Navigation – Plan du site
Articles

Les techniques d’identification inédites mobilisées par Edmond Locard : le graphoscope, le hastoscope et le synchrisiscope

Amos Frappa

Résumés

Dans l’entre-deux-guerres, les hommes du laboratoire de police lyonnais mettent au point une série de microscopes afin de lutter plus efficacement contre le crime. Graphoscope, hastoscope et synchrisiscope sont ainsi élaborés durant cette période considérée comme l’âge d’or de la structure qui avait été créée par Edmond Locard en 1910. L’existence de financements spéciaux, le dynamisme du milieu industriel local, la grande créativité des stagiaires ou encore l’esprit de compétition animant l’ensemble des laboratoires de police français constituent autant d’éléments expliquant l’enchaînement de ces inventions.

Ne s’agit-il pas d’ailleurs de simples perfectionnements ? La question mérite d’être posée pour chacun des trois appareils. Il ne s’agit finalement que d’anciens microscopes auxquels des améliorations ont été apportées. Le graphoscope de Locard, permettant l’expertise des documents écrits, s’inscrit dans des recherches menées depuis plusieurs années déjà en Europe. L’hastoscope et le synchrisicope, élaborés par deux stagiaires étrangers à savoir Harry Söderman et William Stirling, sont quant à eux héritiers du premier microscope comparateur imaginé en Russie à la fin du XIXe siècle.

La diffusion de ces instruments hors du laboratoire permet néanmoins de les qualifier d’innovations. Elle s’appuie sur une stratégie commerciale offensive et emprunte des voies multiples, que ce soit le bouche-à-oreille ou la presse. Graphoscope, hastoscope et synchrisiscope connaissent cependant des fortunes diverses dans la pratique même du laboratoire lyonnais. Le second connaît ainsi un usage bien marginal, tandis que les deux autres s’imposent progressivement dans les opérations du quotidien.

Haut de page

Notes de la rédaction

Intervention d’Amos Frappa (12 décembre 2016) dans le cadre du séminaire GERN (CESDIP, Université de Vienne – Autriche – et Fondation de l’Université de Cergy-Pontoise) « Histoire des techniques d’identification, de contrôle et de surveillance des personnes (XIXe-début XXe siècle) organisé par Pierre Piazza et Peter Becker aux Archives nationales (site de Pierrefitte-sur-Seine).

Texte intégral

« En revenant vers son bureau, […] il m’expliqua l’usage de certains de ses instruments : ça, c’est une lampe de Wood pour examiner les lettres anonymes ; ça, un graphoscope que j’ai inventé : en fait un microscope binoculaire qui sert à expertiser les écritures. Voici une autre invention, le hastoscope, créé par mon stagiaire suédois Harry Söderman. Il permet l’examen et l’identification par comparaison des projectiles tirés par des armes à feu. Passons au synchiroscope, c’est un peu trop technique pour vous… ».

  • 1 Marion François, « La vérité dans le sang : roman policier et connaissance », Revue LISA/LISA e-jou (...)
  • 2 Colloque international Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman poli (...)
  • 3 Dominique Kalifa, « Enquête judiciaire, littérature et imaginaire social au XIXe siècle », in Jean- (...)
  • 4 Andrea Goulet, Optiques. The Science of the Eye and the Birth of Modern french Fiction, Philadelphi (...)

1Ces propos, que la romancière Michèle Barrière prête à Edmond Locard dans sa dernière œuvre, Meurtres trois étoiles, parue au mois de juin 2016, érigent la technologie au pinacle de l’enquête policière des années 1930, détrônant ainsi le sacro-saint raisonnement déductif1. Dans cet univers du roman policier, qui suscite de réguliers travaux scientifiques2, rien de nouveau cependant. Au milieu du XIXe siècle, les « romans de la cour d’assises et des investigations policières » imaginaient déjà les futures méthodes d’identification, tel le Cœur révélateur d’Edgar Poe annonçant le sphygmographe et le détecteur de mensonges3. Parmi les innovations alors mises en avant, Andrea Goulet de l’université de Pennsylvanie, spécialiste des relations entre sciences et littérature policière, s’est récemment intéressée aux appareils d’optique, prenant l’exemple du microscope, instrument habituel du naturaliste et porté aux nues par l’inspecteur Lecoq4.

  • 5 Pascal Griset et Yves Bouvier, « De l’histoire des techniques à l’histoire de l’innovation. Tendanc (...)

2Graphoscope, hastoscope et synchrisiscope, ce dernier étant évoqué sous un autre nom par Michèle Barrière, relèvent tous les trois de cette famille d’outils scientifiques. Leur conception, dans l’entre-deux-guerres, revient à l’équipe d’Edmond Locard, à Lyon, dans le laboratoire de police d’État installé en janvier 1910 sous les combles du palais de justice. Si l’élève d’Alexandre Lacassagne élabore le graphoscope, les deux autres appareils sont respectivement confectionnés par le Suédois Harry Söderman et l’Anglais William Stirling, deux stagiaires. La création de tels appareils confirme que ce laboratoire constitue le lieu « par excellence de l’innovation »5 technique, constat que rappellent d’ailleurs Pascal Griset et Yves Bouvier dans un récent bilan historiographique. Ce concept, qui se distingue de celui d’invention, désigne l’introduction sur le marché d’un objet ou d’un service nouveau. La notion de technique, quant à elle, se trouve au cœur de la démarche de Locard, celui-ci privilégiant cet adjectif à celui, alors plus usité, de scientifique : « Je dis technique et j’y insiste. Parce qu’une telle discipline est proprement un art, non une science, puisqu’elle comporte des méthodes – je dirais presque des recettes – et non des lois ».

3Dans quelle mesure les microscopes spéciaux conçus par le laboratoire de Locard relèvent-ils de l’innovation ? Ils sont le fruit de recherches menées dans un laboratoire alors considéré comme l’un des plus dynamiques qui soit. Les trois inventions ainsi produites exploitent les différentes possibilités offertes par l’optique. Mais, si elles accèdent au stade de l’innovation, leur diffusion semble à bien des égards limitée.

Le laboratoire de Locard, un vivier d’inventions

Des conditions matérielles et humaines favorables

  • 6 France, Archives municipales de Lyon, 31II41NC, Lettre de Locard au président de la chambre de comm (...)
  • 7 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre de Louis Pradel à Locard, 12 janvier 1931.
  • 8 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Locard à Stirling, 24 juin 1935.
  • 9 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre de l’agent comptable des services de police de la pr (...)
  • 10 Ibidem, Lettre de Locard à Auguste Lumière, sans date [vers 1924].

4La petite décennie qui voit la mise au point des trois instruments correspond, sans surprise, à un âge d’or du laboratoire lyonnais. Cette structure s’épanouit effectivement au sortir de la Grande guerre. Si l’installation initiale s’avère fruste, de l’aveu même de son fondateur, les choses changent rapidement grâce à l’entregent de Locard. L’appui de Charles Soulier, son beau-père et surtout membre éminent de la chambre de commerce de Lyon, lui permet de trouver les subsides que l’administration rechigne à octroyer. Le 7 décembre 1923, il sollicite ainsi cette institution pour « établir une technique pour l’analyse des poussières », elles « exigent [en effet] un outillage coûteux et en particulier un appareil microphotographique dont [il ne peut] faire l’acquisition6 ». Selon Locard, la chambre de commerce, qui finance déjà d’autres laboratoires de recherche comme celui de la condition des soies, « s’intéresserait à des travaux faits dans l’intérêt collectif ». La demande est validée au début de l’année 1924. Loin d’être un cas isolé, un tel appui pécuniaire se renouvelle chaque année. Les présidents successifs de la chambre, travaillés au corps par Locard, se passent le mot, comme le confie Louis Pradel au moment de prendre sa retraite en janvier 1931 : « Je me suis fait un devoir en abandonnant ma Présidence de recommander tout spécialement à mon successeur l’importance des travaux que vous avez poursuivis avec tant de succès7 ». Cette bienveillance, complétée par la promesse systématique de fournir un compte-rendu ou, du moins, un « album d’images »8, sur l’usage des subsides, assure ainsi au laboratoire une certaine tranquillité financière. De son côté, l’administration règle les dépenses courantes, la consommation de bois d’allumage par exemple9, et quelques achats ponctuels. Pour achever de convaincre la chambre de commerce, Locard n’hésite pas à faire jouer son carnet d’adresses. Au milieu des années 1920, Auguste Lumière en personne est sollicité pour appuyer une demande pour une balance de précision de 5 000 francs : « Je suis bien désolé de cette mendicité récidivante, mais si je ne comptais que sur l’État, le laboratoire n’aurait d’autre outillage que les doigts des préparateurs10 ».

  • 11 Archives municipales de Lyon, 31ii57NC, Lettre du directeur de la société industrielle d’appareils (...)
  • 12 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre des Établissements Union à Locard, 13 décembre 1934.

5Le laboratoire lyonnais dispose donc d’un bailleur de fonds à travers la chambre de commerce, mais la confection d’instruments spéciaux passe également par la relation avec des fabricants capables de répondre à un cahier des charges. Dans ce domaine, Locard se montre attentif. Quand, au début de l’année 1926, il cherche un constructeur pour lui fournir une lampe de Wood, il profite d’une foire parisienne pour approcher la Société industrielle d’appareils médicaux11. Le plus souvent, les propositions de partenariat arrivent directement au laboratoire via des courriers ou des brochures publicitaires. Parfois, un représentant se déplace pour faire l’article, comme pour la maison parisienne d’appareils photographiques Union en 193412.

  • 13 Ibidem, 31ii59NC, Lettre de Peter à Locard, 12 janvier 1924.
  • 14 Archives municipales de Lyon, 31II87NC, Lettre de Locard à José Lazzarini, 13 mars 1936.

6Lyon étant une ville d’une certaine importance, l’offre s’avère riche. Il est donc on ne peut plus logique que 90% des entreprises associées au laboratoire soient situées dans la région lyonnaise, les autres étant principalement parisiennes et suisses. La question des droits de douane décourage généralement les velléités de relations commerciales avec l’étranger13, et si Stirling choisit en 1933 de confier la réalisation du synchrisiscope à la célèbre firme londonienne Negretti & Zambra, c’est uniquement parce qu’il ne réside désormais plus à Lyon mais dans la capitale britannique. En effet, quand il s’agit d’imaginer un instrument puis d’en commander l’exécution, la proximité spatiale avec le fournisseur s’impose. L’alternance de phases d’expérimentations et d’ajustements exige de fréquents échanges entre le concepteur et le technicien. Locard en a bien conscience, lui qui, au cours de la fin du XIXe siècle, a vu le professeur lyonnais Albert Florence s’associer à l’opticien parisien Jean Alfred Nachet fin pour réaliser un microscope spécial « permettant de détecter directement les globules sanguins14 ». Il décide donc de s’engager avec la maison d’optique Joseph Gambs installée, jusqu’au milieu des années 1920, au 8 place des Jacobins, soit à cinq minutes à pied seulement du palais de justice.

Plan de Lyon en 1914

Plan de Lyon en 1914
  • 15 Archives municipales de Lyon, 31ii57NC, Lettre de Gambs à Locard, 10 février 1921.
  • 16 Archives municipales de Lyon, 31II87NC, Lettre de Goddefroy à Locard, 9 avril 1931.
  • 17 Archives municipales de Lyon, 31II89NC, Lettre de Locard à l’Upper India Scientific Works, 5 septem (...)

7Spécialisée depuis des dizaines d’années dans la confection d’instruments de précision, cette maison d’optique devient le partenaire principal du laboratoire, de même que l’entreprise lyonnaise Gallois qui fournit, pour sa part, les lampes à lumière ultra-violette. En 1921, Locard lui passe commande d’une trousse en noyer pour le transport sur la scène de crime afin de doter le laboratoire d’un équivalent de la bertillonne15. Quelques années plus tard, cette même maison s’attèle à la réalisation du graphoscope, puis du hastoscope. Son déménagement au 4 rue du Président Carnot, c’est-à-dire 400 mètres plus loin, n’affecte en rien cette relation privilégiée, ce d’autant plus que les outils inventés par le laboratoire demandent un certain entretien et des réparations régulières. Locard oriente également ses contacts vers Joseph Gambs lorsque ceux-ci lui demandent conseil. C’est pourquoi en 1931, le détective belge Ernest Goddefroy, ami de Locard, demande à Gambs de construire un appareil spécial pour la « mise au point des traits superposés16 » dans les expertises d’écriture. Locard, qui a l’avantage d’être sur place, participe lui-même aux réglages de la machine qui sera baptisée « charriot de Goddefroy », conseillant au fabricant d’élargir la pince qui a tendance à « fripper » les papiers. En 1936, Locard est sollicité par l’Upper India Scientific Works qui commercialise des instruments scientifiques dans les Indes anglaises, l’un de leurs clients souhaitant établir un laboratoire de police. Locard donne alors les noms de Gambs et Gallois comme étant les deux principaux constructeurs français d’outillages scientifiques17.

  • 18 Archives municipales de Lyon, 31II86NC, Lettre de Stirling à Locard, 10 septembre 1931.
  • 19 Archives municipales de Lyon, 31II85NC, Lettre de Henri Murat à Locard, 28 septembre 1928.
  • 20 Archives municipales de Lyon, 31II90NC, Lettre de Stirling à Locard, 7 décembre 1932.

8Si le laboratoire lyonnais dispose d’un appui financier et bénéficie d’un réseau local de fournisseurs, son dynamisme résulte aussi et surtout de son attractivité vis-à-vis de stagiaires désireux de se former aux métiers de la police scientifique. La réputation de Locard à partir de l’affaire de Tulle, la « souplesse » du stage (qui peut être accompli durant une période allant de de deux semaines à deux ans) ou encore la possibilité de décrocher le diplôme de criminalistique à partir de 1933 expliquent l’afflux régulier d’étudiants à Lyon. Les stagiaires ne manquent d’ailleurs pas d’idées pour créer ou améliorer les outils de travail du laboratoire. En septembre 1931, Stirling regrette ainsi que Leung Fan ne participe pas davantage aux échanges d’opinions, prenant l’exemple du graphoscope pour lequel l’étudiant chinois avait proposé d’ajouter « un verre sur la planche18 ». En somme, chaque stagiaire apporte sa pierre à l’édification d’un nouvel instrument de travail. La créativité technique dont fait preuve le personnel du laboratoire lyonnais revêt-elle pour autant un caractère exceptionnel dans le paysage scientifique de l’entre-deux-guerres ? Certainement pas. Les inventeurs et bricoleurs de tout bord fourmillent dans les laboratoires, quel que soit l’espace envisagé. Ainsi, en 1928 à Saint-Eugène, en Algérie, l’ingénieur Henri Murat imagine un nouveau procédé pour exploiter le stéréoscope judiciaire afin de mieux identifier les empreintes digitales19. En 1932, Stirling fait la connaissance d’un jeune Chinois de la police de Singapour qui, passionné par les expertises, « a construit avec son appareil de “Leica” une appareil microphoto[graphique] [sic] », invention qui lui vaut une gratification de 100 dollars de la part de ses supérieurs hiérarchiques20.

La technologie comme nécessité

  • 21 Archives municipales de Lyon, 31ii93NC, Lettre de Chauncey M’Govern à Locard, 3 mai 1923.

9L’équipe menée par Locard dispose donc d’un certain nombre d’atouts lui permettant de jouir d’une technologie poussée. Or, une telle qualité s’avère alors être un impératif de premier ordre tant elle contribue au prestige de l’expert. Certains vont même jusqu’à l’afficher sur leur courrier. Dans les années 1920, l’Américain Chauncey M’Govern, fondateur du Criminology College of California, fait apparaître sur l’en-tête de sa correspondance un appareil photographique, un microscope binoculaire et des tubes à essai21.

Lettre adressée par Chauncey M’Govern à Edmond Locard, 3 mai 1923

Lettre adressée par Chauncey M’Govern à Edmond Locard, 3 mai 1923

AML 31ii93NC

10Criminaliste s’occupant aussi bien de documents écrits que de dactyloscopie ou encore de balistique, il montre ainsi que chacune de ses compétences s’appuie sur un outil scientifique particulier. Cette stratégie commerciale se révèle on ne peut plus logique car Chauncey M’Govern doit fournir des garanties à ses clients potentiels. En revanche, la même démarche entreprise par José Luis de Sagredo, directeur du laboratoire de technique policière de Catalogne (et donc interlocuteur officiel de la justice), peut surprendre.

Lettre adressée par José Luis de Sagredo à Edmond Locard, 9 juillet 1937

Lettre adressée par José Luis de Sagredo à Edmond Locard, 9 juillet 1937

AML 31ii89NC

  • 22 Archives municipales de Lyon, 31ii89NC, Lettre de Sagredo à Locard, 9 juillet 1937.
  • 23 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre de Borhan Kaskas à Locard, 22 décembre 1952.

11Quand il accède à ce poste en 1934, de Sagredo se lamente du peu de moyens techniques mis à sa disposition, ne disposant guère que d’un appareil photographique et d’un équipement de Bertillon pour la prise de vue face-profil. Il modernise le laboratoire et fait figurer sur ses lettres un microscope monoculaire22. Ce type de pratique est encore attesté après la guerre, avec par exemple l’expert libanais Borhan Kaskas qui monte un centre d’analyses privé à Tripoli en mai 195123.

Lettre adressée par Borhan Kaskas à Edmond Locard, 22 décembre 1952

Lettre adressée par Borhan Kaskas à Edmond Locard, 22 décembre 1952

AML 31ii90NC

  • 24 Maria-Anne Privat-Savigny, Stéphane Frioux, Jérôme Triaud, Renaud Payre, Gérard Corneloup (dir.), L (...)
  • 25 France, Archives de la préfecture de police de Paris, BA118, Rapport de Bertillon, 1er mai 1888.
  • 26 Archives municipales de Lyon, 31ii85NC, Brochure sur l’exposition internationale de technologie de (...)

12Au final, le prestige associé à l’outillage technologique vient alimenter l’esprit de compétition. Les laboratoires de police exposent fièrement leurs méthodes de recherche et les innovations mises au point à l’occasion de l’organisation de différents congrès. Le premier événement de cette nature auquel participe Locard est l’exposition internationale de Lyon en 191424. Cette dernière met à l’honneur le tout nouveau service lyonnais avec une section « Police des villes et laboratoires de police » qui est présidée par Locard lui-même. De la même façon, lors de l’exposition universelle de 1889 Alphonse Bertillon soignait la zone qui lui était dévolue, commandant pour celle-ci « un mannequin en carton peint représentant un agent mesurant le diamètre céphalique à un détenu25 ». Par la suite, Locard reste attentif aux avancées technologiques présentées lors des congrès scientifiques. Une vigilance confirmée par la présence, dans ses archives personnelles, d’une brochure officielle relative à l’exposition internationale de technologie de police de Karlsruhe en juin 192526. L’invention du graphoscope intervient à peine quelques mois plus tard. Les congrès sont donc l’occasion d’un échange collectif, mais il existe par ailleurs des rencontres revêtant un caractère plus intime.

  • 27 Archives municipales de Lyon, 31ii91NC, Lettre de Söderman à Locard, 12 mai 1927.
  • 28 Ibidem, Lettre de Söderman à Locard, 7 juillet 1928.

13En effet, certains experts gratifient leurs collègues de visites de courtoisie qui permettent de comparer le matériel en usage. Devenu source d’inspiration ou de critique, ce dernier suscite alors de nombreuses tensions comme le montre le cas de Söderman. Alors qu’il effectue son stage à Lyon et s’interroge sur la conception de son hastoscope, il décide de mettre à profit ses retours ponctuels en Suède pour découvrir d’autres laboratoires européens. À Berlin, il juge l’équipement de Schneikert « pauvre ». Il poursuit son séjour allemand se rendant ensuite au laboratoire de Brüning, le chimiste de la police de sûreté. Ce dernier, apprenant que Söderman vient de France, freine des quatre fers quand il s’agit de dévoiler les secrets de fabrication de son appareil photographique à filtres de couleurs : « Quand je lui ai demandé la construction il a essayé de me tromper et [quand] je le lui ai indiqué avec politesse, il fut faché ! [sic]27 ». Un an après, Söderman s’arrête cette-fois à Paris, dans le service d’Edmond Bayle de l’identité judiciaire. En l’absence du directeur, il est reçu par un assistant, Lucien Amy. Ce dernier se montre condescendant, jugeant le laboratoire de Lyon indigne d’être comparé à celui de la capitale. Il ne cache pas sa fierté devant les pièces maîtresses du lieu à savoir le spectrographe, le photospectromètre et enfin « l’appareil de projections des couleurs ». Söderman relate la scène avec ironie dans une lettre adressée à Locard, indiquant que si les deux premiers outils s’avèrent fort beaux, « nous avons fait mieux encore » à Lyon. Quant au troisième instrument, l’expert suédois rapporte avoir « forcé M. Amy à admettre qu’il est seulement un appareil des démonstrations fait pour surpriser les visiteurs innocents [sic]28 ». Il faut préciser ici que Söderman entretient avec la technologie une relation peut-être plus poussée que le commun des experts. Quand il fonde son propre laboratoire à Stockholm fin 1928 après avoir quitté Lyon, il n’hésite pas à se couvrir de dettes, engageant pas moins de 25 000 francs de dépenses en outillages divers. Trois ans plus tard, alors qu’il invente un nouvel appareil à aspirer les poussières sur la scène de crime, il s’empresse d’en offrir un exemplaire à Gustave De Rechter qui se prépare à inaugurer l’école de police scientifique de Bruxelles. En retour, Söderman se voit nommer « chevalier d’un ordre belge ».

  • 29 France, Saint-Étienne, Archives départementales de la Loire, 4U492, Rapport d’expertise de Locard a (...)
  • 30 France, Lyon, Archives départementales du Rhône, 2U809, Lettre de Locard à Hauw, 12 mai 1923.

14Élément de prestige dans la relation qu’entretient l’expert au public et à ses confrères, la technologie se mue en obligation sur la scène judiciaire. Le magistrat fait preuve de vigilance quand il s’agit de désigner un homme de l’art, exigeant en plus de la compétence la possession d’un matériel idoine. Lorsqu’en 1929 le juge d’instruction de Saint-Étienne fait appel à Locard pour une analyse chimique, il envisage une contre-expertise menée par « un nouveau laboratoire possédant les appareils et machines utiles29 ». Quelques années plus tôt, alors que son service était encore de taille modeste, Locard avait, de son propre chef, refusé d’intervenir dans une affaire de meurtre, ne disposant alors « ni d’un appareil de Florence-Nachet, ni d’un hématospectroscope, ni d’un microspectroscope […]. Dans de pareilles conditions l’aide que je pouvais apporter à la justice était sans valeur30 ». Les aveux de faiblesse de cet acabit se révèlent rares, mais nul doute qu’ils ont pu jouer un rôle dans la course à l’équipement du laboratoire de Lyon à partir du milieu des années 1920.

Les promesses de l’optique

Le graphoscope et les subtilités de l’écriture

  • 31 Edmond Locard, « Questions de criminalistique », La médecine du palais, décembre 1926, p. 14.

15C’est en 1926 que Locard officialise la naissance du graphoscope à travers une courte note insérée dans un article publié dans La médecine du palais31.

Photographie du graphoscope publiée en 1929 dans la Revue internationale de criminalistique

Photographie du graphoscope publiée en 1929 dans la Revue internationale de criminalistique
  • 32 Edmond Locard, « L’expertise des écritures », La vie médicale, 30 janvier 1925 ; « La science contr (...)
  • 33 La France médicale : historique, scientifique, littéraire, 1879, p. 812. 
  • 34 Jean-Loup Passek (dir.), Dictionnaire du cinéma, Paris, Larousse, 2011, p. 104.
  • 35 Archives municipales de Lyon, 31ii91NC, Lettre d’Henri Stahl à Edmond Locard, 24 décembre 1936.
  • 36 Le mois scientifique et industriel : revue internationale d’information, septembre 1900, n°4, p. 41 (...)
  • 37 Stéphane Minovici, « La graphologie judiciaire », Bulletin de chimie, n°2, 1907, p. 5.
  • 38 Edmond Locard, Manuel de technique policière, Paris, Payot, 1923, p. 129.
  • 39 Archives municipales de Lyon, 31II90NC, Lettre de Francesco Geraci à Edmond Locard, 23 septembre 19 (...)
  • 40 Michel Cotte (dir.), Circulations techniques en amont de l’innovation. Hommes, objets et idées en m (...)

16Une annonce somme toute discrète pour un outil destiné à devenir emblématique. Jusque-là, la marque de fabrique du laboratoire lyonnais en matière de graphologie portait le nom de graphométrie, technique consistant à mesurer les lettres afin de produire un graphique, une approche quantitative encore vantée quelques mois plus tôt32. Avec le graphoscope, le laboratoire revient donc, dans une certaine mesure, au qualitatif. Le choix du nom n’offre aucune originalité, le mot désignant depuis plusieurs dizaines d’années divers instruments ayant trait à la médecine33 ou au cinématographe naissant34. Il ne doit pas être confondu avec le terme voisin de « grapho-detector » qui renvoie à un révélateur chimique mis au point, à peu près au même moment, par le docteur autrichien Paul Ehrlich35. De même, la conception d’un outil destiné aux études graphologiques ne présente alors rien d’inédit, puisque le chimiste roumain Stéphane Minovici se prête à l’expérience une dizaine d’années plus tôt. Il consacre notamment ses recherches à la détection des faux en écriture36. Celle-ci repose, selon lui, sur « l’examen microscopique » et « la micro-photographie »37. Constatant dans son Manuel de technique policière publié en 1923 qu’il n’existe que le seul « appareil spécial »38 de Minovici, Locard se décide donc à élaborer son propre outil de travail, ce d’autant plus que certains experts étrangers le questionnent régulièrement à ce sujet comme Francesco Geraci du laboratoire de médecine légale de Reggio di Calabre39. L’importance de ces échanges épistolaires dans le processus conduisant à cette invention a été récemment mise en évidence40.

17La construction du premier modèle de graphoscope est lancée au début de l’été 1926 auprès de la maison Gambs41. Locard semble avoir quelque peu hésité avec l’opticien lyonnais Jules Peter, retenant finalement la première en raison du coût de production estimé. Il n’aura pas l’occasion de regretter son choix puisque Joseph Gambs participera activement à l’amélioration de l’instrument. En juin 1927, il installe en effet un levier à ressort permettant de déplacer rapidement le microscope, la trop longue manœuvre initiale consistant à desserrer une vis. Ainsi élaboré de façon collégiale, le graphoscope consiste en « une planchette de 38 centimètres sur 30 [à laquelle est fixé] un microscope binoculaire monté sur un pont ». Ce support permet d’obvier le problème du champ trop restreint du microscope : nul besoin de plier le document et de risquer des cassures multiples. La planchette peut être utilisée de façon horizontale ou oblique, et ce jusqu’à former un angle de 45 degrés. C’est là certes une question de confort, mais aussi et surtout d’efficacité car il s’agit de faire apparaître les indices du faux en jouant sur l’éclairage du document42. Le choix du système binoculaire relève de la même démarche : donner « la sensation de relief » pour confondre les traits superposés. Les trois grossissements proposés de 8, 23 et 41 fois évitent l’éreintante mise au point permanente de la loupe. Dernier atout du graphoscope, essentiel en matière judiciaire, la possibilité pour son utilisateur de substituer au porte-oculaires un monoculaire sur lequel est fixé un appareil photographique spécial, faisant fi du problème majeur du banc de Leitz : le transport. La recherche sur la miniaturisation alors en cours dans l’univers de la photographie, tel que l’a démontré Marie-Sophie Corcy43, ouvre la voie à un tel usage. Bref, si l’on en croit le descriptif commercial qu’en dresse Locard, le graphoscope s’impose comme un instrument indispensable pour l’expert en écritures.

  • 44 Siegfried Türkel, « Ein Schriftenmikroskop », Revue internationale de criminalistique, 1933, n°4, p (...)

18Par la suite, d’autres experts en écriture gravitant autour de Locard poursuivent cette quête de l’instrument idéal de graphologie. En 1933, son ami et cofondateur de l’Académie internationale de criminalistique, l’Autrichien Siegfried Türkel, fait ainsi construire le Schriftenmikroskop44 par la firme viennoise Carl Reichert.

Photographies du Schriftenmikroskop publiées en 1933 dans la Revue internationale de criminalistique

Photographies du Schriftenmikroskop publiées en 1933 dans la Revue internationale de criminalistique

19Binoculaire positionnable sur deux bancs optiques complémentaires, l’un horizontal et l’autre vertical, cet instrument permet dans le second cas de figure d’analyser un document placé sur un support opaque rétro-éclairée par deux lampes coulissantes.

Le hastoscope, le synchrisiscope et la comparaison de l’infime

20Brillants stagiaires de Locard, Söderman et Stirling lui emboîtent le pas en concevant, quelques années plus tard, deux nouveaux microscopes destinés cette-fois à la comparaison des indices. Ce procédé est déjà expérimenté depuis des dizaines d’années. Imaginé en 1885 par le géologue pétersbourgeois Alexander von Inostranzeff, il est commercialisé dès 1911 par la maison d’optique Wilhelm et Heinrich Seibert de Wetzlar.

Microscope comparateur commercialisé par la maison Wilhelm et Heinrich Seibert de Wetzlar en 1911

Microscope comparateur commercialisé par la maison Wilhelm et Heinrich Seibert de Wetzlar en 1911

Musée de l'école des sciences criminelles de Lausanne

  • 45 Archives départementales du Rhône, 2U822, Lettre de Locard à Hauw, 24 avril 1926.
  • 46 Calvin Goddard, « Who did the shooting ? », Popular Science Monthly, Novembre 1927, p. 21.

21Lorsque le Suédois Söderman intègre l’équipe lyonnaise au début de l’année 1927 afin d’y réaliser un stage, il choisit de se spécialiser dans la balistique, un domaine dans lequel le laboratoire n’excelle pas, déléguant encore à l’armurier Verney-Carron une partie des expertises. La rencontre avec Locard tombe à point nommé, celui-ci travaillant en la matière depuis plusieurs mois à l’élaboration d’une nouvelle méthode. En avril 1926, à l’occasion d’une affaire de meurtre, il demande ainsi au juge d’instruction Hauw un moratoire pour l’envoi de son rapport d’expertise, « retardé par la mise au point d’une nouvelle technique permettant d’arriver à une démonstration certaine et évidente dans l’identification des balles et des douilles45 ». Ce domaine d’expertise trop longtemps négligé fait donc depuis quelque temps déjà l’objet d’une réflexion de fond. Dans le cadre de ses recherches, ponctuées par une thèse sur L’expertise des armes à feu courtes en 1928, Söderman choisit d’élaborer un instrument permettant de comparer les balles. Ses rencontres avec divers spécialistes européens du sujet d’une part, Bayle à Paris, De Rechter à Bruxelles ou encore Brüning à Berlin, la documentation glanée sur divers appareils déjà existants d’autre part, en particulier le microscope comparateur de l’Américain Philip O. Gravelle, lui permettent de réaliser avec Gambs l’instrument désiré46. Söderman assume cette filiation avec le Comparison Microscope, la présentant même comme un gage d’efficacité, le collaborateur de Gravelle, Calvin Goddard, l’ayant expérimenté avec succès lors de l’affaire Sacco et Vanzetti.

Calvin Goddard et le Comparison Microscope

Calvin Goddard et le Comparison Microscope

Calvin Goddard, « Who did the shooting? », Popular Science Monthly, novembre 1927, p. 21.

  • 47 Marie-Sophie Corcy, Liliane Hilaire-Pérez, Christiane Douyère-Demeulenaere (dir.), Les archives de (...)

22Contrairement au graphoscope qui constitue une réelle invention, l’hastoscope se veut donc ouvertement le prolongement de travaux menés outre-Atlantique, un schéma somme toute classique dans l’histoire des inventions47.

Photographies du hastoscope publiée en 1933 dans la Revue internationale de criminalistique

Photographies du hastoscope publiée en 1933 dans la Revue internationale de criminalistique
  • 48 Edmond Locard, « Deux appareils de laboratoire pour les recherches de criminalistique. Le graphosco (...)
  • 49 Henri Rhodes, « Le microscope et le crime », La Revue belge, juillet 1934, p. 63.

23En quoi le microscope ainsi réalisé consiste-t-il ? Il s’agit de deux microscopes à faible grossissement accolés. Un système de prismes renvoyant les rayons vers un oculaire commun, permet d’offrir au même regard de l’expert les images de chacune des deux balles, l’une à côté de l’autre. Celles-ci sont installées dans des porte-objets spéciaux qui remplacent les lamelles habituelles afin de les tenir horizontalement et de les faire tourner autour de leurs axes respectifs. Enfin, l’oculaire de l’hastoscope « permet l’adaptation d’un petit appareil photographique identique à celui qui s’adapte au graphoscope », preuve que Söderman et Locard ont œuvré de concert48. Dans un article paru dans la Revue belge en 1934, Henri Rhodes attribue d’ailleurs par erreur la paternité de l’hastoscope à Edmond Locard49.
La mise au point du synchrisiscope relève du même process.

Première version du synchrisiscope

Première version du synchrisiscope

AML 31ii86NC

Seconde version du synchrisiscope

Seconde version du synchrisiscope

AML 31ii86NC

Prise de vue réalisée à partir du synchrisiscope pour l’expertise d’un billet de banque

Prise de vue réalisée à partir du synchrisiscope pour l’expertise d’un billet de banque

AML 31ii86NC

  • 50 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 14 mai 1931.

24Son inventeur, l’anglais Stirling, fréquente le laboratoire de Lyon depuis 1931. Administrateur colonial à Singapour ayant rejoint la mère patrie pour un congé, il traverse alors la Manche sur l’invitation de Locard avec lequel il correspond depuis plusieurs semaines. Stirling ne cache pas sa fascination face au graphoscope, son enthousiasme le poussant même à suggérer l’installation d’un appareil photographique miniature dans l’un des deux oculaires, une manipulation bien évidemment prévue depuis l’origine par son concepteur50.

Proposition de William Stirling d’insérer un appareil photographique miniature dans le graphoscope. Lettre adressée par William Stirling à Edmond Locard en date du 14 mai 1931

Proposition de William Stirling d’insérer un appareil photographique miniature dans le graphoscope. Lettre adressée par William Stirling à Edmond Locard en date du 14 mai 1931

AML 31ii86NC

Réflexions de William Stirling sur son projet de microscope. Lettre adressée par William Stirling à Edmond Locard en date du 25 juin 1931

Réflexions de William Stirling sur son projet de microscope. Lettre adressée par William Stirling à Edmond Locard en date du 25 juin 1931

AML 31ii86NC

  • 51 Ibidem, Lettres de Stirling à Locard du 23 novembre et du 20 décembre 1933.

25Perdant son emploi en 1932, Stirling rentre définitivement en Angleterre et met à profit ce temps libre pour venir à Lyon afin de se former à la criminalistique. En 1933, il élabore la première version de son synchrisiscope qui n’est ni plus ni moins qu’un hastoscope amélioré permettant de comparer tout type d’indices : documents écrits, timbres, textiles, bois. Des spécialistes de divers horizons sont ainsi consultés pour obtenir leurs avis, comme le toxicologue anglais William Wilcox, son compatriote et chimiste Ainsworth Mitchell ou encore l’expert en écriture américain Albert Osborn51. Stirling fait donc le choix de réduire au maximum la base de l’appareil afin de permettre l’expertise d’objets de diverses tailles. Plus sensible encore que Locard et Söderman à l’aspect pratique de l’instrument scientifique, n’étant pas pour sa part criminaliste de formation, il concentre sa recherche technique sur la facilité de transport et de montage du synchrisiscope ainsi que sur sa polyvalence, celui-ci pouvant se transformer en simple microscope.

Des innovations technologiques diffusées ?

L’adoption d’une stratégie commerciale

26L’inventivité, qui caractérise le laboratoire lyonnais de l’entre-deux-guerres, et le sens des affaires ne vont pas forcément de pair. Locard l’a bien compris, lui qui arpente régulièrement le hall de la chambre de commerce. Avec son équipe, Söderman en tête, il va alors œuvrer pour diffuser le plus largement possible ses divers instruments. Si l’arrivée du graphoscope sur le marché avait été annoncée du bout des lèvres, Locard dispose d’une arme nouvelle à partir de 1929 : la Revue internationale de criminalistique.

Exemplaire de la Revue internationale de criminalistique

Exemplaire de la Revue internationale de criminalistique

collection particulière de l’auteur

  • 52 Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, (...)

27Mise sous presse avec l’aide de Söderman, celle-ci devient la voix officielle du laboratoire. Dès la genèse du projet, des négociations sont engagées avec l’éditeur lyonnais, Joannès Desvigne, afin de réserver la première page de la revue à Joseph Gambs. La question des brevets, qui conditionne l’officialisation de l’invention52, a été réglée de longue date. Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle la revue est mise en sommeil, graphoscope et hastoscope bénéficient ainsi pour chaque numéro d’une page de réclame bien en vue, juste en face du sommaire. Une double note les présente d’ailleurs brièvement dans le premier tirage, en juillet 1929. Söderman met la pression sur Desvigne et lui demande de proposer des encarts publicitaires aux autres « grands opticiens » comme Leitz, leur présence permettant de renforcer le crédit scientifique des deux microscopes lyonnais.

  • 53 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre d’Alfredo Ghio à Locard, 20 septembre 1932.
  • 54 Popular Science, janvier 1932, p. 36.
  • 55 Archives municipales de Lyon, 31ii87NC, Lettre de Goddefroy à Locard, 2 septembre 1931.
  • 56 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Wolfe à Locard, 20 septembre 1929.
  • 57 Ibidem, Lettre de Locard à Gravito, 17 février 1930.
  • 58 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre de Locard à Chauchefoin, 12 février 1937.
  • 59 Ibidem, Lettre Darnat à Locard, 25 août 1948.

28Quand il s’agit d’officialiser la naissance du synchrisiscope en 1933, Stirling n’envisage pas la même stratégie, choix qui peut a priori surprendre étant donné que l’ancien stagiaire de Locard vient juste de publier deux articles dans la revue du maître. Engagé avec un constructeur anglais, Negretti & Zambra, Stirling laisse probablement celui-ci organiser la commercialisation. Le marché anglais étant logiquement privilégié, l’une des premières revues à se faire l’écho de cette invention est The Analyst en novembre 1933. Les articles en français sur le synchrisiscope s’avèrent d’ailleurs rares. Si Le Petit journal l’évoque succinctement en août 1934, c’est au détour d’un article consacré au diplôme de criminalistique de Lyon. A contrario, le graphoscope occupe beaucoup plus l’espace scientifique anglophone avec des articles britanniques53 et américains54. Une telle différence de traitement ne s’explique pas seulement par la plus grande notoriété de Locard. Ce dernier est aussi très actif : il promeut les instruments de son laboratoire à chaque occasion qui lui est offerte, s’appuyant sur le large réseau qui gravite autour de lui. Il faut d’ailleurs reconnaître que les proches se mobilisent sans que Locard ne leur demande quoi que ce soit. Ainsi, en 1931, son ami belge Ernest Goddefroy lui annonce avec enthousiasme faire allusion au graphoscope et au hastoscope dans son prochain manuel de police55. Deux ans plus tôt, l’Anglais Ashton Wolfe se proposait d’assurer le relais outre-atlantique : « J’ai envoyé comme je vous l’ai écrit la liste des instruments, et notamment une feuille avec description et photo de votre graphoscope. Faites-moi savoir je vous prie si un résultat tangible sort de tout ceci afin que j’en parle dans mon journal de New York56 ». Le « résultat tangible » escompté par Wolfe n’est autre qu’un bon de commande de la police fédérale américaine. Locard ne se repose toutefois pas sur son seul cercle d’intimes. Il profite de chacune des nombreuses demandes épistolaires qui lui sont adressées pour mettre en avant les microscopes du laboratoire, en commençant bien évidemment par le graphoscope. La couverture géographique ainsi réalisée est complète, de la Colombie57 à l’Indochine58 en passant par le Mozambique59.

  • 60 Edmond Locard, « Questions de criminalistique », La médecine du palais, décembre 1926, p. 14.
  • 61 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 25 mars 1935.

29Au final, quel que soit le mode de promotion adopté, le discours commercial vient enjoliver l’objet. Lorsqu’il officialise la naissance du graphoscope, Locard suggère que ce dernier pourrait « suppléer le Florence-Nachet pour l’examen direct des globules60 ». Un argument quelque peu excessif dans la mesure où Locard lui-même ne s’en servira jamais ainsi au cours de sa carrière. De même, chacun des trois inventeurs doit régulièrement refouler la tentation d’imposer son microscope en l’opposant aux deux autres. Que dire du choix de Söderman de proposer son hastoscope à 2 900 francs alors que son maître avait fixé le prix du graphoscope à 3 000 francs deux ans plus tôt ? Une telle manœuvre peut encore se comprendre étant donné que les deux engins ne présentent pas la même visée. Stirling la reproduit en 1933 en vendant son synchrisiscope plus de 1000 francs moins cher, une initiative qui relève essentiellement d’une décision prise par le constructeur Negretti & Zambra mais que l’ancien stagiaire anglais reprend à son compte dans son discours commercial. Voulant convaincre Locard d’acheter le synchrisiscope pour le laboratoire lyonnais, il avance que « pour 1830 frcs vous auriez un instrument plus chique que le Hastoscope de Gambs à 2 900 [sic]61».

  • 62 Archives municipales de Lyon, 31ii85NC, Lettre de Locard à Monnet, 21 juin 1948.

30Locard se laisse aussi aller à la concurrence avec ses élèves. Lorsqu’il s’agit d’orienter les achats du directeur du laboratoire de police scientifique d’Alger en 1948, graphoscope et synchrisiscope étant mis en balance, il précise qu’avec le premier « il n’y a pas besoin d’un appareil spécial, car les oculaires […] sont de dimension standard62 », par conséquent moins coûteux et plus faciles à trouver. Preuve que Locard maîtrise relativement bien la promotion de son microscope, un an à peine après sa mise en service, le médecin-légiste espagnol Ricardo Cobo Yoldi consacre une thèse à « L’étude des écritures par le graphoscope […] au point de vue médico-légale », plaçant donc l’outil au cœur de sa réflexion.

Une portée restreinte

  • 63 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 23 novembre 1933.
  • 64 Calvin Goddard, « Scientific Crime detection Laboratories in Europe », The American Journal of Poli (...)

31Ce dernier cas ne permet évidemment pas d’estimer à sa juste valeur la portée des instruments du laboratoire lyonnais, car il existe tout autant de contre-exemples venant pondérer le succès annoncé. Lorsqu’il se rend à Scotland Yard afin d’y présenter le synchrisiscope, Stirling se voit ainsi répondre que « l’appareil pour eux sera peu utile dans les questions de criminalistique63 ». Les critiques par articles interposés se révèlent encore plus caustiques. En janvier 1930, Goddard prend la plume dans sa revue, The American Journal of Police Science, afin de railler le hastoscope, pâle copie du Comparison microscope avec lequel il travaille à Chicago. Ayant visité les principaux laboratoires de police européens, il a l’occasion d’expertiser à Lyon même l’instrument de Söderman. Le verdict s’avère sans appel : « [it] was hopelessly wrong in design, so wrong as to render a bullet identification with it absolutely impossible64 ». Une telle sentence doit cependant être nuancée, car les deux autres microscopes de comparaison non-américains analysés par Goddard, à savoir ceux de Londres et du Caire, ne trouvent pas plus grâce à ses yeux : ceux-ci ne constituant selon lui que de vulgaires productions à visée commerciale. Même les techniques d’identification balistique de Paris sont, au passage, pointées du doigt.

  • 65 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 10 juin 1936.

32Afin de dépasser la simple juxtaposition de cas isolés, il convient donc d’adopter une approche sérielle. Le premier indicateur relevant de cette nature, le nombre d’appareils vendus sur le marché, nécessite d’avoir accès aux archives des deux entreprises ayant commercialisé les microscopes du laboratoire, documents qu’il n’a pas été possible de retrouver. Les échanges épistolaires laissent cependant à penser que les ventes sont restées dans des proportions bien modestes. En juin 1936, Stirling confie ainsi à Locard que « la vente [de son appareil n’est] pas égale à celle de la littérature “érotique”65 ! ». Il estime alors ne pas être complètement rentré dans ses frais, la conception ayant nécessité des fonds conséquents, et suggère donc à Locard d’évoquer de nouveau son appareil dans une prochaine publication. Le marché somme toute limité des experts et laboratoires de police explique pour partie ces résultats modestes.

  • 66 Archives municipales de Lyon, 31ii87NC, Note sans date [probablement 1931] de Borgerhoff à Locard.

33D’autres éléments d’analyse peuvent toutefois être avancés, comme le choix de noms jugés trop alambiqués par les acquéreurs potentiels. Théophile Borgerhoff, du ministère de la justice belge, évoque ainsi dans une note adressée à Locard « l’appareil dont le nom m’échappe66 ». Les orthographes recensées dans les sources s’écartent parfois de celle officielle, ainsi en octobre 1928 un entrefilet du Petit Parisien annonce-t-il l’invention du « hostoscope » !

« Un nouvel appareil pour l’identification des projectiles expérimenté avec succès à Lyon, Le Petit Parisien, 16 octobre 1928

« Un nouvel appareil pour l’identification des projectiles expérimenté avec succès à Lyon, Le Petit Parisien, 16 octobre 1928

collection particulière de l’auteur

  • 67 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Locard à Stirling, 24 juin 1935.
  • 68 Ibidem, Lettre de Stirling à Locard, 14 mai 1934.
  • 69 Rex Collier, « La science en guerre contre le crime », Police Magazine, n° 440, 30 avril 1939, p. 7
  • 70 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 4M16, Extrait des délibérations du conseil général, (...)

34Le microscope de Stirling offre une variété encore plus grande, devenant parfois le « synchrisoscope », le « synchiroscope », le « synchiriscope », le « synchrisicope » ou encore le « synchricope », ce dernier terme étant attesté sous la plume même de Locard67. Stirling reconnaît bien volontiers le caractère hasardeux de son choix, parlant avec dérision des « mystères du St Chrisiscope »68. Le surnom, autrement plus simple, de « comparator » finit d’ailleurs par s’imposer en Angleterre, pays où la plupart des ventes sont enregistrées avec les États-Unis. Le laboratoire du FBI en acquiert un peu quelques mois après son installation à Washington en 193269. En ce qui concerne le graphoscope, les achats sont principalement opérés par les proches de Locard, tel son ancien stagiaire Georges Béroud lorsqu’il fonde le laboratoire de police de Marseille en 1927. Le microscope du maître figure dans la seconde liste de matériel demandé70.

Seconde liste des appareils à acquérir au laboratoire de Marseille, 1927 (extrait des délibérations du conseil général des Bouches-du-Rhône)

Seconde liste des appareils à acquérir au laboratoire de Marseille, 1927 (extrait des délibérations du conseil général des Bouches-du-Rhône)

ADBDR 4M16

  • 71 Archives départementales du Rhône, 2U2 1744, Rapport de Béroud pour l’affaire Bouvret, 18 décembre (...)
  • 72 Archives départementales de Haute-Garonne, 3319W8, Liste du matériel pour le laboratoire de police (...)

35Le hastoscope fait également l’objet d’une commande quelques mois plus tard71. En revanche, les autres laboratoires de police français ne font pas le choix des microscopes lyonnais, comme celui de Toulouse qui ne commande qu’un spectroscope, une pompe à vide ou encore une lampe de Wood lors de sa création en 194372. Loin d’être une question de concurrence comme avec l’identité judiciaire parisienne, il s’agit avant tout, pour les laboratoires lillois et toulousain, d’une réticence à développer l’expertise en écriture et la balistique.

  • 73 Archives municipales de Lyon, 31ii87NC, Note sans date [probablement 1931] de Borgerhoff à Locard.
  • 74 Archives municipales de Lyon, 31ii85NC, Lettre de Chanel à Locard, 8 juillet 1936.
  • 75 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre du président de la chambre de commerce à Locard, 24 (...)
  • 76 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Locard à Stirling, 24 juin 1935.

36Si la question du nom des instruments joue aussi bien en faveur qu’en défaveur des ventes, une appellation complexe conférant aux objets une grande technicité apparente, il n’en va pas de même pour le prix qui freine de façon notable la diffusion. Cet argument revient régulièrement de façon plus ou moins implicite dans les échanges de courrier. Borgerhoff s’en saisit au début des années 1930 pour justifier le non achat des microscopes lyonnais par le ministère belge73. Quelques années plus tard, le commandant Chanel venu d’Algérie pour rencontrer, entre autres, Joseph Gambs, confesse sa surprise face aux prix élevés74. Outre les ventes réalisées, un second indicateur permet d’évaluer la portée des innovations lyonnaises : leur usage au sein du laboratoire. Alors que pour le premier indice les sources manquent, pour le second les archives municipales de Lyon regroupent l’intégralité des expertises de Locard. Un carottage effectué tous les trois ans depuis 1928 révèle l’inégal recours au graphoscope, au hastoscope et au synchrisiscope. Ces deux derniers étant respectivement acquis en janvier 192975 et mars 193576, leur utilisation à une date antérieure s’explique par le prêt de l’inventeur. Les références à la lampe de Wood, un instrument habituel des laboratoires de police, ont également été intégrées afin de disposer de données de comparaison.

Usage des microscopes spéciaux dans les expertises réalisées par Edmond Locard

Usage des microscopes spéciaux dans les expertises réalisées par Edmond Locard

Tableau réalisé à partir de l’exploitation des sources suivantes : AML31ii105, 106, 107, 108, 110, 111, 112 et 113

  • 77 Archives municipales de Lyon, 31ii108, Rapport d’expertise de Locard, 18 novembre 1931.

37Le graphoscope s’impose logiquement comme l’appareil le plus utilisé par Locard, étant donné que 60 à 75% des expertises pratiquées à Lyon relèvent de l’écriture. Le synchrisiscope, du fait de sa polyvalence, puisqu’il sert aussi bien à l’analyse des armes que celle des timbres, des cheveux ou des taches, occupe une place non négligeable. L’unique surprise se situe du côté de l’hastoscope, rarement employé. Le faible volume d’affaires de balistique explique pour partie seulement ce rôle marginal. L’hypothèse d’une substitution du microscope de Stirling à celui de Söderman pour l’examen des armes ne peut être avancée. En effet, en 1928, l’hastoscope n’est employé que dans une seule affaire, alors qu’il s’agit encore de l’unique instrument destiné à authentifier des balles. L’explication doit donc être recherchée du côté des conditions particulières qu’impose l’usage de cet outil, ce que la lecture des rapports confirme. En novembre 1931, Locard regrette ainsi de ne pouvoir se servir du hastoscope à cause de « l’extrême déformation de la balle [qui] gêne le montage et empêche les microphotographies77 ». Le scepticisme de Goddard trouve donc une forme de confirmation. A contrario, le « dispositif de Söderman », un grand tube d’eau permettant de réaliser des tirs d’essais sans déformer la balle, est régulièrement employé. Beaucoup plus utilisés, le graphoscope et le synchrisiscope s’avèrent-ils pour autant des instruments d’usage fréquent ? Non, si l’on effectue un ratio avec le nombre d’affaires dans lesquelles ils auraient pu servir. Ainsi, le graphoscope n’est exploité que dans une affaire sur dix en 1931 et 1934, années lors desquelles les statistiques semblent pourtant les plus flatteuses. La plupart du temps, l’œil nu de l’expert suffit donc à confondre le forgeur.

  • 78 Calvin Goddard, « Scientific Crime detection Laboratories in Europe. Part II », The American Journa (...)

38L’accession des microscopes lyonnais au stade de l’innovation résulte donc d’une double stratégie commerciale, la première relevant de Locard et Söderman qui œuvrent de concert, la seconde plus tardive ayant été mise en place par William Stirling une fois rentré sur Londres. Comme la plupart des inventions issues des laboratoires de police, il ne s’agit pas à proprement parler de créations ex nihilo mais plutôt de perfectionnements techniques s’appuyant sur des réflexions menées ou sur des appareils expérimentés ailleurs dans le monde. Ces innovations attribuées de façon parfois abusive à Locard ne nous apprennent finalement pas grand-chose sur les processus inventifs de l’entre-deux-guerres. Elles permettent surtout de mieux cerner l’exceptionnelle audience du laboratoire de Lyon qui se trouve au cœur d’un vaste réseau d’échange grâce à Locard. Goddard résume le mieux ce paradoxe d’un laboratoire somme toute banal mais porté par une personnalité charismatique : « equipment it has appears crude and antiquated. But Locard himself is full of Divine Fire78 ».

  • 79 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre de Chakmati à Locard, 26 février 1947.
  • 80 Archives municipales de Lyon, 31ii89NC, Lettre de Bistoury à Locard, 21 avril 1947.
  • 81 Archives municipales de Lyon, 31ii57NC, Lettre de Gambs à Locard, 19 mars 1947.
  • 82 Archives nationales de France, 19900467/64, Rapport de Pinatel sur le laboratoire de Marseille adre (...)

39Les références au Graphoscope, hastoscope et synchrisiscope se raréfient d’ailleurs dans les sources à partir de la Seconde Guerre mondiale. Dès lors, Joseph Gambs arrête la production des deux premiers bien que des propositions d’achats parviennent encore auprès de Locard. En 1947 par exemple, l’ancien chef de l’identité judiciaire du Liban Elie Chakmati79 et le greffier haïtien André Bistoury80 souhaitent acquérir le graphoscope. Gambs caresse alors le doux espoir de reprendre la production d’antan81. Le remplacement d’Edmond Locard par son fils, Jacques, en 1951, puis la mort prématurée de ce dernier en 1952, ferment définitivement la porte à un retour possible. En 1970, lorsque Jean Pinatel, inspecteur général de l’administration, effectue une tournée des cinq laboratoires de police scientifique français, la présence de ces instruments n’est plus attestée dans l’inventaire du laboratoire de Marseille. Dans cette ancienne annexe du laboratoire lyonnais, l’héritage technologique de Locard semble donc définitivement soldé82.

Haut de page

Bibliographie

Artières Philippe, La police de l’écriture, Paris, La Découverte, 2013.

Collier Rex, « La science en guerre contre le crime », Police Magazine, n° 440, 30 avril 1939.

Corcy Marie-Sophie, Hilaire-Pérez Liliane, Douyère-Demeulenaere Christiane (dir.), Les archives de l’invention, Toulouse, Éditions méridiennes, 2006.

Corcy Marie-Sophie, « L’évolution des techniques photographiques de prise de vue (1839-1920) », Documents pour l'histoire des techniques [En ligne], 17, 1er semestre 2009, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 10 novembre 2016. URL : http://dht.revues.org/494

Cotte Michel (dir.), Circulations techniques en amont de l’innovation. Hommes, objets et idées en mouvement, Belfort-Montbéliard, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2004.

François Marion, « La vérité dans le sang : roman policier et connaissance », Revue LISA/LISA e-journal [Online], Writers, writings, Literary studies – Varia, Online since 02 March 2015, connection on 17 November 2016. URL : http://lisa.revues.org/7175.

Galvez-Behar Gabriel, La République des inventeurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008.

Goddar Calvin, « Who did the shooting? », Popular Science Monthly, novembre 1927.

Goddar Calvin, « Scientific Crime detection Laboratories in Europe », The American Journal of Police Science, janvier-février 1930, vol. 1, n° 1.

Goddar Calvin, « Scientific Crime detection Laboratories in Europe. Part II », The American Journal of Police Science, mars-avril 1930, vol. 1, n° 2.

Goulet Andrea, Optiques. The Science of the Eye and the Birth of Modern french Fiction, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006.

Griset Pascal et Bouvier Yves, « De l’histoire des techniques à l’histoire de l’innovation. Tendances de la recherche française en histoire contemporaine », Histoire, Économie & Société, 2012.

Kalifa Dominique, « Enquête judiciaire, littérature et imaginaire social au XIXe siècle », in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa et Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007.

Locard Edmond, Manuel de technique policière, Paris, Payot, 1923

Locard Edmond, « L’expertise des écritures », La vie médicale, 30 janvier 1925.

Locard Edmond, « La science contre le crime », Lectures du foyer, 25 avril 1925.

Locard Edmond, « Questions de criminalistique », La médecine du palais, décembre 1926.

Locard Edmond, « Deux appareils de laboratoire pour les recherches de criminalistique. Le graphoscope. Le hastoscope », Revue internationale de criminalistique, juillet 1929.

Minovici Stéphane, « La graphologie judiciaire », Bulletin de chimie, n° 2, 1907.

Passek Jean-Loup (dir.), Dictionnaire du cinéma, Paris, Larousse, 2011.

Privat-Savigny Maria-Anne, Frioux Stéphane, Triaud Jérôme, Payre Renaud, Corneloup Gérard (dir.), Lyon, centre du monde ! L’exposition internationale urbaine de 1914, Lyon, Fage Éditions, 2013.

Rhodes Henri, « Le microscope et le crime », La Revue belge, juillet 1934.

Türkel Siegfried, « Ein Schriftenmikroskop », Revue internationale de criminalistique, n° 4, 1933.

Haut de page

Notes

1 Marion François, « La vérité dans le sang : roman policier et connaissance », Revue LISA/LISA e-journal [Online], Writers, writings, Literary studies – Varia, Online since 02 March 2015, connection on 17 November 2016. URL : http://lisa.revues.org/7175.

2 Colloque international Figures et personnages de criminelles, des histoires tragiques au roman policier organisé par Ariane Ferry et Sandra Provini, Université de Rouen, 7-8-9 juin 2017.

3 Dominique Kalifa, « Enquête judiciaire, littérature et imaginaire social au XIXe siècle », in Jean-Claude Farcy, Dominique Kalifa et Jean-Noël Luc (dir.), L’enquête judiciaire en Europe au XIXe siècle, Paris, Créaphis, 2007, p. 248.

4 Andrea Goulet, Optiques. The Science of the Eye and the Birth of Modern french Fiction, Philadelphia, University of Pennsylvania Press, 2006, p. 126.

5 Pascal Griset et Yves Bouvier, « De l’histoire des techniques à l’histoire de l’innovation. Tendances de la recherche française en histoire contemporaine », Histoire, Economie & Société, 2012, p. 36.

6 France, Archives municipales de Lyon, 31II41NC, Lettre de Locard au président de la chambre de commerce, 7 décembre 1923.

7 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre de Louis Pradel à Locard, 12 janvier 1931.

8 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Locard à Stirling, 24 juin 1935.

9 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre de l’agent comptable des services de police de la préfecture du Rhône à Locard, 15 octobre 1925.

10 Ibidem, Lettre de Locard à Auguste Lumière, sans date [vers 1924].

11 Archives municipales de Lyon, 31ii57NC, Lettre du directeur de la société industrielle d’appareils médicaux à Locard, 5 mars 1926.

12 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre des Établissements Union à Locard, 13 décembre 1934.

13 Ibidem, 31ii59NC, Lettre de Peter à Locard, 12 janvier 1924.

14 Archives municipales de Lyon, 31II87NC, Lettre de Locard à José Lazzarini, 13 mars 1936.

15 Archives municipales de Lyon, 31ii57NC, Lettre de Gambs à Locard, 10 février 1921.

16 Archives municipales de Lyon, 31II87NC, Lettre de Goddefroy à Locard, 9 avril 1931.

17 Archives municipales de Lyon, 31II89NC, Lettre de Locard à l’Upper India Scientific Works, 5 septembre 1936.

18 Archives municipales de Lyon, 31II86NC, Lettre de Stirling à Locard, 10 septembre 1931.

19 Archives municipales de Lyon, 31II85NC, Lettre de Henri Murat à Locard, 28 septembre 1928.

20 Archives municipales de Lyon, 31II90NC, Lettre de Stirling à Locard, 7 décembre 1932.

21 Archives municipales de Lyon, 31ii93NC, Lettre de Chauncey M’Govern à Locard, 3 mai 1923.

22 Archives municipales de Lyon, 31ii89NC, Lettre de Sagredo à Locard, 9 juillet 1937.

23 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre de Borhan Kaskas à Locard, 22 décembre 1952.

24 Maria-Anne Privat-Savigny, Stéphane Frioux, Jérôme Triaud, Renaud Payre, Gérard Corneloup (dir.), Lyon, centre du monde ! L’exposition internationale urbaine de 1914, Lyon, Fage Editions, 2013.

25 France, Archives de la préfecture de police de Paris, BA118, Rapport de Bertillon, 1er mai 1888.

26 Archives municipales de Lyon, 31ii85NC, Brochure sur l’exposition internationale de technologie de Karlsruhe de juin 1925.

27 Archives municipales de Lyon, 31ii91NC, Lettre de Söderman à Locard, 12 mai 1927.

28 Ibidem, Lettre de Söderman à Locard, 7 juillet 1928.

29 France, Saint-Étienne, Archives départementales de la Loire, 4U492, Rapport d’expertise de Locard adressée au juge d’instructionl, 18 juin 1929.

30 France, Lyon, Archives départementales du Rhône, 2U809, Lettre de Locard à Hauw, 12 mai 1923.

31 Edmond Locard, « Questions de criminalistique », La médecine du palais, décembre 1926, p. 14.

32 Edmond Locard, « L’expertise des écritures », La vie médicale, 30 janvier 1925 ; « La science contre le crime », Lectures du foyer, 25 avril 1925.

33 La France médicale : historique, scientifique, littéraire, 1879, p. 812. 

34 Jean-Loup Passek (dir.), Dictionnaire du cinéma, Paris, Larousse, 2011, p. 104.

35 Archives municipales de Lyon, 31ii91NC, Lettre d’Henri Stahl à Edmond Locard, 24 décembre 1936.

36 Le mois scientifique et industriel : revue internationale d’information, septembre 1900, n°4, p. 411. Relation du 4e congrès de chimie appliquée à paris en 1900 où Minovici présente un procédé photographique de recherche du faux.

37 Stéphane Minovici, « La graphologie judiciaire », Bulletin de chimie, n°2, 1907, p. 5.

38 Edmond Locard, Manuel de technique policière, Paris, Payot, 1923, p. 129.

39 Archives municipales de Lyon, 31II90NC, Lettre de Francesco Geraci à Edmond Locard, 23 septembre 1924.

40 Michel Cotte (dir.), Circulations techniques en amont de l’innovation. Hommes, objets et idées en mouvement, Belfort-Montbéliard, Presses Universitaires de Franche-Comté, 2004, 218 p.

41 Archives municipales de Lyon, 31ii57NC, Lettre de Gambs à Locard, 30 juin 1926.

42 Philippe Artières, La police de l’écriture, Paris, La Découverte, 2013, p. 121.

43 Marie-Sophie Corcy, « L’évolution des techniques photographiques de prise de vue (1839-1920) », Documents pour l'histoire des techniques [En ligne], 17, 1er semestre 2009, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 10 novembre 2016. URL : http://dht.revues.org/494

44 Siegfried Türkel, « Ein Schriftenmikroskop », Revue internationale de criminalistique, 1933, n°4, p. 238.

45 Archives départementales du Rhône, 2U822, Lettre de Locard à Hauw, 24 avril 1926.

46 Calvin Goddard, « Who did the shooting ? », Popular Science Monthly, Novembre 1927, p. 21.

47 Marie-Sophie Corcy, Liliane Hilaire-Pérez, Christiane Douyère-Demeulenaere (dir.), Les archives de l’invention, Toulouse, Editions méridiennes, 2006, p. 11.

48 Edmond Locard, « Deux appareils de laboratoire pour les recherches de criminalistique. Le graphoscope. Le hastoscope », Revue internationale de criminalistique, Juillet 1929, p. 117.

49 Henri Rhodes, « Le microscope et le crime », La Revue belge, juillet 1934, p. 63.

50 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 14 mai 1931.

51 Ibidem, Lettres de Stirling à Locard du 23 novembre et du 20 décembre 1933.

52 Gabriel Galvez-Behar, La République des inventeurs, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2008, 352 p.

53 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre d’Alfredo Ghio à Locard, 20 septembre 1932.

54 Popular Science, janvier 1932, p. 36.

55 Archives municipales de Lyon, 31ii87NC, Lettre de Goddefroy à Locard, 2 septembre 1931.

56 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Wolfe à Locard, 20 septembre 1929.

57 Ibidem, Lettre de Locard à Gravito, 17 février 1930.

58 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre de Locard à Chauchefoin, 12 février 1937.

59 Ibidem, Lettre Darnat à Locard, 25 août 1948.

60 Edmond Locard, « Questions de criminalistique », La médecine du palais, décembre 1926, p. 14.

61 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 25 mars 1935.

62 Archives municipales de Lyon, 31ii85NC, Lettre de Locard à Monnet, 21 juin 1948.

63 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 23 novembre 1933.

64 Calvin Goddard, « Scientific Crime detection Laboratories in Europe », The American Journal of Police Science, janvier-février 1930, vol. 1, n°1, p. 21.

65 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Stirling à Locard, 10 juin 1936.

66 Archives municipales de Lyon, 31ii87NC, Note sans date [probablement 1931] de Borgerhoff à Locard.

67 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Locard à Stirling, 24 juin 1935.

68 Ibidem, Lettre de Stirling à Locard, 14 mai 1934.

69 Rex Collier, « La science en guerre contre le crime », Police Magazine, n° 440, 30 avril 1939, p. 7.

70 Archives départementales des Bouches-du-Rhône, 4M16, Extrait des délibérations du conseil général, 1927.

71 Archives départementales du Rhône, 2U2 1744, Rapport de Béroud pour l’affaire Bouvret, 18 décembre 1929.

72 Archives départementales de Haute-Garonne, 3319W8, Liste du matériel pour le laboratoire de police de Toulouse établi par le bureau de l’intendance de police, sans date.

73 Archives municipales de Lyon, 31ii87NC, Note sans date [probablement 1931] de Borgerhoff à Locard.

74 Archives municipales de Lyon, 31ii85NC, Lettre de Chanel à Locard, 8 juillet 1936.

75 Archives municipales de Lyon, 31ii59NC, Lettre du président de la chambre de commerce à Locard, 24 janvier 1929.

76 Archives municipales de Lyon, 31ii86NC, Lettre de Locard à Stirling, 24 juin 1935.

77 Archives municipales de Lyon, 31ii108, Rapport d’expertise de Locard, 18 novembre 1931.

78 Calvin Goddard, « Scientific Crime detection Laboratories in Europe. Part II », The American Journal of Police Science, mars-avril 1930, vol. 1, n°2, p. 133.

79 Archives municipales de Lyon, 31ii90NC, Lettre de Chakmati à Locard, 26 février 1947.

80 Archives municipales de Lyon, 31ii89NC, Lettre de Bistoury à Locard, 21 avril 1947.

81 Archives municipales de Lyon, 31ii57NC, Lettre de Gambs à Locard, 19 mars 1947.

82 Archives nationales de France, 19900467/64, Rapport de Pinatel sur le laboratoire de Marseille adressé au Ministre de l’Intérieur, 14 décembre 1970.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Plan de Lyon en 1914
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Lettre adressée par Chauncey M’Govern à Edmond Locard, 3 mai 1923
Crédits AML 31ii93NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Lettre adressée par José Luis de Sagredo à Edmond Locard, 9 juillet 1937
Crédits AML 31ii89NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Lettre adressée par Borhan Kaskas à Edmond Locard, 22 décembre 1952
Crédits AML 31ii90NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre Photographie du graphoscope publiée en 1929 dans la Revue internationale de criminalistique
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Photographies du Schriftenmikroskop publiées en 1933 dans la Revue internationale de criminalistique
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Microscope comparateur commercialisé par la maison Wilhelm et Heinrich Seibert de Wetzlar en 1911
Crédits Musée de l'école des sciences criminelles de Lausanne
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Calvin Goddard et le Comparison Microscope
Légende Calvin Goddard, « Who did the shooting? », Popular Science Monthly, novembre 1927, p. 21.
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Photographies du hastoscope publiée en 1933 dans la Revue internationale de criminalistique
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Première version du synchrisiscope
Crédits AML 31ii86NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Seconde version du synchrisiscope
Crédits AML 31ii86NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Prise de vue réalisée à partir du synchrisiscope pour l’expertise d’un billet de banque
Crédits AML 31ii86NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Titre Proposition de William Stirling d’insérer un appareil photographique miniature dans le graphoscope. Lettre adressée par William Stirling à Edmond Locard en date du 14 mai 1931
Crédits AML 31ii86NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Réflexions de William Stirling sur son projet de microscope. Lettre adressée par William Stirling à Edmond Locard en date du 25 juin 1931
Crédits AML 31ii86NC
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Exemplaire de la Revue internationale de criminalistique
Crédits collection particulière de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre « Un nouvel appareil pour l’identification des projectiles expérimenté avec succès à Lyon, Le Petit Parisien, 16 octobre 1928
Crédits collection particulière de l’auteur
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-18.png
Fichier image/png, 109k
Titre Seconde liste des appareils à acquérir au laboratoire de Marseille, 1927 (extrait des délibérations du conseil général des Bouches-du-Rhône)
Crédits ADBDR 4M16
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Usage des microscopes spéciaux dans les expertises réalisées par Edmond Locard
Légende Tableau réalisé à partir de l’exploitation des sources suivantes : AML31ii105, 106, 107, 108, 110, 111, 112 et 113
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3602/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Amos Frappa, « Les techniques d’identification inédites mobilisées par Edmond Locard : le graphoscope, le hastoscope et le synchrisiscope », Criminocorpus [En ligne], Identification, contrôle et surveillance des personnes, Articles, mis en ligne le 08 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3602

Haut de page

Auteur

Amos Frappa

Amos Frappa est professeur agrégé d’histoire-géographie au lycée La Martinière-Monplaisir à Lyon. Ses recherches portent sur la police et ses relations avec le reste des forces de l’ordre lyonnaises, du XIXe siècle à la fin de la IIIe République. Il prépare une thèse sur Edmond Locard et la mise en place de la police technique de la fin du XIXe siècle au milieu du XXe siècle.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page