Navigation – Plan du site
2016

Christian Vium : ville nomade

Eléna Valdivieso
Christian Vium : ville nomade
Christian Vium : ville nomade

Arles : Actes Sud, 2016, 91p. ill. en noir et en coul. 29 x 23cm, fre/eng

ISBN : 9782330063047. _ 20,00 €

Textes d’Armelle Choplin, Diane Dufour

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Deleuze, Gilles. Guattari, Félix, « Introduction : Rhizome », in Capitalisme et Schizophrénie 2 : (...)

1L’oxymore qui compose le titre du livre Ville nomade suggère d’emblée sur quels jalons reposent le travail photographique de Christian Vium, récompensé par le prix HSBC pour la Photographie en 2016. A mi-chemin entre art et anthropologie, Christian Vium mène depuis 2009 un projet sur l’histoire de Nouakchott, capitale de la Mauritanie. Le panorama qu’il dresse de la ville est à la fois kaléidoscopique et contrasté. Erigée au milieu du désert en 1958 à la suite d’importantes sécheresses qui poussèrent des populations de nomades à venir s’y installer, la fondation de Nouakchott et son urbanisation progressive apparaissent symptomatiques de la métamorphose des villes subsahariennes depuis la vague de proclamations d’indépendance des années 1960. L’histoire récente de la capitale mauritanienne pourrait inciter, de prime abord, à se forger l’image d’une ville attractive et en plein essor. Pourtant, face aux photographies de Christian Vium, c’est davantage un sentiment de fragilité et de décrépitude qui priment, comme si la ville n’était que temporairement occupée et qu’il y avait urgence à quitter ce « désert urbain ». Armelle Chopin, dans le texte qui accompagne le catalogue (« Nouakchott, fiction urbaine », p. 5-7) propose le terme de « ville assemblage » (p. 6) pour traduire le caractère composite inhérent à cette capitale et figurer les éléments disparates qui la façonne. Se croisent en effet sur les photographies de Christian Vium aussi bien les marqueurs d’une société marginalisée que ceux d’un monde globalisé et connecté. Comme en écho à la ville de Nouakchott, le catalogue est lui aussi construit sur une idée d’assemblage en associant au travail photographique de l’artiste des images et des documents d’archives, des coupures de presse, des clichés extraits d’albums de famille et diverses sources écrites, parfois détachables du support même du catalogue. L’un de ces documents reprend un passage de l’ouvrage Capitalisme et Schizophrénie 2 : Mille Plateaux de Félix Guattari et Gilles Deleuze1, où les auteurs insistent notamment sur la possibilité de recartographier le monde et d’en repenser les réseaux en suivant la logique du rhizomeet du décentrement. Le catalogue et la lecture déhierarchisée qu’il suggère prolongent ainsi cette réflexion et viennent renforcer le parti pris photographique de Christian Vium qui, à l’heure de la course à l’urbanisation et des déplacements toujours plus massifs de population, apparaît plus que jamais d’actualité.

Haut de page

Notes

1  Deleuze, Gilles. Guattari, Félix, « Introduction : Rhizome », in Capitalisme et Schizophrénie 2 : Mille Plateaux, Paris : Minuit, 1980, p. 13-14

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléna Valdivieso, « Christian Vium : ville nomade », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 20 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23763

Haut de page

Auteur

Eléna Valdivieso

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals