Navigazione – Piano del sito
2017

Les fournisseurs des prisons de Paris (1700-1789) : De partenaires économiques à réformateurs ?

Sophie Abdela

Riassunti

Cet article explore le monde des fournisseurs des prisons parisiennes de 1700 à 1789. Ces personnages méconnus et les documents qu’ils nous ont laissés dessinent les contours d’une économie carcérale. Leurs activités commerciales dans le monde des geôles permettent de mettre au jour, d’une part, le fonctionnement financier des prisons d’Ancien Régime et, d’autre part, l’existence d’un véritable réseau entre les différents établissements d’enfermement. Aussi, et peut-être surtout, ces fournisseurs deviennent parfois d’importants agents de réforme et d’innovation. Ils offrent donc une fenêtre nouvelle pour comprendre l’évolution de la prison vers sa forme pénitentiaire contemporaine.

Inizio pagina

Voci dell'indice

Mots-clés :

prisons, fournisseurs, réforme

Keywords :

prison, reform, providers, Paris

Géographique :

Paris (France)
Inizio pagina

Testo integrale

  • 1 Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p. ; Erv (...)
  • 2 Voir surtout Allan Brodie, Jane Croom et James O. Davies, English Prisons: An Architectural History(...)

1La prison est un objet polysémique. Historiens, sociologues et criminologues y ont vu à la fois et tour à tour une peine privative de liberté, le dispositif disciplinaire par excellence des sociétés occidentales modernes, une institution totale, un outil de régulation sociale mis en œuvre par les classes dominantes et encore un instrument de gestion des illégalismes1. De Goffman à Foucault et jusqu’à Fecteau, la prison s’offre à chaque fois comme une institution différente, aux fonctions et aux fondements sensiblement modifiés selon le regard que le chercheur porte sur elle. Et les facettes du monde carcéral se diversifient toujours, alors que les études portent sur des sujets plus précis, comme l’architecture et son évolution, la professionnalisation du personnel ou encore la constitution d’une communauté de prisonniers2.

  • 3 Patricia O’Brien, The Promise of Punishment. Prisons in Nineteenth-Century France, Princeton, Princ (...)

2Toutes ces sphères d’étude sont fascinantes et elles participent toutes à rendre à la prison sa complexité, à en explorer de nouveaux pans, à étoffer la nature même de ce qu’est une prison. Or, malgré la diversité des études, il y a bien une facette du monde carcéral qui demeure encore aujourd’hui largement dans l’ombre : celle de ses activités financières. Car la prison est également un objet économique, c’est-à-dire un objet qui nécessite l’injection de fonds pour fonctionner, qui a des sources de revenus et des points de dépenses, qui doit permettre à toute une panoplie d’employés de générer un salaire, qui requiert de nombreux articles et équipements pour assurer sa mise en œuvre au quotidien, etc. Peu de chercheurs se sont intéressés à cet aspect du monde carcéral, et encore moins au sujet des geôles d’Ancien Régime. En histoire française, les travaux les plus intéressants portent sur le xixe siècle et sont venus de Patricia O’Brien, qui rappelle très justement que la prison, à l’époque, était aussi une manufacture, et de Jacques-Guy Petit qui aborde le financement des pénitenciers modernes3. D’autres auteurs, comme Georg Rusche, Otto Kirchheimer, Dario Melossi et Massimo Pavarini ont construit des théories sur les causes de l’évolution de la privation de liberté fondées sur les mutations économiques et l’affirmation du capitalisme, mais sans jamais s’attarder concrètement à l’aspect financier des établissements eux-mêmes.

  • 4 Le réseau de prisons ordinaires sur lequel porte l’étude compte la Conciergerie, le Grand Châtelet, (...)
  • 5 Sylvain Rappaport, La chaîne des forçats, 1792-1836, Paris, Aubier, 2006, 346 p.

3Le présent article vise à entamer cette béance pour le xviiie siècle parisien en explorant son réseau de prisons ordinaires, c’est-à-dire en excluant les grandes prisons d’État comme la Bastille ou les instituions connexes comme l’Hôpital général et les dépôts de mendicité4. Pour ce faire, il s’appuie sur des personnages particuliers : les fournisseurs. Les historiens ne se sont pas intéressés à ces individus qui vivaient de la prison et participaient à son fonctionnement. Pourtant, Sylvain Rappaport, dans ses recherches sur la chaîne des galériens, avait lui aussi remarqué ces marchands et mis au jour toute la vie économique qui s’articulait autour du transport de ces hommes vers les ports5. Le schéma se répète pour les geôles : les archives dévoilent une série d’agents gravitant autour des prisons de la capitale pour en assurer l’approvisionnement en denrées diverses et qui ne sont liés au monde carcéral que par le commerce.

4À travers eux, les prisons parisiennes dévoilent leur dimension économique : le monde carcéral forme un marché. Le regroupement de plusieurs centaines d’individus dans un nombre limité d’établissements compose une clientèle captive qu’il faut approvisionner en une multitude de marchandises, de matériaux et de produits. Au xviiie siècle, ce marché est pris en charge par une série d’entrepreneurs qui tentent de faire leur miel des prisonniers. Parmi eux, certains parviennent à s’ériger en partenaires réguliers des geôles et à monopoliser la fourniture de certaines denrées. Les fournisseurs jouissent ainsi d’une position privilégiée, profitant d’un bassin de « consommateurs » inépuisable et d’une proximité enviable avec les différentes instances de pouvoir qui les mettent en poste. Malgré cela, les difficultés financières de l’État ont des répercussions graves sur leurs affaires. L’approvisionnement carcéral demeurait une entreprise à haut risque.

  • 6 Nicole Castan, « La préhistoire de la prison », in Nicole Castan et André Zysberg, Histoire des gal (...)

5Mais l’étude des activités des fournisseurs ne sert pas qu’à explorer un pan encore largement méconnu de l’histoire des prisons d’Ancien Régime. Elle ouvre aussi une fenêtre sur ce qu’était cette prison, ses objectifs, ses limites, ses tractations, ses acteurs. L’historiographie traditionnelle, cherchant l’émergence de la peine, s’est très peu intéressée à cette geôle qu’elle qualifie un peu trop rapidement de « préhistorique » : dans cette optique, c’est l’avènement de la peine qui donne sens à la prison6. Or, cette manière d’envisager la geôle écarte d’emblée toute incursion dans l’évolution carcérale avant 1789 : les fournisseurs sont une manière de voir au-delà des considérations judiciaires, de reconsidérer la prison d’Ancien Régime et son histoire. Ces marchands sont une façon de voir comment on pensait la prison, comment on l’organisait, ce que l’on attendait d’elle. Ils forment aussi un des véhicules par lesquels cette prison s’est mise en mouvement : leurs archives ne sont-elles pas, bien avant l’avènement de la peine d’enfermement, les traces d’une prison qui se transforme et se réforme ?

Comment devient-on fournisseur de prison ?

  • 7 France, Paris, Archives nationales de France (dorénavant AnF) F16 612, lettre du boulanger Bezançon (...)

6Avant d’essayer de saisir la nature des activités de ces fournisseurs et ce qu’ils peuvent nous apprendre sur la prison d’Ancien Régime, il faut tenter de comprendre comment, par quels processus ils devenaient les partenaires économiques du monde carcéral. Malheureusement, il est très difficile de savoir selon quelles modalités et quels critères un marchand obtenait un contrat de fourniture des prisons. D’ailleurs, ces contrats sont, le plus clair du temps, introuvables ce qui rend toujours incertaine la date de début et de fin des services de chacun. Certains indices laissent penser que les ententes étaient passées oralement entre les marchands et les autorités parlementaires qui s’occupaient de trouver et de nommer ces partenaires économiques. C’est ce que semble indiquer le boulanger Dominique Bezançon qui fournit le pain à la Conciergerie depuis une décennie. En l’An III, la Commission des administrations civiles, police et tribunaux lui demande de fournir une preuve du marché qu’il a conclu pour assurer ce service. Dans sa réponse, il s’excuse de ne pouvoir présenter un tel document : « il ne peut transmettre le marché pour la fourniture du pain aux 2 Maisonsde justice de la Conciergerie et du Plessis. Il observe qu’avant la Révolution il était autorisé verbalement [nous soulignons] à cette fourniture par l’un des Présidents de la Grande Chambre du cidevantParlement7 ». L’étonnement et la candeur que l’on décèle dans la réponse de Bezançon indiquent que cette pratique devait être évidente pour un fournisseur de prison d’Ancien Régime. Il se peut donc que les papiers soient introuvables simplement parce qu’ils n’ont jamais existé. Il est tout de même possible que le Parlement n’ait fonctionné de cette façon qu’avec Bezançon ou qu’avec les fournisseurs de la Conciergerie, puisque celle-ci avait une juridiction particulière, couvrant tout le ressort du Parlement qui s’étendait bien au-dehors des murs de Paris. Mais le fait, comme nous le verrons, que plusieurs fournisseurs aient approvisionné à la fois cette prison et plusieurs autres dans la capitale laisse penser que ce ne fut pas le cas. En effet, il aurait été malaisé, voire incohérent, de faire une entente officieuse pour la fourniture de la Conciergerie et de demander au même marchand, l’instant d’ensuite, de signer un contrat à durée fixe pour fournir le Grand Châtelet.

  • 8 Il s’agit de Simon-Pierre Malisset, inventeur de la mouture économique, qui fut mêlé au « Pacte de (...)
  • 9 AnF, AD III 27B, Arrest du Conseil d’État du Roi qui accepte les offres faites par le Sieur Malisse (...)
  • 10 Ibid.
  • 11 Pour la définition d’adjudication, voir Xavier Bezançon, « Une approche historique du partenariat p (...)
  • 12 AnF, AD III 27B, Arrest du Conseil d’État du Roi qui accepte les offres faites par le Sieur Malisse (...)

7Une autre piste vient compléter les propos de Bezançon, cette fois-ci, plus prometteuse. Le 14 novembre 1760, le Conseil du Roi émet l’arrêt dans lequel il annonce la nomination de Simon-Pierre Malisset8 comme fournisseur du pain des prisonniers9. Ce document fixe à l’avance la durée du contrat à neuf ans. Surtout, il explique pourquoi une telle mesure est nécessaire et le problème qu’il faut pallier : « Les adjudications faites tous les ans, & même pour six mois seulement, sont cause de cette mauvaise fourniture [de pain] 10 ». C’est donc par adjudication, c’est-à-dire en plaçant le contrat en libre concurrence pour l’attribuer au marchand qui en offrirait le meilleur prix, qu’on confiait l’approvisionnement en pain, mais pour de très courtes périodes ce qui devait, effectivement, occasionner de trop nombreux bouleversements dans la fourniture11. Les adjudicataires offraient souvent un prix unitaire trop bas afin de sécuriser le contrat ce qui, à terme, les empêchait de générer un bénéfice et les menait à produire un pain d’horrible qualité pour augmenter leur marge de profit. Inversement, en conséquence de la brièveté des engagements, « il est souvent arrivé que cette fourniture a été portée à des prix excessifs, ce que l’on auroit pû éviter par des marchés fermes à plus long terme, parce qu’un entrepreneur qui compte sur une fourniture de plusieurs années a toûjours soin de s’approvisionner à l’avance12 ».

8Est-il possible que ce système d’adjudication ait également concerné tous les autres types de marchandises ? Cela semble plausible. Ce qui l’est moins, toutefois, c’est qu’on ait renouvelé le processus à chaque année, voire même deux fois par année selon l’arrêt de novembre 1760, pour chacune des fournitures. D’ailleurs, les marchands qui opéraient dans les prisons avant la date de cet arrêt n’affichent pas une présence dans le circuit qui soit plus brève, ni plus incertaine. Il est difficile de croire que ces individus aient pu garder leur position pendant de si longues périodes, parfois pendant plusieurs décennies, tout en la voyant remise aux enchères annuellement. Il est bien plus probable que les fournisseurs aient acquis leur poste par le biais d’une adjudication et que, tant qu’ils voulaient la préserver et tant que le Parlement était satisfait de leurs services, leur bail était automatiquement renouvelé ou prolongé indéfiniment, à moins qu’un nouveau joueur ne parvienne à proposer des prix significativement plus bas que le détenteur du contrat. Quoiqu’il en soit, il semble bien qu’on ait trouvé une manière d’assurer une certaine stabilité dans la fourniture de plusieurs produits en ayant toujours recours aux mêmes hommes, connus du système et considérés comme fiables.

  • 13 Ces documents sont rassemblés par le receveur des prisons de Paris, chargé de dresser un état compt (...)

9On peut retracer leurs activités grâce à leurs archives comptables. Celles-ci, majoritairement conservées dans les cartons U 1399 et U 1400 des Archives nationales, prennent la forme de factures dans lesquelles on retrouve le nombre de marchandises vendues, leur prix unitaire, les prisons où elles ont été livrées, les reçus des concierges et les preuves de paiement des fournisseurs pour leurs services13. Si plusieurs informations ne concernent que la Conciergerie (tel que le décrit l’inventaire de la série), les factures des fournisseurs, elles, concernent l’immense majorité du temps un grand nombre de prisons. Toutefois, ces archives sont limitées dans le temps et se concentrent sur la période allant de 1769 à 1783. Elles ont donc été complétées par des documents plus ponctuels (suppliques, correspondance, sentences, actes notariés, etc.) qui apportent de précieux compléments d’information. Le corpus est donc imparfait : dates précises, identification des acteurs, raisons du changement de fournisseurs sont souvent absentes. Mais, malgré le silence obstiné des archives, les fournisseurs se dévoilent toujours un peu plus et, avec eux, le monde des prisons d’Ancien Régime.

Monopoles : fournir partout

10Les fournisseurs ne sont pas que le reflet de l’activité économique de tel ou tel établissement. Au contraire, l’exploration de leurs archives fait apparaître un réseau carcéral cohérent et bien ancré dans lequel ces marchands des prisons sont autant de ponts : leurs activités lient les geôles entre elles et permettent une gestion unifiée de la réalité carcérale parisienne. En effet, on retrouve plusieurs fournisseurs dont les services s’étendent à travers toute la capitale. Apparaissent alors des individus qui agissent comme partenaires privilégiés du monde carcéral parisien dans son ensemble.

  • 14 Il faut toutefois noter qu’aucun des fournisseurs des prisons de Paris n’a été retrouvé jouant le m (...)
  • 15 BnF, JF 546, supplique de Bezançon au Procureur général, fol. 373.

11Certains exemples sont probants et surprennent par toute l’étendue couverte par ces marchands des geôles. En effet, leur terrain d’activité rassemble parfois six (Forest), sept (Brocq, Legris et Pizeux) et même huit (la famille Langlois) prisons parisiennes, la majorité du temps en simultané, mais pas toujours (voir Tableau 1)14. La Grande Force, par exemple, remplace en 1782 le For-l’Évêque et le Petit Châtelet après leur fermeture, alors que Saint-Martin-des-Champs est vidé en 1785 au profit de la Petite Force. Seulement deux des fournisseurs repérés dans ces nouvelles prisons, le boulanger Brocq et le vendeur de charbon Forest, étaient déjà actifs dans le monde carcéral. Ce qui ne veut pas dire qu’ils sont les seuls car il est fort possible que des documents aient été perdus ou classés ailleurs. Il est également possible que l’État ait profité de ces changements majeurs dans le milieu des prisons pour renouveler ses partenaires. C’est ce que laissent croire les inquiétudes du tapissier Pizeux – qui fournit d’ailleurs rien de moins que sept prisons et dont la place est donc largement établie dans le circuit des fournisseurs – telles qu’il les exprime au Procureur général dans une lettre de 1781 : « Si les changements qui pouroient arriver dans les prisons lui étoient préjudiciables, il se trouveroit dans une triste situation avec le souvenir d’avoir fait le mieux possible pendant 38 ans15 ».

12Le caractère juridique particulier de la Conciergerie est réaffirmé à travers ses partenaires économiques puisque presque tous les fournisseurs affiliés à un seul établissement font affaire avec elle. La Conciergerie fait donc figure d’exception puisque neuf des seize fournisseurs repérés avaient un circuit de livraison comprenant plus d’une prison. Ils ont généralement de longues carrières (demeurant souvent en service plus d’une décennie) en plus de combler les trois besoins les plus cruciaux du monde carcéral : manger, chauffer et dormir.

Tableau 1 : Période d’activité des fournisseurs des prisons parisiennes et les prisons desservies (1700-1789)

Tableau 1 : Période d’activité des fournisseurs des prisons parisiennes et les prisons desservies (1700-1789)

13Ces fournisseurs apportaient donc une certaine uniformité au réseau des prisons parisiennes qui recevaient dans plusieurs cas des marchandises et des denrées uniformisées de par leur origine commune. Qu’on se soit trouvé à la Conciergerie, au Grand ou au Petit Châtelet ou même au For-l’Évêque, les prisonniers dormaient dans les couvertures de la famille Langlois, posaient leur tête sur les traversins de Pizeux et se chauffaient avec les voies de charbon de Forest, ou de Legris avant lui. Ces personnages conféraient une unité, à la fois économique et matérielle, aux prisons de la capitale. Observées par la lentille de leur existence économique, les prisons n’apparaissent pas comme de simples bâtiments parsemés à travers la capitale, mais plutôt comme une large toile aux pôles interconnectés.

La prison en héritage

  • 16 En fait, ils en rassemblent sans doute bien plus car nous ne possédons que les contrats de début d’ (...)

14Les fournisseurs, en plus s’assurer les liaisons économiques à travers le réseau, constituaient une véritable source de stabilité : leur présence garantissait un certain ordre, une précieuse prévisibilité pour le monde précaire des prisons. En effet, si les activités de ces marchands ne se déploient pas toujours dans l’espace parisien, il n’est pas rare de les voir s’étendre en durée. Plus que cela, il est en vérité tout à fait habituel de croiser les mêmes noms encore et encore, pendant de nombreuses années, en tant que partenaires économiques des prisons. À eux seuls, par exemple, les neuf fournisseurs mentionnés plus haut rassemblaient plus de 125 ans d’expérience dans la sphère carcérale parisienne (voir Tableau 1)16. Certains de ces individus faisaient donc partie intégrante d’un réseau économique carcéral bien rodé qu’ils contribuaient à maintenir par leur présence récurrente. Là où on aurait donc pu s’attendre à un approvisionnement à la fois lent, désorganisé et inconstant pourvu par une foule de marchands anonymes qui se seraient rapidement succédé, on retrouve plutôt un nombre étonnamment restreint d’individus qui apportent les mêmes marchandises, aux mêmes endroits, aux mêmes moments et ce, pendant de nombreuses années. Certains de ces personnages apparaissent comme de véritables institutions quant à la fourniture des prisons de la capitale.

  • 17 Le cas des transmissions familiales dans le domaine marchand est tout à fait typique. Voir la démon (...)
  • 18 Elle était auparavant mariée à Jean Lepy, aussi marchand couverturier. Voir AN, MC LII 243, contrat (...)
  • 19 BnF, JF 1297, État des sommes dues à chacun des fournisseurs de la Tour Saint-Bernard jusques et co (...)
  • 20 La Veuve Langlois fournit la Conciergerie en 1751 : BnF, JF 1286, État de la recette et dépense fai (...)
  • 21 AnF, U 1399, passim. Du vivant de son mari, Marguerite Pasquier est déjà très active et on croise s (...)

15Le système carcéral se construisait autour d’un nombre restreint d’individus connus des autorités : trop de roulement dans le personnel pouvait s’accompagner de perturbations. Ainsi, la confiance accordée à un fournisseur lui survivait parfois et se déplaçait vers un parent, un proche ou un partenaire. Le cas le plus frappant est sans doute celui des couverturiers Langlois, mari, femme, fils et bru, qui gèrent leur petite entreprise de concert17. Il s’agit d’abord de Charles Langlois, deuxième époux de Marie Lochet18. On retrouve sa trace dès 1740, comme fournisseur de couvertures à la Tour Saint-Bernard, mais il n’est pas clair s’il a également été chargé d’autres prisons à Paris19. Les documents se font rares jusque dans les années 1760, mais il semble que Marie Lochet, devenue Veuve Langlois dans le processus, et leur fils, Pierre Charles Langlois, aient continué leur commerce jusqu’à la mort de la veuve, en 176120. Tout porte à croire que Pierre Charles Langlois prend alors la relève avec sa propre épouse, Marguerite Pasquier, puisqu’on les retrouve à nouveau en 1768, cette fois comme fournisseurs de tout le réseau carcéral parisien21. L’épouse de Pierre Charles étant déjà largement impliquée dans le processus d’approvisionnement carcéral, elle assure la continuation du service après la mort de son mari, apparemment seule, cette fois. La fourniture est donc passée (au moins) entre les mains de quatre individus d’une même famille, léguée, en quelque sorte, comme héritage et prenant même de l’expansion à travers les années. C’est la raison pour laquelle ils ont été considérés comme une seule entité, en regroupant leurs années de service puisqu’ils forment un seul commerce transmis de père en fils, de mari en épouse.

  • 22 Toutes les informations sur le cas de Pizeux proviennent d’une lettre qu’il écrit en 1781 au Procur (...)

16La transmission des responsabilités d’approvisionnement des prisons ne se faisait pas toujours entre les membres d’une même famille. Il arrivait également qu’elles soient transférées d’employeur à employé. C’est le cas du tapissier Pizeux qui hérite de la fourniture de la literie dans les prisons parisiennes que faisait jusque-là son maître, Provost, chez qui il était entré dès l’âge de vingt ans22. Il s’affaire à aider Provost dans l’approvisionnement jusqu’en 1750, année à laquelle son maître tombe trop gravement malade pour continuer à faire le service lui-même, bien qu’il le conserve officiellement. Pizeux remplit la tâche en son nom pendant quatorze ans, jusqu’en 1764, date à laquelle il succède enfin à Provost en tant que fournisseur. Il y reste encore au moins vingt ans, puisque le dernier document de sa main date de 1783. En tout, c’est rien de moins que quarante ans de relations que cumule à lui seul Pizeux dans le milieu carcéral.

  • 23 BnF, JF 519, supplique de François Pointeau au Premier Président, s.d., fol. 429.
  • 24 Il n’est pas certain que Pointeau ait gagné sa cause puisque, s’il est vrai que Brocq ne semble pas (...)

17Il faut également mentionner le cas de Nicolas François Sauvegrain et de François Pointeau, tous deux fournisseurs de pain à la Conciergerie, qui offre un autre exemple de transmission de contrat. Les papiers de Sauvegrain ne subsistent malheureusement pas. Nous n’aurions eu aucune connaissance de son existence si ce n’était d’une lettre adressée par Pointeau au Procureur général dans laquelle il se dit : « François Pointeau maître boulanger à Paris, chargé depuis 30 ans de la fourniture de pain aux prisonniers de la Conciergerie, successeur du S. Sauvegrain son beau-père, qui l’a faite l’espace de 25 ans23 ». Ici, Pointeau fait valoir tout le poids de son ancienneté, qui s’étend sur deux générations, après avoir été mis au fait des tractations de Brocq pour accaparer l’ensemble de la fourniture du pain dans les prisons de Paris24. Son cas est d’ailleurs là pour rappeler que ces postes, malgré leur étonnante stabilité, pouvaient être soumis à la concurrence et que même cinquante-cinq ans d’expérience familiale ne garantissaient pas un privilège éternel. Même son de cloche pour Pizeux qui, comme on l’a vu, a une longue expérience dans le milieu, mais craint tout de même pour sa place lors des changements qui bouleversent le monde carcéral parisien dans les années 1780.

Au bord de la faillite : les risques du métier

  • 25 La mauvaise réputation de l’État dans ce domaine n’est plus à faire. Voir entre autres Yves Leclerc (...)

18À voir combien les fournisseurs semblaient tenir à leur place, on est en droit de supposer qu’il s’agissait d’un contrat privilégié et même prisé. Comment expliquer, sinon, que ces marchands et ces artisans s’acquittent si longtemps de leurs tâches envers le réseau carcéral ? Et, à plus forte raison, comment expliquer qu’ils désirent léguer ces contrats à leurs épouses, leurs enfants et leurs apprentis ? Fournir une ou des prisons en denrées ou en marchandises apparaît dès lors comme un avantage substantiel. Après tout, il s’agissait d’une relation presque exclusive avec l’État, peut-être même d’une position stratégique permettant de se faire connaître dans les réseaux économiques parisiens. Sinon, le poste s’accompagnait au minimum de ventes régulières, assurées et à grande échelle. La position de fournisseur des prisons semble donc avoir été un poste assez rentable ou assez stratégique pour être protégé et même transmis. Pourtant, dès qu’on étend notre recherche hors des stricts documents comptables de ces personnages, une nouvelle réalité apparaît qui vient contredire la première, au point de rendre complètement incompréhensible l’acharnement des fournisseurs à conserver leur place sur de si longues périodes. L’État, bien loin d’être une source sûre, apparaît rapidement, et peut-être sans surprise, comme un bien mauvais payeur25.

19Règle générale, l’État, surchargé, est lent à rembourser aux fournisseurs ce qu’il leur doit et ces derniers sont souvent à la merci d’un processus qui échappe complètement à leur contrôle, bien qu’ils sachent bien y manœuvrer. D’abord, les marchands ne sont pas payés au fur et à mesure de leurs livraisons dans les prisons, mais annuellement. Ainsi, à chaque fois qu’un fournisseur amène ses marchandises en prison, le concierge signe un reçu dans lequel il confirme qu’il a bien obtenu lesdites marchandises : il en spécifie le nombre, mais non le prix qui, après tout, ne le regarde pas. C’est donc un compte annuel détaillé accompagné des signatures de tous les concierges que chaque marchand doit envoyer au Procureur général. Ce dernier, ensuite, accepte ou refuse, en tout ou en partie, le paiement et fait parvenir sa décision au receveur charitable en charge de la caisse des prisons. Il est de la responsabilité de ce dernier de libérer les fonds pour rembourser le fournisseur qui, à son tour, doit signer un reçu qui prouve que l’argent lui a bien été remis.

  • 26 AnF, U 1399, passim.
  • 27 Nous n’avons qu’un document de son successeur, Forest, qui date de 1781, mais il semble bien, d’apr (...)

20Ce processus, pour tous ses va-et-vient, est bien installé et même tout à fait fonctionnel. Ainsi, quand aucune anicroche ne survient et que la caisse est pleine, le fournisseur peut recevoir son paiement assez rapidement. C’est le cas de Legris, livreur de charbon, qui se voit remboursé pour ses services pendant toute la période 1769-1774 avant même le début de l’année suivante (il livre sa marchandise entre octobre et décembre et reçoit son paiement en décembre)26. S’arrêter au cas de Legris est toutefois trompeur puisqu’il n’est pas représentatif; c’est d’ailleurs le seul du genre que nous ayons trouvé27. En fait, il est fort difficile de savoir quel était un délai « normal » de paiement, surtout que les retards ne sont jamais motivés.

  • 28 De 1769 à 1781 (l’information exacte pour 1776 étant toutefois manquante) pour Pizeux, de 1768 à 17 (...)
  • 29 Les données de la Figure 1 proviennent des factures des fournisseurs sur lesquelles sont inscrites (...)
  • 30 Micheline Baulant, « Le prix des grains à Paris de 1431 à 1788 », Annales ESC, 23ᵉ année, n° 3, 196 (...)
  • 31 Nicole Castan estime, elle aussi, que « les mauvaises années frappent à partir des années 1775 ». N (...)

21Pour se faire une idée du temps qu’un fournisseur pouvait attendre avant d’être finalement payé, trois d’entre eux ont été étudiés de plus près : Pizeux et la famille Langlois, qui desservent tous deux presque tout le réseau carcéral, et Marin qui n’apparaît comme partenaire que de la seule Conciergerie. Notre choix s’est arrêté sur ces trois cas car leurs documents comptables s’étendent sur plus d’une décennie28. Ils permettent également de comparer la situation d’un fournisseur qui ne s’occupe que d’une prison unique avec celle de marchands qui sont liés à plusieurs établissements. Les résultats confirment que le cas de Legris devait être considéré avec prudence. En effet, s’il fallait à ce dernier trois mois en moyenne pour se faire rembourser, il en faut seize à Pizeux et même vingt-cinq aux Langlois. Marin, de son côté, occupe une position médiane, plus raisonnable sans doute, à six mois en moyenne. Il est intéressant de noter que pour chacun de ces trois fournisseurs les choses se compliquent à partir de la moitié des années 1770 alors que les périodes d’attente montent en flèche (voir Figure 129). Les fournisseurs subissent peut-être alors les conséquences de la conjoncture financière globale. À la même époque, la France s’implique dans les guerres américaines qui siphonnent les finances de l’État. En même temps, le prix des grains subit une hausse généralisée alors que le setier de blé des Halles se vend en moyenne à 24 livres entre 1770 et 1788, tandis qu’il se vendait à 20 livres en moyenne dans les vingt années précédentes30. Le problème est aggravé par la libéralisation du commerce des grains enclenchée par Turgot et qui se solde par la Guerre des farines31.

Figure 1 : Temps d’attente en mois avant le paiement des fournisseurs (1768-1782)

Figure 1 : Temps d’attente en mois avant le paiement des fournisseurs (1768-1782)
  • 32 En effet, cette position avantageuse ne peut résulter du fait que Marin ne livrait qu’à une seule p (...)

22Pour les fournisseurs, la dégradation des finances se traduit par de longues attentes afin d’obtenir leurs paiements. Les durées d’attente de Pizeux, et plus encore de la famille Langlois, affichent une nette hausse à travers la période. Celles de Marin, au contraire, sont plutôt stables, affichant même une légère diminution entre 1768 et 1781, ce qui semble indiquer que le montant de la facture avait une incidence réelle puisque les marchandises du tapissier et des couverturiers représentaient des montants largement supérieurs : plus les dettes sont lourdes, plus les retards s’allongent32. En effet, la différence entre les montants est immense puisque la facture annuelle moyenne de Marin pour la période étudiée s’élève à 224 livres par an, alors que celle de Pizeux est plutôt de 1 309 livres et celle de Langlois, de 2 036 livres. Les choses se corsent tout de même pour Marin qui, en 1782 et en 1783, doit patienter plus d’un an pour être payé alors que cela ne lui était arrivé qu’une seule fois jusque-là, en 1769. Les Langlois, quant à eux, atteignent des sommets avec quatre ans, trois ans et même cinq ans d’attente en 1778, 1779 et 1780 respectivement.

  • 33 Laurence Fontaine, L’économie morale : pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, (...)
  • 34 Nicolas Lyon-Caen et Mathieu Marraud observent que les marchands parisiens les plus en vue et les p (...)

23Que ces commerçants aient engagé autant de crédit dans leurs affaires avec l’État ne doit pas surprendre puisque l’on sait que toutes les relations sociales de l’époque étaient traversées par la dette33. Les marchands des prisons avaient sans doute en amont leurs propres fournisseurs à l’égard desquels ils entretenaient eux-mêmes un crédit et ainsi de suite. Dans ce cas-ci, il est fort possible que le crédit, en plus d’être structurellement enchâssé dans tous les liens d’échanges, ait été un investissement politique permettant aux fournisseurs de se rapprocher toujours un peu plus des hautes sphères du pouvoir34. Comment, en effet, refuser le crédit au roi lui-même ? Nous y reviendrons.

Fenêtre sur le monde des fournisseurs de prison : la famille Langlois

24Mais qui étaient donc ces marchands des prisons aux nerfs si solides ? D’emblée, leur capacité à encaisser de si grands retards de paiements laisse supposer qu’il s’agissait de commerçants nettement établis dans la capitale, que leur entreprise était déjà florissante et qu’ils comptaient sur une clientèle diversifiée qui leur permettait de garder la tête hors de l’eau lorsque l’une des antennes de leur circuit manquait à ses engagements. Malheureusement, nous n’avons trouvé que très peu de traces de leurs activités dans les archives notariales, traces qui auraient permis de les situer dans le paysage socioéconomique parisien.

  • 35 AnF, MC CXXII 716, inventaire après décès de Marie Lochet, 24 septembre 1761. On retrouve d’ailleur (...)

25Heureusement, l’inventaire après décès de Marie Lochet, épouse de Charles Langlois et mère de Pierre Charles Langlois, membre de la famille de couverturiers, se trouve toujours dans les archives du Minutier central35. La Veuve Langlois possédait un mobilier plutôt imposant ainsi que du numéraire pour une jolie somme de 3 571 livres. Elle était également propriétaire d’une maison rue Saint Victor dont les paiements étaient complètement achevés et qu’elle vend pour 20 000 livres à son fils et à sa bru en 1758. Son commerce semble donc prospère et ses papiers ne dévoilent aucune dette car elle est plutôt créancière que débitrice. Il est vrai, toutefois, que ce document, datant de 1761, peut être le reflet d’un temps meilleur pour les fournisseurs de prisons car, comme on l’a vu plus haut, la situation semble s’être corsée vers la fin des années 1770. Dans ces conditions plus difficiles, il est possible que l’héritage de Marie Lochet se soit rapidement volatilisé.

  • 36 AnF, Y 4597A, contrat de tutelle des enfants de Marie Lochet, 3 mars 1742. [En ligne]  http://www.g (...)
  • 37 Mathieu Marraud, op. cit.
  • 38 On présume qu’il s’agit de prêts au denier 20, c’est-à-dire à 5% d’intérêt. À nouveau, cette pratiq (...)
  • 39 C’est ainsi que Pierre Goubert et Ernest Labrousse qualifient l’étage inférieur de la bourgeoisie f (...)

26Où se situent les Langlois dans la sphère marchande parisienne ? D’abord, ils ne sont pas des nouveaux venus dans le monde bourgeois de Paris : leur réseau, qu’on peut déceler à travers les documents légaux de Marie Lochet, rassemble une multitude de différents marchands. Un épicier, des tapissiers, un marchand de chevaux et un maître bourrelier, par exemple, ont tous fait affaire avec le ménage Langlois qui n’a d’ailleurs pas hésité à avoir recours à la justice contre eux afin de récolter ses dus, si l’on en juge par les multiples sentences du Châtelet trouvées dans les affaires de Lochet – toujours à son avantage. D’autres documents font apparaître un cercle qui excède les seules limites du monde marchand puisqu’elle compte dans sa famille un cousin germain « avocat en Parlement, conseiller du Roy, commissaire au chastelet de Paris », un autre « ancien controlleur des rentes » et encore un « procureur au chastelet de Paris »36. Aussi, la transmission du commerce dans la famille suggère une mise en commun du capital et la poursuite d’intérêts eux aussi communs, stratégie très commune dans la sphère marchande de l’époque. Les Langlois se fondent donc parfaitement dans le milieu bourgeois parisien et en adoptent les coutumes filiales et commerciales37. Surtout, les documents de Marie Lochet comptent également 1 750 livres de rente annuelle, ce qui suggère un capital aliéné de 35 000 livres38. La famille Langlois était bien loin de faire partie de la « piétaille de la négoce » dont le seuil supérieur se situerait vers les 10 000 livres d’actifs39. Ni marchands de bas étage, ni grands négociants fortunés, les Langlois occupaient donc une position médiane dans le paysage marchand parisien : en moyen, bien implantés, vivant de leur commerce et, surtout, possédant assez de capitaux pour encaisser les retards de paiement liés à l’approvisionnement des prisons.

Une situation vulnérable aux oscillations du marché

  • 40 AnF, U 1399, mémoire de fourniture du charbon par Legris, 16 décembre 1769.
  • 41 BnF, JF 1304, Copie du mémoire présenté à Monsieur le Premier Président et à Monsieur le Procureur (...)
  • 42 BnF, JF 1304, Copie du mémoire présenté à Monsieur le Premier Président et à Monsieur le Procureur (...)
  • 43 BnF, JF 1291, supplique du fournisseur Martin Marin au Procureur général, fol. 173.
  • 44 BnF, JF 1291, supplique de Dominique Bezançon au Procureur général Joly de Fleury, fol. 97. On lui (...)

27Mais tous les fournisseurs des prisons ne devaient pas être issus du monde des marchands nantis. Par exemple, Sollezel, le porteur d’eau (dont la voie d’eau livrée ne valait qu’un petit sol), sait à peine écrire, et Legris, le charbonnier, écrit phonétiquement et livre au « fourre levaique »40. En effet, les documents indiquent que la situation des fournisseurs n’était pas si reluisante que le laisse croire la Veuve Langlois. Un mémoire adressé au Premier Président et au Procureur général par Despeignes, le receveur général des prisons, en 1785 dresse un portrait négatif des finances des prisons dans lequel il énumère les dettes contractées à l’égard des fournisseurs de la Conciergerie et du Grand Châtelet : il est dû à l’épicier 226 livres, au tapissier 252 livres, au boisselier 200 livres et à la marchande de couvertures l’imposante somme de 2 693 livres41. Despeignes ne cache d’ailleurs pas son désarroi face à cette situation lorsqu’il ajoute : « Ce point de vue effraie42 ». Même Martin Marin, le marchand d’huile de navette qui bénéficie de remboursements relativement rapides, se plaint, en 1771, de vendre son huile à perte à la Conciergerie depuis quelques années à cause de la cherté de sa marchandise43. Lorsqu’il se décide enfin à demander une augmentation (de deux sols par livre d’huile) au Procureur général, cela fait déjà dix ans qu’il est au service de la prison et déjà plusieurs années, selon ses dires, qu’il ne tire aucun profit de ce partenariat. On se trouve devant la même situation en 1789, alors que Dominique Bezançon, fournisseur de pain de la Conciergerie, se plaint de vendre son pain à perte à la prison… depuis 178344! Son déficit monte à 12 000 livres et il a des suites fâcheuses pour lui puisqu’on le poursuit parallèlement en justice pour une somme de 6 000 livres de dettes accumulées dans son commerce.

  • 45 Ibid.
  • 46 AnF, F16 508, lettre des administrateurs des Domaine et finances au Président du Directoire du Dépa (...)
  • 47 AnF, F16 613, Marché pour la fourniture du pain des prisons de Paris, 17 septembre 1780.

28Il est possible que les boulangers qui faisaient affaire avec les prisons fussent particulièrement vulnérables vu les fluctuations des prix du grain, mais cela n’explique pas pourquoi Bezançon désire rester malgré une situation aussi désastreuse. Pour ce partenariat avec le monde des prisons, Bezançon risque la banqueroute totale et il demande à être « payé sans délai de la somme qui lui revient sur ses pertes, ne lui étant plus possible d’en être privé plus longtemps pour ses affaires, pour sa fourniture et pour son commerce45 ». Brocq ne semble pas s’en sortir bien mieux puisqu’on évalue, en l’an II, à un invraisemblable 56 968 livres la dette accumulée à son égard, sans compter qu’il est forcé d’emprunter lui-même pour ses farines, faute de liquidités46. Vu l’ampleur du montant, il est fort à parier que ces dettes aient commencé avant le tournant de 1789. Pourtant, son contrat devait le prémunir contre les hausses abruptes des prix du grain puisqu’on y stipule que le prix à payer pour chaque ration sera évalué « sur le pied du plus fort prix du pain blanc vendu au marché47 ». Malgré cela, ou à cause de cela, l’État n’apparaît pas en mesure de remplir sa part du contrat.

  • 48 Alan Potofsky, « The Construction of Paris and the Crises of the Ancien Regime: the Police and the (...)
  • 49 Cette augmentation est créée par un changement dans le comptage : les Langlois, à partir de 1780, n (...)
  • 50 De 1769 à 1783, une paillasse se vend toujours une livre cinq sols, un traversin trois sols, une co (...)

29Les plaintes et suppliques des fournisseurs invitent toutefois à la vigilance : quelle foi faut-il accorder à leurs griefs ? La prison, après tout, n’était pour eux qu’une simple opportunité d’affaire. Il est difficile de prendre au sérieux les suppliques d’hommes et de femmes qui, tout en exposant leur situation famélique, demeurent en poste année après année. Pourtant, une analyse plus serrée de leurs documents indique qu’on ferait erreur à écarter leurs plaintes trop rapidement. En effet, les prix de leurs marchandises sont restés comme figés dans le temps et n’ont pas suivi l’évolution du marché. Autour d’eux le coût de la vie explose : le loyer moyen à Paris augmente de 130 à 140% à travers le siècle et le prix de la nourriture de 62%48. Pourtant, quand on reprend les factures de Marin, de Pizeux et de Langlois, on aperçoit que les prix de leurs fournitures n’ont pas suivi la même courbe, loin s’en faut. Marin, encore une fois, s’en sort le mieux puisque la valeur de sa cruche d’huile connaît une augmentation de 12,5%, entre 1769 et 1783. Langlois suit non loin derrière avec une augmentation de 11,4% du prix de ses couvertures dans la même période49. Quant à Pizeux, aucune de ses marchandises n’a connu de hausse de prix à travers ses années de service50. S’il est donc possible que ces fournisseurs exagèrent leur misère, on peut tout de même facilement concevoir que leur partenariat avec les prisons soit devenu, à travers les années, de moins en moins avantageux et peut-être même ruineux.

  • 51 Laurence Fontaine, op. cit., p. 95.
  • 52 Louis Sébastien Mercier, « Fournisseurs », Tableau de Paris, Jean-Claude Bonnet (éd.), Paris, Mercu (...)

30Mais alors, la question se pose à nouveau, pourquoi ces fournisseurs restent-ils malgré leurs conditions désastreuses ? On a du mal à s’expliquer leurs motivations. Il devait bien y avoir des avantages à maintenir ce commerce, malgré le désastre dépeint par les chiffres. Deux hypothèses peuvent être posées. D’abord, on peut supposer que ces fournisseurs ne s’accrochaient pas autant aux bénéfices directs que pouvaient leur apporter les prisons qu’aux liaisons avec la monarchie que cet état faisait miroiter. Les marchandises pourvues aux prisons et les dérogations accumulées à leur paiement devaient permettre aux fournisseurs de « mettre en œuvre leurs stratégies d’ascension sociale et de conquête des marchés », même si elles fragilisaient parfois leurs affaires51. C’est sans doute là au moins en partie ce qui explique l’étrange persistance de ces fournisseurs dans leurs engagements à l’égard des geôles. Ensuite, il est possible que la perspective d’un retrait leur ait semblé encore plus périlleuse que de demeurer en place. Comment, en effet, avoir le levier nécessaire pour réclamer les sommes dues une fois retiré du réseau de fournitures ? Ces marchands étaient peut-être placés devant deux options : rester et pouvoir espérer recouvrir les montants qui leur revenaient, ou partir, cesser l’accumulation de la dette, mais risquer de ne jamais recevoir remboursement. C’est ce que laisse planer Louis Sébastien Mercier lorsqu’il décrit la situation des fournisseurs de Paris qui, las d’attendre leur remboursement, osent le réclamer à leurs nobles clients qui s’écrient : « “Les impertinents ! […] qu’on aille chez d’autres. Je leur retire ma protection”. Il trouve d’autres fournisseurs, quoique les premiers n’aient pas été payés52 ». Dans ces conditions, peut-être valait-il mieux se taire et espérer pour le mieux.

Les fournisseurs comme moteurs d’innovation

  • 53 En effet, le xviiie siècle est le lieu de plusieurs réformes carcérales qui précèdent largement la (...)
  • 54 Steven Kaplan, Le pain, le peuple et le roi…, op. cit., p. 229 et suiv. ; Georges Weulersse, Le mou (...)
  • 55 Voir, pour le premier poste : Paris, Arsenal, Bastille Ms 10141 ; pour la régie : AnF, F11 1194.
  • 56 Steven Kaplan, Les ventres de Paris…, op. cit., p. 57. Voir les écrits de l’époque sur la mouture é (...)

31Mais il faut se garder de penser que les fournisseurs n’ont fait que subir la prison ou tenter de s’en enrichir. Ils n’étaient pas que des satellites gravitant autour de la geôle : ils étaient plutôt des acteurs dynamiques qui opéraient au sein même des institutions. C’est pourquoi la monarchie, dans ses tentatives pour améliorer le système carcéral de la capitale, a fait appel à eux et en a fait des collaborateurs précieux dans l’avènement de réformes53. Les efforts se sont surtout concentrés sur le pain, denrée à la fois la plus chère et la plus fondamentale qu’il devenait d’autant plus nécessaire de rationaliser et d’organiser. C’est cette préoccupation qui explique l’arrivée remarquée et remarquable de Malisset et de Brocq comme fournisseurs de pain du réseau carcéral. Leur entrée dans le système traduit une volonté de réforme de la prison qui prend les moyens de ses ambitions. Le choix de ces deux hommes est en lui-même parlant. Malisset, « le “majordome” du grain du roi », était l’inventeur de la « mouture économique » – qui devait baisser le prix du pain en optimisant le broyage, en abaissant les pertes et en récupérant les produits moins nobles – qui reçut un soutien appuyé tant du gouvernement que de la mouvance physiocratique54. En 1760, il devient responsable des achats de grains pour la réserve royale et, deux ans plus tard, il est placé à la tête de la régie du grain du roi pour l’approvisionnement de Paris55. C’est, selon Steven Kaplan, le boulanger le plus novateur de l’époque56. Son projet, véritable innovation technologique et conceptuelle, apparaît comme une solution viable à la mauvaise qualité du pain des prisons et à ses coûts élevés : en 1760, on décide d’instaurer la mouture économique, sous la direction de Malisset, pour approvisionner tout le réseau carcéral parisien.

  • 57 Parmentier, hygiéniste qui mit de l’avant la pomme de terre, ne cesse de louer le talent du Sieur B (...)
  • 58 Voir le contrat de Brocq : AnF, F16 613, Marché pour la fourniture du pain des prisons de Paris, 17 (...)
  • 59 Steven Kaplan, Les ventres de Paris…, op. cit., p. 58.
  • 60 BnF, JF 519, Observations sur le pain des prisons, fol. 425.

32Brocq, quant à lui, était responsable de l’approvisionnement en pain de l’Hôtel des Invalides. Il était, lui aussi, un personnage innovateur et reconnu comme tel par ses pairs57. Il est associé à l’École de Boulangerie de Paris, fondée par Parmentier et Cadet de Vaux. C’est en tant que représentant de cette école qu’il entre dans le monde carcéral comme boulanger attitré en 1780 et qu’il y reste au moins jusqu’en 180158. Son arrivée coïncide d’ailleurs parfaitement avec les réformes de grande ampleur que le gouvernement applique alors à la charpente des prisons parisiennes (rénovation du Grand Châtelet, ouverture de la Force et fermeture du Petit Châtelet et du For-l’Évêque) et vient ajouter au bouleversement carcéral qui secoue la capitale. La longévité du service de Brocq montre combien l’uniformisation des pratiques avant l’heure ne pouvait que plaire dans une période révolutionnaire avide de gestion standardisée et normalisée. L’affiliation avec l’École de Boulangerie n’est pas fortuite : elle dénote une volonté, de la part de l’État et du monde scientifique, de fournir aux pauvres l’aide nécessaire, mais de manière rationalisée, sans dépendre de la charité. Pour Steven Kaplan, la science devient ainsi le nouveau visage de la philanthropie : à travers Malisset et Brocq, c’est elle qui fait son entrée dans les prisons, et par la grande porte59. L’implication de Brocq est d’ailleurs soutenue par l’Académie royale des sciences qui désire « opérer une réforme » dans le pain des prisons et qui voit la fondation de l’École de Boulangerie comme l’opportunité parfaite d’y parvenir60.

33Les réformes ainsi introduites dans les prisons sous l’impulsion du gouvernement excèdent toutefois le seul monde carcéral. Si l’objectif premier était d’organiser plus rationnellement et plus économiquement la fourniture du pain dans les prisons de Paris, la finalité sous-jacente était sans doute beaucoup plus large. Ne faut-il pas y voir une tentative, de la part de l’État, de tester sur une population captive et dans un environnement contrôlé et clos un nouveau moyen de normaliser les ressources publiques ? La prison, ainsi envisagée, prend soudain l’aspect d’un énorme laboratoire dans lequel on teste différentes inventions et approches avant de les appliquer à grande échelle sur la population. Les fournisseurs des prisons furent des acteurs importants dans l’avènement et la mise en œuvre de ces expérimentations.

34Les fournisseurs sont des créatures de l’ombre pour qui se penche sur les prisons parisiennes. Ils opèrent dans les coulisses et sont pourtant des acteurs essentiels de l’organisation carcérale. Si ces marchands sont des personnages intéressants en eux-mêmes, ils pourvoient également une fenêtre nouvelle sur le monde carcéral. À travers eux, leurs activités, leurs intérêts et leurs liens avec les nombreuses prisons de la capitale, on décèle une geôle différente. Ils révèlent tout un pan de l’existence de ces prisons d’Ancien Régime que les historiens ont largement négligé : l’économie carcérale. La prison est un marché, un pôle de consommation et d’échanges. Cet aspect financier de la geôle ne peut être écarté, il fait partie en même temps qu’il expose les modes de fonctionnement de l’enfermement d’Ancien Régime, ses partenaires, ses lacunes, ses priorités, ses logiques. Plus qu’une simple activité économique, c’est tout cela qui filtre à travers les fournisseurs, ces agents du milieu.

35Ces hommes et ces femmes qui remplissent les prisons de leurs denrées et de leurs marchandises permettent aussi d’envisager la prison comme un système. En effet, en ce qui a trait à l’Ancien Régime, la prison est souvent perçue comme un microcosme, une microsociété évoluant en vase clos. Or, lorsqu’on l’aborde plutôt à travers ses partenaires économiques, les liens, les relations, les points de jonction entre les différents établissements apparaissent avec une clarté nouvelle : les prisons parisiennes n’étaient pas entièrement isolées les unes des autres, elles sollicitaient les mêmes collaborateurs, se meublaient des mêmes articles, étaient sous la tutelle des mêmes gestionnaires (les receveurs charitables) et partageaient une même caisse pour leur approvisionnement en de nombreuses denrées. Les fournisseurs des geôles dévoilent ainsi non pas une série de prisons parsemées çà et là à travers la capitale, mais bien une véritable toile, un réseau aux connexions nombreuses. Aussi forment-ils eux-mêmes une extension de la prison dans la ville, exprimant la perméabilité de la prison et ses liens avec la cité61. Ce constat invite à renouveler nos explorations et à chercher les liens qui pouvaient unir les différents établissements dans les cadres urbain ou régional au niveau des fonctionnalités et de la gestion quotidienne.

36Finalement, l’étude des fournisseurs carcéraux et, à travers eux, de la facette économique des prisons donne un accès nouveau vers l’évolution beaucoup plus large du monde carcéral des Lumières. Les réformes carcérales sont le plus souvent associées à la sphère du droit et du judiciaire, a fortiori suite aux grands codes pénaux révolutionnaires et napoléonien qui fixent la prison comme peine légale, statut qu’elle n’avait pas officiellement avant 1789. Mais le réseau carcéral parisien est déjà en mutation et le mouvement s’accélère à partir de 1750. Le circuit des fournisseurs laisse apercevoir avec grande clarté comment la prison fut dès lors englobée dans les grandes mouvances du xviiie siècle que furent la physiocratie et l’utilitarisme. Car si la majorité des marchands des geôles sont des agents de stabilité pour le monde carcéral (tant par la durée de leur mandat que par l’étendue de leur réseau), certains d’entre eux incarnent le changement, la rationalisation et l’expérimentation et deviennent des agents de modernisation. C’est le cas de Simon-Pierre Malisset et de Brocq qui tous deux, avec le soutien affirmé de l’État et des milieux scientifiques, apportent des solutions à un problème récurrent : le pain des prisons. Ils proposent, le premier par la mouture économique et le deuxième par son association à l’École de Boulangerie, et innovent dans le but d’améliorer les prisons de la capitale, leur efficacité, leurs finances et le bien-être des détenus. Si leurs techniques sont appliquées à Paris, l’objectif ultime est de les appliquer dans toutes les geôles puis, éventuellement, d’en faire profiter toute la population du royaume. Ces fournisseurs pouvaient donc être des acteurs clés de la réforme des prisons parisiennes. Ainsi, en plus de dévoiler et d’incarner la prison en tant qu’entité économique, ils nous fournissent une nouvelle clé de lecture pour mieux comprendre et repérer les évolutions qui transformèrent la geôle d’Ancien Régime en pénitencier moderne.

Inizio pagina

Bibliografia

Abdela Sophie, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, thèse de l’Université du Québec à Montréal et de l’Université de Caen, inédite, 2017, 509 p.

Abdela Sophie, « Par-delà les murs : l’urbanité carcérale dans le Paris du xviiie siècle », Histoire pénitentiaire, vol. 11, 2016. [En ligne]  https://criminocorpus.hypotheses.org/19309 (10-10-2017)

Asselain Jean-Charles, Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours. Vol. 1 : De l’Ancien Régime à la Première Guerre mondiale, Paris, Du Seuil, 1984, 221 p.

Benguigui Georges, Chauvenet Antoinette et Orlic Françoise, Le monde des surveillants de prison, Paris, PUF, 1994, 227 p.

Benguigui Georges, Chauvenet Antoinette et Orlic Françoise, Le personnel de surveillance des prisons : essai de sociologie du travail, Paris, EHESS, 1992, 299 p.

Bezançon Xavier, « Une approche historique du partenariat public-privé », Revue d’économie financière. Hors-série : Partenariat public-privé et développement territorial, 1995, p. 27-50.

Brodie Allan, Croom Jane et Davies James O., English Prisons: An Architectural History, Swindon, English Heritage, 2002, 297 p.

Baulant Micheline, « Le prix des grains à Paris de 1431 à 1788 », Annales ESC, 23ᵉ année, n° 3, 1968, p. 520-540.

Castan Nicole, Zysberg André, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien Régime, Toulouse, Privat, 2002, 221 p.

Citton Yves, Portrait de l’économiste en physiocrate. Critique littéraire de l’économie politique, Paris, L’Harmattan, 2001, 352 p.

Clemmer Donald, The Prison Community, Boston, The Christopher Publishing House, 1958 (1940), 341 p.

Dégez Camille, Un univers carcéral (xvie-xviie siècles) : la prison de la Conciergerie et sa société, thèse de doctorat, École des Chartes, inédite, 2005, 460 p.

Dessert Daniel, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984, 826 p.

Evans Robin, The Fabrication of Virtue. English Prison Architecture 1750-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, 486 p.

Fecteau Jean-Marie, Un nouvel ordre des choses. La charité, le crime, l’État au Québec, de la fin du XVIIIe siècle à 1840, Montréal, VLB, 1989, 287 p.

Fontaine Laurence, L’économie morale : pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008, 437 p.

Foucault Michel, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p.

Goffman Erving, Asylums. Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, Doubleday and Co., 1961, 386 p.

Hayner Norman et Ash Ellis, « The Prison as a Community », American Sociological Review, vol. 5, n° 4, 1940, p. 577-583.

Kaplan Steven, Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988, 702 p.

Kaplan Steven, Le pain, le peuple et le roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Librairie académique Perrin, 1986, 461 p.

Leclercq Yves, Histoire économique et financière de la France d’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1998, 185 p.

Labrousse Ernest, Braudel Fernand, Histoire économique et sociale de la France. Volume II (1660-1789) : Des derniers temps de l’âge seigneurial aux préludes de l’âge industriel, Paris, PUF, 1993, 775 p.

Lascoumes Pierre, Artières Philippe (dir.), Gouverner, enfermer : la prison, modèle indépassable ?, Paris, Presses de Sciences-Po, 2004, 361 p.

Lhuilier Dominique, Aymard Nadia, L’univers pénitentiaire du côté des surveillants de prison, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, 287 p.

Ljublinski Vladimir S., La guerre des farines. Contribution à l’histoire de la lutte des classes en France, à la veille de la Révolution, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1979, 372 p.

Lyon-Caen Nicolas, Marraud Mathieu, « Multiplicité et unité communautaire à Paris. Appartenances professionnelles et carrières civiques, xviie-xviiie siècles », Histoire urbaine, n° 40, 2014, p. 19-36.

Lyon-Caen Nicolas, « Au petit paradis des Brochant : transmission et reproduction familiale chez des marchands drapiers parisiens, xviie-xviiie siècles », in Anna Bellavitis, Laurence Croq et Monica Martinat (éd.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, PUR, 2009, p. 245-262.

Marraud Mathieu, De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne, xviie-xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2009, 552 p.

O’Brien Patricia, The Promise of Punishment. Prisons in Nineteenth-Century France, Princeton, Princeton University Press, 1982, 330 p.

Petit Jacques-Guy, et al., Histoire des galères, bagnes et prisons, XIIIe-XXe siècles. Introduction à l’histoire pénale de la France, Toulouse, Privat, 1991, 368 p.

Petit Jacques-Guy, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990, 749 p.

Postel-Vinay Gilles, Hoffman Philip T., Rosenthal Jean-Laurent, « Information and Economic History: How the Credit Market in Old Regime Paris Forces us to Rethink the Transition to Capitalism », American Historical Review, vol. 104, n° 1, 1999, p. 69-94.

Potofsky Alan, « The Construction of Paris and the Crises of the Ancien Regime: the Police and the People of the Parisian Building Sites, 1750-1789 », French Historical Studies, vol. 27, n° 1, 2004, p. 9-48.

Rappaport Sylvain, La chaîne des forçats, 1792-1836, Paris, Aubier, 2006, 346 p.

Rappaport E. P. (dir.), et al., La guerre du blé au xviiie siècle : la critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, Montreuil, Éditions de la Passion, 1988, 240 p.

Weulersse Georges, Le mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770, Paris, Félix Alcan, 1910, 2 vol.

Inizio pagina

Note

1 Michel Foucault, Surveiller et punir : naissance de la prison, Paris, Gallimard, 1975, 318 p. ; Erving Goffman, Asylums. Essays on the Social Situation of Mental Patients and Other Inmates, Garden City, Doubleday and Co., 1961, 386 p. ; Jean-Marie Fecteau, Un nouvel ordre des choses. La charité, le crime, l’État au Québec, de la fin du XVIIIe siècle à 1840, Montréal, VLB, 1989, 287 p. ; Michelle Perrot, « Préface », in Pierre Lascoumes et Philippe Artières (dir.), Gouverner, enfermer : la prison, modèle indépassable ?, Paris, Presses de Sciences-Po, 2004, p. 17.

2 Voir surtout Allan Brodie, Jane Croom et James O. Davies, English Prisons: An Architectural History, Swindon, English Heritage, 2002, 297 p. ; Robin Evans, The Fabrication of Virtue. English Prison Architecture 1750-1840, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, 486 p. ; Georges Benguigui, Antoinette Chauvenet et Françoise Orlic, Le monde des surveillants de prison, Paris, PUF, 1994, 227 p. ; Id., Le personnel de surveillance des prisons : essai de sociologie du travail, Paris, EHESS, 1992, 299 p. ; Dominique Lhuilier et Nadia Aymard, L’univers pénitentiaire du côté des surveillants de prison, Paris, Desclée de Brouwer, 1997, 287 p. ; Donald Clemmer, The Prison Community, Boston, The Christopher Publishing House, 1958 (1940), 341 p. ; Norman Hayner et Ellis Ash, « The Prison as a Community », American Sociological Review, vol. 5, n° 4, 1940, p. 577-583 ; Camille Dégez, Un univers carcéral (xvie-xviie siècles) : la prison de la Conciergerie et sa société, thèse de doctorat, École des Chartes, 2005 (inédite), 460 p.

3 Patricia O’Brien, The Promise of Punishment. Prisons in Nineteenth-Century France, Princeton, Princeton University Press, 1982, 330 p. ; Jacques-Guy Petit, Ces peines obscures. La prison pénale en France (1780-1875), Paris, Fayard, 1990, 749 p.

4 Le réseau de prisons ordinaires sur lequel porte l’étude compte la Conciergerie, le Grand Châtelet, le Petit Châtelet, le For-l’Évêque, Saint-Martin-des-Champs, Saint-Germain-des-Prés, Saint-Éloi, la Tour Saint Bernard, la Grande Force et la Petite Force.

5 Sylvain Rappaport, La chaîne des forçats, 1792-1836, Paris, Aubier, 2006, 346 p.

6 Nicole Castan, « La préhistoire de la prison », in Nicole Castan et André Zysberg, Histoire des galères, bagnes et prisons en France de l’Ancien Régime, Toulouse, Privat, 2002, p. 13-45.

7 France, Paris, Archives nationales de France (dorénavant AnF) F16 612, lettre du boulanger Bezançon, An III.

8 Il s’agit de Simon-Pierre Malisset, inventeur de la mouture économique, qui fut mêlé au « Pacte de Famine » en tant que chargé de l’entretien et de la manutention des blés du Roi dans les années 1760. La carrière et les origines de Malisset sont exposées dans Steven Kaplan, Le pain, le peuple et le roi. La bataille du libéralisme sous Louis XV, Paris, Librairie académique Perrin, 1986, Chapitre VIII. Voir également Id., Les ventres de Paris. Pouvoir et approvisionnement dans la France d’Ancien Régime, Paris, Fayard, 1988, Chapitre XI.

9 AnF, AD III 27B, Arrest du Conseil d’État du Roi qui accepte les offres faites par le Sieur Malisset…, 14 novembre 1760.

10 Ibid.

11 Pour la définition d’adjudication, voir Xavier Bezançon, « Une approche historique du partenariat public-privé », Revue d’économie financière. Hors-série : Partenariat public-privé et développement territorial, 1995, p. 27-50. Cette hypothèse est également renforcée par une lettre envoyée par le Procureur général, dès 1751 cette fois, au Procureur du Roi au siège royal de Cognac dans laquelle il indique à son confrère que dès que personne ne se présente pour être adjudicataire de la fourniture du pain des prisonniers, un juge doit nommer un boulanger qui sera forcé d’en assurer l’approvisionnement au prix du marché. Il ne dit pas, toutefois, combien de temps le boulanger nommé devra exercer cette charge. BnF, JF 2429, lettre du Procureur général au Procureur du roi au siège royal de Cognac, 4 mai 1751, fol. 39.

12 AnF, AD III 27B, Arrest du Conseil d’État du Roi qui accepte les offres faites par le Sieur Malisset…, 14 novembre 1760.

13 Ces documents sont rassemblés par le receveur des prisons de Paris, chargé de dresser un état comptable des recettes et des dépenses des prisons à chaque année.

14 Il faut toutefois noter qu’aucun des fournisseurs des prisons de Paris n’a été retrouvé jouant le même rôle pour les maisons de force de l’Hôpital général que sont la Salpêtrière et Bicêtre. Cette absence d’échanges entre les mondes « hospitalier » et carcéral est un indicateur de leur nature divergente : si leurs fonctions pratiques, voire même policières et judiciaires, sont souvent très rapprochées, il semble qu’ils aient évolué de manière entièrement indépendante quant à leur mode de gestion et à leur existence strictement économique. Les personnages qui ont opéré dans un milieu ne paraissent pas avoir circulé dans l’autre.

15 BnF, JF 546, supplique de Bezançon au Procureur général, fol. 373.

16 En fait, ils en rassemblent sans doute bien plus car nous ne possédons que les contrats de début d’activité de Brocq et de Malisset et nous n’avons jamais, sauf dans les cas de Provost, de Legris et de Malisset, de preuves de leur départ ou de leur remplacement officiel. Quant à Pothon, nous n’avons qu’une trace ponctuelle de ses activités dans les prisons de la capitale.

17 Le cas des transmissions familiales dans le domaine marchand est tout à fait typique. Voir la démonstration sur la famille Raguenet dans Mathieu Marraud, De la Ville à l’État. La bourgeoisie parisienne, xviie-xviiie siècle, Paris, Albin Michel, 2009, p. 108 et suivantes ; et celle sur la famille Brochant dans Nicolas Lyon-Caen, « Au petit paradis des Brochant : transmission et reproduction familiale chez des marchands drapiers parisiens, xviie-xviiie siècles », in Anna Bellavitis, Laurence Croq et Monica Martinat (éd.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, PUR, 2009, p. 245-262.

18 Elle était auparavant mariée à Jean Lepy, aussi marchand couverturier. Voir AN, MC LII 243, contrat de mariage de Lochet et Langlois, 6 décembre 1730. [En ligne]  http://www.geneanet.org/archives/registres/view/26750/86  (26-09-2016)

19 BnF, JF 1297, État des sommes dues à chacun des fournisseurs de la Tour Saint-Bernard jusques et compris l’année 1747, fol. 17.

20 La Veuve Langlois fournit la Conciergerie en 1751 : BnF, JF 1286, État de la recette et dépense faittes pour les prisonniers par Du Tartre, [1752], fol. 45. Voir également son inventaire après décès : AN, MC CXXII 716, inventaire après décès de Marie Lochet, 24 septembre 1761.

21 AnF, U 1399, passim. Du vivant de son mari, Marguerite Pasquier est déjà très active et on croise sa signature sur plusieurs billets de livraison. On la distingue car elle signe Femme Langlois. Par la suite, après la mort de son mari entre 1773 et 1774, elle signe plutôt Veuve Langlois.

22 Toutes les informations sur le cas de Pizeux proviennent d’une lettre qu’il écrit en 1781 au Procureur général. BnF, JF 546, supplique de Pizeux au Procureur général, 1781, fol. 373.

23 BnF, JF 519, supplique de François Pointeau au Premier Président, s.d., fol. 429.

24 Il n’est pas certain que Pointeau ait gagné sa cause puisque, s’il est vrai que Brocq ne semble pas avoir réussi à inclure la Conciergerie dans son contrat, c’est tout de même Bezançon que l’on retrouve à sa place en 1783.

25 La mauvaise réputation de l’État dans ce domaine n’est plus à faire. Voir entre autres Yves Leclercq, Histoire économique et financière de la France d’Ancien Régime, Paris, A. Colin, 1998, 185 p. ; Jean-Charles Asselain, Histoire économique de la France du xviiie siècle à nos jours. vol. 1 : De l’Ancien Régime à la Première Guerre mondiale, Paris, Du Seuil, 1984, 221 p. ; Daniel Dessert, Argent, pouvoir et société au Grand Siècle, Paris, Fayard, 1984, p. 23.

26 AnF, U 1399, passim.

27 Nous n’avons qu’un document de son successeur, Forest, qui date de 1781, mais il semble bien, d’après ce document isolé, que celui-ci ait continué à se faire payer au même rythme que Legris.

28 De 1769 à 1781 (l’information exacte pour 1776 étant toutefois manquante) pour Pizeux, de 1768 à 1780 pour les Langlois et de 1769 à 1783 pour Marin.

29 Les données de la Figure 1 proviennent des factures des fournisseurs sur lesquelles sont inscrites les dates des paiements. AnF, U 1399 et U 1400, passim.

30 Micheline Baulant, « Le prix des grains à Paris de 1431 à 1788 », Annales ESC, 23ᵉ année, n° 3, 1968, p. 520-540.

31 Nicole Castan estime, elle aussi, que « les mauvaises années frappent à partir des années 1775 ». Nicole Castan, « Archéologie de la privation de liberté », in Jacques-Guy Petit, et al., Histoire des galères, bagnes et prisons, XIIIe-XXe siècles. Introduction à l’histoire pénale de la France, Toulouse, Privat, 1991, p. 60. Sur la Guerre des farines, voir Steven Kaplan, Le pain, le peuple et le roi…, op. cit. ; Vladimir S. Ljublinski, La guerre des farines. Contribution à l’histoire de la lutte des classes en France, à la veille de la Révolution, Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1979, 372 p. ; E. P. Thompson (dir.), et al., La guerre du blé au xviiie siècle : la critique populaire contre le libéralisme économique au xviiie siècle, Montreuil, Éditions de la Passion, 1988, 240 p.

32 En effet, cette position avantageuse ne peut résulter du fait que Marin ne livrait qu’à une seule prison. C’est ce qu’indique une incursion dans les documents de la Tour Saint Bernard qui comptait elle aussi ses propres fournisseurs. Ceux-ci, toutefois, croulent sous les dettes et attendent le remboursement de leurs services pendant de nombreuses années. Les fournisseurs de pain, de taillanderie, de denrées et de viande sont tous dans une situation financière exécrable à cause des retards de paiements. Voir surtout BnF, JF 1292 et 1297, passim.

33 Laurence Fontaine, L’économie morale : pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard, 2008, p. 35.

34 Nicolas Lyon-Caen et Mathieu Marraud observent que les marchands parisiens les plus en vue et les plus hautement placés dans la hiérarchie bourgeoise de la capitale pouvaient souvent profiter d’« une certaine proximité avec le monarque ». Celle-ci se traduisait par l’attribution de contrats pour les fournitures de la Cour ou encore de l’armée, véritables privilèges qui consacraient au niveau politique l’ascendance de quelques marchands au sein de leur communauté. Les fournisseurs des prisons étaient-ils, eux aussi, des acteurs privilégiés de la sphère bourgeoise de la capitale ? Cela est tout à fait possible, mais aucun des fournisseurs que nous avons trouvés dans les documents ne se définit comme détenteur de la charge de garde ou de conseil de leur corps marchand. Voir Nicolas Lyon-Caen et Mathieu Marraud, « Multiplicité et unité communautaire à Paris. Appartenances professionnelles et carrières civiques, xviie-xviiie siècles », Histoire urbaine, n° 40, 2014, p. 31 et Mathieu Marraud, op. cit.

35 AnF, MC CXXII 716, inventaire après décès de Marie Lochet, 24 septembre 1761. On retrouve d’ailleurs plusieurs de ses factures pour fournitures de couvertures aux prisons pour les années 1756 à 1759, mais toujours aucune trace de contrat.

36 AnF, Y 4597A, contrat de tutelle des enfants de Marie Lochet, 3 mars 1742. [En ligne]  http://www.geneanet.org/archives/registres/view/?idcollection=18497&page=461  (26-09-2016)

37 Mathieu Marraud, op. cit.

38 On présume qu’il s’agit de prêts au denier 20, c’est-à-dire à 5% d’intérêt. À nouveau, cette pratique inscrit Lochet dans une culture bourgeoise commune puisque 23% des rentiers de l’État étaient, à l’époque, des femmes indépendantes. Gilles Postel-Vinay, Philip T. Hoffman et Jean-Laurent Rosenthal, « Information and Economic History: How the Credit Market in Old Regime Paris Forces us to Rethink the Transition to Capitalism », American Historical Review, vol. 104, n° 1, 1999, p. 89. Laurence Fontaine observe également que les femmes, en France comme en Angleterre, étaient promptes à investir dans des rentes d’État. Laurence Fontaine, op. cit., p. 158.

39 C’est ainsi que Pierre Goubert et Ernest Labrousse qualifient l’étage inférieur de la bourgeoisie française. Ernest Labrousse et Fernand Braudel, Histoire économique et sociale de la France. volume II (1660-1789) : Des derniers temps de l’âge seigneurial aux préludes de l’âge industriel, Paris, PUF, 1993, p. 615.

40 AnF, U 1399, mémoire de fourniture du charbon par Legris, 16 décembre 1769.

41 BnF, JF 1304, Copie du mémoire présenté à Monsieur le Premier Président et à Monsieur le Procureur général, fol. 90. Les noms des fournisseurs ne sont malheureusement pas mentionnés. Toutefois, on devine que la marchande de couvertures est Marguerite Pasquier, deuxième Veuve Langlois.

42 BnF, JF 1304, Copie du mémoire présenté à Monsieur le Premier Président et à Monsieur le Procureur général, fol. 90.

43 BnF, JF 1291, supplique du fournisseur Martin Marin au Procureur général, fol. 173.

44 BnF, JF 1291, supplique de Dominique Bezançon au Procureur général Joly de Fleury, fol. 97. On lui allouera une indemnité de 1 500 livres.

45 Ibid.

46 AnF, F16 508, lettre des administrateurs des Domaine et finances au Président du Directoire du Département, 28 pluviose an II.

47 AnF, F16 613, Marché pour la fourniture du pain des prisons de Paris, 17 septembre 1780.

48 Alan Potofsky, « The Construction of Paris and the Crises of the Ancien Regime: the Police and the People of the Parisian Building Sites, 1750-1789 », French Historical Studies, vol. 27, n° 1, 2004, p. 23.

49 Cette augmentation est créée par un changement dans le comptage : les Langlois, à partir de 1780, ne se font plus payer à la couverture mais bien au poids. Ce taux leur a été avantageux.

50 De 1769 à 1783, une paillasse se vend toujours une livre cinq sols, un traversin trois sols, une couverture raccommodée deux livres dix sols et un matelas deux livres.

51 Laurence Fontaine, op. cit., p. 95.

52 Louis Sébastien Mercier, « Fournisseurs », Tableau de Paris, Jean-Claude Bonnet (éd.), Paris, Mercure de France, 1994, vol. 1, Chapitre CCCXL.

53 En effet, le xviiie siècle est le lieu de plusieurs réformes carcérales qui précèdent largement la pénalisation de la prison : fermeture de vieux bâtiments et ouverture de nouveaux, rénovation des locaux de la Conciergerie et du Grand Châtelet, constitution d’un espace tampon autour des prisons pour couper les liens avec les habitants de la ville, instauration de nouvelles infirmeries, introduction de la fouille des visiteurs, construction de parloirs, implication plus directe de la monarchie dans les dépenses liées aux prisons (prise en charge de plusieurs fournitures auparavant laissées aux soins de la charité), etc. Voir au sujet de la réforme de la prison d’Ancien Régime : Sophie Abdela, Formes et réformes : la prison parisienne au xviiie siècle, thèse de l’Université du Québec à Montréal et de l’Université de Caen, inédit, 2017, 509 p.

54 Steven Kaplan, Le pain, le peuple et le roi…, op. cit., p. 229 et suiv. ; Georges Weulersse, Le mouvement physiocratique en France de 1756 à 1770, Paris, Félix Alcan, 1910, 2 vol ; Yves Citton, Portrait de l’économiste en physiocrate. Critique littéraire de l’économie politique, Paris, L’Harmattan, 2001, 352 p.

55 Voir, pour le premier poste : Paris, Arsenal, Bastille Ms 10141 ; pour la régie : AnF, F11 1194.

56 Steven Kaplan, Les ventres de Paris…, op. cit., p. 57. Voir les écrits de l’époque sur la mouture économique : Pierre-Simon Malisset, « Mouture par économie », Journal économique, 1761 ; Edme Béguillet, Traité de la connoissance générale des grains et de la mouture par économie, Dijon, L.-N. Frantin, 1778 ; Id., Discours sur la mouture économique, Paris, Panckoucke, 1775 ; César Bucquet, Mémoire sur les moyens de perfectionner les moulins et la mouture économique, Paris, César Bucquet, 1786.

57 Parmentier, hygiéniste qui mit de l’avant la pomme de terre, ne cesse de louer le talent du Sieur Brocq dans son traité de boulangerie. Voir Antoine Augustin Parmentier, Le parfait boulanger ou traité complet sur la fabrication & le commerce du pain, Paris, Imprimerie royale, 1778, 639 p.

58 Voir le contrat de Brocq : AnF, F16 613, Marché pour la fourniture du pain des prisons de Paris, 17 septembre 1780. Son contrat est renouvelé le 29 floréal an IV et se poursuit au moins jusqu’en 1801 selon un document anonyme dans AnF, F16 118.

59 Steven Kaplan, Les ventres de Paris…, op. cit., p. 58.

60 BnF, JF 519, Observations sur le pain des prisons, fol. 425.

61 À ce sujet, voir Sophie Abdela, « Par-delà les murs : l’urbanité carcérale dans le Paris du xviiie siècle », Histoire pénitentiaire, vol. 11, 2016. [En ligne]  https://criminocorpus.hypotheses.org/19309  (10-10-2017)

Inizio pagina

Indice illustrazioni

Titolo Tableau 1 : Période d’activité des fournisseurs des prisons parisiennes et les prisons desservies (1700-1789)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3671/img-1.png
File image/png, 552k
Titolo Figure 1 : Temps d’attente en mois avant le paiement des fournisseurs (1768-1782)
URL http://journals.openedition.org/criminocorpus/docannexe/image/3671/img-2.jpg
File image/jpeg, 49k
Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Sophie Abdela, « Les fournisseurs des prisons de Paris (1700-1789) : De partenaires économiques à réformateurs ? », Criminocorpus [Online], Varia, Messo online il 19 dicembre 2017, consultato il 19 gennaio 2018. URL : http://journals.openedition.org/criminocorpus/3671

Inizio pagina

Autore

Sophie Abdela

Sophie Abdela est chercheure postdoctorale à l’Université d’Ottawa (Canada). Ses recherches portent sur les prisons parisiennes du xviiie siècle, largement négligées par l’historiographie. Elle s’intéresse plus particulièrement à la matérialité et à la présence physique des établissements carcéraux ainsi qu’aux relations qui se tissent entre les prisons, la capitale et les citadins. Ces liens, étonnamment nombreux et fluides, entre la geôle et la ville exposent le caractère perméable et dynamique de la prison. Grâce à cette approche originale, elle vise à extraire la prison du xviiie siècle du sillon des concepts foucaldiens et de l’histoire du droit, afin d’en revoir, refaire et repenser l’histoire.

Articoli dello stesso autore

Inizio pagina

Diritti d'autore

Tous droits réservés

Inizio pagina