Navigation – Plan du site

Émile Chautard, Goualantes de la Villette et d’ailleurs

Montreuil, L’Insomniaque, 2017, 184 p.
Jean-François “Maxou” Heintzen
Référence(s) :

Émile Chautard, Goualantes de la Villette et d’ailleurs, Montreuil, L’Insomniaque, 2017, 184 p.

Texte intégral

1Les éditions l’Insomniaque proposent la réédition d’un ouvrage méconnu, issu de la plume d’un auteur oublié, consacré aux chansons parisiennes de la fin du XIXe siècle. L’entreprise quasi-ethnographique d’Émile Chautard méritait bien d’être tirée de l’oubli, tant par son contenu que par son auteur. L’ouvrage est complété par un avant-propos et un CD contenant plusieurs « goualantes » présentées dans l’ouvrage.

  • 1 Voir l’article à ce sujet, dans L’intransigeant du 22 novembre 1937, d’où sont tirés la plupart des (...)

2L’originalité de Goualantes de la Villette et d’ailleurs, initialement paru en 1929, tient dans le fait que l’observateur des apaches & gigolettes n’est ni un lettré en veine d’exotisme, ni un voyou se livrant à une autobiographie. Émile Chautard (1864-19..) est un prolétaire qui se présente comme un « écrivain-ouvrier », et que Les Nouvelles littéraires, artistiques et scientifiques qualifient d’« ouvrier typographe et linguiste » en 1932. Il est également l’auteur de La vie étrange de l’argot (1931), et d’un Glossaire typographique (1937). Membre de la Société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France il est un vieil ouvrier typographe, ayant gravi tous les échelons de sa profession, et qui a, toute sa vie durant, fréquenté les bals de la capitale, puis s’est lié d’amitié avec « un mode un peu spécial » parmi lequel il note chansons et expressions argotiques. Sa carrière d’ethnologue des « bouges et milieux interlopes » est couronnée par la remise des palmes académiques des mains de Jean Zay en 19371.

3De quoi se compose la collecte d’Émile Chautard ? Tout au long de son parcours, de quartier en quartier (La Courtille, Montmartre, La Villette, le Sébasto…), la cueillette est la même : l’histoire du quartier – en particulier via des détails toponymiques –, la liste des bals et de divers bouges – avec des anecdotes plus ou moins croustillantes sur les spécialités desdits établissements –, et des chansons recueillies dans le quartier exploré. L’argot est omniprésent, ainsi que des listes – ô combien évocatrices ! – de surnoms : Nini-chie-dans-l’pot, Fumigot, La Plume, Gallure, La Godaille… Le chapitre se clôt régulièrement par l’état quantitatif des crimes et des peines octroyées par les assises de la Seine aux apaches du lieu.

4Il en ressort une impression de bric-à-brac plutôt attachant, à la fois par l’érudition de l’auteur, et de son « empathie contrôlée » pour ses interlocuteurs. Tantôt voyeur, tantôt moralisateur, Émile Chautard est un guide aimable au milieu de toutes les turpitudes du Paris des années 1880. On croise des têtes connues, des « vedettes » (Manda, Poli, Lacenaire), mais aussi d’autres personnages méconnus, parfois attachants : qu’on lise L’amour à la barrière, superbe chanson de la plume de Louis Régnier, « cambrioleuse à la poigne solide » si l’on en croit Émile Chautard, ou encore l’évocation de l’abbé Crozes, aumônier de la Roquette.

5Parlons des chansons, qui constituent l’objet de l’ouvrage. Elles parlent du quotidien des marlous : les lieux de détention, les bourriques (les policiers), la misère du trottoir, l’amitié confraternelle… il s’en dégage une vraie poésie, une tristesse immanente, qui rend compréhensible les motivations d’Émile Chautard pour les noter. Cette parole populaire est si rare. Fréquemment, une traduction bienvenue éclaire certains termes, que le contexte ne suffit pas à rendre intelligible. Les textes sont le plus souvent complets, mais Émile Chautard omet de préciser sur quelle mélodie ils sont chantés. C’est un corpus tout à fait original pour pénétrer les bas-fonds de la capitale.

6La réédition offerte par les éditions L’insomniaque intègre de nombreuses illustrations, de natures fort diverses – presse, cartes-postales, dessins et gravures –, mais somme toute à l’image du propos erratique. L’absence d’indications iconographiques peut être regrettée, mais il est certain que l’entreprise – à en lire l’avant-propos de Philippe Mortimer – se destine plus à des lecteurs nostalgiques d’un Paris révolu, qu’à des historiens de la pègre citadine. La restitution des chansons enregistrées sur le CD, partant de la volonté de ne pas « singer l’art musical populaire de cette époque », débouche ici aussi sur une hétérogénéité de bon aloi, tant les styles convoqués sont nombreux : rock à la française (façon Garçons Bouchers), guitare-voix, arrangements léchés ou bruts, reggae, country/old-time… Ce sont les arrangements les plus légers qui ressortent du lot, tant la complexité de certains textes – langue verte oblige – les rend parfois peu compréhensibles dans un contexte musical fourni.

7Un ouvrage sympathique, rendant disponible un texte rare sur un sujet foisonnant, voilà un petit caillou supplémentaire dans la masse documentaire disponible sur les voyous parisiens d’antan. À lire, à chanter !

Haut de page

Notes

1 Voir l’article à ce sujet, dans L’intransigeant du 22 novembre 1937, d’où sont tirés la plupart des détails biographiques sur Émile Chautard.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-François “Maxou” Heintzen, « Émile Chautard, Goualantes de la Villette et d’ailleurs », Criminocorpus [En ligne], 2017, mis en ligne le 29 novembre 2017, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3663

Haut de page

Auteur

Jean-François “Maxou” Heintzen

Professeur agrégé de mathématiques en lycée, Jean-François « Maxou » Heintzen est titulaire du C.A. de professeur de musique, spécialité musique traditionnelle. Il a soutenu en 2007 une thèse de doctorat d’histoire : Musiques discrètes et société, Les pratiques musicales des milieux populaires à travers le regard de l’autorité dans les provinces du centre de la France, XVIIIe-XIXe siècles, sous la direction de Bernard Dompnier (Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, CHEC) Ses recherches actuelles portent sur diverses formes de musiques populaires aux XIXe et XXe siècles, centrées sur la diffusion des feuilles de chansons par colportage et vente dans la rue. Il intervient dans le cadre du groupe d’arts et traditions populaires « La Chavannée », et interprète avec plaisir les complaintes qu’il étudie. À consulter sur Criminocorpus : La base de données des complaintes criminelles en France (1870-1940).

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page