Navigation – Plan du site
Livres par auteur

Céline Delavaux. L’Art brut, un fantasme de peintre

Marc Décimo
Référence(s) :

Delavaux, Céline. L’Art brut, un fantasme de peintre : Jean Dubuffet et les enjeux d’un discours, Paris : Palette…, 2010

Texte intégral

1Céline Delavaux a lu Jean Dubuffet. Et de très près. L’objet de sa thèse —qu’elle a audacieusement présentée en Lettres— vient soutenir que Dubuffet est un écrivain et indiquer que, plus généralement, les « écrits d’artistes » relèvent du champ littéraire et de l’analyse discursive.

2Qu’est-ce que l’art « brut » ? Une tentative de redéfinir l’art, « un fantasme de peintre », liée aux enjeux qui perlent dans les années 1950. La portée des textes nombreux de Dubuffet consisterait à faire émerger une sensibilité nouvelle, une approche ethnographique, une vue anthropologique de l’art qui n’aurait pas été théorisée (pas même par les commentateurs et épigones de Dubuffet).

3Mais les textes fondateurs étaient-ils si clairs ? Le mérite d’avoir éclairci la notion reviendra sans doute à C. Delavaux, qui elle-même, pourtant si pointilleuse dans le choix de ses termes, ne cesse pour désigner le phénomène d’hésiter entre « concept » et « notion ». Cette difficulté explique sans doute la prolifération des termes : 147 ont été recensés en 1991, comme si chaque auteur y allait de son élan terminologique ! L’auteur en analyse quelques-uns pour les écarter mieux.

4Tout le travail d’ensemble de Dubuffet consisterait donc à défendre ce point de vue singulier sur l’art, ensuite à l’illustrer, Dubuffet inventant alors la collection aujourd’hui conservée à Lausanne. La démarche cristalliserait un ensemble d’idées qu’un travail de contextualisation aiderait à cerner. La remise en question de l’esthétique littéraire et artistique, entamée depuis longtemps, la quête de formes nouvelles —celles que produisent des « fous », des enfants (Dubuffet lit Freynet), des ethnies exotiques (dans le temps ou l’espace) ont façonné le regard vers des arts autres, jugés sinon équivalents du moins dépassant le seuil de notre habitus. Or, dans les années 1950, cette sensibilité est (comme ne le dit pas C. Delavaux) pour le moins partagée, au moins par l’ensemble des membres du Collège de ’Pataphysique fondé (tiens donc) en 1948 (alors qu’adviennent les premières définitions de l’Art brut). Dubuffet en devient satrape en 1960, ce n’est pas un hasard. Anatole Jakovsky et Jean-Hugues Sainmont ont tôt manifesté pour ces arts de l’exception au quotidien (l’abbé Fouré et Camille Renault —fait satrape en même temps que Marcel Duchamp, Boris Vian ou Jacques Prévert) ; ils ont tôt voué culte à l’individualité. Doit-on vraiment voir alors chez Dubuffet trace d’un « populisme » ? Ou bien participe-t-il d’un courant de pensée subversif qui passe par une analyse critique des valeurs de la société, qui va, comme Duchamp, jusqu’à dénigrer la langue —la langue étant le « phénomène social » par définition— ? Ainsi s’explique l’intérêt de Dubuffet pour les jargons (Joinul, André Martel -autre satrape) et ses tentatives fonétik, proches du « néo-français » de Queneau, autre dignitaire dudit Collège, approché lors de la constitution de la Compagnie de l’Art brut.

5Pour définir l’art, Dubuffet propose d’inventer « une solution imaginaire » qui en vaut bien d’autres. C. Delavaux nomme cela « une fiction ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Décimo, « Céline Delavaux. L’Art brut, un fantasme de peintre », Critique d’art [En ligne], 36 | Automne 2010, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/1459

Haut de page

Auteur

Marc Décimo

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals