Navigation – Plan du site
Articles

« Mon compte-rendu n’est que la défense continuée1 » : étude et analyse des écrits du for privé d’avocats de part et d’autre de la Révolution française à travers l’exemple des Mémoires de Dupin aîné

Aurore Sat

Résumés

Longtemps étudiés sous l’angle des sources institutionnelles, les avocats, comme la plupart des groupes socio-professionnels, ont rarement bénéficié de travaux exploitant leurs productions écrites plus personnelles, voire intimes. Ces textes, désormais désignés par l’expression « écrits du for privé », sont analysés pour enrichir l’histoire des avocats à une période déterminante de la constitution et de la structuration de leur groupe autour du barreau français, de part et d’autre de la Révolution française. Leur lecture, en série, permet d’y trouver tant un reflet de l’identité de leur auteur, qu’un support de défense de sa profession par celui-ci et d’expression de ses opinions politiques, qui s’avèrent toujours de nature conservatrice. L’avocat Dupin, député puis procureur général près la Cour de cassation fournit un exemple particulièrement représentatif de cet ensemble, grâce aux Mémoires qu’il a publiés en 1852. Brassant la seconde partie de la période considérée, ceux-ci concentrent les conclusions qui peuvent être faites pour un groupe plus vaste tout en illustrant les diverses évolutions qui ont pu se produire au cours du temps.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Mémoires de M. Dupin, Paris, H. Plon, 1855, p. 30.
  • 2 Jean-François Fournel, Histoire du barreau de Paris dans le cours de la Révolution, Paris, Chez Mar (...)
  • 3 Lucien Karpik, Les avocats. Entre l’état, le public et le marché. xiiie-xxe siècle, Paris, Gallimar (...)
  • 4 Hervé Leuwers, L’invention du barreau français (1660-1830), La construction nationale d’un groupe p (...)
  • 5 David A. Bell, Lawyers and citizens : the making of a political elite in Old regime France, Oxford, (...)
  • 6 Si l’on écarte les quelques figures célèbres, étudiées davantage pour leur carrière politique que p (...)
  • 7 Nous rappelons que cette expression est une référence au groupe de recherche n°2649 du CNRS dont le (...)

1L’histoire de la profession d’avocat à l’époque moderne a longtemps fait l’objet d’études monographiques portant sur un barreau en particulier2, l’avocat y étant toujours décrit au sein du groupe auquel il appartenait, dont on étudiait les logiques organisationnelles, les sociabilités communautaires et les revendications. Présente dès l’époque romaine, la figure de l’avocat est primordiale au sein de la cité3 grâce à ses capacités d’orateur, le menant à endosser le rôle de porte-paroles et à s’opposer publiquement à certaines décisions, tant du pouvoir politique que des magistrats. Or c’est souvent de la défense des droits communs et des valeurs de la profession qu’est née, pour cette dernière, la nécessité de s’organiser en ordres. Suite à l’étude de chacun de ces ordres ou barreaux, relativement indépendants au xviie siècle, les travaux récents sur la profession se sont attachés à souligner l’émergence progressive d’une structure nationale les fédérant tous autour du plus important d’entre eux, celui des avocats au Parlement de Paris4. Parallèlement, l’ensemble des débats auxquels les avocats participent dès le xviie siècle ont eux-mêmes suscité l’intérêt des historiens, et ce particulièrement lorsque les discussions publiques prennent une ampleur sans précédent, à l’approche de la Révolution française5. Les avocats sont connus pour avoir fait partie des groupes socio-professionnels les plus représentés dans les différentes assemblées représentatives. De nombreuses figures de proue de la Révolution, tels Robespierre, Danton ou Desmoulins appartiennent à cette profession. C’est la raison pour laquelle ils ont longtemps bénéficié d’une réputation d’adeptes de la liberté, acquis aux idées révolutionnaires et promoteurs de celles-ci. Ceci fut confirmé par ailleurs au xixe siècle, du fait de l’action des avocats dits libéraux dont Dupin aîné était le chef de file. Mais, en dehors de ces logiques de groupe, propres aux revendications communes, l’avocat en tant qu’individu a été bien moins étudié6. Or, pour réussir à saisir cette individualité, il est nécessaire de s’éloigner des archives du groupe professionnel pour regarder les productions personnelles. Celles-ci permettent alors de mieux pénétrer la sphère intime de ceux qui rédigent les textes, tout en illustrant leurs opinions politiques, avec davantage de singularité. C’est pourquoi la catégorie des écrits du for privé7 a été mobilisée ici. Les textes alors produits permettent-ils de refléter l’ensemble des conclusions tirées sur les avocats en tant que groupe ? Est-ce que la conscience socioprofessionnelle s’exprime et se ressent de la même façon chez l’individu qui prend la plume, seul chez lui ? Que ces textes nous apprennent-ils plus généralement sur leurs scripteurs – tant leur culture que leurs opinions politiques personnelles ? Comment caractériser, dès lors, ces textes et que pouvons-nous y exploiter ?

  • 8 Cet article s’appuie sur le travail réalisé autour des écrits du for privé de gens de justice de 17 (...)
  • 9 La bibliographie sur Dupin est relativement succincte. La thèse récente de Franck Brami traite uniq (...)
  • 10 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Mémoires de M. Dupin, op. cit. Le premier volume est sous-titré « S (...)

2Pour mener à bien cette étude et répondre à ces diverses interrogations, il est nécessaire de se pencher tant sur les écrits du for privé que sur d’autres productions personnelles de ces avocats qui ne sont pas intimes, leurs plaidoyers, mais restent pourtant le fait d’un seul individu, contrairement aux documents émanant d’un barreau dans son ensemble. Il paraît également pertinent de s’appuyer sur un exemple plus précis, afin de mieux illustrer les conclusions8. Le choix a été fait d’un avocat particulièrement célèbre mais relativement peu étudié pendant la période où il était l’un des ténors du barreau9 : André-Marie-Jean-Jacques Dupin, dit Dupin aîné, auteur de Mémoires10 en quatre volumes traitant des différents aspects de sa vie professionnelle et des divers cas auxquels il a été confronté. Il en entreprend la rédaction lors d’une retraite à la campagne dès 1852 et les publie lui-même, de son vivant, en 1855, une dizaine d’années avant sa mort le 11 novembre 1865, à l’âge de 82 ans, alors qu’il occupe à nouveau les fonctions de procureur général depuis 1857. Son texte est d’autant plus intéressant qu’il est représentatif d’une génération d’avocats exerçant après la Révolution. Or, tant la mise en place d’une structure organisationnelle nationale pour la profession que l’ouverture sans précédent du débat public à la veille de celle-ci incitent à privilégier une frange chronologique l’incluant et permettant d’établir un ensemble de comparaisons.

3Les écrits du for privé de cet avocat, comme de ses collègues, autour de la période révolutionnaire, jouent alors trois rôles dans l’histoire de la profession à cette époque : ils apparaissent, d’abord, comme des témoins de la formation, de la culture et de l’expertise de ces derniers tant à la fin de l’Ancien Régime qu’après la chute de celui-ci ; ensuite, ils servent de support à la défense de la profession fréquemment mise en œuvre dans d’autres écrits par les membres du barreau ; enfin, ils représentent des lieux privilégiés de l’expression des opinions politiques de leur rédacteur au moment où la discussion publique s’enflamme.

Les témoins de la culture et des talents de la profession

  • 11 Furetière en donne la définition suivante : « Livre de raison est un livre dans lequel un bon mesna (...)
  • 12 Dans le corpus de textes étudié, nous trouvons notamment le cas de Joseph Sextius Siméon, beau-père (...)
  • 13 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 2-3.
  • 14 Ibidem, p. 3.
  • 15 Ibidem, p. 4.
  • 16 C’est le concept de « rhétorique des citations », apparu dans la seconde moitié du xvie siècle, et (...)

4 Les écrits du for privé sont autant de reflets partiels de leur scripteur, saisi dans l’ensemble de sa vie, tant intime que professionnelle. Ils peuvent s’avérer de véritables illustrations de sa culture et de ses modes de pensée. S’ils nécessitent, comme toute source, l’exercice d’un regard critique, il est néanmoins fréquent d’y retrouver, exprimés de manière explicite ou non, la qualité de la formation des avocats et l’ensemble des talents qu’ils développent au cours de leur carrière. Ceci se retrouve tant dans la forme que dans le fond des textes étudiés. Ces derniers se font notamment les échos des ouvrages lus par leur rédacteur. Ainsi, dans les livres de raison11, il est d’usage, pour certains, de procéder à un inventaire des livres présents dans leur bibliothèque. Ceci s’explique assez facilement : les livres de raison constituent généralement un bilan de la fortune et du patrimoine familial que transmettra le scripteur à sa descendance après sa mort. Or, pour ces hommes cultivés, les livres sont des biens mobiliers inclus et primordiaux au sein de ce patrimoine. Il est donc nécessaire d’en élaborer l’inventaire précis, en détaillant tant le titre et le format du volume que sa valeur marchande12. Le texte alors produit est un témoin de la richesse de la culture écrite de celui qui en est à l’origine. Dans les autres types d’écrits du for privé, plus narratifs, la culture des avocats apparaît d’une autre manière. Il arrive en effet que les auteurs citent explicitement leurs lectures, au sein de leur récit. Dupin aîné en est sûrement l’exemple le plus abouti. Dans le premier volume de ses Mémoires qu’il sous-titre « Souvenirs du barreau », il atteste de la fierté des avocats vis-à-vis de leurs apprentissages, des ouvrages qu’ils ont lus et du caractère obligatoire d’une telle fréquentation des auteurs dans la formation d’un membre du barreau, avant comme après 1789. Il revient tout d’abord sur l’ensemble de son éducation : « ma première et ma seconde éducation ont été domestiques ; ma mère et mon père ont été mes premiers instituteurs. J’ai fréquenté bien peu de temps les petits collèges de Varzy et de Clamecy, dont l’existence d’ailleurs a peu duré. Ce n’est qu’après mon arrivée à Paris, à l’âge de seize à dix-sept ans, que j’ai suivi les Cours publics à l’école centrale des Quatre-Nations, puis à l’Académie de législation, à l’École de droit pour mon doctorat, au Collège de France pour la haute littérature, et à la Sorbonne pour le droit canonique13. » Il confirme que la culture d’un professionnel de la justice est en premier lieu héritée de sa famille et de l’instruction que lui délivrent ses parents, avant de se tourner vers un collège. De plus, son passage par l’école centrale – l’ancêtre des lycées – est un autre témoignage de sa supériorité intellectuelle et culturelle, à une époque où seuls les membres de l’élite ont accès à ce type d’établissements. Cela dénote, en outre, son appartenance à une catégorie sociale qui prend de plus en plus d’ampleur en ce début du xixe siècle, la bourgeoisie. Il est en effet le fils de Charles-André Dupin, avocat au Parlement de Paris et procureur du roi au grenier à sel de Clamecy avant 1789, membre du club des Feuillants et député à la Législative, puis au Corps Législatif, sous le Consulat. Son père appartenait donc déjà au milieu judiciaire. Il suit ensuite le parcours habituel des personnes qui se destinent à la profession d’avocat au début du xixe, avant la réorganisation des écoles de droit, puisqu’il assiste aux cours de l’Académie de législation, où l’enseignement est en grande partie dispensé par d’anciens tenants du barreau. Elle est alors présidée par Portalis et il s’y exerce à la plaidoirie. Dupin se dote donc de la formation juridique nécessaire pour exercer en tant qu’avocat – titre qu’il acquiert en 1801 – et devient docteur de l’école de droit en 1806. Mais, cette description se fait plus précise, il énonce ainsi : « Je ne saurai dire combien de fois j’ai relu le Code civil et les Institutes, ami des textes bien plus que des commentaires14. » Cela ne se limite pas à la sphère juridique et Dupin confirme que les avocats sont des individus cultivés, en énumérant les auteurs qui l’ont marqué au sein de son récit de vie : « Pendant mes années de cléricature, j’ai relu mes auteurs classiques, Virgile, Horace, Juvénal, Lucrèce, Quintilien, Tacite surtout, et j’en ai fidèlement extrait toutes les maximes de droit et de morale et les traits historiques qui se rapportaient à ma profession. Pendant longtemps, je relisais une fois l’an le Traité des études de Rollin, le traité De officiis de Cicéron, les Dialogues sur l’éloquence de Fénelon, l’Art poétique d’Horace toujours ; je savais Boileau par cœur15. » Le besoin de retour au texte est ici nettement exprimé par le scripteur lui-même qui, de nombreuses années après, se souvient, indiquant que l’avocat, en fin de carrière, ne perd jamais de vue ce qu’il doit à sa formation et souhaite en garder la trace dans son for privé. Ceci d’autant plus que la consultation des textes permet d’en extraire de nombreuses citations ­– il le dit ici explicitement – qui sont autant d’arguments d’autorité auxquels les membres du barreau n’hésitent pas à faire appel pour étayer leur propos16.

  • 17 Marie Houllemare, Politiques de la parole : le parlement de Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 201 (...)
  • 18 Laurence Giavarini, L’écriture des juristes : xvie-xviie siècle, Paris, Éditions Classiques Garnier (...)
  • 19 Marion Lemaignan, « Les factums : une écriture sans modèle ? Avocats et actions d’écriture entre dr (...)
  • 20 Nadine Kuperty-Tsur, « Justice historique et écriture mémorialiste », dans Écriture de soi et argum (...)
  • 21 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 30.
  • 22 Ibidem, p. 6.
  • 23 Pour une comparaison plus fine entre la méthode décrite dans les Mémoires et l’exemple d’un plaidoy (...)
  • 24 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 7.

5Une fois formés, ces avocats deviennent de véritables orateurs, rompus à la pratique de l’écriture dans leur quotidien. Leurs écrits du for privé apparaissent alors comme des reflets de cette double identité. Professionnels de la parole17 et maîtres de la rhétorique classique, habitués à la forme argumentative dans leurs plaidoiries, ils sont également experts de l’écriture18, en raison du nombre très important de mémoires consultatifs et autres factums qu’ils rédigent au cours d’un procès pour assurer la défense de leur client19. Les formes d’écrits personnels où cette maîtrise s’exprime le mieux sont les plus narratives. Les Mémoires de Dupin affichent des similarités avec ses plaidoyers. Il affirme lui-même être, au moment de la rédaction de ses Mémoires, dans le même état d’esprit que celui qui l’animait lorsqu’il a entrepris de plaider. Les Mémoires apparaissent alors comme la prolongation de son art oratoire20, son ultime développement et c’est dans la forme même du texte et non dans le seul contenu qu’il est possible de comparer écriture personnelle et professionnelle : « Du reste, on ne sera pas surpris de ce que, en rendant compte de chaque affaire, je le fais dans le même esprit dont j’étais animé le jour de la plaidoirie : – mon compte rendu n’est que la défense continuée ; c’est, chez moi, l’effet d’un sentiment vivace et persistant, qui, malgré le temps, n’a pu ni varier ni fléchir. C’est l’avocat resté fidèle à ses clients21. » Il décrit ses méthodes de travail, soulignant la différence entre l’écrit et l’oral et l’originalité de certaines d’entre elles : « pendant les premières années d’exercice de ma profession d’avocat, lorsque j’avais à traiter une question de droit, je ne la travaillais pas isolément, mais je lisais en entier, ou du moins en grande partie, quelque bon traité élémentaire […] Je ne me suis jamais risqué à apprendre un plaidoyer pour le réciter à l’audience. […] J’ai donc pris le parti de plaider simplement sur des Notes – d’abord un peu étendues puis réduites à leur plus simple expression. – Si j’avais une grande cause, et qu’elle exigeât un exorde, je l’écrivais, et je le lisais ouvertement22. » Il décrit ici précisément la méthode d’élaboration du texte de ses plaidoyers, réservant une grande place à l’improvisation. On remarque également qu’il alterne entre l’écrit et l’oral, n’apprenant pas son plaidoyer mais se contentant de quelques brouillons. C’est la même improvisation, appuyée sur un premier travail, qu’il semble mettre en œuvre dans ses Mémoires, pour lesquels il explique avoir rassemblé des notes tout au long de sa vie, avant de procéder à leur rédaction. La description de ses techniques oratoires dans les Mémoires trouve un écho dans celles qu’on peut déceler à la lecture des plaidoyers retranscrits23 et se présente ainsi : « Comme mon genre consistait dans la dialectique plutôt que dans les ornements du style, il me suffisait que mes raisonnements, après avoir été fortement médités, fussent méthodiquement et logiquement classés ; […] J’étais sûr par là de donner au moins tous les arguments de ma cause, que j’avais prévus et disposés ; et de plus, j’étais toujours en mesure de profiter de ce qui s’offrait à moi par une inspiration soudaine, souvent même par une interruption qui me fournissait l’occasion de me relever avec prestesse24. »

  • 25 Sur la notion de persona, en rhétorique : Charles Guérin, Persona : l’élaboration d’une notion rhét (...)
  • 26 Ses plaidoyers ont été publiés dans les Annales du barreau français, au tome X, voir Choix des plai (...)
  • 27 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Plaidoyer de M. Dupin pour le « Constitutionnel », prononcé à l’aud (...)
  • 28 Franck Brami affirme ainsi dans sa thèse que : « Les plaidoiries et les consultations témoignent av (...)

6Les talents oratoires nécessaires à l’exercice de la profession sont également soulignés par la proximité entre les différents genres de productions écrites par Dupin, tant professionnelles que personnelles. Celle-ci s’appuie notamment sur la présence dans les plaidoiries comme dans les Mémoires d’une forme de présentation de soi. Le moi alors présenté n’est pas véritablement intime, puisqu’il est davantage le produit de la persona25 de l’avocat qui reste toujours un orateur, même lorsqu’il procède à des récits. Il cherche, encore, à convaincre, en se livrant à la description de sa propre personne. Cette persona n’est qu’une vision partielle, un masque que le public peut voir mais qui cache l’intimité entière du personnage. Elle possède un ethos qui lui est propre et qu’elle présente à travers les paroles qu’elle prononce. Cet ethos est doué de valeurs, qui doivent être communes avec l’auditoire, afin de rapprocher l’orateur de celui-ci et de provoquer son ralliement aux propos qui sont tenus. Proche de la persuasion, parmi les catégories classiques de l’éloquence, c’est une des raisons qui explique le succès de ses plaidoiries. Il se présente, grâce à cette méthode, comme le porte-parole de l’opinion publique dont il se rallie les faveurs. On retrouve ce type de démarche dans le plaidoyer26 pour le Constitutionnel en 1825 au cours duquel il lutte contre les accusations de tendance proférées contre le journal. Durant ce procès, il procède à une présentation nette de sa personne, qu’il souhaite teintée de sincérité pour persuader le public de son bienfondé : « Plein de confiance dans la justice de ma cause et dans l’impartialité de la cour, dans cette épineuse discussion, vous reconnaîtrez constamment en moi l’homme religieux et le sujet fidèle. J’abjure toute philosophie qui se sépare des idées religieuses ; je ne me contente pas non plus de professer un théisme vain qui n’avoue Dieu qu’en lui déniant le culte qui lui est dû ; je ne rougis point de ma foi ; c’est un catholique qui plaidera devant vous. […] Je n’oublie pas non plus que je suis Français, avocat en cette première Cour du royaume, pour y parler librement, en toute conscience et vérité, ayant aussi devant moi l’exemple de mes prédécesseurs, auxquels le barreau moderne ne doit pas se montrer infidèle27. » Il entre dans des détails tout à fait personnels puisqu’il décrit sa foi. De plus, il se présente comme Français et comme avocat, soulignant les marques d’identité qui lui sont chères. Le plaidoyer de Dupin peut donc être considéré comme une forme partielle de discours sur soi. Si, certes, il lui permet d’établir une présentation de sa personne, il est loin d’en être une représentation fidèle. Bien plus, il est modulé par l’auditoire à qui l’orateur, comme l’auteur dans ses écrits, cherche à plaire. Les opinions qui y sont exprimées ne peuvent être considérées comme sincères28, elles servent toujours le but ultime de la démonstration. L’orateur n’hésite pourtant pas à mettre sa propre personne au service de la défense de son client, de même qu’il ose, dans les Mémoires, se mettre en valeur ou livrer certains aspects plus intimes de sa personnalité pour servir sa propre défense.

7Les écrits personnels reflètent ainsi bien les qualités oratoires de leurs rédacteurs tout en rappelant, par leur proximité avec les écrits professionnels qu’ils produisent, le caractère graphomane de ceux-ci, s’appuyant sur une aisance d’expression et d’argumentation. Ils illustrent tant leur formation que leurs aptitudes professionnelles. L’étude des avocats à travers leur écriture intime renforce donc d’abord des traits relativement bien connus de l’histoire des avocats : leur appartenance à une certaine élite socio-culturelle, particulièrement grandissante au xixe siècle mais aussi les qualités requises pour exercer cette profession. Or, cet art du discours permet de servir d’autres causes que celles des plaideurs constituant la clientèle des avocats : il est mis au service de la défense d’intérêts supérieurs, qu’il s’agisse de ceux de la Nation entière ou de la profession. À son tour, cette thématique trouve une expression particulièrement riche dans les écrits du for privé d’avocats, soulignant l’importance que celle-ci a pour eux.

Les supports de la défense d’une profession

  • 29 H. Leuwers, L’invention du barreau français, op. cit.
  • 30 Dans le corpus étudié, nous disposons de douze textes appartenant à ces catégories et rédigés par d (...)
  • 31 Il dédie ainsi le chapitre V de ses Souvenirs à l’ordre des avocats et précise, lorsqu’il parle d’u (...)
  • 32 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Des magistrats d’autrefois, des magistrats de la Révolution, des ma (...)
  • 33 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Mémoires de M. Dupin, Paris, H. Plon, 1855, p. 10.
  • 34 Dictionnaire du bâtonnier des Avocats, 1er décembre 1829.
  • 35 Discours à l’Académie française, 22 février 1855.
  • 36 Elles se retrouvent chez Étienne Pasquier, Claude Loisel ou encore lors de la grève des avocats de (...)
  • 37 Ces valeurs chères aux avocats, mises en exergue au moment de la prestation du serment, sont la pro (...)

8La profession d’avocat se structure au xviiie siècle en France autour de revendications communes29. Ces dernières visent notamment à valoriser une catégorie socioprofessionnelle qui bénéficie d’une réputation relativement mauvaise : les membres du barreau sont en effet souvent l’objet de caricatures les présentant comme des personnes vénales, usant de moyens détournés telle que la chicane ou prolongation du procès pour gagner plus d’argent. En se plaçant dans une longue tradition historique, les avocats de cette époque n’hésitent donc pas à mettre en exergue les valeurs qui sont dites propres à leur profession pour en affermir la noblesse. Au xixe siècle, cela continue, davantage pour promouvoir la légitimité des nouveaux membres, mais aussi, et surtout, pour récupérer la liberté que Napoléon leur a enlevée, jaloux d’individus qui semblaient échapper à son contrôle. Ceux-ci sont cependant désormais bien vus par l’ensemble de la société où ils ne tardent pas à exercer, pour une grande partie d’entre eux, des fonctions de plus en plus importantes. La défense, nécessaire, des avocats est donc un thème récurrent des libelles, factums et autres documents produits par les groupes professionnels, ordres puis barreaux, qui cherchent à obtenir davantage de gages de leur supériorité ou, du moins, à maintenir en place ceux qu’ils possèdent déjà. Pourtant, cette défense n’apparaît pas uniquement dans les documents du groupe mais trouve un écho non négligeable dans les écrits du for privé d’avocats. Cette remarque s’applique en particulier aux Mémoires et autres Souvenirs30 qui sont plus propices à l’expression d’opinions personnelles et au développement de discours construits. Pierre-Nicolas Berryer, doyen des avocats sous la Restauration, publie en 1839 des Souvenirs où la fonction d’avocat est présentée sous son meilleur jour. Tout au long de son récit, il s’attache à souligner la continuité de la profession qu’il a exercée, avant comme après 1789, et la légitimité des revendications de ceux qui l’exercent31. Quant aux souvenirs de Dupin aîné, ils sont, là encore, un exemple manifeste du rôle de défenseur de la profession que s’assigne souvent l’avocat dans son for privé. Au cours de sa vie, celui-ci a été à l’origine de diverses publications sur le barreau et la magistrature, témoignant de son intérêt pour l’ordre judiciaire32. Or ceci est confirmé une ultime fois par ses Mémoires puisqu’il s’agit d’abord et surtout, dans le premier tome du moins, de rédiger la « défense continuée » d’une profession dont il affirme que « c’est celle qui, au milieu des plus grands travaux, [lui] a aussi procuré le plus de vraies jouissances33. » Il entame, par ailleurs, son éloge dès la première page de l’ouvrage au moyen de deux citations : « tout droit blessé trouvera parmi nous des Défenseurs34 » et « dans le libre exercice de cette Profession qui ne fait point de victimes et qui les défend35 ». Le projet en lui-même d’écrire les « Souvenirs du barreau » dénote de l’attachement qu’il a pour celui-ci. Ce plaidoyer pro domo a recours à des arguments qu’emploient les avocats dès le xvie siècle36 et qui restent ainsi des thèmes récurrents, comme le rapprochement avec les fonctions de magistrat ou l’énoncé des valeurs qui leur sont attachées37.

  • 38 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 25.

9Cependant, on remarque une spécificité de la défense de leur profession par les avocats dans leurs écrits du for privé. Plus encore qu’au moyen des autres supports, dans le cadre personnel, les scripteurs cherchent, en protégeant leurs prérogatives ou en illustrant l’honneur des fonctions qu’ils exercent, à se valoriser eux-mêmes. S’ils essayent effectivement de susciter le respect et l’admiration de leur lecteur, c’est aussi et surtout vis-à-vis de leur propre personne. La gloire des avocats en tant que groupe professionnel sert celle du scripteur. Chez Dupin, cela se remarque particulièrement. C’est ce qui explique sa critique de l’ancien barreau face au nouveau : s’il procédait à un éloge global, il ne prendrait pas la peine d’établir une distinction comme il le fait, en fonction des périodes chronologiques mais se référerait à l’ensemble de l’histoire de la profession à travers les âges. Au contraire, dit-il au sujet des causes des maréchaux d’Empire : « la gloire attachée à ces défenses était réservée au jeune Barreau ; car presque tous les anciens avocats étaient légitimistes ; ils en étaient encore à regretter l’ancien régime et le Parlement ! Ils regardaient comme une sorte de félonie de défendre des hommes qui étaient l’objet des accusations politiques38 ! » Ces affirmations ne correspondent pas à l’esprit de continuité tant vanté par le « barreau français » au xixe siècle. S’il s’en éloigne, c’est pour souligner que c’est le groupe auquel il appartenait qui avait raison et ainsi faire son propre éloge.

  • 39 Ces deux catégories concernent 25 avocats du corpus.

10Cependant, il faut nuancer l’ensemble de ces affirmations et les restreindre aux seuls Mémoires. Les autres catégories d’écrits du for privé déçoivent quant à une possible affirmation d’une conscience professionnelle. De nature profondément individuelle, ces textes ne sont pas le promontoire préféré des scripteurs pour parler de leur vie professionnelle. C’est leur nature même qui permet d’expliquer pourquoi on ne peut y trouver de références à cet aspect de leur vie, aux revendications ou aux valeurs qui y sont attachées. Davantage liés à la personne et à sa famille, les livres de raison, de comptes39 et autres diaires tendent à laisser au second plan la carrière du scripteur. Ce constat, qui se confirme sur l’ensemble de la période et avec une prédilection certaine avant la Révolution française – les livres de raison étant majoritairement rédigés avant cette date – permet d’affirmer que la conscience socioprofessionnelle des avocats est encore relativement restreinte à cette époque, puisque son expression se limite à l’environnement professionnel. La profession est loin d’être le seul critère de définition et semble même mineure face à la gestion très précise et détaillée des propriétés foncières du scripteur, parfois porteuses de noblesse. C’est de cela, plus que de leur profession, que semble dépendre leur situation sociale.

11 Celle-ci s’avère particulièrement bigarrée au tournant des xviiie et xixe siècles. Il est un point sur lequel les avocats se rapprochent pourtant : il s’agit de leurs opinions politiques et les écrits du for privé se révèlent une source de premier choix pour approfondir la connaissance de celles-ci.

Des lieux d’expression des opinions politiques

  • 40 Cela concerne 14 individus du corpus rassemblé.
  • 41 La définition du conservatisme se développe et se précise après 1789, en réaction aux évènements ré (...)
  • 42 Sylvie Mouysset, « “Silence de mort et craintes extrêmes” la peur en son for privé à l’époque révol (...)
  • 43 Jean-Baptiste Baudot, avocat en 1787, devenu greffier au tribunal du district puis commissaire nati (...)
  • 44 Eustache-Antoine Hua est un bon exemple d’enthousiasme initial qui se traduit vite en désapprobatio (...)
  • 45 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Plaidoyer de M. Dupin pour le « Constitutionnel », prononcé à l’aud (...)

12 Les avocats de l’époque révolutionnaire ont longtemps été considérés comme des hommes acquis aux idées nouvelles dont ils se faisaient les porte-paroles, voire les plus célèbres représentants. Encore au xixe siècle, ils sont surtout connus pour l’expression consacrée qui sert à désigner la iiie République de la fin de siècle, dite « République des avocats ». Leur attachement à la liberté et leur forte implication politique, liée aux talents oratoires qu’ils ont développés, expliquent que les avocats apparaissent auprès de l’opinion publique comme de fervents défenseurs du changement qu’ils prônent. Si une partie de ces observations peut se vérifier pour la fin du xixe siècle, elles sont parfois à nuancer pour la période précédente. Certaines figures de proue révolutionnaires sont effectivement issues du barreau, néanmoins, la plupart de ses membres est très frileuse vis-à-vis des évolutions et autres modifications apportées à la société par les évènements révolutionnaires. Cela se vérifie particulièrement à l’appui des sources plus personnelles que les autres où les scripteurs prennent la peine d’exprimer ce qu’ils pensent vraiment et livrent ainsi leur point de vue sans se restreindre. Les écrits du for privé peuvent être étudiés dans ce but. Or, à la lecture de ceux qui ont été rédigés par des avocats à la période qui nous intéresse, on remarque que tous, sans exception, se révèlent réfractaires à la plus grande partie de la Révolution, et notamment à la Terreur. Si certains paraissent en faveur des changements survenus au début40, très vite, ils font preuve d’un conservatisme marqué qu’on peut considérer comme caractéristique des écrits du for privé. Celui-ci se distingue également à la période suivante, au xixe siècle, alors qu’un certain nombre de changements sont intervenus, par le biais d’une idéalisation de l’Ancien Régime et de ses institutions. Ce regard tourné vers le passé ne comporte dès lors plus l’amertume ou le ton dénonciateur des scripteurs contemporains des évènements mais il reste empreint du désir que rien ne change, ou le moins possible, définissant le conservatisme41. Certains avocats, comme nombre de leurs contemporains42, se servent de leurs écrits personnels pour y soulager les inquiétudes qu’ils ont ressenties au moment des troubles43. D’autres y font moins entendre la peur que la colère44. Mais le lyrisme attaché à ces passages se limite aux seuls avocats qui ont assisté aux évènements. Un avocat comme Dupin, né le 1er février 1783, est âgé de seulement six ans lors de la prise de la Bastille. Lorsqu’il entre en âge de formuler des opinions politiques, ce n’est plus sur la Terreur qu’il s’exprime mais sur la Restauration. Son angle d’approche est donc forcément différent. Considéré comme le chef de file des avocats dits libéraux, défendant la liberté de la presse dans plusieurs procès, il pourrait sembler paradoxal de lui attribuer l’étiquette de conservateur. Mais, comme l’ensemble des avocats rédacteurs d’écrits du for privé, son idéalisation du passé est manifeste dans ce qu’il produit. Dès lors, sa volonté de respecter et perpétuer les traditions immuables permet de le considérer comme un conservateur. Les prédécesseurs ont insufflé le modèle à suivre, c’est ainsi qu’il énonce dans son plaidoyer pour le Constitutionnel : « Aujourd’hui, on ne se rend pas assez compte des choses ; c’est un malheur de l’époque. On ne remonte pas assez à l’origine des institutions, et lorsque certaines gens s’efforcent de ramener le passé, on oublie de leur montrer qu’à côté des abus qui existaient, la sagesse de nos pères avait placé le remède45. » La fascination pour l’avant est bien effective, le renvoi à « nos pères » est une forme d’argument d’autorité car ceux-ci ont l’expérience des temps passés et sont capables de parler avec sagesse. C’est en cela que le passé l’influence et qu’il souhaite en maintenir certains usages.

  • 46 Pour mémoire, le groupe du « mouvement » où s’illustrent notamment Lafitte, La Fayette, ou Dupont d (...)
  • 47 Il a en effet accepté d’être son avocat dans la cause qui l’opposait aux administrateurs du Théâtre (...)
  • 48 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 170-171.

13Sous la Monarchie de Juillet, alors qu’il exerce des fonctions politiques plus proéminentes puisqu’il est le président de la Chambre, il se place à la tête du « Tiers parti ». Celui-ci rassemble les orléanistes qui ne souhaitent appartenir ni au groupe du mouvement ni à ceux de la résistance46. Lorsqu’il monte à la tribune en 1830-1831, c’est toujours pour défendre la voie la plus conservatrice. S’il s’est opposé à certains aspects de la politique de la Restauration et soutient la Monarchie de Juillet du duc d’Orléans, dont il est proche47, cela ne l’empêche pas de souhaiter voir se maintenir des principes qu’on pourrait taxer de traditionnels et conservateurs. C’est particulièrement le cas pour l’inamovibilité des juges, qu’il prône alors qu’il accède à la fonction de procureur près la Cour de cassation et qu’il quitte donc la carrière d’avocat. Dans ses Mémoires, il déclare : « lorsqu’après 1830 des passions aveugles et ardentes, comme il s’en montre après toutes les révolutions, demandaient à grands cris le remaniement des tribunaux, afin de donner à de prétendus libéraux les places de ceux qu’on appelait des magistrats royalistes ; indépendamment de toutes les raisons fondamentales que je fis valoir à la tribune pour le maintien du grand et salutaire principe de l’inamovibilité, consacré par la nouvelle Charte, je me portai hardiment comme témoin à décharge de ces magistrats, en rappelant avec quelle fermeté ils avaient résisté aux exigences du pouvoir et à la violence des partis48. » Ses avis peuvent donc fluctuer au fur et à mesure du temps et des changements politiques, mais il garde une certaine stabilité et la notion de « modération politique », mise en avant par Ortolan, lui correspond parfaitement, quoique Dupin apparaisse, dans certaines situations, comme un opposant libéral au régime en place.

  • 49 Voir les travaux de James Amelang sur les artisans européens de l’époque moderne rédacteurs d’écrit (...)

14Ainsi, les écrits du for privé reflètent les opinions politiques de leurs rédacteurs. En fin de vie, Dupin a moins à cacher, à taire à l’opinion publique. Il s’exprime alors de manière plus honnête dans des écrits qui sont, en partie du moins, intimes. Cette affirmation se rapproche d’autres conclusions établies sur les rédacteurs d’écrits du for privé49 et permet de conclure à un conservatisme généralement lié à la pratique de l’écriture du for privé. Ceci s’explique à nouveau par le type d’écriture mis en place, puisqu’il s’agit pour le rédacteur de revenir sur sa vie et sur son passé. Le souhait de garder la trace de ce qui s’est déroulé pour ne rien en perdre est lié à sa nostalgie. C’est sur ce point que les rédacteurs d’écrits du for privé se rapprochent des conservateurs et c’est sûrement ce qui explique leur point de vue. De même qu’ils cherchent à sauvegarder le temps passé grâce à leurs écrits personnels, de même, vis-à-vis de la situation politique, les rédacteurs d’écrits du for privé souhaitent voir le maintien des caractères principaux des époques révolues. Leur vision du monde est particulièrement ordonnée. S’ils sont fascinés par le temps qui passe, ils s’opposent alors au changement radical, de nature révolutionnaire. Pour autant, ils ne sont pas opposés à toute forme de critique du régime politique. Cependant, le changement doit être, pour eux, organique, et non de nature révolutionnaire. Dès que les revendications s’apparentent à des mouvements de cette sorte, ils s’en éloignent et les jugent négativement car ils constituent une trop grande rupture avec ce qui a eu lieu précédemment.

15Les avocats qui rédigent des écrits du for privé à cette époque sont marqués par ce conservatisme. Leurs productions confirment que tous les avocats de la période ne sont pas aussi acquis aux idées révolutionnaires que certaines figures majeures pourraient le laisser croire. Les idées exprimées, si elles ne peuvent être considérées comme entièrement sincères, dans la mesure où tout texte est voué à un destinataire, même lorsqu’il est écrit dans un cadre personnel et restreint – le seul destinataire pouvant alors être le scripteur lui-même –, méritent néanmoins qu’on se penche dessus. Le discours ne peut être considéré comme authentique mais il l’est davantage que d’autres ce qui en fait peut-être le seul endroit où il est possible de déterminer, au moins en partie, le contenu de la pensée de l’auteur.

16Les écrits du for privé peuvent donc être considérées comme des sources particulièrement intéressantes pour compléter et enrichir l’histoire des individus comme des groupes socioprofessionnels. Dans le cas des avocats, ils servent plusieurs motivations, de défense de la profession ou d’expression des opinions, mais leur nature reste profondément la même : ils sont des reflets de l’identité de leur auteur. Cette identité personnelle est encore difficile à définir à la fin de l’Ancien Régime et c’est en cela, entre autres, que ces sources sont de première importance. Par ailleurs, l’autre point qui se distingue à la lecture de tous ces textes est le plaisir ressenti par les avocats rédacteurs d’écrits du for privé. Celui de se remémorer, de se mettre en valeur, de peindre des moments qui ont été déterminants sont tous mis en lumière par la rédaction d’un écrit intime. Plus que d’autres, Dupin aîné est cet avocat, puis ce magistrat qui, arrivé à la retraite, se souvient de sa jeunesse et prend plaisir à raconter les moments les plus illustres de sa carrière pour y développer une ultime persona, celle qui devra rester dans les mémoires pour la postérité. Ce masque déformant, qui lui permet d’édifier ses lecteurs avec encore plus d’aisance, n’empêche pourtant pas de saisir au travers une part, certes faible, de son intimité ; confirmant dès lors que les écrits du for privé sont une source pour l’histoire de la représentation sociale et de la conscience de celle-ci mais aussi pour celle de l’intimité et du développement de cette dernière.

Haut de page

Bibliographie

Amelang James S., The flight of Icarus : artisan autobiography in early modern Europe, Stanford (Calif.), Stanford University Press, 1998.

­—, « Artisans discuss the City : Urban Dialogues in Early Modern Europe », in Storia sociale e politica : Omaggio a Rosario Villari, éd. Alberto Merola, Giovanni Muto, Elena Valeri, Maria Antonietta Visceglia, Milan, FrancoAngeli, 2007, p. 408-424.

Arnoul Élisabeth, Bardet Jean-Pierre et Ruggiu François-Joseph (dir.), Les écrits du for privé en Europe, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, Analyses, Publications, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010.

Bardet Jean-Pierre et Ruggiu François-Joseph (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2005.

Bardet Jean-Pierre, Cassan Michel et Ruggiu François-Joseph (dir.), Les écrits du for privé. Objets matériels, objets édités, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2007.

Bardet Jean-Pierre, Mouysset Sylvie, et Ruggiu François-Joseph (dir.), Car c’est moy que je peins. Écritures de soi, individus et liens sociaux, Toulouse, Méridiennes, 2011.

Bardet Jean-Pierre et Ruggiu François-Joseph (dir.), Les écrits du for privé en France, de la fin du Moyen Âge à 1914, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2015.

Bell David A., Lawyers and citizens : the making of a political elite in Old regime France, Oxford, Oxford University Press, 1984.

Bellagamba Ugo, Les avocats à Marseille : praticiens du droit et acteurs politiques (xviiie et xixe siècles), Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2001.

Berryer Pierre-Nicolas, Souvenirs de M. Berryer, doyen des avocats de Paris, de 1774 à 1838, Paris, A. Dupont, 1839.

Berlanstein Lenard R., The Barristers of Toulouse in Eighteenth Century (1740-1793), Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 1975.

Bonald Louis de, Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile, démontrée par le raisonnement et par l’histoire, Paris, A. Le Clere, 1843.

Brami Franck Joseph, Dupin Aîné, 1783-1865, procureur général près la Cour de cassation et jurisconsulte, Paris, Dalloz, 2013.

Burke Edmund, Réflexions sur la Révolution de France, Londres, Chez Jacobson, 1790.

Chauvot Henri, Le barreau de Bordeaux de 1775 à 1815, Paris, A. Durand, 1856.

Coste Laurent, Mille avocats du Grand Siècle. Le barreau de Bordeaux de 1589 à 1715, Bordeaux, SAHCC, 2003.

Ducourrech De Raquine Guy, Le barreau de Bordeaux sous l’Empire et la Restauration, Bordeaux, L. Delbrel et Cie, 1907.

Dupin André-Marie-Jean-Jacques, Plaidoyer de M. Dupin pour le « Constitutionnel », prononcé à l’audience de la Cour royale, 1ère et 3e chambres réunies, le 26 novembre 1825, Paris, Baudouin frères, 1825.

—, Mémoires de M. Dupin, Paris, H. Plon, 1855.

Fournel Jean-François, Histoire du barreau de Paris dans le cours de la Révolution, Paris, Chez Maradan, 1816.

Giavarini Laurence (dir.), L’écriture des juristes : XVIe-XVIIe siècle, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010.

Guerder Guillaume, Les avocats d’Angers au XVIIIe siècle (1725-1790), Mémoire de maîtrise, Université d’Angers (dir. J. Maillard), 1996.

Houllemare Marie, Politiques de la parole : le parlement de Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 2011.

Karpik Lucien, Les avocats. Entre l’état, le public et le marché. xiiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 1995.

Kuperty-Tsur Nadine, « Justice historique et écriture mémorialiste », in Écriture de soi et argumentation : rhétorique et modèles de l’autoreprésentation actes du colloque de l’Université de Tel-Aviv, 3-5 mai 1998, éd. Tel-Aviv University et Centre de recherche Textes, histoire, langages, Caen, Presses universitaires de Caen, 2000, p. 47-64. 

Lemaignan Marion, « Les factums : une écriture sans modèle ? Avocats et actions d’écriture entre droit et discours social au xviie siècle », in Laurence Giavarini (dir.), L’écriture des juristes : xvie-xviie siècle, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010, p. 297-317.

Leuwers Hervé, « Merlin de Douai, avocat des Lumières ? Une carrière et ses enjeux à la veille de la Révolution (1775-1789) », Revue de la société internationale d’histoire de la profession d’avocat, 1993, p. 89-105.

—, L’invention du barreau français (1660-1830), La construction nationale d’un groupe professionnel, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2006.

Mathieu-Castellani Gisèle, La scène judiciaire de l’autobiographie, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

Maza Sarah, « Le tribunal de la Nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique à la fin de l’Ancien Régime », Annales ESC, janv.-fév. 1987, p. 73-90.

Mouysset Sylvie, « “Silence de mort et craintes extrêmes” la peur en son for privé à l’époque révolutionnaire », in « Vivre la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, Paris, Armand Colin, 2013/3, p. 11-34.

Paquin Pierre, Essai sur la profession d’avocat dans les duchés de Lorraine et de Bar au XVIIIe siècle, Verdun, Frémont, 1967.

Ortolan Joseph-Louis-Elzéar, Notice biographique sur M. Dupin, procureur général à la cour de cassation... Par M. Ortolan, Paris, Joubert, 1840.

Peresan Alice, Eustache-Antoine Hua (1759-1836) : Mémoires et papiers privés d’un magistrat et député, thèse d’École des chartes, 2014.

Pitou Frédérique, La robe et la plume : René Pichot de la Graverie, avocat et magistrat à Laval au XVIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003.

Ruggiu François-Joseph, « Les discours annalistiques comme discours de soi », in Jean-Pierre Bardet, Sylvie Mouysset, et François-Joseph Ruggiu (dir.), Car c’est moy que je peins. Écriture de soi, individus et liens sociaux, Toulouse, Méridiennes, 2011, p. 261-277.

Sat Aurore, « Ici donc je vais rentrer dans notre intérieur… », Étude et analyse des écrits du for privé d’avocats et hommes de loi entre 1760 et 1830, Mémoire de Master II, Université Paris IV, 2015

—, De la scène judiciaire aux coulisses de la vie intime : Gens de justice et écrits du for privé (1760-1830), thèse d’École des chartes, 2016.

White Reginald James, The conservative tradition, Londres, Nicholas Kaye, 1950.

Haut de page

Notes

1 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Mémoires de M. Dupin, Paris, H. Plon, 1855, p. 30.

2 Jean-François Fournel, Histoire du barreau de Paris dans le cours de la Révolution, Paris, Chez Maradan, 1816 ; Henri Chauvot, Le barreau de Bordeaux de 1775 à 1815, Paris, A. Durand, 1856 ; Guy Ducourrech De Raquine, Le barreau de Bordeaux sous l’Empire et la Restauration, Bordeaux, L. Delbrel et Cie, 1907 ; Laurent Coste, Mille avocats du Grand Siècle. Le barreau de Bordeaux de 1589 à 1715, Bordeaux, SAHCC, 2003 ; Pierre Paquin, Essai sur la profession d’avocat dans les duchés de Lorraine et de Bar au xviiie siècle, Verdun, Frémont, 1967 ; Lenard R. Berlanstein, The Barristers of Toulouse in Eighteenth Century (1740-1793), Baltimore/Londres, Johns Hopkins University Press, 1975 ; Guillaume Guerder, Les avocats d’Angers au xviiie siècle (1725-1790), Mémoire de maîtrise, Université d’Angers (dir. J. Maillard), 1996 ; Ugo Bellagamba, Les avocats à Marseille : praticiens du droit et acteurs politiques (xviiie et xixe siècles), Aix-en-Provence, Presses Universitaires d’Aix-Marseille, 2001.

3 Lucien Karpik, Les avocats. Entre l’état, le public et le marché. xiiie-xxe siècle, Paris, Gallimard, 1995.

4 Hervé Leuwers, L’invention du barreau français (1660-1830), La construction nationale d’un groupe professionnel, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2006.

5 David A. Bell, Lawyers and citizens : the making of a political elite in Old regime France, Oxford, Oxford University Press, 1984 ; Hervé Leuwers, « Merlin de Douai, avocat des Lumières ? Une carrière et ses enjeux à la veille de la Révolution (1775-1789) », Revue de la société internationale d’histoire de la profession d’avocat, 1993, p. 89-105 ; Sarah Maza, « Le tribunal de la Nation : les mémoires judiciaires et l’opinion publique à la fin de l’Ancien Régime », Annales ESC, janv.-fév. 1987, p. 73-90 ; Frédérique Pitou, La robe et la plume : René Pichot de la Graverie, avocat et magistrat à Laval au xviiie siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2003.

6 Si l’on écarte les quelques figures célèbres, étudiées davantage pour leur carrière politique que pour leurs fonctions d’avocat.

7 Nous rappelons que cette expression est une référence au groupe de recherche n°2649 du CNRS dont les nombreux colloques ont donné lieu à une bibliographie abondante : Élisabeth Arnoul, Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en Europe, du Moyen Âge à l’époque contemporaine. Enquêtes, Analyses, Publications, Pessac, Presses Universitaires de Bordeaux, 2010 ; Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Au plus près du secret des cœurs ? Nouvelles lectures historiques des écrits du for privé, Paris, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, 2005 ; Jean-Pierre Bardet, Michel Cassan et François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé. Objets matériels, objets édités, Limoges, Presses Universitaires de Limoges, 2007 ; Jean-Pierre Bardet, Sylvie Mouysset, et François-Joseph Ruggiu (dir.), Car c’est moy que je peins. Écritures de soi, individus et liens sociaux, Toulouse, Méridiennes, 2011 ; Jean-Pierre Bardet et François-Joseph Ruggiu (dir.), Les écrits du for privé en France, de la fin du Moyen Âge à 1914, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, 2015. Ce dernier ouvrage représente une synthèse de l’ensemble du travail accompli par le GDR pendant sa dizaine d’année d’activité.

8 Cet article s’appuie sur le travail réalisé autour des écrits du for privé de gens de justice de 1760 à 1830 : Aurore Sat, « Ici donc je vais rentrer dans notre intérieur… », Étude et analyse des écrits du for privé d’avocats et hommes de loi entre 1760 et 1830, Mémoire de Master II, Université Paris IV, 2015 et De la scène judiciaire aux coulisses de la vie intime : Gens de justice et écrits du for privé (1760-1830), thèse d’École des chartes, 2016. Les conclusions ici reportées reposent sur l’exploitation de 44 textes issus d’avocats qui exercent cette seule profession au début de la période et sur un ensemble de près d’une centaine de textes rédigés par des hommes de loi portant le titre d’avocat. Ceux-ci ont été recensés à partir de la base de données du groupe de recherche mentionné rassemblant tous les écrits du for privé conservés dans des services d’archives français, notamment départementaux et de diverses bibliographies. Il s’agit donc de manuscrits et d’imprimés.

9 La bibliographie sur Dupin est relativement succincte. La thèse récente de Franck Brami traite uniquement de sa carrière en tant que procureur général près la Cour de cassation et passe rapidement sur celle d’avocat. Cet ouvrage et la journée d’étude organisée par les archives départementales de la Nièvre en 2013, représentent les travaux les plus aboutis et viennent s’ajouter à la notice d’Ortolan réalisée du vivant de l’intéressé. Voir Joseph-Louis-Elzéar Ortolan, Notice biographique sur M. Dupin, procureur général à la cour de cassation... Par M. Ortolan, Paris, Joubert, 1840 ; Franck Joseph Brami, Dupin Aîné, 1783-1865, procureur général près la Cour de cassation et jurisconsulte, Paris, Dalloz, 2013. Les actes de la journée d’étude du 19 octobre 2013, « André Dupin, dit Dupin aîné, juriste et homme politique nivernais », doivent être publiés au volume LXXX des Mémoires de la Société académique du Nivernais. Le programme est en ligne (consulté le 18/08/2015).

10 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Mémoires de M. Dupin, op. cit. Le premier volume est sous-titré « Souvenirs du barreau, M. Dupin, avocat, ancien bâtonnier », le deuxième « Carrière politique, souvenirs parlementaires, M. Dupin, député, ministre, président 1827 à 183 », le troisième « Carrière politique, souvenirs parlementaires, M. Dupin président de la Chambre des députés pendant huit sessions (du 23 novembre 1832, au 26 mars 1839), le quatrième, enfin, « Carrière politique, souvenirs parlementaires, M. Dupin, député (de 1839 à 1848) ».

11 Furetière en donne la définition suivante : « Livre de raison est un livre dans lequel un bon mesnager, ou un Marchand escrit tout ce qu’il reçoit & despense, pour se rendre compte & raison luy-même de toutes ses affaires », cf. : Antoine Furetière, Dictionnaire universel contenant généralement tous les mots françois, tant vieux que modernes, et les termes de toutes les sciences et des arts. 2e édition revue, corrigée et augmentée par M. Basnage de Bauval, Tome II, 1702, p. 148.

12 Dans le corpus de textes étudié, nous trouvons notamment le cas de Joseph Sextius Siméon, beau-père de Portalis, qui dresse le « catalogue de [s]es livres » à la 17e page de son livre de raison (France, Paris, Archives nationales, 558 AP 18), auquel il adjoint, en marge à gauche, la valeur monétaire de chacun d’entre eux. Sa bibliothèque contient 268 ouvrages, ce qui est comparable aux chiffres d’avocats bordelais inscrits au tableau de l’année 1789 : Vergniaud possède par exemple 305 volumes, Jean-Baptiste Feuilhe, 278 (voir Hervé Leuwers, L’invention du barreau français, op. cit., p. 212). Le droit occupe encore la part la plus importante de cette bibliothèque avec 178 ouvrages, représentant 66% de l’ensemble mais un second centre d’intérêt apparaît dans le livre de raison et tend vers le monde des belles-lettres, représenté par 57 ouvrages qui constituent 21% du total. Racine, Molière ou Pascal figurent ainsi dans son ensemble, aux côtés des Essais de Montaigne, des Œuvres de Boileau ou des Aventures de Télémaque de Fénelon. Enfin, 5% des ouvrages qui constituent sa bibliothèque portent sur la religion et 4% traitent de science. Il fait donc preuve de diversité dans ses intérêts et d’une certaine curiosité, même si l’ensemble reste relativement classique pour la période.

13 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 2-3.

14 Ibidem, p. 3.

15 Ibidem, p. 4.

16 C’est le concept de « rhétorique des citations », apparu dans la seconde moitié du xvie siècle, et théorisé par Marc Fumaroli dans L’âge de l’éloquence, Rhétorique et res literaria de la Renaissance au seuil de l’époque classique, 2e éd., Paris, Albin Michel, 1994, p. 445. On retrouve ce type d’écritures des citations pour plusieurs avocats tels Anne Robert : Marie Houllemare, « Un avocat parisien entre art oratoire et promotion de soi (fin xvie siècle). », Revue historique, 2/2004 (n°630), p. 283-302. Dupin aîné s’inscrit donc pleinement dans la tradition de l’usage rhétorique des citations fréquentées au cours de la formation juridique.

17 Marie Houllemare, Politiques de la parole : le parlement de Paris au xvie siècle, Genève, Droz, 2011, p. 259-323.

18 Laurence Giavarini, L’écriture des juristes : xvie-xviie siècle, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010.

19 Marion Lemaignan, « Les factums : une écriture sans modèle ? Avocats et actions d’écriture entre droit et discours social au xviie siècle », dans Laurence Giavarini (dir.), L’écriture des juristes : xvie-xviie siècle, Paris, Éditions Classiques Garnier, 2010, p. 297-317.

20 Nadine Kuperty-Tsur, « Justice historique et écriture mémorialiste », dans Écriture de soi et argumentation : rhétorique et modèles de l’autoreprésentation actes du colloque de l’Université de Tel-Aviv, 3-5 mai 1998, éd. Tel-Aviv University et Centre de recherche Textes, histoire, langages, Caen, Presses universitaires de Caen, 2000, p. 47-64 ; Gisèle Mathieu-Castellani, La scène judiciaire de l’autobiographie, Paris, Presses Universitaires de France, 1996.

21 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 30.

22 Ibidem, p. 6.

23 Pour une comparaison plus fine entre la méthode décrite dans les Mémoires et l’exemple d’un plaidoyer, voir notre thèse d’École des chartes, p. 258-263.

24 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 7.

25 Sur la notion de persona, en rhétorique : Charles Guérin, Persona : l’élaboration d’une notion rhétorique au ier siècle, Paris, J. Vrin, 2009 ; en psychanalyse : Robert H. Hopcke, Persona : du masque social au moi réel, trad. Ludovic Weyland et Aline Apostolska, Saint-Jean-de-Braye, Dangles, 1996 ; en histoire du droit : Jean-Marc Trigeaud., Persona ou La justice au double visage, Genova, Studio editoriale di cultura, 1990.

26 Ses plaidoyers ont été publiés dans les Annales du barreau français, au tome X, voir Choix des plaidoyers et mémoires de M. Dupin aîné, Paris, B. Warée fils aîné, 1823. Ils ont également été édités ponctuellement, pour les plus fameux d’entre eux, par les frères Baudouin.

27 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Plaidoyer de M. Dupin pour le « Constitutionnel », prononcé à l’audience de la Cour royale, 1ère et 3e chambres réunies, le 26 novembre 1825, Paris, Baudouin frères, 1825, p. 22.

28 Franck Brami affirme ainsi dans sa thèse que : « Les plaidoiries et les consultations témoignent avant tout d’une opinion intéressée par la défense des intérêts du client. On ne saurait donc les considérer systématiquement comme l’expression de son opinion personnelle, mais on ne s’interdira pas d’aller y chercher les prémices de certaines idées ». Elles ne sont ainsi qu’un reflet partiel des opinions que Dupin développe ailleurs. Franck Joseph Brami y cherche ainsi les « prémices » de ce qui sera plus mûrement exposé dans les réquisitoires que Dupin produit en tant que procureur général près la Cour de cassation. Voir F. J. Brami, Dupin aîné, procureur général, op. cit., p. 10.

29 H. Leuwers, L’invention du barreau français, op. cit.

30 Dans le corpus étudié, nous disposons de douze textes appartenant à ces catégories et rédigés par des avocats entre 1760 et 1830.

31 Il dédie ainsi le chapitre V de ses Souvenirs à l’ordre des avocats et précise, lorsqu’il parle d’un stagiaire : « La profession qu’il embrassait, la plus noble de toutes, devait être un cours perpétuel de morale et de vertus civiques. La science et l’art de bien parler en étaient il est vrai la base ; mais elle exigeait surtout une loyauté à toute épreuve : vir probus dicendi peritus. » Pierre-Nicolas Berryer, Souvenirs de M. Berryer, doyen des avocats de Paris, de 1774 à 1838, Paris, A. Dupont, 1839, p. 45.

32 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Des magistrats d’autrefois, des magistrats de la Révolution, des magistrats à venir, Paris, Veuve Jeunehomme, 1814.

33 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Mémoires de M. Dupin, Paris, H. Plon, 1855, p. 10.

34 Dictionnaire du bâtonnier des Avocats, 1er décembre 1829.

35 Discours à l’Académie française, 22 février 1855.

36 Elles se retrouvent chez Étienne Pasquier, Claude Loisel ou encore lors de la grève des avocats de 1602.

37 Ces valeurs chères aux avocats, mises en exergue au moment de la prestation du serment, sont la probité, la défense des causes justes et le désintéressement qui s’exprime par la modération dans les honoraires. Défendre ces idéaux, c’est ainsi rappeler la « noblesse » de l’avocat.

38 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 25.

39 Ces deux catégories concernent 25 avocats du corpus.

40 Cela concerne 14 individus du corpus rassemblé.

41 La définition du conservatisme se développe et se précise après 1789, en réaction aux évènements révolutionnaires, notamment grâce à Edmund Burke qui affirme qu’un gouvernement ne peut reposer sur des abstractions comme la Raison, prônée par les Lumières, mais seulement sur le développement historique de l’État et des autres institutions de la société. Le conservatisme accorde une place particulièrement importante à la tradition, formée grâce à la sagesse des générations précédentes. Parmi les formes caractéristiques que prend le conservatisme en France, Louis de Bonald cite notamment l’attachement à la « monarchie absolue, [l’] aristocratie héréditaire, [l’] autorité patriarcale dans la famille ». Voir Edmund Burke, Réflexions sur la Révolution de France, Londres, Chez Jacobson, 1790 ; Bonald Louis de, Théorie du pouvoir politique et religieux dans la société civile, démontrée par le raisonnement et par l’histoire, Paris, A. Le Clere, 1843 ; Reginald James White, The conservative tradition, Londres, Nicholas Kaye, 1950.

42 Sylvie Mouysset, « “Silence de mort et craintes extrêmes” la peur en son for privé à l’époque révolutionnaire » dans « Vivre la Révolution », Annales historiques de la Révolution française, Armand Colin, 2013/3, p. 11-34.

43 Jean-Baptiste Baudot, avocat en 1787, devenu greffier au tribunal du district puis commissaire national au conseil municipal d’Étain, utilise le mot d’inquiétude lorsqu’il écrit dans son journal le 30 août 1792 : « Ce jour, étant inquiet, je pars voir mon oncle ». Mais la période qu’il craint le plus est la Terreur, et il y note le 27 juin 1794 : « J’accompagnai Perrin membre du district et maître des postes pour disposer les objets à la diligence à Verdun. Nous eûmes une fière peur. Son domestique allemand s’étant trompé de porte et d’adresse, nous le retrouvâmes après trois heures d’inquiétudes qui nous empêchâmes de dîner ». Voir France, Bar-le-Duc, Archives départementales de la Meuse, 1 J 244, p. 7 et 17.

44 Eustache-Antoine Hua est un bon exemple d’enthousiasme initial qui se traduit vite en désapprobation devant l’accélération des perturbations. Il exerce les fonctions de député à la Législative, ce qui signifie qu’il approuve un minimum le système de la représentation et de l’assemblée élue, mais il revient vite sur ses décisions définissant la Révolution avec un ton acerbe : « cette mère folle qui parloit toujours principes en faisant des sottises ; qui marchois sans savoir où, le bandeau sur les yeux, et la hache à la main. Tout détruire, pour tout recréer, voilà le système. Tout abattre et ne rien relever, voilà les faits. » Voir Alice Peresan, Eustache-Antoine Hua (1759-1836) : Mémoires et papiers privés d’un magistrat et député, thèse d’École des chartes, 2014, p. 208.

45 André-Marie-Jean-Jacques Dupin, Plaidoyer de M. Dupin pour le « Constitutionnel », prononcé à l’audience de la Cour royale, 1ère et 3e chambres réunies, le 26 novembre 1825, Paris, Baudouin frères, 1825, p. 22.p. 74.

46 Pour mémoire, le groupe du « mouvement » où s’illustrent notamment Lafitte, La Fayette, ou Dupont de l’Eure considère que 1830 doit être à l’origine d’une évolution parlementaire au sein de laquelle le roi règnerait sans gouverner, et est donc proche des républicains. Celui de la résistance est constitué de nombreux anciens libéraux qui ne souhaitent aucune modification supplémentaire, et s’illustre à travers des personnalités comme Thiers ou Guizot, menées par Casimir-Perier derrière la formule « La Charte, toute la Charte, rien que la Charte ». Le Tiers-Parti se situe entre les deux et est donc le partenaire indispensable de toutes les coalitions ministérielles.

47 Il a en effet accepté d’être son avocat dans la cause qui l’opposait aux administrateurs du Théâtre français. Par la suite, il plaide dans toutes les affaires de la maison d’Orléans, devenant membre du conseil d’apanage du futur Louis-Philippe dès 1818 et dispensant notamment des cours de droit au duc de Chartres.

48 A.-M.-J.-J. Dupin, Mémoires, op. cit., p. 170-171.

49 Voir les travaux de James Amelang sur les artisans européens de l’époque moderne rédacteurs d’écrits autobiographiques, pour lesquels il constate un conservatisme tant politique que religieux, voir James S. Amelang, The flight of Icarus : artisan autobiography in early modern Europe, Stanford (Calif.), Stanford University Press, 1998 ; James S. Amelang, « Artisans discuss the City : Urban Dialogues in Early Modern Europe », in Storia sociale e politica : Omaggio a Rosario Villari, éd. Alberto Merola, Giovanni Muto, Elena Valeri, Maria Antonietta Visceglia, Milan, FrancoAngeli, 2007, p. 408-424 ; et ceux de François-Joseph Ruggiu sur les rédacteurs de chroniques urbaines au xviiie siècle qui mettent en valeur le conservatisme de leurs idées politiques, voir François-Joseph Ruggiu, « Les discours annalistiques comme discours de soi » dans Jean-Pierre Bardet, Sylvie Mouysset, et François-Joseph Ruggiu (dir.), Car c’est moy que je peins. Écriture de soi, individus et liens sociaux, Toulouse, Méridiennes, 2011, p. 261-277.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Sat, « « Mon compte-rendu n’est que la défense continuée » : étude et analyse des écrits du for privé d’avocats de part et d’autre de la Révolution française à travers l’exemple des Mémoires de Dupin aîné », Criminocorpus [En ligne], Histoire des avocats, Articles, mis en ligne le 16 septembre 2016, consulté le 11 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3356

Haut de page

Auteur

Aurore Sat

Élève archiviste-paléographe en 4e année à l’École nationale des chartes, auteur d’une thèse d’École des chartes intitulée De la scène judiciaire aux coulisses de la vie intime. Gens de justice et écrits du for privé (1760-1830), sous la direction de François-Joseph Ruggiu, professeur à l’Université Paris-Sorbonne et Christine Nougaret, professeur à l’École nationale des chartes, soutenue en 2016.

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page