Navigation – Plan du site
Présentation du dossier

Histoire des avocats

Marie Houllemare

Texte intégral

Plaidoirie de la première femme avocate en cours d’assises, 25 septembre 1908Afficher l’image
Crédits : France, Paris, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, EST EI-13 (23)

1Ce dossier thématique, qui porte sur la profession d’avocat, est tout­ particulièrement consacré aux ambiguïtés, tensions et contradictions qui traversent son histoire. Pour l’ouvrir, la figure fondatrice de Cicéron s’impose. Celui-ci prononce son premier plaidoyer criminel, le Pro Roscio Amerino, comme défenseur d’un accusé de parricide : le crime, atroce, nécessite une défense exceptionnelle et la victoire est obtenue grâce aux talents oratoires du jeune avocat. Devenu célèbre, Cicéron revient sur cette affaire dans un passage du traité De Officiis (II, 14), occasion pour lui de souligner certains principes du métier d’avocat :

Précepte essentiel ne jamais intenter une accusation grave à un innocent : on ne peut le faire sans crime. […] Si cela est à éviter par-dessus tout, il ne faut pas s'interdire, en revanche, de défendre parfois un coupable, pourvu qu'il ne soit pas un abominable criminel et un impie. […]. Le juge doit, en toute affaire, n'avoir en vue que la vérité, l'avocat peut, à l'occasion, dans sa plaidoirie, s'en tenir au vraisemblable, même quand il diffère du vrai. […]. Il est glorieux surtout - et la reconnaissance due au défenseur en est accrue - de venir au secours d'un accusé qui a contre lui, pour l'accabler, un homme puissant avec toutes les ressources dont il dispose ; c'est ce que j'ai fait en diverses rencontres et en particulier quand, tout jeune, j'ai défendu S. Roscius d'Amérie contre les moyens d'action dont disposait Sylla, maître de Rome. Mon discours, tu ne l'ignores pas, est conservé par écrit1.

2Orateur et auteur à la fois, Cicéron exprime ici plusieurs principes, qui sont des défis constants pour l’avocat : parvenir à défendre par l’éloquence ; à protéger l’innocence contre la tyrannie ; mais aussi garantir à tout accusé, même coupable, le droit à la défense ; présenter une version plausible (et non véridique) des faits ; rechercher la gloire et se faire connaître du public ; craindre d’être taxé de cynisme. Autant d’enjeux pour l’avocat, pris entre la défense de son client, la dynamique de l’institution judiciaire et les intérêts de sa propre carrière. Ce dossier vise donc à explorer ces préoccupations dans des sociétés et des contextes politiques divers.

  • 2 Lucien Karpik, Les avocats. Entre l’État, le public, le marché. XIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, (...)
  • 3 Loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques.

Une première thématique concerne la position sociale et l’exercice du métier d’avocat. Ainsi, dans la France moderne, nombre de personnages se revendiquent avocats en parlement, ce qui atteste d’une qualification. En réalité, peu exercent effectivement : ceux qui gagnent leur vie comme avocats sont qualifiés d’avocats au parlement. Être avocat apparaît comme un carrefour social, tremplin et métier, formation et statut social tout à la fois. La compréhension de ce positionnement socio-professionnel a été profondément renouvelée depuis les travaux importants de Lucien Karpik et de Hervé Leuwers2. La revendication d’une forme particulière de noblesse, mais aussi l’éthique du désintéressement, sont au cœur d’une identité professionnelle et sociale aux contours changeants. La profession se constitue lentement, surtout au cours des XVIe-XVIIIe siècles. La structuration en barreaux est fondamentale dans cette évolution qui fixe progressivement le périmètre d’intervention légitime de l’avocat. Le décret de 1920, par exemple, interdit l’usage du titre à qui n’est pas inscrit à un barreau, mais la loi Macron d’août 2015 a suscité de nouveaux débats sur les contours exacts de la profession d’avocat3. L’opposition entre modèle artisanal et modèle entrepreneurial, proche de celle entre corporate bar et personal legal services bar, polarise en grande partie l’étude du métier au XXe et XXIe siècles. Pourtant, il reste à écrire l’histoire d’autres types d’organisations, telles que le cabinet, les associations ou les services d’office.

La position spécifique des avocats au sein des juristes est une seconde thématique qui demande à être renseignée plus avant. Intermédiaires, voir « traducteurs » du droit, ils entretiennent un rapport complexe aux magistrats ainsi qu’aux auxiliaires de justice. Ils apparaissent essentiellement comme des acteurs urbains du droit, alors que d’autres portent plus souvent dans les espaces ruraux les demandes de justice des justiciables, pas forcément de manière formalisée.

  • 4 Voir Austin Sarat et Stuart Scheingold (dir.), Cause Lawyering: Political Commitments And Professio (...)

3Praticiens, ils peuvent aussi jouer un rôle dans la formalisation juridique et l’évolution législative. La tension entre droit et politique est au cœur de bon nombre de travaux les concernant. Un grand apport vient notamment de la transmission en langue française des thématiques du cause lawyering et des débats qu’elles ont suscité4. Le cause lawyer peut être défini comme celui met son métier d’avocat au service d’objectifs sociaux et politiques, non au service des intérêts exclusifs de ses clients. Dans cette perspective, le renouvellement des problématiques est notamment passé par travers l’étude des avocats engagés à gauche. Cette analyse de la profession par les marges politiques permet de revisiter les liens entre deux questions considérées comme liées et non comme exclusives l’une de l’autre : la relation aux clients d’une part ; l’engagement politique de l’avocat d’autre part. Cependant, le risque de cette approche est de minorer l’apport de la rhétorique dans la compréhension des stratégies de généralisation judiciaire : la figure de l’avocat engagé doit aussi être envisagée comme une forme de mobilisation argumentaire parmi d’autres. L’engagement de l’avocat dans la Cité via sa participation au processus judiciaire est une constante de son métier d’avocat, bien antérieure à l’émergence des stratégies de class actions et au cause lawyering. En effet, les avocats sont avant tous des praticiens de la parole et, pour les plus réputés d’entre eux, de véritables modèles oratoires. L’histoire des grandes figures d’avocats, tels Cicéron, comme le statut de leur parole dans et hors de la procédure, et l’évolution de la rhétorique judiciaire forment donc des angles d’analyse importants. Ils doivent être mis en regard des productions écrites des avocats, dont les formes (mémoires, factums, littérature …) et les usages, tant judiciaires et politiques donnent lieu à des travaux féconds.

4Par ailleurs, si l’engagement politique a une forme d’évidence dans l’identité d’avocat, son engagement économique fait à l’inverse l’objet d’une mise en cause récurrente : la méfiance du client vis-à-vis de l’expertise juridique peut être relayée par les chercheurs, lorsqu’ils soulignent l’importance des barrières symboliques visant à isoler le champ juridique et à affirmer de ce fait, dans le même mouvement, la légitimité du droit, du processus judiciaire et celle de l’avocat lui-même. Cependant, les logiques et les effets de l’interdiction des avocats, par exemple dans la Nouvelle-France des XVIIe et XVIIIe siècles, restent à explorer.

5Au final, les avocats apparaissent donc à la croisée de l’histoire sociale et institutionnelle, de la justice et de la politique, du droit et des lettres. Ce dossier reste ouvert à tous travaux désireux de poursuivre la réflexion sur ces aspects ou d’éclairer d’autres perspectives, notamment comparatives, par exemple sur les effets de la féminisation récente et massive de la profession, ou sur ceux de l’internationalisation du métier d’avocat.

Haut de page

Notes

1 Cicéron, Des devoirs, II, 14 cité d’après http://droitromain.upmf-grenoble.fr/Francogallica/deofficiis2_fran.htm - 14.

2 Lucien Karpik, Les avocats. Entre l’État, le public, le marché. XIIIe-XXe siècle, Paris, Gallimard, 1995 et Hervé Leuwers, L’invention du barreau français (1660-1830). La construction nationale d’un groupe professionnel, Paris, EHESS, 2006.

3 Loi n° 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l'activité et l'égalité des chances économiques.

4 Voir Austin Sarat et Stuart Scheingold (dir.), Cause Lawyering: Political Commitments And Professional Responsibilities, New-York, Oxford University Press, 1998 ; Id., Cause Lawyering in A Global Era, New-York, Oxford University Press, 2001 ; Id.,The Worlds Cause Lawyers Make, Stanford, Standford University Press, 2005. Voir les travaux de Liora Israël pour la transmission en français de ces problématiques, notamment Liora Israël « Usages militants du droit dans l’arène judiciaire : le cause lawyering », Droit et Société, 49-2001, p. 793-824 et « Quelques éclaircissements sur l'invention du cause lawyering. Entretien avec Austin Sarat, Stuart Scheingold », Politix, vol. 16, n°62, 2003, p. 31-37.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Houllemare, « Histoire des avocats », Criminocorpus [En ligne], Histoire des avocats, Présentation du dossier, mis en ligne le 14 juin 2016, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3300

Haut de page

Auteur

Marie Houllemare

Marie Houllemare est agrégée d’histoire et maître de conférences en histoire moderne (Université d’Amiens / Institut Universitaire de France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page