Navigation – Plan du site
2014

Julie Bawin, L’Artiste commissaire : entre posture critique, jeu créatif et valeur ajoutée

Patrick Javault
L’Artiste commissaire : entre posture critique, jeu créatif et valeur ajoutée
Julie Bawin, L’Artiste commissaire : entre posture critique, jeu créatif et valeur ajoutée

Paris : Editions des archives contemporaines, 2014, 293p. 21 x 16cm

Bibliogr. Index

ISBN : 9782813001603. _ 29,50 €

Haut de page

Texte intégral

1Comme l’annonce le sous-titre de son livre (« entre » désignant d’après le dictionnaire « l’intervalle entre deux choses »), Julie Bawin a grand mal à situer l’artiste commissaire qui est l’objet de son étude. Peut-être est-ce par défaut de méthode. L’auteure oublie en effet de s’intéresser à l’histoire de cette fonction et de ce qu’elle recouvre. Elle s’épargne l’effort d’éclairer les différences ne serait-ce qu’entre un commissaire, porteur d’un thème ou d’un principe de travail, et un responsable d’institution, qui invite un artiste à produire une œuvre nouvelle, ou organise avec lui à une rétrospective de son œuvre. Il existe tant de façons d’être commissaire (du génie revendiqué à celui qui reçoit le titre par faveur) qu’on ne peut prétendre étudier cette fonction et les enjeux de pouvoir qui s’y trouvent associés sans enquêter auprès de tous ceux qui font les expositions et tenter de mesurer ainsi la part qui revient à chacun.

2Il est assez divertissant de relever dans un index qui recense tous les noms propres : « BHV (Bazar de l’Hôtel de Ville), Paris » ou d’y voir figurer « David, Jacques-Louis » en dessous de « David, Catherine », mais ledit index est surtout révélateur du fait que le champ prétendument couvert est excessivement large. Vouloir embrasser dans une même étude Gustave Courbet, et ses « stratégies d’autopromoteur » (sic), mais aussi les commissariats assurés par Mathieu Mercier, n’est pas la sûre garantie d’un regard contemporain et serait plutôt le signe d’une certaine outrecuidance. Cette histoire de l’art teintée de sociologie témoigne en outre d’une méconnaissance des réalités du monde de l’art. Ainsi, Julie Bawin s’étonne-t-elle que les commissaires (gratifiés de « compétences de théoriciens ») du Musée qui n’existait pas aient été « relégués au second plan ». Outre le fait qu’au sein des musées, la mise en vedette du commissaire (d’invention récente) est loin d’être la règle, ce n’est pas, on le sait, en prenant en charge une exposition de Daniel Buren qu’on se fait un nom.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patrick Javault, «  Julie Bawin, L’Artiste commissaire : entre posture critique, jeu créatif et valeur ajoutée », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 19 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17555

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals