Navigation – Plan du site
2016

Raymonde Carasco et Régis Hébraud à l’œuvre

Eléna Valdivieso
Raymonde Carasco et Régis Hébraud à l’œuvre
Raymonde Carasco et Régis Hébraud à l’œuvre

Aix-en-Provence : Presses Universitaires de Provence, 2016, 236p. 23 x 18cm, (Arts)

Bibliogr. Filmogr. Index

ISBN : 9791032000502. _ 20,00 €

Sous la dir. de Nicole Brenez, Corinne Maury

Haut de page

Texte intégral

1Fruit d’un important travail d’archives et d’un colloque organisé en mars 2014 à l’Ecole des hautes études en sciences sociales (EHESS, Paris) sous l’égide de Régis Hébraud, cet ouvrage s’intéresse au parcours et à l’œuvre méconnue, mais singulière, de la philosophe et cinéaste Raymonde Carasco. Très fouillé, il se compose des diverses interventions des participants au colloque qui, tour à tour, tentent d’approcher et de saisir les enjeux d’une œuvre foisonnante et inédite, opérée hors de tous circuits traditionnels. En 1975, année au cours de laquelle Raymonde Carasco soutient sa thèse de Doctorat intitulée La Fantastique des philosophes sur la pensée du montage dans le cinéma de Sergueï Einsenstein, celle-ci s’engage dans une recherche plus personnelle et envisage la possibilité d’une « écriture du voir » (p. 92-93) par le biais du cinéma. Elle entreprend pour ce faire un « voyage cinématographique » (p. 83), avec son époux Régis Hébraud, opérateur et monteur, qui la mène l’été suivant au Mexique sur les traces des Indiens Tarahumaras, peuple autarcique, retiré de la civilisation moderne et ayant conservé un mode de vie traditionnel. Cet événement est majeur et se répétera dix-huit fois jusqu’en 2001. Avec ses voyages, Raymonde Carasco souhaite poursuivre par l’image et sous une forme actualisée non seulement le travail engagé par Seirgueï Einsenstein dans les années 1930 pour son projet de film Que Viva Mexico !, mais aussi le travail littéraire d’Antonin Artaud et de son ouvrage emblématique Voyage au pays des Tarahumaras (1936). La démarche cinématographique de Raymonde Carasco, bien qu’elle s’y apparente, n’est pas d’ordre ethnographique, elle « se situe au-delà de l’enregistrement objectif des faits » (p. 166). Elle ne vise pas à cerner les caractéristiques d’un peuple, ses mythes, ses fêtes rituelles ou ses rites chamaniques. Son ambition est ailleurs, du côté de ce que certains qualifient dans l’ouvrage d’« événement » (p. 151), ou encore de « poïétique du cinéma » (p. 112). Nicole Brenez remarque que « le projet de Raymonde Carasco est d’inventer des formes descriptives fidèles à l’événement qu’est la rencontre avec le monde, envisagée à chaque instant dans la richesse inouïe et infinie de ses multiples mouvements physiques et psychiques » (« Raymonde Carasco, la pensée comme fête », p. 82). A travers ses réalisations -la filmographie en compte vingt-quatre au total-, dont elle consacre plus de la moitié à la fresque des Tarahumaras, Raymonde Carasco offre un modèle de cinéma inédit, qui lui permet de conjuguer, sur une période longue de trois décennies, son goût pour l’écriture, le montage et une certaine radicalité cinématographique. Cet ouvrage offre aujourd’hui et avec retard une reconnaissance critique à son œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eléna Valdivieso, « Raymonde Carasco et Régis Hébraud à l’œuvre », Critique d’art [En ligne], Toutes les notes de lecture en ligne, mis en ligne le 20 novembre 2017, consulté le 24 janvier 2018. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/23765

Haut de page

Auteur

Eléna Valdivieso

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals