Navigation – Plan du site
Articles

Le vol sous l’œil des médecins légistes. Étude du concept de kleptomanie au cours du XIXe siècle

The theft under the eye of forensics specialists. Study of the concept of kleptomania during the 19th century
Lisa Bogani

Résumés

Introduit en 1816 par le Dr Matthey, le concept de kleptomanie connait de multiples évolutions au cours du long xixe siècle. Alors qu’il parvient difficilement à se faire reconnaître des magistrats et des aliénistes du premier xixe siècle, il réussit finalement à se maintenir et à s’assoir solidement dans les prétoires de la iiie République. Entre temps, ses caractéristiques évoluent sensiblement en raison des nouvelles découvertes cliniques de l’aliénation mentale et de l’apparition de la figure des « voleuses de grands magasins », des femmes appartenant souvent à la classe aisée. La surprise et l’incompréhension que suscitent leurs vols font rechercher du côté pathologique des motifs d’explication de ce phénomène inquiétant.

Pour éclairer la problématique du rapport entre justice et folie, cet article propose donc de retracer l’évolution historique de ce concept, en s’appuyant essentiellement sur des sources imprimées : presse spécialisée et littérature grise des manuels professionnels de l’époque.

Haut de page

Texte intégral

1

  • 1 Charles Chrétien Henri Marc, De la folie : considérée dans ses rapports avec les questions médico-j (...)
  • 2 André Matthey, Nouvelles recherches sur les maladies de l’esprit, précédées de Considérations sur l (...)
  • 3 L’histoire de la kleptomanie ne compte pas de nombreuses études. On peut toutefois se référer à que (...)
  • 4 Émile Zola, Au Bonheur des Dames, Paris, G. Charpentier Éditeur, 1883.
  • 5 Frédéric Chauvaud, op. cit., Paris, Aubier, 2000, note 57 du chapitre VI, p. 266.

2« Le vol est un crime si commun, sa répression intéresse à un si haut degré l’ordre social, qu’on hésite au premier abord à admettre des circonstances capables d’exclure la criminalité d’une pareille action. Ces circonstances pourtant peuvent exister, ainsi qu’on va le voir » : ainsi le Dr Marc ouvre-t-il, en 1840, son chapitre intitulé « De la monomanie du vol, ou Kleptomanie » dans son ouvrage De la folie considérée dans ses rapports avec les questions médico-judiciaires1. Consacrant une cinquantaine de pages à ce que le Dr Matthey avait introduit, dès 1816, sous le terme de klopémanie2, Marc se fait ainsi l’un des premiers grands spécialistes de la monomanie du vol. Un concept qui a subi au cours du XIXe siècle de multiples évolutions, assez peu étudiées par les historiens3. Contemporaine de la classification esquirolienne des maladies mentales, la kleptomanie est, dans un premier temps, intégrée dans le cadre des monomanies instinctives – une doctrine qui eut bien du mal à s’imposer aux magistrats comme aux aliénistes. En effet, à l’instar d’autres monomanies, celle afférente au vol a alimenté tout au long du XIXe siècle de nombreux débats et travaux de médecine légale, aboutissant à une condamnation ou, du moins, à une réévaluation de la kleptomanie. Parallèlement, dans l’enceinte des juridictions, elle n’est pratiquement jamais évoquée durant une très large partie du XIXe siècle. Cependant, à partir du Second Empire, la kleptomanie va bénéficier d’un certain « effet de mode », coïncidant avec la naissance des grands magasins dont Émile Zola s’est fait le portraitiste dans son roman Au Bonheur des Dames4. L’intensification du phénomène du « vol aux étalages » dans les dernières décennies du XIXe siècle devient un véritable « fait de société », confrontant les hommes de loi à des délinquants d’un genre nouveau. Les auteurs sont majoritairement des femmes, issues d’un milieu aisé et jouissant d’une bonne réputation : un profil s’opposant totalement à l’image du « voyou des bas-fonds » et contraire aux fonctions sociales qui étaient alors attribuées aux femmes. Ainsi, peu de temps avant que la société judiciaire s’intéresse au vol de nécessité, le concept de kleptomanie – avant tout profitable à la « bourgeoise »5 – est peu à peu remobilisé et reconsidéré.

3À la lumière d’une riche littérature médicale du XIXe siècle (presse spécialisée et littérature grise des manuels professionnels de l’époque), cet article propose donc d’interroger le rapport entre justice et folie à travers le cas de la monomanie du vol. Dans cette perspective, notre attention se portera d’abord sur la construction et l’évolution du concept de kleptomanie ; puis, sur la pratique de l’expertise médicale des « vols maladifs » pour saisir les bases sur lesquelles repose le travail des aliénistes. Enfin, une dernière partie sera consacrée à l’évolution du traitement médico-légal des « femmes voleuses » au regard des représentations sociales et des bouleversements économico-culturels de la France du XIXe siècle.

Naissance et évolution du concept de kleptomanie

  • 6 Code pénal de 1810, (texte intégral – État lors de sa promulgation en 1810), [En ligne], URL : http (...)
  • 7 Jean-Jacques Yvorel, « Incendiaire ou pyromane ? Médecins et juges face à l’incendie volontaire », (...)

4Au XIXe siècle, la question de l’irresponsabilité des fous se place peu à peu au cœur de la réflexion pénale ; ce dont témoigne l’article 64 du Code pénal de 1810, stipulant : « Il n'y a ni crime ni délit, lorsque le prévenu était en état de démence au temps de l'action, ou lorsqu'il a été contraint par une force à laquelle il n'a pu résister6 ». Parallèlement, les travaux de médecine légale se multiplient et imposent de nouvelles conceptions de la folie, jusqu’alors classiquement définie selon le précepte « qu’il n’y a de raison et de sujet que tout entiers7 ». À partir des travaux de Pinel, autour des années 1800, émerge l’idée que la folie n’est pas systématiquement complète, autrement dit qu’il peut exister des lésions partielles ou ponctuelles de l’intelligence, de l’affectivité ou de la volonté. La catégorie du monomane fait ainsi irruption et va se décliner sous différentes formes, dont l’une est la monomanie du vol. L’un des enjeux est alors de différencier le kleptomane du voleur dit « d’habitude » ou de « profession ».

Klopémanie/kleptomanie : l’émergence d’un concept

  • 8 Marc Renneville, op. cit., p. 104.
  • 9 Étienne Esquirol, Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico (...)
  • 10 Paul Dubuisson, Les voleuses de grands magasins, Paris, A Storck et Cie Éditeurs, 1902, p. 4.
  • 11 Nicolas Philibert Adelon et alii (dir.), « Klopémanie », in Dictionnaire des sciences médicales. T. (...)
  • 12 Patricia O’Brien, « The Kleptomania Diagnosis… », op. cit., p. 70 : « The concept of kleptomania as (...)
  • 13 On trouve toutefois un article daté de 1838, abordant brièvement la question de la monomanie du vol (...)
  • 14 Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au XIXe siècle », Annales Economi (...)
  • 15 Charles Chrétien Henri Marc, op. cit., idem.
  • 16 Nicolas Philibert Adelon et alii (dir.), op. cit., idem.
  • 17 « Kleptomanie. Accusation de vol, condamnation par défaut, appel du jugement », Annales médico-psyc (...)

5C’est au début de la Restauration que le concept de monomanie est formulé. Sa création revient au principal élève et continuateur de Pinel : Esquirol. Contrairement à son maître qui avait conçu le concept de « manie sans délire », Esquirol pense qu’il ne peut exister de folie sans délire. En revanche, il lui semble tout à fait possible que « le délire soit circonscrit à un ou plusieurs objets, ce qui rend l’aliénation invisible pour l’entourage du malade8 » : c’est ce qu’il nomma la monomanie. La lésion peut tantôt porter sur les facultés intellectuelles –monomanie intellectuelle –, tantôt sur les facultés affectives – monomanie affective ou monomanie raisonnante –, tantôt sur la volonté – monomanie sans délire ou monomanie instinctive. Dans ce dernier cas, les actions sont involontaires, instinctives, irrésistibles, explique Esquirol9. C’est à cette sorte de monomanie qu’est rattachée la kleptomanie. Son invention n’est toutefois pas l’œuvre d’Esquirol qui n’a distingué que cinq types de monomanie : érotique, raisonnante, d’ivresse, incendiaire et homicide. Celle du vol est passée sous silence. Pour le Dr Dubuisson, il ne peut s’agir d’un oubli de la part d’Esquirol : « on en parlait trop autour de lui. J’aime mieux penser qu’il n’y croyait pas10 », écrit-il. La découverte en 1816 de la monomanie du vol, d’abord appelée klopémanie, revient au Dr Matthey. Il désigne sous ce nom « une sorte de vésanie, qui consiste dans un penchant à dérober sans nécessité, sans qu’on y soit porté par le besoin pressant de la misère, suite d’événements fâcheux ou d’une vie déréglée. Cette vésanie est permanente, et non accompagnée de désordre intellectuel11 ». Matthey a donc jeté les bases d’un concept qui, toutefois, ne semble guère avoir eu de consistance légale en termes de circonstance atténuante avant 1840, date à laquelle Marc en propose un développement plus complet12. Il est vrai qu’à la lecture des traités ou des rapports de médecine légale du premier XIXe siècle, la pratique du vol dans sa forme la plus courante et « banale » ne paraît pas être l’une des préoccupations majeures des aliénistes. Bien souvent, si l’acte de déprédation est évoqué, ce n’est qu’à la condition qu’il soit conjugué à d’autres formes de crimes plus violents et « monstrueux ». Les termes de « kleptomanie » ou « monomanie du vol » sont, quant à eux, complètement absents des tables des Annales d’hygiène et de médecine légale13, et, dans les Annales médico-psychologiques, le premier rapport consacré à la kleptomanie date seulement de 1845. En matière de vol, l’opinion des médecins est rarement sollicitée. Cela étant, il ne faudrait pas en conclure que les atteintes aux biens ne retiennent pas l’attention des instances répressives du premier XIXe siècle. La statistique des crimes et des délits révèle, au contraire, l’existence d’une véritable « obsession propriétaire » – « le vol règne sans partage au milieu du siècle14 ». C’est peut-être justement ce qui rend l’approche pathologique du vol délicate ou, du moins, difficile à admettre comme le suppose l’entrée en matière de Marc : « Le vol est un crime si commun […] qu’on hésite au premier abord à admettre des circonstances capables d’exclure la criminalité d’une pareille action15 ». Sous l’entrée « klopémanie » du Dictionnaire des sciences médicales, les réticences et les hésitations face à l’idée d’une « pathologisation » du vol sont exprimées en ces termes : « Mais doit-on faire une espèce de maladie d’un penchant qui résulte, souvent au moins, de l’habitude et d’une mauvaise éducation16 ? ». S’exprime ici la crainte que tous les voleurs « d’habitude » puissent être considérés comme des malades et, par extension, que l’un des socles de la société contemporaine – la propriété – soit fragilisé : « je n’ignore pas combien il faut apporter de réserve lorsqu’on traite une question qui intéresse à un degré si éminent la morale publique et la sûreté des propriétés », déclare ainsi le Dr Girard en 184517.

Illustration 1 : Honoré Daumier, Album des Gens de la Justice, 1845-1846

Illustration 1 : Honoré Daumier, Album des Gens de la Justice, 1845-1846

« - Ce qui m’chiffonne, c’est que j’suis accusé de douze vols !...
- Il y en a douze… tant mieux… je plaiderai la monomanie !.. »
Lithographie, 191 x 237 cm, publiée dans Le Charivari, le 20 juin 1846.

6Dès le départ, la monomanie du vol a donc eu du mal à émerger et à se faire reconnaître tant au niveau des théories médico-psychiatriques qu’au niveau de l’expertise judiciaire ; ce, a fortiori que le concept même de monomanie a subi tour à tour l’hostilité des magistrats et, à partir des années 1850, la défaveur d’aliénistes tels que Falret ou Morel.

Des « voleurs aliénés » aux « aliénés voleurs » : la remise en cause du concept de kleptomanie

7Alors que l’intérêt porté par la société judiciaire à la médecine s’accroît au début du XIXe siècle, la doctrine des monomanies est, pour autant, immédiatement contestée par les magistrats. Ils ne peuvent concevoir de séparation entre la conscience et la volonté. En d’autres termes, les magistrats n’admettent pas qu’une action puisse être à la fois involontaire et consciente, que l’on puisse être malgré soi entraîné à des actes délictueux ou criminels.

  • 18 Laurence Guignard, op. cit., p. 86 et suiv.
  • 19 Louis Delasiauve, « De la monomanie au point de vue physiologique et moral », AMP, 1853, n° 5, p. 3 (...)
  • 20 J. et M. Postel, « Esquirol et la monomanie homicide », Communication présentée à la séance du 16 a (...)

8Leur attachement à la liberté de la volonté explique en partie pourquoi, dans un premier temps, ils se sont opposés à certaines formes de folie partielle, notamment aux monomanies18. Aussi, durant les années 1820, la polémique est vive entre les juristes et les spécialistes des maladies mentales. Animés d’un élan philanthropique, les aliénistes critiquent certaines décisions de justice et tentent d’arracher de la guillotine ceux qu’ils estiment être des monomanes. Les juristes, eux, ne perçoivent dans cette nouvelle doctrine que de sinistres prévisions, à savoir : « les passions transformées en folies ; les crimes d’autant plus excusés qu’ils seraient plus monstrueux ; la morale perdant sa base, la loi sa sanction, la société ses garanties19 ». Le concept de kleptomanie recueille de vifs sarcasmes (voir illustration 1). Le Dr Morel rapporte ainsi qu’un magistrat aurait déclaré : « si les médecins vous disent que l’inculpé a la monomanie du vol, ayez la monomanie de le condamner20 ».

  • 21 Le Dr Georget, médecin-chef à la Salpêtrière, avait commandé une série de dix tableaux à Théodore G (...)

9Cependant, à partir des années 1830, les tensions se calment et certaines idées médicales pénètrent l’univers intellectuel des magistrats et des juges. Reste qu’au moment où Marc publie son travail sur la folie (1840), les magistrats se méfient toujours de la théorie des monomanies impulsives, d’autant qu’ils ont été exaspérés par les prises de positions radicales et l’attitude provocante adoptées à leur égard par le Dr Georget21, un élève de Marc.

Illustration 2 : Théodore Géricault, Le monomane du vol, le fou aliéné ou le cleptomane

Illustration 2 : Théodore Géricault, Le monomane du vol, le fou aliéné ou le cleptomane

huile sur toile, 61.2 x 50.2 cm, Musée des Beaux-arts de Gand, 1822.

  • 22 Idem, p. 253.
  • 23 À notre connaissance, aucune thèse n’a été consacrée à ce sujet précis avant celle de Th. Gorry, so (...)

10Tout en cherchant à nuancer les propos de son disciple qu’il juge exagérés et hâtifs, Marc s’affiche comme l’un des principaux défenseurs de la théorie des monomanies. Aussi consacre-t-il tout un chapitre à la kleptomanie qu’il définit comme la « propension instinctive, irrésistible au vol […] ; propension presque toujours permanente, qui porte celui qui en est atteint, à s’emparer furtivement d’objets, qui sont la propriété d’autrui22 ». L’objectif de Marc n’est pas de se livrer à des discussions théoriques sur ce « singulier penchant », mais simplement de démontrer l’existence de la monomanie du vol à partir de quatorze observations, dont six sont empruntées à l’ouvrage de Matthey. Celles-ci montrent des personnes (dans la plupart des cas, des femmes) occupant une position sociale élevée, de bonne moralité, et ne pouvant s’empêcher de voler des objets dont la valeur est généralement dérisoire en comparaison de leur état de fortune. En matière de kleptomanie, l’étude de Marc constitue une référence rare et incontournable23. Toutefois, vers les années 1850, elle éprouve des attaques venues, cette fois-ci, de l’intérieur de la corporation psychiatrique, remettant complètement en cause la doctrine des monomanies, alors même qu’elle devient progressivement « à la mode » et s’implante dans les prétoires.

  • 24 Jean-Pierre Falret, De la non-existence de la monomanie, Paris, Rignoux, 1854 ; Jean-Auguste Bariod (...)
  • 25 On retrouve également la question du « pouvoir » de la volonté et de ses limites dans le grand déba (...)
  • 26 Jean-Claude Caron, op. cit., p. 233.
  • 27 Idem.
  • 28 Jean-Auguste Bariod, op. cit., p. 8.
  • 29 Louis Delasiauve, op. cit., p. 364.
  • 30 Th. Gorry, op. cit.
  • 31 Idem, p. 10.
  • 32 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 125.

11En effet, au mitan du XIXe siècle, les aliénistes effectuent un tournant décisif dans leur approche des maladies mentales. Rejetant le concept de monomanie, ils passent de la figure du « criminel aliéné » à celui de « l’aliéné criminel ». Les critiques les plus vives émanent de la dernière génération des élèves d’Esquirol : Falret, Bariod (élève du précédent) et Morel24. Tout en reconnaissant l’existence et les traits distinctifs de la folie partielle et du délire général, certains médecins rejettent l’idée qu’un trouble morbide puisse exister dans les sentiments sans altérer en même temps le jugement dans son ensemble. La réunion de toutes les manifestations de la déraison dans une seule et même maladie (kleptomanie, pyromanie, etc.) soulève de plus en plus de problèmes. En filigrane, c’est la question de la solidarité des facultés qui est de nouveau posée, l’épicentre restant la « volonté »25. Est-il possible de séparer l’intelligence de la volonté ? Autrement dit, est-il envisageable qu’une seule faculté (intellectuelle, affective, instinctive) soit touchée indépendamment des autres ? Pour Falret et Morel, la réponse est négative, ils sont partisans de la solidarité des facultés, ce qui les conduit à invalider complètement la doctrine esquirolienne. Ainsi, durant tout le XIXe siècle, la polémique sur la monomanie instinctive et ses différentes déclinaisons (monomanie homicide, monomanie suicide, kleptomanie, pyromanie, dipsomanie, etc.) tourne autour d’une alternative : « symptôme ou maladie, ce qui pose le problème de son autonomie26 » , à laquelle s’ajoute également la question de l’origine : « mentale ou physique, ce qui module la nature de son traitement27 ». Pour Bariod, quelle que soit la forme de monomanie instinctive envisagée, la conclusion est la même : cette théorie « ne peut se justifier28 ». Sur le même ton, Delasiauve ajoute un an plus tard : « Laissons donc la monomanie à l’histoire […], pomme de discorde entre les aliénistes et les magistrats »29. Dans la deuxième moitié du XIXe siècle, cette cause semble partagée par une majorité d’aliénistes. Nombreux, donc, sont ceux qui excluent formellement la possibilité d’une unité du délire dans l’aliénation mentale. En 1879, Th. Gorry soutient ainsi une thèse de doctorat en médecine intitulée : Des aliénés voleurs : non existence de la kleptomanie et des monomanies en général comme entité morbide30. Selon lui, la kleptomanie pure n’existe pas. Les malades poussés à la déprédation existent dans toutes les variétés de l’aliénation : « le vol chez les aliénés – précise-t-il – se rencontre dans l’hystérie, la folie circulaire ou à double forme, l’épilepsie, la démence, l’imbécilité, chez les femmes enceintes, dans la paralysie générale31 ». On peut s’étonner que Gorry ait choisi de consacrer son doctorat à la démonstration d’une théorie faisant déjà largement consensus dans la corporation psychiatrique. Même s’il ne le dit pas explicitement dans sa thèse, sa démarche ne saurait être étrangère à ce qui se déroule au même moment dans l’enceinte des tribunaux. Avec la naissance des grands magasins, les instances judiciaires sont de plus en plus occupées par des vols « sans mobile » ou irrationnels. Or, la théorie des monomanies, certes globalement rejetée par les spécialistes, reste tout de même présente dans l’espace culturel sous et surtout après le Second Empire, car largement vulgarisée. Comme l’explique Frédéric Chauvaud, « elle a pénétré en profondeur l’univers intellectuel des notables qui, pour l’essentiel, composent les jurys32 ». Gorry rédige donc sa thèse dans une période où la justice paraît particulièrement réceptive au concept de kleptomanie. Pour conduire sa démonstration, il s’appuie, au même titre que ses confrères, sur de minutieuses observations médicales d’accusés de vols, suivant des techniques qui ont toutefois évolué en fonction des découvertes cliniques du XIXe siècle.

Repérer les vols « maladifs ». L’expertise médico-légale de la kleptomanie au XIXe siècle

12Lorsque des doutes existent sur l’état mental d’un accusé, seuls les magistrats détiennent le pouvoir de faire intervenir un médecin pour mettre en application l’article 64 du Code pénal. Dans ce cas, l’expert doit procéder à l’examen le plus complet possible de l’individu pour, d’une part, déterminer si la folie est oui ou non tangible, et, d’autre part, poser un diagnostic.

Des vols « saugrenus » suscitant l’incompréhension

  • 33 Laurence Guignard, op. cit., p. 127.
  • 34 « Accès de delirium tremens – Vol, incendie et double assassinat », AMP, Paris, Masson, 1847, n° 9, (...)

13Soulignons d’abord qu’au début du XIXe siècle, le vol est sévèrement réprimé par la justice. Considéré comme une atteinte intolérable à la « sacro-sainte » propriété et à l’ordre social, il ne suscite guère l’indulgence des magistrats et des juges. De fait, la question de la folie se noue plutôt autour des crimes contre les personnes qu’autour des crimes contre les biens. En effet, à la lecture des rapports publiés dans les revues spécialisées de médecine légale, il apparaît que les médecins sont rarement invités à se prononcer sur l’état mental des « petits » voleurs qui encombrent les prétoires. Comme le note Laurence Guignard à propos de la criminalité féminine, si les « crimes graves tendent à s’associer spontanément à la folie, l’hypothèse du danger qui touche aux atteintes aux biens pèse au contraire en faveur de la condamnation, et donc de la responsabilité. Le vol […] laisse peu de place à l’examen de l’intériorité morale de l’accusée »33. Une remarque également valable pour les hommes. Par ailleurs, comme précisé en amont, l’action frauduleuse est généralement abordée dans le cadre d’une série d’autres atteintes (exemple : « vol, incendie et double assassinat34 »).

  • 35 Patricia O’Brien, op. cit., p. 70.
  • 36 Charles Chrétien Henri Marc, op. cit., p. 248.

14Néanmoins, dans le tournant des années 1830-1840, certains cas de soustractions retiennent l’attention des magistrats au moment même où les aliénistes cherchent à définir les éléments permettant de repérer les vols « maladifs ». Précurseur en la matière, Matthey définit la « klopémanie » comme un délire ou une obsession portant sur un objet souvent insignifiant et de peu de valeur35. Cette approche restant très évasive, Marc s’attache à développer les critères d’appréciation de la kleptomanie. Selon lui, il existe plusieurs indices qui invitent à être attentif à l’ensemble de la situation intellectuelle d’un inculpé. Premièrement, il importe de prendre en compte sa position sociale, sa moralité et la valeur de l’objet soustrait ; et, deuxièmement, d’en examiner la qualité. « Plus le but du vol dépend d’un goût à la fois bizarre et passionné, plus la valeur de l’objet soustrait est au-dessous de la fortune du voleur36 », et plus il convient de s’inquiéter de l’état mental de son auteur. Ainsi Marc prend-t-il notamment pour exemple le cas d’un médecin instruit dont la manie consistait uniquement à voler des couverts de table. Viennent ensuite des considérations touchant à l’attitude du voleur au moment même des faits. Pour Marc, certaines réactions sont tout à fait révélatrices d’un dérangement mental : l’aveu spontané du voleur, la restitution de l’objet volé, le dédommagement précipité du tort causé ou encore le mépris de l’objet dérobé, constituent autant d’indices pouvant servir à constater la monomanie du vol. À partir de là, il faut interroger, comme pour toutes les autres formes de monomanie, les dispositions héréditaires ou familiales et les antécédents de l’inculpé, puis rechercher des causes physiologiques pouvant influer sur la folie telles que la puberté, la menstruation, la lactation, la grossesse, la ménopause, les hémorroïdes, etc. Posées par Marc, ces bases vont trouver un écho particulièrement fort dans l’imaginaire social du second XIXe siècle et dans les tribunaux de la Belle Époque – les voleurs/voleuses des grands magasins correspondant globalement au portrait du kleptomane bâti dans la première moitié du XIXe siècle. Or, entre temps, les théories et les pratiques de l’expertise ont notablement évolué au sein du corps médical en raison notamment du rejet de la doctrine des monomanies. Grosso modo, pour les aliénistes de la « première génération », l’expertise médicale doit permettre de déterminer si les vols reprochés sont symptomatiques d’une kleptomanie, tandis que pour ceux de la « deuxième génération », il s’agit plutôt de chercher quelle maladie se cache derrière le « singulier penchant » au vol d’un inculpé.

Le temps de l’observation médicale

  • 37 L’évolution des techniques d’expertise dépend aussi des mutations opérées du côté de l’institution (...)

15Conditionnée par des mécanismes engendrés par l’institution judiciaire, l’expertise médicale vise principalement à évaluer le degré de responsabilité de l’auteur de l’acte. Dans cette perspective, les aliénistes se livrent à un décryptage minutieux de l’intériorité mentale de l’inculpé ; ce, en s’appuyant sur une sorte de « grille d’évaluation » dont le modèle a plus ou moins changé en fonction de l’état des connaissances et des mouvances psychiatriques37.

  • 38 « Kleptomanie… », op. cit., p. 236-247.
  • 39 Idem, p. 241.

16En 1845, le Dr Ferrus est invité à donner son avis sur l’état mental de Madame M., poursuivie par le ministère public et condamné « par défaut » à 13 mois d’emprisonnement et 25 francs d’amende pour différents vols, dont celui d’une pièce d’étoffe chez un marchand. Pour diagnostiquer la kleptomanie de la prévenue, Ferrus s’efforce d’apprécier toutes les circonstances au milieu desquelles l’acte incriminé a été commis. Soulignant en amont la « bizarrerie de l’action qu’on lui impute »38, il opère un récit aussi détaillé que possible du parcours de l’accusée en mobilisant essentiellement des documents fournis par celle-ci. Les informations recueillies renvoient très largement au modèle d’appréciation de la kleptomanie établi par Marc. Jouissant d’une bonne position de fortune, Madame M. est reconnue, dans ses intervalles lucides, pour sa moralité, sa bonté et sa générosité. Elle se dit irrésistiblement poussée au vol, mais également animée de remords : « je sais bien que je fais mal, disait-elle, mais c’est plus fort que moi, je ne puis m’en empêcher »39. À cela s’ajoutent de nombreux antécédents et dispositifs familiaux : une tante aliénée, un oncle suicidé, une cousine hystérique, une enfance troublée par d’incessants cauchemars et des convulsions avec délire, une menstruation irrégulière et douloureuse depuis sa puberté, des grossesses et des accouchements difficiles, un tempérament « nerveux-sanguin »... Tous ces indices sont répertoriés et présentés de telle manière que tout porte à croire, selon l’aliéniste, que Madame M. est bien atteinte de kleptomanie et qu’elle ne peut, par conséquent, supporter la responsabilité de ses larcins.

  • 40 À partir des années 1850, les magistrats sont moins réticents à fournir des informations du dossier (...)
  • 41 Concept développé par le Dr Falret pour désigner une « forme de maladie mentale caractérisée par la (...)
  • 42 Jean-Claude Caron, op. cit., p. 246.
  • 43 « Rapport médical sur l’état mental de Dugout (Caroline), accusée de vol », AMP, Paris, Masson, 185 (...)

17Avec le temps, le travail du médecin légiste s’alimente de nouvelles méthodes et techniques. Une surveillance médicale rapprochée complète l’analyse du dossier d’instruction où sont contenus les témoignages de l’entourage et l’interrogatoire de l’accusé, recueillis par le juge d’instruction40. L’observation directe du patient permet à l’aliéniste de repérer plus facilement, par exemple, les cas de « folie circulaire »41 ou de simulation. De plus, comme le souligne Jean-Claude Caron à propos de la pyromanie, « certains aliénistes vont plus loin, exploitant les écrits des aliénés dont il ont la charge ou même leur demandant de faire par écrit le récit de leur crime42 ». Du côté du vol, c’est notamment le cas dans l’affaire Dugout. En 1852, le juge d’instruction de Nancy demande un rapport au Dr. Morel sur une jeune femme de bonne éducation, Caroline Dugout, accusée de multiples vols. Soumise à l’observation du médecin pendant treize jours, celui-ci parvient à déceler des signes de folie chez sa patiente, moins à travers ses actes ou ses paroles que par l’exploitation de ses écrits. Il y découvre qu’elle s’imagine être recherchée en mariage et aimée d’un homme dont elle est amoureuse. Morel en conclut qu’elle est atteinte d’un délire érotico-religieux et qu’elle commet des actes de vol et de destruction comme elle pourrait tout aussi bien mettre le feu à sa maison. Selon lui, les actes de Caroline Dugout ne présentent pas une « irrésistibilité pour tel ou tel phénomène de perversité » (autrement dit, il ne s’agit pas de kleptomanie), mais « ils sont tous frappés au coin de la démence43 ».

  • 44 Marc Renneville, op. cit., p. 157.

18La théorie de la dégénérescence mentale formulée par Morel dès 1857 amène les aliénistes à se préoccuper de plus en plus de l’historique personnel et familial de l’inculpé. Il s’agit de repérer à la fois les stigmates intellectuels et moraux du patient (généalogie de la folie) et ses défectuosités physiques (description minutieuse du faciès et du crâne) ; ce que Morel nomme les « stigmates de l’hérédité »44. Avec cette clinique, Morel a cherché à dénouer les tensions entre les médecins et les magistrats, nées de la doctrine des monomanies ; ce qui n’a pas permis, pour autant, de tout clarifier. La question du diagnostic et de la responsabilité reste toujours autant, si ce n’est plus, problématique.

Le temps de la conclusion médicale

19Le travail des médecins doit permettre d’établir à la fois la responsabilité de l’inculpé et la nature de la maladie, si maladie il y a. La charge pesant sur les médecins légistes est donc de taille comme le confie Boy de Loury en 1848 :

  • 45 « Observation de folie instantanée chez les personnes inculpées de vol, par le docteur Boys de Lour (...)

« Rien de plus difficile que la conduite des médecins légistes dans certaines questions judiciaires. Placés dans l’alternative de laisser condamner un malheureux qui, ne jouissant point de son libre arbitre, était incapable de juger l’action criminelle dont il est accusé, ou d’accorder le droit d’impunité à une simulation adroitement jouée, il leur faut avoir recours aux plus minutieuses recherches pour arriver à la connaissance de la vérité. Cette question, d’une haute gravité quand il s’agit d’un crime, n’offre pas moins de difficulté pour des actions qui rentrent dans le cercle des mauvais penchants les plus habituels, le vol, par exemple45 ».

20Soucieux de faire reconnaître leur science, les aliénistes sont donc particulièrement vigilants face aux simulations de folie. Chacun s’accorde à dire que l’un des principaux indices de la « supercherie » réside dans l’exagération de la folie par l’accusé. Il se produit une sorte d’inversion des rôles : tandis que le « vrai » malade ne veut pas s’admettre comme tel, le simulateur se dit hautement atteint. Ainsi, en 1866, le Dr Combes ne reconnait pas de folie chez Baptiste Blanc, accusé de vols d’argent, alors que celui-ci répond de travers à toutes les questions qui lui sont posées :

« Votre nom ? – Blanc et noir.

Répondez sérieusement. – Blanc, Baptiste.

Votre état ? – Je suis le pape, je vais remplacer le pape.

Mais le pape est à Rome ? – Le pape est en Angleterre, je vais le défendre […]

Quel âge avez-vous ? – Trente ou quarante ans, je ne sais pas.

  • 46 « Rapport médico-légal de Baptiste Blanc, inculpé de vol, par M. le docteur V. Combes », AMP, Paris (...)

Vous mentez, quel âge avez-vous ? – Quarante ou cinquante ans. […]46 »

  • 47 Louis Delasiauve, « De la monomanie… », op. cit., p. 369.
  • 48 « Rapport médico-légal de Baptiste Blanc… », op. cit., p. 362
  • 49 Jean-Claude Caron, op. cit., p.  247.

21Ce n’est qu’à partir du moment où l’état de folie est avéré que le médecin légiste peut envisager de plaider l’irresponsabilité. Certains aliénistes tentent toutefois de contourner cette question qu’ils jugent décalée par rapport aux desseins de leur science. Pour Morel, l’expert n’a pas à se prononcer sur la question de la responsabilité mais doit simplement établir l’état pathologique physique et moral de l’individu. Au reste, pour les aliénistes, la folie n’est pas forcément synonyme d’irresponsabilité : « Tout inculpé d’un crime ou délit doit-il être nécessairement absous par ce seul fait qu’il est atteint d’un délire partiel, idée fixe ou propension instinctive47 ? », s’interroge ainsi, en 1853, Delasiauve. Le Code pénal de 1810 ne retient que l’irresponsabilité de l’accusé au moment de l’infraction. Dans le cadre d’un « délire partiel » ou d’une « folie circulaire », la difficulté est de savoir dans quel état se trouvait l’individu au moment de son forfait (était-il sous l’emprise de sa maladie ?). De plus, des doutes peuvent persister au niveau de la classification nosologique de la folie d’un individu, d’où, dans certains cas, la sollicitation de plusieurs avis de médecin sur un même cas. Les aliénistes procèdent alors souvent par élimination. Pour exemple, dans le cadre de l’affaire Baptiste Blanc, Combes rejette tour à tour l’imbécilité, l’idiotisme, la monomanie du vol, la lypémanie, la manie et finit par conclure que le trouble mental de Blanc n’est assimilable à aucune des affections mentales connues et, par conséquent, qu’il n’est point aliéné48. La question de la responsabilité se heurte donc à de multiples considérations (rôle du médecin, nature de la maladie, doctrine pénale, etc.). Au total, l’impression d’un « bric à brac » expertal domine à la lecture des études de médecine légale du XIXe siècle. En fait, on s’aperçoit que la volonté des spécialistes est surtout « de faire correspondre le cas étudié avec une théorie préexistante49 », ou encore de présenter des cas de telle manière qu’ils permettent de réfuter une autre théorie. Ainsi Th. Gorry conduit-il, en 1879, ses observations de façon à démontrer que la kleptomanie pure n’existe pas.

22Reste toutefois une question sur laquelle les médecins semblent globalement s’être accordés au cours du XIXe siècle : celle de l’influence des spécificités physiologiques de la femme dans le passage à l’acte déviant. Une question à laquelle magistrats et aliénistes sont particulièrement confrontés lorsque qu’émerge, à partir du Second Empire, la figure de la « voleuse des grands magasins ».

Prédisposées au vol ? Le cas des femmes voleuses

23Au cours du XIXe siècle, la déviance féminine, notamment acquisitive, fait l’objet de nombreux discours médicaux et judiciaires répondant, en partie, au besoin de justifier des comportements contraires au statut dévolu aux femmes, et plus encore peut-être aux femmes « bourgeoises », par une société patriarcale.

Des particularités physiologiques poussant au vol : « folie pubertaire », « folie menstruelle », « folie de grossesse », etc.

  • 50 Parmi d’autres, voir notamment l’ouvrage collectif de Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle P (...)
  • 51 Laurence Guignard, op. cit., p. 120.
  • 52 Denis Beliveau, Les révoltes frumentaires en France dans la première moitié du XIXe siècle. Une ana (...)
  • 53 Laurence Guignard, op. cit., p. 127.

24Le fait que les femmes bénéficient, au cours du XIXe siècle, d’un traitement juridique différencié des hommes, caractérisé par une retenue voire une bienveillance des magistrats, n’est plus à démontrer. Nombreux, en effet, sont les travaux historiques attentifs à l’évolution du rôle et du statut des femmes dans la société50, ayant mis en lumière les mécanismes d’indulgence judiciaire et sociétale dont elles font alors l’objet. Intéressant la question des modèles sociaux en vigueur, la déviance féminine s’oppose à la place attribuée aux femmes, confinées dans un rôle de fille, d’épouse ou de mère qui exige d’elles « une douceur et une passivité qui, de plus en plus, sont conçues comme naturelles, et font de la violence féminine, une violence scandaleuse51 ». De fait, celle-ci est volontairement filtrée tant au niveau de la sphère privée que publique. En effet, d’un côté, on note l’existence d’un système de régulation infrajudiciaire de la déviance féminine, particulièrement perceptible dans les archives judiciaires (interrogatoires et dépositions de témoins) relatives à des affaires de vols. De l’autre côté, on constate que les magistrats ont fréquemment recours au non-lieu ou à l’acquittement – une clémence appelée, selon eux, par l’« exaspération naturelle », l’inexpérience, la crédulité, l’égarement des plus exaltées des femmes52 ; autrement dit, par leurs prédispositions physiologiques. Il s’agit là d’un discours connu et rassurant car il contribue à atténuer l’idée, inadmissible pour l’époque, d’une violence féminine volontaire. Toutefois, il est à noter – avec Laurence Guignard – que parmi l’ensemble de la criminalité féminine, le soupçon de dysfonctionnement ou d’aliénation mentale chez la femme « se tourne plus volontiers vers la criminalité de sang, en particulier l’homicide, et après 1840, l’incendie » que vers les atteintes aux biens53. Circonscrite à la première moitié du XIXe siècle, cette remarque peut même dépasser, nous semble-t-il, la question du genre et s’appliquer à l’ensemble du traitement judiciaire de la délinquance acquisitive. Masculin ou féminin, le vol est rarement envisagé sous le prisme de la folie (ce qui est quelque peu différent à la fin du siècle, comme nous le verrons). Cependant, cela n’a pas empêché les aliénistes d’opérer dès le début du siècle, comme ils l’ont fait pour l’incendie ou l’infanticide, un rapprochement entre la soustraction frauduleuse et les particularités physiologiques de la femme. Selon eux, certaines étapes de sa vie biologique constituent des périodes critiques au cours desquelles la liberté morale est susceptible d’être pervertie. Ainsi, la puberté, la menstruation, la grossesse, la lactation, la ménopause seraient autant de facteurs capables de provoquer et d’expliquer l’action criminelle chez la femme. Les aliénistes examinent donc constamment le rapport entre ces phénomènes naturels et le passage à l’acte.

  • 54 « Kleptomanie… », op. cit., p. 232.
  • 55 Benedict-Auguste Morel, Traité théorique et pratique des maladies mentales : considérées dans leur (...)

25L’influence des règles sur le comportement est probablement l’élément le plus fréquemment souligné. On lui attribue régulièrement le rôle de déclencheur de l’état pathologique. Par exemple, dans le cas de Madame M. – affaire évoquée précédemment –, le Dr Girard précise que « le premier écoulement menstruel s’accompagna d’attaques de nerfs avec perte de connaissance » et que, depuis, la menstruation est « annoncée par des maux de tête, des brisements et des douleurs dans les membres, des bizarreries dans le caractère et dans les goûts54 ». Ce fut dans une de ces périodes, ajoute-t-il, qu’au mois de février 1843, Madame M. déroba chez un marchand un coupon de dentelle, une paire de gants et un ruban de dentelle. Sujet récurrent dans les rapports de médecine, l’apparition, la suppression temporaire ou définitive et l’irrégularité de la menstruation seraient à la base d’une des névroses les plus fréquemment rencontrée chez les femmes : l’hystérie. Exclusive au sexe féminin, l’hystérie règne pendant la période utérine de la vie. Morel affirme qu’elle peut être à l’origine de la production d’actes insensés caractérisés sous le nom de monomanie incendiaire, d’homicide et de kleptomanie55. En clair, l’hystérie est la maladie, la monomanie est le symptôme, et les règles sont le point de départ de la maladie.

  • 56 Louis-Victor Marcé, Traité de la folie des femmes enceintes, des nouvelles accouchées et des nourri (...)

26L’état de grossesse fait également l’objet d’une attention particulière des aliénistes. Celui-ci est reconnu pour provoquer des désirs irrésistibles pouvant se manifester entre autre par des vols portant bien souvent sur des denrées alimentaires, et plus rarement sur de l’argent ou des effets de toilette. Marc raconte ainsi le fait d’une dame riche et appartenant à une classe élevée de la société, qui, étant enceinte, déroba une volaille exposée chez un rôtisseur, dans le but d’apaiser le vif appétit que l’odeur et la vue de ce plat avaient développé en elle. Cette idée, passée dans les préjugés populaires, a même été un temps intégrée dans la législation par la loi du 28 germinal an III (avril 1795), ensuite abrogée lors de la rédaction du Code civil. Cette loi voulait qu’une femme prévenue d’un crime emportant la peine de mort, ne pût être mise en jugement avant qu’il eût été vérifié qu’elle n’était pas enceinte56. Le but était de s’assurer de sa présence d’esprit et de protéger l’enfant (éventuellement porté) d’émotions trop vives. S’il est globalement admis que la grossesse ou les suites de couche peuvent agir sur le fonctionnement moral et mental, la question de la responsabilité de la femme enceinte n’est pas, pour autant, résolue. L’état de grossesse suffit-il à déclarer l’irresponsabilité, ou encore, peut-il être invoqué comme circonstance atténuante ?, s’interroge ainsi, en 1858, le Dr Marcé. Pour lui, cela ne va pas de soi car l’état de grossesse pourrait devenir un prétexte grossier pour des femmes enceintes de mauvaise vie ou éducation. Aussi est-il partisan de procéder à un examen médico-légal selon les règles suivies d’ordinaire dans l’étude des monomanies. Et, en premier lieu, il convient d’examiner – comme Marc le préconisait – la nature et les circonstances au milieu desquelles ont eu lieu les vols. La position sociale détermine donc grandement le sort judiciaire de la femme enceinte. Du reste, si l’on se cantonne au phénomène de la déprédation, il semble bien que la discrimination du traitement juridique des femmes voleuses repose plus sur des considérations d’ordre social que sexuel. Une femme pauvre a certainement plus de chance de ne pas être poursuivie ou condamnée qu’un homme en raison d’un ensemble de règlements infrajudiciaires, mais devant la justice et comparée à la « bourgeoise » ou au « bourgeois » voleurs, il n’est pas garanti qu’elle soit plus épargnée qu’un homme.

  • 57 Frédéric Chauvaud, op. cit., note 57 du chapitre VI, p. 266.

27En définitive, si le XIXe siècle manifeste une tendance à la « pathologisation » des « femmes voleuses », il semble cependant qu’elle soit marquée voire conditionnée par l’existence d’une graduation sociale57. Cela est surtout perceptible à l’heure où se multiplient les vols aux étalages dans les grands magasins.

« Je crois que ces dames vous ruinent58 » : naissance des grands magasins et vols aux étalages

  • 58 Émile Zola, Au Bonheur des Dames, Paris, Le Livre de Poche, 1998, p. 334

28Le Second Empire voit le développement des grands magasins dont les plus connus dans la capitale sont Le Bon Marché (souvent considéré comme le premier grand magasin créé au monde, 1838), les Grands Magasins du Louvre (1855), le Bazar de l’Hôtel de Ville (1855), le Printemps (1865) et la Samaritaine (1870).

  • 59 Pamela Pilbeam, « Bourgeoisie », in John Merriman, Jay Winter (dir.), Europe 1789-1914: Encyclopedi (...)
  • 60 Alexandre Lacassagne, « Les Vols à l’étalage et dans les grands magasins », Revue de l’Hypnotisme e (...)

29Élément fondamental de la modernité, leur apparition s’accompagne d’une recrudescence de vols dont les auteurs sont majoritairement des dames bourgeoises, attirées par la sécurité, la respectabilité, le confort, la propreté et l'élégance de bâtiments bien éclairés et adaptés59. Ce phénomène n’est pas sans retenir l’attention des hommes de loi et de médecine, en particulier à partir des années 1875 ; époque où le vol à l’étalage et dans les magasins est de plus en plus considéré comme une véritable « épidémie », un « phénomène social »60.

Illustration 3 : Felix Valloton, Le Bon Marché

Illustration 3 : Felix Valloton, Le Bon Marché

estampe, Bibliothèque Nationale de France, 1893.

  • 61 Ludger Lunier, « Des vols aux étalages et dans les magasins », AHPML, J.-B. Baillière, n° 6, 1881, (...)
  • 62 Th. Gorry, op. cit., p. 8.
  • 63 Idem, p. 165.

30Ainsi, en 1880, le Dr Lunier présente devant la Société de Médecine légale de France une communication intitulée : « Des vols aux étalages et dans les magasins61 ». Alors que Th. Gorry soutenait un an plus tôt que la kleptomanie pure n’est qu’un « mythe »62, Lunier, lui, se fait plus modéré en admettant « l’extrême rareté de véritable kleptomanie ». Il déclare n’avoir conservé le souvenir que de deux cas (sans autre signe de maladie mentale) dans toute sa carrière63. Prudente, cette déclaration n’en dévoile pas moins l’existence d’une résistance du champ de la monomanie et de doutes persistants quant à la définition de la kleptomanie et de ses délimitations. Au reste, en vue de sa communication, Lunier s’est attaché à redéfinir la question à l’ordre du jour de la séance qui était intitulée : « Des voleuses dans les grands magasins ». Car, selon lui, ces cas de vols ne sont pas l’apanage des femmes ; quelques-uns – explique-t-il – sont aussi imputables à des hommes. Cette « anecdote » traduit assez bien l’existence d’un partage sexuel de la criminalité et des maladies mentales. N’en déplaise à Lunier, à la fin du XIXe siècle, le concept de kleptomanie est largement remobilisé et féminisé. Engendrant une décriminalisation au profit d’une « pathologisation » des femmes voleuses (de plus en plus présentes dans les statistiques judiciaires aux dépens du « chiffre noir » de la sphère privée), son évocation offre aux magistrats la possibilité d’une indulgence judiciaire, surtout opérante à l’égard de la « bourgeoise ». Dans ce contexte, il se produit donc une certaine redéfinition de la notion de kleptomanie. Peu à peu, elle renvoie exclusivement aux vols commis dans les grands magasins et devient un symptôme spécifique du sexe féminin. On la retrouve également sous le terme variant de « magasinite », désignant plus spécifiquement la manie des vols dans les magasins.

  • 64 Traduction personnelle : “372 books were published about women including 149 devoted to their illne (...)

31Etudiée sous le prisme des « défaillances » féminines, la kleptomanie devient surtout un objet textuel à partir des années 1880-1890, et plus encore durant la décennie suivante au cours de laquelle – selon Susanna Barrows – environ « 372 ouvrages furent publiés sur les femmes dont 149 consacrés à leurs maladies et à leur hygiène64 ». Par ailleurs, cette conception intègre largement les représentations populaires par le biais notamment de la littérature. La figure des « voleuses de grands magasins » s’insère dans l’univers romanesque. Le plus célèbre portraitiste en est Émile Zola avec son Au Bonheur des Dames publié en 1883, un ouvrage caractérisant à la fois la puissance des grands magasins et les « faiblesses » des femmes. L’infériorité du sexe féminin face aux tentations est une idée traversant aussi bien les discours littéraires que judiciaires ou médicaux. En raison de ses particularités physiologiques, la femme serait moins résistante et se laisserait plus facilement séduire car mentalement plus fragile et instable. Soulignons, par ailleurs, que le lien établi entre le vol et la femme est ancien : il renvoie au récit biblique de la tentation d’Ève. Ici, le serpent est le grand magasin : « la manière dont est organisée la tentation dans le grand magasin passe tout éloge, et Satan n’aurait pas fait mieux », commente le Dr Dubuisson. Dans ce lieu de sollicitation et de liberté, la femme serait donc plus encline qu’un homme à commettre des actes frauduleux. Lacassagne décèle ainsi deux facteurs complémentaires dans ces types de vols, la femme et le magasin :

« D’une part, puisque certaines femmes ne volent que dans les grands magasins, il faut bien admettre que les grands magasins sont pour quelque chose dans l’affaire.

  • 65 Alexandre Lacassagne, op. cit.

Et de l’autre, puisque toute femme qui entre dans un grand magasin n’y vole pas, il faut bien admettre également que la femme qui y vole se trouve dans des conditions spéciales65 ».

32À ces vols en apparence « sans mobile », une explication est donc trouvée, permettant d’atténuer la culpabilité de leurs auteures, voire même de les victimiser. En effet, les discours sur le vol à l’étalage se doublent fréquemment d’une critique des méthodes provocantes employées par les propriétaires des grandes enseignes commerciales. Souvent présentés comme les principaux responsables de cette « épidémie » de kleptomanie, on leur reproche d’entraîner et d’asservir la femme à une envie de consommation à laquelle elle ne peut résister :

  • 66 Émile Zola, op. cit., p. 83

« Au sommet, apparut l’exploitation de la femme. Tout y aboutissait, le capital sans cesse renouvelé, le système de l’entassement des marchandises, le bon marché qui attire, la marque en chiffres connus qui tranquillise. C’était la femme que le magasin se disputait par la concurrence, la femme qu’ils prenaient au continuel piège de leurs occasions, après l’avoir étudiée devant leurs étalages. Ils avaient éveillé dans sa chair de nouveaux désirs, ils étaient une tentation immense, où elle succombait fatalement, cédant d’abord à des achats de bonne ménagère, puis gagnée par la coquetterie, puis dévorée66 ».

  • 67 Paul Dubuisson, Les voleuses de grands magasins, Paris, A Storck et Cie Éditeurs, 1902, p. 227.
  • 68 « La revanche des kleptomanes », Le Rappel, samedi 3 mai 1913, n° 15785.
  • 69 Traduction personnelle : « départment stores actively suppressed information on thefts out of fear (...)
  • 70 Traduction personnelle : « the stores, the courts, and the legal and medical professions sought to (...)

33Dans son étude sur Les voleuses de grands magasins, le Dr Dubuisson plaide ainsi clairement en faveur de la décharge des accusées. Selon lui, ces voleuses sont majoritairement des femmes malades (souvent en proie à l’hystérie), attirées dans un « piège » développant en elles un irrésistible penchant au vol. Aussi conclut-il : « nous verrions sans alarme […] que police et justice se montrassent d’une indulgence toute maternelle envers les coupables67 ». Quelques années plus tard, le Dr Ballet va plus loin. Dans une communication datée de 1913, il soutient l’idée que les kleptomanes devraient pouvoir s’en prendre « à leurs provocateurs et demander des dommages et intérêts68 ». On comprend alors pourquoi, de leur côté, les grands magasins ne se vantaient guère des actes répréhensibles se commettant sous leur toit. Ils avaient tendance à cacher les statistiques des vols : « les magasins supprimaient activement les informations relatives aux vols de crainte que leur publicité impacte défavorablement les ventes69 ». Ils ne souhaitaient pas apparaître comme des centres d’activités criminelles. Au total, souligne Patricia O’Brien, « les magasins, les tribunaux, les professions légales et médicales ont cherché à protéger du minutieux regard public beaucoup d’individus arrêtés, particulièrement s’ils étaient des femmes respectables de la bourgeoisie70 ». Telle qu’elle est conçue sous la IIIe République, la kleptomanie ou « magasinite » sert donc les intérêts d’une société bourgeoise et patriarcale dans laquelle la violence féminine volontaire reste impensable.

34En définitive, si la kleptomanie a eu du mal à émerger au cours du premier XIXe siècle, elle s’est finalement solidement implantée dans l’univers culturel du second XIXe siècle.

35Conceptualisée plus tardivement que d’autres formes de monomanie (rappelons qu’Esquirol la passe sous silence), elle occupe également une place très limitée dans le domaine des expertises médico-légales de la première moitié du XIXe siècle. Les aliénistes sont rarement invités à donner leur avis sur des cas de vols. À cela existent plusieurs explications. Les actes de déprédation attisent rarement l’indulgence des magistrats et, par conséquent, la folie n’est pratiquement jamais suspectée pour ce type d’atteinte. De plus, le concept de kleptomanie se heurte, dès le départ, à des considérations d’ordre moral. Du côté des magistrats comme des aliénistes, il a immédiatement éveillé des craintes quant au respect de l’ordre social et de la propriété. Enfin, si la monomanie du vol bénéficie de travaux plus consistants à partir des années 1840, elle est rejetée par les spécialistes des maladies mentales à partir des années 1850. Du statut d’entité morbide, elle passe à celui de symptôme, ce qui engendre une évolution notoire des méthodes de diagnostic.

  • 71 André Antheaume, Le Roman d’une épidémie parisienne. La kleptomanie ?, Paris, Impr. J. Dumoulin, 19 (...)

36Cela étant, le concept de kleptomanie est très tôt assimilé au sexe féminin et porteur d’une discrimination sociale. L’attention est, en premier lieu, portée sur des individus issus de la classe « supérieure ». Ce sont sous ces traits que l’on retrouve ce concept dans les dernières décennies du XIXe siècle. Avec la naissance des grands magasins et l’augmentation des vols aux étalages, il connaît une « seconde existence » en occupant désormais une place importante dans les prétoires et la psychiatrie médico-légale. On assiste dès lors à une progressive « pathologisation » des voleuses, mais seulement ou au moins en grande partie de celles issues de la classe aisée. Ainsi défini, le recours au concept de kleptomanie apparaît comme un moyen d’atténuer des anxiétés sociales liées à l’émergence de la femme dans la sphère publique et à l’évolution de la culture de consommation. En cela, son histoire est porteuse de nombreux enseignements sur l’évolution de la place des femmes dans la société et sur cette dernière en général. Elle mériterait donc d’être approfondie et poursuivie. Dans cette perspective, indiquons simplement que l’entre-deux-guerres est une période marquée par des prises de position bien moins indulgentes et plus radicales, dénonçant à la fois les abus d’un concept pourvoyeur de « faux malades » et l’absence d’effets des sanctions judiciaires pour endiguer « l’épidémie kléptomaniaque »71.

Haut de page

Notes

1 Charles Chrétien Henri Marc, De la folie : considérée dans ses rapports avec les questions médico-judiciaires, Paris, J.-B. Ballière, 1840, vol. 2, p. 247.

2 André Matthey, Nouvelles recherches sur les maladies de l’esprit, précédées de Considérations sur les difficultés de l'art de guérir, Paris, J.-J. Paschoud, 1816.

3 L’histoire de la kleptomanie ne compte pas de nombreuses études. On peut toutefois se référer à quelques articles anglophones et à une thèse de médecine française : Elaine S. Abelson, « The Invention of Kleptomania », The University of Chicago Press, 1989, vol. 15, n° 1, p. 123-143 ; Patricia O’Brien, « The Kleptomania Diagnosis : Bourgeois Women and Theft in Late Nineteenth-Century France », Journal of Social History, 1993, vol. 17, n° 1, p. 65-77 ; Daisy V. Dominguez, « Manufacturing Kleptomania : the Social and Scientific Underpinnings of a Pathology », Madison Historical Review, 2009, vol. 6, [En ligne], URL : http://commons.lib.jmu.edu/cgi/viewcontent.cgi?article=1026&context=mhr, Consulté le 15 octobre 2014 ; Rosemary A. Peter, « Out of the Shadows, Into the Shops. Theft, Gender, and Object Relations », in Stealing Things. Theft and the author in nineteenth-century France, Lexington, Lexington Books, 2013, chapitre V, p. 193-245 ; Stéphane Marchovitch, Évolution historique du concept de kleptomanie, Nancy, université de Nancy 1, 1996.

En revanche, l’histoire de la folie et de la médecine légale bénéficie de plusieurs travaux universitaires. Pour ne citer que quelques références : Michel Foucault, Folie et déraison. Histoire de la folie à l’âge classique, Paris, Plon, 1961 ; Marc Renneville, Crime et folie. Deux siècles d’enquêtes médicales et judiciaires, Paris, Fayard, 2003 ; Frédéric Chauvaud, Les experts du crime. La médecine légale en France au XIXe siècle, Paris, Aubier, 2000 ; Jean-Claude Caron, Les feux de la discorde. Conflits et incendies dans la France du XIXe siècle, Paris, Hachette, 2006 ; Laurence Guignard, Juger la folie. La folie criminelle devant les Assises au XIXe siècle, Paris, PUF, 2010.

4 Émile Zola, Au Bonheur des Dames, Paris, G. Charpentier Éditeur, 1883.

5 Frédéric Chauvaud, op. cit., Paris, Aubier, 2000, note 57 du chapitre VI, p. 266.

6 Code pénal de 1810, (texte intégral – État lors de sa promulgation en 1810), [En ligne], URL : http://ledroitcriminel.free.fr/la_legislation_criminelle/anciens_textes/code_penal_de_1810.htm, Consulté le 1er octobre 2014.

7 Jean-Jacques Yvorel, « Incendiaire ou pyromane ? Médecins et juges face à l’incendie volontaire », Revue d’histoire du XIXe siècle, 1996, n° 12, p. 7.

8 Marc Renneville, op. cit., p. 104.

9 Étienne Esquirol, Des maladies mentales considérées sous les rapports médical, hygiénique et médico-légal, Paris, Baillière, 1838, p. 9.

10 Paul Dubuisson, Les voleuses de grands magasins, Paris, A Storck et Cie Éditeurs, 1902, p. 4.

11 Nicolas Philibert Adelon et alii (dir.), « Klopémanie », in Dictionnaire des sciences médicales. T. 27 KAL-LET, Paris, C. L. F. Panckoucke, 1818, p. 10.

12 Patricia O’Brien, « The Kleptomania Diagnosis… », op. cit., p. 70 : « The concept of kleptomania as a legal designation for an extenuating circumstance in the commission of a crime received fuller development in 1840 by Dr Marc, a leading forensic specialist and physician to Louis-Philippe ».

13 On trouve toutefois un article daté de 1838, abordant brièvement la question de la monomanie du vol : « Consultation sur un cas de suspicion de folie ; chez une femme enceinte inculpée de vol. Par MM. Marc et Esquirol. », Annales d’hygiène publique et de médecine légale (AHPML), Paris, J.-B. Baillière, 1838, n° 20, p. 431-456.

14 Michelle Perrot, « Délinquance et système pénitentiaire en France au XIXe siècle », Annales Economies, Sociétés, Civilisations (ESC), 1975-1, vol. 30, p. 75.

15 Charles Chrétien Henri Marc, op. cit., idem.

16 Nicolas Philibert Adelon et alii (dir.), op. cit., idem.

17 « Kleptomanie. Accusation de vol, condamnation par défaut, appel du jugement », Annales médico-psychologiques (AMP), Paris, Masson, 1845, n° 6, p. 232.

18 Laurence Guignard, op. cit., p. 86 et suiv.

19 Louis Delasiauve, « De la monomanie au point de vue physiologique et moral », AMP, 1853, n° 5, p. 354.

20 J. et M. Postel, « Esquirol et la monomanie homicide », Communication présentée à la séance du 16 avril 1988 de la Société française d’Histoire de la Médecine, p. 184, [En ligne], URL : http://www.biusante.parisdescartes.fr/sfhm/hsm/HSMx1988x022x002/HSMx1988x022x002x0181.pdf, Consulté le 2 octobre 2014.

21 Le Dr Georget, médecin-chef à la Salpêtrière, avait commandé une série de dix tableaux à Théodore Géricault, devant représenter les principales formes de monomanie (voir Illustration 2).

22 Idem, p. 253.

23 À notre connaissance, aucune thèse n’a été consacrée à ce sujet précis avant celle de Th. Gorry, soutenue en 1879 : Th. Gorry, Des aliénés voleurs : non existence de la kleptomanie et des monomanies en général comme entités morbides, Paris, A. Parent, 1879.

24 Jean-Pierre Falret, De la non-existence de la monomanie, Paris, Rignoux, 1854 ; Jean-Auguste Bariod, Étude critique sur les monomanies instinctives. Non-existence de cette forme de maladie mentale, Paris, Rignoux, 1852 ; Benedict-Auguste Morel, Traité des maladies mentales, Paris, Masson, 1860 ;

25 On retrouve également la question du « pouvoir » de la volonté et de ses limites dans le grand débat de la fin du siècle sur le « vol de nécessité ». Voir Paul Moriaud, Du délit nécessaire et de l’état de nécessité, Gèneve-Paris, R. Burkhardt/L. Larose et Forcel, 1889.

La question du « primat de l’intention volontaire dans la détermination de nos attitudes et de nos comportements » est centrale dans les sciences humaines du XIXe siècle. Cette question ne relève pas seulement du domaine de la psychologie, elle concerne aussi directement le domaine politique et, plus particulièrement, les modes de gouvernementalité répressifs : « Comment un individu contrôle-t-il ses propres actes ? Comment gouverner un sujet dont on ne sait pas comment il se contrôle lui-même ? ». Voir Marc Reneville, op. cit., p. 62. 

Le droit, dans sa conception classique, est fondé sur l’idée que le sujet responsable est libre de ses actes, ce qui justifie le système pénal. Or, la découverte de la faculté de la volonté déstabilise cette conception du sujet de droit. De fait, le débat sur l’importance du rôle joué par la volonté dans la production des actions immorales est grand ouvert. Voir Dr. E. Billod, « Maladies de la volonté », AMP, Paris, Masson, 1847, n° 10, p. 16.

26 Jean-Claude Caron, op. cit., p. 233.

27 Idem.

28 Jean-Auguste Bariod, op. cit., p. 8.

29 Louis Delasiauve, op. cit., p. 364.

30 Th. Gorry, op. cit.

31 Idem, p. 10.

32 Frédéric Chauvaud, op. cit., p. 125.

33 Laurence Guignard, op. cit., p. 127.

34 « Accès de delirium tremens – Vol, incendie et double assassinat », AMP, Paris, Masson, 1847, n° 9, p. 423-424.

35 Patricia O’Brien, op. cit., p. 70.

36 Charles Chrétien Henri Marc, op. cit., p. 248.

37 L’évolution des techniques d’expertise dépend aussi des mutations opérées du côté de l’institution judiciaire vis-à-vis du recours à l’expertise médicale. Sur ce point, nous renvoyons le lecteur aux travaux de Laurence Guignard, et plus particulièrement à l’article suivant : « L’expertise médico-légale de la folie aux Assises, 1821-1865 », Le Mouvement Social, 2011/4, n° 197, p. 57-81.

38 « Kleptomanie… », op. cit., p. 236-247.

39 Idem, p. 241.

40 À partir des années 1850, les magistrats sont moins réticents à fournir des informations du dossier d’instruction. Celles-ci permettent parfois aux aliénistes de découvrir des déterminations héréditaires.

41 Concept développé par le Dr Falret pour désigner une « forme de maladie mentale caractérisée par la reproduction successive et régulière de l’état maniaque, de l’état mélancolique, et d’un intervalle lucide plus ou moins prolongé » ; Jean-Pierre Falret, « Mémoire sur la folie circulaire », Bulletin de l’Académie nationale de médecine, 1853-1854, vol. 19, p. 382-400.

42 Jean-Claude Caron, op. cit., p. 246.

43 « Rapport médical sur l’état mental de Dugout (Caroline), accusée de vol », AMP, Paris, Masson, 1854, n° 6, p. 607 à 613.

44 Marc Renneville, op. cit., p. 157.

45 « Observation de folie instantanée chez les personnes inculpées de vol, par le docteur Boys de Loury. (Numéro de janvier 1847) », AMP, Paris, Masson, 1848, n° 12, p. 134.

46 « Rapport médico-légal de Baptiste Blanc, inculpé de vol, par M. le docteur V. Combes », AMP, Paris, Masson, 1866, n° 7, p. 352.

47 Louis Delasiauve, « De la monomanie… », op. cit., p. 369.

48 « Rapport médico-légal de Baptiste Blanc… », op. cit., p. 362

49 Jean-Claude Caron, op. cit., p.  247.

50 Parmi d’autres, voir notamment l’ouvrage collectif de Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale (XIXe-XXe siècles), Rennes, PUR, 2002 ; et, plus récemment, Karine Lambert, Itinéraires féminins de la déviance, Provence, 1750-1850, Aix-en-Provence, Presses Universitaires de Provence, 2012.

51 Laurence Guignard, op. cit., p. 120.

52 Denis Beliveau, Les révoltes frumentaires en France dans la première moitié du XIXe siècle. Une analyse des rapports de sociabilité, de la distribution des rôles sexuels et de leurs impacts sur la répression des désordres, Thèse d’histoire, Paris, EHESS, 1992.

53 Laurence Guignard, op. cit., p. 127.

54 « Kleptomanie… », op. cit., p. 232.

55 Benedict-Auguste Morel, Traité théorique et pratique des maladies mentales : considérées dans leur nature, leur traitement, et dans leur rapport avec la médecine légale des aliénés, T.2, Paris, J.-B. Baillière, 1852, p. 185.

56 Louis-Victor Marcé, Traité de la folie des femmes enceintes, des nouvelles accouchées et des nourrices : et considérations médico-légales qui se rattachent à ce sujet, Paris, J.-B. Baillière et fils, 1858.

57 Frédéric Chauvaud, op. cit., note 57 du chapitre VI, p. 266.

58 Émile Zola, Au Bonheur des Dames, Paris, Le Livre de Poche, 1998, p. 334

59 Pamela Pilbeam, « Bourgeoisie », in John Merriman, Jay Winter (dir.), Europe 1789-1914: Encyclopedia of Age of Industry and Empire, vol. 1, Detroit, Charles Scribner’s Sons, 2006, p. 288.

60 Alexandre Lacassagne, « Les Vols à l’étalage et dans les grands magasins », Revue de l’Hypnotisme et de la Psychologie Physiologique, 1896, n° 3, p. 76-82.

61 Ludger Lunier, « Des vols aux étalages et dans les magasins », AHPML, J.-B. Baillière, n° 6, 1881, p. 164-186.

62 Th. Gorry, op. cit., p. 8.

63 Idem, p. 165.

64 Traduction personnelle : “372 books were published about women including 149 devoted to their illnesses and hygiene » ; Susanna Barrows, Distorting Mirrors: Visions of Crowd in Late Nineteenth-Century France, New Haven, Yale Univesity Press, 1981, p. 46, cité dans Paticia O’Brien, Idem.

65 Alexandre Lacassagne, op. cit.

66 Émile Zola, op. cit., p. 83

67 Paul Dubuisson, Les voleuses de grands magasins, Paris, A Storck et Cie Éditeurs, 1902, p. 227.

68 « La revanche des kleptomanes », Le Rappel, samedi 3 mai 1913, n° 15785.

69 Traduction personnelle : « départment stores actively suppressed information on thefts out of fear that publicity would adversely affect sales ; Patricia O’Brien, op. cit., p. 66 

70 Traduction personnelle : « the stores, the courts, and the legal and medical professions sought to protect from public scrutiny many of the individuals arrested, especially if they were otherwise respectable bourgeois women » ; Idem.

71 André Antheaume, Le Roman d’une épidémie parisienne. La kleptomanie ?, Paris, Impr. J. Dumoulin, 1925.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Illustration 1 : Honoré Daumier, Album des Gens de la Justice, 1845-1846
Légende « - Ce qui m’chiffonne, c’est que j’suis accusé de douze vols !...- Il y en a douze… tant mieux… je plaiderai la monomanie !.. »Lithographie, 191 x 237 cm, publiée dans Le Charivari, le 20 juin 1846.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Illustration 2 : Théodore Géricault, Le monomane du vol, le fou aliéné ou le cleptomane
Légende huile sur toile, 61.2 x 50.2 cm, Musée des Beaux-arts de Gand, 1822.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3253/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre Illustration 3 : Felix Valloton, Le Bon Marché
Légende estampe, Bibliothèque Nationale de France, 1893.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3253/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lisa Bogani, « Le vol sous l’œil des médecins légistes. Étude du concept de kleptomanie au cours du XIXe siècle », Criminocorpus [En ligne], Folie et justice de l'Antiquité à l'époque contemporaine, Articles, mis en ligne le 09 mai 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3253

Haut de page

Auteur

Lisa Bogani

Lisa Bogani, est doctorante allocataire-monitrice, au Centre d’histoire « Espaces et Cultures », (CHEC, EA 1001), Clermont Université, Université Blaise Pascal. Elle prépare une thèse sous la direction du professeur Jean-Claude Caron sur le phénomène du vol en Auvergne au cours du premier XIXe siècle.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page