Navigation – Plan du site
Livres par auteur

Nicolas Charlet. Yves Klein, Machine à peindre ; Yves Klein. Dépassement de la problématique de l’art et autres écrits ; Jean-Michel Ribettes. Yves Klein contre C. G. Jung

Marion Hohlfeldt
Référence(s) :

Charlet, Nicolas. Yves Klein, Machine à peindre…, Grignan : Colophon : Ed. Complicités, 2003, (Ô paradis !)

Klein, Yves. Le Dépassement de la problématique de l’art et autres écrits, Paris : Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts, 2003, (Ecrits d’artistes)

Ribettes, Jean-Michel. Yves Klein contre C. G. Jung : la grande bataille de l’incarnation contre la marée noire de l’occultisme, Bruxelles : La Lettre volée, 2003, (Palimpsestes)

Texte intégral

1Yves Klein appartient à cette famille d’artistes particulièrement propice à la formation de légendes capables de diviser la communauté scientifique. La mise en scène habile de sa vie, à des fins subversives, et son œuvre, riche de significations, invitent toujours à des interprétations controversées, même quarante ans après sa mort. On peut alors s’étonner de constater que la parole de l’artiste reste, à ce jour, toujours peu accessible, le travail d’une édition complète et critique des écrits —comprenant la correspondance et surtout le Journal— restant à faire.

2On peut se féliciter de la publication du recueil des textes, choisis par Marie-Anne Sichère et Didier Semin, parus du vivant de l’artiste mais devenus introuvables, ou extraits et traduits d’ouvrages encore inédits en français. La réception de l’œuvre de Klein a parfois occulté l’importance de l’écriture de l’artiste, or elle constitue un aspect essentiel de son travail, comme le souligne également Nicolas Charlet. Dans son dernier ouvrage, il met en avant l’unité visio-textuelle de son œuvre, longtemps sous-estimée et qui révèle la démarche volontairement ambivalente de Klein, semant le doute quant à l’interprétation de son travail.

3Cette différence entre conceptualisation et expérience, voire expérimentation, semble constitutive de la démarche kleinienne. Laisser parler Yves Klein invite à une nouvelle lecture de son œuvre, la dégraissant par le même biais de la charge mystique et lui rendant son implication socio-historique. Les réflexions de Klein sur la production sérielle de monochromes renvoient bien à la perte de l’originalité de la création face à une société de consommation, d’ailleurs immédiatement contredite par sa praxis et par ses écrits.

4Rendant la parole à l’artiste, Jean-Michel Ribettes, également, souhaite faire valoir, quarante ans après la mort de l’artiste, son unique témoignage contre les interprétations ésotériques de son œuvre. En réponse au Feu au cœur du vide de Pierre Restany, l’auteur emploie une violence surprenante qui ne s’explique que par la nécessité ressentie d’ériger, comme disait Freud, un bastion “contre la marée noire de l’occultisme”. Le véritable enjeu pour Ribettes est la levée de l’omerta sur le négationnisme pratiqué à l’égard de l’implication intrinsèque de Jung dans l’élaboration d’une “science” des races national-socialiste. Le coup porté contre Restany se dirige en effet contre toute référence à Jung, s’avérant révélatrice de la “résurgence massive de l’idéologie fasciste sur fond d’obscurantisme religieux”. Le livre se divise en conséquence en deux parties prouvant, d’une part, que Klein était clairement opposé à tout ésotérisme —Yves le Catholique versus Yves l’Esotérique— et de l’autre, que Jung, lui, est clairement compromis à jamais par son appartenance à l’idéologie nazie. Entre gravité de la création et légèreté du trait d’esprit, jouant avec les conventions du monde de l’art, Klein peut apparaître, écrit Charlet, comme le “dernier des modernes, certes [mais] aussi le premier des post-modernes”.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marion Hohlfeldt, « Nicolas Charlet. Yves Klein, Machine à peindre ; Yves Klein. Dépassement de la problématique de l’art et autres écrits ; Jean-Michel Ribettes. Yves Klein contre C. G. Jung », Critique d’art [En ligne], 22 | Automne 2003, mis en ligne le 24 février 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/1829

Haut de page

Auteur

Marion Hohlfeldt

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals