Navigation – Plan du site
2015

Nguyen Trinh Thi : lettres de Panduranga

Lilian Froger
Nguyen Trinh Thi : lettres de Panduranga
Nguyen Trinh Thi : lettres de Panduranga

Paris : Ed. du Jeu de Paume ; Bordeaux : capcMusée d’art contemporain, 2015, 64p. ill. en noir et en coul. 21 x 16cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 9782877212250. _ 14,00 €

Textes d’Erin Gleeson, Nora A. Taylor

Haut de page

Texte intégral

1La publication de Lettres de Panduranga accompagne l’exposition du même nom par l’artiste vietnamienne Nguyen Trinh Thi. Elle s’inscrit dans le cadre du programme intitulé « Rallier le flot », visant à présenter des artistes sud-asiatiques au Jeu de Paume et au CAPC de Bordeaux. Lettres de Panduranga reproduit la correspondance entre un homme et une femme anonymes, illustrée de photogrammes d’un film de l’artiste. Ces lettres relatent l’expérience d’une femme artiste qui serait le double de Nguyen Trinh Thi elle-même, et qui part à la rencontre du peuple Cham. L’ancien royaume du Champa, situé dans le sud-est de l’actuel Vietnam, a progressivement été annexé par les Vietnamiens à partir du XVe siècle, jusqu’à disparaître totalement. Or très peu d’informations ont subsisté sur le peuple Cham et son histoire. L’artiste se rend donc sur le territoire de cet ancien royaume, lie connaissance avec des descendants des Cham et se fait ethnographe. Comme le souligne dans le catalogue l’historienne de l’art Nora A. Taylor, spécialiste de l’art vietnamien, « le film de Nguyen Trinh Thi érode métaphoriquement les states géologiques sous lesquelles sont recouverts les vestiges d’une culture entière, par le moyen d’un voyage de l’esprit qui parcourt les géographies du temps et de l’espace, et sonne juste au regard de la situation contemporaine qui est celle des Cham et des questions qu’ils se sont posées en silence : qui sont-ils ? d’où viennent-ils ? Et, plus fondamentalement : où vont-ils ? (p. 43). Avec ce film, l’artiste réactualise les questionnements liés à ce royaume disparu en l’intégrant à nouveau dans le monde contemporain. Car ce qu’elle écrit, c’est autant le passé de ce territoire et de ses habitants, que son présent et son potentiel futur. Nguyen Trinh Thi articule et met en parallèle l’annexion du royaume du Champa par les Vietnamiens, la colonisation du Vietnam par les Français, la guerre avec les Américains sur les mêmes terres, puis l’invasion de touristes venus visiter les temples et vestiges anciens. D’où la présence dans le livre d’images de l’Exposition coloniale internationale à Paris en 1931 et de statues conservées dans des musées. Nguyen Trinh Thi rappelle enfin que c’est sur l’ancien royaume du Champa que doivent être bientôt construites les deux premières centrales nucléaires du Vietnam, sans que la population locale ait été consultée. Elle souligne ainsi que ce territoire subit à nouveau une forme de pouvoir exercée de l’extérieur, comme si son affranchissement n’était toujours pas d’actualité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lilian Froger, « Nguyen Trinh Thi : lettres de Panduranga », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 mai 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/21324

Haut de page

Auteur

Lilian Froger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

Archives de la critique d’art

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals