Navigation – Plan du site
Bagnes, prisons et quartiers politiques

Les déportés républicains de 1858

Jean-Claude Vimont

Notes de la rédaction

Cet article sur la déportation de 1858 a été publié en 1999 dans le n° 5 de la revue Trames, éditée par l’IUFM de l’Académie de Rouen. Il a été légèrement remanié pour cette édition en ligne.

Texte intégral

  • 1  Plessis (Alain), De la fête impériale au mur des fédérés, Paris, Seuil, 1973, p. 193.
  • 2  Caron (François), La France des patriotes, Paris, Fayard, 1985, p. 34-35.
  • 3  Antonetti (Guy), Histoire contemporaine politique et sociale, Paris, PUF, 1986, p. 281.
  • 4  Barjot (Dominique), Chaline (Jean-Pierre), Encrevé (André), La France au XIXe siècle, Paris, PUF, (...)
  • 5  Furet (François), La Révolution de Turgot à Jules Ferry, 1770-1880, Paris, Hachette, 1988, p. 448.

1L’histoire du “parti” républicain compte des pages sombres et dramatiques, mais aussi des béances historiographiques. La proscription dont furent victimes plusieurs centaines de républicains en 1858, à la suite de l’attentat manqué commis par Felice Orsini contre l’empereur est mal connue. L’effectif des arrestations et celui des transportations en Algérie varient selon les historiens. Alain Plessis indique, non sans précautions, que cette répression fit « environ 430 victimes, condamnées pour la plupart à la déportation en Algérie1 ». François Caron, de son côté, dénombre 20 000 arrestations et perquisitions. Il précise que le nombre des déportés en Algérie « dut finalement s’élever à 3752 ». Guy Antonetti, quant à lui, demeure laconique : « 2000 personnes sont inquiétées3 ». Pour sa part, André Encrevé mentionne un millier d’arrestations arbitraires et plus de quatre cents déportations en Algérie4. François Furet se contentait d'évoquer rapidement des mesures révolutionnaires pour exorciser le spectre revenu de la Terreur : « la reprise des arrestations et des tristes convois vers l’Algérie5. »

2La personnalité de chacune des victimes est négligée par les historiens au profit d’une caractérisation unique – d’anciens condamnés politiques républicains – induite par la loi de Sûreté générale votée le 19 février 1858 par le Corps législatif et rendue exécutoire par un décret impérial du 27 février. En effet, l’article 7 de cette loi est libellé ainsi :

« Peut être interné dans un des départements de l’Empire ou en Algérie, ou expulsé du territoire français, tout individu qui a été soit condamné, soit interné, expulsé ou transporté par mesure de sûreté générale à l’occasion des événements de mai et juin 1848, juin 1849, ou de décembre 1851, et que des faits graves signalent de nouveau comme dangereux pour la sûreté publique ».

3Ce texte “légalisait” les arrestations effectuées dans tous les départements français dès la nomination du général Espinasse comme ministre de l’Intérieur. Il avait fixé aux préfets un quota d’interpellations à effectuer dans leurs départements respectifs. Se borner à expliquer le choix des victimes par leurs seules condamnations antérieures occulte les objectifs gouvernementaux, à l’échelon national comme à l’échelon local, lors des deux étapes de cette proscription, au moment des arrestations puis lors des déportations.

4Il n’est pas question ici de réécrire l’histoire de cette crispation autoritaire du régime impérial, mais d’essayer de cerner des “profils types” de démocrates, de républicains qui, aux yeux du pouvoir, présentent, apparemment, une dangerosité suffisante pour être éloignés du territoire métropolitain et acheminés en Algérie (d’où ils ne revinrent qu’après l’amnistie du 15 août 1859). Le ministère de l’Intérieur, les préfets, les procureurs généraux sélectionnent quelques centaines de déportés parmi les détenus. Selon quels critères ? En fonction de quel danger potentiel ? Le gouvernement souhaite-t-il atteindre de présumés complices français des régicides italiens, traquer les réseaux qui permettent aux exilés londoniens de diffuser leurs pamphlets en France et, selon une logique policière simpliste, d’y transporter des explosifs ? S’agit-il de terroriser une nouvelle fois ceux qui n’ont pas compris que le temps des sociétés secrètes est révolu et qui ont la velléité de s’inspirer de la Marianne angevine ? La circulaire adressée le 9 janvier à tous les préfets par le général Espinasse accuse explicitement le parti républicain de complot et d’attentat :

« […] Un exécrable attentat est venu dessiller tous les yeux et nous a révélé les ressentiments sauvages, les coupables espérances qui couvent encore au sein du parti républicain. Ce parti, monsieur le préfet, nous ne devons ni exagérer ni amoindrir ses forces. Son odieuse tentative vient de réveiller les appréhensions du pays : nous lui devons les garanties de sécurité qu’il réclame. […] Il faut enfin que nos populations, justement alarmées, sachent bien qu’aujourd’hui encore, c’est aux bons à se rassurer, aux méchants seuls à trembler. »

5Veut-on mettre hors d’état de nuire les propagandistes qui ont contribué à l’expression de l’opposition républicaine à l’occasion des élections législatives de juin 1857 ? Rappelons que dans plusieurs villes, des candidats démocrates ont obtenu des suffrages importants. Cinq d’entre eux ont triomphé des candidats officiels à Paris : Cavaignac, Carnot, Goudchaux, Ollivier, Darimon. Les électeurs de Lyon élisent le docteur Hénon et le deuxième candidat républicain n’échoue que de quelques suffrages. Bordeaux élit Curé, considéré alors comme républicain. On remarque des minorités respectables sur le nom de Cavaignac à Avignon, dans la Marne, le Lot, la Meurthe, sur celui de Bordillon dans le Maine-et-Loire, sur les noms de Arago et Pagès à Toulouse. Également des suffrages républicains à Lille où les démocrates manquent de l’emporter, dans l’Aube, la Côte-d’Or, la Loire, l’Eure, la Dordogne, l’Hérault (en particulier à Montpellier), l’Indre, la Charente, l’Orne. Si les campagnes votent massivement pour les candidats officiels, les grandes villes montrent moins d’obéissance aux préfets. L’attentat d’Orsini n'est-il pas le prétexte idéal pour enrayer cette fronde légale d’une partie non négligeable de l’électorat, fronde qui impressionne vivement le pouvoir ? Le discours de l’empereur à l’ouverture de la session législative, le 18 janvier, semble répondre affirmativement :

« […] les dernières élections, malgré leur résultat satisfaisant, ont offert en certains lieux un affligeant spectacle. Les partis hostiles en ont profité pour agiter le pays, et on a vu quelques hommes, s’avouant hautement ennemis des institutions nationales, tromper les électeurs par de fausses promesses et, après avoir brigué leurs suffrages, les rejeter ensuite avec dédain. Vous ne permettrez pas qu’un tel scandale se renouvelle, et vous obligerez tout éligible à prêter serment à la constitution avant de se porter candidat. La pacification des esprits devant être le but constant de nos efforts, vous m’aiderez à rechercher les moyens de réduire au silence les oppositions extrêmes et factieuses. »

  • 6  Furet (François), La Révolution de Turgot à Jules Ferry, 1770-1880, Paris, Hachette, 1988, p. 447.

6François Furet notait que les cercles du pouvoir furent frappés « par la persistance de l’hostilité de Paris, rajeunie par l’apparition d’une nouvelle génération républicaine, brillante et pugnace6 ».

7On tentera donc de cerner, à partir des listes de déportés disponibles, les contours de la représentation gouvernementale d’un “parti” que le pouvoir espérait avoir terrassé par de précédentes déportations à Cayenne ou à Lambessa, par des emprisonnements à Belle Isle, par des interdictions de séjour, des exils et des assignations à résidence, aux lendemains du coup d’État de 1851. On s’interrogera sur la pertinence de cette représentation à un moment crucial de l’histoire d’un républicanisme français affaibli, déchiré, divisé sur ses options stratégiques comme sur ses choix programmatiques.

  • 7  Ténot (Eugène), Dubost (Antonin), Les suspects en 1858, Paris, 1869.

8Une tradition historiographique républicaine se fonde sur les ouvrages d’Eugène Ténot et Antonin Dubost, Les suspects en 18587, et de Taxile Delord, Histoire illustrée du Second Empire, pour dénoncer l’arbitraire des sélections de proscrits. Dans chaque département, les préfets auraient choisi “au hasard” un nombre d’individus fixé par le ministre de l’Intérieur et de la sûreté générale, le général Espinasse. Pour atteindre leur “quota” départemental, certains préfets se seraient contentés d’exhumer de vieux dossiers d’anciens condamnés politiques qui, en 1858, se tenaient à l’écart des affaires publiques ; d’autres auraient cédé à des pressions et à des dénonciations. Ces auteurs citent une propriétaire transportée à la place de son époux absent, un frère innocent à la place de son frère militant, un fils parce que le père était connu pour son républicanisme, un agent d’assurances dont le maire de Nîmes convoitait le portefeuille, d’augustes vieillards impotents qui ne purent être acheminés en Algérie et même des morts qui n’avaient pas été rayés des listes de suspects. Choix aberrants, innocentes victimes, préfets plus ou moins répressifs, cruels ou incompétents… tout cela est au service d’une démonstration militante du caractère terroriste du régime. Napoléon III ne commettait-il pas la même erreur que son oncle qui avait proscrit plusieurs dizaines de jacobins à la suite de l’attentat de la rue Saint-Nicaise commis par des royalistes en décembre 1800 ? Très tôt, la loi de sûreté générale fut qualifiée de loi des suspects. Ténot et Dubost écrivent :

« Alors se révéla au sein de notre malheureux pays l’existence de toute une classe de suspects. Quiconque avait été républicain et conservait sa foi politique ; quiconque avait défendu le droit en 1851 ; quiconque avait été à cette date funèbre frappé par les vainqueurs ; tous ceux qui, renfermés dans leur foyer domestique, attendaient le retour de la liberté ; ceux surtout qui, l’année précédente, avaient osé prendre part à la lutte électorale, tous ces suspects purent trembler pour leur fortune et leur liberté. L’heure était venue où, sans motifs, sans explications, sans jugement, en pleine paix, ils allaient être jetés par centaines dans les geôles du pouvoir et de là transportés à Cayenne ou en Afrique. »

9Les biographies d’une fraction notable de déportés incitent à proposer une autre lecture de ces proscriptions. Les préfets ne frappent pas au hasard, même si, sur la foi d’indicateurs, de mouchards, de policiers trop zélés ou mal informés, ils commettent des erreurs. Ils s’efforcent d’atteindre les réseaux républicains clandestins et de briser leurs animateurs : les tenanciers de café comme les vénérables de loge maçonnique où la sociabilité dissimulait l’action politique, les mutuellistes, les journalistes et les anciens membres du personnel politique de la Seconde République qui diffusaient les mots d’ordre de chefs exilés, les notabilités du “parti” susceptibles de convertir à la Sainte Cause leurs ouvriers, leurs clients ou leurs patients, les animateurs des comités électoraux de 1857 et, bien sûr, les “militants” irréductibles, barricadiers impénitents et pensionnaires habituels des quartiers politiques des prisons.

10Les listes de proscrits n’offrent pas un tableau fidèle du “parti” républicain. Lors des choix, des préfets privilégient le danger électoral, d’autres le danger insurrectionnel. Toute mesure quantitative, à l’échelon national ou départemental, n’aboutit qu’à des dénombrements peu significatifs et lacunaires, car les informations sur les départements de l’Ouest sont très inégales. Cependant, il semble possible d’avancer quelques hypothèses sur les contours du courant républicain dans cette phase de compression des libertés publiques et politiques, malgré le filtre déformant de la répression policière.

11Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français incite à confronter les listes de victimes publiées par Ténot et Dubost en 1869 aux notices rédigées par les spécialistes de l’histoire du parti républicain, du mouvement ouvrier ou des répressions politiques. La démarche inverse n’est pas possible car aucun mot clef dans le dictionnaire ne permet d’isoler et de repérer les victimes politiques de 1858. Plusieurs auteurs de notices ont utilisé les informations contenues dans le livre de Ténot et Dubost, mais d’autres ont négligé cette précieuse source. Nous ne sommes parvenu à établir que 114 notices biographiques relativement complètes de déportés en Algérie, à l’issue de cette confrontation.

12L’ouvrage de 1869 dénombre, département par département, 281 victimes, pour la plupart déportées, à l’exception de quelques-unes bénéficiant d’ordres de libération peu avant leur embarquement pour l’Algérie. La majorité des victimes figure sur des listes départementales, fréquemment avec la mention de leur profession. Les auteurs consacrent quelques lignes à l'engagement passé dans le mouvement républicain, aux circonstances des arrestations et au destin en Algérie d'une minorité de proscrits.

13Tenot et Dubost font figurer dans les dernières pages de leur livre une liste de 102 noms, comportant quelques mentions de profession et d’origine départementale. Cette liste de victimes, fournie par Gustave Naquet, demeure quelque peu énigmatique à l’issue des recherches dans le Maitron, car le Dictionnaire a négligé la grande majorité des républicains qui y figurent. Furent-ils tous déportés ? Au total, le livre de Ténot et Dubost identifie, plus ou moins précisément, 383 victimes de la loi de sûreté. Il avance deux estimations pour l’ensemble de cette répression : 2000 arrestations et 430 transportés, en s’appuyant sur les dénombrements effectués par l’une des victimes, sans plus de précision sur cette source. Les historiens ont fréquemment repris cette estimation de 1869 sans en éprouver la validité.

14Pour notre part, après élimination des républicains dont nous sommes sûr qu’ils ne partirent pas, mais en intégrant la liste Naquet, nous aboutissons à un effectif de 349 personnes. Les départements, et même parfois les localités où ils furent interpellés sont cités dans l’ouvrage de Ténot et Dubost. On peut donc confronter cette géographie des transportations avec celle des suffrages obtenus par les démocrates socialistes aux élections législatives du 13 mai 1849, avec celle de la répression de la résistance au coup d’État de 1851 et avec celle des succès républicains aux élections de 1857.

15Les 349 victimes que avons identifiées étaient originaires de 70 départements.
Les individus déportés étaient en nombre égal ou supérieur à 10 dans les départements suivants : Seine (40) Rhône (15) Nord (14) Nièvre (11) Allier (10).
Les individus déportés étaient entre 5 et 9 dans les départements suivants : Aisne (6) Eure (5) Loiret (8) Seine-Inférieure (6) Ardennes (7) Côte-d’Or (6) Marne (6) Saône-et-Loire (6) Loire-Inférieure (6) Charente (6) Creuse (6) Indre-et-Loire (8) Haute-Loire (7) Haute-Vienne (6) Hautes-Alpes (5) Aveyron (9) Gard (5) Haute-Garonne (9) Gers (8) Hérault (5) Pas-de-Calais (8).
Les individus poursuivis à la suite de l’insurrection de 1851 furent 26 884. Il y eut plus de 1000 individus poursuivis dans la Seine où 40 républicains furent déportés en 1858, dans la Nièvre qui compta 11 déportés en 1858. Mais l'Yonne, la Drôme, les Basses-Alpes, le Var et l'Hérault, qui furent également des départements de résistance et de répression massives (plus de 1000 individus poursuivis) ne comptèrent que 3 déportés dans l'Yonne, 5 déportés dans l'Hérault, 4 déportés dans les Basses-Alpes et le Var, 3 déportés dans l'Yonne, 1 déporté dans la Drôme en 1858.
Il y eut entre 100 et 500 individus poursuivis après le coup d'État de 1851 dans les départements suivants : Loiret (8 déportés en 1858), Cher (3 déportés en 1858), Allier (10 déportés en 1858), Lot-et-Garonne (4 déportés en 1858), Pyrénées-Orientales (2 déportés en 1858), Bouches-du-Rhône (1 déporté en 1858), Vaucluse (2 déportés en 1858).

16Les variations régionales entre les deux moments de répression ne peuvent qu'inciter à la prudence et relativiser la thèse de l'exhumation, en 1858, de vieux dossiers de proscrits. Les comparaisons entre les scrutins électoraux de 1849, de 1857 et les effectifs de déportés en 1858 semblent plus intéressantes car elles montrent que là où l'opinion républicaine, démocratique et sociale se manifeste avec constance, les préfets s'efforcent d'éloigner les agents de sa propagande. Les succès républicains dans le département de la Seine en 1857 et l'importance du militantisme républicain dans la capitale des révolutions expliquent aisément l'effectif de 40 déportés en 1858. Le département du Rhône compte 15 déportés. Les nombreux suffrages républicains de 1857 prolongent les résultats de mai 1849. Aux élections législatives de cette année-là, les électeurs donnèrent la majorité absolue aux candidats démocrates-socialistes. Un phénomène assez proche a lieu dans le Nord : 14 déportés en 1858, suffrages républicains importants en 1857 et 40 à 50 % de voix aux démocrates-socialistes en 1849. La Nièvre (11 déportés) et l'Allier (10 déportés) avaient donné la majorité absolue à la Montagne en 1849 et pris les armes en 1851. Il y eut 9 déportés en Haute-Garonne, département où les républicains de Toulouse avaient brillé en 1857. Leurs scores n'avaient pas été négligeables dans l'Eure (5 déportés), dans la Marne (6 déportés), en Côte-d'Or (6 déportés), en Charente (6 déportés) et dans l'Hérault (5 déportés). Presque dix années de répression n'étaient pas parvenues à éradiquer un courant d'opinion qui, à la surprise des autorités, s'était clairement manifesté à l'occasion des élections de 1857, principalement dans les métropoles régionales et dans quelques départements. Les déportations de 1858 se doivent d'atteindre, pense-t-on, les responsables de cette fronde électorale.

17Nous connaissons la profession de 274 déportés. Plusieurs ensembles peuvent être distingués :
10 (3,6 %) journalistes, pamphlétaires, hommes de lettres
12 (4,7 %) cafetiers, cabaretiers, restaurateurs
12 (4,7 %) voyageurs de commerce
18 (6,5 %) représentants des professions médicales (médecins, pharmaciens, vétérinaires…)
18 (6,5 %) représentants des professions juridiques ( avocats, notaires, huissiers…)
14 (5,1 %) enseignants, architectes, géomètres
8 (2,9 %) cultivateurs, vignerons, qui pourraient figurer dans la catégorie suivante des propriétaires
16 (5,8 %) propriétaires, urbains ou retirés dans des résidences à la campagne
14 (5,1 %) négociants
15 (5,4 %) marchands, commerçants
7 (2,5 %) entrepreneurs, fabricants, meuniers, à la tête d’établissements importants.
130 (47,4 %) salariés du monde de l’atelier : artisans et ouvriers d’usine, maîtres et compagnons, hommes de peine et terrassiers… Les sources ne permettent pas de distinguer les artisans à leur compte des salariés, les travailleurs indépendants des ouvriers d’usine. Mentionnons cependant 17 cordonniers, 10 menuisiers ou ébénistes, 9 tailleurs d’habits, 21 tisseurs et fileurs… Au sein de cet effectif de 130 salariés figurent quelques rares journaliers agricoles.

18Ces ordres de grandeur à l’échelon national tendent à exagérer la proportion de républicains issus des milieux populaires par l’effet des nombreuses arrestations dans les grandes villes, en particulier à Lille, Lyon et Paris. À l’échelon départemental, on remarque que les préfets cherchent à atteindre les leaders locaux du mouvement républicain et, parmi eux, des notables susceptibles d’influencer leurs concitoyens.

Journalistes et pamphlétaires républicains

19Les préfets s’efforcent d’entraver la propagande démocratique et républicaine en s’en prenant aux auteurs de brochures politiques et aux journalistes. Benjamin Gastineau, ancien ouvrier compositeur devenu rédacteur en chef du Guetteur de Saint-Quentin dans l’Aisne fut arrêté et son journal supprimé peu de temps après. Il avait collaboré aux organes socialistes de Thoré et Proudhon pendant la Seconde République et avait été transporté en Algérie en 1852. À Paris, l’ex-ouvrier bonnetier Charavay avait participé avec son frère à la création d’organes communistes tels que L’Humanitaire et La Commune sociale. Le profil politique d’Eugène Fombertaux, dessinateur d'etoffes puis typographe et journaliste, n’est pas très éloigné du précédent. Avec son père, il avait publié clandestinement, pendant la Monarchie de juillet, des feuilles néo-babouvistes prônant le régicide, Le Moniteur républicain et L’Homme libre, qui lui valurent une longue incarcération au Mont-Saint-Michel puis à Doullens. Communiste révolutionnaire, membre de clubs blanquistes, il avait participé à la construction de barricades lors de la résistance parisienne au coup d'État. La police exerçait sur lui une surveillance étroite car son passé le désignait comme “individu dangereux”. Il fut arrêté dans l’imprimerie parisienne Dubuisson et fut transporté à Sidi-Bel-Abbès.

20Georges Tillier, fils ou neveu de l’écrivain et pamphlétaire socialiste Claude Tillier, était rédacteur au Figaro. Il avait été arrêté dans la Nièvre en 1851 et était suspecté de propagande démagogique. En Seine-Inférieure, l’ouvrier tisserand Charles Noiret s’était fait connaître en 1836 par la publication des Mémoires d’un ouvrier rouennais. Il avait ensuite publié deux pamphlets : Aux travailleurs (1840) et Deuxième lettre aux travailleurs (1841). En 1848, la République avait fait de ce théoricien de l’association ouvrière un sous-commissaire du Gouvernement provisoire. Il fut déporté en 1852 puis à nouveau en 1858. Nous ne disposons pas de précisions biographiques sur Paulevey, journaliste dans l’Yonne, qui subit le même sort que Noiret (deux transportations) et qui mourut à son arrivée à Alger. Hippolyte Lecornué, journaliste au Mans, ne pouvait qu’être déporté car il incarnait plusieurs facettes du “péril républicain”. Comploteur, membre d’une société secrète, il avait été affilié à la Charbonnerie dans sa jeunesse. Vénérable d’une loge maçonnique du Mans, il pouvait être suspecté d’y diffuser discrètement l’idéal démocratique. Propagandiste, il avait animé à la fin de la Monarchie de Juillet Le Courrier de la Sarthe, organe républicain et socialiste. Il était devenu comme Noiret, sous-commissaire du Gouvernement provisoire, puis sous-préfet, avant d’être révoqué en 1849.

21Le régime impérial avait muselé la presse et surveillait toutes les publications. Il n’est pas étonnant qu’en un moment de tension politique, les premières victimes soient ces journalistes de province soupçonnés de favoriser l’expression de ce courant démocratique et républicain qui venait de se manifester lors de élections. On notera également que les préfets s’en prennent de préférence aux pamphlétaires d’opinion socialiste ou communiste, leurs écrits représentant un danger plus grand puis qu’ils ne se contentent pas de remettre en cause l’ordre politique mais aussi l’ordre social.

Cafetiers, aubergistes et restaurateurs, la politisation de la sociabilité

22Les structures de sociabilité, les cafés et cabarets, les auberges et restaurants, permettent aux républicains de s’y réunir clandestinement et d’y diffuser leur propagande. Les cafés “rouges” étaient sous surveillance policière et les tenanciers dont le passé politique s’ornait de condamnations furent visés par la proscription de 1858. Citons par exemple Antoine Auger, charpentier parisien, patron d’un estaminet situé rue de la Glacière fréquenté par les représentants de la Montagne ou Gent, cafetier de la rue Rambuteau. À Rouen, Pascal Bréant, un tisserand de Caudebec-les-Elbeuf, condamné à la prison pour les émeutes d’avril 1848, transporté en Algérie après le coup d'État, s’était installé comme débitant en 1854. Il fut de nouveau acheminé en Algérie. Pierre Bolle, aubergiste à Aubusson dans la Creuse, réputé socialiste, fut transporté en 1851 et en 1858. Alexandre Trioullier, aubergiste à Brioude en Haute-Loire, avait été placé sous la surveillance de la haute police à la fin de l’année 1851. Le procureur l’accusait de propagande socialiste dans les campagnes et désignait son hôtel comme un refuge de proscrits.

23La réputation de Claude Liogier, dit “le Guillotineur”, le désigna à la répression policière. En 1849, il tenait un café “rouge” à Saint-Étienne avec pour enseigne : “Buvette prolétaire, au rendez-vous de la Montagne”. La décoration du débit de boisson comportait des portraits de Barbès, de Robespierre, des équerres et bonnets phrygiens, une guillotine miniature où les clients décapitaient des mannequins d’hommes politiques honnis. En 1856, on le soupçonna d’appartenir à la société secrète des Vengeurs. Le profil politique de Dewarlez, cafetier lillois, était comparable à celui de Logier. Son établissement, surnommé par la réaction “le café de la guillotine”, avait été fermé en 1851. Dewarlez ne fut pas transporté en Algérie, car il put s’échapper en Belgique.

24À Limoges, le restaurant Dérignac attirait les gourmets de la région mais servait également de local pour des réunions républicaines. En 1848, le club de la Fraternité y avait vu le jour. Plus tard, à l’occasion de tournées électorales, Dérignac y organisa des banquets démocratiques. La note de police qui l’accompagna en Algérie en 1858 précisait : « restaurateur, ayant prêté un local pour la lecture des journaux, faisant chez lui des réunions politiques, ayant une grande influence sur les ouvriers. Dangereux. » Il faudrait encore citer les deux Vincent, l’un cafetier à Aspres-les-Veynes, l’autre restaurateur à Gap, dans les Hautes-Alpes, acheminés en Algérie aux côtés de deux autres républicains puisque, disait-on, le général Espinasse avait exigé un minimum de quatre victimes par département. Le propriétaire d’un café d’Avignon, François Barillon, fut transporté car il était suspecté d’être le chef des carbonari du Vaucluse qui avaient participé à la résistance au coup d’État. Paul Toucheley était charpentier et tenait un café à Cormery, en Indre-et-Loire. En 1854, il avait été accusé d’appartenir à la société secrète la Marianne.

25Ces derniers exemples illustrent parfaitement deux des aspects de l’organisation des républicains dans une phase de restriction des libertés publiques : la politisation de lieux de sociabilité pour maintenir des contacts entre militants, pour diffuser la propagande, et l’organisation de sociétés secrètes pour préparer une éventuelle prise d’armes. On pourrait encore citer le café de Jean Barthès, à Mazamet, qualifié par les autorités de “repaire de démagogues”, mais ce républicain qui avait déjà subi une déportation en Guyane mourut avant d’être acheminé en Algérie.

Les voyageurs de commerce, propagandistes républicains

26Les autorités étaient préoccupées par la circulation des idées et écrits républicains, de l’exil vers la métropole, des villes vers les campagnes. Il n’est donc pas étonnant de remarquer un effectif non négligeable d’arrestations parmi les “colporteurs de la Cause”, les voyageurs de commerce et autres employés itinérants. La notice du Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français consacrée à Jean Foissac explique les raisons de son transfert en Algérie. Il était voyageur de commerce pour un marchand de chapeaux d’Albi et avait été condamné par contumace en 1851 pour avoir résisté au coup d’État. Il fut arrêté en février 1858 pour avoir fréquenté des républicains, participé à un repas en présence des chefs de ce parti à Albi et surtout parce qu’il effectuait des tournées qui le menaient à Paris et à Jersey. Les accusations contre Noël Godoffre, voyageur de commerce toulousain, sont comparables. Il commença à distribuer des brochures socialistes en Haute-Garonne dès la Monarchie de Juillet et ne cessa pas ensuite, organisant des réunions secrètes et même une société secrète en 1851. Il fut transporté en Algérie en 1851 et en 1858.

Les notables locaux du “parti” républicain

27Les notables d’opinion républicaine furent également frappés par une proscription qui, contrairement à une opinion militante contemporaine des arrestations et fréquemment reprise par les historiens, ne se contenta pas d’atteindre d’innocentes victimes choisies arbitrairement parmi les obscurs du “parti”, sous le prétexte qu’ils avaient subi antérieurement des condamnations politiques. Il convient de s’attarder sur ces personnalités locales qui contribuèrent à l’enracinement et à la diffusion de l’opinion républicaine dans les départements et à l’échelon communal.

28Les membres de professions médicales figurèrent en bonne place parmi les proscrits. L’indépendance de leur statut et l’influence potentielle qu’ils exerçaient sur leur clientèle représentaient un danger. Le docteur Germain Bellenger avait un cabinet à Senlis, dans l’Oise. Il publia en octobre 1848 une “Profession de foi d’un républicain rouge” au profit des familles de transportés de juin et se présenta aux élections de 1849 où il recueillit 6 154 suffrages. Le préfet de 1858 n’avait pas oublié ses propositions pour « l’amélioration du sort des malheureux et pour l’organisation du travail » et le coucha sur la liste des déportés de ce département. Le pharmacien Ansart, de Belleville, était un ami de Barbès, l’un des plus importants orateurs du Club des Montagnards en 1848 et il avait été condamné à cinq années de prison, effectuées à Doullens et à Belle-Île-en-Mer, en septembre 1848. Son collègue Joseph Chevalier possédait une officine à Amiens d’où il diffusait des brochures démocrates socialistes dans les cantons ruraux. Des perquisitions permirent de saisir ces écrits. Une dénonciation, en 1855, l’accusa de tenir des réunions secrètes “républicaines et socialistes”. Pierre Desfforges, pharmacien à Paray-le-Monial en Saône-et-Loire était le principal chef montagnard de cette localité. Il fut accusé par les autorités judiciaires « d’abandonner ses affaires personnelles pour faire de la propagande et des pérégrinations dans les campagnes. Tout son temps était consacré à assurer le succès du parti socialiste, pour lequel il avait une ardeur fievreuse ».

29L’ancienneté de l’engagement républicain fut probablement un critère de sélection en 1858. À Saint-Étienne, le docteur Blanc-Subé animait des sociétés républicaines depuis la Monarchie de Juillet. En contact avec les ouvriers de la ville, il était considéré par les autorités policières comme l’un des meneurs des sociétés secrètes de la Jeune Montagne et des Pères de Familles sous le Second Empire. Le docteur Meynier de Marseille avait été l’un des fondateurs de la Société des Droits de l’Homme dans cette ville dès 1832. Le docteur Louis Desmoulins, à Tours, était surnommé “le médecin des déshérités” et animait le groupe des communistes icariens de la ville dans les années quarante.

30Les républicains comptèrent de tous temps une proportion non négligeable de juristes parmi leurs dirigeants nationaux et locaux. Certains, avoués, notaires, huissiers, greffiers avaient dû abandonner leur charge aux lendemains de décembre 1851. Ce fut le cas, par exemple, du notaire Étienne Renardet, à Beaune, en Côte-d’Or. Expulsé à la suite du coup d’État car suspecté d’être le chef du parti socialiste de la ville, il lui fut interdit de racheter une étude à son retour en France. Le greffier de justice de paix de Brignolles, dans le Var, Martre, avait été révoqué de ses fonctions en 1852 et transporté en Algérie. Il y fut reconduit en 1858. Dans la même ville, l’ancien huissier de justice Bouchard subit exactement le même sort. Le notaire Laurent Moreau, installé à Censerey, en Côte-d’Or également, était l’un des chefs du parti démocratique dans le Morvan et anima les campagnes électorales pendant la Seconde République. Exilé en Belgique en 1851, transporté en Algérie en 1858, il fut élu député en 1871. L’avocat au barreau d’Alès, Eugène Ducamp fut accusé de propagande républicaine à la faveur du poste d’agent d’assurances qu’il occupait depuis son retour d’exil.

31L’ex-greffier Ferdinand Lelièvre, de Nancy, fut transporté pour avoir soutenu, en 1857, la candidature du général Cavaignac aux élections et pour avoir diffusé ses professions de foi. Une accusation comparable fut portée contre l’avocat Eugène Aussenac de Castres. Le préfet indiquait qu’il était "l’ami du parti démagogique", qu’il le dirigeait de ses conseils et le défendait par la parole : « il a été le rédacteur de la profession de foi du sieur Nauzières, candidat républicain pour l’arrondissement de Castres, aux dernières législatives. »

32Entrepreneurs, négociants, marchands et propriétaires furent également touchés par les rigueurs policières. Quelques exemples peuvent aider à comprendre la logique des sélections effectuées. Auguste Carette possédait un important établissement de fabrication de produits chimiques à Boulogne-sur-Seine. Poursuivi à plusieurs reprises, après juin 1848 et après juin 1849, il était considéré comme l’un des “meneurs” du parti révolutionnaire de la région parisienne et avait été transporté à Cayenne en 1852. Il avait montré son aptitude à diriger des groupes d’insurgés et il s’était trouvé sur presque toutes les barricades des journées révolutionnaires de la Seconde République. Le maître cordonnier Charles Voignier, parisien lui aussi, employait une quinzaine d’employés. Communiste icarien, lecteur du Populaire de Cabet, il fut accusé de chercher à “corrompre” ses ouvriers, fut transporté en 1852 et en 1858.

33Jean-Jacques Boersch était le propriétaire du plus important moulin de Strasbourg. Républicain de vieille date, il avait été accusé d’avoir participé à la manifestation populaire dirigée par Flocon qui avait failli entraîner un régiment d’artillerie dans la résistance au coup d’État. La police l’avait assigné à résidence dans son usine. Le maître chapelier Louis Cussinel disposait de 30 000 à 40 000 francs de capital et vivait à l’aise à Saint-Didier-en-Velay. Il avait été transporté à Cayenne en 1852, car accusé d’être l’un des chefs des républicains exaltés du canton de Saint-Didier, d’être un ardent propagandiste d’opinion cabétiste. Mme Jarreau était l’épouse d’un gros fermier du Loiret qui employait une vingtaine de domestiques. Son mari avait été déporté à en 1852. Elle avait été incarcérée à Saint-Lazare et s’était ensuite occupée du fils de Pauline Roland. Elle fut conduite en Algérie à Djidjelly. À notre connaissance, ce fut la seule femme transportée en 1858. Il faudrait ajouter à cet ensemble de notables d’anciens hommes politiques de la Seconde République, en “exil intérieur” dans leurs propriétés.

Les républicains des milieux populaires

34Les sources à notre disposition ne comportent que de rares précisions sur les modalités de l’engagement de la majorité d’entre eux. Il semble que les condamnations antérieures pesèrent d’un poids certain dans les critères de choix des préfets qui, ainsi, respectaient à la lettre la loi de Sûreté générale.
Plusieurs combattants des barricades parisiennes figurèrent en effet sur les listes de proscrits. L’ouvrier en peignes Pierre Boulanger avait combattu sur celles de juin 1848 et sur celles de décembre 1851 ; ce qui lui valut une transportation en 1848, une autre en 1852 et la troisième en 1858. Pierre Chaussade, tailleur d’habits des Batignolles, avait participé aux mêmes combats. Il passa dix-sept mois en Algérie à la suite de la loi de Sûreté générale et séjourna en Nouvelle-Calédonie après la Commune.

35Les républicains lyonnais de la Croix-Rousse et les membres de la société secrète des Voraces ne furent pas épargnés. Guillaume Vincent, teneur de livres, avait participé aux émeutes de 1831 et à celles de 1834. Mutuelliste, il était l’un des fondateurs des Voraces. François Saunier, chef d’atelier tisseur, avait été élu conseiller municipal de la Croix-Rousse en 1848 sur un programme socialiste ; Claude Pallud, tisseur lié aux groupes socialistes lyonnais, avait fait partie de la commission exécutive de l’Hôtel de Ville en février 1848. Raffin était l’un des gérants des Associations mutuelles de ce quartier. François Saunier, Benoît Pascot avaient fait partie, en 1850, de la société secrète des Invisibles (ou de la Jeune Montagne) fondée par Alphonse Gent. La police signalait “la très grande et fâcheuse influence” de ce dernier sur les ouvriers. Ce passé de complo-teur républicain et le fait d’avoir mené campagne contre le candidat officiel en 1857 lui valurent de figurer sur la liste des transportés. Eugène Cornu, chef d’atelier de la soierie lyonnaise, exerçait une grande influence sur les ouvriers lyonnais. Il fut élu maire de la Guillotière en 1848, puis en mai 1851. Il dirigea les sociétés secrètes de la Nouvelle Montagne et des Invisibles.

36En Haute-Vienne, le préfet inscrivit sur les listes de transportés quelques participants à l’émeute d’avril 1848, à Limoges. Le cordonnier Léonard Négrou qui avait purgé deux années de prison pour sa participation au pillage d’une armurerie en cette journée fut transporté car qualifié de “très dangereux” et suspecté d’avoir “une grande supériorité sur ses camarades”. Le mouleur en porcelaine Charles Briquet avait siégé, en ce mois d’avril, au comité insurrectionnel : deux années de prison également. En 1858, la police le décrivait ainsi : « courtier républicain des plus ardents, ayant une grande influence sur les ouvriers ».

37Aux côtés des insurgés, figuraient les militants républicains formés dans le giron des sociétés secrètes, pendant le règne de Louis Philippe. Citons à Rouen, le communiste icarien Eustache Beaufour. Ourdisseur de son état, il avait tenté de se présenter à la Constituante et faisait partie des républicains “avancés” que la police qualifiait de “démagogues dangereux”. Pendant la Monarchie de Juillet, il avait fréquemment séjourné en prison pour propagande républicaine, pour fabrication de poudre ou pour appartenance à une société secrète. Il avait été transporté à Cayenne de 1852 à 1856, et fut conduit en Algérie de 1858 à 1859. À Toulouse, la police arrêta le cordonnier Gabriel Maillard, lui aussi cabetiste icarien, inculpé lors du procès des communistes de 1843, et perçu comme un “meneur”.

38La société secrète la Marianne, vers 1854, avait regroupé de nombreux militants de l’Ouest. Plusieurs furent transportés en 1858, après avoir subi des condamnations pénales. Ce fut le cas du charron Ardange, d’Indre-et-Loire, chez qui on avait retrouvé un “bulletin révolutionnaire”, de l’homme de peine Ernest Mauberger qui s’affilia à la Marianne puisque son patron tourangeau Jean Goujon en faisait partie. À plusieurs reprises, la police impliqua dans l’affaire de la Marianne tourangelle les ouvriers avec leur patron. Le tailleur d’habits Aimé Marie avait été employé trois mois par un membre de la Marianne établi à Mettray. Il fut poursuivi en 1854 et transporté en 1858. On pourrait encore citer le passementier tourangeau Pierre Boitelle, le couvreur de la Nièvre Guillaume Lelu, etc.

39Une autre catégorie de militants fut victime de l’attention policière. Ce furent les membres d’associations fraternelles, de sociétés de secours mutuel qui utilisaient ces structures à des fins politiques. On peut citer le cas de Charlier, ouvrier à Rethel dans les Ardennes, qui présidait une association fraternelle comptant 300 membres en 1849 et qui venait au secours des sociétaires injustement renvoyés de leur usine. En décembre 1849, il assista à une séance coiffé d’un bonnet rouge entouré d’un crêpe noir. Il fut déporté à Tlemcen en 1858. À Dijon, Louis Colot était un militant associationniste et démocrate-socialiste qui avait fondé une boulangerie et une boucherie “sociétaires” et qui assurait le secrétariat de la Société dijonnaise d’assurance mutuelle. Exilé en Belgique en 1852, il fut transporté en 1858. Il faut mentionner également le tailleur d’habits Henry Brault qui était considéré comme l’un des meneurs du “village rouge” de Précy dans le Cher, transporté à Cayenne en 1852, en Algérie, en 1858.

40Il est évident que des distorsions historiographiques nous interdisent d’offrir un profil-type d’ouvrier ou d’artisan républicain en 1858. Les études sur le mouvement ouvrier lyonnais, sur le communisme icarien, sur certains départements comme le Gard ou le Cher, sur des épisodes ponctuels comme les émeutes d’avril à Rouen et à Limoges contribuent à privilégier certains comportements au détriment d’autres laissés dans l’ombre.

Fonctionnaires et élus de la Seconde République

41L’analyse de ces ensembles professionnels nous a permis d’entrevoir la présence parmi les déportés de ces “républicains de la veille”, animateurs du courant républicain en province pendant la Monarchie de Juillet, et qui avaient occupé des fonctions officielles à l’époque du gouvernement provisoire de la Seconde République. À leurs côtés, figuraient des élus de 1848 ou 1849.

42Les sous-commissaires du Gouvernement provisoire, Noiret et Lecornué avaient été nommés par Ledru Rollin lorsqu’il occupait les fonctions de ministre de l’Intérieur et avaient été écartés par la réaction dès 1849. L’avocat Charles Mérandon avait été nommé adjoint du sous-préfet en Saône-et-Loire en 1848, car il présidait la Société Républicaine à Autun. Des chefs républicains avaient pris la tête des commissions administratives qui avaient administré les municipalités avant les élections de l’été 1848. Ce fut le cas du pharmacien Desfforges, déjà évoqué, à Paray-le-Monial, du docteur Burguet à Saint-Yriex en Haute-Vienne. À bon droit, ils pouvaient être suspectés de diriger la faction démocratique et de conserver une influence sur les militants républicains Le docteur Pierre Lemonnier avait été élu conseiller général du canton de Château-du-Loir, dans la Sarthe, en 1848. Le notaire Philippe Venot avait été élu conseiller général de Saint-Martin-en-Bresse en Saône-et-Loire, de 1848 à 1852. L’ami de George Sand, le vigneron Patureau-Francoeur, franc-maçon et démocrate socialiste partisan de Ledru-Rollin, pro-mis à la transportation mais sauvé par son amie, avait été élu maire “en blouse et en sabots” de Châteauroux et conseiller d’arrondissement.

43Auguste Gazard, de Clermont-Ferrand, semblait s’être éloigné de la politique lorsqu’il fut arrêté dans sa propriété, en 1858, pour être acheminé en voiture cellulaire à Marseille, puis à Mostaganem et à Alger. Ancien défenseur lors du “procès monstre” de 1835, carbonaro à la fin de la Monarchie de Juillet, il fut membre de la commission municipale de Clermont en février 1848, sous-commissaire du gouvernement à Issoire jusqu’en avril 1848, à deux reprises candidat malchanceux aux élections de 1848 et 1849, préfet de l’Allier et de l’Aveyron. Ses opinions démocrates socialistes et son engagement lui avaient valu l’exil en 1852. Le préfet de Haute-Garonne fit arrêter deux anciens représentants démocrates socialistes élus en 1848, Bernard Mulé qui fut transporté en Algérie et Jean-Baptiste Pégot-Ogier, sexagénaire, qui bénéficia d’une libération peu avant son embarquement. L’émotion fut considérable à Toulouse car il s’agissait des leaders républicains qui avaient joué un rôle important lors des élections de 1857.

44Avons-nous affaire à un tableau fidèle de ce qu’était le “parti” républicain ? Il nous faut répondre par la négative car il s’agit d’une représentation policière d’un courant d’opinion et de ceux qui le portent. Les listes de victimes établies sous le Second Empire n’ont pas été entièrement exploitées par les historiens. L’historiographie a privilégié les générations républicaines qui participèrent aux combats de la Seconde République. La pratique du suffrage universel, depuis 1848, ne fut-elle pas à l’origine de nouveaux modes d’action politique avec l’émergence d’une nouvelle génération de républicains ? Les élections de 1857 avaient montré la persistance et les progrès de l’opinion républicaine. Les préfets tentèrent d’entraver ce phénomène en s’en prenant aux rouages qui favorisaient la propagande démocratique et l’adhésion à la cause républicaine ; au niveau local, celui du village comme celui du chef-lieu de canton, au niveau départemental, dans les métropoles régionales comme dans les villes moyennes. Cette répression nous permet d’envisager les modes de diffusion de l’idéal républicain.

Haut de page

Notes

1  Plessis (Alain), De la fête impériale au mur des fédérés, Paris, Seuil, 1973, p. 193.

2  Caron (François), La France des patriotes, Paris, Fayard, 1985, p. 34-35.

3  Antonetti (Guy), Histoire contemporaine politique et sociale, Paris, PUF, 1986, p. 281.

4  Barjot (Dominique), Chaline (Jean-Pierre), Encrevé (André), La France au XIXe siècle, Paris, PUF, 1995, p. 426

5  Furet (François), La Révolution de Turgot à Jules Ferry, 1770-1880, Paris, Hachette, 1988, p. 448.

6  Furet (François), La Révolution de Turgot à Jules Ferry, 1770-1880, Paris, Hachette, 1988, p. 447.

7  Ténot (Eugène), Dubost (Antonin), Les suspects en 1858, Paris, 1869.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Claude Vimont, « Les déportés républicains de 1858 », Criminocorpus [En ligne], Justice et détention politique, Bagnes, prisons et quartiers politiques, mis en ligne le 19 mars 2013, consulté le 15 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/1943

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Vimont

Maître de conférences d’histoire contemporaine à l’université de Rouen (GRHis). Jean-Claude Vimont est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page