Navigation – Plan du site
2015

Bruno Peinado : l’écho / ce qui sépare

Jean-Marc Huitorel
Bruno Peinado : l’écho / ce qui sépare
Bruno Peinado : l’écho / ce qui sépare

Carquefou : Frac des Pays de la Loire, 2015, 120p. ill. en noir et en coul. 23 x 22cm, fre/eng

ISBN : 9782906247789. _ 25,00 €

Textes de Vincent Pécoil, B. Peinado, Julie Portier

Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage rend compte d’une invitation faite par le Frac des Pays de la Loire à Bruno Peinado sous la forme d’une double exposition : au Hangar à Bananes à Nantes et au Frac à Carquefou, au printemps 2014. L’idée était de mettre en lien des œuvres de l’artiste avec un choix que celui-ci opérerait dans la collection du Frac. Il y a ajouté d’autres artistes, jeunes ou très jeunes, dont il apprécie le travail. A la différence des textes littéraires ou scientifiques qui s’accommodent de la forme matérielle du livre à la laquelle ils sont soumis, les ouvrages où il est question d’œuvres d’art ou d’expositions demandent à cette forme-support de dire quelque chose de leur sujet. Ainsi la conception du livre vient-elle renforcer son propos, rendre plus intelligibles, plus visibles, ses attendus, reconnaissant là le rôle des graphistes. L’objet, que l’on doit ici à äbäke avec Margherita Huntley, s’appréhende par deux entrées, à l’endroit et à l’envers, qui correspondent d’une part aux versions française et anglaise des textes, d’autre part au catalogue des deux sites d’exposition (L’Écho au HAB, Ce qui sépare au Frac). Outre la note d’intention de Bruno Peinado qui situe son projet dans son histoire nantaise – Nantes où il suivit le post-diplôme de l’école des beaux-arts dans les années 1990 –, le livre comprend un texte de Vincent Pécoil (« Une exposition personnelle collective (ou l’inverse) », p. 9-13) ainsi qu’un entretien de l’artiste avec Julie Portier (p. 15-22), ce dernier augmenté d’incises de la critique d’art. L’exposition, sans thématique particulière sinon ce goût des autres qui caractérise la personnalité autant que l’œuvre de Bruno Peinado, comprenant près de soixante-dix artistes, Vincent Pécoil a choisi de n’en citer aucun. L’entretien, en revanche, a permis de les évoquer tous, au risque parfois de la dispersion. Les trois contributions, l’ensemble des œuvres, les partis pris d’exposition, parviennent au bout du compte à dessiner un portrait complexe (un autoportrait de tout le monde pour reprendre le titre de Gertrude Stein cité par Vincent Pécoil), tant de l’artiste commissaire que de « l’équipe » (Vincent Pécoil encore) dont il s’est entouré, que d’un certain état de l’art, non réductible à une question générationnelle. Une histoire d’affinités généreusement partagée.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Huitorel, « Bruno Peinado : l’écho / ce qui sépare », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23204

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Huitorel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals