Navigation – Plan du site

Abus de pouvoir et malversations à Ambert au milieu du XVIe siècle

Johan Picot

Notes de la rédaction

Cet article est la présentation de l’édition de l’information de 1542 disponible dans la bibliothèque de Criminocorpus.

Texte intégral

Analyse

1 Archives départementales du Puy-de-Dôme (cité ensuite AD 63), fonds du tribunal royal de la Purge de Montferrand, 3 E 113 dép. fonds 2, FF 77, pièce 20. – 1542, 17 avril. Information de François Vialleys, sergent royal d’Ambert, et de Géraud Anglerez, procureur au bailliage royal de Montferrand, à l’encontre des consuls d’Olliergues, accusés d’avoir entrepris sur la juridiction royale de la Purge en faisant examiner Jehanne Freydefont, habitante d’Olliergues soupçonnée de lèpre, par des praticiens (médecin et chirurgiens-barbiers) d’Ambert ; contient le témoignage de Jehanne Freydefont. Copie sur registre en papier de 22 folios, en français ; 280 mm x 195 mm.

Résumé

2Dès le xie siècle au moins, le royaume de France connaît le retour d’une maladie terrifiante et absente depuis plusieurs siècles : la lèpre. L’Auvergne n’est pas épargnée et en souffre dès le début du xiie siècle au plus tard. Le mal qui s’installe de manière endémique dans la région contraint alors les autorités locales (évêque, seigneurs, gouvernements urbains) à réagir pour encadrer et porter assistance aux malades ce qui se traduit, notamment, par l’installation d’un tissu charitable incarné par les léproseries ou « maladreries ». Devant la persistance de la maladie et en raison de son aspect contagieux, les sociétés médiévales cherchent ensuite à diminuer sa propagation. La prise en charge des personnes soupçonnées d’être atteinte de lèpre ou en voie de contracter la maladie relève, en basse Auvergne, d’un tribunal royal original et, semble-t-il, unique au sein du royaume de France : la Purge.

3Les origines de cette juridiction sont obscures et il faut attendre le début du xivsiècle pour en saisir l’existence et le fonctionnement, c’est-à-dire lorsque la juridiction est créée ou officialisée par Philippe iv le Bel sous la forme d’un tribunal royal. Présidée par les consuls de la ville de Montferrand, la Purge a pour but la recherche, l’examen médical, le jugement, puis la mise à l’écart des lépreux résidant, notamment, dans le haut et le bas pays d’Auvergne.

4Le fonctionnement de ce tribunal « médico-légal » est assuré par un organigramme précis composé d’un greffier, de notaires, de sergents, d’un procureur, d’un substitut du procureur, de juges, mais surtout de médecins et de chirurgiens-barbiers experts en matière de lèpre. En effet, la procédure montferrandaise repose sur l’enquête de commune renommée (c’est-à-dire l’« information », ou audition de témoins, qui met l’accent sur la fama de l’accusé) mais surtout sur la visite médicale, appelée « visitacion » ou « palpacion », et le procès-verbal des experts de l’ars medica qui en découle. Le déroulement de cette procédure illustre la place centrale détenue par ces savants puisque c’est à eux que revient, finalement, le soin de déterminer l’état sanitaire de l’inculpé. « L’épreuve » (inspectio corporis) apparaît alors comme une étape charnière de la vie des malades puisque le diagnostic produit par les experts scelle le destin des lépreux avérés et de leur communauté d’origine. L’expertise médicale marque ainsi la rupture entre le passé et le futur, entre le simple « soupçon de lèpre » et le statut officiel de lépreux. Le pouvoir incombant aux « décideurs » montferrandais est, de fait, non négligeable et n’est pas sans conséquences pour les personnes qui se retrouvent dans « l’œil de la Purge ». La cour de Montferrand est ancienne, experte en la matière et, semble-t-il, reconnue de tous dans la région ce qui garantit les diagnostics et sentences que prononcent ses magistrats.

5Pourtant, des troubles existent. Le XVIe siècle est, ainsi, marquée par la tentative des consulats d’Olliergues et d’Ambert d’usurper la juridiction royale de Montferrand. La documentation disponible montre les ambitions des Ollierguois, mais aussi et surtout celles des Ambertois. Bien que le tribunal de la Purge de Montferrand soit toujours en activité ; les consuls d’Olliergues, avec le concours du châtelain d’Ambert (qui assure également la lieutenance d’Olliergues), encouragent les hommes de l’art locaux à pratiquer des expertises sur des individus soupçonnés de lèpre et, ce, aux dépens du privilège royal de Montferrand. La motivation des consuls d’Olliergues paraît, notamment, sans scrupule telle que le laisse entrevoir le « cas Freydefont ».

6En 1542, Jehanne Freydefont, veuve âgée d’une cinquantaine d’années et habitante d’Olliergues, est soupçonnée d’être lépreuse par quelques habitants. Le bruit se répand dans la paroisse et arrive aux oreilles des autorités locales, les consuls, qui décident de gérer ceci à leur manière. Au lieu d’informer le spécialiste de la question en Auvergne, le procureur royal de la Purge de Montferrand, les consuls d’Olliergues agissent en toute discrétion et, ce, avec le concours du châtelain de la ville d’Ambert. Ils isolent, d’abord, la malade de sa communauté d’origine, la contraignent à cesser toute activité et lui enjoignent de se retirer chez elle. Cette mise à l’écart traduit, sans doute, des mesures d’ordre sanitaire et social. Dans l’attente d’un avis médical fiable, la malade est privée de la fréquentation du peuple. Dans un second temps, les consuls d’Olliergues réunissent un jury médical composé d’un médecin, que l’on dit avoir été formé à Montpellier, mais aussi de quelques « chirurgiens-barbiers », tous habitants d’Ambert. Ces praticiens sont alors sommés d’examiner la malade et de consigner leur diagnostic par écrit. Les autorités d’Olliergues et d’Ambert, agissant de la sorte, entreprennent clairement sur la juridiction royale de la Purge de Montferrand.

7 Le récit que fait Jehanne Freydefont de cet épisode n’est pas fameux. L’examen médical comme la sentence proclamée à son encontre paraissent douteux. La visite médicale, d’abord, se déroule en deux temps. La malade est conduite une première fois devant les membres du jury médical qui, après lui avoir retirer les fers l’entravant, lui « tirarent une pogniee de cheveux de sa teste ». Le lendemain, la malade fait l’objet d’une nouvelle « visite » ayant pour objet principal la saignée de la pseudo-lépreuse. Le sang est, alors, considéré comme un indice fiable pour diagnostiquer la lèpre. Pour cette raison, les barbiers – réunis sous l’égide du consulat d’Olliergues – lui : « tirarent du sang du bras dextre d’icelle depposant, grand quantité. Et dict qu’ilz feirent la playe de la veyne si grande que a poyne peürent, lesdits barbiers, estancher ledit sang, au moyen de quoy, dict icelle depossant, qu’elle demeura mervelheusement afoybliee et debilitee car dict que ladite saingnee estoit excessive ». Cet épisode semble traduire un manque certain d’expérience de la part des Ambertois, à la différence de ce que l’on observe à Montferrand. La visite médicale continue pourtant (« aprés luy visitarent la langue et la poiquoient aux jambes mais qu’elle santoit bien lesdites poinctures ») et conduit même à un diagnostic et à une sentence de condamnation. C’est Grégoire Barrier, châtelain d’Ambert et lieutenant d’Olliergues, qui l’annonce à la suspecte. Jehanne Freydefont est reconnue lépreuse ; elle doit quitter ses demeure, paroisse et ville et se retirer, au plus vite, au sein de la léproserie de la ville d’Ambert.

8L’histoire ne s’arrête pas là. La lecture des sources révèle la véritable motivation d’Olliergues et d’Ambert. En condamnant et éloignant Jehanne Freydefont comme lépreuse, les usurpateurs de la Purge ne cherchent pas à préserver les individus sains, mais espèrent s’enrichir. Les biens meubles, immeubles et fonciers de la malade sont saisis et vendus au profit des consuls d’Olliergues ! Or, le « cas Freydefont » n’est pas un isolé. La documentation archivistique conserve la mémoire d’une autre tentative d’usurpation de la Purge dirigée par Ambert.

  • 1 AD 63, 3 E 113 dép. fonds 2, FF 77, pièce 19 (s.d.). La date est déduite des autres pièces (ou ment (...)

9Vers 1488, déjà, Georges Chastaing, habitant d’Ambert, a été victime d’une procédure frauduleuse qui est décrite de la manière suivante : « le cas est tel. A la requeste de Jehan Armand, Jehan Madier, Jehan Besset, consulz d’Ambert, et de Anne Pignon, denonciateur, ung nommé Jehan Chassaigne, barbier, s’est efforcé purger ung nommé George Chastaing, dudit lieu, icellui comdempner estre actainct de la maladie de lepre, jaçoit ce qu’il soit pur et nect, et le detenir entre les liadres l’espace de sept mois, prenant et exhigent de luy l’argent qu’il avoit sur sa personne. Item aidant Dieu et Notre Dame ledit George Chastaing est eschappé de leurs mains, s’est transporté devers messires les consulz de Montferrand, ouquieulx par privileges, statuz, sentences et arrestz appartient la cognoissance de la Purge […] »1. Dans les deux cas, c’est bien l’appât du gain, mais sans doute aussi le prestige que représente l’exercice de la Purge, qui conduit Olliergues et Ambert à la faute.

10Quant à Jehanne Freydefont, convaincue de son bon état de santé, elle s’échappe de son lieu de réclusion et gagne Montferrand où elle remet son sort entre les mains des juges de la Purge. Sur place, elle informe les magistrats royaux du comportement des représentants d’Olliergues et d’Ambert, comme l’avait fait, quelques années avant elle, Georges Chastaing. Les juges de Montferrand prennent alors connaissance du cas et engagent des poursuites à l’encontre des Ollierguois et de leurs consorts d’Ambert. Dès le début de l’année 1542, la documentation conservée fait ainsi état de la lutte de pouvoir opposant les diverses parties ; la suprématie Montferrandaise en matière de lèpre sur l’Auvergne est remise en question ce qui explique la raison d’être de l’information judiciaire ici éditée.

Principes d’édition

11- La mention (n. st.), nouveau style, rend compte du rétablissement du calendrier actuel pour les dates comprises entre le 1er janvier et le 25 mars puisque dans l’Auvergne médiévale l’année commence le 25 mars (style de l’Annonciation).
- Les restitutions des abréviations du texte ont été indiquées typographiquement par des caractères en italiques (lieutenant).
- Les lettres et mots sautés par le scribe ont été ajoutés entre crochets (m<e>decin).
- Des signes diacritiques ont été ajoutés comme l’accent aigu et le tréma (cogneüst).
- La séparation des mots et des agglutinations qui a été faite est rendue dans l’édition par des tirets (a-cause).
- L’édition rend compte, au moyen d’une numérotation entre crochets carrés, de la disposition en lignes du manuscrit ([1]).

Haut de page

Bibliographie

Michel Boy, Ambert et son passé. Nouvelles chroniques du Livradois, Clermont-Ferrand, 1974.

Michel Boy, Ambert, deux mille ans d’histoire, Limoges, 1983.

Abbé Grivel, Chroniques du Livradois, Ambert, Grangier, 1852, réédition Marseille, Laffitte Reprints, 1995.

Charles Micolon de Guérines et Michel Boy, « Ambert et ses abords à la fin du Moyen Âge (1470-1520). Essai de topographie médiévale », Le canton d’Ambert : histoire et archéologie, hors-série n° 24 des Chroniques historiques d’Ambert et de son arrondissement, 1994.

Johan Picot, « Des lépreux au creux de la main : Ambert et Olliergues au XVIe siècle », Chroniques historiques du Livradois-Forez, bulletin n° 30 du GRAHLF, 2008, p. 55-66.

Johan Picot, Atlas historique et archéologique des léproseries des anciens diocèses de Clermont et de Saint-Flour (XIIe‑XVIIe siècles), Dossier Final de Synthèse de prospection thématique annuelle, 2009, 2 vol. 2 (archives du SRA d’Auvergne).

Johan Picot, Malades ou criminels ? Les lépreux devant le tribunal de la Purge de Montferrand à la fin du Moyen Âge, thèse de Doctorat, Université Jean Moulin‑Lyon 3, 2012, vol. 2, p. 3.

Ambroise Tardieu, Grand dictionnaire historique du Puy-de-Dôme, Moulins, Desrosiers, 1877, réédition Marseille, Laffitte Reprints, 1993.

Walther von Wartburg, Französisches Etymologisches Wörterbuch. Eine darstellung des galloromanischen sprachschatzes, Leipzig / Bonn / Bâle, 1922-2002, 25 vol. [cité FEW].

Haut de page

Notes

1 AD 63, 3 E 113 dép. fonds 2, FF 77, pièce 19 (s.d.). La date est déduite des autres pièces (ou mentions) de ce procès conservées dans le fonds de Montferrand. Voir notamment AD 63, 3 E 113 dép. fonds 2, CC 363, registre 2, fol. 12v‑13 (24 septembre 1488) et fol. 14 (20 octobre 1488) ; FF 77, pièce 3 (sentence du bailliage royal de Montferrand, 3 septembre 1488).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Johan Picot, « Abus de pouvoir et malversations à Ambert au milieu du XVIe siècle », Criminocorpus [En ligne], Les sources de la recherche, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 10 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3666

Haut de page

Auteur

Johan Picot

Docteur en histoire médiévale (Université Jean Moulin-Lyon 3). Chercheur associé à l’Institut Ausonius-UMR 5607 (Université Bordeaux-Montaigne).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page