Navigation – Plan du site
L'Histoire revisitée / Revisiting History

an Exhibit sous le prisme de la sociabilité : participation du spectateur, intervention urbaine et autres fantômes

Elitza Dulguerova
Traduction(s) :
an Exhibit through the Lens of Sociability : Spectator Participation, Urban Intervention and Other Ghosts
Exhibition, Design, Participation: ‘an Exhibit’ 1957 and Related Projects
Exhibition, Design, Participation: ‘an Exhibit’ 1957 and Related Projects

Londres : Afterall Books, 2016, 239p. ill. en noir et en coul. 22 x 16cm, (Exhibition Histories), eng

Bibliogr. Biogr.

ISBN : 9783863358976

Sous la dir. d’Elena Crippa. Textes de Lawrence Alloway, Martin Beck, Richard Hamilton, Owen Hatherley, Dorothy Morland, Victor Pasmore, Leif Sjöberg, Lucy Steeds, David Sylvester

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Des critiques du versant londonien d’an Exhibit figurent dans : Massey, Anne. Muir, Gregor. Instit (...)

1Le pari de la collection Exhibition Histories dont cet ouvrage représente le septième volume n’est pas de proposer une histoire fondée sur des noms propres, des successions de mouvements ou d’œuvres emblématiques. Il s’agit de penser les relations, les forces en tension qui composent, dans la contingence, une exposition (commissaires, artistes, publics, institutions, réception critique d’époque et d’aujourd’hui) ; d’étudier les conditions spatiales, médiatiques et critiques de mise en vue des œuvres, en publiant à cet effet des documents d’archive (photographies, plans, textes) ; enfin, d’ouvrir le champ de l’interprétation à des voix multiples par le biais d’articles théoriques. Ce livre ne fait pas exception. Il est structuré autour d’une exposition bientôt sexagénaire, an Exhibit, réalisée en 1957 à la Hatton Gallery de l’université de Newcastle upon Tyne, puis à l’Institute of Contemporary Arts (ICA) de Londres. Un riche dossier visuel documente son déploiement dans ces deux lieux. Des textes inédits donnent à « entendre » les positions respectives de ses trois protagonistes – Victor Pasmore, Richard Hamilton et Lawrence Alloway – et celle, malheureusement isolée, de David Sylvester, seule voix critique pour illustrer la réception d’époque1. Les réitérations ultérieures, d’Exhibit 2 en 1959 aux reconstitutions récentes, sont recensées dans une section à part. Les essais théoriques relèvent quant à eux le défi d’offrir des interprétations nouvelles à une exposition jusque-là étroitement associée à Richard Hamilton ou aux pratiques expositionnelles de l’Independent Group.

  • 2  Selon Richard Hamilton, Collected Words, 1953-1982, New York : Thames & Hudson, 1982, p. 26
  • 3  « A populable art work », définition issue de la chronologie des activités de l’ICA de Londres dan (...)
  • 4  Beck, Martin. « Revisiting the Form of ‘an Exhibit’ », Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhi (...)

2Ne comprenant ni œuvres ni objets distincts, an Exhibit était constituée de panneaux de plexiglas aux couleurs et dimensions industriellement prédéfinies. Leur disposition dans l’espace, géométrique mais irrégulière, générait des jeux de translucidité, d’opacité et de reflets. La fascination durable qu’exerce an Exhibit repose en partie sur son ambiguïté fondamentale. « Une exposition qui serait sa propre justification »2, selon l’adage de Richard Hamilton, elle est souvent citée comme une réflexion sur l’exposition en soi, dispositif spatial puissant de production de sens. Mais, décrite comme « une œuvre d’art peuplable [sic] »3, elle consacre plutôt la notion d’œuvre élargie, en complémentarité réciproque avec son public. an Exhibit inclut en effet les spectateurs à son dispositif jusqu’à ne pas être achevée sans leur présence et intervention ; ce faisant, elle leur offre un environnement à « peupler » et comble un manque de sociabilité. Une exposition, rappelle l’artiste conceptuel Martin Beck dans son stimulant essai4, a besoin d’une forme pour rendre visible la structure relationnelle qui la constitue. Mais elle est aussi une forme discursive, constituée par les débats et interprétations qui se déploient dans le temps, jamais achevée au moment de sa présentation immédiate. La particularité d’an Exhibit est de rendre manifeste cette forme dynamique et inachevée puisque son projet repose sur un manque, sur ce désir d’être « peuplée ». D’offrir par l’art une structure de sociabilité paradoxale : abstraite, porteuse de la logique cartésienne et disciplinaire de la grille, mais aussitôt sapée par l’absence de toute « information » à communiquer, par son libre jeu improvisé. Selon Beck, l’espace de cet être-ensemble reste à jamais irréalisable, à l’image de la rencontre fantomatique entre les reflets incomplets et décomposés qui « peuplent » ce labyrinthe visuel et perceptuel de formes abstraites et de matériaux industriels. Entre devenir potentiel et impossible réalisation, an Exhibit expose à la fois le désir d’intervention de l’art et ses pouvoirs limités en matière de changement social. Une tension qui, loin d’être contreproductive, contribue à son attrait aujourd’hui.

  • 5  Crippa, Elena. « Designing Exhibitions, Exhibiting Participation », Exhibition, Design, Participat (...)
  • 6 Ibid., p. 27
  • 7  Ibid., p. 22
  • 8  Entretien de Victor Pasmore par Leif Sjöberg, 1960, Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhibit (...)
  • 9  Crippa, Elena. « Designing Exhibitions, Exhibiting Participation », Op. cit., p. 17
  • 10 Ibid., p. 29
  • 11 Ibid., p. 70-72; Lawrence Alloway, « The Spectator’s Intervention » (1955), originellement paru en (...)
  • 12  Hatherley, Owen. « Our Friends in the North », Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhibit’ 195 (...)

3an Exhibit, c’est aussi l’étonnante rencontre entre les utopies de transformation collective de la vie propres à l’abstraction, ses tentatives d’apprivoiser l’industrie par un art supra-individuel, et la reproductibilité paradigmatique du Pop art, sa sensibilité pour une signification stratifiée, volontairement troublante. Un des atouts de cet ouvrage est précisément de désenclaver an Exhibit de la tutelle du Pop art britannique et de l’artiste unique (Richard Hamilton). L’essai principal d’Elena Crippa5, riche et détaillé, suit de près les parcours de ses trois concepteurs-organisateurs, en amont et en aval de cette collaboration, en décortique les points d’intérêt communs, tout en inscrivant an Exhibit dans l’histoire de la Grande-Bretagne après la Seconde Guerre mondiale, de son système d’éducation artistique et d’art public, de ses pratiques d’exposition artistiques et commerciales. Une place importante revient à l’abstraction constructiviste britannique et à Victor Pasmore en particulier. Ce parti pris n’instrumentalise pas an Exhibit ni n’en fait un enjeu politique mais redonne de l’importance à des éléments en apparence contingents. Il en va ainsi du département d’art de Newcastle upon Tyne où Hamilton et Pasmore enseignaient dans les années 1950 et dont la marginalité géographique a favorisé une liberté d’expérimentation inédite ailleurs et rendu possible an Exhibit ou, deux ans plus tôt, Man, Machine, and Motion, alors même que l’ICA de Londres avait refusé de s’engager financièrement dans leur réalisation6. En mettant l’accent sur le cadre des écoles d’art et sur le métier d’enseignant, Crippa fait ressortir un contexte artistique où l’échange, la collaboration et la transmission priment sur l’objectif d’une œuvre définitive ou autosuffisante, où les catégories « Pop art » et « abstraction » touchent à leur limite. an Exhibit recoupe les préoccupations pédagogiques et artistiques de Hamilton et Pasmore, leur intérêt commun pour l’œuvre comme objet cognitif (objet à regarder et pour regarder, pour le Duchampien Hamilton7 ; un « objet réel »8, un « objet-sujet »9 pour le moderniste Pasmore), pour l’extension de l’œuvre vers l’environnement, pour la notion de sérialité ou encore, pour les ouvrages et l’enseignement de László Moholy-Nagy ou de Paul Klee10. La notion de participation est un autre point de convergence des trois coorganisateurs, même si son champ de signification reste vaste, allant d’un principe artistique majeur pour Lawrence Alloway qui en fait l’éloge dans « L’intervention du spectateur » et qui – dans an Exhibit comme plus tard dans l’exposition Place en 1959 – y voit le pendant à un art désormais fondé sur des protocoles de création11, jusqu’à l’intervention de l’art dans l’espace public, trait distinctif des projets architecturaux de Victor Pasmore, depuis ses reliefs muraux des années 1950 jusqu’à la structure asymétrique et dynamique du pavillon Apollo (1954-1969) destiné à l’usage des habitants du village minier de Peterlee12. an Exhibit rejoint ainsi l’histoire parallèle de l’architecture publique et de l’aménagement urbain à une période où l’art, soutenu en partie par les pouvoirs publics, rêvait d’affranchir les rapports quotidiens à l’espace en créant des conditions d’expérience multidimensionnelles et dynamiques.

  • 13  Lotery, Kevin. « an Exhibit/an Aesthetic: Richard Hamilton and Postwar Exhibition Design », Octobe (...)

4Les histoires narrées dans cet ouvrage sont multiples et riches en ouvertures même si l’on peut regretter qu’elles ne conduisent pas à problématiser la notion de « design » en dehors du contexte britannique, à en dénouer les liens ou les ruptures avec des projets contemporains ou antérieurs (De Stijl vient à l’esprit). Le livre aurait aussi gagné à inclure des lectures plus polémiques comme celle, récente, de Kevin Lotery pour qui an Exhibit ripostait – non sans ambiguïtés – au fleurissement du design d’expositions comme technologie d’organisation sociale dans le contexte idéologique de production industrielle d’après-guerre13.

Haut de page

Notes

1  Des critiques du versant londonien d’an Exhibit figurent dans : Massey, Anne. Muir, Gregor. Institute of Contemporary Arts 1946-1968, Londres : ICA, 2014, p. 123-124

2  Selon Richard Hamilton, Collected Words, 1953-1982, New York : Thames & Hudson, 1982, p. 26

3  « A populable art work », définition issue de la chronologie des activités de l’ICA de Londres dans : Massey, Anne. Muir, Gregor. Institute of Contemporary Arts 1946-1968, Op.cit., p. 184

4  Beck, Martin. « Revisiting the Form of ‘an Exhibit’ », Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhibit’ 1957 and Related Projects, Londres : Afterall, 2016, (Exhibition Histories), p. 204-215

5  Crippa, Elena. « Designing Exhibitions, Exhibiting Participation », Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhibit’ 1957 and Related Projects, Op. cit., p. 12-75

6 Ibid., p. 27

7  Ibid., p. 22

8  Entretien de Victor Pasmore par Leif Sjöberg, 1960, Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhibit’ 1957 and Related Projects, Op. cit., p. 174

9  Crippa, Elena. « Designing Exhibitions, Exhibiting Participation », Op. cit., p. 17

10 Ibid., p. 29

11 Ibid., p. 70-72; Lawrence Alloway, « The Spectator’s Intervention » (1955), originellement paru en français, traduction anglaise dans Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhibit’ 1957 and Related Projects, Op. cit., p. 170-172

12  Hatherley, Owen. « Our Friends in the North », Exhibition, Design, Participation. ‘an Exhibit’ 1957 and Related Projects, Op. cit., p. 188-203

13  Lotery, Kevin. « an Exhibit/an Aesthetic: Richard Hamilton and Postwar Exhibition Design », October, n° 150, automne 2014, p. 87-112

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elitza Dulguerova, « an Exhibit sous le prisme de la sociabilité : participation du spectateur, intervention urbaine et autres fantômes », Critique d’art [En ligne], 47 | Automne / Hiver 2016, mis en ligne le 30 novembre 2017, consulté le 18 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23289 ; DOI : 10.4000/critiquedart.23289

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals