Navigation – Plan du site
Articles

Les transportés de 1848 (statistiques, analyse, commentaires)

Louis-José Barbançon

Texte intégral

1Le 4 mai 1848, les représentants du peuple, élus au suffrage universel et issus des élections du 23 avril précédent, se réunissent pour former l’Assemblée Constituante et proclamer officiellement la naissance de la République. Quelques semaines plus tard, la fermeture des ateliers nationaux par un décret de la commission exécutive du 21 juin 1848 provoque à Paris un mouvement insurrectionnel de grande ampleur. Une violente répression est alors menée contre les insurgés parisiens par le général Cavaignac ministre de la Guerre au sein de la commission exécutive. Les opérations militaires se déroulent essentiellement entre les 23 et 26 juin 1848, contre les barricades dressées dans l’est parisien tant sur la rive gauche que sur la rive droite de la Seine. Quant aux insurgés qui ont survécu aux combats, un décret du 27 juin 1848 (lire le texte du décret) prévoit qu’ils seront soumis à la transportation :

“Seront transportés par mesure de sûreté générale dans les possessions d’outre-mer, autres que celles de la Méditerranée, les individus actuellement détenus qui seront reconnus avoir pris part à l’insurrection du 23 juin et des jours suivants.”

  • 1 Extraits du rapport Crouseilhes : “Rapport fait au nom de la commission chargée d’examiner le proje (...)

2Mais ce décret ne sera appliqué ni dans sa forme initiale, puisque la loi du 24 janvier 1850 désignera finalement l’Algérie comme lieu de transportation, ni dans toute son ampleur. En effet, si aux lendemains des journées de Juin, des commissions militaires examinent le cas de 11671 individus susceptibles d’être transportés, ce nombre sera considérablement réduit à la suite de travaux menés en septembre 1848, par 11 commissions “composées de magistrats appartenant à tous les corps judiciaires, cour de cassation, cour d’appel, tribunal de première instance”, puis par ceux d’une “commission spéciale composée de deux magistrats et d’un inspecteur général des prisons” chargée, en novembre 1849, d’interroger “les détenus sur les pontons, dans les forts ”1. Enfin des mesures de grâces prononcées par le Président de la République Louis Napoléon Bonaparte après son élection en décembre 1849, ramèneront le nombre des individus concernés par la transportation à environ 500, tous détenus à Belle-Isle.

Les transportés de Juin 1848 font tous partie des détenus de Belle-Isle. En effet, l’article premier de la loi du 24 janvier 1850 (lire le texte de la loi) prévoit :

“Tous les individus actuellement détenus à Belle-Ile, et dont la transportation a été ordonnée en vertu du décret du 27 juin 1848, par suite des décisions des commissions instituées par le pouvoir exécutif, seront transférés en Algérie, qu’elle qu’ait été l’époque de leur arrestation.”

3Un ultime examen est effectué par une commission de libération qui recense 462 individus auxquels s‘appliquera la transportation. Deux états des détenus de Belle-Isle sont dressés et certifiés conformes le 26 janvier 1850 par le secrétaire de la commission de libération Eugène Demarquay.

Ces états sont conservés aux Archives Nationales sous la cote AN série Marine BB4 1039. Sous la même cote, on trouve également deux autres listes nominatives recensant les transportés embarqués sur l’Asmodée, mais pas la liste nominative des transportés du Gomer.

Leur transport a en effet été effectué depuis Cherbourg et Brest par le Gomer et l’Asmodée, deux frégates à roues armées respectivement en décembre 1841 et en juillet 1842, (pour en savoir plus : dossiersmarine.free.fr).

Dans le Moniteur du 25 février 1850, on peut lire :

  • 2 Moniteur, du 25 février 1850, p. 667.

“De Cherbourg, le 21 février 1850.” [...] “Les frégates à vapeur le Gomer, capitaine Paris et l’Asmodée, capitaine Fourteu-Nauton, sont parties de Cherbourg et de Brest pour conduire en Algérie, les transportés de juin 1848, lesquels seront détenus à la Casbah de Bône. ” 2

4La présente étude veut répondre à un double objectif. En premier lieu, mettre à la disposition des chercheurs et des lecteurs intéressés dans un tableau mis en ligne (voir le tableau), les annotations et les renseignements reportés sur les états manuscrits de Belle-Isle. Ces renseignements concernant les transportés portent (dans l’ordre des colonnes) sur les noms et prénoms, les lieux de naissance, les âges, les professions, les domiciles, l’état-civil, les enfants, le classement à Belle-Île et les observations portées par l’Administration. Ont été signalés et donc ajoutés, par nos soins ceux qui sont embarqués sur l’Asmodée et ceux qui seront ultérieurement transférés en Guyane.

En second lieu, tenter d’analyser et de commenter l’ensemble de ces données afin de compléter et si possible améliorer nos connaissances à propos de la transportation des Insurgés de juin 1848.

Enfin, cette étude vient en complément d’un article intitulé “Transporter les insurgés de Juin 1848” mis en ligne sur le site Criminocorpus (lire l’article)

  • 3 Jacques Houdaille, Les détenus de Juin 1848, Institut national d’études démographiques, dans Popula (...)

5Une étude statistique remarquable a déjà été menée sur les détenus de Juin 1848 par Jacques Houdaille, et publiée par l’Institut national d’études démographiques en 1981, mais elle portait sur l’ensemble des 11671 détenus destinés à la transportation3. Nous y ferons plusieurs fois référence au cours de ce présent article lequel ne porte donc que sur les insurgés de 1848 qui ont effectivement été transportés en Algérie. Un problème de dénomination se pose donc d’autant plus que l’usage conduit à désigner sous les termes de “transportés de 1848” des individus qui sont en fait transportés en 1850. Nous avons choisi de conserver la dénomination que l’usage a consacrée, “transportés de 1848”, et de désigner les détenus initiaux étudiés par Jacques Houdaille en précisant, dans le texte où dans les graphiques ci-dessous, détenus ou condamnés à la transportation en 1848.

Combien de transportés de 1848 ?

  • 4 Marcel Emerit, “Les déportés de 1848”, Revue de la Société d’études de la Révolution de 1848, 1948, (...)
  • 5 “Archives du Gouvernement de l’Algérie (G (2) 7 et G (2) 11)”, selon Marcel Emerit, op. cit. Voir é (...)

6Les états de Belle-Île ne permettent pas d’assurer que les 462 détenus qui y sont recensés ont tous été effectivement transportés en Algérie. En effet, selon le Moniteur et comme indiqué plus haut, le nombre des insurgés de Juin débarqués à Alger par le Gomer et l’Asmodée est respectivement de 224 et 200 soit 424 individus. Mais selon Marcel Emerit, un troisième convoi parti de Toulon arrive quelques jours plus tard à Alger avec un dernier groupe  4. Puis citant les archives du Gouvernement de l’Algérie, Marcel Emerit note qu’au 30 juin 1859 : “... le chiffre exact des déportés de juin en Algérie fut de 459.”  5

  • 6 A.N., série Marine, BB 4 1039.

7Il apparaît donc que travailler à partir des deux listes précitées des détenus de Belle-Île revient à étudier les transportés de 1848. D’autant plus que ces deux listes recensent 459 personnes, auxquelles il faut rajouter selon un état complémentaire 3 détenus supplémentaires, “dont la commission n’a pas cru devoir maintenir l’ordre de mise en liberté”, les dénommés : Jean Baptiste Maritus, 27 ans, voiturier, Edouard Rigaudin, voyageur et Antoine Valachon, 31 ans, forgeron  6.

“Dangereux” et “Repris de justice”

8Les détenus de Belle-Île sont classés en deux groupes : les “repris de justice” et les “dangereux”. Les repris de justice ont tous déjà été condamnés pour des infractions relevant du droit commun ; ils sont au nombre de 234. Les “dangereux” sont ainsi dénommés en référence à l’ardeur de leurs opinions politiques ; ils sont au nombre de 225. La catégorie à laquelle appartiennent les trois transportés supplémentaires, Maritus, Rigaudin et Valachon n’est pas précisée.

Les “dangereux”

9Sur les 225 détenus de Belle-Île classés parmi les “dangereux”, 86 (38 %) sont signalés avec des mentions aggravantes (présentées en italiques, colonne “Observations” du tableau). Ces annotations supplémentaires censées attirer l’attention sur la dangerosité des individus concernés révèlent en réalité toutes les inquiétudes et les peurs des décideurs et des responsables de la IIe république.

10Un examen minutieux permet de constater que sur 86 mentions, 54 relèvent de facteurs politiques indéniables.

11Ceux qui sont considérés comme les responsables des journées de Juin ou comme des meneurs sont, bien entendu, particulièrement mentionnés. Il faut citer en premier lieu :

  • Louis Pujol, de Saint-Girons en Ariège, un publiciste de 25 ans : “Le principal acteur de l’insurrection de juin, homme d’intelligence, d’énergie, d’action. Très à craindre comme meneur et comme homme d’exécution. Auteur de tous les désordres commis au dépôt et de toutes les manifestations coupables. A tenté trois fois de s’évader. Paraît avoir été détenu à la maison centrale d’Eysse près de Villeneuve d’Agen.”

  • Pierre Becker : un rémois de 48 ans, lieutenant-colonel de la légion italienne : “deux fois condamné pour offense au Roi, association illicite, gracié. Un des chefs de la dernière révolte. Homme intelligent mais incitateur et propagandiste.”

  • Hyppolite Lermigeaux originaire du Nord, capitaine de la garde républicaine, âgé de 47 ans  : “non-lieu pour vol - le plus mauvais esprit de la détention jouant à merveille de la palinodie. On assure qu’il a commandé les gardes de Sobrier, très mauvais, très dangereux.”

On peut y ajouter deux jeunes gens ayant servi dans la garde mobile :

  • le Parisien Jean Marie Hugelmann, 19 ans, déclaré comme homme de lettres mais également : “ex-lieutenant de la garde mobile, ambitieux, sans conviction, auteur de la parodie du catafalque des assassins du général Bréa, mauvais homme, dangereux, méprisable.”

  • Jean Baptiste Kollman né à Clichy la Garenne, 20 ans, garçon épicier : “ex-sous-lieutenant de la garde mobile, pris les armes à la main, proférant constamment des menaces de vengeance a tenté plusieurs fois de s’évader.”

Parmi les autres meneurs que l’Administration redoute particulièrement :

  • Jean Louis Aubin, d’Arras, 34 ans, terrassier : “Homme d’action, dangereux sous tous les rapports. Un des plus ardents instigateurs de tous les désordres, ne reculerait pas devant la violence, très mauvais, sans instruction.” - Antoine Beury, un architecte parisien de 36 ans : “arrêté en mai 1848, pour attentat, mis en liberté, très exalté et violent capable de se livrer aux derniers excès, dangereux au point de vue de ses théories, homme d’action dangereux.”

  • Jean Chautard, natif du Gard, 35 ans, teneur de livres : “Energumène, homme d’action. Dangereux sous tous les rapports. Ardent meneur, très mauvais. S’est échappé du dépôt a été pour ce fait condamné à 2 mois de prison.”

  • Léon Derouin, de Blois, 27 ans, horloger : “ex-capitaine des Montagnards, blessé sur les barricades, homme d’action et d’énergie, très dangereux. On pourrait également citer : Gabriel Pelin, 32 ans, artiste peintre et journaliste : “transfuge de l’armée de Lyon en 1834, méchant, dangereux, menaçant, un des plus exaltés.”

L’exaltation, l’énergie, la dangerosité sont les caractères les plus souvent relevés qu’ils soient employés seuls :

  • Achille Saint-Léon : “Très exalté, très énergique, très dangereux  ;

  • Joseph Frémont : “Très mauvais, très dangereux  ;

  • Jean Robert : “Excessivement exalté, très mauvais, très dangereux  ;

ou pour souligner un trait de l’homme concerné :

  • Louis Achille : “Très exalté, mauvais sujet, homme dangereux  ;

  • Pierre Picheloup : “Très mauvais, homme d’action, énergique  ;

  • Julien Even : “Très dangereux, très exalté, homme d’action  ;

  • Jean Dargout : “Homme très mauvais, très exalté, très dangereux.” Ceux qui sont considérés comme pouvant propager des idées dangereuses sont également visés par ces mentions :

  • Jacques Leyris : “Très exalté, propagandiste, homme d’action”  ;

  • Théodore Tassilier : “Très exalté, meneur et propagandiste très dangereux”  ;

  • Jules Peyront : “Propagandiste très exalté en politique, ambitieux  ;

  • Jean-Baptiste Lagarde : “Excessivement dangereux, propagandiste très exalté, homme d’action”  ;

  • Gabriel Guilleminot : “Propagandiste outré, très mauvais, très dangereux  ;

  • Hervé Brucker : “Dangereux au point de vue de ses théories politiques  ;

12Autre critère retenu dans ces annotations des “dangereux” : leur capacité à agir y compris par la violence :

  • Auguste Maillard : “Exalté au dernier degré, homme d’action, de coups de main, très dangereux.

  • Hippolyte Grand : “Energique, exaltation outrée, dangereux.”

  • Théodore Martin : “Homme brutal, violent, exalté, très dangereux.

  • Jacques Klein : “Homme d’action, de barricades, très dangereux.

  • Hippolyte Paon : “10 jours pour rébellion. Redoutable, capable de toutes les violences.”

13Enfin, apparaissent aussi des jugements quant aux capacités intellectuelles de certains transportés décrits comme : “sans instruction. Très exalté” (Jean Clavel) ; ou comme “méchant esprit, demi intelligence, meneur, propagandiste dangereux” (Léon et Louis Sibert) ; ou encore comme “esprit intelligent, mauvais antécédents, exalté, dangereux” (Claude Devesvres et Louis Dorgal). Les “intellectuels” sont principalement ciblés parmi les plus “dangereux”. Citons notamment :

    • 7 Marcel Emerit : “Les mémoires de Terson, déporté de 1848”, dans la Revue Africaine, Alger 1947, n°  (...)

    Jean Terson, né à Fa dans l’Aude, 44 ans, homme de lettres, dont Marcel Emerit fera connaître les mémoires  7 , défini comme : “ex-prêtre défroqué. Le Bazile de la détention préparant tous les mauvais actes dans l’ombre, meneur dangereux, agent provocateur, méchant esprit” ;

  • et Émile Thuillier, originaire de Sedan, 30 ans, journaliste : “ex-rédacteur du ”père Duchène“. Dangereux, exalté et homme d’intelligence et de menées sourdes, propagandiste, mauvais sous tous les rapports.” Ils sont également plusieurs à présenter des antécédents judiciaires dont l’examen montre qu’ils se fondent sur des infractions de caractère politique, ou sur des délits d’opinion, de coalition, d’association, de complot :

  • Jules Bourbier : “ancien détenu politique, homme d’action et très dangereux.”

  • Barthélémy Chardon : “7 fois condamné pour vente d’imprimés.

  • Georges Duhamel ? : “8 jours pour attroupement.”

  • Stéphane Gaillard : “15 jours pour destructions d’arbres. Renvoyé pour coalition, 25 f pour outrages à agent.”

  • Henri Gorlier : “arrêté pour cris séditieux et rébellion, acquitté en Assises. 25 f amende pour vol.

  • Jean Herbulet : “arrêté 3 fois pour cris séditieux, complot. 10 ans de détention, cour de Paris 1839, gracié 4 octobre 1844.

  • Antoine Jacquemin : “acquitté de complot, 8 jours pour association.”

  • Claude Maisons : “arrêté pour attentat, renvoyé, très dangereux, représentant de club.” -

  • Augustin Morel : “non-lieu pour association illicite. Propagandiste dangereux, homme d’action.”

  • Louis Sanial : “arrêté pour complot en 1843, renvoyé.”

On peut donc constater une cohérence dans la définition des profils des “dangereux” où l’aspect politique domine.

Qu’en est-il du profil des repris de justice ?

Les repris de justice

14Les 234 repris de justice font tous l’objet d’une observation personnelle quant à leurs antécédents judiciaires respectifs (colonne “Observations”). Notons qu’une quarantaine d’entre eux se voient attribuer une annotation complémentaire plus politique. Dans le tableau de référence, cette annotation complémentaire est placée dans la même colonne mais en italiques afin de faciliter la lecture.

Les condamnations des repris de justice relèvent pour la très grande majorité de la peine de prison et donc d’infractions de simple police ou de délits mais 8 d’entre eux ont été condamnés aux travaux forcés, une peine qui ne peut être prononcée qu’en matière criminelle.

Parmi ces anciens forçats :

  • Charles Cartigny, un tourneur âgé de 30 ans condamné à 7 ans par les assises de la Seine.

  • Jacques Dupont, un imprimeur de 40 ans, condamné à 20 ans travaux forcés, le 22 août 1833 pour vol sur un chemin public, après 13 arrestations.

  • Jean Paul Ribon, fabricant de meubles, âgé de 40 ans, condamné à 8 ans de travaux forcés après avoir été arrêté 7 fois pour vol. À ces trois Parisiens de naissance, il faut ajouter :

  • Alphonse Guillemont, natif de Quevauvillers dans la Somme, cordonnier de son état et condamné à 5 ans de travaux forcés pour vol, après 4 condamnations pour rupture de ban ;

  • François Martin, né à Confracourt en Haute-saône, âgé de 26 ans, marié un enfant et déjà condamné à 5 ans de travaux forcés par contumace ; et Jean Baptiste Renaudin, originaire des Ardennes, un journalier de 55 ans, condamné à 5 ans de travaux forcés pour vol. Les 6 forçats précités ont subi des condamnations prononcées à partir de faits relevant du droit commun. En revanche, Félix Chopin un serrurier parisien, âgé de 50 ans, veuf et père de deux enfants a subi 3 ans de travaux forcés pour désertion, une peine qui a dû lui être infligé tandis qu’il était militaire. Enfin, Aimable Carpentier, natif de Gravelines a été condamné à 8 ans de travaux forcés pour attentat contre le gouvernement, une incrimination de caractère politique (cette peine a d’ailleurs été commuée en 8 ans détention, laquelle est une peine politique).

En dehors des anciens condamnés aux travaux forcés, se trouvent également, parmi les repris de justice, de nombreux récidivistes et même des multirécidivistes. Ainsi, en nous limitant à ceux qui avaient déjà subi plus de 5 condamnations, nous en avons relevé 26, soit 11 %, répondant à ce critère.

Sur les quatre repris de justice les plus souvent condamnés, aucun n’est signalé pour sa “dangerosité” politique.

Il s’agit de :

  • Joseph Cuisinier, né à Dôle âgé de 41 ans, enregistré comme perruquier mais 21 fois condamné ;

  • François Launoy, natif de Pont-de-planches en Haute-Saône, âgé 33 ans, déclaré comme porteur aux halles et condamné 15 fois ;

  • Pierre Gaudot dit Pierre Michel, né à Paris, 52 ans, tourneur en cuivre, 19 fois arrêté, 16 fois condamné ;

  • Julien Meyer dit Marie Jean également né à Paris, 48 ans, peintre en bâtiment, 14 fois condamné. Les motifs de condamnation de ces quatre transportés sont identiques : vol, vagabondage et rupture de ban. Ce sont ces motifs que l’on retrouve parmi les 22 autres repris de justice condamnés plus de 5 fois. Il suffit pour s’en convaincre de consulter dans le tableau de référence et par ordre nominatif la liste suivante : Condamnés 10 fois : Jean Baptiste Krieger et Alexis Marin. Condamnés 9 fois : Charles Meyer et Pierre Toitot. Condamnés 8 fois : René Beauvallet, Joseph Bourlé, François Duc, Jacques Morisot et Louis Oudard. Condamnés 7 fois : Louis Breton, Pierre Champs, Joseph Duffet, Louis Milsan, Pierre Naudin et Jean Baptiste Touchard. Condamnés 6 fois : Jean Bigarel, Louis Bonneville, François David, Narcisse Desbonner, Nicolas Meunier, Jean Baptiste Pedeau et Gaspard Rivière.

Seuls trois d’entre eux sont également signalés comme “dangereux politique” : Narcisse Desbonner, Alexis Marin et Pierre Naudin. Quant à François Duc, il est le seul à avoir été poursuivi pour “écrits séditieux”, un délit à caractère politique.

On peut également constater que parmi les individus précités ayant subi de nombreuses condamnations, nombre d’entre eux ont connu des arrestations encore plus nombreuses. C’est le cas pour François Duc arrêté 17 fois, Joseph Bourlé 16 fois, Pierre Naudin 14 fois, François David 13 fois, Charles Meyer 12 fois, Jacques Morisot et Pierre Toitot 11 fois, Louis Milsan et Jean Baptiste Touchard 10 fois, Pierre Champs et René Beauvallet 9 fois ainsi que Jean Baptiste Pedeau 8 fois. Ce profil de délinquants récidivistes condamnés à des peine de prisons pour des motifs comme le vagabondage, la mendicité, la rupture de ban, les coups et blessures, l’outrage, la rébellion et au pire le vol, laisse à penser que ces antécédents ont dû peser lourdement au moment de l’établissement des listes des graciés par les différentes commissions désignées à cet effet.

15La catégorisation qui sépare les “dangereux” des repris de justice répond donc à des critères reconnaissables. Pourtant les frontières des deux catégories sont loin d’être hermétiques. En effet, un certain nombre d’individus, au vu des renseignements en notre possession, auraient pu être classés dans l’une ou l’autre.

Ainsi, une trentaine de “dangereux” (13,3%) sont signalés avec en marge des annotations qui auraient pu les faire relever de la catégorie des repris de justice :

  • Jean François Armand : “20 jours pour coups en 1845”  ; - Julien Arrondel : “6 jours pour rébellion et outrages”  ;

  • Charles Bachetet : “Renvoyé 3 fois de vol et vagabondage, 3 jours pour coups”  ;

  • Claude Bataille : “3 jours pour vol”  ;

  • Charles Bivors : “10 jours de prison pour rébellion”  ; - François Blondeau : “6 jours de prison pour coups”  ;

  • Pierre Boudin : “2 fois condamné pour coups”  ;

  • Désiré Desgrief : “8 jours pour coups”  ;

  • Edouard Gossart : “7 fois condamné pour contravention” ;

  • Marie Etienne Grosbois : “arrêté 3 fois pour coups et blessures, condamné 1 fois” ;

  • Philippe Joson : “3 jours pour vol”  ;

  • Eugène Labarre : “15 jours pour coups et blessures”  ;

  • Sébastien Laroche : “ 2 condamnations pour outrages, rébellion et coups”  ;

  • Jean Leprince : “10 jours de prison pour coups”  ;

  • Louis Link : “6 jours pour rébellion”  ;

  • Jean Baptiste Mouton : “8 jours pour coups et blessures” ;

  • Désiré Renard : “1 mois pour coups” etc.

16De même, comme indiqué plus haut, une quarantaine de repris de justice (17 %) sont signalés, avec en marge, des annotations de caractère très politique (en italiques). Ainsi la mention “dangereux politique” apparaît 29 fois (12,4% des repris de justice). Mais l’on trouve aussi les mentions “très exalté”, “très mauvais ”, “très exalté, très dangereux”...

Parmi les repris de justice les plus mal notés du point de vue politique, on peut signaler les trois Parisiens suivants :

  • Jean Baptiste Barbier, 30 ans, menuisier : “Dangereux au point de vue politique. Demi instruction. Auteur de plusieurs mauvaises chansons socialistes, homme d’action”  ;

  • Joseph Poussot, 37 ans, journalier et brocanteur : “3 condamnations pour vol, 2 non-lieux pour vagabondage. Très dangereux, homme politique d’action et de barricades.

  • Louis Pierre Chaumont, 43 ans parqueteur, marié : “2 fois condamné pour vol. Très exalté, très dangereux. Meneur froid mais résolu.

17Les développements qui précèdent ont permis de montrer que la répression des journées de Juin a concerné à la fois des “politiques” ou des auteurs de délits d’opinion et des délinquants relevant du droit commun même si une grande partie de cette dernière délinquance est issue de la misère. Mais il en est ainsi dans tous les mouvements insurrectionnels.

  • 8 Sur le sujet voir de Louis-José Barbançon, Entre les Chaînes et la Terre, L’évolution de l’idée de (...)

Au-delà de la volonté manifeste de discréditer, les “politiques” en les mêlant à de vrais délinquants, la loi du 24 janvier 1850 apparaît bien, au moins dans son application, comme un prélude aux futurs décrets d’exception qui permettront après le 2 décembre, la transportation en Algérie et en Guyane de milliers d’opposants à Napoléon III, classés soit comme “affiliés à des sociétés secrètes” soit comme “repris de justice” 8. La similitude entre le classement de janvier 1850, “dangereux” et repris de justice d’une part et celui de décembre 1851, “affiliés à des sociétés secrètes” et repris de justice d’autre part est évidente.

  • 9 Notices sur la déportation à la Nouvelle-Calédonie (1873-1877), 5 notices, publications officielles (...)

On peut aussi penser que l’on a voulu profiter de cette transportation pour débarrasser Paris de délinquants arrêtés entre les 23 et 27 juin 1848. Mais à cette date, le nombre de ces délinquants qui ont été finalement transportés est bien trop faible pour avoir des conséquences sur la baisse de la criminalité parisienne et cette hypothèse pourra mieux être appliquée aux transportés du 2 décembre. Elle sera également évoquée à propos des déportés de la Commune. Elle se fondera alors sur les statistiques des services de la Déportation lesquelles signaleront la présence de nombreux auteurs de délits parmi ces déportés. Selon l’Administration Pénitentiaire en Nouvelle-Calédonie sur 3324 déportés de la Commune, 1185 auraient subi 3194 condamnations9.

En revanche et même si elle procède d’une autre logique, la loi sur la relégation, du 27 mai 1885, permettra d’exiler légalement en Guyane et en Nouvelle-Calédonie, des milliers de petits délinquants récidivistes dont les profils seront semblables sinon identiques à ceux de la catégorie “repris de justice” des transportés de 1848. Comment donc ne pas voir dans cet amalgame entre “dangereux” et repris de justice la progression du concept classes laborieuses/classes dangereuses défini par Louis Chevalier et l’illustration de la “peur sociale” éprouvée par les classes dirigeantes ?

Les instructions données aux commandants des navires chargés de la transportation des insurgés de Juin sont à cet égard révélatrices :

  • 10 A.N., série Marine, BB 4 669.

“Il ne doit s’établir aucune intimité entre les passagers et l’équipage .... le bon esprit qui règne dans la Marine doit rester pur de tout contact même prolongé avec les doctrines subversives de ces hommes égarés.”10

18Notons que ces instructions ne semblent pas établir de différence de “nocivité” entre les deux catégories de transportés. À notre connaissance, aucune instruction ne fait référence à des différences de traitement ou de régime entre les “dangereux” et les repris de justice à Belle-Île comme sur les navires transporteurs. Ainsi, sur l’Asmodée sont embarqués, sans autre distinction que l’ordre alphabétique, 114 “Dangereux” et 108 repris de justice. On y trouve aussi Edouard Rigaudin et Jean-Baptiste Maritus dont les catégories ne sont pas précisées.

L’administration de Belle-Île a mis en place des catégories qui créent un cadre répressif, dont les délimitations ne sont pas encore rigoureusement définies laissant ainsi ouverte la porte à une application qui ne prolonge pas les distinctions initiales. Cependant, cette première catégorisation annonce aussi, sans conteste, des dispositions futures beaucoup plus contraignantes.

Les origines des transportés de 1848

Voir le tableau sur la plateforme Criminocorpus

19À l’exception de Paris, le nom du département est signalé en premier suivi de la commune d’origine. Quand la commune n’a pu être identifiée ou qu’elle est illisible, elle est placée entre parenthèses et en italiques - exemple : Meuse Gray ? (non identifiée) -.

La dénomination de l’ancien département de la Seine ainsi que celui de la Seine et Oise ont été conservées, avec leurs communes respectives. De même, pour le département de la Meurthe et ceux qui ont changé de nom : Basses-Alpes, Loire-inférieure, Seine-inférieure.

Les communes de la Seine, limitrophes de Paris et qui seront intégrées aux arrondissements parisiens en 1860, sont signalées comme suit : Seine Montmartre (ex-commune).

20Les détenus de Belle-Île sont originaires de 64 départements français. Onze d’entre eux sont nés à l’étranger. Les origines de 446 détenus sur 462 ont pu être reconstituées (12 sont sans mention de lieu de naissance, pour les 4 autres, soit le département n’est pas signalé soit le lieu de naissance est illisible).

Sur ces 446 identifiés on trouve 233 repris de justice sur 234, 212 “dangereux” sur 225 et Jean Baptiste Maritus originaire de Moselle. Les pourcentages suivants sont établis à partir de ces chiffres.

Les natifs de Paris (132) et des communes qui y seront annexées en 1860 représentent 140 individus (31,4%). Si on leur rajoute les natifs des communes de l’ancien département de la Seine, on arrive à 157 détenus (35,2%), chiffre qui atteint 184 personnes (41,2%) avec les originaires de l’ancien département de Seine et Oise (20) et ceux de Seine et Marne (7). Paris et la région parisienne représentent donc, selon les critères choisis, entre 31% et 41 % des effectifs des derniers insurgés de Juin détenus à Belle-Isle.
Ces derniers sont donc majoritairement issus de la Province, entre 66 % (295/446) et 56,3% (251/446) selon les critères retenus.

Origine des transportés de 1848

Origine des transportés de 1848
  • 11 op. cit., p. 165 et 166

21À titre de comparaison avec les tableaux établis par Jacques Houdaille11, les natifs du département de la Seine représentent 21,2% auxquels il faut ajouter 13,5% originaires de la région parisienne soit 33,7% de l’ensemble des insurgés arrêtés en 1848. Des pourcentages qui sont inférieurs à ceux des derniers détenus de Belle-Île.

La répartition interprovinciale relevée dans l’article de Jacques Houdaille permet de constater à la fois des ressemblances mais aussi des écarts avec la situation des détenus de Belle-Île.

Les régions du nord de la Picardie, du nord-est et de l’est constituent la source d’origine de la majorité des “provinciaux” de notre étude, soit un détenu sur 4.

Par rapport au nombre total de détenus dont l’origine est identifiée (446) le Nord et la Picardie (Aisne, Nord, Pas-de-Calais, Oise, Somme) représentent 11,6% du contingent (52 individus). Le nord-est et l’est en l’étendant jusqu’au Jura (Ardennes, Aube, Doubs, Haute-Marne, Haute-Saône, Jura, Marne, Meurthe, Meuse, Moselle, Bas-Rhin, Haut-Rhin, Vosges) avec 62 originaires atteint 14% de l’effectif total.

Si l’on se réfère aux mêmes critères que ceux utilisés par Jacques Houdaille, c’est-à-dire en incluant la région parisienne dans les “provinciaux”, soit 289 personnes, les départements du Nord/Picardie apparaissent pour 18% (52/289) et ceux du nord-est/est pour 21,4 % (62/289), contre respectivement 14,2 % et 16,3% chez Houdaille.

Les autres régions les plus importantes quant à l’origine des détenus sont la Normandie (Calvados, Eure, Orne, Manche, Seine-Inférieure) avec 30 natifs (6,7% de l’effectif global) et l’Auvergne/Limousin (Cantal, Creuse, Haute-Vienne, Puy de Dôme) avec 27 natifs (6%).

  • 12 J. Houdaille, op. cit., p. 167.

À l’ouest, la Bretagne (Finistère, Ille et Vilaine, Morbihan plus la Loire-Inférieure : Nantes) n’est présente qu’à travers 9 détenus, mais les Bretons comme le note Jacques Houdaille “sont assez rares parmi les parisiens d’adoption au XIXe siècle.”  12

  • 13 Ibidem

Quant aux régions de l’Auvergne et du Limousin, le même Jacques Houdaille avait déjà signalé dans son étude : la “forte proportion des natifs du Limousin (les maçons de la Creuse).”  13 On trouve en effet 27 originaires du Cantal (4), de la Creuse (7 dont 6 maçons), de la Haute-Vienne (9) et du Puy-de-Dôme (7).

Certaines régions sont très peu représentées parmi l’effectif de Belle-Île. C’est le cas du sud-est (Basses-Alpes, Var) qui même en y adjoignant des départements du Languedoc (Aude, Gard, Lozère) n’est concerné que par 8 individus (1,8 % de l’effectif global).

Parmi les régions peu présentes la Vallée du Rhône et les Alpes avec 12 originaires (2,7%) des départements de l’Ain, de l’Ardèche, de la Loire, du Rhône et de la Savoie.

Les autres régions fournissent à l’ensemble des transportés de 1848 des effectifs d’égale importance mais qui présentent des différences notables avec l’étude menée par Jacques Houdaille :

  • 19 transportés natifs du Centre et des pays de Loire (Eure et Loir, Indre, Indre et Loire, Loir et Cher, Loiret, Maine et Loire, Mayenne, Sarthe) soit 4,3% contre 8,8 % pour Houdaille ;

  • 17 originaires de Bourgogne (Côte d’Or, Nièvre, Saône et Loire, Yonne) soit 3,8 % contre 7,4 % pour Houdaille ;et 15 nés dans le Sud-Ouest, du Poitou à l’Aquitaine (Ariège, Dordogne, Gironde, Haute-Garonne, Hautes-Pyrénées, Landes, Lot et Garonne, Tarn) soit 3,4% contre 4,4% pour Houdaille.

22Les étrangers sont peu nombreux : 11 (2,5% de l’effectif global) ; parmi eux, 4 repris de justice et 7 “dangereux”.

Trois belges sur les quatre recensés ont été classés parmi les “dangereux” : Célestin Coustry, François Deslaëf d’Ypres et François Liberton de Bruxelles. Le dernier, Jerôme Eloi est un ouvrier du chemin de fer originaire de Mons.

En provenance de différentes régions d’Allemagne, on trouve deux repris de justice, Antoine Merkel et Abraham Schmidt ainsi que deux “dangereux”. Il s’agit de Mathieu Leinen, 29 ans, un marchand de vins né à Sarrelouis, et signalé comme : “très dangereux, réunissant chez lui les socialistes, très exalté” ; ainsi que Paul Maillard, un Bavarois âgé de 25 ans, conducteur sur le chemin de fer, noté comme : “Exalté au dernier degré, homme d’action, de coups de main, très dangereux.

Également signalé comme : “très dangereux, meneur ardent a pris part à toutes les manifestations, homme d’action et de parole”, l’Italien, Ange Molinari, natif de Gênes, âgé de 30 ans et bijoutier de son état. Son compatriote François Trisconi, un Piémontais, tourneur en cuivre de 42 ans, a été classé parmi les repris de justice.

Le dernier étranger Constantin Corneille Pépé est natif des Pays-Bas et il appartient à la catégorie des “dangereux”.

Leurs domiciles

23voir tableau

24S’ils sont en majorité originaires de la Province, les transportés de 1848 sont domiciliés à Paris même. Vingt-huit d’entre eux, soit à peine 6 %, résident en région parisienne - départements de la Seine (19), de la Seine et Oise (4), de la Seine et Marne (1) de l’Oise (4) - . Pour l’ancien département de la Seine, 10 résident dans des communes appartenant au Val-de-Marne, 4 en Seine-Saint-Denis, 5 dans les Hauts-de-Seine. Pour les 4 résidant dans l’ancien département de la Seine et Oise, la répartition est la suivante : 2 à Corbeil dans l’Essonne, et les 2 autres respectivement à Gagny en Seine-Saint-Denis et à Villiers-sur-Marne dans le Val-de-Marne.

  • 14 Nous avons essentiellement utilisé le Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et (...)

Le domicile n’est pas indiqué sur les états consultés pour 12 détenus de Belle-Ile. De plus, sur les 422 domiciles situés à Paris, 9 d’entre eux n’ont pas pu être identifiés, soit parce que le nom de la rue est illisible soit parce qu’il a été impossible de la retrouver dans la nomenclature des rues de Paris  14. Dans ces deux derniers cas, le nom de la rue est indiqué en italiques. Exemples : rue des Lavandières, sans autre précision alors qu’il existe les Lavandières place Maubert (5e arrondissement) et les Lavandières Sainte-Opportune (1er) ; rue du pont de la Réforme, ou encore, Caserne municipale de Paris, dont à la différence des autres casernes, nous n’avons pas retrouvé l’arrondissement.

L’emplacement des rues par rapport aux arrondissements actuels a pu donner lieu à quelques erreurs, mais elles sont minimes et elles n’entraînent pas de conséquences sur les pourcentages retenus dans cette étude. Ces pourcentages entre les arrondissements ont été calculés à partir de 413 domiciles effectivement identifiés pour Paris dans ses limites actuelles.

Pour les anciennes communes intégrées dans Paris en 1860, leur nom est indiqué en premier ; exemples : Montmartre, Belleville, La Villette. Dans nos calculs de répartition, ces communes ont été placées de la manière suivante : actuel 15e Grenelle ; actuel 16e Auteuil, Passy ; actuel 17e Batignolles ; actuel 18e La Chapelle, Montmartre ; actuel 19e/20e La Villette, Belleville.

  • 15 J. Houdaille, op.cit., p. 165.

25Selon l’étude de Jacques Houdaille : “C’est le 11e et le 20e arrondissement qui ont le plus contribué à l’insurrection. Les quartiers du centre... sont également bien représentés.... L’Ouest de Paris a peu pris part à l’insurrection. La banlieue Sud-Est au contraire est bien représentée.” 15

26Ces conclusions ont été établies par rapport au nombre d’habitants par arrondissements et non pas par rapport au nombre total de détenus en 1848. Cependant, les grandes lignes desdites conclusions se trouvent confirmées par nos propres relevés à propos des transportés de 1848. En effet, 60 d’entre eux (14,6 %) sont domiciliés dans le 11e arrondissement et 36 (8,7 %) dans le 19e/20e, tandis que 117 transportés résident dans les quartiers du centre 3e et 4e (28,3 %) et 24 dans les 1er et 2e arrondissements (5,6 %).

Dans le 11e, les rues les plus citées en référence sont la rue Sainte-Marguerite, la rue du faubourg Saint-Antoine, la rue de Charonne, la rue Popincourt.

Pour les 3e et 4e arrondissements, ce sont les rues Geoffroy Lasnier, Saint-Antoine, Saint-Martin, de l’Hôtel de Ville, de la Verrerie.

Dans les 19e et 20e arrondissements, les communes de Belleville et de La Villette fournissent la majorité des domiciles.

Les 9e, 10e et 18e arrondissements regroupent à eux trois les domiciles de 50 transportés (12 %)) et leur apport n’est donc pas négligeable, avec les rues du faubourg du Temple, du faubourg Saint-Martin (10e), du faubourg Poissonnière (9e) ainsi que les communes de Montmartre et de La Chapelle.

L’Ouest de Paris n’est pratiquement pas représenté, un seul résident à Passy et un autre à Auteuil.

Même remarque pour l’actuel 8e arrondissement avec un seul ressortissant.

Quatre autres transportés sont domiciliés dans la commune des Batignolles laquelle correspond à l’actuel 17e arrondissement.

Enfin, pour en terminer avec les arrondissements de la rive droite, 12 transportés ont élus domicile dans le 12e, en particulier dans la rue de Charenton et la rue Traversière.
En revanche, la rive gauche abrite un transporté sur quatre. Les 5e et 6e arrondissements représentant les principaux lieux de domicile avec 92 résidents, soit 22,3 % des transportés domiciliés à Paris. Les rues qui apparaissent le plus souvent étant : la rue Saint-Jacques, la rue Mouffetard, la rue de la Montagne Sainte-Geneviève, la rue Saint-Nicolas du Chardonnet.

Leur âge

27voir tableau

  • 16 Jacques Houdaille, op. cit., p. 165.

28L’âge moyen des transportés de 1848 s’élève à un peu plus de 32 ans (classement établi sur 460/462). Ils sont dans l’ensemble plus jeunes que l’ensemble des détenus de juin 1848 étudiés par Jacques Houdaille qui avance un âge moyen de 33, 8 ans  16.

La répartition par tranche d’âge donne des pourcentages identiques pour les 30/39 ans et les 40/49 ans qui représentent 50 % des détenus en 1848 comme des transportés de Belle-Île. En revanche, la catégorie d’âge des 29/30 ans passent de 33% en 1848 à 39 % en 1850.

Pour les âges extrêmes, les proportions présentent également des différences notables. Ainsi sur les 14 détenus âgés de plus de 60 ans en 1848, un seul sera finalement transporté vers l’Algérie. Il s’agit de Jean Jacques Romeron, un journalier né à Courtefontaine dans le Jura, âgé de 66 ans, marié et père de 4 enfants. Il est signalé comme ayant effectué 13 mois de prison pour vol.

De même, les moins de 20 ans qui représentent 9 % des listes des détenus en 1848 ne sont plus que 7 % en 1850 (voir les graphiques ci-dessous). Dans les deux cas, il est difficile de savoir si leur jeune âge ou leur âge avancé ont constitué un motif d’atténuation de leur peine initiale pour les différentes commissions de révision ou de grâces.

Répartition par âges des transportés de 1848

Répartition par âges des transportés de 1848

Répartition par âges des condamnés en 1848 (Houdaille)

Répartition par âges des condamnés en 1848 (Houdaille)

29Le classement établi à Belle-Île, permet d’effectuer les constats suivants (classement établi sur 224 “dangereux” sur 225 et sur les 234 repris de justice).

Les repris de justice sont en moyenne plus âgés, 35 ans au lieu de 29 ans1/2, pour les “dangereux” ;

Ainsi, les moins de 20 ans sont au nombre de 7 chez les repris de justice et de 21 pour les “dangereux”.

Soixante-neuf repris de justice, soit 29,5%, ont entre 20 et 29 ans, contre 47,8% pour les “dangereux”, soit 107.

La tranche d’âge entre 30 et 39 ans représentant 81 individus chez les repris de justice (34,6%) et 62 (27,6%) chez les “dangereux”.

Pour les 40 ans et au-dessus les chiffres donnent 67 personnes (dont 18 ont 50 ans et plus), soit 28,6%, pour les repris de justice et 34 (dont 6 ont 50 ans et plus), soit 15,1%, pour les “dangereux”.

Répartition par âge et selon les catégories des transportés de 1848

Répartition par âge et selon les catégories des transportés de 1848

30Le plus jeune détenu de Belle-Île est Adolphe Normand, un tourneur en fer, natif d’Amiens et qui ne serait âgé que de 15 ans, un âge qui n’a pas empêché l’Administration de le classer parmi les “dangereux”.

Le plus jeune repris de justice, Louis Jobert, est un Alsacien né à Lauterbourg dans le Bas-Rhin. Ce journalier a déjà été condamné à 4 ans pour vagabondage.

État civil

31voir tableau

32Au point de vue de l’état civil, les repris de justice, en moyenne plus âgés, sont mariés pour 41% d’entre eux, soit 84 individus, contre 39, soit 20% chez les “dangereux”. Huit repris de justice sont déclarés non mariés et 9 veufs, enfin 103 sont célibataires. Pour les “dangereux”, les mêmes références donnent 3 veufs, 4 non mariés et 147 célibataires. Les mentions d’état-civil ne sont pas indiquées pour 62 détenus dont 30 repris de justice et 32 “dangereux” (les pourcentages précités ont été établis sur ces bases soit 204 repris de justice et 193 “dangereux”).

Enfants

voir tableau

33Les états de Belle-Île font également mention de 161 enfants issus de ces détenus dont 131 de couples mariés, 16 de non mariés, 10 de veufs et 4 de célibataires. Par rapport au classement “dangereux” et repris de justice, 50 enfants sont issus des premiers qui sont également les plus jeunes et parmi lesquels on trouve le plus de célibataires et 111 enfants des seconds.

34Notons que deux d’entre eux sont pères de 5 enfants : un bitumier de 42 ans, François Auguste Jolin, né à Villey-le-Sec dans la Meurthe, repris de justice déjà condamné 4 fois pour vagabondage, rébellion et outrages ; et Louis Alexandre Riquier d’Auxi-le-Château dans le Pas-de-Calais, un instituteur de 44 ans signalé comme “Mauvais esprit, un des auteurs du factum adressé à Lagrange. Propagandiste, et de ce fait classé dans les “dangereux”.

Leurs professions

35voir tableau

36Ces transportés se recrutent en très grande majorité, 74%, parmi les artisans, les ouvriers, les manœuvres du secteur secondaire (340 sur 459 professions déclarées). Le secteur tertiaire, commerçants, employés de commerce, de maison, gardes mobiles et républicains, intellectuels, artistes etc. représentant 25,5% des effectifs (117 sur 459). Le secteur primaire est ultra-minoritaire avec un seul cultivateur et un journalier apprêteur de faux.

  • 17 Lire à ce sujet l’analyse de J. Houdaille, op. cit. p. 169 : “On ne s’attendait guère à trouver tan (...)

Dans le secteur industriel et de l’artisanat, les métiers du fer sont les plus nombreux avec 80 individus apparaissant comme fondeur, forgeron, mécanicien, tourneur et surtout serrurier (19)  17. Puis viennent les professions du bâtiment avec 65 personnes dont 21 maçons, 13 menuisiers, 12 peintres. Jacques Houdaille avait déjà noté qu’ils étaient moins nombreux que les “métallurgistes” chez les détenus en 1848, mais il faut nuancer cette affirmation pour les transportés de 1848 car plus de 34 d’entre eux sont déclarés comme journaliers, hommes de peine ou manœuvres sans qu’il soit précisé s’ils exercent dans le bâtiment ou les métiers du fer. De plus nous avons recensé dans des secteurs différents du bâtiment des activités qui en sont proches comme, les carriers, les terrassiers et les tailleurs de pierres (18 au total), ou les professionnels de l’ameublement, ébénistes, tourneur en bois, tabletier... (18 au total).

Les métiers des tissus, teinturiers, tisserands... (16 personnes), de l’habillement, tailleurs, chapeliers... (17 personnes), ou du cuir (30 individus, dont 22 cordonniers) représentent au total 18,5 % du secteur secondaire.

La catégorie des métiers de l’alimentation, cuisiniers, boulangers... (19 individus mais nous avons aussi inclus dans ce classement 6 fort et porteurs des halles) ainsi que de nombreuses autres activités artisanales (tonneliers, coiffeurs, perruquiers, cordier) ou de “petits métiers” dont beaucoup ont aujourd’hui disparu (fabricants de porte-crayons, peintre en porcelaine, graveur de peignes, polisseur en peignes) complètent ce tableau.

Il faudrait aussi signaler la présence de 5 transportés recensés comme bijoutiers et de 2 horlogers que nous avons classés parmi les artisans plutôt que comme commerçants.

Enfin, notons la présence de deux architectes dont Antoine Beury cité plus haut et Jean Pierre Jouanneau âgé de 20 ans qui est, comme son collègue, classé parmi les “dangereux”.

Il semble difficile de tirer des enseignements quant à la répartition de ces professions de l’industrie et de l’artisanat entre repris de justice et “dangereux”, constatons que sur 28 journaliers, 23 sont classés dans les repris de justice ainsi que 14 cordonniers sur 22, de même que tous les porteurs aux halles. En revanche, tous les mécaniciens et tous les cuisiniers apparaissent chez les “dangereux”.

Le graphique suivant récapitule, en nombre et en pourcentages, les différentes catégories professionnelles du secteur secondaire, occupées par les transportés de 1848.

Répartition par catégories professionnelles dans le secteur secondaire des transportés de 1848

Répartition par catégories professionnelles dans le secteur secondaire des transportés de 1848

37Dans le secteur tertiaire, les commerçants et les employés de commerce représentent 34% des effectifs dudit secteur. Mais l’on a souvent affaire à du petit commerce, on relève ainsi : 7 marchands des quatre saisons, 2 marchands ambulants, 2 brocanteurs, 2 marchands forains, un chiffonnier, un colporteur, un marchand de coco, un marchand d’oignons et un marchand de contremarques. Ce premier groupe étant deux fois plus important dans la catégorie des repris de justice (12) que chez les “dangereux” (6).

Restent des commissionnaires, teneurs de livres, garçons de magasin, comptable et 5 marchand de vins.

Les métiers des transports, charretiers, cochers, mariniers représentent 22 personnes, si l’on y inclut les ouvriers des ports.

Autre catégorie importante : les gardes mobiles et les gardes républicains.

Certains ne sont déclarés que comme gardes mobiles (13) ou gardes républicains (6) d’autres sont déclarés avec une double activité (7) : Pierre Magny journalier et garde mobile, Martial Cathelineau maçon et garde républicain, Claude Martin cordonnier et garde républicain, Louis Link serrurier-mécanicien et garde mobile ...

Seuls 10 d’entre eux ont déclaré comme résidence leur caserne. Ont été répertoriées les casernes des Minimes dans le 3e arrondissement, des Célestins dans le 4e, de Tournon dans le 6e , et de la Nouvelle-France dans le 10e ; puis en dehors de Paris, les casernes de Rosny, d’Aubervilliers, et de Courbevoie.

Le jeune âge des gardes mobiles qui se sont battus contre les insurgés de juin a souvent été évoqué (Jacques Houdaille, p. 164, cite en particulier Lamartine et Marx). Dans l’échantillon étudié, nous avons aussi relevé parmi les gardes mobiles et républicains faisant partie des insurgés de nombreux jeunes gens. Ils sont 9 âgés de 17 à 20 ans. Les deux plus jeunes sont Alexandre Miller, 17 ans, né à Charonne et incorporé à la caserne de Rosny et Nicolas Rivière 18 ans, originaire de la Charité-sur-Loire dans la Nièvre et incorporé à la caserne d’Aubervilliers.

Ils ne sont que deux quadragénaires : Hippolyte Lermigeaux, 47 ans, capitaine de la garde républicaine que nous avons déjà évoqué parmi les meneurs de l’insurrection et Christophe Dieudonné, 45 ans originaire de la Meurthe, classé à Belle-Île parmi les repris de justice pour avoir été condamné, le 13 janvier 1848, à un an de prison par défaut par le tribunal de Paris.

La moyenne d’âge des gardes mobiles et des gardes républicains faisant partie des transportés de 1848 s’établit à de plus de 27 ans. Cette moyenne ne tient pas compte de deux gardiens de Paris : Jean François Dalongeville, originaire de Vraucourt dans le Pas-de-Calais âgé de 51 et Joseph Napoléon Cuisnier, un Parisien de 34 ans, qui a déjà subi une condamnation de 3 ans pour vol et qui est donc classé parmi les repris de justice.

De même cette moyenne d’âge ne tient pas compte de deux transportés déjà cités : Victor Kollmann, 20 ans et Jean-Marie Hugelmann 19 ans, respectivement ex-sous-lieutenant et ex-lieutenant de la garde mobile.

Pour compléter ce paragraphe notons que les gardes mobiles et les gardes républicains sont répartis dans le classement de Belle-Ile entre 19 “dangereux” et 9 repris de justice.

Ont également été répertoriés dans cette catégorie armée/police : les “dangereux” Pierre Becker lieutenant-colonel de la légion italienne déjà cité et Jean Auguste Pion, 24 ans, un ancien militaire né à Paris ainsi que le repris de justice Marie Félix Marmet, 29 ans, originaire de Noyon dans l’Oise, soldat au 18e régiment.

38Enfin, dernière catégorie appartenant au secteur tertiaire : les professions libérales et les étudiants qui ne forment qu’une petite minorité. On y recense un avocat, Jules Peyront déjà cité, un étudiant en médecine de 23 ans, Charles Costin, originaire de Saint-Lô dans la Manche et un étudiant en droit Jean Massé, né à Sainte-Foy-la-Grande en Gironde et âgé de 25 ans. Tous trois ont été classés dans les “dangereux”.

Nous avons déjà évoqué le cas des “intellectuels” considérés comme les meneurs de la révolte et également classés parmi les “dangereux” : Louis Riquier, Émile Thuillier, Jean Terson, Gabriel Pelin, Jean Marie Hugelmann et Louis Pujol. Il faudrait leur joindre un autre meneur classé, lui, parmi les repris de justice : Donat Lucien Pelletier de Lorgues, 31 ans, ancien commissaire de Ledru-Rollin, condamné à un an pour vol et présenté comme un “cerveau fêlé, rêvant le règne du socialisme et le niveau égalitaire.”

Conclusions

  • 18 Fernand Rude “Mourir à Douera”, pp. 7 à 23, Le Mouvement Social, n° 161, octobre-décembre 1992, Les (...)

39Si l’ensemble des développements qui précèdent contribue à une meilleure connaissance des transportés de 1848, en revanche leur devenir individuel respectif n’y est pas traité. La dernière colonne signale les 30 d’entre eux qui seront par la suite transférés en Guyane. Des travaux ont été réalisés sur le centre de Lambessa en Algérie où ils ont été regroupés. Mais les “transportés de 1848” seront rapidement rejoints en Algérie notamment à Birkadem et Douera par les “transportés de 1852” et par d’autres condamnés politiques du second Empire ainsi que des repris de justice bien plus nombreux qu’eux. À notre connaissance, les études à propos des transportés politiques en Algérie concernent l’ensemble de la transportation politique sans distinction de leurs condamnations initiales. En plus des travaux Marcel Emerit déjà cités mentionnons ceux de Fernand Rude dont “Mourir à Douéra” et de Georgette Sers ainsi que le mémoire de maîtrise, L’Algérie de 1848 à 1858 : 10 ans de transportation politique, de Véronique Ragueso  18. La bibliographie sur ce thème pourra être complétée avec profit en consultant de Jean-Claude Farcy, la Bibliographie d’histoire de la justice en France (1789-2004) sur le site de Criminocorpus.

  • 19 Ribeyrolles Charles, Les Bagnes d’Afrique. Histoire de la transportation de décembre, Jeffs, Londre (...)
  • 20 Signalons : la série 10 G Service pénitentiaire du Gouvernement Général de l’Algérie. 10 G 1 à 10 G (...)

40Il est certain qu’un grand travail universitaire à propos des “Bagnes d’Afrique” pour reprendre l’expression de Charles Ribeyrolles  19, mériterait d’être mené, en particulier, à partir des Archives d’Outre-Mer  20.

41Dans l’attente de ce grand travail, un article à destination du site Criminocorpus est en cours de rédaction. Il traitera de l’utilisation d’une législation d’exception pour transporter les politiques sous le second Empire en prenant pour exemple la transportation politique en Guyane. Nous tenterons également d’établir avec un tableau joint la liste de tous ces transportés politiques quelles que soient les origines de leurs condamnations ainsi que leurs devenirs.

42L’ensemble constitué par la présente étude, par celle intitulée “Transporter les insurgés de Juin 1848” mis en ligne sur le site Criminocorpus (lire l’article), par la publication prochaine du travail à propos des transportés politiques du Second empire en Guyane, ainsi que l’article relatif à La loi de déportation politique du 8 juin 1850 : des débats parlementaires aux Marquises, déjà mis en ligne sur le site Criminocorpus (lire l’article), fera apparaître la transportation des insurgés de Juin pour ce qu’elle est : une répétition générale des déportations massives qui suivront le 2 décembre 1851 et un prélude à la déportation des Communards.

Haut de page

Notes

1 Extraits du rapport Crouseilhes : “Rapport fait au nom de la commission chargée d’examiner le projet de loi relatif à la transportation des insurgés de juin en Algérie”, dépôt, Moniteur, 4e trimestre 1849, p. 3580, publication le 10 novembre 1849, p. 3607.

2 Moniteur, du 25 février 1850, p. 667.

3 Jacques Houdaille, Les détenus de Juin 1848, Institut national d’études démographiques, dans Population 36e année n 1, janvier février 1981, p. 164 à 171.

4 Marcel Emerit, “Les déportés de 1848”, Revue de la Société d’études de la Révolution de 1848, 1948, tome 39, Bulletin n° 181, pp. 1 à 9.

5 “Archives du Gouvernement de l’Algérie (G (2) 7 et G (2) 11)”, selon Marcel Emerit, op. cit. Voir également dans le même article, page 8, la note n° 21 : “Une autre statistique, du 1er juillet 1859 (ibid. G 7) donne le même chiffre global de transportés (459), mais dit qu’il n’en reste que 73 en Algérie...”

6 A.N., série Marine, BB 4 1039.

7 Marcel Emerit : “Les mémoires de Terson, déporté de 1848”, dans la Revue Africaine, Alger 1947, n° 412/413, p. 235 à 241.

8 Sur le sujet voir de Louis-José Barbançon, Entre les Chaînes et la Terre, L’évolution de l’idée de déportation au XIXe siècle en France, aux origines de la colonisation en Nouvelle-Calédonie, thèse de doctorat en histoire, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, 2000, pp. 242 à 283. Publiée sous le titre, L’Archipel des forçats. Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie (1863-1931), Presses Universitaires du Septentrion, 2003. Un article destiné au site Criminocorpus est en cours de rédaction sur ce sujet par le même auteur.

9 Notices sur la déportation à la Nouvelle-Calédonie (1873-1877), 5 notices, publications officielles du ministère de la Marine et des Colonies, Imprimerie Nationale.

10 A.N., série Marine, BB 4 669.

11 op. cit., p. 165 et 166

12 J. Houdaille, op. cit., p. 167.

13 Ibidem

14 Nous avons essentiellement utilisé le Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments de Félix et Louis Lazare Lazare, 1844 consultable dans une version PDF sur gallica.bnf.fr.

15 J. Houdaille, op.cit., p. 165.

16 Jacques Houdaille, op. cit., p. 165.

17 Lire à ce sujet l’analyse de J. Houdaille, op. cit. p. 169 : “On ne s’attendait guère à trouver tant de métallurgistes parmi les détenus. .. Une autre explication serait que les ouvriers des ateliers nationaux avaient été employés à des travaux de terrassement. Pour éviter d’y retourner, ils déclarèrent des professions plus spécialisées. Il se peut aussi que les métallurgistes aient déjà constitué une élite dans les classes laborieuses et qu’ils aient été plus enclins à la révolte que les ouvriers moins qualifiés.”

18 Fernand Rude “Mourir à Douera”, pp. 7 à 23, Le Mouvement Social, n° 161, octobre-décembre 1992, Les Éditions Ouvrières ; Pauline Roland, Arthur Ranc, Gaspard Léonce Rouffet et Fernand Rude, Bagnes d’Afrique : trois transportés en Algérie après le coup d’état du 2 décembre 1851, La Découverte, 1981 ; Georgette Sers, “Recherches sur l’activité des transportés en Algérie”, p. 47-75, 1848 et les Révolutions du XIXe siècle, Tome XLVII, bulletin n° 185, février 1949. Véronique Ragueso : L’Algérie de 1848 à 1858 : 10 ans de transportation politique, (mémoire de maîtrise), Université de Provence, 1991.

19 Ribeyrolles Charles, Les Bagnes d’Afrique. Histoire de la transportation de décembre, Jeffs, Londres 1853.

20 Signalons : la série 10 G Service pénitentiaire du Gouvernement Général de l’Algérie. 10 G 1 à 10 G 2 : transportés au pénitencier de Lambessa (1848-1868), 10 G 3, transportés de décembre 1851, 10 G 4 à 10 G 7, Transportés de 1858 à 1859. Voir “Annexes”, tableau récapitulant les navires, les effectifs des convois, les dates de départ et les lieux de transportation : document n° 20.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Origine des transportés de 1848
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/148/img-1.png
Fichier image/png, 13k
Titre Répartition par âges des transportés de 1848
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/148/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Répartition par âges des condamnés en 1848 (Houdaille)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/148/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Répartition par âge et selon les catégories des transportés de 1848
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/148/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Répartition par catégories professionnelles dans le secteur secondaire des transportés de 1848
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/148/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Louis-José Barbançon, « Les transportés de 1848 (statistiques, analyse, commentaires) », Criminocorpus [En ligne], Les bagnes coloniaux, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2008, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/148

Haut de page

Auteur

Louis-José Barbançon

Louis-José Barbançon, historien originaire de Nouméa, Nouvelle-Calédonie. Professeur certifié hors classe à la retraite. Descendant direct de condamnés aux travaux forcés, travaille depuis plus de 30 ans sur la transportation et la déportation en Nouvelle-Calédonie. Bien qu’il soit l’auteur de nombreux articles ou préfaces sur le sujet, a pendant longtemps consacré ses interventions à la sphère de l’oral à travers d’émissions radiodiffusées ou de télévision, de conférences, de débats et d’expositions. Il soutient en 2000 une thèse de doctorat à l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, sous la direction de Jean-Yves Mollier : Entre les chaînes et la terre. L’évolution de l’idée de déportation au XIXe siècle en France, aux origines de la colonisation en Nouvelle-Calédonie (président du jury Jacques-Guy Petit). Cette thèse est publiée en 2003, sous le titre : L’Archipel des forçats. Histoire du bagne de Nouvelle-Calédonie (1863-1931) avec une préface de Michelle Perrot, aux Presses Universitaires du Septentrion.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page