Navigation – Plan du site
Livres par auteur

Susan Sontag. L’Œuvre parle ; Susan Sontag. Renaître ; Susan Sontag. Sur la photographie

Elisabeth Lebovici
Référence(s) :

Sontag, Susan. L’Œuvre parle : œuvres complètes V, Paris : Christian Bourgois, 2010, (Titres)

Sontag, Susan. Renaître : journaux et carnets 1947-1963, Paris : Christian Bourgois, 2010

Sontag, Susan. Sur la photographie : œuvres complètes I, Paris : Christian Bourgois, 2010, (Titres)

Texte intégral

1La traduction française de Renaître, premier tome posthume des journaux inédits (1947-63) de Susan Sontag (1933-2004), édité par son fils David Rieff et la republication en poche de ses livres Sur la Photographie et L’Œuvre parle, début 2010, offrent l’occasion de revenir sur une écrivaine touche à tout, prolixe sur la culture contemporaine et qui, durant la fin du XXe siècle a incarné en Amérique une figure critique empruntée à l’Europe et notamment à la France, dont elle affectionnait la culture. Cette représentation de l’« intellectuel de gauche », S. Sontag en aura implanté une version pop et féminisée aux Etats-Unis et ce, non sans contraste avec les générations émigrées d’Europe. Née à New York, Sontag a, dès l’âge de 16 ans, éprouvé l’impérieux besoin de commenter ses lectures, d’amplifier ses connaissances, d’essayer des théories esthétiques, de faire des listes de mots, de spectacles, de sorties, de visites, de cocher et coucher tout cela par écrit sous forme de notations dans son journal, ou mieux, dans des articles.

2La photographie fut l’un de ses objets de prédilection depuis 1973. Six premiers essais ont été écrits en cinq ans : c’est écrire le monde, dit-elle, —et ce qui lui plait certainement— un monde qui s’est retrouvé grâce à la photographie « dans la tête ». La photographie est pour elle une « certification » du vécu mais aussi un procédé de vie et d’intervention politique (durant la guerre au Vietnam). Sontag reconnaît l’omniprésence des images photographiques comme équivalent de la modernité et —avec Roland Barthes— en suggère la mélancolie constitutive.

3Ses textes plus anciens, publiés en France en 1968 sous le titre L’Œuvre parle, deux ans après le recueil en anglais Against Interpretation, offrent une plongée dans une série de débats d’époque ; ainsi les deux essais critiques « Contre l’interprétation » et « A propos du style » où Sontag le confronte à la généralité des analyses freudiennes et marxistes, comme interprétant inadéquat de la spécificité des œuvres, et à l’inévitable conflit entre forme et fond, où l’art de son temps, celui des Merce Cunningham, William Burroughs, Ad Reinhardt, ou Alain Robbe-Grillet, vient en renfort d’une esthétique des particularités. Paradoxalement l’œuvre significative est pour elle celle qui « évite de dire ». Pavese, Leiris, Artaud, les films de Robert Bresson, Muriel de Resnais et Vivre sa vie de Godard, le désastre vu par la science-fiction, l’imagination pornographique et les Happenings sont les jalons d’une activité critique qui pose, dans le dernier chapitre, l’hyperbole de la notion de style : le Camp, mot que Sontag a rendu indispensable autant qu’intraduisible. Elle approche en 58 points « une forme de sensibilité », une « expérience du monde vue sous l’angle de l’esthétique », particularisée notamment par son esprit d’extravagance, par la glorification du personnage, sa propension à « mettre entre guillemets », qu’elle met en rapport avec l’homosexualité.

4La publication de ce dernier texte est concomitante avec la fin du premier journal de Sontag, alors âgée de 30 ans. Or, s’il est un sujet sur lequel l’écrivaine a fait silence —refusant d’en répondre publiquement— c’est celui de son homosexualité. De ce point de vue, plus que ses virées dans les bars lesbiens, ce sont les listes d’argot sexuel qu’elle compile et copie qui la révèlent dans son journal, studieuse même en cette matière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elisabeth Lebovici, « Susan Sontag. L’Œuvre parle ; Susan Sontag. Renaître ; Susan Sontag. Sur la photographie », Critique d’art [En ligne], 36 | Automne 2010, mis en ligne le 16 février 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/1492

Haut de page

Auteur

Elisabeth Lebovici

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals