Navigation – Plan du site

Antoine Follain (dir.), Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle)

Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2015, 532 p.
Marie Houllemare
Référence(s) :

Antoine Follain (dir.), Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle), Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 2015, 532 p.

Texte intégral

1Comme l’indique son titre en forme de boutade, cet ouvrage est consacré à la mesure de la violence de l’époque moderne par les historiens, souvent appréhendée à partir des taux d’homicides élaborés à partir de sources judiciaires. Nouveau jalon dans une longue tradition de débats autour de la diminution de la violence, il réfute le modèle élasien de la « civilisation des mœurs », qui aurait mené in fine à des « mœurs enfin dignes, sinon apaisées » au XVIIIe siècle (Hervé Piant, p. 6). S’il n’aborde pas directement la tension entre brutalité et violence et ne cherche pas à élaborer un modèle alternatif, il est extrêmement utile pour faire le point sur les types de sources disponibles et leur apport respectif. S’adressant tant aux étudiants qu’aux spécialistes, cet ouvrage est, de plus, véritablement collaboratif, associant autour d’Antoine Follain, les contributions de chercheurs confirmés et les résultats de plusieurs années de séminaire de recherche. Ce choix original et stimulant permet de mettre en regard réflexions méthodologiques, édition de sources et études de cas.

  • 1 Voir sa thèse, « Monarchie administrative et justice criminelle en France au XVIIIe siècle. Les « é (...)

2Au delà de la diversité des approches, ces travaux portent essentiellement sur la violence dans les relations sociales vue au prisme de sa criminalisation par l’institution judiciaire. Seule une contribution aborde, en effet, la représentation figurée de la violence, mais uniquement pour conclure à son inutilité pour le sujet (A. Follain, F. Muller et C.-A. Papillard). Toutes les autres mobilisent des sources judiciaires, ce qui impose de penser la violence à travers le filtre de sa mise par écrit dans les archives judiciaires. La réflexion porte essentiellement sur cette opération, à travers l’analyse des types de sources, tant sérielles que micro-historiques, tout en montrant comment l’institution criminalise certains types (mais pas tous) de violences. De là, émerge un « entre-deux critique » (D. Roussel), visant à prendre en compte la variété des méthodes, pour parvenir une archéologie de la violence, explicitement construite sur la diversité de ses traces archivistiques. L’ensemble articule pour ce faire des contributions portant sur des sources bien connues avec la mise en valeur d’une documentation plus originale. Parmi les fonds classiques, les justices seigneuriales et locales sont abordées dans trois contributions méthodologiques et historiographiques (F. Mauclair, D. Roussel et G. Larguier) ; les lettres de rémission sont prises en compte avec la présentation et l’analyse de corpus issus de Lorraine (A. Follain ; E. Gérardin) et de Bourgogne (P. Delsalle). Mais l’institution judiciaire procède aussi à une mise en chiffres de la violence, peut-être moins familière aux historiens de l’époque moderne, d’où l’intérêt de la contribution de J.-C. Farcy sur la statistique criminelle du XIXe siècle. En témoigne aussi l’analyse des amendes du Val de Lièpvre, éditées pour les années 1614 à 1619. Surtout, la construction de séries par les institutions fait aussi l’objet de l’analyse d’E. Leromain consacrée aux états des crimes établis par les intendances au XVIIIe siècle1.

3Dès l’introduction, certaines réticences sont exprimées à l’égard l’analyse qualitative d’un unique procès, dont il est rappelé qu’il ne saurait être considéré comme représentatif d’une réalité sociale. Le travail collectif (analyse et édition) mené sur le procès intenté en 1617 à Petermann pour le meurtre de sa belle-fille constitue néanmoins une belle initiation à l’étude des sources judiciaires pour les étudiants, restituant les étapes du procès tout en l’accompagnant d’une très précise contextualisation sociale. Comme les autres contributions collectives, elle interroge qui plus est la manière dont l’appareil judiciaire fabrique un coupable à des fins à la fois sociales (désigner un bouc émissaire), mais peut-être aussi politiques (se montrer capable d’une réponse officielle au meurtre).

4À partir de la réflexion sur les sources et la mesure de la violence, cet ouvrage, foisonnant, ouvre donc quantité de pistes d’analyse, invitant à prolonger la discussion sur la fixation des catégories criminelles du point de vue de l’histoire du droit, mais aussi la manière pour l’historien d’écrire la violence.

Haut de page

Notes

1 Voir sa thèse, « Monarchie administrative et justice criminelle en France au XVIIIe siècle. Les « états des crimes dignes de mort ou de peines afflictives » (1733-1790) » soutenue le 30 juin 2017, http://criminocorpus.hypotheses.org/29209.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie Houllemare, « Antoine Follain (dir.), Brutes ou braves gens ? La violence et sa mesure (XVIe-XVIIIe siècle) », Criminocorpus [En ligne], 2017, mis en ligne le 21 septembre 2017, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3576

Haut de page

Auteur

Marie Houllemare

Marie Houllemare est agrégée d’histoire et maître de conférences en histoire moderne (Université d’Amiens / Institut Universitaire de France).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page