Navigation – Plan du site

Anne-Claude Ambroise-Rendu, Frédéric Chauvaud (dir.), Machination, intrigue et résolution. Une histoire plurielle de la préméditation

Limoges, Presses Universitaires de Limoges (PULIM), coll. Constellations, 2017, 254 p.
Laurent Lόpez
Référence(s) :

Anne-Claude Ambroise-Rendu, Frédéric Chauvaud (dir.), Machination, intrigue et résolution. Une histoire plurielle de la préméditation, Limoges, Presses Universitaires de Limoges (PULIM), coll. Constellations, 2017, 254 p.

Notes de l’auteur

Les idées exprimées n'engagent pas la responsabilité du SHD et du ministère des armées.

Texte intégral

1« Le crime parfait est le triomphe de la préméditation, le criminel doit non seulement camoufler son crime s'il le peut, mais même prévoir toutes les circonstances qui entourent ce crime de manière à ne laisser aucune trace, de façon à ce que son crime se déroule, en quelque sorte, automatiquement […]. J'ai l'impression que ce sont les auteurs de romans qui ont été amenés à inventer de toute pièce le crime parfait pour donner libre cours à leur subtilité et à leur inventivité […]. Par conséquent ils avaient besoin, pour se montrer romanciers, d'inventer le crime parfait1 ».

2L’imaginaire de l’assassinat – puisque qu’il s’agit avant tout de meurtre dans cette évocation vague du « crime parfait » par un de ses éminents romanciers – accorde sans doute plus de place à la préméditation qu’à l’acte lui-même, souvent rapidement relaté. Ou plutôt, la préméditation devient une partie constitutive même de l’acte, l’aspect le plus ténébreux de l’affaire puisqu’elle en recèle la dimension psychologique alors que l’homicide proprement dit aboutit finalement en un geste technique, le plus souvent assez banal et simple – même dans son horreur –, si l’on peut se permette cet épithète déshumanisant. Le crime et sa préméditation, malgré leur caractère exceptionnel, comme en attestent les archives judiciaires, paraissent néanmoins familières à la plupart. La mise en scène du meurtre ourdi par un individu – quand ce n’est pas sa propre mort qui est envisagée, préparée et décidée – ou fomenté au sein d’un complot, est présente partout : les scènes de théâtre depuis l’antiquité, les pages des romans, des journaux, depuis plusieurs siècles, et maintenant les écrans ; ceux-ci, portables ou non, font pénétrer l’assassin dans l’intimité d’une poche ou celle du foyer rassurant ; ceux des salles obscures transforment le frisson singulier en une émotion collective et partagée.

3Spécialistes de l’histoire de la violence, du fait divers, des criminels – réels ou de fiction – ainsi que des experts chargés de les juger, analyser ou confondre, Anne-Claude Ambroise-Rendu, professeure à l’Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, et Frédéric Chauvaud, professeur à l’Université de Poitiers, se sont attaqués à un sujet des plus ardus en organisant un colloque dont les contributions réunies dans cet ouvrage sont issues ; ce n’est pas le moindre hommage qu’il faut leur rendre ainsi qu’à la quinzaine d’auteurs qui ont accepté de participer au défi d’écrire cette « histoire plurielle de la préméditation », pour reprendre le sous-titre de ce livre dense.

4L’introduction pose un cadre théorique complexe en soulignant la difficulté pour le droit de saisir le vif de ressorts psychologiques qui peuvent avoir leur propre histoire avant celle de l’acte criminel lui-même. Cette réflexion initiale tente aussi de retracer la difficile généalogie de la notion à laquelle chaque époque donne sa définition et son cadre interprétatif. Avec la sécularisation de la société occidentale, la libre volonté du sujet l’emporte progressivement sur la croyance en la volonté divine. Et encore doit-on nuancer cette remarque puisque l’idée d’une prédestination – sociale ou biologique, celle-ci – ressurgit dans le dernier quart du XIXe avec la théorie du « criminel-né » développée par le médecin-légiste italien Cesare Lombroso2.

5Les contributions embrassent des horizons européens variés (de la Lorraine à l’Espagne, en passant par la Sicile ou la Belgique, Paris, l’Eure-et-Loir ou l’Auvergne, par exemple), à des échelles diverses – d’affaires locales à des espaces nationaux – et un temps long, de la fin du Moyen-Âge à l’époque la plus contemporaine, en envisageant une pluralité de crimes et de délits (assassinats de Cosa Nostra, vols individuels, larcins en bande, empoisonnements, agressions au vitriol, fabrication et écoulement de fausse monnaie, par exemple). Elles sont organisées en trois parties principales. Les « circonstances et logiques du passage à l’acte » déclinent les formes prises par la préméditation et les figures en quelque sorte prédestinées par la biologie ou l’origine sociale qui ont pu les incarner ; le poison ou le vitriol apparaissent ainsi avant tout comme des armes de prédilection de femmes. Que ce soit pour la fabrication de fausse monnaie ou les meurtres par empoisonnement, la difficulté des enquêteurs est d’abord de réunir des preuves de ce « dessein formé, avant l’action, d’attenter à la personne d’un individu déterminé », comme le précise le Code pénal de 1810. La deuxième partie, intitulée « la préméditation en questions », souligne les difficultés posées par cette notion de préméditation dans l’instruction des affaires. En effet, il est important d’en déterminer l’existence ou non puisque la société y voit et en fait un élément essentiel des « circonstances aggravantes » dans les procès. À ce titre se pose l’interrogation de savoir si la préméditation s’ajoute à l’infraction ou si elle en est constitutive. En somme, existe-t-il des délits ou des crimes nécessairement conçus pas avance. Pour finir, l’ouvrage met ne perspective les discours judiciaires successifs ou concomitants sur cette notion fuyante. Insaisissable pour ceux qui doivent juger mais aussi pour les juristes et les historiens puisque celle-ci souffre d’un déficit d’analyse chronique. Jean-Claude Farcy avance l’hypothèse d’une notion tellement évidente pour les acteurs qu’elle ne suscite pas leur attention, un peu comme le soleil qui fait tout voir mais ne peut se regarder, pour reprendre les mots de Victor Hugo. En écho à la perplexité de l’éminent historien de la chose judiciaire et pour prolonger ses remarques, constatons aussi l’énigme se dégageant de la consultation des archives policières (au sens large, c’est-à-dire aussi celles laissées par les gendarmes, dont il faut rappeler qu’ils sont les premiers pourvoyeurs de la filière pénale au moins jusqu’à la fin des années 1940).

6Pourquoi cette notion de crime préparé, de préméditation, est-celle si peu présente, pour ne pas dire invisible, dans les rapports rédigés par les principaux auxiliaires des magistrats en matière de police judiciaire ? ; et, inversement, tellement répandue dans les œuvres de fiction policière… D’abord, il faut insister sur ce point, car le meurtre demeure relativement rare dans la masse des affaires judiciaires ; et le meurtre planifié intelligemment dans le secret d’une conscience encore plus. Ce que souligne Thomas Narcejac dans la citation d’ouverture. Ensuite, car l’appréciation de la préméditation relève des juges et éventuellement de jurés, c’est-à-dire de l’instruction, du procès puis enfin du délibéré. Et l’on comprend ainsi pourquoi la plupart des contributions n’évoquent que des magistrats et des juristes et jamais leurs auxiliaires. Car la préméditation est d’abord affaire d’interprétation ; dans la logique de la police judiciaire, cette étape revient au personnel instructeur puis éventuellement au jury d’assises. Le travail policier enregistre des témoignages, rassemble des preuves, interpelle un suspect, mais n’a pas à en tirer des conclusions. Le temps de l’enquête n’est pas celui du procès. Au XIXe siècle, et avant, un magistrat ne demande pas à un commissaire ou un gendarme d’exposer sa théorie sur la psychologie du suspect ; et ceux-ci se gardent bien de leur exprimer, et les militaires encore plus que les policiers… comme le constate l’historien, qui demeure souvent sur sa faim, au contraire de l’amateur de polars qui connaît toujours le dénouement au terme de sa lecture. 

Haut de page

Notes

1 Thomas Narcejac, Tribune de Paris, « Le crime parfait existe-t-il ? », première diffusion le 12 octobre 1948 sur la Chaîne Nationale, cité dans Les Nuits de France Culture par Philippe Garbit, émission du 12 février 2017, France Culture. Consulté le 2 juillet 2017. URL : https://www.franceculture.fr/emissions/les-nuits-de-france-culture/thomas-narcejac-le-crime-parfait-est-le-triomphe-de-la

2 Marc Renneville, « Le criminel-né : imposture ou réalité ? »Criminocorpus [En ligne], Histoire de la criminologie, 2. Thématiques et théories, mis en ligne le 01 janvier 2005, consulté le 16 août 2017. URL : http://criminocorpus.revues.org/127

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Laurent Lόpez, « Anne-Claude Ambroise-Rendu, Frédéric Chauvaud (dir.), Machination, intrigue et résolution. Une histoire plurielle de la préméditation », Criminocorpus [En ligne], 2017, mis en ligne le 20 octobre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3581

Haut de page

Auteur

Laurent Lόpez

Laurent Lόpez est chargé de recherche et d’enseignement au Service historique de la Défense, docteur en histoire, chercheur associé au CESDIP (UVSQ-CNRS) et au Centre d’histoire du XIXe siècle (universités Paris I-Paris IV).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page