Navigation – Plan du site
2016

Sophie Calle, Des histoires vraies

Ophélie Naessens
Des histoires vraies
Sophie Calle, Des histoires vraies

Arles : Actes Sud, 2016, 111p. ill. en noir et en coul. 20 x 11cm

ISBN : 9782330062972. _ 18,50 €

Réédition

Haut de page

Texte intégral

1La cinquième édition Des histoires vraies. 50 récits, ouvrage dont la première version parut en 1994, enrichit la précédente de nouveaux textes marqués par le décès des parents de l’artiste, Monique et Bob(auquel est dédié cet opus). à travers cette suite d’épisodes majeurs ou apparemment anodins déployés en double page (une photographie/un texte), nous retrouvons Sophie Calle comme nous retrouverions une vieille connaissance, avec plaisir et connivence, plongeant dans l’enchevêtrement entre œuvre et intimité, caractéristique de l’art de la narratrice. Tous les motifs centraux de son œuvre sont présents : la relation amoureuse, la symbolique de l’objet, le rapport au corps et à la sexualité. Se succèdent ainsi des portraits d’histoires d’amour dessinés à travers les rencontres (effectives ou fantasmées), les (vrai/faux) mariages, les passions, les disputes et les ruptures. Les objets qui jalonnent l’histoire de l’auteur défilent sous nos yeux ; gris-gris (« Le dé », « Le drap »), objets-souvenirs (« Le portrait », « La chaussure rouge »), moteurs de création (« La lettre d’amour », « Le lit ») ou reliques (« La robe de mariée », « La girafe »). Certains récits livrent par ailleurs des clefs de compréhension quant à quelques pièces de l’artiste telles que No Sex Last Night (1992), Chambre avec vue (2002), Voyage en Californie (2003), Rachel, Monique (2010). Le corps même de l’artiste n’est pas épargné par les confidences, tour à tour objet de désir, d’obsession ou de frustration (« Le nez »,« Le strip-tease »,«Les seins », « Le cou »). Sophie Calle se dévoile à travers les rôles de son existence – enfant, fille, modèle, amante, épouse –, entre anecdote caustique et fulgurance émotionnelle. Dans les deux dernières sections, l’auteure rend hommage à ses parents en revenant sur ses derniers moments à leurs côtés et, jusque dans le deuil, l’artiste ne se départit pas d’un humour cynique qui confine parfois à la poésie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ophélie Naessens, «  Sophie Calle, Des histoires vraies », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 21 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23498

Haut de page

Auteur

Ophélie Naessens

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals