Navigation – Plan du site
Articles

L'affaire Beson, plaidoiries du 13 juillet 1484 et du 23 juillet 1484 (Parlement de Paris)

Faustine Rocha

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation des transcriptions des plaidoiries du 13 juillet 1484 et du 23 juillet 1484 concernant l’affaire Beson disponibles dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

  • 1 Pour une analyse de ces plaidoiries suivant ces perspectives, Faustine Rocha, « "Fut dit que s'il n (...)

1En 1484, un appel portant sur la mort d'un prévenu, Geoffroy Beson, donne lieu à des plaidoiries exceptionnellement précises qui offrent l'opportunité de comprendre ce que doit être la procédure de la question. Intégrée dans le cadre très strict de la procédure criminelle, elle s'y présente comme un recours ultime, dont le juge doit toujours pouvoir se justifier. La torture judiciaire se déroule selon un processus normé qui s'interrompt souvent avant que le prévenu ait eu à souffrir directement dans son corps. Conscients des abus et des excès dont la torture judiciaire peut faire l'objet, les magistrats du Parlement veillent au bon déroulement des procès et, par le levier de l'appel, contrôlent les écarts à la norme1.

Règles d'édition

  • 2 Cas remarquables recensés par Alphonse Grün, « Notice sur les archives du parlement de Paris », op. (...)

2Le registre X2A 50 est le « brouillon » en papier du registre de transcriptions de procès-verbaux X2A 492. Ce cas de doublon est suffisamment rare pour être signalé, et présente un intérêt certain en autorisant la confrontation entre la première trace écrite d'un acte et sa copie « au propre ». Privilégiant le document le plus original, nous avons choisi de transcrire intégralement la version chronologiquement première, sans compter le fait que le registre officiel a visiblement souffert de l'humidité. Les variantes apparaissant dans le second document ont toutefois été indiquées en marge, en correspondance avec les mots ou expressions soulignés dans la transcription. La plupart du temps, elles ne font que révéler un certain flou orthographique, mais mettent parfois en évidence des erreurs de lecture ou d'inattention.

  • 3 Le tout suivant les principes d'édition préconisés par Françoise Vielliard et Olivier Guyotjeannin (...)

3Le principe de fidélité au texte a prévalu. Toutefois, afin de faciliter la lecture, les abréviations ont été développées, les accents aigus ont été rétablis sur la lettre « e » placée en position finale afin de ne pas donner lieu à des confusions, notamment en cas de participe passé. Dans le même esprit de clarté, les accents graves ont été rétablis pour les pronoms et adverbes « où » et les prépositions « à ». Par ailleurs, conformément à la tradition éditoriale, les i à valeur de consonne ont été transcrits par des j, lorsque le cas s'est, ponctuellement, présenté3.
Les passages biffés ainsi que les ajouts en interlignes sont signalés en note, de même que l'identification des toponymes et des individus, lorsque cela a été possible.

Haut de page

Notes

1 Pour une analyse de ces plaidoiries suivant ces perspectives, Faustine Rocha, « "Fut dit que s'il ne disoit verité, il seroit gehainé". La normalisation de la torture judiciaire dans les archives du Parlement de Paris aux XIVe-XVe siècles », Crime, Histoire et Société, n° 19-1, 2015, p. 7-39.

2 Cas remarquables recensés par Alphonse Grün, « Notice sur les archives du parlement de Paris », op. cit., p. CCXXVII-CCXXVIII.

3 Le tout suivant les principes d'édition préconisés par Françoise Vielliard et Olivier Guyotjeannin (dir.), Conseils pour l'édition des textes médiévaux, Fascicule I, Conseils généraux, Paris, École nationale des Chartes – CTHS, nouvelle édition revue et augmentée, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Faustine Rocha, « L'affaire Beson, plaidoiries du 13 juillet 1484 et du 23 juillet 1484 (Parlement de Paris) », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, Articles, mis en ligne le 23 mars 2015, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/2956

Haut de page

Auteur

Faustine Rocha

Docteure en histoire, Faustine Rocha a soutenu en 2014 une thèse intitulée "Savoir la vérité par sa bouche " : La torture judiciaire au Parlement de Paris, XIVe-XVe siècle sous la direction de Claude Gauvard (Université Paris 1).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page