Navigation – Plan du site

Texte intégral

Martin Benninghoff, Cécile Crespy, Jean-Émile Charlier & Jean-Philippe Leresche (sous la direction de), 2017, Le gouvernement des disciplines académiques. Acteurs, dynamiques, instruments, échelles, Paris, Éditions des archives contemporaines, 244 p.

1Comment les disciplines sont-elles gouvernées ? Comment se transforme le gouvernement des disciplines ? Comment les modalités d’allocation des ressources matérielles et symboliques évoluent-elles entre les disciplines ? Le gouvernement des disciplines agit-il sur la convergence ou la différenciation disciplinaire ? Le gouvernement des disciplines est-il travaillé par une pluralité de logiques (académique, scientifique, managériale, économique), ou n’est-il plus guidé que par des logiques qui découlent d’injonctions néolibérales et managériales ? Quels instruments d’action publique permettent de défendre les disciplines et quels sont ceux qui, au contraire, en fragilisent les frontières ? 

2Basé sur des enquêtes empiriques, cet ouvrage appréhende le gouvernement des disciplines à partir du travail sur les frontières épistémiques, du jeu d’échelles local/global et des instruments d’action publique. La diversité des contextes analysés (France, Royaume-Uni, Suisse, Belgique, Roumanie et Rwanda), les différentes disciplines étudiées (sciences pour l’ingénieur, chimie verte, science politique, géologie, sciences du vivant, médecine, génomique, micro-électronique) permettent de souligner que le gouvernement des disciplines est un processus complexe dont la configuration n’est pas imposée par la simple nécessité de s’adapter au contexte. Au contraire, il implique des médiations plurielles entre injonctions interdisciplinaires et « forces de rappel » disciplinaires, des découplages entre activités d’enseignement et de recherche, des dynamiques en lien avec les demandes sociales et les instruments du « gouvernement à distance ».

http://www.archivescontemporaines.com

Mélanie Jacquemin, Doris Bonnet, Christine Deprez, Marc Pilon & Gilles Pison (sous la direction de), 2016, Être fille ou garçon. Regards croisés sur l’enfance et le genre, Paris, INED, Collection « Questions de populations » n° 1, 264 p.

3Naît-on fille ou garçon ou le devient-on ? Comment se constituent les différences sexuées en matière d’éducation, de jeux, de droits, de représentations ? Quel regard portent les enfants sur leur condition de fille ou de garçon, comment sont-ils acteurs des dynamiques à l’œuvre à l’école, à la maison, au travail ? L’ouvrage revisite l’enfance et l’adolescence en prenant en compte le genre dans les processus de construction sociale. En divers lieux, sur des terrains situés en Afrique et en Europe, les auteur-e-s croisent les regards, montrent comment se fabriquent les différences entre filles et garçons.

4Les questions de l’accès à l’instruction, des tâches domestiques, du travail des enfants, de leurs migrations, prennent toute leur mesure lorsqu’il s’agit de définir l’enfance comme une période de la vie, différemment construite et définie selon les cultures et les normes dans lesquelles elle prend place. Les expériences abordées ici montrent à quel point ces questions sont fondamentales pour comprendre le devenir des sociétés contemporaines.

Jennifer Hays, 2016, Owners of Learning: The NyaeNyae Village Schools over Twenty-Five Years. Basel Namibia Studies Series, Basler Afrika; Basel, Switzerland

5This book describes the NyaeNyae Village Schools, an innovative and unique mother-tongue education initiative set in north-eastern Namibia. Inspired by the optimism of Independence, the project was designed in close consultation with the Ju|’hoansi community in the early 1990s. Drawing upon their traditional knowledge transmission strategies, and initiated in a supportive political environment, the project exemplified ‘best practice’. During the two decades that have followed, the Village Schools have transitioned from a donor-supported ‘project’ to government schools. However, the students still do not seem to succeed in the mainstream schools. Why is this? Based on long-term fieldwork in the region, including interviews with NyaeNyae residents over several years and work with involved organizations, this book addresses this question. Contextualizing the Village Schools within post-independence Namibia, southern African history and the global indigenous rights movement, it examines the enormous paradoxes that schooling presents for the NyaeNyae community. ‘Owners of Learning’ is the English translation of the Ju|’hoansi word for ‘teacher’ and it serves to highlight a fundamental question – to whom does education belong?

Irène Bellier et Jennifer Hays (eds.), 2016, Quelle éducation pour les peuples autochtones ?, Paris, L’Harmattan

6De nombreux mécanismes internationaux sont censés garantir un droit à l’éducation pour chacun. Cependant, les peuples autochtones sont partout en lutte pour trouver une place et une voix, dans les systèmes éducatifs qui sont dessinés par les institutions dominantes pour les populations majoritaires. Certes l’éducation formelle peut donner accès aux compétences requises pour faire partie d’une société, travailler et participer à l’espace public, mais cette éducation-là est aussi associée à la disparition des cultures et des langues autochtones comme à la désuétude des savoirs traditionnels. L’éducation représente ainsi un immense paradoxe. Partout dans le monde, les peuples autochtones se sont mis à réfléchir à l’éducation qu’ils souhaitent pour leurs enfants et à produire des savoirs sur leur propre société. Ils mettent en place des écoles et des centres d’apprentissage à l’intérieur des communautés résidentielles. Ils proposent des approches alternatives à l’éducation nationale et s’appuient sur les langues maternelles, sur les cultures locales. Ils mobilisent des stratégies autonomes de transmission des savoirs et promeuvent leurs systèmes de valeurs. Quel type d’approche produit les meilleurs résultats pour les peuples autochtones ?

7Nous ne cherchons pas à mesurer cela en termes de succès à l’école tels que le montrent le taux de fréquentation par les garçons ou les filles, la longueur du cursus ou le nombre de diplômes obtenus. Nous plaçons l’éducation au centre d’un projet plus complet qui prend en compte la question des opportunités économiques comme celles de l’accès aux ressources et de la survie culturelle et linguistique, ou encore celle de la nature des relations au sein de la communauté et avec le reste du monde. Cela nous conduit à demander simplement : comment l’éducation peut-elle mieux préparer les autochtones à exercer leurs droits ?

8Dans cet ouvrage, des anthropologues, des praticiens de l’éducation, des leaders autochtones, des politiciens examinent le rôle de l’éducation à l’aune des efforts que fournissent les peuples autochtones pour obtenir une reconnaissance politique, défendre leurs droits fondamentaux et maintenir vivants leurs langues, leurs cultures et leurs systèmes spécialisés de savoirs et de compétences.

Daniele Cantini, 2016, Rethinking Private Higher Education: Ethnographic Perspectives, Brill.

9Rethinking Private Higher Education takes the university as a core institution in modern nation states, which is currently undergoing a serious revision. It offers fresh insights into the actual meaning of ‘private’ in different higher education contexts, contributing to a deeper understanding of the actual effects of global policies in local contexts through ethnographies. This book explores how private universities were established, their context and history, and their changing business models and operations. The strengths of this book are its ethnographic detail, which shows the complexity and fast changing forms of private higher education, and its reluctance to jump to simplified labelling of public and private. It is a model for further ethnographic studies of local developments in higher education.

http://www.brill.com/​products/​book/​rethinking-private-higher-education

Christiane Timmerman, Noël Clycq, Marie Mc Andrew, Alhassane Balde, Luc Braeckmans & Sara Mels (dir.), 2016, Youth in Education: The Necessity of Valuing Ethnocultural Diversity, London: Routledge, 265 pages.

10Youth in Education explores the multiple, interrelated social contexts that young people inhabit and navigate, and how educational institutions cope with increasing ethnic, cultural and ideological diversity. Schools, families and communities represent important settings in which young people must make successful transitions to adulthood, and the classroom often becomes a battleground in which these contexts and values interact. With contributions from the UK, Belgium, Germany and Canada, the chapters in this book explore rich examples from Europe and North America to suggest strategies that can help to counter negative perceptions, processes of stigmatization and disengagement, instead prioritising peer support and cooperative learning to give pupils a renewed sense of worth. This book takes the growing ethno-cultural diversity in education systems to heart and studies the various related educational processes from a multidisciplinary and multi-method approach. It aims to offer more insight into underlying mechanisms that are often implicit, but can be important factors that positively or negatively influence educational trajectories and outcomes. It is essential reading for researchers, academics and postgraduate students in the fields of education, sociology, higher education, policy and politics, and social and cultural geography.

https://www.routledge.com/​Youth-in-Education-The-necessity-of-valuing-ethnocultural-diversity/​Timmerman-Clycq-Andrew-Balde-Braeckmans-Mels/​p/​book/​9781138999602

Luc Ngwe et Hilaire de Prince Pokam (Sous la direction de), 2016, L’enseignement supérieur au Cameroun depuis la réforme de 1993 : dynamiques et perspectives, Dakar, Codesria, 287 p.

11Au moment où les États, en Afrique particulièrement, sont soumis à des injonctions toujours renouvelées des différents acteurs internationaux, au moment où différentes politiques publiques internationales sectorielles (éducation, environnement, santé, etc) et globales (développement, croissance économique) se succèdent au rythme des événements sociaux conjoncturels (faim, pauvreté, sida, réchauffement climatique) dans l’agenda international et dans le paysage des Etats africains, il nous a semblé opportun de marquer un temps d’arrêt et de questionner le chemin parcouru par une politique publique sectorielle au Cameroun : l’enseignement supérieur. Réunissant une équipe pluridisciplinaire dans la cadre du programme de recherche « Groupe National de Travail » (GNT) du Codesria, cet ouvrage scrute les dynamiques de l’enseignement supérieur depuis le processus de réformes entamées en 1993. Engagées sur plusieurs axes tels que la raison d’être de l’enseignement supérieur, les dynamiques internes, les rapports avec l’environnement, les différentes contributions démontrent les interconnexions entre les différents aspects de cet enseignement supérieur entre eux ainsi qu’avec les autres espaces sociaux. Elles lèvent aussi le voile sur la nature profonde du système et soulignent ses évolutions, ses impasses et ses contradictions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs, 16 | -1, 255-259.

Référence électronique

« Nos auteurs ont publié », Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs [En ligne], 16 | 2017, mis en ligne le 18 juillet 2017, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/cres/3089

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers de la recherche sur l’éducation et les savoirs est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Éditions de la Maison des sciences de l’homme
  • OpenEdition Journals