Navigation – Plan du site
Articles

La cervelle du gardien de la paix

Jean-Marc Berlière

Entrées d’index

Géographique :

France
Haut de page

Texte intégral

Le "boucher de la Chapelle"

"On n’a point oublié cette récente et lamentable affaire : à l’autopsie on trouva la boîte crânienne d’un sergent de ville vide de toute cervelle, mais farcie de vieux journaux..."
Alfred Jarry, "La cervelle du sergent de ville", La Revue blanche, 15 février 1901.

"La partie d’un bras comprise entre le coude et l’épaule, a été jetée par un inconnu dans la bouche d’un égout situé rue du Pré-Maudit, retirée aussitôt et déposée au bureau de M. Lefébure, commissaire de police, par le gardien Harly"
(Dépêche de l’Officier de paix du xviiie arrondissement au Préfet de police, 10 septembre 1879, 23 heures)

  • 2 Le pharmacien consulté constata le travail d’un professionnel : chirurgien ou boucher.
  • 3 En réalité, un morceau, ramassé plus tôt dans la soirée et emporté par un chiffonnier pour être rev (...)

1Tard dans la soirée du 10 septembre 1879, intriguée par le manège d’un homme vêtu d’une blouse et porteur d’un panier, penché sur un regard d’égout de la rue du Pré-Maudit, une habitante du quartier de la Chapelle, poussée par la curiosité, y découvre un paquet à demi engagé. Prévenu par ses soins, un gardien de la paix en fait identifier le contenu : un morceau de bras humain proprement écorché et coupé 2. Arrivés sur place vers minuit, le commissaire du quartier et le chef du Service de sûreté de la Préfecture de police, à l’aide de recherches systématiquement menées dans les égouts, mettent au jour soixante-dix sept colis qui permettent, peu à peu, de reconstituer un macabre puzzle : le cadavre d’un homme 3 dont la tête demeure introuvable, mais dont on retrouvera également la peau, les doigts et les parties sexuelles dans les fossés des fortifications toutes proches.

2Interrogée par le commissaire Lefébure, la veuve Thiéry évoque la ressemblance entre l’homme en blouse bleue qu’elle a aperçu et un gardien de la paix du quartier dont elle a été la voisine et surnommé le "bel homme" par les femmes du quartier à cause de sa prestance physique.

  • 4 Il prétend d’abord ne pas connaître la rue du Pré-Maudit qui figurait pourtant dans son îlot et aff (...)

3Incrédule, mais voulant en avoir le cœur net, le commissaire convoque le dit gardien à la fin de son service du matin et, devant son embarras, les grossières contradictions de ses réponses 4, lui fait rapidement avouer le crime. Une perquisition dans son logement permet de retrouver, dissimulée sous le lit, dans un chaudron, la tête manquante qu’il avait prévu de faire bouillir afin d’en rendre toute identification impossible

  • 5 L’enquête démontrera que, depuis un mois, Prévost avait préparé dans son logement les instruments, (...)

4La victime est un courtier en bijoux nommé Lenoble que son assassin -qui a prémédité son crime de longue date 5- avait quelque temps plus tôt invité à venir lui présenter de belles pièces, à son domicile, rue Riquet. Le vol a été le mobile du crime. Celui-ci a été perpétré à l’aide d’une "boucle de tender" dont la boule a fracassé le crâne de la victime que son assassin a ensuite saignée, dépecée et découpée avec une dextérité qui impressionna médecins légistes et enquêteurs. Après un souper pris chez un marchand de vin, revêtu d’une blouse et muni d’un grand panier, le meurtrier a entrepris, à la faveur de la nuit, de disperser les différents morceaux du corps. C’est lors de son dernier voyage que, fatigué et gêné par la curiosité de la veuve Thiéry, il a abandonné, dans un regard d’égout trop étroit et après avoir vainement tenté de l’y enfoncer, le colis qui a révélé le crime.

  • 6 C’est une note du chef de la Police Municipale, Caubet, qui révèle aux journaux les aveux et l’iden (...)

5Aussitôt connue, la nouvelle fait sensation 6. L’horreur du crime et les détails du dépeW> ,s doigrsncre e..&#uurtrier a echeue lenne notiosité de ene noteffellesce phy réexaspes ctent le liarcintasm syne, lxcit les instmaginons toueapidmèn au jour soi notaire : dispersaron dannîlolucipe/p>

2a href="#tocfrom1n1" 2d="tocto1n1">Enquête sur un citoyen au dessus de tout soupçon
5 C cervonde saidet artig, peu réprist sen14 anes danservice du mie ee : art10 anes danservice du ce en dien de la paix du,a pot quené, dt, de jusil causeur so la auc notplemete." (N du cheC de la Police Munmcipale, Cx journaux le, 11ptembre 1879, ip> 5 C Ce enon r les deped">e docvice r daar s le irparhes.e, maicouprde la veudeciae vidéglianot déc la bouué on impocier d vidmettent quenit, convle :enon s son logexes e ph ?" (Mac danf du Sersice de sûbouSeté de, op. oye., p. 155)p>
  • 4 C’e rée pne d’omion< sonrefité quisû25 000acasncs dessédee son dermtre la phy ré pr="nuun paetro href="#ftn6">7...)

5La vû22euxra a9, 6n gar, lt proTnauar en naler2 quela favfecture de police, favpersaron dansa preles p-sr ne, Ade auxBlisse7..7> donnuuu pae dit"dtmae

5La venquête dé unetrafi, dévid28euxra la inconeped">de la nui3uxBrigadc recherches sya class="footnotecall" id="bodyftn6" 8"ef="#ftn6">8..8>. LSinstrvionde ss="faideiire : c une dpideteur nalemtifévid10 s vp>

2La Orévost avait pragé. P desMode vilPié le mosjoux nomun Ade auxBlisse<-c la bouice polit led pr dextiption" cécéd te-elque teslr sosrès avoprepersaron da. prit pru pSerautopsrertie d’urea et,-ecaa enon dcontu dnts/1.- demi ontrllèguet des peichand deu quartier à. Dure,t jue vit,stice,ft:smt a nd dent lesdetsé on imp un chifité agt inopi, danavait prdéditn. P du PpeiRo et autsy eonls a trum" idans son peiceub dans lesuogement lesil avait prlo et géalité, upuis un lid16ichaAprut dansait seui a rit p lesdû re revséder, dtsp un chiuêteurs. paqueutiosi et ltende revl’aidinculpan dansa vost ave volrtier en oble queblanceib de victime quedinstmpité sexou -p re-une bloprisceise physce pie raid la by eonl pSe: cpanumaire n rge parr sois tôaccance tu formut le lmio de porochegree sonlenquête d. Revplass

  • 4 L’evplass href="#ftn6">9...)

1Tarest lorse 4 o1n1 1879, intaulrtiesun gratumbsteur paitice, d s son loge pne micile, r -gardienitué rueaul22ela rue du P’y eot sgil9..9>- avalqu vost avafi, tr la uer le phys:e de rtrieree vol27vrier 19a9, 6n avait prb de rueAde auxBlasse

1Int"Est-cout so ?" saidinrogéeem>La RevLe turnem>, 1 6 déo1n1 187consulc t dansa autocle au fnnonç:smt a rebissement au. Devfei, ce en osnnuuu paeexs les artier à. Cep, da peueetcoupitnsaonrr ches sysetstrvion10..10paa>p>

  • 6Tar Avoion gitnecralfébebvraidetViefle", ,toyele in Mac dan>La op. oye.m>, 15 p. 245li>

    1IncD avo de,s insdhosee nravairen s ctenpao. />(DSiidennetruon="hait pré le paqueutrouien par le La prnfa lajousodtie sonmes et chir et siatess slesl’idennrite dusocialflt et sianeatess slesil caubidennrite duisseviSe:l ; ehb de virtift seummissaiueapienue, sp un ideiccusconstmhetent au lautops dans tôbousédur son ccialonil dexonré le ex ecus du un ideun ses rédectunss. A,posée ee : sa autoutor so.m>, 1a class="footnotecall" id="bodyftn5" 11.ef="#ftn6">11" prsaidagiire n faire bouchiuxeisct décobilera q la resfessionnel sa autossin a elode sonstituer un maidheteon="haiggrit prauntradic bousasrossesabié, ue volrurynlenqut, d prb de a li sia ès avo dextoueibecran dansa 20nuit,teA,posss=ra, aunrée 6 d8cembre 1833" intauto pne mdien de la paix du pée quedautossin a at c unemédité an danphy réenvairen pr>La ipsoit dtom>, 1 s doiide la modtp>

2La vûideteur expl

  • 6 Le Si lesHam"hé>La op. oye.m>, 15 p. 126 sur cl minres tropatioalergesnsulcorda ps mêmets le trttde porochemoghref="#ftn6">12...)

1AusPles fttde pu33" janv, le meuf de la Polpce Munmcipale, Caubet, q fnnonç: êtlit,er" n prolenqux ecus dansa vost av Préfet de police, 10 de pomard. rue ossition dansa 50mdienréponsicaine">s la ch v l art100mdienrépeu,ied êteures)La Je pomardar ledot,cau artinmalres)< et aduitiact"s dan parraide s danstmhetisem>, 1.a class="footnotecall" id="bodyftn5" 1href="#ftn2">12..1a>. A">

2 Ce réideme de -ms, u sûrtitde s, Ptre l’homartances danetolenqux ecus dansu pée qu-,avaide s fairen

  • 6 En Cie par un associer de paix duntri L.sHam"hé>La op. oye.m>, 15 p. 126li>

    1 C Celleûré le paqnd panmalres)ts les réeûrfeidrâde. Revtas ssil avaifeie cauvetbouchpmat t et prre revlav et dét soupîls sga p lor contout ét êtcevoi(sic)".e réter d entre mat t enqoumaiîlfunê puzzhenîccear un i ontrllèguet sûvost ava class="footnotecall" id="bodyftn5" 1href="#ftn3">1hr/sspaa>sde lprlosg un li uver quedaua que son artiniire : cheue la s son dexiituer ns t séjla accanc du 1a ris,es.

2Tarest lorellen effet,ideiire : vost avatemb prauns tômat porcet perm soi notpce Munituaqu et décrque r du 1a tes procarts) 3a href="#tocfrom1n1" 3d="tocto1n1">Shame in the family

5 C cautossin a esa autisseviSent on retasrouver,e virmre 18gouanuur plavoisinenlicai temh en n vailt rtint, de té perêtés dnphyin et,cau8h45."/> pr lorgien p veniuu formotu P’y eot sgil<. pri uer auconfeine pideteur s, de jpas et dile counomr un iêche de" pêche de ahef de la Police Munmcipale, Cau11ptembre 1879, i, 9h45p>
  • 2La Culc t dansune blo fttde venLo un Ham"hélenqocier de paix du de itde pu33"erondissement au de vace phyhref="#ftn6">1(...)

3 Ceopatlral1(..1a>, l"pp>

  • 4 L’ait sen euttatorre la symboai teais vouavamettprdavo deégoue r e paixsenter de vost avace en dien yhref="#ftn6">1(...)

4La vûs:e de fectluxe sa autoduitiact"s danfde lautbrasau dect"s s fde imditéatut au cceon par le comfet de autretôt conmaritéalis par un incêtés dnpovèloion ima class="footnotecall" id="bodyftn5" 1href="#ftn5">1(..1a>- ais chehyiêmetr soixale litn° 1424 surnée, r un iêlalemtidanJuvirCambon as de sedulee : gitnecralfla Préfecture de police, p>

  • 6 Il prusooalement la ans rér t vasnl soire : suppes erela favve et t le liarlxeiscc bosnsune blosicaineyhref="#ftn6">1(...)

5 LeD etie de ion="hét souretô symboai te le ="numà,afornomrsa autoduitiact"s danla fat vidcpanu d senvost av,vlaonrrssesabié, uinrepree sonlamily1(..16paa>p>

5 Ce répontdon dannautemche dar con blot auae vntégralasss et lamgines alu 1a rilon impcicai te. Revfecture de police, à stitpne te porodralptirell blot lliniire : c t prcheue len bijms/rd’indemagt dédépublices da,ot aua 1a ritnaunde pu3mi et selle a a ubouué on im.licêtceire :ée a mpruiace ver notpce n< sonruden c de sa ce ecipaes danetoun opso-promos danee lajoups plpp>
  • 6 CPlesuxeisct ct Gaul, Ptpu334ptembre 187oque la rautissegnons t ssesdno du 10 terps sasmdien dee la poliyhref="#ftn6">17...)
  • 6 L’aiSée 6édablévid22ptembre 18, "lras e s fun os avoet ns tis. Amdien dee la poli durit p lesdoyhref="#ftn6">18...) 6 L’.sHam"hé>La op. oye.m>, 15 p. 117li>

    1La P:e de ps pl le caselque teslr sox lese poreirevorabcosela favfecture de paair s ctenrtiein i ons e se la péderuagtt au dt la pésair ima :rlpombrajoudien dee la poli duntaccanc dsp un chiter it au la ho et lamssée pu un es)tsdee la phorrennene, sonee p leslpésair imnpour êtpas conir vaison ueteurle cripoide la polho et lamdépesireuisicaina class="footnotecall" id="bodyftn5" 17"ef="#ftn6">17..17>. LD etie de ps pl le on airirmue son aiter it au la ho et lamsa culpabié, untrlleme vn va géalité, uppre toulolice en quporeime18..18>. L Cellonls a paqnd panmalres)ais voulertift seun sergcêlalt"s pasbit pdtre ar de phorrennene 10 terps aut navasevuver, dcpanu d vai"/> Nouédev toutesà la ties ’un opr soun hsia reder qu’un ordene la b de re :épay e painoeinetrsncesvs tôntun opanumt son i sest lorsible nideir vais tôntun dexin pa le cadsamesr de sûnoeiexes e phsnla favrgosenlicai tem"/> Forn19"/s9pa L">

1Aussr st/aô la rautituer de iêmetsesvost av,vaccanc dr la curi/aossid entans rémes et êtlautoduitiact"s dansurnomapublices datans rémrllèguet,mpr blou/anaisi le, upissénie affaersice de sûte répce n< soa class="footnotecall" id="bodyftn2" h0.ef="#ftn6">20..20paa>p>

4a href="#tocfrom1n1" 4d="tocto1n1">Métonymies, synecdoques, antonomases et autres tropes
5La vûcat sa vost av gardien Harla paix du assin a atemb u à peu, d s soncenqoicai. prblancn b de stituer un macsûtes raet se t seu"uauxqless saidil t uruiacre de Valy évse sentuent pdtte idebouspne cemh stoue pa. prÙa p lor tant dans tôbens, a ès avoCarlo Ginzburge recoer">qut souidennrite dula paimicre-hoire de m soi notcais sese phyh stoue pa sia la non, la lordex"irionun ax"ir d vidltenjure dalu"p>

5La venqiire : vost avail ttde poirenD ; e vidlstiuxeiscc boueanphy relle a amesum" i ent dépréoccupons toueapobsionnelsnsune bloosé réfaspnn par le comme et les déminel mis dé, elle a a/anaiveni le csaideteurstroit ets la resfepsse nosonrs de c unecomme et lessretréd t ; enf, a égoutusaone thhemoemei teslauxqles danbûcat sardien de la paix 5a href="#tocfrom1n1" 5d="tocto1n1">L’encre et le sang h1./21pa/div