Navigation – Plan du site
Livres collectifs

Le Cinéma surpris par les arts

Patrick Javault
Référence(s) :

Le Cinéma surpris par les arts, Paris : Ed. du Centre Pompidou, 2010, (Les Cahiers du Musée national d’art moderne ; n°112/113)

Texte intégral

1S’ouvrant sur la retranscription de propos d’Eric Rohmer sur les citations picturales dans certains de ses films, ce numéro des Cahiers se clôt par une passionnante étude de l’art de la mise en scène de Feuillade par David Bordwell, tirée de son ouvrage Figures Traced in Light. Cette publication, surabondamment illustrée, est aussi un numéro double et co-dirigé. D’un côté, s’y trouve une série d’articles de contributeurs plus ou moins réguliers des Cahiers ou de critiques de cinéma qui s’attachent à transmettre une passion d’amateur pour un film en particulier (Jacques Aumont sur Maria Malibran et Salomé, Daniel Soutif sur Jazz on a Summer Day, Michel Gauthier sur Les Demoiselles de Rochefort), à explorer un thème qui traverse l’histoire du film (Eloge du camouflage par Erik Bullot) ou à poursuivre leur réflexion en accordant plus (Georges Didi-Huberman qui célèbre le cinéma de Harun Farocki, avec une particulière abondance de citations) ou moins (Philippe-Alain Michaud qui effleure philosophiquement quelques films en 3D) d’attention aux objets filmiques qu’ils ont choisis. N’ayant pas à prouver qu’ils connaissent l’art ou le cinéma, ou les deux, ceux-là écrivent librement et l’ensemble de leurs contributions aurait constitué un numéro des Cahiers un peu spécialisé à défaut d’être thématique.

2Parallèlement à cette livraison, se sont glissées les contributions d’auteurs ayant eu semble-t-il à cœur de respecter le thème déclaré du numéro : « Le Cinéma surpris par les arts ». Cette série d’articles vient nous rappeler le flagrant déficit de culture artistique en France, et la difficulté de tant de spécialistes du cinéma à accorder mieux qu’une attention distraite à une œuvre picturale ou plastique. C’est le règne de la comparaison approximative et, plus d’une fois, le flirt poussé avec le n’importe quoi. L’une décrète que telle séquence de Pickpocket est « à haut pouvoir sculptural » et, pour cela, proche de natures mortes de Georges Braque, en appuyant la démonstration sur des fondus-enchaînés saisis à partir d’arrêts sur l’image du dvd (ce qui nécessairement produit des superpositions). L’autre croit reconnaître dans Gerry la marque de l’Expressionnisme abstrait dans sa globalité (l’effet du désert sans doute) et des citations des photographies de Robert Frank (qui a pourtant moins photographié les routes que les individus). La troisième encore trouve des affinités entre l’improvisation des acteurs dans des séquences de Un Couple parfait filmées au musée Rodin et la musique de Miles Davis (so what?) ou celle de Monk. A travers ces tentatives d’extraction de références artistiques dans les films, on peut juger non seulement des égarements du travail interprétatif, souvent réduit à une alternance de descriptions de scènes de films et de lâchers de noms d’artistes, mais aussi de la position hégémonique du cinéma dans le champ culturel qui autorise à ne pas décrire ni analyser les œuvres picturales ou sculpturales auxquelles on se réfère. Difficile dès lors de se croiser, se rencontrer, et encore plus de se saisir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Javault, « Le Cinéma surpris par les arts », Critique d’art [En ligne], 37 | Printemps 2011, mis en ligne le 14 février 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/1343

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals