Navigation – Plan du site

Ferdinand von Schirach, Terreur

Paris, L’Arche Éditeur, 2017, 120 p.
Pénélope Dechaufour
Référence(s) :

Ferdinand von Schirach, Terreur, Paris, L’Arche Éditeur, 2017, 120 p.

Texte intégral

Un drame réaliste qui questionne les assises de l’État de droit sous la menace terroriste

  • 1 Ferdinand von Schirach, Terror, Verlagsgruppe Random House GmbH, Allemagne, Septembre 2016, p. 176.
  • 2 Prix remis annuellement à des personnalités du monde de la presse ayant œuvré pour la liberté d’exp (...)
  • 3 Voir extrait du texte plus loin dans l’article.

1Ferdinand von Schirach, plus connu pour ses talents d’auteur de polar à succès, signe ici son premier texte dramatique. Publié en Allemagne fin 20161 suite à l’engouement qu’ont suscité les représentations de la pièce, Terreur a paru en France cette année grâce au travail mené par L’Arche éditeur qui a confié la traduction du texte à Michel Deutsch. Terreur se présente comme un drame réaliste qui permet d’interroger la tension entre légalité et légitimité, opposant parfois les lois aux principes. C’est le sens du cas de conscience qui tiraille l’individuel aux prises avec le collectif. Cette reconstitution d’un procès dans lequel le public devient juré déborde donc la notion de théâtre politique et charrie également des enjeux juridiques et éthiques. Décryptage philosophique des affres d’une actualité mondiale criblée par le terrorisme, L’Arche, qui édite le texte en français, propose par ailleurs en guise de conclusion à l’ouvrage un discours prononcé par Ferdinand von Schirach à l’occasion de la remise du prix M100 Sanssouci Medien Award2 à Charlie Hebdo après l’attentat du 7 janvier 2015. S’affranchissant du dangereux écueil démagogique qui aurait pu nuire à son projet, il fait de Terreur un texte qui envisage tous les partis pris plausibles face à la question : la loi est-elle toujours « raisonnable »3 ? La Constitution prévoit-elle l’inéluctable cas particulier ?

  • 4 http://terror.theater/
  • 5 Par exemple au Japon l’accusé a quasi systématiquement été condamné coupable alors qu’en Europe il (...)

2L’atout majeur de Ferdinand von Schirach, auteur à la renommée internationale né à Munich en 1964, est d’être également avocat de la défense au barreau de Berlin depuis 1994 et spécialiste en droit criminel. Le caractère particulièrement documenté et réaliste de cette audience dramatique qui convoque des sujets éminemment actuels explique sans doute le succès de son adaptation scénique à travers le monde. Il faut dire que la proposition est audacieuse. En effet, l’auteur a pris le parti de faire du spectateur de la pièce et donc du lecteur de ce texte, un des jurés participant au jugement du crime au sein de la cour d'assises que déploie ici la fiction. Il a ainsi aménagé un épilogue en deux alternatives, condamnation / acquittement, afin d’ouvrir le dénouement aux délibérations du public. L’expérience dramatique revêt un enjeu sociologique étayé par le recensement des résultats du vote du public via une plateforme virtuelle4. Cette initiative nous permet de connaître les représentations actuelles5 sur un dilemme sociétal : a-t-on le droit de sacrifier la vie de 164 individus innocents pour en sauver 70.000 ? Lars Koch, personnage principal de cette fiction, a-t-il tué 164 personnes ou en a-t-il sauvé 70.000 ?

3Dans ce procès fictif, le major de l’Armée de l’air Lars Koch est accusé d’avoir contrevenu aux ordres de sa hiérarchie en abattant un avion de la Lufthansa détourné par un terroriste qui menaçait de le faire s’écraser sur un stade de football plein de 70.000 spectateurs. Cette décision, lourde de conséquences, qui coûta la vie aux 164 civils voyageant à bord de l’avion de ligne, interroge la confusion et les éventuelles failles démocratiques sur les questions sécuritaires. Au fil des débats mis en scène par ce texte, les notions de libre arbitre, de cas particulier, de conscience morale et d’individualité sont mises en perspective d’une approche constitutionnelle du concept de société libre. Le major Lars Koch, dépeint sous des traits forts sympathiques (honnête jeune homme marié, récemment devenu papa, vivant un quotidien respectable, conscient des conséquences de son geste et prêt à s’avouer coupable, etc.) qui accentuent la situation dramatique ainsi que le choix qui nous incombe et qu’un personnage malveillant aurait rendu plus simple, s’est retrouvé face à un dilemme de taille. Il s’est senti contraint par un principe de réalité de mettre en balance des vies humaines. Que la résolution du tribunal constitutionnel n’avait pas envisagé en jugeant, par arrêté, que la loi sur la sécurité aérienne permettant d’abattre un avion de ligne détourné par des terroristes était anticonstitutionnelle6. Au-delà d’une dramatisation du système judiciaire qui privilégie le motif du procès ou encore d’une fictionnalisation des controverses7 entre légitimité et légalité, Terreur s’empare d’une vraie polémique en proposant un scénario tristement envisageable et en ne laissant rien au hasard de notre décision puisque l’auteur a envisagé toutes les issues possibles et imaginables dans la situation qui fonde l’intrigue de sa pièce. Il ménage plusieurs éléments favorisant suspense et tension dramatique, à l’instar de la question du sacrifice, si l’on envisage la figure du personnage de Lars Koch par le prisme de l’héroïsme.

4Au fil de l’interrogatoire, les témoignages permettront une reconstitution des faits sur lesquels l’accusé ne fera pas l’impasse. Au contraire, il réaffirmera les fondements de son choix à travers une analyse pointue des mécanismes psychiques ayant été les siens dans cette situation relevant pourtant de l’urgence.

Le Président. S’adressant au public. – Mais aujourd’hui nous voulons comprendre ce qui a animé l’homme qui a enfreint la loi.

  • 8 Ferdinand von Schirach, Terreur, Paris, L’Arche, 2017, p. 54-64.

L’Accusé. – J’estime que la décision de la Cour constitutionnelle est erronée. […] Les civils sont devenus l’élément d’une arme. L’arme du terroriste. […] Et si vous réfléchissez à la décision de la Cour constitutionnelle, alors ce que va faire un terroriste devient évident à vos yeux. […] il va toujours se servir des innocents. Puisque quand il fait cela, l’État ne peut plus se défendre. Le tribunal nous a laissés démunis8.

5Ferdinand von Schirach se saisit ici de la parole dramatique pour confronter un point de vue civil à une décision d’État. Cette parole est prise dans les rouages de l’action qui relève d’un véritable procès politique à l’occasion duquel procureure et avocat feront montre d’une brillante éloquence et d’une rhétorique implacable. Les références philosophiques se multipliant à partir du second acte, l’audience gagne en exemplarité et le spectateur n’en est que plus impliqué. Une lecture morale de l’évènement vient en contrecarrer la lecture légale et c’est cet antagonisme qui crée le cas de conscience. Les enjeux dramaturgiques, philosophiques, éthiques, juridiques et politiques se rejoignent autour d’une question centrale : la loi est-elle inaliénable ?

  • 9 Ferdinand von Schirach, Terreur, Paris, L’Arche, 2017, p. 75-77.

La Procureure. – Il n’en va, en réalité, dans notre affaire que de cette seule question : avons-nous le droit de sacrifier des innocents pour sauver d’autres innocents ? Et s’agit-il d’une question de nombre ? […] D’après quels critères décidons-nous si l’accusé a eu le droit ou non de donner la mort ? Fondamentalement, nous décidons d’après notre conscience, d’après notre morale, d’après notre entendement d’être humain. Il existe encore d’autres concepts pour cela : l’ancien ministre de la Défense a invoqué « l’état d’urgence au-dessus de la loi ». Quelques juristes appellent cela le « droit naturel ». Mais la désignation, Mesdames et Messieurs les Juges, n’a pas d’importance. Car c’est toujours la même chose qui est signifiée : nous devons décider à partir de représentations qui sont au-dessus des lois, qui sont plus grandes, plus élevées que les lois. Des représentations par conséquent qui se substituent à la loi. La question est alors la suivante : est-ce raisonnable9 ?

6La pièce se déploie en deux actes qui sèment le trouble dans l’esprit du lecteur. En effet, si le premier représente une phase d’instruction déroutante en ce qu’elle laisse peu de doute sur notre volonté d’innocenter l’accusé, l’audience de plaidoirie qui constitue le second acte, fait naître le conflit intérieur et sape notre effort d’objectivité. En inscrivant la parole dramatique au-delà du réalisme de ses rapports avec le caractère performatif du discours juridique de l’avocat, l’auteur, lui-même avocat célèbre et brillant dans son pays, exploite les richesses de l’humanisme en deux plaidoyers éminemment philosophiques. C’est à une bataille dialectique que nous assistons et les deux parties, accusation/défense, sont rudement bien armées. Il en ressort une argumentation implacable d’un côté comme de l’autre.

  • 10 Ferdinand von Schirach, Terreur, Paris, L’Arche, 2017, p. 87.
  • 11 http://www.arche-editeur.com/terreur/
  • 12 Olivier Neveux, « Gérer l’existant ? » Rubrique Théâtre et politique, n° 9, Théâtre(s), le magazine (...)

7La temporalité du drame, qui rappelle de manière criante l’époque que nous vivons, nous empêche de nous prévaloir d’une certaine forme d’identification. Et si nous en étions tentés, l’Avocat se fait fort de nous rappeler, juste avant de demander la relaxe du major Koch, que « nous devons comprendre que nous sommes en temps de guerre [et que même si] nous ne l’avons pas choisi, nous ne pouvons rien y changer10 ». Le point de vue alarmiste étayé ici n’est pas sans lien avec l’importance du lexique anxiogène dont use la majorité des partis politiques en galvanisant les foules d’un discours ultra-sécuritaire qui fait le lit de la montée des extrémismes un peu partout en Occident aujourd’hui et particulièrement en France à l’heure de l’état d’urgence. Si l’Arche a choisi de faire paraître Terreur en mars 2017, tout en prolongeant l’expérience participative par la création de son propre site de vote11, ce n’est certainement pas anodin et on y verrait même la preuve d’un certain engagement politique car comme l’explique Olivier Neveux dans un récent billet pour le magazine Théâtre(s) : « La représentation (théâtrale) peut inquiéter les représentations (mentales) qui ordonnent nos vies – à la condition d’être interrogées, travaillées, loin des évidences spontanées qui ne font le plus souvent que reconduire en l’état ce qui existe déjà12 ». La valeur ajoutée de ce projet dramatique, qui fait se rejoindre théâtre et justice sur des modes pourtant déjà connus, réside sans doute dans son troublant rapport à l’actualité ainsi que dans l’exposition de point de vues philosophiques documentés qui permettent à tout un chacun de se situer quant à la confusion dont semblent faire preuve les démocraties actuelles au sujet de la menace terroriste. L’auteur offre avant tout ici des outils pour faire avancer les débats, Terreur : nous sommes tous concernés.

Haut de page

Notes

1 Ferdinand von Schirach, Terror, Verlagsgruppe Random House GmbH, Allemagne, Septembre 2016, p. 176.

2 Prix remis annuellement à des personnalités du monde de la presse ayant œuvré pour la liberté d’expression et le renforcement de la démocratie en Europe.

3 Voir extrait du texte plus loin dans l’article.

4 http://terror.theater/

5 Par exemple au Japon l’accusé a quasi systématiquement été condamné coupable alors qu’en Europe il est majoritairement relaxé à la fin de la pièce (voir http://terror.theater/).

6 Voir : http://www.lemonde.fr/europe/article/2006/02/16/la-cour-constitutionnelle-allemande-interdit-d-abattre-un-avion-detourne_741980_3214.html

7 En référence, entre autres, à la « La Controverse de Valladolid » de Jean-Claude Carrière.

8 Ferdinand von Schirach, Terreur, Paris, L’Arche, 2017, p. 54-64.

9 Ferdinand von Schirach, Terreur, Paris, L’Arche, 2017, p. 75-77.

10 Ferdinand von Schirach, Terreur, Paris, L’Arche, 2017, p. 87.

11 http://www.arche-editeur.com/terreur/

12 Olivier Neveux, « Gérer l’existant ? » Rubrique Théâtre et politique, n° 9, Théâtre(s), le magazine de la vie théâtrale, 2017, p. 38.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pénélope Dechaufour, « Ferdinand von Schirach, Terreur », Criminocorpus [En ligne], 2017, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 14 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3660

Haut de page

Auteur

Pénélope Dechaufour

Enseignante-contractuelle en Arts du spectacle à l'Université d'Artois et vacataire en Études Théâtrales à l'Université Sorbonne Nouvelle-Paris 3 où elle fut ATER, Pénélope Dechaufour achève une thèse intitulée "Le théâtre de Kossi Efoui : détours marionnettiques et territoires politiques du corps en scène”, sous la direction du Professeur Sylvie Chalaye au sein du Laboratoire SeFeA. Elle est membre de l'Institut de Recherches en Études Théâtrales (Paris 3) et chercheur associé à l'équipe "Praxis et esthétique des arts" du laboratoire Textes et Cultures (université d'Artois).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page