Navigation – Plan du site
Répressions politiques en situation de guerre

Paul Amor et l’affaire de la prison de Laon (8 avril 1944)

Christian Carlier

Notes de la rédaction

Cet article a été publié une première fois dans Histoire pénitentiaire, volume 3, Paris, Direction de l’Administration pénitentiaire, Collection Travaux & Documents, 2005, p. 54-80.

Texte intégral

  • 1  2003-2005 (NDLR).

1La dernière promotion d’élèves directeurs des services pénitentiaires1 a choisi de prendre pour nom de baptême celui de Paul Amor. En hommage à celui qui fut un grand, mais fugace, directeur de l’administration pénitentiaire au moment de la libération de la France. L’œuvre d’humanisation des prisons et l’invention du milieu ouvert, fleurons de la réforme Amor, justifient grandement que de jeunes cadres pénitentiaires se placent sous les auspices d’un tel homme.

Paul Amor

Paul Amor

Photo du dossier administratif de Paul Amor

Archives nationales, dépôt de Fontainebleau

2Sur la réforme Amor telle qu’elle a commencé d’être appliquée en 1945, l’essentiel a été dit – et bien dit – par Louis Perreau, alors jeune sous-directeur, dont j’ai dirigé le mémoire il y a quelques années (mémoire qui, par parenthèse, mériterait d’être réédité). L’histoire de l’administration pénitentiaire sous Vichy a été défrichée par Pierre Pédron, un autre sous-directeur pénitentiaire, devenu magistrat depuis. Le présent article se situe à l’interstice entre ces deux moments forts de notre histoire. Dire que la réforme Amor se situe dans le prolongement de Vichy est une évidence, comme il est évident que cette réforme est, par bien des aspects, une sorte de contrepoison visant à éradiquer le mal dont les prisons, confiées à la Milice, avaient été contaminées. Il va de soi cependant que la réforme Amor ne se réduit pas à ces considérations immédiates. Les grands principes hérités de l’école de la défense sociale (la prison comme « traitement » plutôt que comme « châtiment », la prévention préférée à la répression, etc.), qui constituent l’armature philosophico-juridique de la réforme, ont été appliqués dans d’autres pays, dans de tout autres contextes historiques.

3Reste que la réforme Amor appartient bien en propre à Paul Amor lui-même, et que sa connaissance intime du monde des prisons n’a pas été sans effet sur l’esprit et le souffle qui ont animé la mise en œuvre de sa réforme, sur un terrain miné par l’héritage des pratiques vichystes et une surpopulation pénale battant des records séculaires. Cet esprit, ce souffle furent ceux de la Résistance, à laquelle appartint Paul Amor. Grâce à une suite de rencontres, j’ai eu accès à des documents inédits à ce jour, les uns réunis miraculeusement dans le dossier individuel de Paul Amor, conservé pieusement dans les archives du ministère de la Justice, les autres découverts par l’historien de la Résistance dans le département de l’Aisne Alain Nice. L’affaire de la prison de Laon, qui valut à Paul Amor, alors procureur de la République, son incarcération (à la prison de Laon d’abord dans la nuit du 25 au 26 avril 1944, puis à la caserne des Tourelles à Paris trois semaines plus tard) est fort compliquée. C’est le croisement de deux types de sources, les unes policières et judiciaires, les autres constituées de témoignages de résistants recueillis par Alain Nice, qui seul permet de fournir ici, du moins je l’espère, quelques éléments de clarification.

L’affaire de la prison de Laon

Les faits

4Le samedi de Pâques 8 avril 1944, les gardiens de la paix Guillermain et Brochart sont de service à la petite maison d’arrêt de Laon. Chargés d’assurer la sécurité extérieure de l’établissement, ils ont pris place, depuis la relève de 17 heures, dans le poste de garde en compagnie du surveillant portier. À 20 heures précises, la sonnette de la porte d’entrée retentit. Le portier ouvre le judas et aperçoit deux jeunes hommes à qui il demande : « Qui êtes-vous et que voulez-vous ? » L’un des deux répond : « Nous venons porter un colis pour M. Huon, surveillant à la maison d’arrêt, de la part de son oncle de Fismes. » Le surveillant s’assure à nouveau de l’identité du destinataire du colis avant d’ouvrir la porte. Celle-ci franchie, les deux jeunes gens – dont l’un est porteur d’une valise – pénètrent dans la cour de l’établissement. Ils se dirigent ensuite, après que le surveillant portier les eut renseignés, vers le logement de fonction qu’occupe le surveillant Huon, à quelques mètres de la porte d’entrée. Les deux hommes se sont à peine éloignés de deux mètres qu’ils se retournent, l’un des deux braquant un revolver sur le surveillant tout en lui criant : « Haut les mains ». Le surveillant pousse alors des cris d’orfraie. D’après celui-ci, les gardiens de la paix Guillermain, armé de sa mitraillette, et Brochart, le revolver à la main, seraient alors sortis du poste de garde. Les deux policiers prétendent de leur côté avoir accompagné le surveillant jusqu’à la porte, le gardien de la paix Guillermain demeurant, une fois les deux visiteurs entrés dans l’établissement, en faction devant la porte du poste de garde et le gardien de la paix Brochart devant la porte d’entrée de la prison. Cette version est contredite tant par les résultats de l’enquête du commissaire de police de Saint-Quentin que par les dires des « attaquants ». Il semble que ce soit seulement aux cris poussés par le portier que le gardien de la paix Guillermain a fait son apparition, mitraillette en bandoulière. Le policier prétendra même avoir voulu faire usage de son arme mais sa mitraillette s’est enrayée. L’individu armé l’a alors sommé de ne pas tirer et de les laisser passer pour aller délivrer six camarades détenus à l’intérieur, tous des « patriotes français ». Le gardien de la paix Brochart serait alors accouru, se serait approché de l’individu armé et l’aurait désarmé immédiatement sans que celui-ci lui opposât la moindre résistance. Sur ordre des policiers, les deux individus lèvent les mains en l’air. L’un des attaquants devait déclarer par la suite qu’il avait été très étonné de la tournure imprévue des événements, d’où son absence de résistance. Les deux hommes sont conduits au greffe, déshabillés et fouillés par Brochart qui découvre sur l’un deux trois lettres ayant trait à l’opération. Il est 20 h 05 quand Guillermain téléphone au brigadier de permanence au commissariat de police de la ville, Gabriel Delaplace. Celui-ci arrive « dans un bref délai » en compagnie de cinq agents, Leseurre, Bréal, Caillou, Hobart et Mauve. Dans la valise qui contenait le colis soi-disant destiné au surveillant Huon, le brigadier inventorie une mitraillette de marque anglaise, trois chargeurs et deux grenades elles aussi de fabrication anglaise. Le surveillant portier téléphone de son côté à la gendarmerie, voisine de la prison, pour demander du renfort avant de retourner à la porte d’entrée.

5Il est ensuite procédé au contrôle de l’identité des deux individus :
- le porteur de la valise se nomme Henri Béguin, né le 26 mars 1924 à Condren (Aisne), fils de Henri et de Marcelle Jacquet. Il est ajusteur à la SNCF et demeure 32, rue Kléber à Tergnier. C’est sur lui qu’ont été découvertes les trois lettres ;
- René Gobeaut est quant à lui né le 14 septembre 1925 à Quessy Centre ; il est le fils de feu Adrien et de Germaine Mangin. Manœuvre à la SNCF, il demeure 29, rue Paul Doumer à Quessy Centre. C’est lui qui était armé d’un revolver dont les policiers découvrent qu’il est de calibre 7.65, de marque française et porte le numéro 26.865.

6L’interrogatoire est interrompu par le portier, revenu en courant, qui prévient les policiers que deux individus suspects rôdent aux alentours de la maison d’arrêt. Est-ce un gendarme qui l’a alerté ? Ou des gardiens de la paix demeurés à l’extérieur de l’établissement ? Le brigadier Delaplace prétend pour sa part que c’est lui, guidé par sa seule intuition, se doutant que Béguin et Gobeaut n’étaient pas venus seuls, qui a patiemment épié par le judas et remarqué un individu qui semblait faire le guet à l’angle de la rue des échos. Il affirme même que c’est lui, et non le portier, qui aurait ouvert la porte sans bruit – mais on imagine mal le portier se dessaisissant de sa clé. Le brigadier et les cinq gardiens de la paix se seraient alors précipités vers le supposé guetteur. En réalité, ils sont deux, qui prennent les jambes à leur cou et s’enfuient vers la rue Saint-Martin. Le gardien de la paix Leseurre crie « Halte Police » et tire un coup de pistolet en l’air. L’un des deux fuyards se retourne et fait feu à plusieurs reprises en direction des policiers – du moins c’est ce que ces derniers prétendent – qui ripostent. Les échanges de coups de feu (une quarantaine selon la police, une cinquantaine aux dires du procureur de la République Amor) se poursuivent jusqu’à la hauteur du Courrier de l’Aisne. Un ou deux soldats allemands en faction à cet endroit (les versions varient, on le verra) mettent leur arme à la main : les fuyards, pris entre deux feux, sont arrêtés, menottés et conduits à la maison d’arrêt. Le brigadier se rend alors au commissariat pour rendre compte au commissaire de police qui délivre un ordre d’écrou avant de prévenir le procureur de la République Paul Amor.

7Les deux individus arrêtés rue Saint-Martin sont :
- Pierre Fauquet, né le 18 février 1926 à Ailly sur Noye (Somme), fils de René et de Florine Dessachy ; employé à la SNCF, il demeure à Quessy-Cité, avenue des Italiens ;
- et André Soveaux, né le 30 mars 1924 à Quessy (Aisne), fils de feu Charles et de Thérèse Rigaut ; employé à la SNCF, il demeure à Quessy-Cité, 2, avenue des Champs-Élysées. C’est lui qui a fait usage de son arme et tiré.

8Ce même 8 avril 1944, le procureur de la République Paul Amor informe de ces faits le procureur général près la cour d’appel d’Amiens. Il introduit quelques précisions qui nuancent les divers rapports de police : les quatre individus interpellés appartenaient à « un groupement de résistance », ils ont tenté, « sous la menace de leurs armes », de délivrer cinq et non pas six de leurs camarades détenus à la maison d’arrêt de Laon. Le magistrat se réjouit par ailleurs qu’il n’y ait eu, au cours de la fusillade, « ni tués ni blessés ». Les quatre individus arrêtés sont appelés à comparaître, précise Amor, devant la cour martiale. Le préfet régional et l’intendant de police ont été avisés et la Feldgendarmerie est intervenue pour saisir les armes.

L’enquête

  • 2  Archives départementales de l’Aisne (ADA), carton 11276 (PV de la police).

9Dans son rapport du 17 avril 19442, le commissaire de police de Saint-Quentin, chargé de l’enquête, après avoir résumé l’essentiel des faits, livre les résultats de ses investigations. Il est d’abord question des fameuses trois lettres dont était porteur Henri Béguin :

« Les lettres émanant de détenus de la maison d’arrêt de Laon donnaient des renseignements précis sur l’organisation intérieure de cet établissement pénitentiaire et de nature à faciliter une attaque de la prison devant permettre l’évasion des terroristes. Les lettres en dehors d’indications relatives au personnel et à la surveillance de la prison faisaient état de complicités nombreuses parmi les surveillants, les gardiens de la paix urbaine, les gendarmes, susceptibles de faciliter l’évasion projetée. Nos investigations ont été plus particulièrement dirigées en vue de découvrir dans quelle mesure réelle ces complicités pouvaient intervenir. »

10Le commissaire auditionne les quatre « attaquants ». Ceux-ci déclarent avoir voulu délivrer cinq de leurs camarades « détenus pour vols à main armée » depuis le 31 décembre 1943, à savoir :
- Pierre Payen (35 ans), électricien à la SNCF, demeurant à Fargniers ;
- André Barisi (23 ans), ferblantier à la SNCF, demeurant à Quessy Cité ;
- Edmond Courtois (20 ans), ajusteur à la SNCF, demeurant à Jussy ;
- Robert Comet (24 ans), ferreur à la SNCF, demeurant à Quessy Cité ;
- et Henri Lempernesse (24 ans), forgeron à la SNCF, demeurant à Tergnier.

11Le mystère du sixième détenu est éclairci : il s’agit de Maurice Blanche, dit Régnier, 19 ans, qui a fait partie d’un groupement de résistance en Haute-Savoie avant de participer à une attaque à main armée d’un bureau de tabac à Brunehamel.

12Henri Béguin déclare au commissaire assumer l’entière responsabilité de l’expédition. Il a lui-même recruté les trois jeunes gens qui l’ont accompagné. C’est lui qui a reçu les lettres émanant « par une voie clandestine » de ses camarades de prison, lesquels le sollicitaient instamment de venir les délivrer. Une première lettre écrite de la prison par André Barisi fin mars lui a révélé l’existence d’un petit dépôt d’armes situé dans une briqueterie abandonnée à Tergnier. Ce sont ces armes, soit trois pistolets, une mitraillette avec chargeurs et deux engins explosifs, qui ont été emportées lors de l’attentat. Interrogé à son tour, André Barisi reconnaît avoir connu l’existence de ce dépôt d’armes mais déclare en ignorer l’origine. Béguin a également reçu deux autres lettres, l’une écrite par Robert Comet et l’autre par Courtois. Il reconnaît avoir donné à ses trois camarades les armes qu’il est allé chercher seul à l’endroit indiqué. C’est lui qui a transmis les instructions concernant l’irruption dans la prison et la façon d’opérer contenues dans les trois lettres dont il était porteur. Béguin a recommandé à ses camarades de ne faire en aucun cas usage de leurs armes « comme cela est d’ailleurs spécifié dans les lettres qu’il a reçues et qui ont été saisies sur lui ».

13Henri Béguin explique enfin qu’il a été amené à céder aux instances de ses camarades détenus « sur la foi qu’il accordait à leurs dires relatifs aux nombreuses complicités qu’il rencontrerait à la maison d’arrêt en vue de leur libération ». C’est le crédit qu’il a accordé à ses camarades détenus, dit-il, « qui l’a déterminé tout d’abord à tenter l’opération, il n’a d’ailleurs pris aucune précaution ». Ce que confirment Gobeaut, Fauquet et Soveaux. Ces deux derniers, qui étaient restés à l’extérieur, insistent sur le fait que les gardiens de la paix ont tiré les premiers. Soveaux seul a riposté « en tirant à son tour quelques coups de feu en direction des poursuivants sans toutefois en atteindre aucun d’eux ». Il a, dit-il, « tiré inconsciemment dans son affolement bien que sachant par Béguin qu’il ne fallait tirer en aucun cas ».

14À quelques approximations près, que j’ai cru bon de relever au fil de l’exposé des faits, et à condition de feindre de croire sur parole les gardiens de la paix Guillermain et Brochart (surtout Guillermain), l’affaire paraît limpide, en particulier aux yeux du commissaire de Saint-Quentin : « Les gardiens, gendarmes et agents ont fait leur devoir en arrêtant les assaillants. » Reste que les lettres émanant des détenus sont sorties de prison et acheminées à Béguin par une voie clandestine. Tous les surveillants sont interrogés. Alexandre Thélut, âgé de 29 ans, surveillant stagiaire à la maison d’arrêt depuis novembre 1942 et demeurant à Laon, finit par craquer. Il reconnaît avoir reçu des lettres du détenu Pierre Payen et les avoir lui-même postées dans une boite aux lettres voisine. Il déclare « avoir agi ainsi pour rendre service à ces détenus politiques qu’il ne considérait pas comme des prisonniers ordinaires. » Les résistants détenus tentent de sauver la mise au pauvre Thélut, ils affirment que « les renseignements qu’ils ont pu avoir sont le résultat de leur attention au cours de leurs promenades, de leurs visites à l’infirmerie, de leurs écoutes aux portes et ne viennent pas de Thélut ». Relativement aux autres complicités énoncées dans les lettres, ils déclarent qu’ils ont parlé de complicités de gendarmes et de surveillants dans le but d’inciter Béguin à venir les délivrer. Ces complicités, disent-ils, sont « de leur pure invention ». Les lettres en question étaient envoyées à une demoiselle Henriette Hérié, 19 ans, demeurant à Quessy Centre, à charge pour elle de les remettre à Béguin.

15Qu’apprennent ces fameuses lettres que ne disent pas les rapports de police ? On peut s’étonner de prime abord – et le lecteur, sans doute, s’en est-il étonné depuis de nombreuses pages – que Henri Béguin participe à l’attaque de la prison de Laon avec les fameuses lettres dans sa poche. Inconscience de néophyte ? Ou bien s’agit-il, comme le prétendra André Barisi, un garçon, rappelons-le, âgé de seulement 23 ans mais qui fait figure cependant de chef de la résistance à l’intérieur de la prison, d’une « pure invention » ? Comme toujours, la réponse n’est pas simple. On peut admettre, en première analyse, que ces lettres étaient à double détente : elles avaient pour fonction première de rassurer les camarades de l’extérieur quant au peu de risque que présentait une telle opération ; et Béguin les avait sur lui afin, en cas d’échec, d’égarer les soupçons.

16Examinons leur contenu. Deux des lettres sont datées, l’une du 28 mars et l’autre du 2 avril. La troisième est sans date, mais elle a vraisemblablement été écrite le 2 avril au soir ou le lundi qui a suivi ; elle est signée Edmond, ce qui incite à l’attribuer à Edmond Courtois. La première lettre (du 28 mars) est sans doute elle aussi de la plume de Courtois, ce qui explique que la lettre non datée soit considérée par lui comme sa deuxième lettre. La lettre du 2 avril est signée collectivement « Edmond-Robert-André-Claîti-Ham » : Edmond Courtois, Robert Comet et André Barisi, Cléty dans le Pas-de-Calais et Ham dans la Somme étant les lieux de naissance des deux autres et leurs noms de guerre dans la résistance. Mais, quand même le nom de Courtois figurerait en tête des signataires, la lettre en question a été, on le prouvera, écrite par Payen. Cette recherche de paternité n’a d’ailleurs pas une énorme importance. L’enquête de police puis le procès devaient révéler que Courtois n’était que le porte-plume du véritable chef des résistants au sein de la maison d’arrêt, André Barisi.

  • 3  Nous avons respecté l’orthographe contenue dans les lettres.

17La lettre du 28 mars, adressée à Béguin, décrit l’organisation de la sécurité à la prison de Laon. La sécurité extérieure a été renforcée, compte tenu évidemment des risques d’une attaque extérieure par les résistants, par la présence dans la journée de deux gendarmes et, passé 17 h, par celle de deux « pétains », comme étaient surnommés les gardiens de la paix. Mais, écrit Courtois, « ils sont pareils aux gendarmes, c’est à dire qu’ils ont peur pour l’avenir ». Les « pétains » en question semblent même davantage conciliants que les gendarmes, puisque Courtois insiste pour que l’opération ait lieu un dimanche vers les 17 h 30. Il suffit de sonner, « le gardien portier et le pétain arrivent pour ouvrir la porte ». Courtois leur demande d’apporter le colis comme convenu et de profiter de l’effet de surprise (le revolver dégainé) pour demander au portier de faire venir le pétain qui risque de se trouver à cette heure soit dans le préau (près de la porte), soit dans la cour de l’autre côté du préau. Dans la seconde hypothèse, il faudra l’aller chercher en compagnie du portier. « Une fois le gardien et le pétain dans le préau, enlever le chargeur de la mitraillette, vous le rendrez inoffensif, vous la rendrez au pétain pour traverser la cour3. » Le pétain en question (Guillermain) apparaît au minimum comme un complice passif. André Béguin, accompagné de trois autres résistants, devra suivre le pétain et le gardien d’un air tranquille jusqu’au bureau ; pendant ce temps, deux autres résistants resteront postés à la porte d’entrée à l’intérieur du préau, « afin d’assurer parfaitement votre [leur] retraite ». Il faudra aussi s’assurer « que la porte d’entrée ne soit pas fermée par le gardien, afin de ne pas être prisonnier en cas ou vous échouiez ». Arrivés au bureau, les six hommes (quatre résistants, le « pétain » et le portier) trouveront (« il y a de grandes chances ») le second pétain et le « chef gardien » (le gradé) qu’il faudra empêcher de discuter. Une partie du groupe assurera la garde du bureau, l’autre se dirigera vers la grille de détention en veillant « que personne ne touche à une sonnette électrique placée le long du mur à droite, cette dernière communique avec l’appartement du chef ». Courtois ne doute pas du succès de l’opération « car tout le monde est pour nous ». Il demande à Béguin « de bien vouloir avertir [son] beau-père qu’il ne laisse rien de compromettant chez [lui] en cas de perquisition », d’être prudent et discret, « il y va de votre sécurité et de votre liberté » et surtout de ne pas tirer, « si cela ne va pas retirez vous ». La principale différence entre l’opération projetée et l’opération réalisée réside dans le fait que les résistants ne seront que deux au lieu de quatre à pénétrer dans la prison. Et que les gardiens de la paix se montreront moins coopératifs qu’attendu.

18La deuxième lettre, datée du dimanche 2 avril, est, on l’a dit, signée collectivement. Elle a été rédigée par Pierre Payen, l’aîné parmi les membres du petit groupe incarcéré. Celui-ci s’adresse à Henri Béguin et parle « au nom de [ses] camarades ». Il est déçu de ne pas avoir été libéré ce dimanche :

« C’était du tout cuit, un vrai jeu d’enfant. C’est donc que ton équipe se dégonflerait de venir par rapport à la mitraillette. Car avant vous aviez l’air décidé. Surtout ne craint rien à ce sujet, car elle n’est pas armée, elle est au cran d’arrêt, sans balle dans le canon, et quand le pétain, si toutefois il se trouvait à la porte d’entrée, il ne tirerait pas. Nous ne voulons pas que tu laisses ta peau pour nous. Tu peux venir en toute sécurité, rassure toute ton équipe. Vu toute la complicité qu’il y a tu peux réduire ton équipe au nombre de six, tu en laisses deux à la porte d’entrée et quatre qui viennent au bureau. Choisis les meilleurs éléments. »

19On a là l’explication de l’histoire de la mitraillette. Payen insiste sur l’urgence :

« Maintenant je te signale que le chef de prison est en vacances pour dix jours. Il reprend son service le 11 avril. Avant de partir il a dit aux gardiens qu’il espérait avoir du nouveau pour nous pendant son absence. Celui qui le remplace c’est un vrai trouillard. Donc agissait le plus tôt possible – soit samedi 8 avril entre 19 h et 19 h 15 ou le dimanche 9 même heure. Choisis le samedi car le dimanche c’est Pâques alors ton équipe ne serait peut-être pas libre. C’est le dernier appel qu’on puisse te faire. Il y a un gardien qui nous a prêté 500 francs, et deux d’entre eux viendront rejoindre le groupe qu’on formera, alors tu vois où la chose peut aller. Il ne peuve pas ouvrir la porte d’eux même, il faut qu’il y ait une attaque, si on veut appeler ça attaque. C’est un vrai jeu d’enfant. Tout est avec nous, les gendarmes, gardiens, même le capitaine de gendarmerie. Ils se demandent pour quelle raison on est encore là. Si vous ne venez pas vous allez nous faire passer pour des bourreurs de crâne et des faux jetons. »

20Manœuvre d’intoxication sans doute, il s’agit de ne pas faire reculer les éventuels volontaires. Il n’est par ailleurs question de libérer que les membres du réseau : « Surtout si tu viens samedi réclame les cinq cheminots et un gars de Haute-Savoie, et pas d’autres. C’est une chose essentielle. » L’intoxication se poursuit :

« Je te dirais qu’il y a des gendarmes qui se sont offert pour nous recevoir chez eux, aussitôt notre sortie. Il y a une auto à notre disposition. Tu ne peux croire quelle complicité il y a. Il y a des Allemands, mais ne t’en occupe pas. Ils ne descendent jamais, et les gendarmes, gardiens, pétains s’arrangent très bien avec nous à ce sujet. Personne ne tirera. Au contraire ils nous donneront un sérieux coup de mains. Maintenant tu nous donneras une réponse le plus tôt que tu pourras. Si oui – je t’apprends la naissance d’Édouard – si non – Jeanne est en instance de divorce. Nous comptons tous sur toi samedi 8 avril. Tu sais c’est le dernier appel qu’on puisse te faire et notre vie dépend de toi. Nous sommes plein d’espoir et de confiance. Surtout ne crois pas que c’est un guet-apens. Nous sommes certains de cette complicité, il y a trois mois qu’on est en train de l’étudier. »

21Puis vient le récapitulatif des grandes phases de l’opération :

« Entrée à la porte avec un colis pour Pierre Clergue de la part de M. Caux – faire la sommation – enlève le chargeur de la mitraillette – laisse deux hommes à la porte et quatre se dirigent vers le bureau avec le pétain et le gardien portier. Rendez vous maîtres du bureau et faites sortir cinq cheminots, un gars de Haute-Savoie qui sont à l’atelier n° 1 – n’oublie pas les ordres de mission – pour le chef et l’autre pour le procureur – apporte les deux bombes à main et le pétard et 100 balles. »

22La troisième lettre est signée Edmond (Courtois) et commence par ces mots : « Je prends la plume à mon tour », à la suite donc de Payen, et il est précisé par le scripteur qu’il s’agit de sa deuxième lettre. Preuve définitive que cette lettre a été écrite après la précédente, le nom du destinataire du colis a changé : il était initialement prévu que celui-ci devait être adressé à Pierre Clergue, il devra l’être à Huon de la part de son oncle de Fismes. Ces noms de surveillants logés à la prison ont dû varier en tenant compte du service des agents logés. Ils n’ont pas été transmis par courrier, ils résultent d’informations communiquées par un ou plusieurs surveillants complices. L’essentiel n’est pas là, mais dans l’urgence requise pour que l’opération ait quelque chance de réussir. Courtois se fait à son tour pressant : « Il faudra venir le plus tôt possible sitôt reçu cette lettre même dans la semaine. » Il indique les horaires des trains : « Vous avez un train partant de Tergnier vers 6 heures – vous êtes à Laon à 7 h – à 8 heures vous faites le coup vous avez un train de Laon à Tergnier à 8 h 40. » L’heure (qui sera effectivement retenue) est fixée, de même que celle du retour : « C’est rapide en cinq minutes le coup peut être fait les gardiens étant d’accord, le chef n’étant plus là, les consignes sont peu relevées tout ira pour le mieux. » Grand est son souci de la date : entre mercredi soir 5 avril et le samedi 8 dernier délai, « après ce sera plus dur ». L’idéal serait le mercredi 5 : « Nous avons un grand intérêt pour que ce coup se fasse le mercredi mais on ne peut t’expliquer, faites tout votre possible. Prenez un congé s’il le faut. » On sait que c’est le samedi 8 avril que la malheureuse tentative eut finalement lieu. La suite de la lettre obéit elle aussi à une tentative d’intoxication, non pas répétons-le à destination des autorités pénitentiaires ou policières dans le cas de son interception, mais des résistants de l’extérieur :

« Tout le monde ici est avec nous, vous serez aidé dans votre tâche ni inquiété pour votre départ jusqu’à la gare. Quelques gardiens vont nous rejoindre lorsque nous serons planqués ainsi que quelques gendarmes qui nous sont tout dévoués ils feront la liaison. N’ayez aucune crainte. Si vous saviez tout ce que l’on sait vous viendriez ici sans crainte sûr de la victoire. Ensuite avec tout les appuis que nous avons et que nous aurons, nous irons chercher le petit Crouillet à l’Hôpital de Saint-Quentin, nous aurons des gendarmes avec nous, voitures, et faux papiers. Comme tu vois nous pourrions faire des adhésions en masses, toute la gendarmerie, les gardiens, les pétains tout le monde a été touché par nous. »

23La chute de la lettre redevient plus concrète : « Nous comptons sur vous ne serait-ce que cinq ou six tout ira bien. » On sait qu’ils ne furent que quatre. Enfin, incitation ultime qui reprend les arguments de la lettre précédente : « Je dois vous dire que le chef de prison est en congé pour dix jours. Alors le portier ne se fait plus accompagner par le gendarme ni mitraillette, il y a du laisser aller. » Avec à nouveau cette précision : « Si vous ne pouvez venir, dites nous dans une lettre “Jeanne est en instance de divorce”. Si oui “Je vous apprend la naissance d’Édouard.” »

  • 4  Témoignage recueilli par Alain Nice à Tergnier le 12 février 2003. Pierre Fauquet est, nous appren (...)

24Sur le déroulement des interrogatoires, on dispose, grâce à Alain Nice, du témoignage de Pierre Fauquet4 :

« Arrivés dans le bureau de la prison, on a commencé à nous interroger. Nous avons reçu des coups de crosse de mitraillette dans les reins, nous devions rester debout les bras en l’air. Lorsque l’un de nous faiblissait, il recevait un coup. L’interrogatoire était conduit par un policier français dans le bureau des gardes juste après la porte à gauche, il a duré jusqu’à 3 h de matin. Nous avions soif, nous avons réclamé un verre d’eau. La femme du gardien nous a dit : “Ah !, je vais quand même leur en donner, on ne peut quand même pas refuser de donner à boire à des chiens !”. On nous a conduits ensuite en cellule, au rez-de-chaussée, dans le quartier français de la prison. Les Allemands eux occupaient le premier étage. Un garde a dit : “Mettez les dans la cellule des condamnés à mort”, cela nous a fait froid dans le dos… On nous a apporté de la soupe très salée et on nous a coupé l’eau, interdiction d’avoir à boire. Nous sommes restés cinq jours sans boire après avoir avalé la soupe salée. Jusqu’à notre passage en cour martiale, nous étions tous les quatre dans la même cellule et nous n’avons plus été interrogés. Un gendarme français nous a dit un jour : “Si mon fils avait fait ça, je l’aurais tué moi-même !”. Nous étions surveillés en permanence par un gendarme derrière une grille séparant la cellule. Nous n’avons jamais vu d’Allemands et nous n’avons plus jamais été interrogés jusqu’à la réunion de la cour martiale. »

25On comprend mieux pourquoi ces tout jeunes garçons ont pu se laisser aller à quelques aveux.

26Et Pierre Fauquet poursuit :

« C’est René Gobeaut qui m’a dit un jour que nous allions effectuer une action contre la prison de Laon pour libérer des camarades, des FTP, qui avaient été arrêtés en décembre 1943 à Tergnier. Nous sommes partis à bicyclette tous les quatre en direction de Laon. En bas de Laon, nous avons laissé nos bicyclettes dans un café puis nous sommes montés à pied par les grimpettes. Arrivés à la prison, j’ai fait le guet avec Soveaux pendant que les deux autres pénétraient dans la prison. Nous étions armés d’un pistolet. J’ignore ce qui s’est passé à l’intérieur. Au bout de quelques temps, j’ai vu arriver à la prison un groupe de policiers. Ils sont ressortis quelques instants après pour se lancer à notre poursuite dans la rue des échos. L’un a crié “Halte, Police !”. Bien sûr, nous ne voulions pas nous arrêter. Un des policiers nous a effectivement tiré dessus. André Soveaux a répliqué mais en ne tirant qu’un seul coup de feu, en l’air, en direction des policiers. Personnellement, je n’ai pas tiré. Il n’y a jamais eu d’échange de tirs, de mitraillage comme le raconte un policier dans son rapport. Arrivés dans la rue Saint-Martin, un Allemand qui se promenait avec une fille, a sorti son revolver et nous a mis en joue. Les policiers français sont arrivés juste après, nous étions cernés. Ensuite, ils nous ont reconduits à la prison. »

27Peu de corrections au récit que nous avons reconstitué à partir des seules traces écrites dont nous disposons. Les quatre résistants n’ont pas pris le train mais ont fait la route à bicyclette. André Soveaux a-t-il tiré un seul coup de feu « en l’air, en direction des policiers » ? Une affirmation contestable, au moins à nuancer. André Soveaux a avoué avoir tiré plusieurs coups de feu en direction de ses poursuivants. Pierre Fauquet veut, par ce pieux mensonge, mettre en exergue la barbarie qu’a constituée à ses yeux la condamnation à mort – car André Soveaux va être condamné à mort et exécuté – d’un absolu innocent. Enfin il y avait un seul Allemand « qui se promenait avec une fille », ce qui paraît vraisemblable, les policiers ayant « gommé » cette anecdote peu patriotique de leur récit – comme ils ont fait disparaître l’amer constat que les « attaquants » ont dressé à leur arrivée à la maison d’arrêt : « Devant l’entrée, une femme du café situé en face a crié “ Fusillez-les ! ” »

28À s’en tenir aux trois lettres interceptées, les complicités semblent multiples : gendarmes, surveillants, gardiens de la paix et même des Allemands. Intoxication, avons-nous dit, que revendiquent d’ailleurs les résistants détenus une fois avéré l’échec de l’opération. On a émis une hypothèse, à la suite des explications de Barisi : les complicités avaient pour objet d’inciter les résistants de l’extérieur (libres) à intervenir rapidement et sans risques, puisqu’ils allaient rencontrer sur leur parcours du combattant aux moins des complices passifs. Une autre hypothèse n’est pas cependant à écarter : certaines complicités étaient bien réelles et il s’agissait pour les résistants, une fois dans les mailles du filet, de tenter de dédouaner leurs véritables comparses.

29Pour y voir un peu plus clair, il appartient à l’historien de faire le tri. Un certain nombre de personnages me semblent plus compromis, plus impliqués tout au moins, que d’autres. Les deux gardiens de la paix d’abord, Guillermain et Brochart, Guillermain on va le voir plus que Brochart ; le surveillant Alexandre Thélut ; et enfin le « chef » et le procureur, pour lesquels les résistants emprisonnés demandent des « ordres de mission » dans la lettre du 2 avril.

30Il nous faut recourir à nouveau au témoignage de Pierre Fauquet :

« Le gardien Thélut était de connivence avec nous, c’est lui qui avait fait passer les lettres de Courtois à Béguin. Plusieurs gardiens [de la paix] étaient du côté de la Résistance mais l’un d’entre eux n’était pas sûr et ses collègues lui avaient saboté sa mitraillette, c’est pour cela qu’il n’a pas pu tirer lorsque Gobeaut et Béguin sont entrés dans la prison, sinon ils auraient été tués. »

31Ce que confirme un rapport du commissaire de police de Laon (n° 5169) daté du 18 octobre 1944 : les gardiens de la paix Guillermain et Brochart appartenaient tous les deux « à un groupe de résistance ». Comment expliquer cependant la conduite de Brochart, qui désarma René Gobeaut et fit preuve de beaucoup de zèle lors de la fouille et de l’interrogatoire des « terroristes ». Le rapport répond à cette objection. Brochart déclara alors :

« a) qu’il n’avait pas été contacté par son organisation dans le but de favoriser l’évasion de prisonniers détenus à la prison de Laon.
b) que Béguin Henri et Gobeaut René n’avaient pas déclaré au moment des faits qu’ils faisaient partie d’une organisation de résistance et obéissaient aux ordres donnés par celle-ci
c) que s’il avait connu être en présence de camarades en mission Guillermain et lui les auraient relaxés et seraient partis avec eux une fois “Mission Remplie” ».

32L’historien Alain Nice fait remarquer à très juste titre : « Quel crédit apporter à ces dires, postérieurs à la Libération ? À l’époque des faits, avril 1944, le débarquement allié était encore loin et la police de Vichy n’avait pas encore véritablement choisi son camp. » Un jugement plein de bon sens mais qui vaut, nous semble-t-il, surtout pour Brochart, le gardien de la paix Guillermain gardant en permanence par devers lui une mitraillette désarmée par les soins de ses collègues.

Le procureur Paul Amor et l’affaire de la prison de Laon

33Ne subsiste que l’énigme des ordres de mission, destinés l’un au chef et l’autre au procureur. Pour tenter de la résoudre, il nous faut nous attacher un peu plus longuement à la personnalité du procureur de la République de Laon, Paul Amor.

Qui est Paul Amor ?

34Paul René Eliacin Amor est né le 17 octobre 1901 à Bône (Algérie). Son père, Ben Mohamed, est docteur en médecine, sa mère, Marie Victorine Cazelles, femme au foyer. Après l’obtention du baccalauréat ès lettres et l’accomplissement de son service militaire, interrompu par une affection contractée en service commandé, il entreprend des études de droit : licence en 1925, certificat de législation algérienne, de droit musulman et de coutumes indigènes en 1926, plus tard diplôme d’études supérieures d’histoire du droit et de droit romain et diplôme d’études supérieures de droit privé qui lui permirent de se prévaloir du titre de docteur en droit. Dans l’intervalle, il était devenu avocat, puis, le 15 août 1925, attaché au parquet général d’Alger. Le procureur général ne tarit pas d’éloges à son égard :

« Il appartient à une famille honorable ; son père, qui était docteur en médecine, est mort victime du devoir professionnel. M. Amor sur le compte duquel j’ai recueilli les meilleurs renseignements […] n’a cessé de me rendre des services et il s’est signalé par son intelligence, son zèle et son activité. »

35Le préfet d’Alger fait remarquer pour sa part qu’il « observe une attitude politique correcte ».

36Paul Amor, qui a épousé Andrée Germain, fille d’un propriétaire viticulteur de fortune « modeste » sinon « très belle » suivant une autre source, sollicite, en octobre 1926, un poste de suppléant rétribué de juge de paix en Algérie. Le 17 septembre 1927, il fait le voyage de Paris, obtient de la chancellerie un poste de suppléant rétribué de juge de paix à Blida (décret du 19 Octobre 1927), en « raison de [la] santé de sa femme ». Il est installé le 17 novembre 1927.

37En septembre 1930, il devient juge de paix à part entière (4e classe) à Mondovi, un an plus tard juge suppléant rétribué dans le ressort d’Alger. Il est juge à Guelma en 1934, substitut à Tizi-Ouzou en 1936. En 1937, cependant qu’il connaît des déboires conjugaux (le couple, dont est né un garçon en 1929, divorce), ses notices individuelles et de renseignements débordent d’éloges à son égard : « D’une individualité très marquée, paraît devoir réussir brillamment au parquet » ; « magistrat très sympathique sous tous les rapports. D’une tenue et d’une courtoisie parfaites à l’audience, dont la préoccupation dominante est celle d’atteindre la vérité et non de rechercher des succès personnels. S’exprime avec facilité et en termes choisis. » Il est présenté au tableau d’avancement puis nommé le 23 août 1937 procureur (de 3e classe) à Bayeux. Un an plus tard, le procureur général de Caen dresse de lui ce tableau flatteur :

« Magistrat de grande valeur, M. Amor est un excellent chef de parquet. D’esprit vif et pénétrant, de caractère avisé et énergique, de culture juridique étendue, ayant de l’initiative et de la décision, il possède des qualités éminentes d’administrateur. Très laborieux, il règle les affaires avec rapidité et une parfaite sûreté de jugement. Ses rapports sont clairs, complets et méthodiques. Doué d’une grande facilité d’élocution, il requiert à l’audience avec talent et fermeté. M. Amor mérite, en raison de ses qualités exceptionnelles, d’avancer rapidement. »

38Paul Amor s’est remarié en 1938, il demande alors le poste de procureur à Lisieux, sans succès, est nommé le 11 décembre 1940 délégué procureur à La Châtre avant de reprendre son poste de Bayeux le 14 novembre 1941.

39La notice des chefs de cour de Caen du 14 janvier 1943 nous en apprend un peu plus sur le Paul Amor de ces années de guerre : « Magistrat de grande valeur, M. Amor est un chef de parquet de premier ordre. Doué d’une forte intelligence, d’une forte culture juridique et d’un caractère à la fois prudent et énergique, il a d’exceptionnelles qualités d’administrateur. Il porte, en outre, à l’audience la parole avec aisance et distinction. Âgé de 41 ans, il est marié et père d’un enfant ; sa conduite privée est irréprochable et son attitude politique est des plus correctes. Il a fait la campagne 1939-1940 comme officier du génie. Il est dévoué à l’ordre nouveau et fidèle à la personne du Chef de l’État. Il n’a jamais appartenu à une société secrète. M. Amor mérite d’obtenir un prochain avancement. Il se met à la disposition de la Chancellerie, mais exprime le désir d’être nommé substitut adjoint ou juge d’instruction adjoint au tribunal de la Seine. Il nous paraît plus particulièrement désigné pour un poste de substitut adjoint. »

40En lieu et place de la capitale, le 9 août 1943, Amor est nommé procureur (2e classe) à Laon où il est installé le 2 octobre 1943. Six mois plus tard, sur la carrière jusqu’ici sans histoire du procureur Amor devait souffler le « vent mauvais » qui allait faire basculer sa vie.

Le procès

41Le moins que l’on puisse dire est que le procureur Amor intervient très tôt dans l’affaire de la prison de Laon. Le soir même de l’attaque manquée, il adresse un compte rendu des faits au procureur général d’Amiens. Il s’appuie sur les rapports de police, joint à son compte rendu la copie des trois lettres dont nous avons fait très largement mention et conclut par cette phrase : « Je me suis personnellement rendu aussitôt sur les lieux pour veiller au maintien de l’ordre qui n’a pas été troublé. » C’est cette visite à la maison d’arrêt, en pleine nuit, qui va lui être d’abord reprochée.

42Le 19 avril 1944, Paul Amor comparaît, mais en tant que témoin, devant la cour martiale siégeant à la maison d’arrêt pour juger les quatre « individus coupables d’attaque à main armée, en vue de délivrer cinq de leurs camarades ». L’audience se tient dans la seule salle décente de la prison, celle du greffe. La séance a été ouverte aux aurores, sitôt le lever, la toilette et le petit-déjeuner des détenus, vers 7 h 30. Il est 9 h 30 quand le procureur se présente à la barre.

  • 5  Pierre Trouillé dresse un portrait saisissant de Jocelyn Maret dans son Journal d’un préfet pendan (...)
  • 6  Joseph Darnand était devenu secrétaire général au Maintien de l’Ordre le 31 janvier 1943.
  • 7  Pedron (Pierre), La prison sous Vichy, Paris, Éd. de l’Atelier, collection « Champs pénitentiaires (...)

43Quelques mots sur ces cours martiales itinérantes. Ces juridictions ont été créées par les lois du 20 janvier et 21 février 1944. Elle sont composées de trois membres, des miliciens, et ont compétence pour juger les auteurs de « meurtre ou assassinat ou tentative de meurtre ou d’assassinat commis au moyen d’armes ou d’explosifs pour favoriser une activité terroriste ». Les accusés ne sont pas assistés d’un avocat, les sentences ne sont susceptibles d’aucun recours et elles sont immédiatement exécutables. Ces cours martiales itinérantes, dont le siège est dans chaque prison, sont présidées par Jocelyn Maret, un ancien représentant en produits pharmaceutiques. Chef régional de la Milice5, il a été nommé sous-directeur de l’administration pénitentiaire après le rattachement de cette administration au secrétariat général au Maintien de l’Ordre dans les derniers jours de 19436. Maret s’est, dit Pierre Pédron, « fait une spécialité de présider ces cours martiales pénitentiaires, transformant pour l’occasion les prisons en prétoires sanglants. Il sillonne la France pénitentiaire, les Cours martiales itinérantes qu’il préside multiplient les condamnations à mort7 ». Avant son arrivée à Laon, Maret a présidé une cour martiale à Rennes le 12 mars 1944 (trois fusillés), une autre à Loos le 22 mars (deux fusillés) ; il revient de Châlons-sur-Marne, où il a condamné à mort et fait exécuter un résistant le 11 avril. Maret pousse le cynisme jusqu’à rédiger le ou les arrêts de mort avant même la réunion de la juridiction qu’il préside, toujours entouré de deux sbires – l’un de ses assesseurs habituels est le milicien Dexhemer, présent à Laon en ce triste jour du 19 avril 1944.

44Jocelyn Maret fait subir, selon l’inspection générale, au procureur Amor « un véritable interrogatoire », commençant par lui reprocher « d’avoir failli à l’honneur ». Paul Amor s’emporte, Maret développe sa pensée en lui imputant les faits suivants : non seulement il s’est rendu à la maison d’arrêt de Laon dans la soirée du samedi 8 avril, mais il y est retourné le lendemain dimanche 9 avril, sollicité par Béguin de venir le voir ; il aurait alors conseillé à Alexandre Thélut, celui des gardiens soupçonné de complicité d’évasion, de « prendre le large ». Une confrontation a lieu entre les deux hommes ainsi qu’avec les résistants mais Amor ne réussit pas à convaincre Maret qui l’informe qu’il va porter les faits à la connaissance du secrétaire général au Maintien de l’Ordre et du garde des Sceaux et qui lui ordonne de ne pas quitter la ville de Laon.

45Il est à noter que les explications fournies par le procureur ne sont enregistrées que partiellement et qu’il n’a signé aucune pièce. On peut néanmoins tenter de reconstituer la déposition de Paul Amor à partir de diverses correspondances administratives. C’est le commissaire de police de Laon qui a informé le procureur, le samedi 8 avril au soir, de l’attaque qui venait d’avoir lieu contre la maison d’arrêt. Amor se rend immédiatement à la prison, il est environ 21 h, il n’a pas traîné. Il y trouve, outre les agents de la police française, un lieutenant de gendarmerie allemand. La Feldgendarmerie a procédé à un vaste déploiement de forces tout autour de l’établissement. Les gendarmes, allemands et non français, sont particulièrement « outrés » de la teneur des fameuses trois lettres découvertes au cours de la fouille des détenus. Ils en retiennent en particulier que l’ensemble des auxiliaires de justice français – gardiens de la paix, surveillants pénitentiaires et même les gendarmes, capitaine de gendarmerie compris –, semblent acquis à la cause des résistants, ce qui risque, fait remarquer Paul Amor, de compromettre gravement, au regard des autorités d’occupation, l’ensemble de ces auxiliaires de justice et fait craindre que les autorités allemandes ne procèdent à de nombreuses arrestations. Le procureur s’évertue alors à expliquer aux Allemands que les lettres « avaient certainement été rédigées avec le dessein de mettre en confiance les camarades au concours duquel il était fait appel, en leur faisant croire que leur tentative ne rencontrerait pas d’opposition sérieuse ». Il indique au lieutenant de gendarmerie allemand que les faits semblent relever de la compétence du secrétariat général au Maintien de l’Ordre. L’officier lui répond que les quatre « attaquants » seront laissés, jusqu’au mardi 11 avril, à la disposition des autorités françaises mais que, passé cette date la Sicherei Polizei (Police de Sécurité) de Saint-Quentin se chargerait de l’affaire. Paul Amor est persuadé que la tentative d’évasion n’a pu être organisée qu’avec la connivence d’un gardien « chargé de faire passer des lettres et transmettre des indications à l’extérieur », et ce à l’exclusion de toute complicité parmi les policiers ou gendarmes, en lesquels, dit-il, « on peut avoir toute confiance ». Il décide « de faire tout ce qui serait en [son] pouvoir pour sauver l’honneur de l’ensemble du corps des auxiliaires de la Justice et découvrir le coupable ».

46Le lendemain (dimanche 9 avril, jour de Pâques), en début d’après-midi, le surveillant-chef de la maison d’arrêt, revenu de son congé vu la situation, l’informe, déclare le procureur, que le détenu Béguin demande à lui parler : « Je crus de mon devoir de me rendre immédiatement à la prison, pour le cas où cet individu aurait eu des révélations à me faire sur les complicités dont ses camarades et lui auraient bénéficié. » Arrivé vers 15 heures à la prison, il se rend immédiatement auprès de Béguin qui lui demande s’il n’est pas possible que soient prévenues les familles des individus arrêtés. Amor trouve la démarche de Béguin « plutôt cavalière » mais l’attribue « à l’état de dépression, physique, et morale, dans lequel se trouvait ce détenu, âgé de 18 ans » et lui fait remarquer que « tel n’était pas [son] rôle » avant de prendre congé de lui. Il décide alors de réunir les gardiens « afin de tenter de découvrir parmi eux le coupable », les interroge séparément, « faisant appel à la conscience et aux sentiments de confraternité de chacun » et leur demandant de lui « donner leur parole d’honneur qu’ils étaient innocents ». Aucun d’entre eux ne s’avoue coupable, Amor explique à chacun « qu’il [est] essentiel, pour l’honneur et la tranquillité de l’ensemble des services mis en cause dans les lettres, que le coupable se [dénonce] ». Il leur apprend que la Sicherei Polizei de Saint-Quentin va venir dans la matinée du mardi 11 avril (le surlendemain), et que « beaucoup d’innocents pourraient alors être appréhendés et courraient même des risques plus graves, si le ou les coupables n’étaient pas découverts d’ici là par les autorités françaises ». Il les exhorte à parler, leur faisant comprendre « que si le ou les coupables n’avaient pas le courage de se faire connaître, ils sachent au moins ce qu’ils avaient à faire ». Il y a là de sa part un demi aveu :

« Je ne me souviens pas avoir employé l’expression : “prendre le large”, qui ne m’est pas coutumière, mais je ne cache pas que, dans ma pensée, j’eusse préféré que le coupable prît la fuite, cette fuite constituant un aveu qui eût innocenté l’ensemble des auxiliaires de la Justice vis-à-vis des autorités allemandes, plutôt que de voir arrêter nombre d’innocents. »

47Conscient d’en avoir trop dit, il tente de corriger instantanément le tir, mais avec une infinie maladresse :

« J’ajoute qu’il était bien dans mes intentions, sitôt le coupable ainsi connu, de mettre tout en œuvre pour le retrouver, ce qui aurait été relativement facile, en sa qualité de gardien de prison, et des renseignements qu’on aurait pu obtenir sur son refuge éventuel. »

48Tous les gardiens ont donné leur parole d’honneur d’être étrangers à la tentative d’évasion, mais le lundi, les détenus « dont la délivrance avait été projetée » révèlent à la Sûreté française que le gardien Thélut est bien l’auteur de la connivence à l’évasion. Amor requiert alors contre Thélut l’ouverture d’une information. Placé sous mandat de dépôt, le surveillant finit par reconnaître les faits. En résumé, le procureur Amor, « agissant dans la fièvre d’événements graves » – en clair, un peu dépassé par les événements, on le serait à moins – justifie sa conduite par la crainte que, 48 heures plus tard, les autorités allemandes n’appréhendent un grand nombre d’auxiliaires de justice, agents de la police, gendarmes et gardiens de prison.

49L’opinion de Jocelyn Maret est toute autre. Le lendemain de la tenue de l’audience de la cour martiale, le 20 avril 1944, il informe le ministre de la Justice. Amor a, selon lui, été mis en cause à la fois par les prévenus et par le personnel de surveillance de la prison de Laon. Le dimanche de Pâques, le procureur a mis moins d’une heure pour se rendre auprès de Béguin. Confronté à ce dernier, Amor aurait déclaré : « Ah ! en effet, je crois me rappeler qu’on est venu me chercher. Mon idée était de retrouver le coupable afin d’éviter toute intervention allemande. » Un fait qu’il avait nié auparavant. Qui est venu chercher Paul Amor ? Un surveillant dont l’identité n’est pas révélée. Béguin a, incontestablement, une grande influence parmi le personnel de la prison de Laon. Le surveillant-chef non seulement téléphone au procureur mais lui envoie un chauffeur. Une question se pose : pourquoi Maret n’a-t-il pas mis en cause le surveillant-chef ? Double jeu de celui-ci ? Ou complicité corporative entre un grand et un petit chef pénitentiaires ? Pour le reste, Henri Béguin confirme l’explication qu’Amor a fini par consentir : il lui a effectivement demandé « de prévenir par téléphone sa famille et les familles de ses co-détenus », ce à quoi Amor aurait acquiescé avant de faire le nécessaire. Amor commence par contester, puis revient sur ses déclarations. Il prétend alors « qu’il n’avait pas attaché d’importance à ces faits et qu’il était venu à la prison par excès de zèle ». Les surveillants Aublin, Huon et Leroy, ainsi que le surveillant commis-greffier Lamouette, sont pour leur part unanimes pour déclarer que le procureur leur a tenu les propos suivants : « S’il y a un coupable qu’il se dénonce tout de suite à moi-même ou bien qu’il prenne immédiatement le large. »

Jocelyn Maret

Jocelyn Maret

photo ministère de la Justice

50Jocelyn Maret en vient ensuite aux fameux « ordres de mission pour le Chef et pour le Procureur ». Béguin, qui devait remettre l’ordre de mission au procureur, et Payen, l’auteur de la lettre, ont parlé. Les ordres de mission en question devaient être rédigés et signés par un agent du Comité d’Alger, un certain M. Brisse, avocat à Paris, avant d’être remis à Béguin par l’agent de liaison habituel, un nommé M. Jean domicilié à Compiègne mais détenu au moment des faits « dans un camp d’internement d’où il pouvait sortir facilement ». Au moment de l’attaque de la prison, Béguin n’avait pas encore reçu les ordres de mission et il pensait que ceux-ci seraient envoyés directement par M. Jean au procureur. D’après Béguin, ces ordres de mission devaient servir de justifications au procureur après la guerre. Il n’est à aucun moment question lors de l’audience de l’ordre de mission réservé au surveillant-chef. Il est vrai qu’il était en congé le 8 avril, jour de l’attaque. Un congé pris à bon escient.

51Henri Béguin a beaucoup parlé. On peut le comprendre, compte tenu de son âge, compte tenu surtout de ce que Jocelyn Maret révèle : le pauvre Béguin a été roué de coups par les gardiens de la paix avant d’être torturé par les hommes de mains de la milice. La réaction de Paul Amor, qu’il ait fait partie de la résistance ou pas, on y reviendra, est tout à son honneur. Quand il s’est trouvé « en présence d’un pauvre jeune homme en larmes et roué de coups », il a éprouvé à son égard « une certaine sympathie », d’où son acceptation de prévenir les familles.

52Enfin, et c’est peut-être le plus triste dans cette triste histoire, dès lors que les soupçons commencent à s’accumuler sur Paul Amor, et ceci avant sa comparution devant la cour martiale, les représentants de l’État dans le département et la région répandent leur fiel. Le préfet de Laon fait part à Maret de ses suspicions et de ses craintes vis-à-vis du procureur, le préfet de région (en poste à Saint-Quentin) demande à Maret de venir le voir – ce qu’il n’a pas manqué de faire, le président de la cour martiale se déplaçant à la demande des préfets de région qu’il rencontre obligatoirement avant chaque session de cette juridiction – et lui confie qu’il « suivait » Amor depuis longtemps et que « de très lourdes charges pèsent sur lui » ; le même préfet de région estime en outre comme insuffisante la mesure d’internement que Maret a proposée contre Paul Amor et pense qu’il fallait le faire arrêter. Maret le milicien, Maret le reître peut alors se permettre de jouer les grands seigneurs :

« Nous avons fait observer à M. le préfet régional de Saint-Quentin qu’il ne nous appartenait pas de faire procéder à l’arrestation du procureur, ni même de l’ordonner, et qu’au maximum ce que nous pouvions faire était de l’entendre en tant que témoin puisqu’il avait été mis en cause. »

53Jocelyn Maret propose finalement une mesure d’internement immédiate « en attendant qu’une peine plus sévère soit prononcée s’il y a lieu après l’enquête ». Maret se venge. Car même si sa psychologie est sommaire, corrompue qui plus est par ses « idéaux » d’extrême droite et par l’exercice de pouvoirs extravagants pour un être socialement si médiocre, Maret est loin d’être un imbécile. Autant il se complaît à étaler devant le ministre les abominables lâchetés dont sont capables les hauts dignitaires de la préfectorale, autant il éprouve au fond de lui-même le sentiment de sa déchéance en face d’une personnalité comme celle de Paul Amor. Je lui cède la parole :

« Nous devons souligner en terminant l’attitude particulièrement incorrecte du Procureur. En effet, après que son audition fut terminée nous l’avons remercié d’avoir bien voulu nous donner ces explications et il nous a lancé alors un regard particulièrement haineux et s’est éloigné en faisant claquer la porte d’une façon brutale. »

54Et à nouveau cette ostentation de sa mansuétude, voire de son honnêteté supposées :

« Il n’est certes pas démontré que le Procureur soit un des chefs de l’organisation terroriste O.C.M. à laquelle appartenaient les prévenus, mais il est certain qu’il a des contacts directs avec cette organisation et qu’il a de ce fait une attitude d’une telle bienveillance vis-à-vis des prévenus qu’elle frise la complicité. »

  • 8  Ainsi baptisé au début de 1941, ce mouvement, co-animé par Maxime Blocq-Mascart et Jean Arthuys, r (...)

55On retiendra que Jocelyn Maret est convaincu à l’issue des débats que les prévenus appartiennent, de même que Paul Amor, à l’OCM, l’Organisation civile et militaire8.

56Une éclaircie dans ce ciel plombé, l’attitude du procureur général d’Amiens. Le 25 avril 1944, il écrit directement au garde des Sceaux. C’est un véritable plaidoyer en faveur de son substitut Paul Amor. Le haut magistrat commence par critiquer, en termes à peine voilés, l’existence même des cours martiales :

« Dans l’ignorance où je suis de la procédure appliquée devant les cours martiales et des motifs spéciaux qui pouvaient justifier la convocation de mon substitut en qualité de témoin à l’audience de la cour martiale qui a siégé à la prison de Laon le 19 avril, il ne m’est pas possible d’émettre sur l’opportunité de cette mesure qui est en principe inusitée une opinion autorisée. »

57Il approuve par ailleurs le déplacement du procureur à la maison d’arrêt de Laon le dimanche de Pâques auprès du détenu Béguin :

« Ce détenu pouvait en effet avoir à lui faire des déclarations ou révélations utiles concernant soit l’affaire en cours, soit même d’autres affaires, et mon substitut avait incontestablement en sa qualité d’officier de police judiciaire le devoir de se rendre à la maison d’arrêt pour les recevoir, le cas échéant, par procès-verbal et leur donner ultérieurement toute suite utile. »

58Ce à quoi Maret répondit en déplorant l’absence, justement, de tout procès-verbal. Le procureur général approuve ensuite l’intervention d’Amor auprès des surveillants : il « agissait également dans le cadre de ses attributions ». Toutefois, en suggérant au(x) coupable(s) de prendre la fuite, laissant ainsi « apparaître aux yeux des autorités d’occupation intervenues dans l’affaire l’innocence de tous les autres agents dont la participation aux faits de la veille pouvait être soupçonnée », Amor a commis une faute :

« Il ne lui appartenait pas en effet – à lui moins qu’à toute autre personne – de donner un conseil de cette nature alors surtout que la découverte et l’arrestation ultérieure du coupable en fuite n’étaient, contrairement à ce qu’il a pu croire, rien moins que certaines. »

59Maret trouva à s’amuser du « rien moins que certaines » du procureur général. Mais cette faute, que le procureur général regrette amèrement devoir relever, doit être considérée avec « la plus extrême bienveillance », compte tenu de l’état des services de Paul Amor :

« Procureur de la République à Laon depuis le 9 août 1943, M. Amor, est en effet un des meilleurs chefs de parquet de mon ressort. Il dirige son service avec un zèle et une activité qui ne connaissent pas de défaillance. Ses décisions sont toujours mûrement réfléchies. Elles révèlent une intelligence rapide et sûre. Je n’ai en un mot qu’à me louer sans réserves et à tous points de vue de ce Magistrat. »

L’arrestation de Paul Amor

  • 9  ADA, carton 11276.

60L’historien Alain Nice a retrouvé la copie du procès-verbal de l’arrêt de la Cour Martiale9.

« Ministère de l’Intérieur
Cabinet du Secrétaire Général
État français au Maintien de l’Ordre
Cour Martiale
(Lois des 20 janvier 1944 et 11 février 1944)
Le 19 avril 1944, à onze heures,
Le Président de la Cour Martiale de Laon, à Monsieur le Préfet de Laon
Le président de la Cour Martiale de Laon a l’honneur de vous faire connaître que la Cour Martiale instituée à Laon, par arrêté du Secrétariat Général au Maintien de l’Ordre en date du 17 avril 1944 en application de la loi du 20 janvier 1944, modifiée et complétée par la loi du 21 février 1944 à onze heures a arrêté que :
le sieur Soveaux André, Charles, Edmond, né le 30 mars 1924 à Quessy (Cité) sera immédiatement passé par les armes.
En ce qui concerne :
- Béguin Henri, Octave, né le 26 mars 1924 à Condren
- Gobeaut René, né le 14 septembre 1925 à Quessy Centre
- Fauquet Pierre, né le 14 février 1926 à Ailly sur Noye,
détenus à la prison de Laon ils seront remis à la disposition du Procureur de l’État Français afin qu’il soit requis par lui ce qu’il appartiendra.
Il vous appartient de prendre toutes les mesures utiles en vue de l’exécution, conformément aux lois précitées.

[Signature illisible] »

61Pierre Fauquet a narré l’insoutenable cérémonie de la mise à mort d’André Soveaux à Alain Nice :

« André Soveaux a été fusillé, le 19 avril 1944, juste aussitôt le jugement de la cour martiale. On lui a laissé faire une lettre à sa famille et ils l’ont fusillé aussitôt après dans la cour derrière la prison. Nous, nous avions été ramenés en cellule et nous avons entendu les coups de feu. On nous a rapporté qu’il avait crié “Vive la France” avant de mourir. En fait, André Soveaux n’a reçu que deux balles. Celle qui l’a tué, c’est le coup de grâce, les autres balles ont fini dans le mur, plusieurs GMR ont tiré à côté. René Gobeaut possédait une balle restée fichée dans le mur et qu’un agent avait récupéré et lui avait donné. »

62Je laisse parler Alain Nice :

« Avant de tomber sous les balles, à 11 h 50, dans la cour intérieure de la prison, André Soveaux, refusant qu’on lui bande les yeux, cria en direction du peloton : “Vive la France” ou selon une autre version “Salut Messieurs et Vive la France !”. Le peloton d’exécution, prévu d’avance, était composé de douze gendarmes français appartenant au GMR “Vermandois”, commandé par un officier français, le lieutenant B… Fidèle aux ordres, celui-ci n’a pas failli dans sa mission et donna le coup de grâce qui tua André Soveaux, épargné par la plupart des balles des GMR. André Soveaux fut inhumé au cimetière Saint-Just dans la fosse commune. Sa dépouille regagna Tergnier par la suite où il fut réinhumé solennellement le 28 avril 1946. Aujourd’hui, une école maternelle de Quessy porte son nom. »

63La cour martiale n’était pas compétente pour juger les autres « attaquants ». Ceux-ci, ainsi que le surveillant Alexandre Thélut, et les détenus Barisi et Payen, furent transférés à la maison d’arrêt de la Santé à Paris le 27 avril 1944. Pierre Fauquet prétend que ce transfert salvateur fut le fait de Paul Amor, car il était initialement prévu qu’ils seraient transférés à Amiens et remis aux autorités allemandes. Si la décision du sort judiciaire des inculpés appartenait bien au procureur, Paul Amor n’était plus à cette date en position de la prononcer. Deux jours plus tôt, le 25 avril 1944, le jour même où le procureur général adressait une courageuse missive à son ministre, Paul Amor était arrêté par l’intendant régional de police (français) de Saint-Quentin. Il était 22 h 30 ; le procureur fut incarcéré dans la nuit à la maison d’arrêt de Laon, celle-là même qu’il contribuait jusque là à approvisionner en petits malfaiteurs. Paul Amor faisait l’objet d’un arrêté d’internement administratif signé par le secrétaire général au Maintien de l’Ordre. Le transfert du 27 avril à la Santé est la conséquence de l’arrestation de Paul Amor. Pas question de faire cohabiter dans la même prison le procureur et ceux susceptibles de le confondre. La mesure de transfert des résistants à la Santé était intervenue par ailleurs à la demande de l’inspection générale des services judiciaires et administratifs, qui avaient ainsi à portée de main les accusateurs potentiels de Paul Amor. Les inspecteurs ne rendirent leur rapport, signé Imbaret, que le 20 juin 1944.

64La principale visée des inspecteurs consistait à éclaircir la question des ordres de mission. Payen et surtout Barisi furent passés sur le gril. « Il s’agissait dans leur pensée, dirent-ils, d’un mot, d’une lettre d’excuses, afin de mettre le Procureur à l’abri de représailles de la part des autorités d’occupation. » Selon Payen : « Ces lettres d’excuses avaient pour objet d’innocenter le Procureur et le Chef de la prison aux yeux des autorités d’occupation. Le Procureur n’est pour rien dans cette histoire-là. » Barisi déclara de son côté : « On a marqué le procureur comme on aurait marqué un autre. On ne sait pas pourquoi », avant d’expliquer « que M. Amor était venu visiter les détenus, quelque temps avant l’attaque de la prison, qu’il leur avait fait remarquer la gravité de l’inculpation qui pesait sur eux, et, comme il avait “ eu l’air humain ”, ils avaient voulu s’excuser des ennuis que leur évasion pourrait lui causer ». Beaucoup de flou dans ces déclarations, d’autant que celle de Payen est en contradiction avec les propos de Henri Béguin lors du procès, quand il affirmait que l’ordre de mission devait servir à Paul Amor après la Libération.

65Les fameux ordres de mission avaient été retrouvés lors d’une perquisition opérée à Tergnier en présence du procureur dans la nuit du 8 au 9 avril. Les voici :

« Comité national de la Résistance française
À Monsieur le Chef de la Maison d’arrêt de Laon.
Nous venons remplir la mission qui nous est parvenue pour la libération de 6 patriotes.
Veuillez avoir l’obligeance de remettre au plus tôt l’ordre de mission ci-joint à Monsieur le Procureur de la République.
Comptant sur votre patriotisme et votre dévouement agréer Monsieur nos sincères salutations.

La Résistance Française. »

« Comité National de la Résistance Française.
À Monsieur le Procureur de la République Française,
Monsieur,
Ayant reçu pour mission l’ordre de libérer 6 membres détenus à la maison d’arrêt de Laon, par suite de coups de main exécutés par nos ordres.
Nous vous prions de nous excuser de ce geste mais le motif nous y oblige certains éléments parmi eux nous sont indispensables.
Nous sollicitons de votre bienveillance pour faire tout ce qu’il sera en votre pouvoir auprès des autorités allemandes.
Agréez, Monsieur le Procureur nos salutations patriotiques.

La Résistance Française. »

66Ils étaient accompagnés de l’instruction suivante :

« Faire taper ces 2 copies chacune sur une feuille volante et les mettre sous enveloppes respectives une à Monsieur le Procureur de la République une Monsieur le Gardien chef de la maison d’arrêt de Laon.
Taper les adresses à la machine correctement,
Lors de notre libération venir avec ces 2 missives que l’on laissera au bureau.
Surtout détruire ces papiers après étude. »

67À la caserne des Tourelles à Paris, où il a été transféré après trois semaines passées à Laon, Paul Amor est interrogé par des inspecteurs au sujet notamment de cet ordre de mission. D’après l’un des inspecteurs, Paul Amor lui aurait déclaré « que la découverte de ce document l’avait vivement surpris et, qu’en ce qui le concernait, il lui était impossible de fournir une explication, étant étranger à toute cette affaire ».

68Les inspecteurs reviennent sur les journées des 8 et 9 avril. Sur le 8, rien de nouveau. On en apprend un peu plus sur la journée du dimanche de Pâques 9 avril. C’est le surveillant Alexandre Thélut qui est venu chercher Paul Amor à son domicile. On s’en serait douté. À la demande de Béguin qui, devant l’attitude de Paul Amor la veille, « avait été amené à penser que le procureur de la République “ serait plus doux ” et consentirait à lui rendre le service de prévenir sa famille et celle de ses co-accusés de leur arrestation ». Paul Amor aurait d’abord refusé de donner suite à cette demande, puis il se serait laissé attendrir et aurait noté les différentes adresses qui lui étaient données, sur une feuille volante, et aurait promis de prévenir les familles. Le procureur reconnaît pour sa part avoir entendu, en présence des gardiens et des agents de police, « cet individu [Béguin] bredouiller quelques phrases » pour lui demander de faire prévenir sa famille ainsi que celle d’un de ses camarades (Soveaux) qui avait été « entraîné dans le coup » malgré lui. Il affirme énergiquement avoir repoussé cette demande et n’avoir noté aucune adresse. Cette entrevue aurait duré 2 ou 3 minutes au plus.

« Je n’ai attaché aucune importance à la demande de Béguin, cela se passait dans des circonstances si dramatiques par ailleurs que j’ai considéré cette demande comme une démarche de gamin… Et je l’ai dit à l’intéressé. Ce n’était pas mon rôle. »

69L’inspecteur a tendance à accorder du crédit à la version de Paul Amor : l’entretien a eu lieu publiquement, et non en aparté comme le prétend Béguin ; en second lieu, le magistrat a refusé de faire droit à la demande et n’a pris aucune note. En outre, il n’a prévenu personne. Et de conclure :

« En tout cas, le fait pour M. Amor, de s’être rendu à la maison d’arrêt, à la demande de Béguin ne saurait, en lui-même lui être reproché. Ce magistrat avait, incontestablement, en sa qualité d’officier de police judiciaire, le devoir de recevoir, le cas échéant, toutes déclarations et de leur donner ultérieurement toute suite utile. Je dois noter, pour être complet sur ce point, que M. Amor m’a fourni des explications qui m’ont semblé spontanées et sincères, tandis que j’ai dû arracher, bribes par bribes les déclarations de Béguin et relever dans ses explications des réticences et des contradictions qui permettent de suspecter sa sincérité quand il affirme que M. Amor a accepté de prévenir les familles des inculpés. »

70On peut se poser la question : pourquoi Béguin tient-il absolument à faire dire à Paul Amor qu’il ne l’avait contacté que pour faire prévenir les familles des « attaquants » ?

71Enfin, sur le discours tenu par Paul Amor ce même 9 avril à destination des surveillants laonnois, celui-ci conteste avoir employé l’expression « prendre le large » mais il reconnaît en avoir exprimé l’idée. Selon l’inspecteur, Paul Amor justifie son acte en expliquant que « l’attitude de l’officier de la Feldgendarmerie était violente et pouvait, notamment, laisser supposer l’arrestation de tout le personnel de la prison, de l’officier de gendarmerie mis en cause, dans les lettres, ainsi que des gendarmes. C’est pour éviter un événement de cet ordre, qu’il a cru pouvoir recourir à l’argument qu’il a employé, sans se rendre exactement compte de la gravité de l’acte qu’il commettait. Il a invoqué, en outre, pour excuser cet acte, l’émotion que lui avaient causée ces événements ainsi que l’état de fatigue physique dans lequel il se trouvait. Il avait, en effet, au cours de la nuit, accompagné à Tergnier le commissaire du Maintien de l’Ordre venu de Saint-Quentin et avait assisté aux perquisitions effectuées au domicile des inculpés. À son retour à Laon, à l’aube, il avait eu avec le commissaire, un long entretien, au cours duquel la décision avait été prise de saisir ce dernier de l’ensemble de l’affaire ; il était fatigué et déprimé. » L’inspecteur partage, sur ce point de l’imputabilité d’une faute – la seule, mais vénielle – au procureur de Laon, l’avis éclairé du procureur général d’Amiens.

72Pendant que l’enquête administrative se poursuit, et alors que le débarquement en Normandie est intervenu dans l’intervalle, l’inspection générale reçoit une dépêche émanant du préfet de l’Aisne :

« J’ai l’honneur de vous faire parvenir les renseignements suivants concernant M. Amor, procureur de la République à Laon, qui fait actuellement l’objet d’un arrêté d’internement. Ce magistrat, avec qui j’ai eu l’occasion de m’entretenir à plusieurs reprises assez longuement, m’avait paru jusqu’alors conscient de ses devoirs. Son origine et ses attaches familiales algériennes, dont il ne faisait pas mystère, auraient pu le prédisposer à certaines sympathies, mais je dois préciser qu’à aucun moment, Amor ait eu, même accidentellement, une attitude de bienveillance volontairement coupable à l’égard de l’organisation terroriste O.C.M. dans son ressort. Parmi les griefs relevés à son encontre, un seul mérite d’être retenu : le conseil de fuite, qu’il a donné à un gardien de prison supposé coupable. Ce fait peut, dans une certaine mesure, être expliqué par l’état moral et physique déficient dans lequel se trouvait ce magistrat et qui, affirme-t-il, ne lui a pas permis d’agir avec le calme et le sang froid que les circonstances exigeaient. »

73Le retournement des vestes a commencé. Et peut-être l’OCM avait-elle fait passer un message au préfet ?

74Le 20 juin 1944, Pierre Cannat, le futur adjoint d’Amor et le fil rouge de la réforme qui porte le nom de l’ancien procureur de Laon, qui appartient alors au Cabinet du garde des Sceaux, demande au secrétaire d’État à l’Intérieur qu’il soit envisagé de rapporter la mesure d’internement prise à l’encontre de Paul Amor et de retenir à titre de sanction son déplacement d’office. Le 1er puis le 29 juillet 1944, le garde des Sceaux en personne effectue la même demande auprès du chef de Gouvernement, ministre secrétaire d’État à l’Intérieur. Le 8 août 1944, c’est au tour du chef de l’inspection générale d’intervenir – par écrit, après plusieurs coups de téléphone – auprès du Secrétaire général au Maintien de l’ordre, dont il finit par recevoir une réponse sans appel : « Le Secrétaire au Maintien de l’ordre lui a fait connaître qu’il estimait devoir maintenir l’internement de M. Amor, sans lui faire connaître le motif de cette décision. »

75À la caserne des Tourelles, Paul Amor n’était pas resté inactif. Il y organisa la résistance, signant un tract de son nom appelant à la révolte avant de s’évader seul pour revenir ensuite chercher, le 13 août 1944, 15 de ses camarades menacés de déportation.

76Béguin, Fauquet, Gobeaut et les autres résistants laonnois furent libérés de la Santé, sur intervention de l’ambassadeur Nordling, le 23 août 1944. Ils participèrent, aux côtés de leurs camarades FTP, aux côtés de Paul Amor et de ses compagnons de l’OCM, aux combats de la Libération de Paris.

Paul Amor était-il un « vrai » résistant ?

77Paul Amor fut nommé à titre provisoire, le 1er septembre 1944, avocat général près la cour d’appel de Paris et directeur de l’administration pénitentiaire et des services de l’éducation surveillée. Les deux nominations devinrent définitives le 30 du même mois. Il anima alors l’équipe de « mousquetaires » (Ancel, Cannat, Gilquin, Pinatel) à qui l’on doit la fameuse réforme qui porte son nom. Honnête, loyal (trop peut-être), intransigeant, mais surtout « humain, trop humain », il fut écarté sans ménagement, dès 1947, de la direction de l’administration pénitentiaire pour avoir traité avec trop de commisération les « collaborateurs » qui s’entassaient dans des prisons surpeuplées. Nommé représentant de la France à la Commission Internationale Pénale et Pénitentiaire à Berne et membre (fort actif) de la Commission de réforme du code d’instruction criminelle, il fut, le 28 février 1949, détaché à l’ONU comme chef de la Section de la Défense sociale, Division des activités sociales de l’Office européen des Nations Unies. Avocat général puis premier avocat général près la Cour de Cassation, il siégea pendant huit ans (19 février 1959-19 février 1967) au Conseil supérieur de la magistrature, avant de prendre sa retraite le 17 octobre 1971. Il est mort à l’hôpital Cochin le dimanche 26 août 1984. Ses obsèques religieuses furent célébrées « dans la stricte intimité familiale » en l’église Saint-Philippe-du-Roule. Il avait avant de s’éteindre exprimé « le désir que soient laissées dans l’ombre tant d’années consacrées à son devoir de magistrat et d’honnête homme ». Ignorant de ce vœu, je l’avais alors transgressé en écrivant sa nécrologie dans le Courrier de la Chancellerie.

78Pour tenter de m’en absoudre, je vais essayer de répondre à la question qui m’a hanté pendant tout le cours de cette interminable quête : Paul Amor était-il un « vrai » résistant ? Ou s’est-il contenté d’accomplir, dans un contexte difficile, « son devoir de magistrat et d’honnête homme », ce qui n’est déjà pas rien ? Posant une question aussi naïve, je sais que je m’expose aux foudres d’impitoyables censeurs aux yeux de qui la sympathie, et encore davantage l’admiration, pour l’objet de sa recherche – cet « objet » fût-il un homme singulier – sont des obstacles à l’exercice – supposé pouvoir être objectif – du métier d’historien. Peu m’en chaut. Il me semble avoir déjà apporté bien des éléments de réponse. Je dois une réponse définitive à Alain Nice, dont le point de vue, ou plutôt l’angle d’attaque d’historien de la résistance, est complètement différent du mien. Pierre Fauquet lui a raconté :

« La cour martiale a siégé dans le bureau de la prison là où nous avions été interrogés la première fois [le greffe], nous avons été introduits tous les quatre, debout devant une table où étaient assises trois personnes en costume civil avec des policiers debout derrière eux. Nous avons été questionnés au moins pendant une heure et demie à deux heures. Au cours de l’interrogatoire, le président de la cour martiale, Maret, un milicien, a sorti un stylo et en nous le montrant nous a dit  : “Voyez, votre peau, ne vaut pas plus cher que ce stylo”. Cette phrase m’a marqué. Durant tout l’interrogatoire nous avons été menacés sans cesse. Un des deux autres miliciens s’appelait Dexhemer, je ne me souviens plus du nom du troisième. Avant l’audience de la cour martiale, Henri Béguin nous avait prévenus de ne pas dire que nous appartenions aux FTP mais que nous étions de l’OCM. Durant l’audience, on a bien senti qu’il leur en fallait un [de condamné à mort]. Personnellement, je n’ai jamais vu le Procureur Amor, c’est Henri Béguin qui a eu un contact avec lui mais j’ignore comment. C’est le procureur Amor qui lui a recommandé de nous réclamer de l’OCM. Personne n’a parlé puisqu’en fait nous ne savions rien sur l’organisation de la Résistance et cela énervait Maret et les miliciens. »

79Tout s’explique. Paul Amor, catholique fervent, appartient à un réseau de l’OCM. Tant les quatre « attaquants » que leurs cinq camarades emprisonnés appartiennent pour leur part au détachement Wodli (groupe Guy Mocquet, secteur de Tergnier) des FTP. Connaissant le sort généralement réservé aux FTP, Paul Amor, faute d’avoir pu rencontrer le chef de groupe Henri Béguin le 8 au soir compte tenu de la présence redoutable des Allemands, avait « remis le couvert » le lendemain et pris le risque de rencontrer Béguin publiquement. Le motif « humanitaire » (prévenir les familles) était réel mais servait aussi de leurre, car le souci premier du procureur était de faire passer un billet au jeune chef FTP, ou plus prudemment de lui dire à mots couverts de se revendiquer de l’OCM plutôt que des FTP, organisation proche du Parti communiste. Le subterfuge fonctionna à merveille et Maret n’y vit que du feu. Paul Amor, ce héros, avait compris qu’on ne pactise jamais avec le diable.

Haut de page

Notes

1  2003-2005 (NDLR).

2  Archives départementales de l’Aisne (ADA), carton 11276 (PV de la police).

3  Nous avons respecté l’orthographe contenue dans les lettres.

4  Témoignage recueilli par Alain Nice à Tergnier le 12 février 2003. Pierre Fauquet est, nous apprend l’historien de la Résistance, « le dernier survivant de cet épisode dramatique ».

5  Pierre Trouillé dresse un portrait saisissant de Jocelyn Maret dans son Journal d’un préfet pendant l’Occupation (Corrèze 1944), 1964, réédition J’ai lu, 1968, p. 11 : « Il claque des talons et salue à l’hitlérienne. J’avoue que le personnage répond assez peu à l’idée que je me faisais d’un haut fonctionnaire de la place Vendôme. Bottes noires, ceinturon, chemise grise, on le prendrait pour un SS. D’ailleurs, il m’annonce qu’il vient de la LVF après une glorieuse blessure sur le champ de bataille. Sa tenue n’est donc pas un effet de plagiat, mais un effet de mimétisme. »

6  Joseph Darnand était devenu secrétaire général au Maintien de l’Ordre le 31 janvier 1943.

7  Pedron (Pierre), La prison sous Vichy, Paris, Éd. de l’Atelier, collection « Champs pénitentiaires », p. 175.

8  Ainsi baptisé au début de 1941, ce mouvement, co-animé par Maxime Blocq-Mascart et Jean Arthuys, réunit surtout des intellectuels, des fonctionnaires et des militaires qui misent tous sur une victoire de l’Angleterre sur les nazis. Des Cahiers réfléchissant sur ce que devra être la France libérée paraissent à partir de juin 1942. Les grandes administrations de l’État sont noyautées, en particulier la Justice et l’Intérieur (Sûreté nationale). À l’automne 1942, est mis en place un réseau régional, la région d’Amiens regroupant le plus grand nombre de résistants.

9  ADA, carton 11276.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Paul Amor
Légende Photo du dossier administratif de Paul Amor
Crédits Archives nationales, dépôt de Fontainebleau
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/1780/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Jocelyn Maret
Crédits photo ministère de la Justice
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/1780/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Carlier, « Paul Amor et l’affaire de la prison de Laon (8 avril 1944) », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Répressions politiques en situation de guerre, mis en ligne le 24 mai 2012, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/1780

Haut de page

Auteur

Christian Carlier

Christian Carlier, historien, est directeur d’établissement pénitentiaire et chargé de mission à la Direction de l’administration pénitentiaire. Il est rédacteur en chef de la revue « Histoire pénitentiaire » diffusée par l’Administration pénitentiaire.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page