Navigation – Plan du site
Livres par auteur

Aby Warburg. Le Rituel du serpent : récit d’un voyage en pays pueblo

Jean-Loup Korzilius
Référence(s) :

Warburg, Aby. Le Rituel du serpent : récit d’un voyage en pays pueblo, Paris : Macula, 2003, (La Littérature artistique)

Texte intégral

1C’est dans des circonstances singulières que fut produit le texte éponyme de cet ouvrage, et son contenu est tout aussi singulier. En 1923, Aby Warburg, le père de l’iconologie et fondateur de l’institut du même nom, donne une conférence devant le public d’une clinique psychiatrique suisse, où il est interné depuis 1921, afin de faire la preuve de sa guérison. Diapositives à l’appui, il y relate ce que lui inspira un voyage effectué entre 1895 et 1896 dans une région désertique du sud-ouest des Etats-Unis, habitée par les Indiens Pueblos, des chasseurs-cultivateurs. Venu à New York pour des raisons familiales, A. Warburg avait entrepris cette expédition pour vérifier in situ ce qu’il tenait d’ethnologues américains, dont F.H. Cushing, spécialiste de la religion indienne et sacré lui-même prêtre d’une tribu : « la superstition va de pair avec l’activité de la vie ».

2Pour comprendre la pensée religieuse indienne, il ne se contenta pas de lectures, mais dessina, photographia, nota les coutumes et assista à plusieurs danses rituelles, notamment celle consacrée à la croissance du maïs. Une danse qu’il ne vit pas lui-même, la danse du serpent, deviendra dans la conférence le moment-clé de son aventure intellectuelle américaine. A. Warburg observe qu’ici la nature n’est pas sollicitée au moyen de mimiques ou de masques, mais symboliquement provoquée par un serpent à sonnettes transformé par des manipulations magiques (dont la prise en bouche) en un catalyseur de l’orage, dispensateur de la pluie bienfaitrice.

3Sur la base de ces souvenirs, A. Warburg construit ensuite un historique du symbolisme à la fois maléfique et positif du reptile. Culte dionysiaque et d’Asklépios, références bibliques et astrologiques sont convoqués pour montrer comment toute culture essaye en permanence de surmonter les “forces démoniques” tout en s’éloignant au fil des siècles de l’instinctivité initiale. D’où l’intérêt des cérémonies étudiées : non sanglantes et clairement signifiantes, elles se situeraient à “égale distance entre la magie et le logos”. Or la technologie moderne et, s’agissant des Indiens, auparavant l’influence espagnole ont effacé ce précieux équilibre que les Pueblos ont su sauvegarder dans leur relatif isolement géographique.

4Selon Joseph Koerner, la portée épistémologique de ces analyses et l’attrait de Warburg pour les survivances antiques dans l’art du Quattrocento s’enracinent dans les conflits personnels de leur auteur. A cela, le texte d’un célèbre disciple de Warburg, Fritz Saxl (1930), apporte d’utiles nuances quant à son cheminement scientifique vers une conception anthropologique d’un art animé par le religieux (cf. l’article sur sa collection d’objets indiens). La réunion de ces textes très documentés invite à réfléchir sur l’approche de tout phénomène culturel, sans oublier la position du regardeur. On regrette alors l’absence d’une bio-bibliographie détaillée d’Aby Warburg et de Fritz Saxl, qui aurait rappelé que ces questionnements sont profondément ancrés dans l’histoire de l’art germanophone.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Loup Korzilius, « Aby Warburg. Le Rituel du serpent : récit d’un voyage en pays pueblo », Critique d’art [En ligne], 22 | Automne 2003, mis en ligne le 24 février 2012, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/1844

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals