du prince Jean – plus précisément, le 22 mai 1502, avec l’inscription, dans les dépenses de la Couronne, de la compagnie qui les escortait depuis les Flandres, et qui serait appelée compagnie des « archers de lame » en raison de l’arme qu’ils portaient. Cependant, son intégration définitive n’aurait lieu qu’à l’occasion du deuxième voyage des archiducs en Castille en 1506.

10En ce qui concerne la « garde allemande », la connaissance de ses origines et de son évolution est extrêmement compliquée, car les documents conservés et la bibliographie sont très peu nombreux. Les rares auteurs ayant traité de ce sujet situent son intégration au service de Charles Quint après l’élection impériale de 1519, en soulignant qu’à son retour dans la péninsule, l’empereur était accompagné par une compagnie d’Allemands d’une centaine d’hommes environ. Charles Quint disposait déjà de cette garde dans les années 1520 et elle est fréquemment mentionnée comme la « garde blanche », leur tenue étant blanc et jaune, avec l’ajout postérieur du rouge cramoisi des armes de Castille et de Bourgogne.

11Enfin, la gestation de la composition définitive de la garde espagnole fut un processus lent dont on ignore la chronologie, mais dont le point de départ fut les attentats évoqués précédemment. L’idée aurait pris forme vers 1504, lorsque, après la mort d’Isabelle, Ferdinand chargea le chroniqueur Gonzalo de Ayora, qui en devint le premier capitaine, de former un corps de garde composé d’une cinquantaine de hallebardiers. Cette nouvelle unité fut la première à utiliser la livrée jaune, ce qui est à l’origine de son nom de garde jaune (bien que cette couleur fût utilisée aussi par les archers et la garde allemande).

12Quelques années plus tard, eut lieu la création de la « garde à cheval », à l’occasion du départ de Ferdinand le Catholique pour Naples en 1506. À son retour en Castille, le monarque aragonais ramena avec lui une compagnie de cent chevau-légers, connue alors comme les Estradiots, mais qui recevront ensuite le nom de « garde à la lancette » à cause de la lance singulière qu’ils portaient. En plus d’intégrer ce corps dans la garde de hallebardiers existante, Ferdinand décida de destituer Ayora, son capitaine, en raison de son inclination pour la faction de Philippe Ier. Fernando de Valdés devint ainsi le premier capitaine de la garde espagnole avec un commandement dans ces deux corps.

13La dernière section de la garde, la « vieille garde », ne fut créée qu’au moment de la capitainerie de don Juan de Zuñiga. La date précise nous en est inconnue mais elle se situe entre 1529 et 1535, car il est avéré qu’elle demeura aux côtés de l’impératrice lorsque son époux partit pour la campagne de Tunis.

14Le modèle de garde qui allait devenir celui de la monarchie espagnole fut définitivement fixé à ce moment-là et perdura jusqu’à l’arrivée des Bourbons. Ce modèle définissait l’existence d’une garde royale dans son ensemble, composée de trois parties : la garde des archers de corps, la garde espagnole avec ses trois sections et la garde allemande. Les monteros de Espinosa, une unité de garde d’origine médiévale chargée de veiller sur le sommeil du monarque, y furent également inclus, mais avec des caractéristiques propres qui les différencièrent dans leur évolution des trois autres.

  • 15 L’intérêt pour le cérémonial des monarques hispaniques s’accroît ces dernières années avec des publ (...)
  • 16 Domínguez Casas 2006 et Martínez Millán 2011.

15Pour comprendre la place des différents corps de garde au sein de cette sphère cérémonielle, il faut savoir que la monarchie hispanique avait fini par adopter – non sans difficultés et à l’issue d’une période d’adaptation – l’étiquette bourguignonne15, considérée comme la plus raffinée d’Europe16. Ce cérémonial fut appliqué pour la première fois dans la Maison royale hispanique à la suite des deux voyages effectués en Castille par Philippe le Beau en 1502-1503 et 1506, et par le prince Don Carlos (futur Charles Quint) de 1517 à 1520. Il s’imposa peu à peu dans les usages quotidiens et extraordinaires de la cour d’Espagne, bien que la faction courtisane qui soutenait son application dût mener une lutte ardue contre ceux qui défendaient le cérémonial castillan plus austère.

  • 17 Visceglia 1997 et 2010.
  • 18 Les travaux de José Manuel Nieto Soria sont particulièrement importants sur ce point, en particulie (...)
  • 19 López Álvarez 2014.
  • 20 Publié dans Martínez Millán 2000, vol. 5, p. 179.

16La consolidation de ce cérémonial n’eut lieu qu’en 1548, mais la complexité des étiquettes nous invite, il ne faut pas l’oublier, à la prudence à ce sujet : d’une part parce qu’elles étaient variables en fonction des occasions et que le monarque pouvait les modifier à sa guise, d’autre part parce qu’elles intégraient des éléments d’origines variées (venus de Rome17, des royaumes hispaniques médiévaux18, des possessions en Amérique19…) et non pas uniquement de Bourgogne. Le contrôleur Jean Sigoney lui-même, chargé par Philippe II de rédiger une « Relation de la manière de servir qui s’observait à la cour de l’Empereur », signalait déjà que les usages des anciens ducs de Bourgogne étaient tombés dans l’oubli au cours des règnes de Charles Quint et Philippe II20.

  • 21 Costa Gomes 1995, p. 6-7.
  • 22 Phénomène étudié de manière approfondie dans la 3e partie de Hortal Muñoz et Labrador Arroyo 2014.

17À l’évidence, le creuset culturel que fut la cour de Charles Quint eut une influence sur ce processus, dans la mesure où les élites de différents royaumes s’y retrouvèrent et luttèrent pour installer leurs usages dans le cérémonial de l’empereur. À cela, il faut ajouter que la compétition et l’imitation entre cours voisines étaient constantes21, et que toutes essayèrent d’imposer leur cérémonial en d’autres lieux ; la transposition de l’étiquette hispanique, à la fin du règne de Philippe II, à la cour de Savoie, grâce au mariage de l’infante Catherine-Michelle avec le duc Charles-Emmanuel, en constitue un exemple parfait22.

18L’absence de textes normatifs relatifs à l’étiquette s’appliquant aux gardes durant la première moitié du xvie siècle nous oblige à nous appuyer sur les récits d’événements ou chroniques qui ne sont pas toujours exacts et qui, bien souvent, éludent la question. Cependant, grâce à ces documents, il apparaît clairement que les différentes compagnies adoptèrent, avec quelques nuances, l’étiquette bourguignonne. De ce fait, l’unité des archers de Corps devint la plus importante du cérémonial, grâce au prestige évident associé à la fonction de garde du Corps du souverain. Toutefois, pour consolider cette position, la compagnie des gardes du Corps dut s’opposer à d’autres unités, lutte qui est à comprendre dans le cadre du conflit entre les deux manières antagonistes de concevoir les apparitions publiques du monarque dans les cérémoniaux bourguignon et castillan.

19Le premier affrontement, au sujet du cérémonial, des archers avec un autre corps concerna les monteros de Espinosa, bien qu’ensuite cette unité, totalement à part dans le système des gardes, en raison de son statut unique de corps castillan d’origine médiévale et de sa mission exclusive de veille sur le sommeil du souverain, ne soit pratiquement plus intervenue dans ces affrontements, surtout après être sortie victorieuse de ce premier conflit.

  • 23 De la Escalera Guevara 1632, p. 150-158 et Sánchez-Moreno del Moral 1992, p. 185.
  • 24 Les informations se trouvent dans les Archivo General del Palacio Real de Madrid (désormais AGP), A (...)

20Avec l’arrivée de Charles Quint en Castille, les monteros de Espinosa furent incorporés à son service, mais le nouveau monarque, bien qu’ayant fait serment le 7 février 1518 de respecter les dispositions des Cortes de 1511 relatives à la proximité de la personne royale prises par Ferdinand le Catholique, tenta de concéder aux archers certaines des prérogatives qui avaient été octroyées aux monteros par ces mêmes Cortes, relatives à la proximité avec la personne royale et à son service durant la nuit23. Les monteros refusèrent de céder et, le 12 août 1519, à Barcelone, ils demandèrent au maître d’hôtel Juan de la Cueva d’écrire une note indiquant clairement qui détenait ces attributions. Le maître d’hôtel confirma leurs prérogatives24, puis Charles Quint ratifia leurs droits le 16 mai 1520 à La Corogne. Dès lors, les monteros de Espinosa restèrent donc à l’écart des luttes pour la position dans le cérémonial puisqu’ils avaient obtenu la reconnaissance de leur rôle auprès du roi. Ils perpétuèrent ainsi la tradition castillane, aussi bien dans la garde nocturne que lors des funérailles des monarques et de leurs proches, comme nous le verrons par la suite, illustrant l’amalgame des traditions cérémonielles qui se produisit dans la Maison du nouveau monarque.

21Suite à cet événement, la hiérarchisation des différents corps de garde établie par l’étiquette commença à devenir perceptible et elle se consolida tout au long du règne de Charles Quint. Ainsi, alors que la compagnie des gardes du Corps était constamment aux côtés de l’empereur lors de ses voyages, la garde espagnole et la garde allemande furent absentes de bon nombre d’entre eux ou ne l’accompagnèrent que sur quelques déplacements, étant donné qu’elles étaient également au service d’autres membres de la famille royale, comme l’impératrice, la princesse Jeanne, etc. De ce fait, elles ne purent pas participer dans toute leur splendeur aux nombreuses apparitions publiques du souverain, ce qui contribua à renforcer la supériorité de la garde du Corps dans tous les royaumes hispaniques, à un moment où l’organisation des gardes royales prenait toute son importance.

  • 25 Ce thème est traité avec beaucoup de justesse, mais uniquement sur le plan artistique, par Strong 1 (...)
  • 26 Sur la relève des ducs de Valois bourguignons par les Habsbourg dans l’utilisation de ce personnage (...)
  • 27 Domínguez Casas 2000.

22Rappelons que la première moitié du xvie siècle est l’époque de la diffusion de la Renaissance en Europe, période au cours de laquelle les festivités publiques visaient à exprimer la richesse et, surtout, la magnificence des souverains, qui étaient montrés comme de nobles représentants de leur dynastie et des vertus héréditaires25. Lors de ces apparitions, se répand la mode des références érudites à des personnages, des énigmes ou des allégories complexes en rapport avec l’Antiquité classique, réservée aux souverains, à leur famille et à leurs maisons. Cette mode, avec les messages véhiculés et les héros classiques qui étaient repris, agissant comme médiateurs du discours entre le souverain et son peuple, tenait son origine des manifestations de Gand en 1458. Le recours aux figures d’Hercule26, de Gédéon et de Jason était particulièrement important, et perdura largement, avec un grand succès, sous le règne de Charles Quint27.

  • 28 Calvete de la Estrella 1552, p. 84.
  • 29 Álvarez-Ossorio Alvariño 2000, p. 31. Cet emblème, qui représentait les colonnes d’Hercule avec la (...)

23Les gardes, bien évidemment, participèrent à cette exaltation de l’allégorie et du monde classique. Nous pouvons en trouver un exemple lors de l’entrée triomphale du prince Philippe à Mantoue, en 1549, au cours de son « felicissimo viaje », périple qui, par ailleurs, représenta le triomphe esthétique de la Haute Renaissance aux Pays-Bas. Dans cette ville italienne, il fut ainsi décidé que, sur l’un des arcs de triomphe d’architecture éphémère, ils apparaîtraient éloignant du prince à coups de bâton la figure du Chagrin28. Il est tout aussi intéressant de noter que figurait sur les lames des archers la devise de Charles Quint, Plus Oultre, qui, de ce fait, était présente à chacune des cérémonies impériales29 (fig. 1).

Fig. 1 : Pointe de lance de la garde des archers de Corps de Philippe IV, 1662. Armurerie royale du palais royal de Madrid, inv. I.70.

Fig. 1 : Pointe de lance de la garde des archers de Corps de Philippe IV, 1662. Armurerie royale du palais royal de Madrid, inv. I.70.

© Patrimonio Nacional

  • 30 On trouvera une liste des entrées des souverains étrangers en Italie dans Mitchell 1979 et 1986. Po (...)
  • 31 Zorzi 1977.

24La récupération de l’univers iconographique de l’Antiquité atteignit son point culminant lors des entrées triomphales de l’empereur dans les villes italiennes en 1529, 1530, 1535, 1536 et 1541, cérémonies publiques qui, par ailleurs, étaient devenues les plus importantes que les princes de l’époque accomplissaient30. Au cours de ces entrées triomphales, la ville se transformait en lieu imaginaire, où chacun pouvait contempler l’harmonie cosmique et son reflet terrestre, faisant honneur à l’idée d’Alberti de « città come grande casa » (« La cité comme grande maison »), dans laquelle le maître sortait recevoir le visiteur31.

  • 32 Précisons cependant que les messages élaborés par les hôtes de Charles Quint diffèrent considérable (...)
  • 33 Il existe de nombreuses publications sur cette question, notamment dans Arnade 1996 ou Lecuppre-Des (...)

25Durant le Moyen Âge tardif, cette cérémonie était devenue une rencontre et un dialogue entre la ville et le seigneur, par lequel la ville faisait montre de sa loyauté et légitimait la domination du souverain32. À chacune de ces occasions, le pacte civique était renouvelé, réaffirmant l’obédience au seigneur comme garante du bon fonctionnement du gouvernement et restaurant les liens entre souverain et sujets. Ce principe fut remanié au cours du xvie siècle, à mesure que l’évolution des cérémonies mettait en évidence la distance qui se creusait et le dialogue qui se réduisait entre les sujets et leurs princes absents. Certains auteurs, cependant, défendent l’idée d’une proximité encore forte entre le peuple et le prince sous le règne de Charles Quint, s’appuyant en particulier sur les controverses des Blijde Inkomst ou Joyeuses Entrées dans les Flandres33.

  • 34 Il existe différentes publications sur les tournois au Moyen Âge tardif et dans la première moitié (...)

26Attribut fondamental de la majesté royale et reflet de l’idéal chevaleresque des ducs de Bourgogne, le cheval était intimement lié aux entrées triomphales de l’époque. Charles Quint s’efforça de rester fidèle à l’image cultivée par ses prédécesseurs, tout en encourageant la présence des nobles de son vaste empire lors de certaines fêtes, tels les tournois et les jeux de lances. Ces fêtes avaient indéniablement un caractère politique, car, là où l’entrée royale constituait un véhicule pour le dialogue entre le monarque et les classes urbaines, le tournoi exprimait, de manière festive, le rôle du roi comme seigneur féodal de ses chevaliers, ainsi que ses qualités liées à l’honneur et à la vertu34. Cependant, dans le même temps, Charles Quint utilisait la présence des nobles lors de ces fêtes pour souligner le caractère courtisan de ses invités et permettre le passage du modèle médiéval de chevalier-guerrier à l’archétype du courtisan moderne, processus qui s’effectua de manière progressive jusqu’au règne de son fils Philippe II (fig. 2).

Fig. 2 : Taddeo Zuccaro, Arrivée de Charles Quint et du cardinal Alexandre Farnèse à Paris en 1540, 1561-1565, peinture à fresque. Caprarola, palais Farnèse, salle des Fastes farnésiens, BEN-F-001165-0000.

Fig. 2 : Taddeo Zuccaro, Arrivée de Charles Quint et du cardinal Alexandre Farnèse à Paris en 1540, 1561-1565, peinture à fresque. Caprarola, palais Farnèse, salle des Fastes farnésiens, BEN-F-001165-0000.

Voir la notice de l’œuvre sur le site de la Fondation Federico Zeri.

Domaine public

  • 35 Hortal Muñoz 2017.
  • 36 Cela transparaît, parmi de nombreux témoignages, dans la description de l’enterrement de Philippe I (...)
  • 37 Comme nous pouvons l’observer dans Etiquetas de palacio… 2005 [1651], p. 888.

27Concernant les gardes, en même temps que les changements cérémoniels mentionnés avaient lieu, la place des différentes unités dans l’espace royal fut peu à peu fixée, pour les occasions où les trois gardes – garde des archers de Corps, garde espagnole et garde allemande – étaient présentes lors d’une apparition publique de Charles Quint ; disposition qui, par ailleurs, était héritée de celle adoptée par les unités de son père, Philippe Ier, mais avec de légères variations35. Ainsi, la garde des archers occupait l’arrière-garde et avançait en demi-cercle, délimitant ainsi l’espace qui appartenait exclusivement au monarque et formant une sorte de bouclier, aussi bien physique que symbolique. Pendant ce temps, les unités espagnole et allemande, avec leurs capitaines à leur tête, se plaçaient en file devant le roi, à droite et à gauche respectivement36, échangeant leur position par rapport au souverain au retour37.

  • 38 Pour les Turcs, la gauche était plus importante que la droite du point de vue du cérémonial.
  • 39 Duindam 2003, p. 182.
  • 40 Comme indiqué dans Anonyme 1504, p. 74.

28Bien entendu, le positionnement d’une unité d’un côté ou de l’autre du souverain n’était pas une question accessoire, car pour des raisons religieuses, dans l’espace de la chrétienté – cela ne concernait pas les Turcs38 –, il était plus prestigieux d’occuper dans un cortège la partie droite ou dextre, place réservée au fils de Dieu, que la gauche ou senestre39. L’appropriation progressive du côté droit par l’unité espagnole finit par la placer en deuxième position dans l’étiquette, mais ce succès ne la contenta pas entièrement, car sous le règne du Roi catholique Ferdinand II d’Aragon, le corps des hallebardiers avait été placé juste derrière le monarque dans les entrées royales40. La même chose se produisait devant la porte de la tente royale lorsque le monarque partait en campagne, comme nous pouvons le voir dans l’image de la tente royale de la salle des Batailles du monastère de l’Escurial, reproduite ici, où les archers apparaissent à la porte de la tente, tandis que les hallebardiers espagnols et allemands se trouvent à gauche et à droite de celle-ci (fig. 3).

Fig. 3 : Fabrizio Castello, La bataille de Saint-Quentin, la tente royale (détail), 1584-1590, peinture à fresque. Madrid, monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, salle des Batailles.

Fig. 3 : Fabrizio Castello, La bataille de Saint-Quentin, la tente royale (détail), 1584-1590, peinture à fresque. Madrid, monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, salle des Batailles.

© Sara Gómez Ventura

  • 41 Anonyme 1616, p. 102.

29Cette insatisfaction augmenta lorsqu’il apparut que, dans les cas de grande affluence du public, la compagnie des gardes du Corps se plaçait toujours autour du souverain, alors que les autres unités étaient chargées de dégager le passage pour le roi et son cortège et d’ouvrir un chemin dans la foule41. En dépit de leur mécontentement, la garde espagnole et la garde allemande ne pouvaient se soustraire aux ordres royaux ; elles se contentaient donc de lutter entre elles pour obtenir une meilleure position quand la compagnie des gardes du Corps n’était pas présente, tout en faisant front commun contre celle-ci lorsqu’elles voyaient s’ouvrir une brèche.

  • 42 Décrit dans AGP, Sección Histórica, caja 171.
  • 43 AGP, Reinados, Carlos II, caja 132, exp. 1667.
  • 44 Voir la protestation des archers du 7 juillet de cette année-là dans AGP, Sección Histórica, caja 1 (...)
  • 45 Instance palatine dont le nom provient du mot français Bureau qui « se constituait en un tribunal d (...)

30C’est ce qui arriva en 1561, lorsque les compagnies espagnole et allemande voulurent contester l’hégémonie des archers dans le placement de la garde nocturne42. Le conflit éclata le vendredi 7 novembre. Les archers invoquèrent le précédent de la Diète d’Augsbourg de 1550 pour exiger que leur paillasse fût placée de la même manière qu’aux sorties du palais, c’est-à-dire au centre et en face de la porte de la salle – les gardes espagnole et allemande devant s’installer sur les côtés. Depuis cette date, les différends avaient toujours été réglés d’un commun accord par les capitaines des trois gardes, en s’adaptant aux différentes configurations spatiales mais toujours en faveur des archers. Au contraire, les hallebardiers espagnols et allemands rappelaient que des tensions survenues en 1550 et 1555 avaient abouti à un partage des deux côtés de l’entrée, l’un pour les archers, l’autre pour les deux autres gardes, qui aurait été observé jusqu’alors. La garde de Corps sortit à nouveau victorieuse de cette controverse, et il fut décidé que son capitaine, les nuits où il serait présent, garderait la clé du palais, et qu’en son absence, ce serait indifféremment le capitaine de la garde espagnole ou allemande qui en serait chargé. L’affaire sembla réglée pendant plus d’un siècle, au cours duquel la situation évolua jusqu’à placer seize gardes de chacune des nations, réduites à douze43 en 1667, pour le service nocturne, dans lequel les archers occupaient la pièce la plus proche de la chambre royale, et les deux autres unités la pièce suivante. Cependant, ces dernières tentèrent d’innover en 1663, en s’installant dans la même pièce que les archers au palais du Buen Retiro, au prétexte que, si elles devaient aller chercher les plats du dîner, elles ne pouvaient accéder à la cuisine de bouche que par cette pièce-là44. Ceci fut à l’origine de quelques affrontements nocturnes que le Bureau45 dut résoudre, donnant une nouvelle fois raison aux archers.

Les gardes face au retrait du monarque

  • 46 Dans la disposition du 19 décembre 1577 relative au service du lieutenant (publiée dans le CD qui a (...)
  • 47 Voir sur ce point le manuscrit conservé à la British Library (désormais BL), Additional, ms. 28.361 (...)
  • 48 Les ordonnances de 1561 et celles de 1580 sont publiées dans le CD qui accompagne Hortal Muñoz 2013

31En 1580, le capitaine de la garde espagnole, Rodrigo Manuel, tenta de modifier le positionnement des gardes lors des sorties publiques du roi pour se rendre à la chapelle royale, en ordonnant à son lieutenant des gardes à pied de se placer à côté des archers derrière le monarque, ce qui allait à l’encontre de ses propres ordonnances46. De même, il ordonna à ses subordonnés de se placer en file devant le roi, alors que jusqu’à cette date ils l’avaient fait en troupe. Les protestations de Charles de Tisnacq, gouverneur de la garde des archers de Corps, ne se firent pas attendre, et le contrôleur Jean Sigoney tout comme le grand maître de la Maison de Bourgogne, le duc d’Albe, rappelèrent à Rodrigo Manuel que cela ne correspondait pas à la tradition47. Le capitaine eut beau invoquer les usages instaurés sous la capitainerie du duc de Feria en 1555-1571 qui se plaçait derrière le roi dans les sorties publiques, on lui rappela que celui-ci avait agi en tant que conseiller d’État et non pas en sa qualité de capitaine de la garde. Rodrigo Manuel invoqua de nouveaux arguments, comme la volonté de rehausser le prestige de sa fonction, de pouvoir défendre la personne du roi (ce qui n’était pas possible en marchant devant lui) et le précédent avec les archiducs Albert et Wenceslas à Madrid, arguments qui ne furent pas davantage écoutés. En raison de cet incident, et après la mort de Rodrigo Manuel quelques mois plus tard, on décida d’inclure dans les nouvelles ordonnances qui furent données au capitaine Velasco une précision quant à la place que devaient occuper le capitaine et le lieutenant lors des sorties publiques du monarque, question qui n’avait pas été abordée dans les ordonnances de la garde de 156148.

  • 49 Ce point a déjà été abordé par Marsden 1960, p. 411, et a été approfondi par López Álvarez 2007, p. (...)

32La date à laquelle se produisit cet incident retentissant ne fut en aucun cas un effet du hasard, car la décennie 1580 s’avéra d’une importance cruciale dans la mise au point du cérémonial des apparitions publiques des monarques hispaniques. À la suite de l’introduction de l’usage du carrosse, on assista à une distanciation et à une sacralisation de la personne du roi, un éloignement déjà visible dans le processus d’institutionnalisation que la monarchie traversait durant ces années49.

  • 50 Checa Cremades 1998, p. 89-104.

33En effet, l’adoption complète du carrosse dans le cérémonial courtisan permit une gradation des distances par rapport au roi par la suppression de l’accompagnement du véhicule et le retrait du monarque grâce aux rideaux. De la même façon, le contrôle strict de l’accès des carrosses et des chevaux au palais favorisa cette distanciation, que Philippe II acheva en se retirant dans des lieux reculés, comme le monastère de Saint-Laurent-de-l’Escurial. Cette disparition du roi aurait son influence dans les arts et se refléterait jusque dans les portraits officiels50.

  • 51 Même si plusieurs avaient déjà eu lieu auparavant, comme celle représentée par le peintre Paulo Van (...)

34La manifestation la plus importante de cet éloignement fut celle des entrées en carrosse, une pratique qui modifia les entrées traditionnelles médiévales amorcées au xive siècle, à cheval et sous le dais, où le monarque prenait la place du Corpus Christi. La cérémonie cessa d’être un dialogue pour se transformer en une démonstration de soumission de la ville, en même temps qu’elle se faisait plus élitiste, plus courtisane et moins populaire. À partir des années 1620, les entrées en carrosse devinrent habituelles, réalisant ainsi le passage définitif du roi guerrier équestre au roi courtisan en voiture51 (fig. 4).

Fig. 4 : Pieter Van Der Meulen [Pablo Van Mullen], Entrée du roi Philippe III dans la ville de Saint-Sébastien, v. 1615, huile sur toile, 177 × 243 cm. Madrid, monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, inv. Nº 50001018.

Fig. 4 : Pieter Van Der Meulen [Pablo Van Mullen], Entrée du roi Philippe III dans la ville de Saint-Sébastien, v. 1615, huile sur toile, 177 × 243 cm. Madrid, monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, inv. Nº 50001018.

© Sara Gómez Ventura

35Les apparitions des successeurs de Philippe II allaient être caractérisées par la volonté de montrer l’invisibilité du monarque et la piété de la dynastie, à l’inverse de ce qui avait été fait précédemment, à savoir afficher la proximité physique du roi pour garantir la cohésion du corps social. Philippe III ferait toutefois figure d’exception, en utilisant ses voyages pour solliciter des subsides de ses royaumes, ce qui augmenta la fréquence de ses apparitions publiques.

  • 52 Sur l’hostilité envers le cérémonial bourguignon, bien qu’à un moment ultérieur, Nader 1988, p. 303 (...)
  • 53 Processus décrit par Labrador Arroyo et López Álvarez 2006.

36En toute logique, la faction courtisane « castillane », instigatrice de cette transformation, défendait la supériorité du cérémonial castillan52, qu’elle implanta dans la Maison des princes, comme auparavant dans celle des reines53. Toutefois, le cérémonial bourguignon continua de prédominer au sein de la Maison du roi et la restriction de l’accès au monarque entraîna le renforcement de la présence de la garde de Corps, qui consolida son hégémonie sur les autres unités. De ce fait, la garde espagnole accepta définitivement sa position secondaire après la polémique de 1580, se résignant comme l’avait déjà fait la garde allemande. Pour autant, les conflits ne cessèrent pas complètement lors des apparitions publiques des monarques suivants ; au contraire, ils continuèrent d’éclater à l’intérieur et à l’extérieur du palais.

  • 54 Gérard 1984.

37Il convient de souligner que les palais de l’Époque moderne imitaient les modèles du sacrum palatium de l’Antiquité tardive, qui supposaient une sacralisation des lieux où la majesté se matérialisait et apparaissait. Ces palais étaient généralement situés au centre des villes, non pas tant pour occuper un lieu précis, que pour placer le prince au centre comme métaphore de l’ordre social54.

  • 55 Gérard 1983.

38Le centre et cœur de l’Alcazar de Madrid était bien entendu la chapelle royale, afin que toutes les familles du palais puissent s’y rendre sans difficultés55. Ce fut l’espace cérémoniel le plus conflictuel de la demeure royale ; en effet, dans ce lieu restreint convergeaient les différentes sphères cérémonielles de tous les membres de la Maison royale et même d’autres instances du royaume. En fonction de l’importance de chacun, on décidait de sa place à l’intérieur de la chapelle et même de son droit à disposer d’une chaise, d’un banc, ou à rester debout.

39La cérémonie commençait lorsque le monarque sortait de sa chambre pour se diriger vers l’église, moment où :

  • 56 « se ponen las guardas de alabarderos españoles y alemanes en ala desde la puerta de la sala de gua (...)

les gardes de hallebardiers espagnols et allemands se placent en aile depuis la porte de la salle de garde jusqu’à la chapelle, les Espagnols à main droite et au retour les Allemands prennent cette place [il décrit les personnages qui passent entre-temps] et ensuite le roi et derrière lui le nonce et les ambassadeurs selon leur ordre et derrière les écuyers et maîtres d’hôtel et derrière viennent en troupe les archers56.

  • 57 Comme on peut le voir dans AGP, Sección Histórica, caja 166 (exp. del conde de Pere).
  • 58 Ainsi que l’établissaient les Etiquetas de palacio (2005 [1651], p. 931-933).
  • 59 Comme nous pouvons le voir dans un texte de Madrid, 9 juin 1701 (AGP, Sección Histórica, caja 168).
  • 60 Ainsi le stipulaient les Constituciones de la compañía de tudescos de la Guarda de la persona Real (...)
  • 61 Comme on peut le voir dans « Planta de la Capilla de Palacio quando Su Magestad sale en público a m (...)

40Une fois dans la chapelle, le roi prend place sous un dais au bout de la nef centrale sur la gauche, un endroit qui devait être tout particulièrement surveillé par les archers, qui eurent quelques déboires avec les valets de fourrière à cause de cela57. Entre le souverain et le banc des grands se trouvait le grand maître, sur un petit tabouret, et derrière lui le lieutenant des archers et deux de ses subordonnés, choisis par le dizenier comme garde58. Bien que les Etiquetas de palacio (« Étiquettes du palais ») de 1651 aient ratifié cette disposition, le lieutenant des archers dut continuer de lutter pour maintenir sa position privilégiée devant les gentilshommes de bouche jusqu’aux règnes des Bourbons59. Les gardes allemande60 et espagnole, quant à elles, devaient surveiller la porte principale et leurs capitaines ne pouvaient se trouver à proximité du roi que s’ils détenaient la condition de Grands et pouvaient alors s’asseoir sur le banc installé pour eux à cet effet61.

  • 62 La réception du duc de Savoie par Philippe II est décrite dans Cock 1876, p. 45.
  • 63 Anonyme 1623.
  • 64 Comme nous pouvons le voir dans Relación verdadera de la entrada del duque de Umena en la Corte de (...)
  • 65 Comme cela a été décrit dans Besamanos del Cardenal de Córdoba y Aragón (Soto y Aguilar s. d. [v. 1 (...)
  • 66 Dans AGP, Reinados, Carlos II, caja 138, exp. 2, le monarque ratifiait en 1679 la nécessité que les (...)
  • 67 Comme indiqué dans le billet de Philippe IV au capitaine Ponce de Leon le 18 juin 1655 (Soto y Agui (...)

41De même, les gardes devaient être le miroir de la magnificence de leur souverain devant les visiteurs étrangers et lors des réceptions en l’honneur de ces derniers, qu’il s’agisse d’audiences au palais ou à l’extérieur. Ainsi, ils devaient être présents lorsque les visiteurs étaient des personnes royales, comme dans le cas du duc de Savoie62 ou du prince de Galles63, des ambassadeurs64 ou des cardinaux65, bien qu’il y eût sous le règne de Charles II une polémique sur le besoin que les gardes apparaissent lors de ces audiences des princes de l’Église66. Leur participation s’étendait même aux baisemains des Grands67 (fig. 5).

Fig. 5 : Juan de la Corte, Fête à la Plaza Mayor de Madrid en l’honneur du prince de Galles, v. 1630, huile sur toile, 158 × 285 cm. Madrid, Museo de Historia de Madrid, inv. nº 00003.422.

Fig. 5 : Juan de la Corte, Fête à la Plaza Mayor de Madrid en l’honneur du prince de Galles, v. 1630, huile sur toile, 158 × 285 cm. Madrid, Museo de Historia de Madrid, inv. nº 00003.422.

Voir la notice de l’œuvre sur la La Red Digital de Colecciones de Museos de España.

Domaine public (Wikimedia Commons)

  • 68 À ce sujet, voir Martínez Millán 2008, p. 65-66.
  • 69 L’itinéraire suivi dans Madrid lors des festivités est décrit dans Cámara Muñoz 1986, p. 68-69.

42Une fois la capitale établie à Madrid en 1561, l’immense majorité des apparitions publiques du monarque à l’extérieur du palais se produisirent dans cette ville, dont la structure avait été profondément modifiée par l’installation de la famille royale et des personnes à son service68. Ce processus, général dans toute l’Europe au cours du xviie siècle, permit l’apparition des villes-capitales du Baroque, avec leurs monuments et leurs tracés urbanistiques révolutionnaires. De fait, l’installation de la Cour justifia beaucoup des réformes urbaines à Madrid, précisément parce qu’elles concernaient des espaces destinés aux fêtes, et des itinéraires de processions furent ainsi créés69 (fig. 6).

Fig. 6 : Anonyme, Perspective de la Plaza Mayor, v. 1635, huile sur toile, 108 × 166 cm. Madrid, Museo Municipal, inv. nº 00003.152.

Fig. 6 : Anonyme, Perspective de la Plaza Mayor, v. 1635, huile sur toile, 108 × 166 cm. Madrid, Museo Municipal, inv. nº 00003.152.

Voir la notice de l’œuvre sur la Red Digital de Colecciones de Museos de España.

Domaine public (Wikimedia Commons)

  • 70 Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], fº 153rº relate ainsi le cas où, alors que le roi, sur le trajet de (...)

43Parmi les sorties royales dans la ville (à Madrid ou dans les villes où le monarque résidait), les principales étaient les sorties vers les églises, qui n’étaient pas exemptes de conflits d’étiquette70. Ces apparitions étaient essentielles pour manifester la grandeur du roi et la dévotion de sa famille, et elles devinrent particulièrement nombreuses sous le règne de Philippe IV. Ce monarque préféra en effet s’éloigner du domaine privé que lui offraient la chapelle royale ou les oratoires du palais, afin de montrer une image choisie à son peuple, illustrant parfaitement cette nouvelle tendance dans la monarchie.

  • 71 La garde allemande établissait dans ses Constituciones que « le Roi sortant à pied, le lieutenant d (...)
  • 72 Comme la prestation de serment du prince Philippe III décrite dans Anonyme 1584, événement qui eut (...)
  • 73 Voir Anonyme s. d. [1681].
  • 74 Sur cette procession, Portús Pérez 1993.
  • 75 Almansa y Mendoza s. d. [v. 1632].
  • 76 Pour connaître le déroulement de la procession de la Fête-Dieu (Corpus Christi), on consultera avec (...)

44Lors de ces cérémonies religieuses à l’extérieur de l’Alcazar, on observe une hiérarchie dans le protocole entre les différents corps de gardes, mais aussi au sein de chaque unité71. Parmi ces cérémonies, signalons les prestations de serment des princes72, les baptêmes des membres de la famille royale73, les processions de la Fête-Dieu (Corpus Christi)74 ou les autodafés75, ces deux dernières s’avérant particulièrement importantes pour le cérémonial. Ainsi, dans les processions de la Fête-Dieu, les archers se plaçaient en demi-cercles concentriques derrière le monarque et son escorte, tandis que la garde espagnole et la garde allemande maintenaient l’ordre en marchant devant le souverain76. Dans les autodafés, les archers se plaçaient au contraire juste en dessous du balcon royal, pendant que les gardes espagnole et allemande, après s’être chargées de contenir la foule, se positionnaient respectivement à droite et à gauche (fig. 7).

Fig. 7 : Francisco Rizzi, Autodafé sur la Plaza Mayor à Madrid, 1683, huile sur toile, 277 x 438 cm. Madrid, musée national du Prado, inv. nº 1126.

Fig. 7 : Francisco Rizzi, Autodafé sur la Plaza Mayor à Madrid, 1683, huile sur toile, 277 x 438 cm. Madrid, musée national du Prado, inv. nº 1126.

Voir la notice de l’œuvre sur le site du musée du Prado.

Domaine public (Wikimedia Commons)

  • 77 Par exemple, Toros y cañas en Valladolid el 10-6-1605 para celebrar la ratificación de las paces co (...)
  • 78 Comme celle de Philippe II à Saragosse décrite par Cock 1876, p. 33-34.
  • 79 Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], f° 146vº-148rº, nous livre une description complète des activités d (...)

45La hiérarchisation entres les gardes pouvait également être observée lors des autres apparitions royales en public, telles que les corridas77, les entrées triomphales du monarque dans les villes78 (avec les transformations que nous avons déjà signalées) ou celles des reines à la cour79 – dans ces dernières, l’absence de la compagnie de Corps permettait aux autres compagnies de se présenter dans toute leur splendeur. L’intervention des gardes durant les voyages royaux et les batailles mérite aussi d’être signalée, même si elle disparut presque complètement après la victoire de Philippe II à Saint-Quentin en 1557 et comme conséquence de la substitution à l’idéal de roi-chevalier de celui de roi-courtisan. Les gardes purent continuer à se rendre sur les champs de bataille à titre exceptionnel. Seul Philippe IV combattit auprès de gardes, pendant les guerres de Catalogne, dans les années 1640.

  • 80 Sur les enterrements royaux, voir Varela 1990.

46Les funérailles royales méritent un développement spécifique, car cette cérémonie connut également une série de modifications importantes sous le règne de Philippe II80. Avant la construction du monastère de Saint-Laurent-de-l’Escurial, la distance à parcourir entre le lieu du décès du monarque et celui de son inhumation obligeait à former trois types de cortèges funéraires : dans le lieu de résidence occasionnel de la cour, sur le chemin et dans les rues du lieu d’enterrement, ce dernier étant le seul à posséder un cérémonial plus ou moins stable. Cette disposition allait être modifiée à la suite du transfert des corps de la famille royale, dispersés dans toute l’Espagne, vers le monastère montagnard de l’Escurial, entre 1573 et 1586, après quoi Philippe II poserait les bases d’un cérémonial funéraire qui durerait près de trois siècles.

  • 81 Surnom donné au roi Philippe II d’Espagne.
  • 82 « Monteros de Espinosa, yo os entrego el cuerpo difunto del rey […] para que lo guardeis ; y habéis (...)

47Renforçant les éléments castillans dans ce cérémonial, les monteros de Espinosa prirent un rôle important dans les enterrements. Ils eurent leur première occasion de s’imposer lorsqu’ils furent chargés de porter les corps de Charles Quint et d’Isabelle de Valois sous le maître-autel de la basilique de Saint-Laurent, mais ils intervinrent de manière encore plus importante après le décès du « Roi prudent81 », puisqu’on les chargea de garder et de reconnaître son corps avant de procéder à sa sépulture. Les monteros accomplirent cette même fonction avec les autres monarques Habsbourg, même si en 1644 le rituel fut modifié quand on décida qu’à la mort d’un roi ou d’une reine, le sommelier de Corps ou la première dame d’honneur leur remettrait le corps en employant la formule suivante : « Monteros de Espinosa, je vous remets le corps défunt du roi […] afin que vous veilliez sur lui ; et vous devez vous tenir en dehors de l’estrade, debout et la tête découverte82. » Après cet énoncé, les monteros, dont le nombre variait entre six et douze, se plaçaient de chaque côté du lit, dans le Grand Salon de l’Alcazar de Madrid, et se relayaient tout le temps que durait la veillée mortuaire, en général trois jours, celui de droite tenant la couronne et celui de gauche le sceptre.

  • 83 Voir la description du transfert du corps du prince Balthazar-Charles en 1646 dans Soto y Aguilar s (...)
  • 84 Anonyme 1611.

48Un autre aspect du cérémonial funéraire fixé après le règne de Philippe II fut celui du transfert du corps des membres de la famille royale qui décédaient hors de la Cour83. Dans le cortège funèbre, les porteurs transportaient le cadavre, flanqués de douze pages avec des flambeaux allumés et douze monteros de Espinosa, tandis que les gardes espagnole et allemande l’entouraient en demi-cercle, avec leurs capitaines et lieutenants à leur tête ; de même, elles étaient chargées d’empêcher l’entrée de la foule dans les églises durant le transfert, ce qu’elles faisaient également lorsque le décès se produisait à Madrid84. Bien sûr, la garde des archers de Corps ne faisait pas partie de ce cortège, car elle devait toujours rester à proximité du monarque vivant. Quant aux viscères royaux, ils étaient transportés de nuit dans un char sous la garde d’un maître d’hôtel, de deux monteros de Espinosa et de quelques serviteurs, et étaient remis à la communauté de Saint-Gilles.

49Au cours du xviie siècle, la plus grande nouveauté introduite dans ce cérémonial funéraire fut la décision que le cadavre royal serait exposé publiquement, et le premier à recevoir un tel traitement fut celui du prince Balthazar-Charles à Saragosse en 1646. Les grands attroupements qui eurent lieu, et qui obligèrent à la multiplication des gardes, compliquèrent le bon déroulement des cérémonies. Malgré cela, il fut décidé de continuer à mettre en œuvre cette exposition publique, si bien que ce cas de figure se reproduisit de nombreuses fois, comme lors de l’enterrement de Marie-Louise d’Orléans en 1689 où le peuple empêcha l’arrivée des monteros à temps pour recevoir le corps.

Les gardes face aux Etiquetas de palacio de 1651 et les transformations du Baroque

  • 85 Labrador Arroyo 2014.

50Alors que les rivalités entre les différentes compagnies de gardes semblaient avoir définitivement clarifié les diverses fonctions de celles-ci dans l’étiquette, les affrontements entre la garde espagnole et la garde allemande connurent une recrudescence au milieu du xviie siècle, dans l’intention de faire pression sur la rédaction des Etiquetas generales de la Monarquía (« Étiquettes générales de la monarchie »). Ce recueil s’inscrit dans le cadre général des modifications que la cour baroque traversait dans toute l’Europe, alors même que celle-ci s’étendait et produisait une série de dispositifs formels servant à diffuser des comportements et des images réglées, que le commun de la société pouvait identifier clairement85.

  • 86 Décrites dans AGP, Sección Histórica, caja 175, exp. 1646.

51Ce conflit latent éclata en 1646, suite aux nombreuses luttes survenues entre les deux unités dans le service quotidien86. Pour gagner du temps, le Bureau encouragea la réalisation d’un plan, qui traitait du service nécessaire lorsque le monarque se rendait à la messe en dehors du palais et précisait à quel moment chaque unité devait occuper sa gauche ou sa droite, véritable objet de convoitise des deux compagnies, avec les problèmes de logistique que les différentes options impliquaient. Cette mesure provisoire ne put enrayer le conflit et mit en évidence la nécessité d’élaborer un document indiquant de manière explicite les règles à suivre (fig. 8).

Fig. 8 : Disposition des gardes royales dans l’église de Santiago, (étiquette de la garde espagnole et allemande dans l’église et le couvent de la Merced et la Victoria en 1646), s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 7279.

Fig. 8 : Disposition des gardes royales dans l’église de Santiago, (étiquette de la garde espagnole et allemande dans l’église et le couvent de la Merced et la Victoria en 1646), s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 7279.

© Patrimonio Nacional

52L’évolution des courants de pensée et des courants artistiques dans les cours européennes s’était traduite par des mutations profondes de l’iconographie monarchique. Aux allégories érudites et complexes de la Renaissance qui atteignirent leur point culminant et se firent encore plus ésotériques avec le maniérisme s’étaient substituées des représentations beaucoup moins sophistiquées et dont le message se dévoilait clairement à l’ensemble des spectateurs.

53Pour les gardes de la monarchie, cela revenait à être identifiées à un chœur céleste d’anges ou de séraphins chargé d’entourer et protéger le monarque des dangers extérieurs, comme le souligne Lope de Vega :

  • 87 « Humilláronse allí, si ser pudiera fuera de sí los Ángeles, Señora, y la primera y media Jerarquía (...)

Les Anges, et la première et moyenne Hiérarchie, s’inclinèrent, Notre Dame, et de leurs armées firent une sphère autour de la Maison où Dieu demeure, et de ce jour il y eut une garde royale ; resplendissante compagnie aux heaumes étoilés et aux plumes de leurs ailes célestes, belles de mille couleurs, elle occupa le seuil des très saintes portes pour garder le Prince, dont le père place aujourd’hui sa demeure en toi, son Épouse et Mère87.

  • 88 Du xve au xviiie siècle, Hercule fut la figure mythologique la plus représentée en Europe, avec not (...)
  • 89 Polleross 1998, p. 45. Voir aussi Saavedra Fajardo 1649.

54Les gardes étaient également associés aux vertus et à la figure d’Hercule. Cette dernière avait évolué peu à peu depuis l’imitatio virtutis de la Renaissance à la gloria virtutis du Baroque ; par le passé, elle avait été à la croisée des représentations, mais elle apparaissait désormais en apothéose, de la même manière que l’on représentait les souverains88. Ce concept aurait été inspiré par la gravure de frontispice de la publication de Diego de Saavedra, Idea principis christiano-politici. L’archiduc Léopold-Guillaume, gouverneur des Flandres, est figuré avec Hercule le tenant par la main et entouré d’une garde d’honneur composée des vertus ; il est reçu parmi les immortels, au nombre desquels se trouvaient des personnages comme Charles Quint ou le roi David89 (fig. 9).

Fig. 9 : Diego de Saavedra Fajardo, L’archiduc Léopold-Guillaume à l’entrée du Panthéon, dans Idea principis christiano-politici, Murcie, 1640.

Fig. 9 : Diego de Saavedra Fajardo, L’archiduc Léopold-Guillaume à l’entrée du Panthéon, dans Idea principis christiano-politici, Murcie, 1640.

Domaine public

  • 90 Alewyn 1964. Sur l’adaptation des palais de l’époque à ce nouveau concept, Baillie 1967.
  • 91 Sur la relation entre théâtre et cour dans la monarchie hispanique, voir Díez Borque 1986.
  • 92 Strong 1984, p. 171-172.

55Parallèlement à cette fixation de l’iconographie, il se produisit un déplacement progressif de la fête vers l’intérieur des palais royaux, où elle se trouvait donc à la vue des courtisans mais hors de portée du peuple90. Cette évolution confirmait ainsi le retrait du monarque, empêchant d’apprécier sa majesté et reléguant les entrées royales au rang d’anachronisme. Pour cette raison, le ballet de cour, caractérisé par des décors en trompe-l’œil qui permettaient les représentations intérieures et les théâtres de cour permanents, commencerait à se diffuser et atteindrait son apogée sous Louis XIV91. On récupérerait également les tournois, plus précisément les tournois à thème, dans lesquels seuls les courtisans avaient leur place. En définitive, les thèmes de la fête courtisane renaissante étaient passés de la contemplation de l’harmonie cosmique et de son reflet dans la société, à celle du monarque comme genèse de cette harmonie, dans une sphère différente de celle de ses sujets et complètement hors de portée de ces derniers92.

  • 93 Boucher 1982, p. 376-378.
  • 94 Sur l’évolution des gardes royales françaises, avec une bibliographie détaillée, Hortal Muñoz 2013, (...)

56Dans cette idée, certaines monarchies firent évoluer leurs compagnies de gardes, ou en créèrent de nouvelles, afin de protéger les sites royaux où se dérouleraient ces divertissements, séparant ainsi ces espaces de celui du reste de la société. Le cas de la France fut exemplaire à cet égard, car depuis la mort d’Henri II et le début des guerres de Religion, ce royaume connaissait une situation politique instable, ce qui eut des répercussions évidentes sur les unités de garde93. Leur nombre s’accrut considérablement et leurs effectifs furent modifiés pour qu’elles agissent comme pacificatrices ; en outre, une nouvelle division entre les unités apparut : « gardes du dedans et du dehors du Louvre »94. La structure des unités du dedans du Louvre et le nombre de leurs membres ne varièrent pratiquement pas durant cette période et ce jusqu’au règne de Louis XIV. En revanche on leur confia une mission supplémentaire pour pacifier le royaume : aider le personnel de justice de la Maison royale dirigé par le prévôt de l´hôtel.

57La grande nouveauté fut le renforcement et la création de nombreuses unités dites « du dehors du Louvre », dont les fonctions principales étaient de surveiller les extérieurs des palais et de participer aux campagnes militaires en tant que force d’élite indissociablement liée au monarque. Nous pouvons y voir l’origine de la maison militaire du roi sous Louis XIV.

  • 95 Mansel 1984, p. 9.

58À la suite de toutes ces modifications, les gardes françaises formaient, vers 1625, un ensemble de 6 000 à 7 000 soldats, dont les différentes unités se partageaient l’espace physique et cérémoniel autour du monarque. Ainsi, les gardes du Corps se trouvaient toujours à côté du roi, les Cent-Suisses et les gardes de la Porte gardaient les entrées du palais, les Cent-gentilshommes apparaissaient à la cour uniquement les jours de grandes cérémonies et les gardes françaises et suisses – ainsi que les écossaises tout le temps qu’elles existèrent – gardaient l’extérieur du palais, tandis que les chevau-légers, les gendarmes et les mousquetaires escortaient le roi durant ses voyages95.

  • 96 Hortal Muñoz 2011b.
  • 97 Martínez Ruíz et Pi Corrales 2010.
  • 98 Hortal Muñoz 2014a et 2014b.
  • 99 Martínez Millán et Hortal Muñoz 2015.

59Cet ensemble, qui servit de modèle à de nombreux royaumes européens, ne put être transposé tel quel dans la monarchie hispanique, où les gardes royales étaient davantage un corps de parade et cérémoniel qu’une véritable force militaire ou de surveillance des sites royaux96. Ces deux fonctions spécifiques ne seraient organisées au sein des gardes royales espagnoles qu’au xviiie siècle97, à un moment où les résidences royales de la monarchie espagnole auraient resserré leur lien avec le reste de la Cour et serviraient à structurer plus efficacement la monarchie98, suite à l’effondrement de la Maison royale en tant qu’outil principal d’intégration des élites qui la composaient99 (fig. 10).

Fig. 10 : Joan Blaeu, d’après Juan de Herrea (dessin) et Pedro Perret (gravure), Vue en perspective du monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, gravure, xviie siècle, 25,2 × 38,2 cm.

Fig. 10 : Joan Blaeu, d’après Juan de Herrea (dessin) et Pedro Perret (gravure), Vue en perspective du monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, gravure, xviie siècle, 25,2 × 38,2 cm.

Domaine public (Wikimedia Commons)

  • 100 Voir Hortal Muñoz 2013, chap. III : « Las guardas en el contexto de la Casa Real de los monarcas Au (...)

60L’adoption de ces nouvelles fonctions – celles d’être des unités d’élite des armées royales capables de faire face aux frondes que certains monarques subissaient et d’assurer la surveillance extérieure des résidences royales –, indispensables dans des corps de garde modernes, fut un échec. À celui-ci s’ajouta l’effondrement des fonctions jusque-là traditionnelles de la garde royale, telles que la défense des personnes royales, l’intégration des élites territoriales, la participation aux apparitions publiques du monarque, ainsi que la représentation des différentes nations qui composaient la Monarchie. Tout ceci engendra un déclin de ces corps reflété dans les Étiquettes générales100.

  • 101 Actuellement conservés dans AGP, Planos, 4096-4108 ; ils se trouvaient auparavant dans Sección Hist (...)

61En effet, la monarchie hispanique ne fut pas différente des autres monarchies de l’époque et Philippe IV confia à plusieurs de ses courtisans les plus chevronnés la charge de compiler les différents usages cérémoniels et juridictionnels de ses Maisons royales, afin de fixer de la manière la plus complète possible l’accès à sa personne. Le texte définitif, après un long processus de rédaction, vit le jour sous le nom d’Étiquettes du palais le 11 février 1651. Ce cadre normatif fut complété par une série de plans illustratifs et explicatifs, dans lesquels était détaillée la façon dont devaient se placer aussi bien les différentes divisions de la Maison royale que les différents représentants du royaume durant les cérémonies. Le grand maître des appartements Juan Gómez de Mora fut chargé de la réalisation des dessins qui accompagnaient le texte original des Etiquettes101.

62Ces plans sont une source de premier ordre pour connaître la disposition des gardes lors des différentes cérémonies, même si, pour la plupart, ils reproduisent ce qui se faisait déjà précédemment. Examinons avec plus d’attention les plans où apparaît la position des compagnies de garde.

  • 102 Etiquetas de 1651, p. 913.

63Sur le « Plan de l’escorte de l’entrée des seigneurs rois après leur accession au trône » (« Planta del acompañamiento de la entrada de los señores Reyes después de heredados », fig. 11), nous voyons que les hallebardiers espagnols et allemands étaient situés de chaque côté de l’escorte qui se trouvait devant le roi et qui était composée des trompettes et tambours, juges de cour, capitaines ordinaires, écuyers, maîtres d’hôtel,… Bien que l’ordre dans lequel ils devaient marcher ne soit pas indiqué, le texte des Étiquettes établissait que la garde espagnole était située à droite et l’allemande à gauche, tandis que les capitaines de chaque unité dégageaient le passage102. Venait ensuite le roi et juste derrière lui le premier écuyer, le sellier et un autre groupe de personnes placées en demi-cercle – le grand maître, le grand écuyer, le nonce et les ambassadeurs de Pologne, de Venise et d’Allemagne –, le capitaine des archers se tenant à l’extrémité gauche de celui-ci. Cette deuxième partie du cortège était entourée par la garde de Corps, formant un demi-cercle, alors que derrière se plaçaient les chevaux et les carrosses de parade. Cette distribution est reproduite dans le « Plan de l’escorte qui conduit sa Majesté le jour où elle sort à cheval en public » (« Planta del acompañamiento que lleba su Magestad el día que sale a caballo en público », fig. 12).

Fig. 11 : « Plan de l’escorte de l’entrée des seigneurs rois après leur accession au trône », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4096.

Fig. 11 : « Plan de l’escorte de l’entrée des seigneurs rois après leur accession au trône », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4096.

© Patrimonio Nacional

Fig. 12 : « Plan de l’escorte qui conduit sa Majesté le jour où elle sort à cheval en public », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4105.

Fig. 12 : « Plan de l’escorte qui conduit sa Majesté le jour où elle sort à cheval en public », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4105.

© Patrimonio Nacional

64Pour sa part, le « Plan de l’escorte de l’entrée des dames reines d’Espagne à la Cour » (« Planta del acompañamiento de la entrada de las señoras Reynas de España en la Corte », fig. 13), traitait de l’escorte qui se déroulait en grande pompe. Lors de cette cérémonie, les gardes de hallebardiers se plaçaient dans le même ordre que lors de l’entrée des rois après les héritiers, c’est-à-dire autour de la première partie du cortège, alors que leurs lieutenants se plaçaient entre les officiers des écuries et les écuyers. L’absence des archers qui, en toute logique, se trouvaient à côté du monarque, augmentait l’importance de la garde à cheval – unité qui n’apparaissait qu’à cette occasion et lors des enterrements royaux, pour le transport du corps –, située en demi-cercle autour de la deuxième partie du cortège, qui était menée par la reine.

© Patrimonio Nacional

  • 103 Nous avons déjà détaillé plus haut la répartition dans la chapelle du palais, qui apparaît dans le (...)

65Dans le « Plan de l’église Saint-Jérôme et places que chacun occupe lors du serment des Sérénissimes Seigneurs Princes » (« Planta de la iglesia de San Jerónimo y lugares que cada uno tiene en el juramento de los Serenísimos Señores Príncipes », fig. 14), seuls se tiennent à l’intérieur de l’église les deux archers qui accompagnaient le monarque lorsqu’il se rendait à la messe103. Dans cette église, toutefois, ils étaient placés à droite de la nef centrale, derrière le banc des Grands, alors que le rideau du roi et de sa famille était situé à droite du maître-autel – contrairement à la chapelle l’Alcazar royal où le rideau était à gauche. Les autres gardes se postaient à l’extérieur de l’église pour faire le guet et interdire l’entrée aux curieux.

Fig. 14 : « Plan de l’église Saint-Jérôme et places que chacun occupe lors du serment des Sérénissimes Seigneurs Princes », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4100.

Fig. 14 : « Plan de l’église Saint-Jérôme et places que chacun occupe lors du serment des Sérénissimes Seigneurs Princes », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4100.

© Patrimonio Nacional

66Le « Plan de la procession de la Fête-Dieu lorsque sa Majesté se trouve à Madrid » (« Planta de la procesión del Corpus allándose su Magestad en Madrid », fig. 15) montre la disposition traditionnelle : la garde espagnole à droite et l’allemande à gauche, toutes deux en file, encadrant la première partie du cortège, où se trouvaient les membres des ordres religieux, les conseillers et les titrés, alors que les archers se plaçaient en demi-cercle autour de la deuxième partie du cortège, menée par le monarque. Les capitaines, pour leur part, se plaçaient à la tête de leurs unités respectives.

Fig. 15 : « Plan de la procession de la Fête-Dieu lorsque sa Majesté se trouve à Madrid », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4103.

Fig. 15 : « Plan de la procession de la Fête-Dieu lorsque sa Majesté se trouve à Madrid », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4103.

© Patrimonio Nacional

67Le « Plan de l’escorte de Ses Majestés lorsque notre seigneur le roi sort à cheval et notre dame la reine en carrosse » (« Planta del acompañamiento de Sus Magestades saliendo el Rey nuestro señor a cavallo y la Reyna nuestra señora en coche », fig. 16) s’avère très intéressant car il montre le moment où l’on pouvait observer la rencontre de leurs deux étiquettes. Les archers conservaient leur position dominante. La nouveauté ici, par rapport à d’autres cortèges, était que le capitaine des archers était placé juste derrière le carrosse de la reine et le cheval du roi, et à côté du grand maître et du grand écuyer du roi.

Fig. 16 : « Plan de l’escorte de Ses Majestés lorsque notre seigneur le roi sort à cheval et notre dame la reine en carrosse », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4104.

Fig. 16 : « Plan de l’escorte de Ses Majestés lorsque notre seigneur le roi sort à cheval et notre dame la reine en carrosse », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4104.

© Patrimonio Nacional

68Enfin, le « Plan de l’enterrement des seigneurs rois et princes ayant prêté serment » (« Planta del entierro de los Señores Reyes y Príncipes jurados », fig. 17), montre l’importance des monteros de Espinosas, douze d’entre eux étant placés de chaque côté de la litière où se trouvait le corps, ainsi que l’importance de l’unité à cheval, qui fermait l’escorte, en forme de demi-cercle. Le capitaine de la garde espagnole avait une position de premier plan : il était placé juste devant la litière, alors que le lieutenant dirigeait l’unité à cheval derrière celle-ci, à la suite de l’évêque qui célébrait les offices et du maître d’hôtel du roi. La garde allemande et la garde de Corps, pour leur part, étaient placées autour du nouveau monarque.

Fig. 17 : « Plan de l’enterrement des seigneurs rois et princes ayant prêté serment », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4106.

Fig. 17 : « Plan de l’enterrement des seigneurs rois et princes ayant prêté serment », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4106.

© Patrimonio Nacional

69En somme, les plans de Juan Gómez de Mora que nous avons mentionnés ont permis de définir de manière claire, mais temporaire, la place des gardes royales au sein de l’espace courtisan de la monarchie espagnole.

Conclusion

  • 104 Qui se trouve à la Biblioteca da Ajuda, Cód. ms. 51-IX-10, fos 43-44.

70Les Etiquetas generales de la Monarquía et les plans mentionnés visaient à mettre un terme aux conflits entre les différents départements de la Maison autour de querelles cérémonielles. Toutefois, concernant les gardes, ce fut un échec, car les affrontements entre l’unité espagnole et l’unité allemande continuèrent. De ce fait, il devint nécessaire vers 1660 d’élaborer une liste des cas où les deux unités assistaient ensemble au service royal et l’ordre qu’elles devaient respecter, en insistant tout particulièrement sur le côté qu’elles devaient occuper104.

  • 105 Comme étudié dans Hortal Muñoz 2013, dans son chapitre 12 intitulé « La sustitución de las guardas (...)
  • 106 Andújar Castillo 2013.

71Cette nouvelle fixation des usages permit, sous le règne de Charles II, de réduire les conflits entre les différents corps par rapport aux règnes précédents. Cependant, la perte d’éclat progressive qu’avaient connue toutes les compagnies de garde réduisit peu à peu la splendeur des apparitions publiques du monarque, si bien que cette fonction d’apparat associée aux gardes perdit progressivement sa raison d’être. Cette splendeur des époques antérieures ne réapparut qu’avec les Bourbons, dont l’étiquette renforça entre autres figures celle du capitaine de la garde de Corps105. Mais, pour ce faire, il fut nécessaire de remplacer les anciens corps de garde dont disposaient les Habsbourg, à l’exception des monteros de Espinosa, par de nouvelles unités susceptibles de répondre aux besoins de la monarchie, et notamment à ses besoins cérémoniels. Ainsi, durant la première décennie du règne de Philippe V, une série de changements se produisirent, qui modifièrent substantiellement cette section de la Maison, condamnant à l’oubli les corps qui avaient été liés aux monarques hispaniques depuis la fin du xve siècle106.

Haut de page

Bibliographie

Sources manuscrites

Anonyme, s. d. [1681], Loa de la etiqueta y oficios de las Casas Reales, que se representó à sus Magestades en el Real Sitio de Aranjuez, en la fiesta que los Criados de ambas Casas Reales hizieron el día de San Phelipe à dos de Mayo de este año de 1681, à la celebridad del nombre del Serenissimo Señor Duque de Orleans, Dignissimo Padre de la Reyna nuestra señora Doña María Luisa de Borbón, que Dios guarde, Bibliothèque nationale d’Espagne, T/1558 (il existe une copie à la Hispanic Society of America).

Soto y Aguilar, Diego de, s. d. [v. 1663], Tratado sobre las Guardas Españolas amarilla, vieja y a caballo desde Fernando el Católico hasta Felipe IV, Madrid, Bibliothèque nationale d’Espagne, ms. 2047.

Sources imprimées

Almansa y Mendoza Andrés de, s. d. [v. 1632], Relación del Auto de la Fe, que se celebró en Madrid, Domingo a quatro de Iulio de MDCXXXII, s. l., s. n. ; publié dans Simón Díaz 1982, p. 420.

Anonyme, 1504, « Entrada del Rey Católico en Nápoles », publié dans Rodríguez Villa Antonio (dir.), 1908, Cartas del Gran Capitán, Madrid, Sociedad de Bibliófilos Españoles, vol. 2.

Anonyme, 1584, Juramento del Príncipe D. Felipe, s. l., s. n. ; publié dans Simón Díaz 1982, 1982, p. 22.

Anonyme, 1611, Relación de las honras funerales a la reina en San Jerónimo en 1611 ; publié dans Simón Díaz 1982, p. 79.

Anonyme, 1616, Relación de la fiesta solemníssima que uvo en Madrid, a la Traslación del Convento y Monjas de la Encarnación, fundación de la Reyna nuestra señora Doña Margarita de Austria, que está en el Cielo, y de la suntuosidad de Altares y Real acompañamiento de los Príncipes y Grandes a dos de Iulio deste año, Séville, Alonso Rodríguez Gamarra ; publié dans Simón Díaz 1982, p. 100-106.

Anonyme, 1623, Relación de lo sucedido en esta Corte, sobre la venida del Príncipe de Inglaterra : desde 16 de Março de 623 hasta la Pasqua de Resurrección, Valence, Miguel Sorolla ; publié dans Simón Díaz 1982, p. 204-209.

Anonyme, s. d., Relación verissima, de el grandioso acompañamiento, y Bautismo, de la Serenissima Princesa, Doña Margarita, Maria, Catalina, Séville, Juan de Cabrera ; publié dans Simón Díaz 1982, p. 273.

Calvete De La Estrella Juan Cristóbal, 1552, El felicíssimo viaje del muy alto y muy poderoso Príncipe don Phelippe, Anvers, casa de Martín Nuncio ; rééd. 2001, éd. P. Cuenca, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V.

Cock Hendrick, 1876 [1585], Relación del viaje hecho por Felipe II en 1585, a Zaragoza, Barcelona y Valencia, éd. A. Morel-Fatio et A. Rodríguez Villa, Madrid, Imprenta de Aribau y Compañía.

De La Concepción San Juan Bautista (Juan García López), 1995 [v. 1605], La llaga de amor, éd. J. Pujana, Madrid, Editorial Católica ; [en ligne] Real Academia Española, Banco de datos, Corpus Diacrónico del Español (CORDE). URL : http://corpus.rae.es/cordenet.html (consulté le 7 juin 2008).

De La Escalera Guevara Pedro, 1735, Origen de los monteros de Espinosa, su calidad, exercicio, preheminencias, y exempciones, Madrid, Imprenta de Lorenzo Francisco Mojados.

Etiquetas de palacio ordenadas por el año de 1562 y reformadas el de 1617, 2005 [1651], dans Martínez Millán J. et Fernández Conti S., 2005, La monarquía de Felipe II : la Casa del rey, Madrid, Fundación MAPFRE-Tavera, vol. 2, p. 835-999.

Lope de Vega Carpio Félix, 1612, Pastores de Belén, prosas y versos divinos, (éd. de Antonio Carreño, Barcelona, PPU, 1991, p. 134) ; [en ligne] Real Academia Española, Banco de datos, Corpus Diacrónico del Español (CORDE). URL : http://corpus.rae.es/cordenet.html (consulté le 7 juin 2008).

Núñez de Castro Alonso, 1658, Libro histórico político. Sólo Madrid es corte y el cortesano en Madrid, Madrid, Roque Rico de Miranda.

Saavedra Fajardo Diego, 1649, Idea principis christiano-politici centum symbolis expressa, [en ligne], Bruxelles, Francisci Vivieni. URL : http://www.fondiantichi.unimo.it/fa/emblem01/721267em.html.

Études

Alewyn Richard, 1964, L’univers du baroque, suivi de Les fêtes baroques, Genève, Gonthier.

Álvarez-Ossorio Alvariño Antonio, 2000, « Introducción », dans Martínez Millán J. (dir.), La corte de Carlos V, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, t. 5, p. 7-42.

Alvarez-Ossorio Alvariño Antonio, 2005, « Las guardas reales en la corte de los Austrias y la salvaguarda de la autoridad regia », dans Martínez Millán J. et Fernández Conti S. (dir.), La monarquía de Felipe II : la Casa del Rey, Madrid, Fundación MAPFRE-Tavera, vol. 1, p. 430-450.

Andújar Castillo Francisco, 2013, « Nueva corte, nueva seguridad para el Rey : la creación del “ejército cortesano” en tiempos de Felipe V », dans Martínez Millán J., Camarero Bullón C. et Luzzi Traficante M. (dir.), La corte de los Borbones : crisis del modelo cortesano, Madrid, Polifemo, vol. 1, p. 337-366.

Aranda Doncel Juan et Martínez Millán José (dir.), 2016, Las caballerizas reales y el mundo del caballo, Cordoue, Instituto universitario « La Corte en Europa » – UAM et Córdoba Equestre.

Arnade Peter, 1996, Realms of Ritual : Burgundian Ceremony and Civic Life in Late Medieval Ghent, Ithaca (NY)-Londres, Cornell University Press.

Baillie Hugh Murray, 1967, « L’étiquette et la distribution des appartements officiels dans les palais baroques », traduit de l’anglais par Cédric Michon, Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [en ligne], mis en ligne le 22 décembre 2014. URL : http://crcv.revues.org/12137 ; DOI : 10.4000/crcv.12137 [« Etiquette and the planning of state apartments in baroque palaces », Archaeologia or Miscellanous Tracts Relating to Antiquity, nº 101, p. 167-199].

Barbeito José Manuel, 2005, « El manuscrito sobre Protocolo y Disposición en los Actos Públicos, de la Biblioteca de Palacio », Reales Sitios, nº 163, p. 36-51.

Benito Fraile Emilio Javier de, 1994, « La Real Junta del Bureo », Cuadernos de Historia del Derecho, vol. 1, p. 49-124.

Bertelli Sergio, 1990, Il corpo del re : sacralità del potere nell´Europa medievale e moderna, Florence, Ponte alle Grazie.

Bloch Marc, 1924, Les rois thaumaturges, Strasbourg-Paris, Librairie Istra.

Boucher Jacqueline, 1982, « L’évolution de la Maison du roi : des derniers Valois aux premiers Bourbons », Dix-septième siècle, nº 137, p. 359-379.

Bouza Fernando, 2000, « El espacio en las fiestas y en las ceremonias de corte : lo cortesano como dimensión », dans La fiesta en la Europa de Carlos V, cat. exp., (Séville, Real Alcázar, sept.-nov. 2000), Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, p. 155-173.

Cámara Muñoz Alicia, 1986, « El poder de la imagen y la imagen del poder : la fiesta en Madrid en el Renacimiento », dans Madrid en el Renacimiento, cat. exp. (Alcalá de Henares, oct.-déc. 1986), Madrid, Comunidad de Madrid, p. 61-93.

Carrangeot Delphine, 2011, « Le thème impérial dans les entrées de Charles Quint en Italie du Nord (1530-1541) », Revista de Historiografia, no 14, année VIII, janvier, p. 12-25.

Checa Cremades Fernando, 1998, « Monarchic liturgies and the “hidden king” : the function and meaning of spanish royal portraiture in the sixteenth and seventeenth centuries », dans Ellenius 1998, p. 89-104.

Checa Cremades Fernando et Fernández-González Laura (dir.), 2015, Festival Culture in the World of the Spanish Habsburgs, Farnham, Ashgate.

Chroscicki Juliusz, 1988, « Ceremonial Space », dans Ellenius 1998, p. 191-216.

Costa Gomes Rita, 1995, « Usages de cour et cérémonial dans la péninsule Ibérique à la fin du Moyen Âge », dans Duroux Rose (dir.), dans Les Traités de savoir-vivre en Espagne et au Portugal du Moyen Âge à nos jours, Clermont-Ferrand, Université Blaise-Pascal, p. 3-17.

Cosandey Fanny, 2000, La reine de France : symbole et pouvoir, xve-xviiie siècles, Paris, Gallimard.

Crang Mike, 2009, « Spaces in theory, spaces in history and spatial historiographies », dans Political Space in Pre-Industrial Europe, Farnham, Ashgate, p. 249-265.

Damen Mario, 2012, « Tournament Culture in the Low Countries and England », dans Skoda H., Lantschner P. et Shaw R. (dir.), Contact and Exchange in Later Medieval Europe : Essays in Honour of Malcolm Vale, Woodbridge-Rochester, Boydell & Brewer, p. 247-266.

Damen Mario, 2016, « The town as a stage ? Urban space and tournaments in late medieval Brussels », Urban History, 43(1), 47-71. URL : https://www.cambridge.org/core/journals/urban-history/article/town-as-a-stage-urban-space-and-tournaments-in-late-medieval-brussels/7510B6374A3F9C384916D9CC1E0EA686 DOI : 10.1017/S0963926814000790.

Díez Borque José María (dir.), 1986, Teatro y fiesta en el barroco : España e Iberoamérica, Barcelone, Ediciones del Serbal.

Domínguez Casas Rafael, 2000, « Fiesta y ceremonial borgoñón en la corte de Carlos V », dans M. J. Redondo Cantera et M. A. Zalama (dir.), Carlos V y las artes : promoción artística y familia imperial, Valladolid, Universidad-Junta de Castilla y León-Consejería de Educación y Cultura, p. 13-44.

Domínguez Casas Rafael, 2006, « Estilos y rituales de corte », dans M. A. Zalama et P. Van den Broeck (dir.), Felipe I el Hermoso : la belleza y la locura, Madrid, Centro de Estudios de Europa Hispánica, p. 89-103.

Duindam Jeroen, 2003, Vienna and Versailles : the Courts of Europe´s Dynastic Rivals, 1550-1780, Cambridge, Cambridge University Press.

Ellenius Allan (dir.), 1998, Iconography, Propaganda and Legitimation, Oxford, Oxford University Press.

Fantoni Marcello, Morse George et Smuts Malcolm (dir.), 2009, The Politics of Space : European Courts ca. 1500-1750, Rome, Bulzoni.

Gérard Véronique, 1983, « Los sitios de devoción en el Alcázar de Madrid : capilla y oratorios », Archivo Español de Arte, nº 57, p. 275-284.

Gérard Véronique, 1984, De castillo a palacio. El Alcázar de Madrid en el siglo XVI, trad. du français par Juan del Agua, Bilbao, Xarait.

Hortal Muñoz José Eloy, 2011a, « La Noble Guarda de Archeros de Corps en el contexto de la Casa Real de los monarcas Austrias Hispanos », dans R. Vermeir , R. Fagel et M. Ebben (dir.), Agentes e identidades en movimiento : España y los Países Bajos siglos XVI-XVIII, Madrid, Sílex, p. 191-230.

Hortal Muñoz José Eloy, 2011b, « Las guardas de los Austrias, ¿cuerpo militar o de parada ? », dans S. Granda Lorenzo, L. Martínez Peñas et M. Fernández Rodríguez (dir.), Perspectivas jurídicas e institucionales sobre guerra y ejército en la Monarquía Hispánica, Madrid, Dykinson, p. 119-151.

Hortal Muñoz José Eloy, 2013, Las Guardas Reales de los Austrias hispanos, Madrid, Polifemo.

Hortal Muñoz José Eloy, 2014a, « La integración de los Sitios Reales en el sistema de corte durante el reinado de Felipe IV », Libros de la corte, nº 8, p. 27-47.

Hortal Muñoz José Eloy, 2014b, « El personal de los Sitios Reales desde los últimos Habsburgo hasta los primeros Borbones : de la vida en la periferia a la integración en la Corte », dans L. D’Alessandro, F. Labrador Arroyo et P. Rossi (dir.), Siti Reali in Spagna e in Italia. Tra Madrid e Napoli : aspetti e temi di una storia del territorio, Naples, Università degli Studi suor Orsola Benincasa-Fondazione Roma Mediterraneo, p. 75-95.

Hortal Muñoz José Eloy, 2017, « Le modèle bourguignon de garde royale dans l’Europe des xve et xvie siècles : succès et développement », dans Delsalle P., Docquier G., Marchandisse A. et Schnerb B. (dir.), « Pour la singuliere affection qu’avons a luy », Études bourguignonnes offertes à Jean-Marie Cauchies, Turnhout, Brepols.

Hortal Muñoz José Eloy et Labrador Arroyo Félix (dir.), 2014, La Casa de Borgoña. La Casa del rey de España, Louvain, Leuven University Press.

Hortal Muñoz José Eloy et Labrador Arroyo Félix, à paraître (2018), « The Entourage of Prince Philip II in Connection with the Felicissimo Viaje : The Beginning of Burgundian Etiquette at the Spanish Court? », dans MacGowan M., Shewring M., Mulryne R., Canova-Green M.-Cl. et De Jonge K. (dir.), Charles V, Prince Philip and the Politics of Succession : Imperial Festivities in Mons and Hainault, 1549, New York, Routledge.

Jung Marc-René, 1966, Hercule dans la littérature française du xvie siècle. De l’Hercule courtois à l’Hercule baroque, Genève, Droz.

Kingston Ralph, 2010, « Mind Over Matter ? History and the Spatial Turn », Cultural and Social History, nº 7, p. 111-121.

Labrador Arroyo Félix et López Álvarez Alejandro, 2006, « Las caballerizas de las reinas en la monarquía de los Austria : cambios institucionales y evolución de las etiquetas, 1559-1611 », Studia histórica : Historia moderna, nº 28, p. 87-140.

Labrador Arroyo Félix, 2014, « La formación de las Etiquetas Generales de Palacio en tiempos de Felipe IV : la Junta de Etiquetas, reformas y cambios en la Casa Real » dans Hortal Muñoz et Labrador Arroyo 2014, p. 99-128.

Landwher John, 1971, Splendid ceremonies. State entries and royal funeral in the Low Countries, 1515-1791, Leyde, B. de Graaf.

Lecuppre-Desjardin Élodie, 2004, La ville des cérémonies : essai sur la communication politique dans les anciens Pays-Bas bourguignons, Turnhout, Brepols.

López Álvarez Alejandro, 2007, Poder, lujo y conflicto en la Corte de los Austrias : coches, carrozas y sillas de mano, 1550-1700, Madrid, Polifemo.

López Álvarez Alejandro, 2014, « Some reflections on the ceremonial and image of the kings and queens of the House of Habsburg in the sixteenth and seventeenth centuries », dans Vermeir René, Raeymaekers Dries et Hortal Muñoz José Eloy (dir.), A Constellation of Courts : the Courts and Households of Habsburg Europe, 1555-1665, Louvain, Leuven University Press, p. 267-321.

Mansel Philip, 1984, Pillars of Monarchy : an Outline of the Political and Social History of Royal Guards 1400-1984, Londres, Quartet Books.

Marsden Charles A., 1960, « Entrées et fêtes espagnoles au xvie siècle », dans J. Jacquot (dir.), Fêtes et cérémonies au temps de Charles Quint, Paris, CNRS.

Martínez Millán José (dir.), 2000, La Corte de Carlos V, 5 vol., Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V.

Martínez Millán José et Hortal Muñoz José Eloy (dir.), 2015, La Corte de Felipe IV (1621-1665) : reconfiguración de la Monarquía católica, 3 vol., Madrid, Polifemo.

Martínez Millán José, 1999, « El control de las normas cortesanas y la elaboración de la pragmática de cortesías (1586) », Edad de Oro, n° 18, p. 103-133.

Martínez Millán José, 2008, « Introducción. La monarquía de Felipe III : corte y reinos », dans Id. et M. A. Visceglia (dir.), La monarquía de Felipe III, Madrid, Fundación MAPFRE-Tavera, vol. 3, p. 41-81.

Martínez Millán José, 2011, « Corte y casas reales en la monarquía hispana : la imposición de la casa de Borgoña », Obradoiro de historia moderna, nº 20, p. 13-42.

Martínez Ruíz Enrique et Pi Corrales Magdalena de Pazzis, 2010, Protección y seguridad en los Sitios Reales desde la Ilustración al liberalismo, Alicante, Universidad de Alicante.

McDonald William C., 1976, « Maximilian I of Habsburg and the Veneration of Hercules », Journal of Medieval and Renaissance Studies, nº 6, p. 139-154.

Mínguez Víctor, Rodríguez Moya Inmaculada, Chiva Juan et González Tornel Pablo, 2016, La fiesta barroca. La Corte del Rey (1555-1808), Castellón, Universidad Jaume I.

Mitchell Bonner, 1979, Italian Civic Pageantry in the High Renaissance : A Descriptive Bibliography of Triumphal Entries and Selected Other Festivals for State Occasions, Florence, Casa Editrice Leo S. Olschki.

Mitchell Bonner, 1986, The Majesty of the State : Triumphal Progresses of Foreign Sovereigns in Renaissance Italy (1494-1600), Florence, Casa Editrice Leo S. Olschki.

Muir Edward, 2001 [1997], Fiesta y rito en la Europa moderna, traduit de l’anglais en espagnol par Ana Márquez Gómez, Madrid, Editorial Complutense [Ritual in Early Modern Europe].

Mulryne J. Ronnie, Aliverti Maria Ines et Testaverde Anna Maria (dir.), 2015, Ceremonial Entries in Early Modern Europe : the Iconography of Power, Farnham, Ashgate Publishing.

Nader Helen, 1988, « Habsburg ceremony in Spain : the reality of the myth », Historical Reflections / Réflexions historiques, nº 15, p. 293-309.

Nieto Soria José Manuel, 1993, Ceremonias de la realeza : propaganda y legitimación en la Castilla Trastámara, Madrid, Nerea.

Polleross Friedrich, 1998, « From the “exemplum virtutis” to the Apotheosis : Hercules as an identification figure in portraiture : an example of the adoption of classical forms of representation », dans Ellenius 1998, p. 37-62.

Portús Pérez Javier, 1993, La antigua procesión del Corpus Christi en Madrid, Madrid, Comunidad de Madrid, Consejería de Educación y Cultura, Centro de Estudios y Actividades Culturales.

Diccionario de la lengua española de la Real Academia, 2001, Madrid, Real Academia española, 22e édition [en ligne]. Url : http://lema.rae.es/drae2001/.

Raeymaekers Dries et Derks Sebastiaan (dir.), 2016, The Key to Power ? The Culture of Access in Princely Courts, 1400-1750, Leyde, Brill.

Sánchez-moreno del Moral Fernando, 1992, Los leales monteros de Espinosa, Burgos, Diputación Provincial.

Simón Díaz Jose (éd.), 1982, Relaciones breves de actos públicos celebrados en Madrid de 1541 a 1650, Madrid, Instituto de Estudios Madrileños.

Strong Roy C., 1984, Art and power : Renaissance festivals, 1450-1650, Woodbridge, Boydell Press.

Varela Javier, 1990, La muerte del rey : el ceremonial funerario de la Monarquía Española (1500-1885), Madrid, Ediciones Turner.

Varey John E., 1973, « Processional Ceremonial of the Spanish Court in the Seventeenth Century », dans K.-H. Körner et K. Rühl (dir.), Studia Iberica : Festschrift für Hans Flasche, Berne-Munich, Francke Verlag, p. 643-652.

Visceglia Maria Antonietta, 1997, « Cérémonial et politique pendant la période moderne », dans Id. et C. Brice (dir.), Cérémonial et ritual à Rome (xvie-xixe siècle), Rome, École française de Rome, p. 1-19.

Visceglia Maria Antonietta, 2010, Guerra, diplomacia y etiqueta en la corte de los Papas (siglos XVI y XVII), Madrid, Polifemo.

Warf Barney et Arias Santa (dir.), 2008, The Spatial Turn : Interdisciplinary Perspectives, New York, Routledge.

Zorzi Ludovico, 1977, Il teatro e la città. Saggi sulla scena italiana, Turin, Einaudi.

Haut de page

Notes

1 « Ceremonial de los estilos, usos y costumbres que se debe guardar en las casas reales y en actos públicos solemnes », Diccionario de la lengua española… 2001, entrée « etiqueta ».

2 Comme précisé dans la pièce de théâtre (Anonyme s. d. [1681], p. 1) où le personnage de l’étiquette se vante ainsi : « Je les traite tous comme des enfants en ce que je suis une école, et comme j’enseigne, ils viennent à moi comme si j’étais la maîtresse » (« A todos trato de niños por lo que tengo de escuela, que como enseño, se vienen a mí como la maestra »). De même, Núñez de Castro 1658, fo 124 vo, indique : « Ces Étiquettes sont en politique ce que les préceptes sont dans le domaine du sacré ; et de même qu’il n’est de bon chrétien sans la connaissance des commandements du Christ, il n’est pas davantage de bon courtisan sans le souvenir précis du Lévitique de son Prince » (« Con que en lo Político es la noticia destas Etichetas, lo que en lo sagrado la de los preceptos : y como no ay buen Christiano sin saber los mandamientos de Christo, tampoco buen Cortesano sin la memoria punctual del Levítico de su Príncipe »).

3 La première étude remonte à Bloch 1924.

4 Muir 2001, p. 287-333.

5 Une tentative de classification de ces différents espaces cérémoniels est proposée dans Chroscicki 1998. Selon l’auteur il y aurait quatre espaces différents : l’église associée à la dynastie, le palais et les espaces palatins, la ville et le reste du territoire.

6 Bouza 2000, p. 157-160 ; Cosandey 2000.

7 L’importance des études liées au cheval et aux Écuries royales à l’époque moderne s’accroît ces dernières années de nombreuses publications, comme Aranda Doncel et Martínez Millán 2016, ou de colloques, comme celui intitulé « Horses and Courts : An International Symposium », qui aura lieu à la Wallace Collection à Londres du 21 au 23 mars 2018.

8 « El orden de asientos en la capilla real, sus grandeças y ceremonias, como comen los reyes en público, mudanças de la Corte, salidas del rey en público a cavallo y coche », Bibliothèque nationale d’Espagne (désormais BNE), ms. 2 807, fo 182 ro.

9 « Que los reyes tienen una puerta ordinaria por dó salen, y otra extraordinaria y secreta. Cuando salen por la ordinaria, salen con grande majestad y grandeza ; antes que salga, hay ruido de alabarderos, de grandes que dicen : ¡el rey viene ! » De La Concepción v. 1605, p. 192-193.

10 Ces dernières années, la notion de Spatial Turn s’est diffusée dans de nombreuses disciplines, comme on peut le voir avec Warf et Arias 2008 (introduction), et notamment en histoire (pour ne citer que quelques exemples : Crang 2009 ou Kingston 2010). Sur l’espace courtisan, voir Fantoni, Morse et Smuts 2009 (introduction).

11 La question de l’accès au souverain prend de plus en plus d’importance dans les études sur l’Époque moderne, comme en témoigne le volume paru récemment : Raeymaekers et Derks 2016, en particulier « Introduction : Repertoires of Access in Princely Courts », p. 1-16.

12 Les dernières années du règne de Philippe II virent l’apparition d’un courant philosophique, le tacitisme, dont Baltasar Álamos de Barrientos fut le représentant majeur. Il se consacra à l’étude des textes de la Rome antique afin que la monarchie espagnole y trouve des exemples d’amélioration. Dans le cas des capitaines des gardes royales, l’exemple utilisé fut celui de Lucius Aelius Seianus (Séjan), qui dirigeait les troupes prétoriennes censées protéger l’empereur, ce qui le dota d’une grande importance lorsqu’il concentra toutes les troupes à l’extérieur de Rome. Depuis son poste, il aspirait à la pourpre impériale, mais son ambition causa sa fin tragique, car il fut exécuté pour soupçons de conspiration contre l’empereur Tibère. On en conclut que l’excellence militaire des corps de garde pouvait renforcer de manière excessive la position de leurs responsables, en transformant ces derniers en une menace pour l’autorité royale et pour l’équilibre des pouvoirs courtisans. Sur ce débat au début du xviie siècle dans la monarchie espagnole, voir Alvarez-Ossorio Alvariño 2005, p. 430-442.

13 À ce propos, voir Hortal Muñoz 2013, 1re partie.

14 Hortal Muñoz 2017.

15 L’intérêt pour le cérémonial des monarques hispaniques s’accroît ces dernières années avec des publications remarquables comme Checa Cremades et Fernández-González 2015 ou Mínguez, Rodríguez Moya, Chiva et González Tornel 2016.

16 Domínguez Casas 2006 et Martínez Millán 2011.

17 Visceglia 1997 et 2010.

18 Les travaux de José Manuel Nieto Soria sont particulièrement importants sur ce point, en particulier Nieto Soria 1993.

19 López Álvarez 2014.

20 Publié dans Martínez Millán 2000, vol. 5, p. 179.

21 Costa Gomes 1995, p. 6-7.

22 Phénomène étudié de manière approfondie dans la 3e partie de Hortal Muñoz et Labrador Arroyo 2014.

23 De la Escalera Guevara 1632, p. 150-158 et Sánchez-Moreno del Moral 1992, p. 185.

24 Les informations se trouvent dans les Archivo General del Palacio Real de Madrid (désormais AGP), Administración General, leg. 647, carpeta de cédulas, ordenanzas, preeminencias.

25 Ce thème est traité avec beaucoup de justesse, mais uniquement sur le plan artistique, par Strong 1984.

26 Sur la relève des ducs de Valois bourguignons par les Habsbourg dans l’utilisation de ce personnage mythique, voir McDonald 1976.

27 Domínguez Casas 2000.

28 Calvete de la Estrella 1552, p. 84.

29 Álvarez-Ossorio Alvariño 2000, p. 31. Cet emblème, qui représentait les colonnes d’Hercule avec la devise « Plus Oultre » car l’empereur était allé encore plus loin que ce héros mythologique, fut conçu par le Milanais Luigi Marlini, ce qui constitue un nouvel exemple de la capacité d’intégration de la cour et du cérémonial de Charles Quint.

30 On trouvera une liste des entrées des souverains étrangers en Italie dans Mitchell 1979 et 1986. Pour la monarchie hispanique, une bibliographie concernant les Pays-Bas est consultable dans Landwher 1971, tandis que de nombreux ouvrages pour ce type de cérémonie dans d’autres lieux sont cités dans Mulryne, Aliverti et Testaverde 2015. On trouvera un exemple des différentes phases qui composaient une entrée royale dans Bertelli 1990, chap. III, « Qui venit in nomine Domini ».

31 Zorzi 1977.

32 Précisons cependant que les messages élaborés par les hôtes de Charles Quint diffèrent considérablement selon le contexte et les liens entretenus avec l’empereur. Une entrée à Mantoue (fief impérial italien relativement indépendant) aura peu de chose à voir avec une entrée de Charles Quint aux Pays-Bas. Voir par exemple Carrangeot 2011.

33 Il existe de nombreuses publications sur cette question, notamment dans Arnade 1996 ou Lecuppre-Desjardin 2004.

34 Il existe différentes publications sur les tournois au Moyen Âge tardif et dans la première moitié du XVIe siècle, parmi lesquelles nous pouvons souligner les travaux de Mario Damen (2012 et 2016).

35 Hortal Muñoz 2017.

36 Cela transparaît, parmi de nombreux témoignages, dans la description de l’enterrement de Philippe II qui figure dans Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], fº 39r-vº.

37 Comme nous pouvons l’observer dans Etiquetas de palacio… 2005 [1651], p. 888.

38 Pour les Turcs, la gauche était plus importante que la droite du point de vue du cérémonial.

39 Duindam 2003, p. 182.

40 Comme indiqué dans Anonyme 1504, p. 74.

41 Anonyme 1616, p. 102.

42 Décrit dans AGP, Sección Histórica, caja 171.

43 AGP, Reinados, Carlos II, caja 132, exp. 1667.

44 Voir la protestation des archers du 7 juillet de cette année-là dans AGP, Sección Histórica, caja 171.

45 Instance palatine dont le nom provient du mot français Bureau qui « se constituait en un tribunal de justice chargé de tous les procès, abus et délits des domestiques et fournisseurs du palais, ainsi que ceux commis par les soldats des différentes gardes, et les délits qui, commis à l’intérieur du palais, relevaient de la juridiction propre de ce tribunal situé dans la maison royale » (« Se constituía en tribunal de justicia para conocer de todas las causas, excesos y delitos de los criados y proveedores de palacio, así como también de los cometidos por los soldados de las distintas guardas y de aquellos delitos que por ser cometidos dentro de Palacio eran de la jurisdicción propia de dicho tribunal emplazado en la casa real », Benito Fraile 1994, p. 49). Il était composé par le grand maître comme président, les maîtres d’hôtel, le maître de la chambre, le contrôleur et le greffier, en plus du portier de la salle et d’un conseiller et, à l’occasion, des chefs de chaque section de la Maison lorsque les affaires traitées étaient en liées à leur domaine juridictionnel.

46 Dans la disposition du 19 décembre 1577 relative au service du lieutenant (publiée dans le CD qui accompagne Hortal Muñoz 2013), il était établi que « Chaque fois que leurs Majestés, ou l’une d’elles, sortiraient au-dehors avec la garde, celle-ci doit aller devant elles à sa place habituelle » (« Siempre que sus Magestades, o, alguno dellos salieren fuera y llevaren guarda ha de yr delante dellos en su acostumbrado lugar »).

47 Voir sur ce point le manuscrit conservé à la British Library (désormais BL), Additional, ms. 28.361, fos 15-27 et publié partiellement dans Martínez Millán 1999, p. 107-108.

48 Les ordonnances de 1561 et celles de 1580 sont publiées dans le CD qui accompagne Hortal Muñoz 2013.

49 Ce point a déjà été abordé par Marsden 1960, p. 411, et a été approfondi par López Álvarez 2007, p. 75-76.

50 Checa Cremades 1998, p. 89-104.

51 Même si plusieurs avaient déjà eu lieu auparavant, comme celle représentée par le peintre Paulo Van Mullen (ou Pieter Van der Meulen) dans son Entrée du roi Philippe III dans la ville de Saint-Sébastien.

52 Sur l’hostilité envers le cérémonial bourguignon, bien qu’à un moment ultérieur, Nader 1988, p. 303-304. Voir aussi Hortal Muñoz et Labrador Arroyo à paraître.

53 Processus décrit par Labrador Arroyo et López Álvarez 2006.

54 Gérard 1984.

55 Gérard 1983.

56 « se ponen las guardas de alabarderos españoles y alemanes en ala desde la puerta de la sala de guardia hasta la de la capilla, los españoles de a la mano derecha y a la vuelta goçan della los alemanes [describe los personajes que pasan entre medias] y luego el Rey y detrás del el nuncio y embajadores por su orden y detrás los cavallerizos y mayordomos y detrás vienen en tropa los archeros », « El orden de asientos...  op. cit., fº 181r-vº.

57 Comme on peut le voir dans AGP, Sección Histórica, caja 166 (exp. del conde de Pere).

58 Ainsi que l’établissaient les Etiquetas de palacio (2005 [1651], p. 931-933).

59 Comme nous pouvons le voir dans un texte de Madrid, 9 juin 1701 (AGP, Sección Histórica, caja 168).

60 Ainsi le stipulaient les Constituciones de la compañía de tudescos de la Guarda de la persona Real de Castilla, 1561, publiées dans le CD qui accompagne Hortal Muñoz 2013 : « Ils ne doivent pas entrer dans la pièce ni dans le corps de l’Église où se trouverait la personne, mais se tenir à la porte ou grille, lorsque ce sera en dehors du palais, et de là monter la garde, et ils pourront auparavant, si nécessaire, reconnaître et faire dégager les lieux » (« No an de entrar en la pieça ni cuerpo de la Iglesia donde estuviere la persona, sino a la puerta o reja, quando fuere fuera de palaçio, y de alli hacer su guarda, y podran antes haçer siendo necesario su despejo y reconocimiento »).

61 Comme on peut le voir dans « Planta de la Capilla de Palacio quando Su Magestad sale en público a missa o a bísperas » par Juan Gómez de Mora le 11 février 1651, AGP, Plano 4102.

62 La réception du duc de Savoie par Philippe II est décrite dans Cock 1876, p. 45.

63 Anonyme 1623.

64 Comme nous pouvons le voir dans Relación verdadera de la entrada del duque de Umena en la Corte de España a capitular las bodas de la señora ynfanta Doña Ana con el christianisimo rey de Francia y de lo sucedido hasta su partida (BNE, ms. 2807). L’ambassadeur français fit son entrée à Madrid le 1er juillet 1612 et se rendit en premier lieu au palais pour effectuer le baisemain (fº 196vº), puis il y effectua une deuxième visite (fº 200vº).

65 Comme cela a été décrit dans Besamanos del Cardenal de Córdoba y Aragón (Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], fº 150rº-vº).

66 Dans AGP, Reinados, Carlos II, caja 138, exp. 2, le monarque ratifiait en 1679 la nécessité que les gardes soient présentes, ce qui sera respecté jusqu’à la fin de son règne.

67 Comme indiqué dans le billet de Philippe IV au capitaine Ponce de Leon le 18 juin 1655 (Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], f°s 326vº-327rº).

68 À ce sujet, voir Martínez Millán 2008, p. 65-66.

69 L’itinéraire suivi dans Madrid lors des festivités est décrit dans Cámara Muñoz 1986, p. 68-69.

70 Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], fº 153rº relate ainsi le cas où, alors que le roi, sur le trajet de son voyage au Portugal, assiste à la messe dans l’église Santo Domingo à Yelbes en Espagne, le juge de l’Hôtel et de la Cour et don Pedro de Velasco, capitaine de la garde espagnole, s’affrontèrent.

71 La garde allemande établissait dans ses Constituciones que « le Roi sortant à pied, le lieutenant doit sortir devant la compagnie et la guider ; et le Roi sortant à cheval, le capitaine pourra sortir à cheval en exerçant sa fonction comme il sera dit alors, et le lieutenant à pied sera de ses soldats le dernier et le plus proche de la personne royale et les sous-lieutenant et sergent guideront la compagnie […] Lorsque la personne royale sort du palais, du moment où elle entre dans le corps de garde jusqu’au moment où elle le quitte, le capitaine ne doit pas avoir de position fixe, si ce n’est sur le côté de sa compagnie, à l’endroit de son choix, du moment qu’il se tient devant les maîtres d’hôtel, car le corps et l’arrière-garde doivent être couverts par la compagnie des archers, et de là doivent se déployer les deux compagnies d’infanterie » (« Yendo el Rey a pie ha de yr el teniente delante de la compañía guiándola, y yendo a caballo podra el capitán yr a cavallo haçiendo su offiçio como se dira en su lugar, y el teniente a pie el último de sus soldados el mas proximo dellos a la persona y el alférez y sargento guiando la compañía [...] Desde que entra la persona quando sale fuera en el cuerpo de guarda hasta que le vuelve dexar, no ha de tener el capitán lugar fixo, sino por el costado de su compañía desde los mayordomos adelante donde quisiere, porque el cuerpo y retaguarda hasta la caveça del caballo an de cubrir la compañía de archeros, y de alli an de empeçar las dos compañías de infantería »).

72 Comme la prestation de serment du prince Philippe III décrite dans Anonyme 1584, événement qui eut lieu le 11 novembre 1584 au monastère de Saint-Jérôme (Grenade).

73 Voir Anonyme s. d. [1681].

74 Sur cette procession, Portús Pérez 1993.

75 Almansa y Mendoza s. d. [v. 1632].

76 Pour connaître le déroulement de la procession de la Fête-Dieu (Corpus Christi), on consultera avec profit dans la Bibliothèque du palais royal de Madrid le manuscrit II-1606, intitulé Plantas orijinales que se an ejecutado en esta corte en proçessiones del Corpus y Auto general de la Fee en que Su Magestad assistió, y fiestas de toros y cañas que se han celebrado en la Plaza de Palaçio y en la Mayor de Madrid desde el año de mil seiscientos y veinte y seis asta el de mill y seiscientos y sesenta. Dans les huit premiers folios sont décrites, dans cet ordre, les processions de la Fête du Saint-Sacrement de 1623, 1656, 1648, 1652, 1650 et 1649. Voir à ce sujet Barbeito 2005.

77 Par exemple, Toros y cañas en Valladolid el 10-6-1605 para celebrar la ratificación de las paces con Inglaterra ante el almirante de ese país que se encontraba allí presente, BNE, ms. 2 807, fos 275vº-276rº.

78 Comme celle de Philippe II à Saragosse décrite par Cock 1876, p. 33-34.

79 Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], f° 146vº-148rº, nous livre une description complète des activités de la garde de la reine lors de l’entrée de Marie-Anne d’Autriche à Madrid le 15 novembre 1649.

80 Sur les enterrements royaux, voir Varela 1990.

81 Surnom donné au roi Philippe II d’Espagne.

82 « Monteros de Espinosa, yo os entrego el cuerpo difunto del rey […] para que lo guardeis ; y habéis de estar fuera de la tarima, en pie y descaperuzado. » Varela 1990, p. 84.

83 Voir la description du transfert du corps du prince Balthazar-Charles en 1646 dans Soto y Aguilar s. d. [v. 1663], fº 128rº-vº.

84 Anonyme 1611.

85 Labrador Arroyo 2014.

86 Décrites dans AGP, Sección Histórica, caja 175, exp. 1646.

87 « Humilláronse allí, si ser pudiera fuera de sí los Ángeles, Señora, y la primera y media Jerarquía, hicieron sus ejércitos esfera en torno de la casa en que Dios mora, y hubo guarda real desde aquel día ; lúcida compañía con celadas de estrellas, con plumas de sus alas celestiales, de mil colores bellas, ocupó los santísimos umbrales al Príncipe guardando, a quien su padre hoy pone casa en ti, su Esposa y Madre », Lope de Vega Carpio 1612.

88 Du xve au xviiie siècle, Hercule fut la figure mythologique la plus représentée en Europe, avec notamment deux versions de ce personnage. La première était celle de l’Égyptien ou du Libyen, représentant une puissance militaire ou masculine, issue de la Grèce classique, alors que la deuxième était celle de l’Hercule Gallicus, incarnant l’éloquence, qui apparut à la Renaissance. Plus tard apparaîtrait l’Hercule Christianissimus, dont l’image la plus perfectionnée fut celle donnée par Pierre de Ronsard dans son poème Hercule chrétien en 1571. Il existe une abondante bibliographie sur ce personnage et son iconographie, notamment Jung 1966.

89 Polleross 1998, p. 45. Voir aussi Saavedra Fajardo 1649.

90 Alewyn 1964. Sur l’adaptation des palais de l’époque à ce nouveau concept, Baillie 1967.

91 Sur la relation entre théâtre et cour dans la monarchie hispanique, voir Díez Borque 1986.

92 Strong 1984, p. 171-172.

93 Boucher 1982, p. 376-378.

94 Sur l’évolution des gardes royales françaises, avec une bibliographie détaillée, Hortal Muñoz 2013, p. 63-80.

95 Mansel 1984, p. 9.

96 Hortal Muñoz 2011b.

97 Martínez Ruíz et Pi Corrales 2010.

98 Hortal Muñoz 2014a et 2014b.

99 Martínez Millán et Hortal Muñoz 2015.

100 Voir Hortal Muñoz 2013, chap. III : « Las guardas en el contexto de la Casa Real de los monarcas Austrias hispanos : sus diversas funciones ».

101 Actuellement conservés dans AGP, Planos, 4096-4108 ; ils se trouvaient auparavant dans Sección Histórica, caja 51. Il en existe d’autres copies, comme les sept plans auxquels se réfère Varey 1973, conservés à la BL, Additional, ms. 28.459. Varey en publie quatre.

102 Etiquetas de 1651, p. 913.

103 Nous avons déjà détaillé plus haut la répartition dans la chapelle du palais, qui apparaît dans le plan 4102 sous le nom « Plan de la chapelle du palais quand sa Majesté sort en public à la messe ou aux vêpres » (« Planta de la Capilla de Palacio quando Su Magestad salen en público a missa o a vísperas »).

104 Qui se trouve à la Biblioteca da Ajuda, Cód. ms. 51-IX-10, fos 43-44.

105 Comme étudié dans Hortal Muñoz 2013, dans son chapitre 12 intitulé « La sustitución de las guardas Habsburgo por el nuevo modelo Borbón (1700-1707) », où une abondante bibliographie est citée.

106 Andújar Castillo 2013.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Pointe de lance de la garde des archers de Corps de Philippe IV, 1662. Armurerie royale du palais royal de Madrid, inv. I.70.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1004k
Titre Fig. 2 : Taddeo Zuccaro, Arrivée de Charles Quint et du cardinal Alexandre Farnèse à Paris en 1540, 1561-1565, peinture à fresque. Caprarola, palais Farnèse, salle des Fastes farnésiens, BEN-F-001165-0000.
Légende Voir la notice de l’œuvre sur le site de la Fondation Federico Zeri.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 712k
Titre Fig. 3 : Fabrizio Castello, La bataille de Saint-Quentin, la tente royale (détail), 1584-1590, peinture à fresque. Madrid, monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, salle des Batailles.
Crédits © Sara Gómez Ventura
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 4 : Pieter Van Der Meulen [Pablo Van Mullen], Entrée du roi Philippe III dans la ville de Saint-Sébastien, v. 1615, huile sur toile, 177 × 243 cm. Madrid, monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, inv. Nº 50001018.
Crédits © Sara Gómez Ventura
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Titre Fig. 5 : Juan de la Corte, Fête à la Plaza Mayor de Madrid en l’honneur du prince de Galles, v. 1630, huile sur toile, 158 × 285 cm. Madrid, Museo de Historia de Madrid, inv. nº 00003.422.
Légende Voir la notice de l’œuvre sur la La Red Digital de Colecciones de Museos de España.
Crédits Domaine public (Wikimedia Commons)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Fig. 6 : Anonyme, Perspective de la Plaza Mayor, v. 1635, huile sur toile, 108 × 166 cm. Madrid, Museo Municipal, inv. nº 00003.152.
Légende Voir la notice de l’œuvre sur la Red Digital de Colecciones de Museos de España.
Crédits Domaine public (Wikimedia Commons)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Fig. 7 : Francisco Rizzi, Autodafé sur la Plaza Mayor à Madrid, 1683, huile sur toile, 277 x 438 cm. Madrid, musée national du Prado, inv. nº 1126.
Légende Voir la notice de l’œuvre sur le site du musée du Prado.
Crédits Domaine public (Wikimedia Commons)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 4,3M
Titre Fig. 8 : Disposition des gardes royales dans l’église de Santiago, (étiquette de la garde espagnole et allemande dans l’église et le couvent de la Merced et la Victoria en 1646), s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 7279.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 15M
Titre Fig. 9 : Diego de Saavedra Fajardo, L’archiduc Léopold-Guillaume à l’entrée du Panthéon, dans Idea principis christiano-politici, Murcie, 1640.
Crédits Domaine public
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 568k
Titre Fig. 10 : Joan Blaeu, d’après Juan de Herrea (dessin) et Pedro Perret (gravure), Vue en perspective du monastère Saint-Laurent-de-l’Escurial, gravure, xviie siècle, 25,2 × 38,2 cm.
Crédits Domaine public (Wikimedia Commons)
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Fig. 11 : « Plan de l’escorte de l’entrée des seigneurs rois après leur accession au trône », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4096.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre Fig. 12 : « Plan de l’escorte qui conduit sa Majesté le jour où elle sort à cheval en public », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4105.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre Fig. 14 : « Plan de l’église Saint-Jérôme et places que chacun occupe lors du serment des Sérénissimes Seigneurs Princes », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4100.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 4,7M
Titre Fig. 15 : « Plan de la procession de la Fête-Dieu lorsque sa Majesté se trouve à Madrid », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4103.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1,5M
Titre Fig. 16 : « Plan de l’escorte de Ses Majestés lorsque notre seigneur le roi sort à cheval et notre dame la reine en carrosse », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4104.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 4,2M
Titre Fig. 17 : « Plan de l’enterrement des seigneurs rois et princes ayant prêté serment », s. d. AGP, Mapas, Planos y Dibujos, plano 4106.
Crédits © Patrimonio Nacional
URL http://journals.openedition.org/crcv/docannexe/image/14628/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 3,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

José Eloy Hortal Muñoz, « Les gardes royales des monarques Habsbourg hispaniques et l’étiquette : la lutte pour la proximité avec le souverain », Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles [En ligne], Articles et études, mis en ligne le 19 décembre 2017, consulté le 17 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/crcv/14628 ; DOI : 10.4000/crcv.14628

Haut de page

Auteur

José Eloy Hortal Muñoz

José Eloy Hortal Muñoz a obtenu une maîtrise en histoire moderne et contemporaine (1997) et en histoire de l’art (1999) à l’université autonome de Madrid (Universidad Autónoma de Madrid – UAM), dans laquelle il a soutenu sa thèse de doctorat en histoire moderne en 2004. Depuis 2009 il est professeur à l’université Roi Juan Carlos (Universidad Rey Juan Carlos – URJC). Ses principaux axes de recherche portent sur les cours de Madrid et de Bruxelles aux xvie et xviie siècles, les Maisons royales des monarques espagnols, en particulier la section des gardes royales et, actuellement, le rôle cérémonial et politique des sites royaux.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Le Bulletin du Centre de recherche du château de Versailles est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre de recherche du château de Versailles
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals