Navigation – Plan du site
4. L’anthropologie criminelle en Europe

L’anthropologie criminelle en Italie

Jean-Christophe Coffin

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

1L’Italie est le territoire de l’anthropologie criminelle dans la mesure où l’un de ses plus illustres représentants, si ce n’est le plus connu d’entre eux, le médecin Cesare Lombroso (1835-1909) y a fait toute sa carrière, essentiellement à partir de l’université de Turin. Et c’est de là qu’il a essaimé ses idées à travers une multitude d’articles, de très nombreux livres et à travers l’organisation de conférences et de congrès internationaux. Si l’anthropologie criminelle constitue de fait un mouvement scientifique et culturel de grande ampleur aux effets directs et indirects sur la société italienne, et si elle fut portée par des circonstances favorables et promise à un développement heureux, la reconstitution de son histoire n’en est pas moins scandée par des luttes intellectuelles, des batailles institutionnelles, des affrontements politiques, et aux victoires se succèdent les échecs. La figure de Cesare Lombroso tient évidemment une place considérable dans cette histoire et les aléas entourant sa carrière et son œuvre scientifique n’ont pas été sans conséquence sur le destin de l’anthropologie criminelle en Italie.

2A la veille de l’unité nationale de son pays (1870), Lombroso est un représentant d’un mouvement intellectuel de plus en plus actif en Italie. La méthode expérimentale et positive se diffuse dans de nombreuses disciplines et elle est le porte-drapeau de toute une génération qui est aux marches du pouvoir tant politique qu’intellectuel. C’est par exemple à l’initiative du nouveau ministre de l’Instruction publique, Francesco de Sanctis (1817-1883), que le physiologiste matérialiste allemand Jacob Moleschott (1822-1893) est invité à prendre une chaire à l’université de Turin en 1862, amorçant ainsi une politique à l’opposé de son prédécesseur Terenzo Mamiani (1799-1885), adepte du spiritualisme d’Antonio Rosmini (1797-1855) qui dominait en philosophie et en psychologie. Les partisans d’un Risorgimento des connaissances cherchaient à fonder une science globale capable de produire une connaissance homogène des mécanismes du vivant et aboutissant à dépasser la frontière entre les sciences de la nature et la science de l’homme. L’ambition de Lombroso recoupe à bien des égards ce projet général, assez représentatif de sa génération, et il inscrit son propre projet dans un courant intellectuel, le positivisme, qui se place en Italie à l’aube de la période de l’Unité dans une orientation laïque et réformiste. Cette orientation tant politique que philosophique faisait, par exemple, l’admiration d’Alfred Espinas (1844-1922) qui consacra tout un livre à la philosophie expérimentale en Italie, qui connaît un grand succès.

3Le projet d’une histoire naturelle de l’homme prit forme dans l’œuvre de Lombroso à partir des années 1860 précisément. Période au cours de laquelle Lombroso se forme, lit beaucoup et s’engage en faveur des sciences naturelles renouvelées notamment par la perspective darwinienne. C’est en 1880, qu’il fonda l’ Archivio di psichiatria, scienze penali ed antropologia criminale per servire allo studio dell’uomo alineato e delinquente. Comme l’indique le titre, les éditeurs de la revue ont une vaste ambition et entendent dépasser les frontières entre maladie et crime. Lombroso est accompagné dans cette entreprise par un magistrat, le baron Raffaele Garofalo (1851-1934). Ils sont rejoints l’année suivante par Enrico Ferri (1856-1929), jeune professeur de droit pénal. La revue, divisée en trois sections (psychiatrie, sciences pénales, et anthropologie), aborde de multiples sujets dans un ton souvent novateur. Le principal objectif était de modifier les sciences pénales par le biais de l’anthropologie et de créer ainsi une nouvelle discipline, l’anthropologie criminelle. C’est dans les cahiers successifs de la revue que se constitue l’école positive de droit pénal dont Ferri devient un élément incontournable, notamment après la publication de son ouvrage I Nuovi orizzonti del diritto penale (Bologne, 1881). Parallèlement, ce dernier ajoute à l’architecture lombrosienne la sociologie criminelle, - titre d’un de ses livres bénéficiant de nombreuses éditions - à laquelle il donne une orientation organiciste largement inspirée par le philosophe et sociologue anglais, Herbert Spencer. Il s’agissait de circonscrire les lois naturelles du fonctionnement social pour construire une sociologie qui contribue au projet de Lombroso et qui se nourrisse en retour des postulats lombrosiens. Le projet est ouvertement politique puisqu’il doit, notamment pour Ferri, aboutir à résoudre la question sociale. Cette voie philosophique et politique doit permettre de s’affranchir du catholicisme dominant tout comme il doit permettre de se substituer aux théories libérales du libre arbitre et de la responsabilité. Au sein de cette configuration, Lombroso développe à travers ses lectures, ses notes et ses publications plusieurs idées fortes telles que la tendance naturelle au crime, l’inefficacité de la peine et l’incurabilité du délit. Face à ces affirmations soutenues par des statistiques, des enquêtes abondamment produites dans les pages de la revue et dans les différents ouvrages de cette nouvelle école, il élabore un programme de réformes passant notamment par celle du code pénal et, de manière plus générale, il suggère la réélaboration du système de punition.

4En 1885, lors du premier Congrès d’anthropologie criminelle à Rome, tout semble aller pour le mieux et tout paraît surtout prêt pour que ce congrès constitue l’illustration de l’existence d’une nouvelle discipline et de son développement prometteur. Le caractère international du congrès rappelle que Lombroso a su jouer le rôle de passeur entre les différentes communautés savantes mobilisées sur le crime. De la même manière, il apparaît comme un leader de la discipline émergente, démontrant sa capacité à la synthèse et à la généralisation de données jusque là éparses ou fragmentées. La question criminelle semble alors en passe d’être maîtrisée d’un point de vue théorique, ce qui devait entraîner des solutions pratiques que les autorités manqueraient pas de prendre prochainement. Lombroso travaillait tout à la fois à l’élaboration de solutions publiques qu’à la construction d’une théorie du comportement criminel. Il manifeste clairement sa volonté d’introduire les modalités permettant une correcte gestion des délinquants et en cela il reçoit le soutien des corps constitués. Enfin, il apparaît comme l’inspirateur et l’organisateur d’un nouveau savoir réunissant l’anthropologie, le droit et la sociologie dans un lien singulièrement étroit avec les sciences naturelles et médicales. Et cette intention suscite la curiosité, l’intérêt, l’espoir ou la perplexité des milieux savants. C’est à partir de ce congrès que les nuages viennent sérieusement assombrir le ciel trop azur du projet lombrosien et de ses collègues et fidèles. Dès le congrès de 1885, les oppositions sous-jacentes apparaissent au grand jour et se font en effet très nettes. L’organisation du congrès en même temps que la tenue du IIIe Congrès pénitentiaire mondial se révéla une initiative sans doute légitime mais dévastatrice pour Lombroso. C’est en ce lieu que les attaques des juristes commencèrent pour ne plus guère s’arrêter dans les décennies suivantes. Une des places fortes de l’opposition à Lombroso et à son école fut la Rivista penale fondée en 1874 par le professeur de droit pénal Luigi Lucchini (1847-1929). Certains juristes résistaient face aux changements voulus notamment par Ferri et refusaient l’idée de réformer le droit pour amorcer une nouvelle politique pénale et sociale. On pouvait mettre cette attitude sur le compte d’une frilosité, d’une résistance aux changements d’une profession accusée de conservatisme. Cet argument n’est pas sans fondement car les oppositions s’articulaient autour d’enjeux philosophiques forts. Mais il ne constitue pas la seule clé d’explication. Des juristes proches de la gauche socialiste, comme Adolfo Zerboglio (1866-1952), ne suivaient guère plus les conceptions de Lombroso. En outre, si l’affrontement avec les juristes était particulièrement visible, il s’accompagnait de dissensions avec les psychiatres avec lesquels Lombroso avait pourtant des rapports étroits. Enfin Lombroso suscitait des réactions négatives de plusieurs représentants des sciences de l’homme de l’époque, notamment de la sociologie ou de l’anthropologie. Que se passait-il et qu’avait donc fait Lombroso pour provoquer de telles réactions ? Après avoir frappé les esprits par ses propos, il donnait désormais une image quelque peu instable de ses propres résultats de recherche. Entre la première édition de L’homme criminel en 1876, et la dernière en 1897, pas moins de cinq éditions devaient paraître. Ces nouvelles parutions entraînèrent une augmentation significative du nombre de pages. De plus, elles occasionnèrent, à plusieurs reprises, l’introduction de modifications substantielles dans ses interprétations du phénomène criminel. La plus importante eut lieu justement en 1885 et c’est précisément lors de ce congrès de Rome qu’il l’a rendue à nouveau public après l’avoir annoncé précédemment dans un livre, intitulé Il caso Misdea e la nuova scuola penale. Ces modifications révélaient une certaine instabilité de la théorie et, en tout cas, permettaient aux sceptiques de s’interroger sur la validité de propos qui évoluaient un peu trop rapidement. La dimension anthropologique est quelque peu laissée de côté au profit d’une interprétation plus médicale et plus clinique. Lombroso avait pour habitude se superposer ses deux conceptions plutôt que de les opposer. Mais cette attitude ne permit guère d’éclairer très efficacement ses interlocuteurs. Parlons donc plutôt des thématiques qui sous-tendent l’architecture de son propos. La première évoque constamment le primitivisme. Il y a dans le criminel un élément primitif, une sorte de monstre, héritage de temps barbares révolus. C’est sur cette représentation que se fonde sa conception atavique du crime. Il n’est pas le seul à représenter le criminel sous cet aspect mais son utilisation de l’atavisme est, en revanche, assez personnelle. La deuxième thématique est celle du déterminisme héréditaire. A nouveau, il ne fait là que reprendre un paradigme fondamental des sciences médicales de son époque. Cette seconde thématique devient particulièrement présente lorsque Lombroso, au milieu des années 1880, évolue vers une conception plus pathologique de la criminalité. Son déterminisme emprunte autant à une biologie des conduites criminelles qu’à l’héritage de pratiques culturelles révolues mais que certains individus maintiendraient en eux sans pouvoir s’en affranchir. Ces formules successives d’une théorie naturelle du crime dans lesquelles il emprunte, superpose, juxtapose les notions en vogue de son époque entraînent des réactions inverses à celle recherchées par Lombroso. Le congrès de 1885 avait précisément été l’occasion pour Lombroso de revenir sur cette seconde étape de sa conception, qu’il avait finalement officialisé à travers le livre précédemment mentionné, (Il caso Misdea) afin de mettre un terme aux interrogations de ses contemporains. Il affirmait et répétait que le criminel était désormais un fou moral. Cette figure clinique était connue de la médecine mentale sur laquelle elle se penchait depuis ses débuts que ce soit en France avec la manie sans délire de Pinel ou la folie lucide du médecin français Ulysse Trélat (1795-1879). La notion de folie morale proposée par l’anglais James C. Prichard (1786-1848) avait été reprise et introduite en France par le docteur Bénédict-Augustin Morel (1809-1873). Elle reposait sur l’idée de la perversion des sentiments et avait contribué à dessiner une figure du malade dangereux, retors, mauvais. En Italie, l’association des psychiatres italiens (la Società italiana di freniatria) en avaient discuté les fondements et la symptomatologie à plusieurs reprises. Ce n’était pas tant l’utilisation de cette notion par Lombroso qui suscitait des réserves. La critique portait avant tout sur le fait de réduire le fou moral à un criminel ou de faire quasiment de tous les criminels des fous moraux. Enfin, Lombroso, au prétexte d’une ressemblance entre la crise épileptique et l’impulsion de l’acte criminel, en venant à imaginer une identité entre le fou moral et l’épileptique. Il indiquait par là que la crise épileptique était comme la traduction physiologique de l’impulsion homicide. Cette proposition engendrait de la part des psychiatres italiens une vive opposition tant la formulation paraissait schématique. En outre, cette juxtaposition croissante entre déviance et phénomènes pathologiques créaient tout un ensemble d’états intermédiaires amorçant ainsi la naissance d’une classe de demi-malades, demi-delinquants qui risquait de prendre une importance démesurée au sein de la société tant Lombroso semblait y placer sans cesse des catégories nouvelles. Il avait commencé sa carrière de scrutateur des phénomènes criminels en insistant sur le caractère irréductible du délinquant fondant ainsi une frontière quasi insurmontable entre la normalité et la déviance. Désormais, Lombroso introduisait une telle porosité entre les personnalités malades, délinquantes et normales que le reproche qui lui était fait était de rendre invisible les individus normaux. Les années 1885-1895 furent pour Lombroso non plus celles de la consolidation mais celle de batailles harassantes et il était régulièrement l’objet de moqueries. Sa volonté d’unifier la délinquance congénitale avec l’épilepsie et la folie morale, de croiser les arrêts de développement avec la dégénérescence mentale et de mettre en parallèle l’atavisme et la pathologie au point de confondre ces deux termes produisaient une évidente confusion. Comme le remarquait un psychiatre, les esprits, enthousiastes au départ, étaient désormais « embrouillés ».

5Les dissensions avec les psychiatres révélaient des questions de fond mais également l’agacement face à Lombroso qui se présentait en chef de la psychiatrie expérimentale italienne. Un de ses élèves, Luigi Roncoroni, par exemple, tentait d’introduire son œuvre auprès de ses confrères en en vantant les mérites. Mais Andrea Verga (1811-1895), le fondateur de l’association des psychiatres italiens manifestait peu d’enthousiasme à l’égard de Lombroso. Enfin la question de la folie morale avait sérieusement précédemment divisé les psychiatres italiens et il y avait une certaine réticence à reprendre le débat sur les frontières entre pathologie et déviance. La nouvelle génération des psychiatres formée dans les premières années de l’Unité ne vouait plus d’admiration pour un homme dont ils considéraient les conceptions finalement de peu d’utilité. Eugenio Tanzi (1856-1934), partisan du concept de folie morale estimait, par exemple, que la psychiatrie devait cesser les rapports trop étroits avec l’anthropologie criminelle au risque d’y perdre son identité. Une telle réaction n’avait d’autre but que de maintenir et développer l’autonomie d’une discipline, la psychiatrie. Les propos contenus dans son œuvre tout comme les orientations que Lombroso a impulsées n’ont pas manqué de perturber durablement la psychiatrie et les rapports entre folie et crime dans le contexte italien. À plusieurs reprises, les professionnels de la psyché sont apparus bien divisés sur ces aspects et se sont également divisés sur l’interprétation à donner des travaux du maître de Turin. Le début du XXe siècle a perpétué les débats et les oppositions et l’amorce d’une solution et d’une interprétation commune s’éloignaient. Jamais en tout cas, on ne retrouva la proximité des débuts lorsqu’à l’orée des années 1870, Enrico Morselli (1852-1929), alors jeune psychiatre cherchait activement à utiliser le meilleur de Lombroso tout en cherchant à ‘renforcer’ la méthodologie de ses travaux.

6La fin du siècle fut pour Lombroso une période pleine d’ambivalence. Il est alors un des savants italiens les plus célèbres hors de son pays mais également un des plus critiqués, y compris dans sa propre université au sein de laquelle il n’enseignait pas l’anthropologie criminelle puisque celle-ci n’avait pas de visibilité officielle. Ce n’est en effet qu’en 1905 qu’il obtient du gouvernement une chaire d’anthropologie criminelle. Les pesanteurs institutionnelles universitaires n’étaient rien par rapport aux attaques que Lombroso connaissaient sur le plan international, notamment celles provenant de « l’école de Lyon » pilotée par A. Lacassagne. Mais la querelle n’était pas que franco-italienne. Les positions critiques à l’égard de Lombroso gagnaient d’autres scènes universitaires européennes et avaient pris racine, comme on l’a vu, dans son propre pays. Plus dévastateur, les anciens amis ou du moins ceux qui partageaient l’ambitieux projet de Lombroso, se détournaient de l’universitaire turinois ou tentaient de lui faire admettre qu’il risquait de se retrouver dans une impasse à force d’être insensible aux critiques qui lui étaient adressées. L’anthropologue Paolo Mantegazza (1831-1910), par exemple, avait à son égard des mots très durs et accusait l’anthropologie criminelle d’avoir une jambe du côté de la science positive et l’autre dans l’apocalypse des sophismes et des logomachies. Alors même que l’anthropologie criminelle avait suscité un vif intérêt de la part de plusieurs intellectuels socialistes séduits par Enrico Ferri qui n’avait pas ménagé sa peine, elle provoquait désormais de vives dissensions au sein du socialisme italien. Filippo Turati (1857-1932) s’en éloignait car le biologisme de Lombroso lui devenait insupportable et apparaissait, en outre, profondément incompatible avec la philosophie politique qu’il défendait dans ses livres et sur les estrades. En se focalisant sur les origines du crime, on accentuait le risque de polémiquer sans fin sur les causes et de mettre le doigt sur certaines hypothèses du camp lombrosien singulièrement hardies au regard de la capacité de leurs concepteurs à les prouver. Le sociologue Napoleone Colajanni (1847-1921) devint progressivement un des opposants les plus constants de Lombroso. Cet universitaire et homme politique insistait sur les facteurs sociaux dans l’étiologie du crime et contestait la naturalité du crime qu’induisait de plus en plus les affirmations de Lombroso. Ce débat ne se réduisait pas à ses seuls acteurs mais s’inscrivait au contraire au coeur du socialisme italien, annonçant par bien des aspects les divisions profondes que celui-ci devait connaître sur le plan politique dans la première partie du XXe siècle. L’intensité des échanges sur les rapports entre socialisme, évolutionnisme et criminalité n’a pas eu véritablement d’équivalent en France à la même période bien que quelques personnalités françaises, tel que le magistrat Gabriel Tarde, s’en firent l’écho à travers les pages des Archives d’anthropologie criminelle. Cela révèle combien le travail de Lombroso, à défaut de séduire la totalité des sciences de l’homme, nourrissait le débat au sein de celles-ci. La proximité de Lombroso dans les années 1890 avec le socialisme turinois explique aussi la présence de tels débats au sein du parti socialiste qui bénéficiait alors de l’intérêt, voire du soutien de plusieurs intellectuels et universitaires.

7Pendant que Lombroso continuait à propager ses multiples propos, son gendre Mario Carrara (1866-1937), professeur de médecine légale, intégrait certaines des valeurs de l’anthropologie criminelle dans les expertises médico-légales et dans la formation de la psychiatrie légale. C’était là que se situait l’effet le plus direct et le plus durable aussi de la rénovation entreprise par les tenants d’une autre conception du crime et de l’acte délinquant. Autre conséquence pratique, celle tentée par Salvatore Ottolenghi (1861-1934) en matière de police scientifique qui se cantonnera au final à la diffusion des pratiques anthropométriques dont la naissance et l’exploitation ne sont pas directement liées au développement des théories de Lombroso. Toutefois, la réforme du Code pénal (1889) dont les premières discussions rythmèrent les années 1880 emprunta très peu des propos et des souhaits de l’école positive de droit, au grand regret de Lombroso et de Ferri.

8Trois avant sa mort, diminué par les premiers signes de la maladie, Lombroso a toutefois la satisfaction d’une commémoration faite en son honneur et dont la principale trace est la parution d’un livre d’hommages intitulé L’opera di Lombroso nella Scienza e nelle sue applicazioni. D’autres textes suivront pour louer l’œuvre du grand savant, venant dans la plupart des cas de ses amis ou de ses proches. Au-delà de ses hagiographies, l’œuvre de Lombroso suscitait toujours des commentaires et des prises de positions y compris après sa disparition. Les réactions provenaient de personnes aussi différentes que le catholique Agostino Gemelli (1878-1959) le philosophe Giovanni Gentile (1875-1944) qui devint par la suite le penseur du régime fasciste ou encore d’Antonio Gramsci (1891-1937), intellectuel et fondateur du parti communiste italien. Mais chacun, tout en estimant le travail de leur compatriote comme un moment essentiel de la science italienne, se révélait critique et perplexe sur bien des points fondamentaux de cette œuvre criminologique. Les principaux reproches portaient sur le déterminisme de Lombroso, considéré comme doté d’un rôle trop accentué et auquel il donnait une importance invérifiable au regard de l’état des connaissances. Les critiques concernant l’œuvre sur le phénomène criminel tel que Lombroso l’interprétait ont été formulées assez tôt et on peut aisément constater qu’elles ont durablement survécu à sa carrière professionnelle, au demeurant agitée. Lombroso a tenté de les prendre en compte sans pour autant véritablement convaincre. Le plus inattendu peut-être est que ce type de reproches est cependant quelque peu paradoxal si l’on veut bien prendre en compte l’histoire des théories sur le crime. En effet, le rôle attribué au déterminisme héréditaire dans l’étiologie du crime est traditionnellement accepté et même souvent recherché car il est une hypothèse récurrente dans les débats portant sur les explications aux comportements criminels. Le propre successeur de Lombroso à la chaire d’anthropologie criminelle, Mariano Luigi Patrizi (1866-1935), ne renonça nullement à cette hypothèse déterministe. Toutefois, il s’affranchit de son prédécesseur. Il procéda en effet à une orientation des études de criminologie dans une direction nettement somatique, les éloignant ainsi de la dimension morphologique et anthropologique qu’elles avaient avec Lombroso ; cette orientation permettait également de prendre en compte une causalité psychologique, assez peu présente dans l’anthropologie criminelle du début. Toutefois, à partir de la fin des années 1920, la morphologie connut un regain d’intérêt à travers notamment les travaux de caractérologie et de cette manière la recherche du type criminel continua à mobiliser une discipline, qui persistait, par ailleurs, à s’appeler anthropologie criminelle alors même que le terme de criminologie l’emportait dans d’autres pays. Ce n’était pas sans paradoxe là aussi quand on sait que ce fut Garofalo lui-même qui avait œuvré à la diffusion du terme « criminologie » dès les années 1880. Au-delà de la terminologie dominante, la discipline en Italie partageait avec ses consoeurs européennes et américaines, l’idée d’une constitution criminelle de la même manière qu’il existait, une constitution morbide, conception défendue plus spécifiquement par les psychiatres. Cela revenait à expliquer de manière un peu trop miraculeuse les comportements criminels, névrotiques ou pathologiques et de se risquer à des spéculations qu’un certain Cesare Lombroso avait commises un demi siècle plus tôt.

9Quel bilan tirer de ces décennies esquissées à grand trait ? Il faut tout d’abord tenter de séparer la personne de Lombroso de la discipline qu’il a cherché à fonder. Lombroso a partagé les espoirs de sa génération, a marqué profondément son époque et a constitué une rupture significative dans le développement d’une science de l’homme. En dépit de tout cet héritage, Lombroso demeure un cas. Son propre génie a favorisé paradoxalement ses errements. Tout premier communicant de son époque, ses multiples propos se sont peu à peu retournés contre lui. Trop de combats et de travaux conduits dans une perpétuelle course à la reconnaissance et à la volonté de convaincre ont fini par lasser. Mais n’en faisons pas un paria, même s’il avait coutume de se présenter ainsi. De toute manière, il faut aussi séparer la personne de Lombroso de l’anthropologie criminelle si l’on veut sereinement tenter un bilan sur cette discipline en tant que telle. C’est délicat pour l’Italie à cause de la personnalité de Lombroso ; l’exercice peut-être cependant tenté en s’appuyant sur les exemples issus d’autres contextes nationaux puisque l’anthropologie criminelle est un savoir européen, comme le montrent plusieurs éléments du site criminocorpus. Les échecs que l’anthropologie criminelle a connus ne sont pas tous le produit des erreurs plus ou moins avérées de Lombroso ; ils sont aussi la traduction des résistances et des affrontements souvent acharnés que la fondation d’une telle discipline a engendrés. L’anthropologie criminelle est progressivement devenue dans les dernières décennies du XIXe siècle la discipline qui incarnait la « faillite de la science » après avoir été perçue, au contraire, comme un savoir traduisant le formidable engouement pour la science et ses progrès. Cela rappelait que le projet qu’elle représentait gardait toute sa légitimité mais qu’il n’en comportait pas moins des faiblesses originelles. La question criminelle s’est largement construite dans une atmosphère politique et sociale qui rendait son objectivation délicate voire impossible. Si la construction de l’anthropologie criminelle correspondit authentiquement à un projet intellectuel, ses partisans l’ont également toujours pensée comme un savoir opératoire, une expertise pour aider à la décision politique et pour contribuer à la résolution de la question sociale, thématique récurrente et source de nombreuses tensions politiques de l’Italie fin de siècle. Ce mélange des genres qui n’est pas propre à l’Italie a cependant pris un relief tout à fait particulier dans ce pays. D’une certaine manière, Lombroso a pensé la diversité en terme pathologique sans aucune commune mesure avec ses voisins européens, ce qui pourrait nous faire considérer l’anthropologie criminelle comme la tentative de fonder une science de l’unité italienne et de l’identité de l’Italien, projet politique largement inabouti entre le XIXe et le XXe siècle et dont on perçoit l’ambition démesurée. Constatons cependant que l’anthropologie criminelle en tant que mouvement culturel a atteint son but qui était de faire bouger les disciplines, les conceptions de la responsabilité, de la morale et du libre arbitre pour ne citer que les plus importantes. Mais les aspects pratiques sont en revanche notoirement limités car la consolidation d’une théorie du crime a trop retenu l’énergie de Lombroso et a mobilisé les sciences médicales et sociales sans pour autant aboutir. Le débat est resté malgré tout très lié à des postulats philosophiques, à des conceptions du monde éloignant ainsi la possibilité d’une construction de nouvelles modalités des pratiques de jugement. Mais n’y a-t-il jamais eu de débat consensuel et apaisé dans toutes les tentatives qui se sont succédées pour expliquer le crime et a fortiori pour saisir l’acte criminel et la personnalité de celui qui le commet ?

Haut de page

Bibliographie

Quand le lieu d’édition n’est pas précisé, il s’agit de Paris.

Sources

Colajanni, N., La sociologia criminale, Catania, Tropea,1889.

Colajanni, N., Ire e spropositi di Cesare Lombroso, Catania, Tropea, 1890.

Ferri Enrico, Sociologie criminelle, Rousseau, 1892 (éd. or. 1881).

Gemelli Agostino, Cesare Lombroso : I funerali di un uomo e di una dottrina, Firenze, 1911 (3e ed.).

Garofalo R., La criminologie. Etude sur la nature du crime et la théorie de la pénalité, Alcan, 1888 (éd or. 1885).

Giuffrida-Ruggieri V., Sulla dignità morfologica dei segni detti ‘degenerativi’, Roma, Loerscher & cie, 1897.

Lombroso C., Misdea e la nuova scuola penale, Torino, Bocca, 1884.

Lombroso C., L’homme criminel, criminel-né, fou moral, épileptique, Alcan, 1887.

Lombroso C., Nouvelles recherches de psychiatrie et d’anthropologie criminelle, Alcan, 1892.

L’opera di Lombroso nella Scienza e nelle sue applicazioni, Torino, Bocca, 1906.

Lucchini L., Le droit pénal et les nouvelles théories, Pichon, 1892.

Mantegazza P., « Antropologia contro antropologia », Rivista penale, XII, 1886.

Patrizi M.L., Dopo Lombroso : nuove correnti nello studio della genialità e del delitto, Milano, Società editrice libreria, 1916.

Zerboglio Adolfo, Cesare Lombroso, Roma, Formiggini, 1925;

Travaux contemporains

Frigessi Delia, Cesare Lombroso, Torino, Einaudi, 2003.

Gibson Mary, Born to crime : Cesare Lombroso and the origins of biological criminology, Wesport, Paeger, 2002.

Villa Renzo, Il deviante e i suoi segni : Lombroso e la nascita dell’antropologia criminale, Milano, Franco Angeli, 1985;

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Christophe Coffin, « L’anthropologie criminelle en Italie », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 4. L’anthropologie criminelle en Europe, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/136

Haut de page

Auteur

Jean-Christophe Coffin

Jean-Christophe Coffin, historien, est maître de conférences à la faculté de médecine de l’université Paris 5 et chercheur associé au Centre Alexandre Koyré (Histoire des sciences et des techniques-UMR 8560)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page