Navigation – Plan du site
1. La revue et ses hommes

Les Archives de l’anthropologie criminelle

Martine Kaluszynski

Texte intégral

Un instrument moteur : La Revue, une ville destinée : Lyon

1La revue les Archives de l’anthropologie criminelle a plusieurs objectifs, politique en menant un débat avec Lombroso, un objectif scientifique, A. Lacassagne est avant tout le promoteur ambitieux de cette idée qui ne l’est pas moins, créer ce qui manquait alors aux chercheurs français dispersés : un organe. Un objectif “humain” enfin, puisque cette revue rassemble autour d’elle curieux, érudits, hommes de la profession ou tout autre... organe de liaisons, de correspondance ; intermédiaire pour des médecins de province souvent isolés et sans autre ressource que leur bibliothèque.

2Ainsi, avec les Archives de l’anthropologie criminelle, l’École française va naître, et alimenter une controverse de vingt-huit années (1886-1914) avec les Archives de psychiatrie et d’anthropologie criminelle (1880-1917) de son homologue transalpine. Cette lutte doctrinale n’est jamais véritablement meurtrière et n’exclut pas le dialogue constant (ou quasiment) qu’accompagnent néanmoins de profonds (ou moins profonds) différends.

La naissance d’une “école” ?

3Cette revue, ouverte en son esprit, le sera également dans ses colonnes, et traitera de sujets plus larges, plus “colorés” que ce qui touche habituellement au phénomène criminel. Véritable revue “de sciences sociales” à orientation médicale, elle permet à l’école lyonnaise d’exister. En effet, le journal devient l’instrument et le moyen concret de rencontres et contacts de gens différents, d’horizons professionnels divers qui se retrouvent dans cette optique de démarcation face à Lombroso, et d’adhésion à un certain nombre d’idées ou de conceptions que Lacassagne et sa revue représentent. Voilà comment un groupe a priori inorganisé peut par l’intermédiaire d’une revue se construire, se réaliser, se développer... et devenir ce que l’on nomme une école. Une école, parce qu’on y retrouve une trame, une structure et un chef de file (en l’occurrence A. Lacassagne), qui fonctionne dans une quasi-cohérence, qui existe autour de mêmes devises, de mêmes valeurs.

Le fonctionnement interne de la revue

4Médecins, provinciaux, universitaires et “généralistes”, voici le lot de cette école. Ces hommes président à la destinée, à la dynamique, au fonctionnement de la revue. On peut s’interroger sur l’aspect plus concret de fonctionnement des Archives. Quelle est l’organisation mise en place pour qu’une revue de ce genre puisse se développer et assurer son existence sur une si longue période ? Quel est le fonctionnement interne d’une telle revue ? Réunions, trésorerie, mode de parution choisie, mode de choix des articles, politiques d’abonnement...

5De tout cela un élément ressort, qui a trait à l’omniprésence de Lacassagne. Lié à l’éditeur, récepteur des manuscrits, on ne peut omettre dans cet aspect matériel de fonctionnement, son engagement concret et son investissement total. Il semble porter complètement, matériellement cette revue en la personnifiant puisque les Archives sont appelées à l’étranger les Archives de Lacassagne, même s’il sera secondé par R.Garraud, P.Dubuisson et G.Tarde.

La Revue

Le titre

6En 1886, le journal paraît sous le titre : Archives de l’anthropologie criminelle et des sciences pénales Médecine légale, judiciaire - Statistique criminelle - Législation et Droit. Ce titre subsistera jusqu’en 1893 où il se métamorphose, tout en accueillant à sa direction G. Tarde. Ce sont désormais : Les Archives d’anthropologie criminelle, de criminologie et de psychologie normale et pathologique. Ce titre perdure jusqu’en 1907, où de nouveau il se transforme en Archives d’anthropologie criminelle, de Médecine Légale et de psychologie normale et pathologique.

7En 1902, la revue devient mensuelle, par fascicule d’au moins 64 pages. Ce mode de parution persiste jusqu’en 1914 La production est relativement régulière donc, et semble obtenir par sa mensualisation la fidélisation de ses lecteurs.

La table des matières, les rubriques

8La table des matières est la clé pour tout ouvrage, toute revue. Elle se présente ici de manière détaillée, avec des rubriques spécifiques. Il n’y a pas une construction modèle de cette table. Elle semble respecter “un schéma type” en ses débuts (1886-1897) puis se compose de façon différente, un peu désordonnée...

9Deux rubriques sont constantes et gardent, pendant les vingt-neuf années de parution leur place et leur importance : en premier les “Mémoires originaux”, en second la “Revue critique” ; une revue bibliographique accompagne dès ses débuts, ces deux rubriques. En 1898, les “Notes et observations médico-légales” apparaissent. En 1914, une rubrique “Police technique” consacre ce domaine largement développé dans les Archives.

10La cohérence ne semble pas présider à l’élaboration de ces rubriques. Les Mémoires originaux sont le nerf de cette revue. Présente de 1886 à 1914, à la première place de la table des matières, cette rubrique, de par son intitulé, a vocation de consacrer “l’originalité” et la recherche, de promouvoir le manuscrit solide et argumenté. On ne sait pas toujours quels critères sont pris en compte pour qu’un article soit inclus dans cette rubrique. Les Mémoires originaux sont “la locomotive” de la revue. La “Revue critique” est la deuxième grande rubrique de ce périodique, elle est subdivisée en diverses parties.

11La “Revue critique” apparaît un peu comme “le fourre-tout” de la revue. La Revue critique se compose de sections que l’on va retrouver de manière relativement constante, ainsi les chroniques. Cette section sera inaugurée par la chronique italienne du Dr. A. Bournet.

12Dans la “Revue critique” existe également la Revue des journaux français et étrangers, présente sous ce titre de 1886 à 1891 et qui sera remplacée, en quelque sorte, par la revue des journaux et sociétés savantes Dans le même sens, les “Nouvelles”, rubrique composée d’annonces diverses, nominations, faits divers, décès. La revue bibliographique, qui prend la forme d’une “vraie” rubrique en 1897, présente d’une façon sommaire ou argumentée les ouvrages parus sur des thèmes intéressant la revue. Dans le même ordre d’idées, mais concernant les travaux universitaires, la Revue des thèses présentera les nouveautés. Ainsi, une nouvelle section : “Le mouvement psychologique et le mouvement sociologique” dirigé par le professeur A. Bertrand figure en 1907 Des articles très divers en forment le corps. Ils sont proches de la psychologie, de la sociologie ou de la philosophie. En 1910, c’est la “Chronique anthropologique” tenue par le Dr. Mayet (Chargé des cours Anthropologie à Lyon) qui apparaît dans la Revue critique. Elle aura une vie de courte durée, puisque dès 1911, elle disparaîtra. Par contre, l’arrivée discrète en 1898 des “Notes et observations médico-légales” transformera les rapports. Cette rubrique va prendre la seconde place dans la table des matières. Elle est souvent très richement fournie, et vient entériner un état de fait pour cette revue, l’importance et l’intérêt envers la médecine légale. Elle affirme l’identité de la revue autour de cet aspect. C’est en ce sens que de façon plus tardive la police technique aura sa rubrique (1914). Elle découle de ce même état d’esprit, où le judiciaire, la médecine, les techniques se retrouvent combinés afin de lutter contre le crime.

Les articles de médecine légale

13Il est difficile, délicat de présenter par écrit le découpage d’une revue. La même difficulté va intervenir à nouveau en essayant de présenter les “tendances” des articles et communications insérés dans la revue. Le corpus le plus important de la revue, dans son origine, dans son esprit, dans ses thèmes, est constitué par les articles de médecine légale.

14Différents thèmes peuvent être recensés. Ainsi la responsabilité médicale est largement étudiée, de précieuses acquisitions ont été faites à propos de l’âge, du sexe ; les médecins légistes ont emprunté aux cliniciens les signes fournis par le système dentaire, l’état de la peau, le fonctionnement organique ; à propos du sexe, des études sur l’hermaphrodisme et l’impuissance ; des articles sur la différence de criminalité dans les deux sexes ; les actes de l’état-civil (naissance, mariage, décès) renferment tous les droits et les devoirs des personnes et de leurs capacités ; la médecine légale s’exerce en ce domaine. Le chapitre de la thanatologie a fait l’objet d’études très approfondies ayant pour but de constater la réalité de la mort, ses causes, les circonstances diverses qui l’ont accompagnée. L’identité est une des parties les plus importantes de cette branche. En effet, le médecin peut intervenir dans les cas de simple police, au point de vue criminel, au point de vue civil : il faut étudier l’identité d’une personne vivante, d’un cadavre entier ou en débris, d’objets, ou de substances privées de vie. L’identification des criminels et des récidivistes rentre dans ces préoccupations. La méthode d’A. Bertillon, l’anthropométrie judiciaire, puis la dactyloscopie, est nettement étudiée, mise en valeur (renvoi à l’article anthropométrie).

15Autopsies, examen des taches, des cheveux, des poils, étude des coups et blessures par armes à feu, instruments contondants, mais aussi blessures professionnelles, accidents du travail sont des domaines d’intervention de la médecine légale sans oublier les asphyxies ou les empoisonnements Le suicide, le duel comme formes de mort violente font partie des travaux de la revue En évoquant les questions du sexe, il ne faut pas oublier les attentats aux mœurs, l’homosexualité et dans une autre optique, la grossesse, l’avortement, l’infanticide Tous ces thèmes chers à la médecine légale se retrouvent dans la revue. On a pu observer qu’un grand nombre d’affaires de la période se retrouvent dans la revue. Les experts y sont directement impliqués ou ils s’en inspirent afin d’en tirer des observations. La Revue s’achèvera en 1914, pressée par les circonstances politiques Elle ne réapparaîtra plus sous cette forme et ce titre. La guerre, en soi, n’aura fait que porter un coup fatal à un mouvement qui allait en s’essoufflant. La génération des collaborateurs de la première heure était passée. L’école lyonnaise de criminologie allait désormais se recentrer sur la police technique et scientifique, avec Edmond Locard.

Haut de page

Bibliographie

Références

1° Dans les Archives de l’anthropologie criminelle

Bournet (Albert), Chronique italienne, AAC, 1886

La chronique anglaise et anglo-américaine par le Dr. H. Coutagne (AAC, 1888 - AAC, 1891).

La chronique espagnole (AAC, 1888, 1889, 1890).

La chronique portugaise (AAC, 1889, 1890) tenue par le Dr. L. Galliot et liée à la chronique espagnole.

La chronique russe du Dr. A. Likhatcheff (AAC, 1889, 1890, 1892).

La chronique hollandaise (AAC, 1891).

Une chronique belge intitulée “Lettres de Belgique” tenue par R. de Ryckere (AAC, 1911, 1912, 1913, 1914).

La chronique allemande, AAC, 1892, 1893, 1894, 1898, 1902, 1903, 1904, 1906, 1908, 1909).

Les discours de rentrée des Cours et Tribunaux paraissent dans la Revue critique des AAC en 1886-1887-1888-1891-1892-1893-1897-1898-1899-1900-1901-1902-1903, pour cette dernière année, le compte rendu est réalisé par A. Villar et P. Jouhannaud.

Lacassagne (Alexandre), « Les progrès de la médecine légale et des transformations du droit pénal », AAC, 1913, p. 348.

2° Autres références

Cuche (Paul), « Les Archives de l’anthropologie criminelle », Revue pénitentiaire, 1896, p. 153.

Bibliographie

Kaluszynski (Martine), La criminologie en mouvement. Naissance et développement d’une science sociale en France à la fin du XIXe siècle. Autour des « Archives de l’Anthropologie criminelle d’Alexandre Lacassagne », Doctorat de 3e cycle, 1988, Atelier de reproduction des thèses Lille III, 989 p.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martine Kaluszynski, « Les Archives de l’anthropologie criminelle », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 1. La revue et ses hommes, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/108

Haut de page

Auteur

Martine Kaluszynski

Martine Kaluszynski, docteur en Histoire contemporaine, socio-historienne, est Chargée de recherche Première classe au CNRS (PACTE-CERAT-,Institut d’Etudes Politiques de Grenoble).
Ses travaux portent sur les savoirs et politiques sur le crime en France sous la Troisième République, l’analyse des modes socio-politiques d’élaboration du droit. la construction socio-historique de l’Etat républicain, des sciences de gouvernement, du droit et de la justice.
Martine Kaluszynski est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page