Navigation – Plan du site
Portraits / Portraits

Joana Hadjithomas & Khalil Joreige

Julie Faitot
Traduction(s) :
Joana Hadjithomas & Khalil Joreige
Joana Hadjithomas, Khalil Joreige : two suns in sunset, se souvenir de la lumière
Joana Hadjithomas, Khalil Joreige : two suns in sunset, se souvenir de la lumière

Londres : Koenig Books ; Sharjah : Sharjah Art Foundation, 2016, 680p. ill. en noir et en coul. 26 x 19cm, ara/eng/fre

Bibliogr. Biogr.

ISBN : 9783863359867. 9789948022459

Textes de Hoor Al Qasimi, Omar Berrada, Boris Groys, Philippe Azoury, Brian Kuan Wood, Nat Muller, Anna Schneider, Okwui Enwezor, José Miguel Cortés

lire aussi

Haut de page

Texte intégral

Joana Hadjithomas & Khalil Joreige © Jessica Forde

  • 1  Joana Hadjithomas, Khalil Joreige : Two Suns in Sunset, Se souvenir de la lumière, Londres : Koeni (...)
  • 2  Joana Hadjithomas Khalil Joreige, Zurich : JRP/Ringier, 2013. Sous la dir. de Clément Dirié et Mic (...)
  • 3  Mevel, Quentin (entretien). Le Cinéma de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Paris : Independenci (...)

1Nés en 1969 à Beyrouth, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige sont devenus artistes – et on se demande bien comment, dans un cadre aussi hostile, l’art s’avère d’un quelconque recours. Or c’est justement en pleine guerre civile, sur un territoire en ruines, saturé d’images de guerre et de propagande, que leur regard se forme. Comme l’analyse le catalogue Joana Hadjithomas, Khalil Joreige : Two Suns in Sunset, Se souvenir de la lumière1, ils s’interrogent alors sur « les conditions du visible », expérimentant diverses stratégies : détruire l’image, d’abord, comme un moyen de traduire la violence de la réalité vécue ; contourner l’image par le texte, ensuite, afin d’échapper au spectaculaire par le truchement du récit ; consentir, enfin, à la hantise d’images qui refusent de disparaître, comme les fantômes de disparus (Images rémanentes, 2003). Ce contexte particulier induit un rapport au politique, qu’examine la monographie dirigée par Clément Dirié et Michèle Theriault2 : l’art n’est pas un champ autonome du social, mais au contraire le prolongement d’un questionnement, politique autant qu’esthétique. Avec d’autres artistes, à Beyrouth, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige développent ainsi leurs propres outils de réflexion, de monstration, d’analyse et de formation. Dans leur travail, quand ils se penchent sur l’histoire du Liban et ses archives, ils le font sans nostalgie, en cherchant précisément à interagir avec le présent et l’avenir, en « rêveurs ». The Lebanese Rocket Society (2011-2015) évoque ainsi l’aventure spatiale libanaise, un épisode occulté de l’utopie panarabe des années 1960. De même, expliquent-ils dans des entretiens passionnants édités par Independencia3, le cinéma leur permet d’étendre leur champ d’action, dont ils sentent le rétrécissement graduel (Je veux voir, 2008).

  • 4  Joana Hadjithomas et Khalil Joreige : les Rumeurs du monde, Berlin : Sternberg Press ; Nice : Vill (...)
  • 5  Kholeif, Omar. « Spam, Spam, Spam, Spam, Spammity Spam, quel merveilleux Scam ! Une note de l’édit (...)

2Cet enchâssement de l’art dans la vie induit une méthode elle aussi hétérodoxe, faisant fi des catégories. Leurs projets se génèrent de façon quasi-organique et protéiforme : The Lebanese Rocket Society est d’abord une sculpture (modèle grandeur nature de fusée spatiale), dont la construction et l’installation font l’objet d’un film, d’une série photographique, d’une installation sonore, d’un tapis et d’une performance. Dans cette même logique, les formes narratives qu’ils pratiquent s’inventent dans la rencontre entre des dispositifs qu’ils créent et les coïncidences qui surviennent, entrelaçant fiction et documentaire, récit intime et histoire commune. Les Rumeurs du monde, sujet d’un catalogue spécifique4, se trouvent au confluent de ces deux mouvements, où des fictions frauduleuses prenant la forme de récits personnels, se font le « symptôme de l’état du monde »5. Il y aurait ainsi une dimension picaresque dans l’œuvre de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige. Elle transparaît dans leur rapport à la littérature et au récit d’aventure, dans l’importance qu’ils accordent à l’anecdote – étymologiquement, « histoire tenue secrète » – mais aussi dans leur conception de l’individu comme sujet politique singulier.

Haut de page

Notes

1  Joana Hadjithomas, Khalil Joreige : Two Suns in Sunset, Se souvenir de la lumière, Londres : Koenig Books, 2016

2  Joana Hadjithomas Khalil Joreige, Zurich : JRP/Ringier, 2013. Sous la dir. de Clément Dirié et Michèle Thériault

3  Mevel, Quentin (entretien). Le Cinéma de Joana Hadjithomas et Khalil Joreige, Paris : Independencia, 2013

4  Joana Hadjithomas et Khalil Joreige : les Rumeurs du monde, Berlin : Sternberg Press ; Nice : Villa Arson ; Manchester : HOME ; Cambridge : MIT List Visual Arts Center, 2015. Sous la dir. d’Omar Kholeif

5  Kholeif, Omar. « Spam, Spam, Spam, Spam, Spammity Spam, quel merveilleux Scam ! Une note de l’éditeur », in Joana Hadjithomas et Khalil Joreige : les Rumeurs du monde, Op. cit., p. 11

Haut de page

Table des illustrations

Légende Joana Hadjithomas & Khalil Joreige © Jessica Forde
URL http://journals.openedition.org/critiquedart/docannexe/image/23283/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Julie Faitot, « Joana Hadjithomas & Khalil Joreige », Critique d’art [En ligne], 47 | Automne / Hiver 2016, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23283 ; DOI : 10.4000/critiquedart.23283

Haut de page

Auteur

Julie Faitot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals