Navigation – Plan du site
2015

Ce qui ne sert pas s’oublie = Lo que no sirve se olvida

Maria-Kyveli Mavrokordopoulou
Ce qui ne sert pas s’oublie = Lo que no sirve se olvida
Ce qui ne sert pas s’oublie = Lo que no sirve se olvida

Bordeaux : capcMusée d’art contemporain, 2015, 84p. ill. 23 x 15cm, (Les Ecrits du CAPC musée), fre/spa

ISBN : 9782877212212. _ 12,00 €

Sous la dir. de Catalina Lozano. Textes de Mathieu Kleyebe Abonnenc, Mariana Castillo Deball, Beatriz Santiago Muñoz, Jorge Satorre

Haut de page

Texte intégral

1Ce qui ne sert pas s’oublie est un recueil de courts essais prolongeant la réflexion de l’exposition éponyme au capcMusée d’art contemporain de Bordeaux. Les principaux axes de cet opuscule développent la nature des objets, leur mémoire, leur fonction ou leur statut en tant que preuve matérielle, abordée dans le contexte postcolonial. Edité par la commissaire de l’exposition, Catalina Lozano, l’ouvrage contient cinq textes écrits par quelques-uns des artistes participants.

2Parmi ceux-ci, celui de l’artiste français Mathieu Kleyebe Abonnenc retient notre attention. Sa contribution,  intitulée « Un film italien, Africa Addio », renvoie à un type de documentaire produit dans les années 1960-1970 sous le nom de « Mondo Movies ». Ces contre-documentaires diffusaient des images d’une cruauté extrême, issues de conflits ayant eu lieu pendant la décolonisation africaine. Tout en mettant en garde contre le danger éminent d’une « nostalgie coloniale », ce texte commente l’importance accordée par les « Mondo Movies » aux « sensations fortes »(p. 38) qu’ils suscitent, plutôt qu’à un savoir scientifique objectif.Naturellement, le lecteur se demande quelle relation à l’objet et à ses différents aspects cette exposition présente.

3La courte contribution de la commissaire, « Une taxonomie et l’autre » (p. 25-29), en livre une réponse en soumettant différentes approches coexistant dans l’institution muséale. « Classer implique d’effacer d’autres valeurs présentes dans un objet » (p. 27), nous dit-elle. Elle fait ainsi écho à la « valeur ajoutée » et au « résidu émotionnel » que l’entrée de l’objet dans la collection d’un musée induit. Des questions fondamentales autour de la circulation et de la production des objets sont ici également posées, mais malheureusement de manière trop brève.

4Les trois autres contributions (de Mariana Castillo Deball, Jorge Satorre et Beatriz Santiago Muñoz) ont la portée de témoignages personnels autour de ces mêmes interrogations. Que ce soit en Equateur ou en Haïti, nous nous confrontons à des approches partiales. Ouvrage inégal, Ce qui ne sert pas s’oublie reste tout de même un outil intéressant sur le thème de la culture matérielle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria-Kyveli Mavrokordopoulou, « Ce qui ne sert pas s’oublie = Lo que no sirve se olvida », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 01 juin 2016, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/17582

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals