Navigation – Plan du site
Portraits

Portrait. Hubert Damisch

Éric Brunier

Texte intégral

Hubert DamischAfficher l'image
Crédits : ‎© D. Michel, éd. Rue d’Ulm‎

1Si rappeler le parcours bibliographique d’Hubert Damisch revenait à tracer son portrait, alors il serait à peu près celui-ci : quatre livres profonds, de maturation longue, aux lectures multiples et inépuisables, centrés sur la peinture et son histoire ; près d’une centaine d’articles dans des revues, auxquels s’ajoutent des préfaces à des livres de référence, des introductions dans des catalogues d’artistes, des contributions à des colloques, des articles encyclopédiques —cet ensemble couvrant l’ethnologie, la littérature, les arts (peinture, sculpture et architecture) et des incursions dans des domaines théoriques ; trois recueils d’articles et deux publications liées à l’organisation d’expositions. En guise d’introduction et sous réserve d’un inventaire plus complet, ceci marque l’aspect protéiforme des interventions de H. Damisch, mais aussi la retenue dont procède la publication d’un livre. Pour compléter le portrait, il est bon de savoir que H. Damisch était musicien de Jazz dans sa jeunesse et qu’il enseigna à l’Ecole Normale Supérieure puis à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

  • 1 Traité du trait, Paris : Réunion des Musées Nationaux, 1995
  • 2 La Dénivelée : à l’épreuve de la photographie, Paris : Seuil, 2001, (Fiction & Cie)
  • 3 L’Amour m’expose : le projet “Moves”, Bruxelles : Yves Gevaert éd., 2000

2H. Damisch est secret quant à sa biographie. Paradoxalement, son apport à l’histoire de l’art aura été de faire qu’elle s’écrive à partir des expériences de celui qui l’écrit. Il se situe en cela dans l’héritage de Freud, dont l’œuvre a nourri une bonne part de ses réflexions et l’accompagne depuis ses premiers travaux. Le trait1, la photographie2 et l’exposition3ne peuvent être séparés de cette volonté de penser l’art en impliquant le sujet, tout en ayant garde aux effets (par exemple d’ordre perceptif) que cette implication entraîne. Ce qui n’est pas sans conséquence quant à la théorie. En gros, l’histoire de l’art est comme les sciences modernes, dont on sait que les résultats de l’expérience dépendent de ses conditions et de la position de l’observateur. Or il ne s’agit pas de céder à un relativisme général où plus rien ne saurait être affirmé. Le scepticisme est plus exigeant, en cela qu’il dit quelque chose du sujet.

  • 4 Théorie du nuage : pour une histoire de la peinture, Paris : Seuil, 1972
  • 5 L’Origine de la perspective, Paris : Flammarion, 1987, (Idées et recherches)
  • 6 Le Jugement de Pâris : iconologie analytique 1, Paris : Flammarion, 1992, (Idées et recherches)
  • 7 Un Souvenir d’enfance par Piero della Francesca, Paris : Seuil, 1997, (La Librairie du XXe siècle)

3Concernant l’art, H. Damisch aura entrepris ce qu’à la même époque Jacques Lacan s’efforçait de faire avec la psychanalyse : la penser en lien avec la science. C’est l’un des traits caractéristiques de la Théorie du nuage4. A partir de ce livre commence un programme qui, passant par l’Origine de la perspective5, aboutit à l’iconologie analytique fondée, plutôt qu’exposée, dans le Jugement de Pâris6, et dont Un souvenir d’enfance par Piero della Francesca7 serait une mise en application. Car il n’existe pas, à l’heure actuelle, un texte où se lise la doctrine de Damisch. Il se différencie ainsi d’Erwin Panofsky tant sur la forme (l’absence d’un énoncé systématique du programme) que sur le fond. L’iconologie de H. Damisch, en effet, n’est pas une théorie de la signification et ne vise pas à donner une méthode d’interprétation des images. Elle est un ensemble de propositions conséquentes émises en partant du postulat que les images ont leur propre pensée. Là encore H. Damisch se tourne du côté du sujet. On voit d’emblée ce qu’un tel postulat peut attendre de la science des rêves de Freud, mais aussi ce qu’il lui apporte. J’ai déjà dit en quoi la psychanalyse comme méthode de travail apparente l’histoire de l’art à l’auto-analyse. En ce qui concerne ce second rapprochement, opérant sur des concepts comme ceux de “figure”, de “beauté” et de “matériel”, il creuse un sillon commun à l’art et à la psychanalyse. Grâce à ce dernier quelque chose de l’histoire du sujet peut se comprendre.

Haut de page

Notes

1 Traité du trait, Paris : Réunion des Musées Nationaux, 1995

2 La Dénivelée : à l’épreuve de la photographie, Paris : Seuil, 2001, (Fiction & Cie)

3 L’Amour m’expose : le projet “Moves”, Bruxelles : Yves Gevaert éd., 2000

4 Théorie du nuage : pour une histoire de la peinture, Paris : Seuil, 1972

5 L’Origine de la perspective, Paris : Flammarion, 1987, (Idées et recherches)

6 Le Jugement de Pâris : iconologie analytique 1, Paris : Flammarion, 1992, (Idées et recherches)

7 Un Souvenir d’enfance par Piero della Francesca, Paris : Seuil, 1997, (La Librairie du XXe siècle)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Brunier, « Portrait. Hubert Damisch », Critique d’art [En ligne], 22 | Automne 2003, mis en ligne le 24 février 2012, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/1867 ; DOI : 10.4000/critiquedart.1867

Haut de page

Auteur

Éric Brunier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals