Navigation – Plan du site
2016

Patrick Bernier & Olive Martin : je suis du bord

Elitza Dulguerova
Patrick Bernier & Olive Martin : je suis du bord
Patrick Bernier & Olive Martin : je suis du bord

Paris : Ed. du Jeu de Paume ; Bordeaux : capcMusée d’art contemporain, 2016, 57p. ill. en noir et en coul. 21 x 16cm, fre/eng

Biogr.

ISBN : 97829877212298. _ 14,00 €

Textes d’Heidi Ballet, P. Bernier, Kossi Efoui, O. Martin

Haut de page

Texte intégral

1« Tout événement vient au monde par deux chemins : le chemin de l’aller, qui est celui des faits, et le chemin du retour, où les faits se transforment en chansons, paraboles, mythes, blagues, proverbes, prophéties, images, rites » (p. 18) : ainsi commence l’essai de l’écrivain franco-togolais Kossi Efoui, invité par Patrick Bernier et Olive Martin à intervenir dans le catalogue de leur exposition au CAPC de Bordeaux et à la Maison d’art Bernard Anthonioz à Nogent-sur-Marne, une initiative hors les murs du Jeu de Paume. Si un événement n’est pas mis en récit ou en représentation, prévient l’essayiste, il reste suspendu, tel un fantôme, et hante les gens qui se trouvent sur ses lieux. Cette parabole décrit bien le travail de Patrick Bernier et Olive Martin où des événements vécus ou oubliés, souvent liés au passé colonial de la France et à ses résurgences aujourd’hui, trouvent résonance dans le présent grâce à la parole d’un tiers : narrés par la conteuse Myriame El Yamani dans Bienvenue chez nous (2006), débattus par les avocats Sébastien Canevet et Sylvia Preuss-Laussinotte dans X. c./ Préfet de ... ; Plaidoirie pour une jurisprudence (2007), partagés par le public et les artistes lors d’une partie d’échecs aux règles transformées dans L’Echiqueté (2012). Ce catalogue présente deux de leurs récents films : l’un captant la vie quotidienne du Mémorial de l’esclavage à Nantes, l’autresuivant les activités à bord d’un paquebot au moment même où de nombreux réfugiés d’Afrique et d’Asie font naufrage dans la Méditerranée. « Je suis du bord », cette phrase empruntée au roman Le Nègre du « Narcisse » de Joseph Conrad, vient sceller l’appartenance des deux artistes – et indirectement la nôtre – à cette histoire commune, inégale et irrésolue, qui va de la traite négrière à nos jours. Les photogrammes fragmentés qui chevauchent les pages sont autant de métaphores de l’impossibilité de loger dans le passé cette histoire qui ne cesse de ressurgir dans le présent. Sans porter jugement, les artistes réfléchissent en dialogue autant avec la commissaire Heidi Ballet qu’avec un réseau de références littéraires et historiques qui interpellent, telle cette liste de noms de navires de traite : La Société, Le Juste, L’Amitié, La Réussite, L’Espérance, La Valeur, L’Europe… Contrairement à ces mots-boucliers qui (nous) protègent des événements intempestifs, le travail de Patrick Bernier et Olive Martin prend le temps d’ouvrir des brèches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Elitza Dulguerova, « Patrick Bernier & Olive Martin : je suis du bord », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23471

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals