Navigation – Plan du site
Catalogues monographiques

Francis Alÿs : A Story of Deception

Elisabeth Lebovici
Référence(s) :

Francis Alÿs : A Story of Deception, Tiels : Lannoo ; Bruxelles : Wiels ; Londres : Tate Publishing, 2010

Texte intégral

1Si les institutions françaises n’ont pas eu la chance d’intercepter la grande exposition de Francis Alÿs (passée par la Tate Modern de Londres et le Wiels de Bruxelles avant de s’envoler pour le MoMA de New York et sans doute d’autres lieux), le public francophone aura au moins la possibilité de se procurer le catalogue. 83 pages, sur les deux cents composant l’ouvrage, sont en effet constituées de 61 entrées, d’ailleurs numérotées en suivant un ordre chronologique (1989-2010) qui documentent les pièces de Francis Alÿs, artiste d’origine belge vivant au Mexique, un « voyageur sans repos incorporant dans son travail l’errance et la trajectoire » (Dirk Snauwaert, commissaire).

2Le catalogue utilise des ressources typographiques pour différencier les textes (introduction, abécédaire, notices, contributions diverses) et des vignettes empruntant à l’abondante production de « tableautins » de l’artiste. Mais il manque à l’ouvrage les sons et la « sonorité » de l’exposition, distillant l’énergie que met l’artiste à fabriquer « poétiquement le politique ou politiquement le poétique » selon ses termes. Une énergie qui lui fait déplacer une montagne (par 500 péruviens, mais de façon minuscule) ; se promener avec un pot de couleur verte, coulant un sillon chromatique à travers les villes de São Paolo puis de Jérusalem, tout en interrogeant la pertinence d’une telle reconstitution déplacée ; ou encore opérer une boucle de 35 jours d’avion, contournant plusieurs océans pour ne pas traverser la frontière entre le Tijuana (Mexique) et San Diego (Etats-Unis).

3Ce dernier travail, intitulé The Loop (1997), est distribué dans l’exposition sous forme de carte postale. Car les pièces de Francis Alÿs, apprend-on d’emblée, n’auraient jamais de forme matérielle imposée ou définitive et ce qu’on appréhende comme matériaux préparatoires —le dessin, la documentation— s’expose sur le même plan que des objets à l’apparence finie : les installations vidéo par exemple. Le texte de Mark Godfrey, conservateur à la Tate, évoque cette absence de hiérarchie dans les valeurs établies, parmi les « actions inventives » que crée Alÿs afin « d’aborder des sujets issus du monde réel ». Godfrey s’attache à la dénomination de l’« image-rêve » quels qu’en soient les formes et les médiums, pour expliquer ce que l’œuvre d’Alÿs contient de déplacement, de « distillation », et de « prolifération », deux termes qui se substituent ici à l’orthodoxie freudienne de la condensation. La prolifération met le travail de l’artiste au niveau de celui du travailleur ambulant, du commerce de rue, du cireur, ces petits métiers d’une modernité inachevée, contenue en Amérique Latine. L’artiste a d’ailleurs déclaré que son travail était une enquête personnelle s’attachant aux relations qu’entretient ce continent américain avec le concept de production, le dogme de l’efficacité et les promesses de développement. Cette modernité différée s’incarne dans la « démarche » même d’Alÿs, qui consiste à sans cesse retarder un processus définitif de signification. Confèrer le premier aphorisme de l’artiste : « Tant que je marche, je ne choisis pas ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Lebovici, « Francis Alÿs : A Story of Deception », Critique d’art [En ligne], 37 | Printemps 2011, mis en ligne le 15 février 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/1350

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lebovici

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals