Navigation – Plan du site
Articles

L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902)

La première identification d’un assassin à l’aide de ses empreintes digitales
Jean-Marc Berlière

Notes de la rédaction

Abréviations utilisées :
APP : Service des Archives de la Préfecture de police de Paris
AAC : Archives de l’anthropologie criminelle

Texte intégral

1Alors que le dernier tiers du XIXe siècle découvre avec appréhension que « ce sont toujours les mêmes criminels qui commettent les mêmes crimes » et que « la prison fabrique des criminels », les récidivistes - qui représentent la moitié de la population pénale en France à la fin du siècle - sont à l’origine d’une véritable obsession et le « criminel d’habitude » devient la préoccupation majeure des juristes, pénalistes, médecins que l’on trouve aux origines de l’anthropologie criminelle et de la criminologie naissantes (B. Schnapper, 1983). Face à la législation mise en œuvre par les lois de 1885 et 1891 pour essayer de combattre la récidive - aggravation des peines pour les multirécidivistes pouvant aller jusqu’à la relégation en Guyane, sursis ou liberté conditionnelle pour les « primo-délinquants » - les justiciables ont vite compris la nécessité de ne pas révéler leur véritable identité ou les identités sous lesquelles ils ont été précédemment condamnés.

2Le problème pour la justice tient donc à la nécessité d’identifier un même individu condamné sous des noms différents. Dans la pratique, distinguer les « chevaux de retour » des « délinquants primaires », supposait résolus deux problèmes différents : garder la mémoire des condamnations prononcées et identifier à coup sûr un individu déjà condamné, exercice délicat du fait de l’inexistence de documents attestant l’identité d’une part et d’autre part de l’abolition définitive, en 1832, de « la marque » qui flétrissait les condamnés sous l’Ancien régime, le Consulat, l’Empire et la Restauration.

3Pour savoir si un prévenu a déjà été condamné, la solution est relativement simple : il suffit de garder la trace de toutes les condamnations prononcées par la Justice. Depuis 1800, ce sont les « sommiers judiciaires » qui remplissent cet office. C’est sous ce nom que l’on trouve à la Préfecture de police, depuis Messidor an VIII, le Registre général des condamnations prévu par les articles 600 à 602 du Code d’Instruction Criminelle. Les « sommiers » ne sont pas autre chose que la collection des notices de toutes les condamnations prononcées en France. Ce Registre est tenu par la Préfecture de police. Il est alimenté régulièrement par la totalité des juridictions répressives françaises. Né sous la forme de gros registres dans lesquels les affaires étaient notées à la suite les unes des autres, de façon chronologique, il a dû s’adapter et répondre aux nécessités de classement alphabétique. Une « table mobile perpétuelle » comportant 500 000 noms - dont 3000 homonymes - avec des renvois aux pages des différents registres, montra rapidement ses limites avec 40 000 noms commençant par « B » et 10 000 par « Ba ». C’est en 1833, que le préfet Gisquet remplaça les registres d’analyse de jugement par des fiches : les « bulletins », classés par ordre alphabétique. Ce transfert prit quatre années. Au moment de l’incendie de la Préfecture de police, en mai 1871, les sommiers comportaient dix millions de « bulletins » remontant jusqu’en 1790. Après leur complète disparition, le décret du 5 septembre 1872 décida la reconstitution des « sommiers » depuis 1831 et vota les crédits nécessaires. On en profita pour changer de format de fiche : plus petite, en carton plus rigide, elle était plus maniable. Ce travail de reconstitution se fit à partir des registres des greffes d’arrondissement. Pour Paris, Remiremont et les départements d’Alsace-Lorraine, le travail fut effectué à partir des extraits individuels des registres d’écrou des maisons centrales et des prisons départementales. Si le plus gros du labeur fut réalisé en deux ans - 6 millions de fiches reconstituées - il n’était cependant pas terminé en 1885.

4Ce système se heurtait à deux obstacles et défauts majeurs : l’’inflation des fiches - 8 millions en 1893 - rendait toute recherche lente, longue, difficile d’autant que ces difficultés étaient aggravées par les homonymies : comment retrouver un Dubois parmi les 50 000 autres ? Mais le vrai problème tenait au fait que les sommiers ne faisaient que compiler les condamnations prononcées par les tribunaux de la France entière sous un même état civil. Or les récidivistes, dissimulant leur identité véritable pour échapper au mécanisme de la loi Waldeck Rousseau du 27 mai 1885 (lire le texte de la loi) et à la sévérité des juges, pouvaient figurer sous plusieurs noms différents dans le Registre. Comment identifier un Martin condamné dans les Vosges avec un Durand condamné dans le Gers trois ans plus tard ?

5La principale difficulté restait donc d’identifier de façon sûre les individus et de les reconnaître sous quelque identité que ce soit. Il en allait d’ailleurs de même pour le « casier judiciaire » institué par une circulaire du ministère de la Justice, en novembre 1850. Pour établir cette « biographie judiciaire » et permettre aux juges d’apprécier les antécédents d’un prévenu, encore fallait-il l’identifier de façon certaine.

6Dans ce domaine, police et justice en étaient réduites à des systèmes rudimentaires reposant sur la mémoire des policiers et du personnel pénitentiaire ou sur la naïveté des intéressés. La Préfecture de police, toujours à la pointe de la modernité, employait des méthodes plus modernes : des fiches de signalement et des photographies. Mais les unes et les autres étaient parfaitement inutilisables faute d’une même méthode de prise de vue, d’une norme commune de description et d’une classification permettant de retrouver un même individu parmi des dizaines de milliers de fiches d’individus de « taille moyenne, au visage ovale et aux yeux marrons » et de photographies prises sous des angles, à des distances, sous des éclairages et des poses différentes.

7C’est parce qu’il était conscient de l’inutilité de sa tâche - rédiger et classer, sous des noms généralement faux, des fiches inutilisables - qu’un jeune « commis auxiliaire aux écritures » de la préfecture de police - Alphonse Bertillon - passionné de statistiques et de mesures osseuses, eut l’idée d’utiliser l’ « identité anthropométrique ». Le squelette humain présentant à partir de la vingtième année une fixité métrique à peu près absolue et chaque squelette se différenciant des autres par la diversité des mesures, il suffirait de quelques mesures osseuses, faciles à prendre et remarquables par leur fixité, pour identifier un individu adulte. Neuf de ces mesures, classées pour chacune d’entre elle en trois groupes égaux - petites, moyennes et grosses - permettraient de produire 39, soit 19 683 divisions différentes. Pour retrouver un individu, il suffirait de le chercher par consultation successive des différents groupes auxquels il appartient. La concordance des neuf mesures donnerait une identification quasi-absolue et permettrait d’identifier les récidivistes quel que soit le nom sous lequel ils étaient classés. Telle était l’idée que le jeune commis aux écritures eut toutes les peines du monde à faire comprendre aux préfets Andrieux puis Camescasse.

8Grâce à ce dernier, et après bien des rebuffades, Bertillon put expérimenter sa méthode à la fin de 1882. La première reconnaissance d’un récidiviste par l’anthropométrie eut lieu le 16 février 1883. À la fin de l’année, 49 récidivistes avaient été identifiés par Bertillon. 241 le furent l’année suivante. Le monde scientifique informé de sa réussite par des articles parus dans les Annales de démographie internationale et la Revue politique et littéraire donna à sa découverte un grand retentissement. L’utilisation de l’anthropométrie à des fins judiciaires était née. Adopté, non sans résistances, par la Préfecture de police, le système triompha à l’exposition universelle de Paris en 1889 et connut son apogée quand il permit, au printemps 1892, à Bertillon d’identifier le mystérieux « Ravachol » qui terrorisait alors Paris comme étant un certain Koenigstein « bertillonné » à la prison de Saint-Etienne deux ans auparavant.

9L’anthropométrie et le Service de l’Identité judiciaire confié à Bertillon par le préfet Lépine en 1893 furent à l’origine d’une « science criminelle » qui paraissait suffisamment riche de promesses pour que ses contemporains placent Bertillon, aux côtés de Pasteur, au rang des savants d’exception que la France avait donnés au monde : l’un et l’autre répondaient aux angoisses du temps et semblaient porter par leurs travaux la promesse d’un monde sans maladie et sans criminels.

10Cependant, en dépit de ses résultats, de son retentissement international et de son adoption par la plupart des pays, le « système Bertillon » comme on l’appelait jusqu’à Berlin, comportait des faiblesses et des défauts.

11La plus sérieuse des réserves formulées à son égard tenait à son principe : si l’anthropométrie permettait de distinguer deux individus dissemblables, elle ne permettait pas d’affirmer que deux séries identiques de mesures désignaient un même individu. Ne donnant pas de garantie absolue de l’identité, elle n’aboutissait qu’à une probabilité, elle n’était donc pas ce moyen de « fixer la personnalité humaine, de donner à chaque être humain une identité, une individualité certaine, durable, invariable, toujours reconnaissable et facilement démontrable » qu’avait cru voir en elle, le directeur de l’administration pénitentiaire L. Herbette (« Sur l’identification par les signalements anthropométriques », AAC, 1886) et pour la recherche de laquelle cette fin du XIXe siècle se passionnait, et pas seulement pour des raisons pratiques.

12Ce moyen, ce fut la dactyloscopie qui l’apporta.

Les crêtes papillaires que l’on trouve à l’extrémité des doigts présentent des dessins différents pour chaque doigt et pour chaque individu, ces signatures immuables, inaltérables et indélébiles constituent, bien plus que l’anthropométrie, cette marque d’identification absolue que l’on cherchait avec obstination : dix-huit points de comparaison donnent une marge d’erreur de 1/68 719 000 000. En outre, les « empreintes digitales » offrent un avantage considérable pour les enquêtes : celui de subsister sur les lieux du forfait après le passage d’un criminel qui, en revanche, ne laisse jamais ses mesures osseuses.

13Observées dès le XVIIe siècle par un anatomiste italien, Marcello Malpighi, décrites en 1823 par Jan Evangelista Purkinje - l’inventeur de l’histologie - utilisées empiriquement en Inde par des administrateurs coloniaux britanniques comme William Hershell, au Japon par des médecins comme Henry Faulds, classées pendant la décennie 1890 par Francis Galton, Edward Henry en Grande Bretagne, ou Juan Vucetich en Argentine, elles allaient bouleverser la police judiciaire en permettant d’identifier les auteurs de crimes mêmes insoupçonnés.

Cette première, ce fut ... Alphonse Bertillon qui la réussit.

14Le 16 octobre 1902, 107 rue du Faubourg Saint Honoré à Paris, on découvrit, dans l’appartement d’un dentiste, le corps de son domestique assassiné. Le vol semblait à l’origine du meurtre. De nombreuses empreintes papillaires sur la vitrine d’un médailler fracturé attirèrent l’attention des enquêteurs de l’Identité judiciaire. Les empreintes se présentaient pouce d’un côté de la vitre et trois autres doigts sur la face opposée, prouvant que leur propriétaire avait enlevé les débris de vitre après la fracture. Ce détail essentiel pour l’enquête présentait une difficulté technique - celle de distinguer des empreintes superposées -, mais aussi une caractéristique qui facilita énormément leur identification, Bertillon disposait ainsi des dessins phalangettiques de quatre doigts successifs de la main droite : les seuls qu’il avait reportés sur sa « fiche parisienne » à laquelle il n’avait que tardivement et à contre cœur ajouté des empreintes digitales (un puis quatre puis cinq doigts) aux mesures anthropométriques, à la colorimétrie des iris et au relevé des marques particulières (cicatrices, grains de beauté...). Servi par la chance Bertillon - qui ne dispose alors que d’un nombre limité d’empreintes, sans aucun classement dactyloscopique - réussit à identifier celles du médailler fracturé comme étant celles d’un certain Henri-Léon Scheffer, né en 1876, arrêté et fiché quelques mois plus tôt, le 9 mars 1902. Dans son rapport au juge d’instruction, daté du 24 octobre, il démontra la similitude des empreintes trouvées sur le médailler et celles de Scheffer : c’était la première fois qu’un assassin fut identifié, convaincu de meurtre et condamné à l’aide de ses seules empreintes.

15L’événement sera présenté dans la légende dorée de la police technique et scientifique comme la « première identification au monde », au moyen des « seules empreintes digitales », d’un criminel sur l’identité duquel on n’avait aucune idée et « sur lequel ne pesait aucun soupçon ». Il n’en pose pas moins quelques problèmes.

  • 1  docteur Charles Sannié, Directeur de l’identité judiciaire, « Alphonse Bertillon et la dactyloscop (...)

16Il n’est pas absolument certain que l’enquête « ordinaire » ne serait pas arrivée au même résultat ou même n’a pas orienté de façon décisive les recherches de Bertillon. En effet, les investigations « traditionnelles » menées par la police judiciaire avaient rapidement permis de mettre au jour que la victime entretenait une relation homosexuelle avec Scheffer, ce qui mit ce dernier au rang des suspects 1.

  • 2   Cité par E. Locard, « L’histoire des empreintes digitales », Tribune des commissaires de police, (...)

17Par ailleurs cette réussite constitue un paradoxe. Bertillon qui n’ignorait pas les recherches et les progrès de la dactyloscopie et avait bien perçu l’intérêt des traces papillaires laissées par un criminel, manifestait à l’égard des empreintes digitales les mêmes réticences que celles qui avaient accueilli l’utilisation de l’anthropométrie à ses débuts. En 1893, il écrivait : « les dessins papillaires ne présentent pas des éléments de variabilité suffisamment décisifs pour servir de base à un répertoire de plusieurs centaines de milliers de cas » 2. Cependant, l’année suivante, après que Galton et Lacassagne lui eurent vanté les mérites des empreintes digitales, il décida d’adjoindre celles de quatre doigts de la main droite à sa fiche signalétique tout en émettant toujours de grandes réserves sur la possibilité de trier et classer des fiches purement dactyloscopiques. Peu à peu cependant il dut céder du terrain : en 1901, il ajouta l’index de la main gauche et, en 1904, le service de l’identité judiciaire de la préfecture de police adoptait le principe de la fiche décadactylaire (les dix doigts).

  • 3  Edmond Locard La Police : ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être, 1919, p.117sq.

18Néanmoins, tant il est vrai qu’on ne prête qu’aux riches, la postérité et l’opinion publique le créditent de l’invention de ce « nouveau » procédé d’identification plus sûr que le sien, qu’il n’accepta en réalité que tardivement et avec réticence 3.

19Cette réticence se marque dans les faits : en février 1914, à la mort de Bertillon, sur les 1 200 000 fiches possédées par le service de l’identité judiciaire de la Préfecture de police, il n’y en avait, selon son successeur, que 60 000 classées de façon dactyloscopique. Ce retard conséquent sur l’Argentine, le Royaume-Uni et la plupart des pays explique en partie le retard accumulé par la police française dans le domaine de la police technique et scientifique, un retard qui ne va cesser de s’aggraver jusqu’aux réformes de Pierre Joxe dans les années 1980.

  • 4  APP, D/B 47.

20Cette « découverte » amena une pratique nouvelle de la police judiciaire et de l’enquête. Une circulaire du préfet de police Lépine, datée du 27 octobre 1910, attirant l’attention sur l’importance des empreintes digitales et la nécessité de les préserver, consacre définitivement leur importance et pose les bases d’une pratiques nouvelle de l’enquête : « les dessins filigraniques laissés par les papilles des extrémités digitales [...] sont un élément d’identification absolument certain quand on dispose des éléments correspondants de comparaison [...] Il importe de préserver les empreintes digitales que peuvent révéler les divers objets disséminés sur le théâtre d’un crime en évitant que les personnes accourues [...] ne touchent à ces objets [...] Je vous invite en conséquence à adresser à votre personnel la recommandation de ne déplacer rien [...] et à prendre les dispositions indispensables pour protéger de tout contact les objets sur lesquels peut se découvrir une empreinte » 4.

21Elle apporta une considération supplémentaire aux « limiers » et en particulier aux « policiers de laboratoires » qui semblaient désormais en mesure de résoudre - de façon « magique » - toutes les énigmes criminelles avec l’aide de la science et de ses outils.

22Elle sembla surtout annoncer une police désormais infaillible et débarrassée de la « religion de l’aveu » et des moyens douteux employés pour les obtenir. La preuve « indiciale » semblait sur le point de se substituer à la preuve « testimoniale ».

23On le sait, en dépit des illusions et des espoirs d’une police infaillible et « propre » - c’est-à-dire débarrassée des « indics », « condés » et « passages à tabac » - qu’elle fit naître au début du XXe siècle, il fallut bien vite déchanter. La police « technique et scientifique » qui présentait en soi un immense progrès, ne permettait pas de miracles comme ceux auxquels les lecteurs de Gaboriau, Gaston Leroux ou Conan Doyle étaient accoutumés.

  • 5  affaire Courtois-Renard in R.A. Reiss, Manuel de police scientifique, Lausanne, Payot ; Paris, Alc (...)
  • 6  J.-M. Berlière, « Aux origines d’une double généalogie policière » in P. Birnbaum (dir.), La Franc (...)
  • 7  Affaire Renée Laffite. Cf. Marcel Le Clère, Manuel de police technique, 1966, p.120.

24L’affaire Scheffer présente un autre aspect plus inquiétant, il concerne le rôle de « l’expert » convoqué par la justice pour dire le « vrai ». Bertillon, fondateur de la criminalistique joua à ce titre un rôle essentiel : des jurés sans forcément bien comprendre ses explications avaient adopté ses conclusions et condamné Scheffer. Or, si certaines de ses expertises constituent des modèles de rigueur 5, Bertillon montra dans l’expertise graphologique du bordereau de l’affaire Dreyfus jusqu’où un parti-pris, une obstination à nier l’évidence pouvaient conduire 6. Edmond Locard, qui dirigea pendant un demi siècle le laboratoire de police technique de la police lyonnaise, lui-même passionné par la graphologie et l’expertise des écritures - on lui doit l’invention de la graphométrie et la découverte d’Angèle Laval le « corbeau de Tulle » qui inspira le film de G.-H. Clouzot - fut très critique à l’égard de Bertillon. Devenu à son tour l’expert incontournable des tribunaux dans toutes les grandes affaires du demi siècle, « le docteur Locard » commit lui aussi une erreur lourde de conséquences. Sur la foi de ses conclusions, une femme fut condamnée en 1945 aux travaux forcés à perpétuité comme auteur d’une lettre anonyme dénonçant un maquis du Gers. Cette attribution fut reconnue erronée en 1956 et l’accusée acquittée et libérée 7.

25L’expertise calamiteuse de Bertillon dans l’affaire Dreyfus avait montré les limites de sa « science » Ni le vol de la Joconde en 1911, ni les disparitions des « fiancées » de Landru ne furent résolus par les méthodes nouvelles. L’indice mis en lumière par les « policiers de laboratoire » ne constitue pas une preuve en soi : il s’inscrit dans l’enquête traditionnelle, mais ne la remplace pas. Il fournit des pièces, parfois essentielles, dans un puzzle dont la reconstruction incombe à l’enquêteur, mais il ne peut que rarement apporter une preuve décisive. S’il ne dit que la vérité, l’indice matériel ne dit pas toute la vérité et les empreintes d’un suspect retrouvées sur le lieu du crime ne prouvent pas sa culpabilité. En revanche, comme l’ont montré des affaires récentes, l’un des apports essentiels des techniques nouvelles d’identification comme l’ADN semble bien d’avoir permis, à défaut d’identification du coupable, d’innocenter des innocents accablés par les soupçons, les circonstances, voire leurs aveux.

Haut de page

Bibliographie

Références

Mémoire de Bertillon, « commis auxiliaire au 1er bureau de la division du cabinet », adressé le 1er octobre 1879, au Préfet de police Andrieux (APP, DB 47). Reproduit ci-dessous en annexe.

Bertillon, Alphonse. « De l’Identification par les signalements anthropométriques », AAC, 1886.

Bertillon, A. « Sur le fonctionnement du service des signalements anthropométriques », AAC, 1888.

Bertillon A., « Affaire Renard et Courtois (assassinat du financier Y), document de technique policière », AAC, 1909.

Bertillon A., « Les empreintes digitales », AAC, 1912.

Bertillon, A. Note technique sur le nouveau portrait anthropométrique au 1/5me », AAC, 1912.

Herbette, Louis . « Sur l’identification par les signalements anthropométriques », AAC, 1886.

Bibliographie historique

Berlière (Jean-Marc). L’institution policière sous la IIIe République, Thèse d’Histoire, Dijon, 1991, p. 1218-1297 (Atelier de reproduction des thèses, Lille, 1991)

Berlière (J.-M.). Le Préfet Lépine : aux origines de la police moderne, Paris, Denoël, 1993, p. 225-230.

Berlière (J.-M.). Le Monde des polices en France aux XIXe et XXe siècles, Bruxelles, Complexe, 1996, p. 41-53.

Schnapper (Bernard). « La récidive, une obsession créatrice au XIXe siècle », in XXIe Congrès de l’Association Française de Criminologie : le récidivisme, Poitiers 7-9 octobre 1982, Paris, P.U.F., 1983, p. 25-64.

Haut de page

Annexe

Mémoire de Bertillon, commis auxiliaire au 1er bureau de la division du cabinet, adressé le 1er octobre 1879 au préfet de police Andrieux

Mémoire de Bertillon, commis auxiliaire au 1er bureau de la division du cabinet, adressé le 1er octobre 1879 au préfet de police Andrieux

APP (DB 47)

Haut de page

Notes

1  docteur Charles Sannié, Directeur de l’identité judiciaire, « Alphonse Bertillon et la dactyloscopie, l’affaire Scheffer », Revue internationale de criminologie , APP D/B 48.

2   Cité par E. Locard, « L’histoire des empreintes digitales », Tribune des commissaires de police, décembre 1950.

3  Edmond Locard La Police : ce qu’elle est, ce qu’elle devrait être, 1919, p.117sq.

4  APP, D/B 47.

5  affaire Courtois-Renard in R.A. Reiss, Manuel de police scientifique, Lausanne, Payot ; Paris, Alcan, 1911, tome 1, p. 192 sq.

6  J.-M. Berlière, « Aux origines d’une double généalogie policière » in P. Birnbaum (dir.), La France de l’affaire Dreyfus, Gallimard, 1993, p.194-196.

7  Affaire Renée Laffite. Cf. Marcel Le Clère, Manuel de police technique, 1966, p.120.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Mémoire de Bertillon, commis auxiliaire au 1er bureau de la division du cabinet, adressé le 1er octobre 1879 au préfet de police Andrieux
Crédits APP (DB 47)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Crédits APP (DB 47)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/266/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits APP (DB 47)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/266/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Crédits APP (DB 47)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/266/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 25k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Berlière, « L’affaire Scheffer : une victoire de la science contre le crime ? (octobre 1902) », Criminocorpus [En ligne], Histoire de la police, Articles, mis en ligne le 01 janvier 2007, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/266

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Berlière

Professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne, chercheur au CESDIP, Jean-Marc Berlière est spécialiste de l’histoire de l’institution et la société policières en France (XIXe et XXe siècles).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page