Navigation – Plan du site
2016

Miquel Barceló : sol y sombra

Rodolphe Cosimi
Miquel Barceló : sol y sombra
Miquel Barceló : sol y sombra

Arles : Actes Sud ; Paris : Bibliothèque nationale de France : Musée national Picasso-Paris, 2016, 224p. ill. en noir et en coul. 26 x 20cm

ISBN : 9782330060329. 9782717727005. 9791093056081

Sous la dir. d’Emilia Philippot, Cécile Pocheau Lesteven. Préf. de Laurent Le Bon, Bruno Racine. Textes de Marie-Laure Bernadac, Alberto Manguel

Haut de page

Texte intégral

1Si Miquel Barceló est considéré comme l’une des figures majeures de l’art contemporain, c’est que son œuvre est déroutante tant par la capacité de renouvellement dont elle a fait preuve depuis plusieurs décennies que par le foisonnement des voies d’expression picturale et plastique qu’elle a su engendrer. Construite au fil des années à travers les techniques du dessin, de l’aquarelle et de la peinture, l’œuvre protéiforme de l’artiste espagnol s’est prolongée à travers différents médiums comme la poterie, la sculpture, l’édification de réalisations monumentales ou encore de décors pour la scène. Elargissant sans cesse son champ d’expérimentation, l’artiste investit tous les domaines de l’art. A l’occasion de la double exposition que la Bibliothèque nationale de France et le Musée national Picasso-Paris ont consacré à l’artiste dans le courant de l’année 2016, les éditions Actes Sud ont publié un élégant ouvrage intitulé Sol y sombra, titre faisant directement référence au monde de la tauromachie mais également à l’iconographie et à l’approche de l’« animal », chères à l’artiste. Au fil des 220 pages qui composent ce catalogue de très bonne facture, le lecteur découvrira une large sélection de reproductions d’œuvres mais il pourra aussi en apprendre davantage sur la pensée de l’artiste, par le biais de plusieurs entretiens réalisés par Cécile Pocheau Lesteven, Alberto Manguel, Marie-Laure Bernadac ou encore Emilia Philippot. L’artiste y exprime ouvertement son intérêt pour la gravure, pour le détournement et l’expérimentation, mais aussi le rapport entre gravure et sculpture, soulignant la notion de plaisir et l’importance du geste, tous deux essentiels dans son travail. Au détour des questions qui lui sont posées, des points communs se révèlent entre Pablo Picasso et Miquel Barceló, notamment autour de l’atelier, de la nature morte, de l’animalité et de la tauromachie. L’artiste rappelle au lecteur les racines à l’origine de son lien à la peinture et à la céramique, apprise en Afrique, et raconte son attrait pour la réalisation d’œuvres monumentales. A l’issue de l’exposition, Miquel Barceló a effectué une donation de ses estampes et de ses livres d’artiste à la Bibliothèque nationale de France, et cet ouvrage nous restitue une grande part de la richesse de sa production et l’assurance d’une immersion profonde dans son univers si particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Rodolphe Cosimi, « Miquel Barceló : sol y sombra », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 24 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23533

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals