Navigation – Plan du site
Traduction

An Exemplary Artwork

Gabriele Guercio
Traduction de Phoebe Clarke
L’Art n’évolue pas : l’univers immobile de Gino De Dominicis
Gabriele Guercio, L’Art n’évolue pas : l’univers immobile de Gino De Dominicis

Paris : Ed. du Regard, 2016, 156p. ill. en noir et en coul. 25 x 18cm

ISBN : 9782841053506. _ 28,00 €

lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original extrait de L’Art n’évolue pas : l’Univers immobile de Gino De Dominicis, Paris : Ed. du Regard, 2016, p. 9-19

© Les Editions du Regard, 2016. Tous droits réservés

Historien et théoricien de l’art italien, Gabriele Guercio est connu en France pour avoir co-dirigé l’ouvrage L’Art conceptuel, une perspective (Paris-Musées ; Musée d’art moderne de la Ville, 1989) et aux Etats-Unis pour avoir notamment publié le recueil d’écrits de Joseph Kosuth préfacé par Jean-François Lyotard (Art After Philosophy and After, 1966-1990, MIT Press, 1991). Auteur d’un ouvrage analysant les métamorphoses de la monographie depuis GiorgioVasari (Art as Existence: The Artist’s Monograph and Its Project, MIT Press, 2006), il a rédigé de nombreuses études sur l’art italien contemporain (voir par exemple Il confine evanescente: Arte italiana 1960-2010, MAXXI ; Electa Mondadori, 2010). Gabriele Guercio est un fin connaisseur de Gino De Dominicis, artiste dont l’œuvre ne bénéficie encore que d’une assez faible reconnaissance internationale, même s’il obtint en 1985 le prix international de la Biennale de Paris.

Personnalité complexe, Gino De Dominicis a construit une œuvre autour de convictions et de propositions fortement affirmées, telle celle, reprise par Gabriele Guercio dans le titre de son ouvrage, que « L’Art n’évolue pas », ou celle, également mise en œuvre par plusieurs pièces, d’une recherche de l’immortalité ou d’un contact avec l’éternité. C’est ainsi que le livre, en quatre chapitres, tente de répondre à ces questions : « la pratique artistique a-t-elle la capacité de perpétuer, sinon de réaliser, un désir d’immortalité ? Comment et pourquoi une œuvre d’art peut-elle répondre à l’impératif de se faire immortels ? » (Gabriele Guercio, p. 24). Associé un temps à l’Art conceptuel, Gino De Dominicis s’est relativement tenu à l’écart du monde artistique, jusqu’à sa mort en 1998, au point de ne plus autoriser de publications d’illustrations de ses travaux – interdiction qui s’est assouplie ensuite.

Nous avons choisi de publier l’extrait ci-dessous car l’auteur y effectue une description inédite d’un « scandale » qui agita la trente-sixième Biennale de Venise (1972). L’affaire fut occasionnée par l’installation intitulée Deuxième solution d’immortalité : l’univers est immobile. Connue seulement aujourd’hui par une « photo souvenir » (désignée comme telle par l’artiste) et des documents d’archives, coupures de presse ou photographies publiées et commentées par Gabriele Guercio, la pièce, qui comprend entre autres éléments la présence d’un jeune homme souffrant de trisomie 21, parut manifester un cynisme insupportable. Son auteur, Gino De Dominicis invita cependant le jeune homme en tant que représentant d’une autre forme d’intelligence et de rapport au monde, percevant différemment, se situant hors des perspectives communes. Le livre, qui traite de l’ensemble du travail de l’artiste, s’articule autour de l’analyse de cette pièce.

Véronique Goudinoux

/

Original text taken fromL’Art n’évolue pas : l’Univers immobile de Gino De Dominicis, Paris : Ed. du Regard, 2016, p. 9-19

© Les Editions du Regard, 2016. All rights reserved

Gabriele Guercio is an Italian art historian and theoretician, who is best known in France for having edited L’Art conceptuel, une perspective (Paris-Musées; Musée d’art moderne de la Ville, 1989), and in the United States for having published the collection of Joseph Kosuth’s writings, with a preface by Jean-François Lyotard (Art After Philosophy and After, 1966-1990, MIT Press, 1991). He is the author of a book that analyses the transformations of the monograph since Giorgio Vasari (Art as Existence: The Artist’s Monograph and Its Project, MIT Press, 2006), he has also written several studies of Italian contemporary art (for example Il confine evanescente: Arte italiana 1960-2010, MAXXI; Electa Mondadori, 2010). Gabriele Guercio is a specialist of Gino De Dominicis, an artist whose work has not reached international recognition yet, even though he was awarded the International prize at the 1985 Paris Biennial.

Gino De Dominicis was a complex character, who built his work around strongly asserted beliefs and propositions, such as “Art doesn’t evolve”, which Gabriele Guercio used as a title for his book, and the quest for immortality or a connection with eternity, which he carried out in several of his works. This is why the book, divided into four chapters, tries to answer the questions: “can artistic practice, if not realise, at least perpetuate a desire for immortality? How and why can a work of art respond to the imperative of becoming immortal?” (Gabriele Guercio, p. 24). Though he was at one time close to Conceptual circles, Gino De Dominicis stood relatively apart from the artistic world until his death in 1998, to the extent that he forbade the publication of any reproductions of his work, a restriction which relaxed with time.

The present excerpt was chosen for publication because it offers a new description of a “scandal” that disturbed the 36th Venice Biennial (1972). The incident was sparked by an installation, Second Solution of Immortality: The Universe Is Immobile. This piece, which now only exists as a “souvenir picture” (the expression used by Gino De Dominicis himself) and archives – press cuttings and photographs published and commented on by Gabriele Guercio –; seemed unbearably cynical as it involved, among other elements, the presence of a young man with Down’s syndrome. However, Gino De Dominicis had invited the young man as the representative of another form of intelligence and of a different relationship to the world, who perceived things differently, outside of shared perspectives. The book, which examines all of the artist’s work, is structured around the analysis of this piece.

Véronique Goudinoux

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en mai 2018.

Aperçu du texte

Venice, June 8th, 1972

With the very title of his work, ambitiously named Second Solution for Immortality: The Motionless Universe, and which he created for the XXXVIth Venice Biennial (1972), Gino ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriele Guercio, « An Exemplary Artwork », Critique d’art [En ligne], 48 | Printemps/été 2017, mis en ligne le 15 mai 2018, consulté le 16 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/25655 ; DOI : 10.4000/critiquedart.25655

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals