Skip to navigation – Site map
2015

Counter Fictional Design = Design contre-fictionnel

Emeline Belliot
Counter Fictional Design = Design contre-fictionnel
Counter Fictional Design = Design contre-fictionnel

Villeurbanne : it: éditions, 2015, 125p. ill. en noir et en coul. 30 x 21cm, fre/eng

ISBN : 9782917053225. _ 20,00 €

Textes de Ludovic Burel, Ju Hyun Lee

Top of page

Full text

1S’identifiant à un acronyme creux, KVM, les artistes Ludovic Burel et Ju Huyn Lee ont composé ce catalogue comme un rapport d’activité. C’est une entreprise -fictive- qui est échafaudée, où les codes utilisés sont des références au milieu entrepreneurial (l’environnement de travail, l’identité de marque, les techniques managériales), aussitôt perverties et détournées.

2Selon une méthode d’infiltration, le catalogue est d’abord le lieu d’un exposé clinique de la première proposition (KVM1, celebration of the body, p. 5) introduisant aux pièces de mobilier produites par Ludovic Burel. Bien évidemment, on sent poindre la critique.

3Est présentée par la suite une composition visuelle et graphique qui retranscrit la rythmique implacable qui semble s’emparer de la performance, second objet de l’ouvrage (KVM2, the mechanical turk, p. 23) : l’équivalence imprimée est ici convaincante. La lecture du propos continue de nous immerger dans le discours du duo Ludovic Burel/Ju Huyn Lee, au ton docte mais caustique. On se plaît à rire ici, même s’il s’agit ici d’une analyse graphique et d’une critique des formes qui constituent nos artefacts modernes.

4Le troisième temps du catalogue (KVM3, purely diagrammatic p. 49) marque un tournant, puisque la manière se fait plus solennelle. La réflexion présentée cible les réactions géométrisantes du corps lorsque celui-ci est contraint par un environnement prédéfini. Loin d’être une démonstration implacable, le texte fournit un exposé sincère du cheminement des artistes, qui les conduit à proposer une série d’images à activer lors d’ateliers. Assez logiquement, on ne retrouve pas ici d’archives visuelles de ceux-ci, mais bien ce qui a présidé à leur élaboration.

5A l’instar de la conférence-performance que le duo propose ici (KVM4, Pop and political Karaoke, p. 73), la section consacrée est précise. Toutes les vignettes projetées sont reproduites et les interventions orales sont complètes. A eux deux (mais sans la bande sonore qui accompagnait l’événement), ces supports suffisent à saisir le discours partisan qui cherche -faussement- à faire adhérer le public. KVM5, Store & scores (p. 115) en est d’ailleurs un prolongement puisque l’exposition est la mise en volume du karaoké performé précédemment, où « certaines de ces chansons [sont diffusées] sous forme d’installation » (p.115). On apprécie ici l’explication très méthodique des fondements de la démarche, et les choix qui en découlent : c’est une manière de rendre univoque la proposition.

6Le piratage (visuel et textuel) qui s’opère dans le catalogue est réel. Ainsi, le duo qu’est KVM retranscrit bien toute l’ambiguïté à partir de laquelle se déploie sa démarche critique sur la conception actuelle de notre environnement quotidien.

Top of page

References

Electronic reference

Emeline Belliot, « Counter Fictional Design = Design contre-fictionnel », Critique d’art [Online], All the reviews on line, Online since 04 November 2016, connection on 17 December 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/19220

Top of page

About the author

Emeline Belliot

By this author

Top of page

Copyright

Archives de la critique d’art

Top of page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals