Navigation – Plan du site
Les musiciens face à la justice

Béranger en prison : « Mes fers sont prêts ; la liberté m’inspire ; Je vais chanter son hymne glorieux »

Sophie-Anne Leterrier

Résumés

Le célèbre chansonnier Béranger a fait deux séjours en prison sous la Restauration. L’article analyse comment ces épisodes ont servi sa popularité, dans le cadre d’une véritable stratégie, passant à la fois par la diffusion des textes et par l’image. Il analyse les chansons écrites en prison, et montre comment elles illustrent la position du chansonnier et son défi au pouvoir.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

chanson, prison

Keywords :

song, prison

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

La prison politique sous la Restauration

  • 1 Vimont (Jean-Claude), « Enfermer les politiques. La Mise en place progressive des régimes politique (...)

1La prison politique est une réalité encore actuelle. En France cependant, à l’exception des périodes de guerre, l’emprisonnement politique appartient plutôt au passé, et particulièrement aux époques troublées qui ont suivi la Révolution française. À la chute de l’Empire, dès le changement de régime, et surtout à l’occasion des Cent jours, nombreux sont les opposants qui se retrouvent sous les verrous. On compte cent trente-cinq prisonniers du 15 avril 1814 au 29 janvier 1815, presque tous de la Garde impériale. Fin 1815, on emprisonne des Russes déserteurs, en 1816 des suspects de conspiration, et ensuite de nombreux prisonniers d’opinion, surtout pendant la décennie 1820 (plus de deux mille personnes passent en jugement pour faits politiques)1. Parmi eux, les auteurs, les éditeurs, les imprimeurs, les patrons d’organes de presse d’opposition, sont nombreux. Les deux séjours en prison du chansonnier Béranger sont intrinsèquement liés à ce moment de la lutte libérale des années 1820.

  • 2 Louret (Émile), Le pavillon des princes. Histoire complète de la prison politique de Sainte-Pélagie (...)

2« C’est surtout à dater de la Restauration que Sainte-Pélagie [acquière] une célébrité comme prison politique2 ». Les prisonniers politiques y disposent d’un quartier réservé, au premier étage, le « corridor rouge ». Sous la Monarchie de Juillet, la prison fera l’objet d’un aménagement spécifique, et ils bénéficieront d’un régime spécial, entériné par le Code en 1832. En effet, la Restauration se signale par les mauvais traitements de ces prisonniers, les excès dont ils ont été victimes, dont l’affaire Magalon est l’illustration la plus connue. Le 15 mars 1823, Magalon, rédacteur de l’Album, est condamné à treize mois de prison pour avoir tourné en dérision les Jésuites, les hommes de la Bourse et le gouvernement. Il est envoyé à Poissy à pieds et enchaîné, puis affecté à l’atelier de chapellerie où il doit travailler quinze heures par jour, avant d’être réintégré à Sainte-Pélagie.

  • 3 Jouy (Étienne de) et Jay (Antoine), Les hermites en prison, faisant suite aux observations sur les (...)

3Les prisonniers politiques de la Restauration, victimes de l’arbitraire gouvernemental, ne sont pourtant pas tous traités de façon inhumaine. En général, à cette époque, le sort des prisonniers dépend surtout des moyens personnels dont ils disposent. Les plus aisés peuvent bénéficier d’aménagements de confort, recevoir des visites, des colis, qui améliorent nettement l’ordinaire. Jouy et Jay décrivent la cellule du lieutenant Gustave de B. comme « un boudoir de la Chaussée d’Antin », avec papier peint, glaces, rideaux, fleurs, divan, piano Érard et portraits de femmes3. En outre, les détenus peuvent se retrouver entre camarades, et se livrer à des amusements parmi lesquels la poésie et la chanson ont une place marquée, comme en témoigne un observateur :

  • 4 Béranger en prison, recueil de poésies par MM. Béranger, Jouy, E. de Pradel, etc., Paris, 1831, « A (...)

J’ai interrogé les murs du corridor rouge, où je n’ai fait que passer, et ils m’ont répété une foule de chansons et de poésies, distractions joyeuses de nombreux prisonniers qu’ils ont renfermé ces derniers temps4.

4Avec le dessin satirique, la parole est en effet une arme de prédilection des Libéraux. La chanson joue aussi un rôle majeur dans la résistance politique, à la fois parce qu’elle est populaire et parce qu’elle est insaisissable, à la différence de l’écrit, plus aisément censuré et poursuivi.

  • 5 Les éléments biographiques sont connus et repris par tous les ouvrages, notamment par Béranger lui- (...)

5Parmi les chansonniers, Béranger est alors l’un des plus engagés, sinon l’un des plus populaires. Avant d’évoquer ses séjours en prison, rappelons en quelques mots son parcours5. Pierre-Jean de Béranger naît à Paris le 19 août 1780. Après la séparation rapide de ses parents, l’enfant demeure chez son grand-père, tailleur rue Montorgueil, à l’exception de la période de sa mise en nourrice. Il grandit à Péronne, chez sa tante paternelle, qui tient une auberge dans un faubourg de la ville. À quatorze ans, il est mis en apprentissage chez l’imprimeur Laisnez ; sa formation professionnelle ne va pas au-delà. Il revient à Paris après 1795 et la mort de sa mère l’oblige à trouver un gagne-pain. Après avoir exercé des emplois occasionnels, il devient commis-expéditionnaire dans les bureaux de l’Université, place modeste mais stable, qui lui laisse le temps et la liberté d’esprit nécessaires à une activité littéraire. C’est l’Empire, période de conquêtes et de gloire à l’extérieur, de surveillance et de censure à l’intérieur ; après la floraison de chansons patriotiques de la Révolution, la chanson épicurienne a seule droit de cité. Pendant ces années, Béranger poursuit ses essais littéraires, dans des genres divers (idylles, théâtre), tandis qu’il interprète ses chansons pour ses proches. Il écrit et chante surtout des chansons de circonstance, en fait imprimer quelques-unes en 1811. De 1813 datent « Le Sénateur », « Le Roi d’Yvetot », des chansons vouées à la plus grande célébrité et un tournant dans sa production : il était auteur, il devient chansonnier. Après son introduction aux Soupers de Momus et au Caveau, sociétés chantantes bourgeoises renommées, il publie son premier recueil en mentionnant son appartenance à ces sociétés. Ses chansons prennent un tour politique de plus en plus marqué ; il écrit « Les Gaulois et les Francs » (janvier 1814) et « Requête présentée par les chiens de qualité » (juin 1814). En 1815, année de Waterloo, de l’occupation du territoire, Béranger rencontre Manuel, membre éminent du parti libéral, et devient son ami intime. Son engagement libéral devient alors plus militant : il est admis à la Société des Apôtres et publie quelques-unes de ses chansons en 1819 à la Minerve. Tancé par Cuvier, son supérieur hiérarchique, il lui répond : « Le presse est esclave, il nous faut des chansons. » C’est son deuxième recueil qui lui vaut un procès en 1821, trois mois de prison et cinq cents francs d’amende.
La prison est un épisode marquant dans la vie et dans l’œuvre du chansonnier. Ses chansons de prison de 1822 parlent de liberté, celles de 1829 défient le pouvoir oppressif et réactionnaire. Ses deux séjours sous les verrous font aussi de lui un modèle poétique et civique, qui se prête à l’illustration, aussi bien littéraire que picturale.

Béranger en prison

  • 6 Courier (Paul-Louis), Correspondance générale, présentée et annotée par Geneviève Viollet-Le-Duc, P (...)

6Le chansonnier fait sous la Restauration deux séjours en prison : le premier du 19 décembre au 18 mars 1821 à Sainte-Pélagie, le second du 10 décembre 1828 au 22 septembre 1829 à la Force. Les deux procès qui préludent à l’emprisonnement contribuent largement à sa notoriété pour le premier, à sa gloire pour le second. Ils en font un martyr de la cause libérale, et entrent dans une véritable stratégie de sa part, évidente dès 1821, comme en atteste la correspondance de Paul-Louis Courier, emprisonné peu avant le chansonnier. Dans sa lettre du 11 octobre 1821, le pamphlétaire écrit : « L’homme qui fait de jolies chansons disait l’autre jour : à la place de M. Courier, je ne donnerais pas les deux mois de prison pour 100 000 F6 ». Les deux hommes dînent plusieurs fois ensemble ce mois-là. Béranger donne ses nouvelles chansons à Courier, qui ne pense pas qu’il sera poursuivi, faisant preuve d’un optimisme en la matière qui ne lui est pas coutumier. Non seulement Béranger est poursuivi, mais il l’est dès la sortie de presse de son recueil de chansons (25 octobre), immédiatement saisi (29 octobre). Le 8 décembre, il comparait devant la Cour d’assises de la Seine.

7Le 27 décembre 1821, il écrit à Bérard, maître des requêtes :

  • 7 Béranger (Pierre-Jean de), Correspondance générale, recueillie par Paul Boiteau, Paris, Perrotin, 1 (...)

Me voici dans une véritable captivité. Je suis cependant toujours le moins à plaindre, non qu’on ait plus d’égards pour moi que pour les autres, mais parce que le terme de ma délivrance est moins éloigné, et que ma résignation n’a pas été fatiguée par de longs précédents. Au reste, notre solitude va peut-être me faire travailler, ce à quoi je n’avais pas encore pensé7.

  • 8 Louret (Émile), op. cit., p. 86.

8Il s’attend à des vexations ; il devra revenir à ses habitudes stoïques : « Il y avait danger pour moi ; j’allais tomber dans l’épicurisme ». De fait, les rigueurs sont croissantes : après cette date, non seulement le chansonnier ne peut plus se chauffer mais il ne peut plus recevoir de visite au parloir8.
Cependant, dans Ma Biographie (publiée dans les années 1840 seulement), Béranger n’évoquera pas la dureté de ses conditions de détention ; tout au contraire, il présentera la prison comme une alternative presque agréable à sa vie matérielle habituelle :

  • 9 Béranger (Pierre-Jean de), Ma Biographie, Paris, Garnier, [1904 ?], 4e éd., p. 164.

J’avais à Sainte-Pélagie une chambre chaude, saine et suffisamment meublée, tandis que je sortais du gîte dégarni de meubles, exposé à tous les inconvénients du froid et du dégel, sans poêle ou cheminée où, à plus de quarante ans, je n’avais en hiver que de l’eau glacée pour tous les usages et une vieille couverture dont je m’affublais lorsque, dans les longues nuits, me prenait l’envie de griffonner quelques rimes. Certes, je devais me trouver bien mieux à Sainte-Pélagie. Aussi je m’écriais quelquefois : “La prison va me gâter”9.

  • 10 Béranger (Pierre-Jean de), Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 241, lettre à M. Forget père, 5 avr (...)
  • 11 Jouy (Étienne de) et Jay (Antoine), op. cit., cité par Touchard (Jean), La Gloire de Béranger, Pari (...)

9Sur le moment, sa correspondance atteste plutôt d’autres bénéfices. Dans une lettre à M. Forget père, le 5 avril 1822, alors qu’il est sorti de prison, il déclare que son procès lui a valu trop de preuves d’estime et d’intérêt pour qu’il se plaigne de sa captivité10. Comme le constatent d’autres observateurs, « la prison donne du relief à un homme de lettres, elle le tire de pair et le met sur un espèce de piédestal11 ». En ce qui concerne Béranger, l’épisode consacre le statut de chansonnier national qui le distingue effectivement de tous les autres chansonniers. Cela est encore plus vrai de sa seconde détention, en 1828.

  • 12 Parmi ceux-ci, Dupin, Sébastiani, Étienne et leurs journaux (Le Constitutionnel, Le Globe, le Journ (...)
  • 13 Lettre de Lebrun citée par Touchard (Jean), op. cit., p. 423.
  • 14 Voir en particulier « Béranger à la Force », in Lady Sydney Morgan, La France en 1829 et 1830, Par (...)

10Les circonstances des deux détentions ne sont pas les mêmes. En 1821, la première s’inscrit dans le contexte de réaction qui suit l’assassinat du duc de Berry (13 février 1820). La censure est rétablie, les journaux libéraux font l’objet d’une répression sévère, les colporteurs sont surveillés de près. Entre 1822 et 1828, la popularité de Béranger augmente considérablement. Devant le ministère Martignac formé le 5 janvier 1828, les Libéraux sont divisés entre les partisans de la « fusion12 » et les irréductibles, dont fait partie le chansonnier. Son recueil de 1828 est un recueil de combat, notamment à cause de deux chansons, « Le Sacre de Charles le simple » et « Les Infiniment petits ou la Gérontocratie », qui sont de véritables provocations. Plusieurs amis politiques de Béranger cherchent en vain à le dissuader, mais il tient à être jugé et condamné. La saisie de son volume, paru au début d’octobre, a lieu le 15. Béranger comparait le 10 décembre devant le tribunal de première instance de la Seine. Sévèrement condamné, il refuse l’échappatoire proposée (séjourner en maison de santé plutôt qu’en prison) et retourne sans affliction sous les verrous, tandis que la presse donne à son procès une publicité extraordinaire : « Cela soutient de savoir qu’on est regardé. Il prend la chose très philosophiquement et gaîment13 ». De fait, visites et envois sont encore plus nombreux que la première fois (il devra rendre plus de trois cent cinquante visites !), et ce sont des personnages plus notoires qui viennent le voir (non seulement des chansonniers, les ténors du libéralisme14, mais la fleur du mouvement romantique). Il reçoit aussi beaucoup de vers, qui formeront la matière de la Couronne poétique de Béranger (Paris, Chamerot jeune, 1829). Il y répond parfois de même. Seule la souscription ouverte pour payer son amende rencontre un médiocre succès, ce qui le contrarie.

Chanter en prison

  • 15 Touchard (Jean), op. cit., p. 395.
  • 16 Ibidem, lettre du 16 janvier 1829 à Bérard, p. 353.
  • 17 Ibid., lettre du 22 mars 1829 à Lemaire, p. 366.
  • 18 Ibid., lettre du 4 juillet 1829 à M. T., p. 375.
  • 19 Ibid., lettre du 16 janvier 1829 à Bérard, p. 353.
  • 20 Ibid., lettre du 26 octobre 1830 à Bérard, p. 391.

11La prison est donc un épisode marquant dans l’œuvre du chansonnier, à plusieurs titres : d’une part, elle contribue à peindre son portrait en amant fidèle de la liberté, à sa légende populaire ; d’autre part, elle lui inspire un relativement grand nombre de chansons. Comme le remarque Jean Touchard, « lui qui, en temps ordinaires, compose avec tant de difficultés, se montre à Sainte-Pélagie d’une exceptionnelle fécondité. Pendant les trois mois qu’il passe en prison, il ne compose pas moins de dix chansons, dans lesquelles il présente l’image d’un prisonnier gai, tendre, sage, tolérant, irréductiblement attaché à la défense de la liberté15 ». Si l’on se rapporte aux éditions de référence, revues et corrigées par l’auteur, dix chansons auraient en effet été écrites lors de la première captivité, sept lors de la seconde. Le corpus de ces chansons est pourtant sujet à caution. Dans sa correspondance, Béranger en mentionne bien quelques-unes. Dans une première lettre16, il raconte avoir été fouillé, et mentionne l’embarras du juge : « Je lui ai fait voir ma nouvelle chanson, où se trouve le couplet sur Marchangy, en lui disant que ceci était une pensée, et ne le regardait pas ». Cette chanson est probablement « L’Épitaphe de ma Muse », dont le troisième couplet associe effectivement « Marchangy qui rampa vingt ans » à un serpent. Dans une autre lettre17, Béranger mentionne également sa chanson réponse à M. de Clermont-Tonnerre, qui, quelques jours auparavant, avait publié un mandement où il faisait une longue sortie contre les chansons de Béranger (« Le Cardinal et le chansonnier »). Mais dans une autre missive, il se déclare incapable de composer sur commande, et ajoute : « Une prison n’est pas un lieu très inspirateur pour chanter la joie et le plaisir18 ». Sa correspondance ne fait référence à aucune autre chanson jusqu’à sa sortie de prison. Quant au supplément à ses chansons publié dans le Constitutionnel, il n’en reconnaît que deux et déclare s’être opposé à leur publication19. Il s’étonnera un peu plus tard de ce qu’on soit allé « déterrer » de vieilles chansons « de plus de vingt ans20 ». Par conséquent, il est assez probable que les chansons réellement écrites en prison aient été moins nombreuses que l’on ne pourrait le croire en se fiant seulement aux indications des publications ultérieures. Il en fait pas de doute que l’image du chansonnier continuant son activité sous les verrous soit conforme à son rôle, et favorable à son combat. C’est aussi pourquoi la prison joue un rôle dans la construction de la légende.

Page de titre des Chansons inédites de Béranger

Page de titre des Chansons inédites de Béranger

Publiées à Paris chez Baudouin frères en 1828, elles sont « suivies des procès » faits aux chansons de Béranger (près de 300 pages de procès et de plaidoiries).

12Les thuriféraires du chansonnier ne manquent pas de dessiner son portrait de prisonnier-poète modèle, écrivant comme il respire, mais n’attachant aucun prix à ses productions. Selon Jouy et Jay on ne doit qu’à la diligence de Perrotin de connaître les chansons de Béranger composées en prison :

  • 21 Jouy (Étienne de) et Jay (Antoine), op. cit., p. 87.

Il ne se donnait pas la peine de les transcrire sur le papier. Il les composait sur le mur, au crayon, et ne se souciait même pas de les retenir par cœur. Heureusement, Perrotin veillait, et son premier soin, en arrivant dans la cellule de Béranger, était d’inspecter la muraille, afin d’y relever les rimes du chansonnier, à son insu. Aussi ce dernier fut-il très étonné de voir figurer, plus tard, dans l’édition de 1847, les vers faits à Sainte-Pélagie, et depuis complètement oubliés21.

  • 22 Ibidem, p. 88.
  • 23 Ibid., p. 175.

13Ils racontent aussi qu’à Sainte-Pélagie Béranger a planté une vigne22 qu’on se montrait, non sans quelque admiration, mais que l’administration a détruite. Ils écrivent enfin que les refrains patriotiques de Béranger sont presque les seuls qu’ils ont entendus pendant leur propre séjour à Sainte-Pélagie23.

Amour de la liberté...

« Béranger à Sainte-Pélagie »

« Béranger à Sainte-Pélagie »

Gravure dessinée et gravée par Étienne Richard, in Leynadier (Camille), Mémoires authentiques sur Béranger, Paris, bureau de la publication, 1859.

  • 24 L’air et les paroles de cette chanson et des suivantes sont présentés en annexe.

14Au total, si l’on se fie aux annotations des chansons, le corpus de la première détention comprend plusieurs ensembles : les trois chansons liées au procès (« La Muse en fuite, ou Ma première visite au Palais de justice24 », « chanson faite à l’occasion des premières poursuites judiciaires exercées contre moi pour la publication de mon Recueil » ; « Dénonciation en forme d’impromptu », « à-propos de couplets qui m’ont été envoyés pendant mon procès » ; « Adieux à la campagne », « chanson […] copiée et distribuée au tribunal le jour de ma condamnation »), celles supposées écrites à Sainte-Pélagie, quatre chansons à message (« La Liberté », « Mon carnaval », « L’Ombre d’Anacréon », « L’Épitaphe de ma muse »), et trois chansons de remerciement (« La Chasse » suivie du sous-titre « chanson de remerciement à des chasseurs du département d’Ille-et-Vilaine, qui m’envoyèrent une bourriche garnie d’excellent gibier » ; « Ma guérison », présentée comme la « réponse à des Semurois qui, pour faire passer la folie que j’ai eue d’essayer de guérir des gens incurables, m’ont envoyé du vin de Chambertin et de Romanée, en m’ordonnant des douches intérieures pendant mon séjour en prison » ; « L’Agent provocateur », qui est un « remerciement à d’autres Bourguignons qui m’avaient envoyé du vin des différents crus les plus renommés »). Ce corpus est extrêmement cohérent : toutes les chansons sont des professions de foi libérales, et la plupart mettent en scène Béranger de façon explicite. Les chansons du procès et la plupart des chansons de 1822 parlent de la liberté. Elles inscrivent le chansonnier dans la tradition de la chanson frondeuse, en font donc l’incarnation de la chanson, le mettent en scène de façon personnalisée.

La Muse en fuite

La Muse en fuite

Gravure sur bois par Grandville (1803-1847), in Musique des chansons de Béranger. Airs notés anciens et modernes […] illustrée de 120 gravures sur bois, d’après Grandville et Raffet, Paris, Garnier frères, [1875], 9e éd.

15« La Muse en fuite » s’adresse à la muse de la chanson, sommée de quitter la lyre pour se rendre au Palais et répondre du crime dont on l’accuse. Dans son parcours, elle croise plusieurs monuments parisiens emblématiques des pouvoirs oppresseurs. Le chansonnier se sert de ce parcours pour souligner combien l’oppression est plus grande à son époque que par le passé. Le second couplet rappelle la Fronde, dont les refrains pénétraient au Louvre ; le troisième parle de Boileau, dont le clergé actuel ne tolérerait peut-être plus Le Lutrin. Arrivée au Palais, la muse fuit tandis que le chansonnier affronte le juge, avant de la retrouver à la buvette, trinquant avec un président dont elle épouse le discours. Sous couvert de dénoncer, la « Dénonciation en forme d’impromptu » fait l’éloge du chansonnier gai, persifleur, patriote et spirituel. Comme leur titre l’indique, « Les Adieux à la campagne » sont un poème d’adieu du poète à la nature qui a accueilli ses rêves de gloire, de grandeur. Béranger, au deuxième couplet, compare ses chansons à des flèches lancées aux méchants, qui « d’un masque saint couvrent leur vengeance ». Le cinquième couplet est explicite :

Que dans l’espoir d’humilier ma vie,
Bellart s’amuse à mesurer mes fers :
Même aux regards de la France asservie
Un noir cachot peut illustrer mes vers.
À ses barreaux je suspendrai ma lyre :
La renommé y jettera les yeux.

16Le sixième couplet complète ce programme : entendant le geôlier qui l’appelle, le chansonnier s’apprête à partir :

Mes fers sont prêts ; la liberté m’inspire ;
Je vais chanter son hymne glorieux.

17Ce programme est suivi à la lettre dans les chansons publiées à la suite de celles-ci dans les recueils ultérieurs, avec la mention « Sainte-Pélagie ». La première de ces chansons prend même la liberté pour titre. Elle est une sorte de reniement ironique, à prendre évidemment au second degré :

D’un petit bout de chaîne
Depuis que j’ai tâté,
Mon cœur en belle haine
A pris la liberté.
Fi de la liberté !
À bas la liberté !

18La seconde chanson estampillée « Sainte-Pélagie », « Mon carnaval », parle aussi de liberté, mais dans un sens plus personnel et plus prosaïque, puisque le chansonnier y évoque les plaisirs du carnaval qu’il a longtemps partagés et dont il est maintenant privé par la détention. Usant d’un motif plus érudit, « L’Ombre d’Anacréon » associe étroitement l’éloge du plaisir et celui de la liberté (« Quand il chantait l’amour dans leurs festins / Anacréon en chassait les esclaves. ») Enfin, « L’Épitaphe de ma Muse » est un éloge de la chanson, sous couvert d’un appel à la compassion et à la prière écrit sur le tombeau de la muse de la chanson :

J’ai chanté l’amoureux délire,
Le vin, la France et les hauts faits.
J’ai plaint les peuples qu’on abuse ;
J’ai chansonné les gens du roi :
Béranger m’appelait sa muse.
Pauvres pêcheurs, priez pour moi !

19Les couplets suivants décrivent plus précisément encore le chansonnier, pauvre, peu instruit (couplet 2), aimé du peuple (couplet 3), opprimé (couplet 4), emprisonné (couplet 5). Comme on le voit à ce résumé rapide, toutes les chansons en question associent le chansonnier et la liberté. Toutes présentent la chanson comme la voix de ceux qui résistent à l’oppression, et Béranger comme leur représentant par excellence.

20Les chansons de remerciement s’inscrivent dans la même veine. La première fait l’éloge du droit de chasse ignoré par un Ancien Régime despotique (« On gardait la perdrix au prince : / Le loup dévorait le mouton »). Les deux suivantes, « Ma Guérison » et « L’Agent provocateur », vantent les plaisirs de la bouteille. Là encore, le chansonnier adopte un mode ironique. Dans la première, à mesure qu’il s’enivre, il renie davantage ses valeurs et se croit de plus en plus libre. Dans la seconde, il assimile le vin, qui fait jaser à table, chanter la gloire et l’empereur, à l’agent provocateur, dont on doit se méfier et se défendre.

  • 25 Les Chevilles de Maître Adam menuisier de Nevers, ou les Poètes artisans, comédie en un acte, mêlée (...)
  • 26 Ninon chez Madame de Sévigné, comédie mêlée de chants en un acte, sur une musique de Henri-Montan B (...)

21Les mélodies ne sont pas choisies au hasard. Ce sont des airs vifs, marches (« L’ombre d’Anacréon »), airs de chasse (« La Chasse »), contredanses binaires (« La Muse en fuite »). Deux seulement sont nouvelles dans le corpus des chansons de Béranger : « Chantons Laetamini » (« La liberté »), et l’air de « La Sentinelle » (« L’ombre d’Anacréon »). Si l’on met de côté le timbre de « La Chasse » (« Tontaine Tonton », air de chasse déjà employé pour « La Double Chasse »), les autres airs choisis par Béranger pour ses chansons de captivité ont déjà été employés par lui précédemment, souvent pour des chansons politiques notoires. « Halte-là » (l’air de « La Muse en fuite ») avait été choisi en 1820 pour une chanson contre le système des interprétations. L’air du Ballet des Pierrots (celui de « Dénonciation en forme d’impromptu ») avait servi pour « Le Prince de Navarre, ou Mathurin Bruneau », « La Mort subite », « Les Étoiles qui filent ». « Muse des bois et des accords champêtres » (l’air des « Adieux à la campagne ») était l’air de « La Bonne vieille » et du « Cinq Mai » (une chanson sur la mort de Napoléon). Un air tiré des Chevilles de Maître Adam25 (air de « Mon carnaval ») accompagnait « Le Commencement du voyage ». « La Treille de sincérité » (air de « Ma guérison ») avait immortalisé « Les Deux Sœurs de charité » et « L’Enfant de bonne maison ». « Je vais bientôt quitter l’Empire » (air de « L’Agent provocateur ») portait « Le Vin et la coquette » mais aussi « L’Indépendant » et « Le Trembleur ». Un air extrait de Ninon chez Madame de Sévigné26 (utilisé pour « L’Épitaphe de ma Muse ») était l’air du « Vilain », une chanson dans laquelle Béranger revendique le fait d’être roturier.

  • 27 Touchard (Jean), op. cit., p. 199 sqq. Il considère comme chansons politiques 14% de celles publiée (...)

22En somme, les chansons de Sainte-Pélagie ont renforcé l’engagement libéral de Béranger, en tablant sur une notoriété antérieure, mais en accentuant la tournure politique de ses chansons. Car si l’on suit Jean Touchard, les chansons politiques ne représentent qu’une minorité de ses productions27. La prison est donc un véritable tournant.

... et défi au pouvoir tyrannique

« Béranger à la prison de la Force »

« Béranger à la prison de la Force »

Gravure dessinée et gravée par Étienne Richard, in Leynadier (Camille), Mémoires authentiques sur Béranger, Paris, bureau de la publication, 1859.

23Les chansons de la seconde captivité vont encore plus loin en ce sens, elles sont à la fois plus travaillées et plus hautaines. Les unes restent dans la veine moqueuse, les autres jettent franchement le gant au régime de Charles X. Les trois premières sont des chansons de circonstance, liées à l’actualité immédiate. « Le Cardinal et le prisonnier » se moque ouvertement de Monsieur de Clermont-Tonnerre, archevêque de Toulouse, qui s’est élevé contre le chansonnier. Le prélat est ridiculisé, surpris à lire des chansonnettes, et surtout, il est décrit comme incapable de comprendre les plaisirs du peuple, son patriotisme, incapable surtout des vertus chrétiennes du pardon, de la pauvreté, de l’humilité. « Les Dix mille francs » évoquent l’amende à laquelle est soumis le chansonnier, « loyer bien élevé » pour neuf mois de prison. Béranger se désole des usages que l’on va en faire : deux mille francs pour payer les mouchards, deux mille pour les flatteurs, trois mille pour les « laquais » (les « grands » du royaume, prêtres et nobles rivalisant de bassesse), trois mille pour le haut clergé. « Le Cordon, s’il vous plaît » est dans le même esprit. Le titre reprend la formule du prisonnier, qui veut sortir fêter Marie, boire et chanter la liberté avec ses amis et appelle le geôlier et le roi à lui ouvrir, comme s’il s’agissait de domestiques que l’on sonne.

Le Feu du prisonnier

Le Feu du prisonnier

Gravure sur bois par Grandville (1803-1847), in Musique des chansons de Béranger. Airs notés anciens et modernes […] illustrée de 120 gravures sur bois, d’après Grandville et Raffet, Paris , Garnier frères, [1875], 9e éd.

24Dans toutes les autres chansons, le chansonnier se montre sûr de son droit et les flèches de sa satire vont droit au but sans plus se soucier de métaphore. Le défi succède à l’ironie. « Le Feu du prisonnier » décrit Béranger prisonnier, en conversation avec un bon génie, rêvant devant le feu où se dessinent des scènes d’une liberté dont il est privé (un navire qui vogue, un ballon qui vole, un canton suisse), mais qu’il trouve encore dans son imagination. « Mes Jours gras de 1829 » parle du carnaval, dont le roi prive, une fois de plus, le chansonnier, tandis que ses amis l’oublient gaiement. Le ton en est incisif, franchement provocateur même (« Mon bon roi, vous me le paierez »). Deux chansons historiques les suivent. « Le 14 juillet » est la première chanson de Béranger qui traite de la Révolution française. Elle évoque l’enfant qu’il était, au spectacle de la prise de la Bastille, mais surtout la morale qu’en tire son grand-père :

Où nous semons chaque peuple moissonne.
Déjà vingt rois, au bruit de nos débats,
Portent, tremblants, la main à leur couronne,
Et leurs sujets de nous parlent tout bas.

25Béranger associe dans le dernier couplet le 14 juillet 1789 et celui de 1829 :

O liberté, ma voix, qu’on veut proscrire,
Redit ta gloire aux murs de ce séjour.
À mes barreaux l’aurore vient sourire :
Un beau soleil fête encore ce grand jour.

26Quittant la France de 89 pour la Grèce antique, « Denys, maître d’école » évoquer le tyran chassé de Syracuse, se faisant pédant à Corinthe. La description des disciples permet à Béranger de dénoncer le maître vivant aux dépens des élèves, les livrant aux étrangers, mais aussi de stigmatiser les flatteurs, les mouchards. Le dernier couplet voit le tyran chassé une fois de plus, se faisant prêtre « pour agir encore en maître / Maudire encore sa patrie et ses lois ». Le refrain est particulièrement clair : « Il règne encore, car il opprime. / Jamais l’exil n’a corrigé les rois. »

  • 28 Très probablement, Les Amazones et les Scythes, ou Sauter le fossé, comédie en deux actes et en pro (...)
  • 29 Préville et Taconnet, ou la Comédie sur le boulevard, vaudeville grivois en un acte, de Jean-Toussa (...)

27Cette fois encore, à part quelques exceptions (« Il faut bientôt quitter l’Empire », air de « Denys, maître d’école » et « Dis-moi donc, mon petit Hippolyte », air de « Mes jours gras de 1829 »), les airs ont, pour la plupart, déjà été utilisés par Béranger pour plusieurs de ses chansons, dont certaines de plus notoires. L’« air du vaudeville des Scythes et des Amazones28 » (« Le Cordon, s’il vous plaît ») avait servi pour « Mon âme ». L’« air du vaudeville de Taconnet29 » (« Le Feu du prisonnier ») avait porté auparavant « Le Pigeon messager », « Le Vin de Chypre », « Treize à table », et « Préface » (première chanson du recueil de 1825). « À soixante ans il ne faut pas remettre » (« Le 14 juillet ») avait été choisi pour « L’Épée de Damoclès », « L’Ange exilé », « Lafayette en Amérique », « Psara, ou Chant de victoire des Ottomans », « La Comète de 1832 ». « T’en souviens-tu ? » (« Les Dix mille francs ») avait servi pour « Le Chant du cosaque », « La Fuite de l’amour », « Le Vieux sergent », « Le Tombeau de Manuel ». Il y a aussi des échos entre les deux détentions : « Je vais bientôt quitter l’Empire » (air de « Le Cardinal et le chansonnier ») était déjà l’air de « L’Agent provocateur ».

28Entre temps, le chansonnier a d’ailleurs choisi de préférence les airs du premier séjour en prison pour porter ses chansons politiques suivantes. Il emploie « Halte-là » (l’air de « La Muse en fuite ») pour « La Garde nationale », chanson faite à l’occasion du licenciement de la Garde nationale par Charles X. « Muse des bois et des accords champêtres » (« Adieux à la campagne ») sert à nouveau pour « Le Voyage imaginaire » (vers la Grèce) et « Couplet sur la journée de Waterloo ». L’air des Chevilles de Maître Adam (« Mon Carnaval ») est repris pour « À Monsieur Gohier » (quelqu’un qui lui avait adressé une chanson l’incitant à ne pas cesser les satires). « La Treille de sincérité » (« Ma guérison ») porte « Les Conseils de Lise », « Le Poète de cour ». L’air de Ninon chez Madame de Sévigné (« L’Épitaphe de ma Muse ») sert pour « La Mort du diable » et « Le Vieux caporal ». Seul un des airs de la seconde captivité est aussi dans ce cas : « T’en souviens-tu ? » (« Les Dix mille francs »), qui portera la chanson dédiée à Émile Debraux et celle intitulée « Passy ». Mais c’est sans doute parce que le délai est plus court entre la détention à la Force et la révolution de Juillet 1830.

29En somme les chansons de prison sont le résumé des valeurs et du programme du chansonnier. Dressé contre le régime réactionnaire de la Restauration, il s’en moque en 1822 et l’insulte en 1828.

La prison et la gloire

30Les deux séjours de Béranger en prison figurent donc des étapes majeures de sa carrière. En outre, elles lui permettent de paraître comme un modèle poétique et civique, qui se prête à l’illustration, aussi bien littéraire que picturale.

Émulation chansonnière

  • 30 Vanderburch (Émile), Les Plébéiennes, chansons populaires et autres, Paris, G. Locquin, 1833.

31Béranger prisonnier est un modèle pour ses disciples, dont plusieurs lui adressent leurs vers. Ainsi le vaudevilliste Vanderburch écrit-il, sous le titre « À Béranger le jour de sa troisième condamnation »30 (sur l’air : « Je vous revois, séjour de mon enfance ») :

Toi qui chantais sur la lyre d’Horace :
Dans un grenier qu’on est bien à vingt ans
Toi qui des sots fatiguais trop la race
Et détrônait les idoles du temps ;
Sous les verrous d’une voix libre et fière
Pour nous encor fais parler la raison ;
Que ta chanson ne soit pas la dernière
Vient nous prouver qu’on est bien en prison.

32Le deuxième couplet évoque les prisonniers assez magnanimes pour y parvenir (Colomb, Socrate, Voltaire), le troisième explique que la prison ne flétrit pas les nobles cœurs, qui y résistent à l’oppression (4e couplet) et conclut :

Sur la gaieté que peuvent les Bastilles
[...] Tes gais refrains vont à travers les grilles
[...] Ceints de lauriers et de palmes civiques

Pierre-Jean de Béranger (1780-1857)

Pierre-Jean de Béranger (1780-1857)

Portrait gravé par Ary Scheffer (1795-1858)

  • 31 Cf. Kolb (Marthe), Ary Scheffer et son temps, Paris, Furne, 1937.
  • 32 La Charbonnerie est une organisation libérale clandestine, formée sur le modèle italien des Carbona (...)
  • 33 Dubois (Paul-François), Fragments littéraires, Paris, Thorin, 1879, vol. 2, p. 330.
  • 34 « Scheffer l’a fait graver, un peu malgré moi, par Reynolds, à la manière anglaise » (lettre de Bér (...)
  • 35 Brivois (Jules), Bibliographie de l’œuvre de P.-J. de Béranger, Paris, Conquet, 1876.

33Le second séjour en prison fait en outre l’objet d’une abondante iconographie. Il est l’occasion du premier portrait de commande, dû à Ary Scheffer, artiste romantique de premier plan31. Ce peintre a fréquenté l’atelier de Guérin et commencé par des tableaux de genre. De convictions libérales, il a été secrétaire de Lafayette, a fait partie de la Charbonnerie32, et enseigné la peinture aux enfants de la famille d’Orléans. C’est sans doute pour cette raison que Béranger, très réticent à se faire représenter, a consenti à poser pour lui. Le portrait a pour cadre la prison de la Force, lieu symbolique par excellence, qui place Béranger dans le panthéon des martyrs de la liberté. « Pauvre réduit de la Force, tu appartiens maintenant à l’histoire, comme le donjon de Vincennes ou de Joux, où fermentait Mirabeau ; comme le brillant château de Ferney, où Voltaire pleurait33. » Béranger voulait d’ailleurs apparaître derrière les barreaux, mais le peintre a choisi de les représenter en arrière-plan. Une gravure est tirée de ce portrait34 – ce seront de fait sept gravures originales35, sans compter les très nombreuses productions de l’imagerie.

  • 36 Fraser’s Magazine, janvier-juin 1835, p. 300.
  • 37 Cf. Leynadier (Camille), Mémoires authentiques sur Béranger, Paris, bureau de la publication, 1859, (...)

34Sur une illustration parue dans le Fraser’s Magazine36 en 1835, accompagnant le portrait du chansonnier fait dans une rubrique consacrée aux célébrités du moment, Béranger est en revanche confortablement installé dans sa cellule. On aperçoit sur le mur des angelots, détail apparemment authentique37, mais qui renvoie aussi au chansonnier anacréontique. D’autres images le montrent plus ou moins confortablement installé, avec d’autres détails signifiants, comme le portrait de Manuel au mur.

  • 38 Ibidem.
  • 39 Les enfants en question, qui semblent avoir 7 ou 8 ans, sont très décemment vêtus et se tiennent sa (...)
  • 40 Leynadier (Camille), op. cit., p. 322.

35Dans un des nombreux ouvrages sur Béranger parus après la disparition du chansonnier, illustré de gravures de Coppin et Richard38, les deux épisodes de captivité sont l’occasion d’une mise en scène édifiante, surtout le second, auquel se rapportent les deux dernières illustrations. Dans une première scène nocturne (la pendule indique onze heures du soir), dans sa cellule (on aperçoit en arrière plan les barreaux), Béranger est assis devant sa cheminée, le pied sur le garde-feu, la pince à la main, l’autre main soutenant sa tête (illustration 3). Dans la seconde, assis sur une pierre, il s’attendrit à la vue de jeunes détenus39 forcés de manger directement à l’écuelle, faute de couverts. Dans la troisième, il se promène pensivement, la main droite sur le cœur, au clair de lune, dans une cour pavée cernée de hautes murailles (illustration 5). En somme les images résument les trois dimensions morales du chansonnier : son inspiration poétique, sa charité, « ses méditations solitaires et ses patriotiques pensées40 ».

Propagande

  • 41 En 1821, « Adieux à la campagne » sont distribués au procès.
  • 42 Chansons nouvelles par P.-J. de Béranger, suivies d’un supplément composé de chansons par MM. de Jo (...)

36Les chansons de captivité font enfin l’objet d’une véritable propagande, au cours du procès41 et ensuite. Elles sont répandues par les journaux libéraux, alimentent la contrebande des chansons séditieuses. En 1824, une édition clandestine des Chansons nouvelles (Bruxelles, 1825)42 comprend cinquante-deux chansons, dont les dix chansons de Béranger à Sainte-Pélagie (présentées en premier), une partie de celle de ses camarades emprisonnés (dans le supplément à la fin du volume), et bon nombre de chansons antérieures, plusieurs datées de 1823 et 1824, d’autres beaucoup plus anciennes (« Impromptu sur le mariage de Napoléon et de Marie-Louise », 1810). Les chansons de prison font aussi l’objet d’une publicité commerciale, à laquelle un disciple de Béranger fait écho dans un poème, intitulé « Dialogue entre l’Ultra, le Jésuite et le libéral, ou le Vaurien mis en prison ». Au 9e couplet, l’ultra déclare : « Son portrait dans les bonbons / Se trouve, et sur les barbons / Sont les pamphlets de mon drôle / D’un peuple animal l’idole. »)

  • 43 Gervaise (J.-A.), Béranger à la Force, Belfort, Spitzmuller, 1881.

37Il semble finalement que le séjour de Béranger en prison soit un aveu de faiblesse du gouvernement, et un prélude à la révolution de 1830. C’est ce que signifie un vaudeville intitulé Béranger à la Force, pièce en un acte, en vers, avec chant de J.-A. Gervaise, représentée pour la première fois à Angoulême sur le Grand Théâtre le 20 décembre 187743. Dans cette courte pièce, l’action est censée se passer à Paris en 1830. Elle se résume à une évocation du chansonnier, rêvant de nature et de Lisette derrière les barreaux, écrivant des chansons (« Les Gueux », « Le Petit homme rouge », une version inédite des « Dix mille francs »). Il reçoit une lettre de Bérard qui lui apporte « l’obole de l’atelier et de l’École », mais c’est le canon de Juillet qui lui donne la liberté. La pièce se termine par un hommage au chansonnier, une invitation à applaudir

Cette noble figure,
Qui dédaigna les fragiles grandeurs !
Chantre du peuple, ami de la nature
Il a vécu pour essuyer nos pleurs.

38Tout concourt donc à faire des chansons de prison à la fois le programme et le titre de gloire du chansonnier, capable de braver l’injustice sous les verrous. Bérard, éditeur des Cancans, poursuivi sous le régime de Juillet, enfermé en 1832 à la Conciergerie, écrira une chanson sur ce thème (sur l’air : « Du haut en bas ») :

  • 44 Bérard (J.), auteur et éditeur, Cancans en prison dédiés à la liberté de la presse, n° 17-18, janvi (...)

Sous les verrous
On brave un pouvoir qui chancelle ;
Sous les verrous
On insulte à son vain courroux.
Oui, mes amis, l’âme fidèle
Retrouve une force nouvelle
Sous les verrous44.

Haut de page

Bibliographie

Béranger (Pierre-Jean de), Correspondance générale, recueillie par Paul Boiteau, Paris, Perrotin, 1860, vol. 1, p. 231.

Béranger (Pierre-Jean de), Ma Biographie, Paris, Garnier, [1904 ?], 4e éd.

Béranger en prison, recueil de poésies par MM. Béranger, Jouy, E. de Pradel, etc., Paris, 1831.

Brivois (Jules), Bibliographie de l’œuvre de P.-J. de Béranger, Paris, Conquet, 1876.

Chansons nouvelles par P.-J. de Béranger, suivies d’un supplément composé de chansons par MM. de Jouy, Magalon, Gille, Bast, Julien, Pradel, Novarrot, Lagarde, extraites du petit recueil récemment publié intitulé La Marotte de Sainte-Pélagie, ou Momus en prison, Bruxelles, C. J. de Mat et H. Remy, 1825.

Courier (Paul-Louis), Correspondance générale, présentée et annotée par Geneviève Viollet-Le-Duc, Paris, Nizet, 1985, vol. 3 (1815-1825).

Couronne poétique de Béranger, Paris, Chamerot jeune, 1829.

Jouy (Étienne de) et Jay (Antoine), Les hermites en prison, faisant suite aux observations sur les mœurs et les usages français au commencement du XIXe siècle, Paris, Ladvocat / Londres, Bossange, 2e éd., 1823, t. 1.

Lemoine (Yves) et Lenoël (Pierre), Les avenues de la République, souvenirs de F.-V. Raspail sur sa vie et sur son siècle 1794-1878, Paris, Hachette, 1984.

Leynadier (Camille), Mémoires authentiques sur Béranger, Paris, bureau de la publication, 1859.

Louret (Émile), Le pavillon des princes. Histoire complète de la prison politique de Sainte-Pélagie depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Paris, Flammarion, 1895.

Perint (Auguste), Lettre-missive ou épitre à mon ami P. J. de Béranger, Paris, Stahl, 16 février 1829.

[Perrotin] Musique des chansons de Béranger contenant les airs anciens et modernes les plus usités, Paris, Perrotin, 1838, 2e éd.

Petit (Jacques-Guy), Ces peines obscures, la prison pénale en France 1780-1875, Paris, Fayard, 1990.

Touchard (Jean), La Gloire de Béranger, Paris, Colin, 1968, 2 vol.

Vanderburch (Émile), Les Plébéiennes, chansons populaires et autres, Paris, G. Locquin, 1833.

Vimont (Jean-Claude), « Enfermer les politiques. La Mise en place progressive des régimes politiques d’incarcération », Répression et prison politique en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Creaphis, 1990, p. 189-204.

Haut de page

Documents annexes

Haut de page

Notes

1 Vimont (Jean-Claude), « Enfermer les politiques. La Mise en place progressive des régimes politiques d’incarcération », Répression et prison politique en France et en Europe au XIXe siècle, Paris, Creaphis, 1990, p. 189-204.

2 Louret (Émile), Le pavillon des princes. Histoire complète de la prison politique de Sainte-Pélagie depuis sa fondation jusqu’à nos jours, Paris, Flammarion, 1895, chapitre 4 : « Sous la Restauration », p. 64.

3 Jouy (Étienne de) et Jay (Antoine), Les hermites en prison, faisant suite aux observations sur les mœurs et les usages français au commencement du XIXe siècle, Paris, Ladvocat / Londres, Bossange, 2e éd., 1823, t. 1, p. 176 sq.

4 Béranger en prison, recueil de poésies par MM. Béranger, Jouy, E. de Pradel, etc., Paris, 1831, « Au lecteur », p. III.

5 Les éléments biographiques sont connus et repris par tous les ouvrages, notamment par Béranger lui-même (Ma Biographie, Paris, Garnier, [1904 ?], 4e éd.) et dans la thèse de Jean Touchard (La Gloire de Béranger, Paris, Colin, 1968, 2 vol.)

6 Courier (Paul-Louis), Correspondance générale, présentée et annotée par Geneviève Viollet-Le-Duc, Paris, Nizet, 1985, vol. 3 (1815-1825), lettre n° 712.

7 Béranger (Pierre-Jean de), Correspondance générale, recueillie par Paul Boiteau, Paris, Perrotin, 1860, vol. 1, p. 231.

8 Louret (Émile), op. cit., p. 86.

9 Béranger (Pierre-Jean de), Ma Biographie, Paris, Garnier, [1904 ?], 4e éd., p. 164.

10 Béranger (Pierre-Jean de), Correspondance, op. cit., vol. 1, p. 241, lettre à M. Forget père, 5 avril 1822.

11 Jouy (Étienne de) et Jay (Antoine), op. cit., cité par Touchard (Jean), La Gloire de Béranger, Paris, Colin, 1968, vol. 1, p. 398.

12 Parmi ceux-ci, Dupin, Sébastiani, Étienne et leurs journaux (Le Constitutionnel, Le Globe, le Journal des débats).

13 Lettre de Lebrun citée par Touchard (Jean), op. cit., p. 423.

14 Voir en particulier « Béranger à la Force », in Lady Sydney Morgan, La France en 1829 et 1830, Paris, Fournier, 1830, p. 417-434.

15 Touchard (Jean), op. cit., p. 395.

16 Ibidem, lettre du 16 janvier 1829 à Bérard, p. 353.

17 Ibid., lettre du 22 mars 1829 à Lemaire, p. 366.

18 Ibid., lettre du 4 juillet 1829 à M. T., p. 375.

19 Ibid., lettre du 16 janvier 1829 à Bérard, p. 353.

20 Ibid., lettre du 26 octobre 1830 à Bérard, p. 391.

21 Jouy (Étienne de) et Jay (Antoine), op. cit., p. 87.

22 Ibidem, p. 88.

23 Ibid., p. 175.

24 L’air et les paroles de cette chanson et des suivantes sont présentés en annexe.

25 Les Chevilles de Maître Adam menuisier de Nevers, ou les Poètes artisans, comédie en un acte, mêlée de couplets de Francis et Eustache Lasticot, représenté pour la première fois au Théâtre Montansier à Paris, le 28 décembre 1805.

26 Ninon chez Madame de Sévigné, comédie mêlée de chants en un acte, sur une musique de Henri-Montan Berton et un livret de Mercier-Dupaty, représenté pour la première fois à l’Opéra-Comique à Paris, le 26 septembre 1808.

27 Touchard (Jean), op. cit., p. 199 sqq. Il considère comme chansons politiques 14% de celles publiées en 1815, mais 47% de celles du recueil de 1821, 54% de celles de 1825, 44% de celles de 1828, puis un nombre décroissant.

28 Très probablement, Les Amazones et les Scythes, ou Sauter le fossé, comédie en deux actes et en prose mêlée de vaudevilles de Pierre-Yves Barré, Jean-Baptiste Radet et Desfontaines, représenté pour la première fois au Théâtre du Vaudeville à Paris, le 19 décembre 1811.

29 Préville et Taconnet, ou la Comédie sur le boulevard, vaudeville grivois en un acte, de Jean-Toussaint Merle et Nicolas Brazier, représenté pour la première fois au Théâtre des Variétés à Paris, le 18 janvier 1817.

30 Vanderburch (Émile), Les Plébéiennes, chansons populaires et autres, Paris, G. Locquin, 1833.

31 Cf. Kolb (Marthe), Ary Scheffer et son temps, Paris, Furne, 1937.

32 La Charbonnerie est une organisation libérale clandestine, formée sur le modèle italien des Carbonari.

33 Dubois (Paul-François), Fragments littéraires, Paris, Thorin, 1879, vol. 2, p. 330.

34 « Scheffer l’a fait graver, un peu malgré moi, par Reynolds, à la manière anglaise » (lettre de Béranger à Jules François, Tours, le 4 juin 1839).

35 Brivois (Jules), Bibliographie de l’œuvre de P.-J. de Béranger, Paris, Conquet, 1876.

36 Fraser’s Magazine, janvier-juin 1835, p. 300.

37 Cf. Leynadier (Camille), Mémoires authentiques sur Béranger, Paris, bureau de la publication, 1859, p. 229 : « Comme unique objet de luxe était, sur une des parois du mur trop dégradé par l’humidité, un lambeau de tapisserie représentant un congrès d’amours ailés assez mal à leur aise dans une prison. »

38 Ibidem.

39 Les enfants en question, qui semblent avoir 7 ou 8 ans, sont très décemment vêtus et se tiennent sagement.

40 Leynadier (Camille), op. cit., p. 322.

41 En 1821, « Adieux à la campagne » sont distribués au procès.

42 Chansons nouvelles par P.-J. de Béranger, suivies d’un supplément composé de chansons par MM. de Jouy, Magalon, Gille, Bast, Julien, Pradel, Novarrot, Lagarde, extraites du petit recueil récemment publié intitulé La Marotte de Sainte-Pélagie, ou Momus en prison, Bruxelles, C. J. de Mat et H. Remy, 1825.

43 Gervaise (J.-A.), Béranger à la Force, Belfort, Spitzmuller, 1881.

44 Bérard (J.), auteur et éditeur, Cancans en prison dédiés à la liberté de la presse, n° 17-18, janvier 1832.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Page de titre des Chansons inédites de Béranger
Légende Publiées à Paris chez Baudouin frères en 1828, elles sont « suivies des procès » faits aux chansons de Béranger (près de 300 pages de procès et de plaidoiries).
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre « Béranger à Sainte-Pélagie »
Légende Gravure dessinée et gravée par Étienne Richard, in Leynadier (Camille), Mémoires authentiques sur Béranger, Paris, bureau de la publication, 1859.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 2,5M
Titre La Muse en fuite
Légende Gravure sur bois par Grandville (1803-1847), in Musique des chansons de Béranger. Airs notés anciens et modernes […] illustrée de 120 gravures sur bois, d’après Grandville et Raffet, Paris, Garnier frères, [1875], 9e éd.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre « Béranger à la prison de la Force »
Légende Gravure dessinée et gravée par Étienne Richard, in Leynadier (Camille), Mémoires authentiques sur Béranger, Paris, bureau de la publication, 1859.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2594/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Le Feu du prisonnier
Légende Gravure sur bois par Grandville (1803-1847), in Musique des chansons de Béranger. Airs notés anciens et modernes […] illustrée de 120 gravures sur bois, d’après Grandville et Raffet, Paris , Garnier frères, [1875], 9e éd.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2594/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,0M
Titre Pierre-Jean de Béranger (1780-1857)
Légende Portrait gravé par Ary Scheffer (1795-1858)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/2594/img-6.png
Fichier image/png, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie-Anne Leterrier, « Béranger en prison : « Mes fers sont prêts ; la liberté m’inspire ; Je vais chanter son hymne glorieux » », Criminocorpus [En ligne], Musique et Justice, Les musiciens face à la justice, mis en ligne le 09 décembre 2013, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2594

Haut de page

Auteur

Sophie-Anne Leterrier

Sophie-Anne Leterrier est professeure d’histoire contemporaine à l’université d’Artois. Ses recherches portent sur l’histoire culturelle de la musique au XIXe siècle, particulièrement les pratiques populaires urbaines. Son dernier ouvrage, Béranger, des chansons pour un peuple citoyen est paru en 2013 aux Presses Universitaires de Rennes.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page