Navigation – Plan du site
Traduction

Le Groupe des jeunes artistes plasticiens, une seconde fois

Tadeusz Kantor et Mięczysław Porębski
Traduction de Dorota Felman
p. 68-78
Czas debat : antologia krytyki artystycznej z lat 1945-1954. Tome 1 : upowszechnianie kultury i mecenat państwowy. Tome 2 : realism i formalism. Tome 3 : wektory geografii artystycznej, reinterpretacje tradycji, sylwetki
Czas debat : antologia krytyki artystycznej z lat 1945-1954. Tome 1 : upowszechnianie kultury i mecenat państwowy. Tome 2 : realism i formalism. Tome 3 : wektory geografii artystycznej, reinterpretacje tradycji, sylwetki

Varsovie : Fundacja Kultura Miejsca : Akademia Sztuk Pieknych, 2016, 338p. 611p. 531p. 24 x 17cm

Index

ISBN : 9788364986017. 9788365455208. _ 20,00 €

Sous la dir. d’Agata Pietrasik, Piotr Slodkowski

lire aussi

Haut de page

Notes de la rédaction

Texte original extrait de Czas debat : Antologia krytiyki artystycznej z lat 1945-1954. Tom 2 : Realizm i formalizm, p. 108-119. Sous la dir. d’Agata Pietrasik et Piotr Słodkowski © Varsovie : Fundacja Kultura Miejsca : Akademia Sztuk Pieknych, 2016. Tous droits réservés

En faisant paraître, en 1946 dans la revue Twórczość (n°9, 1946), le texte-manifeste intitulé « Le Groupe des jeunes artistes plasticiens, une seconde fois », Tadeusz Kantor et Mięczysław Porębski entendent accompagner le cheminement dans l’après-guerre des jeunes artistes de Cracovie avec lesquels ils travaillent depuis les premières années de l’Occupation. Par le titre, ils veulent s’inscrire dans la lignée du premier groupe de Cracovie, constitué à la fin des années 1920 autour de jeunes artistes fréquentant l’académie des Beaux-arts de la ville. Après les expériences théâtrales menées dans la clandestinité, le peintre et homme de théâtre Tadeusz Kantor associe sa voix à celle de son ami, l’historien et critique d’art, Mięczysław Porębski de retour à Cracovie après avoir été arrêté pour conspiration, puis déporté en 1944 dans des camps de Russie et à Sachsen Hausen. Au moment où l’intelligentsia polonaise décimée par la guerre se rassemble progressivement, tous deux prônent un réalisme amplifié qui jette comme un pont entre l’abstraction (désignée aussi comme « abstractionnisme ») et l’art des primitifs modernes, entre l’héritage des avant-gardes et les exigences sur lesquelles les expériences de la guerre ont débouché. Nourris par les réflexions fondamentales des symbolistes polonais Witold Wojtkiewicz, Stanisław Wyspiański, Stanisław Ignacy Witkiewicz, mais aussi par celles de Vassily Kandinsky, de Kasimir Malevitch et de Władysław Strzemiński sur le lien de l’art à la réalité, rejetant ses déclinaisons naturalistes pour mieux affirmer combien l’art ne se cantonne pas au redoublement du monde visible par l’imitation, ils affirment la nécessité intrinsèque de l’art comme composant essentiel de la vision du monde. Il n’est question ni d’utopie ni de transformation de la société. L’urgence est de saisir combien sont graves l’écoute, l’attention au monde que requiert l’art et de reconnaître que la contemplation d’une œuvre ne peut jamais se faire impunément, puisqu’elle fait face au fruit de cette attention. Avant que le réalisme socialiste ne soit institué en Pologne en 1947, et que les politiques culturelles nées de la Guerre froide ne renforcent les oppositions entre la conception d’un art pur autonome autoréférentiel et celle d’un art social engagé aux prises avec l’histoire, Kantor et Porębski affirment une éthique fondamentale. En dépit des voies respectives que chacun suivra et des tensions dues aux conceptions idéologiques de l’art de l’époque, cette éthique irriguera leurs travaux et ceux des jeunes artistes qu’ils fréquenteront.

Mathilde Arnoux

/

Original text taken from Czas debat : Antologia krytiyki artystycznej z lat 1945-1954. Tom 2 : Realizm i formalizm, p. 108-119. Edited by Agata Pietrasik et Piotr Słodkowski © Varsovie : Fundacja Kultura Miejsca : Akademia Sztuk Pieknych, 2016. All rights reserved

When in 1946 Tadeusz Kantor and Mięczysław Porębski published the manifesto “Grupa Młodych Plastyków po raz drugi” [The Group of Young Visual Artists, A Second Time] in the periodical Twórczość (no.9, 1946), their intention was to accompany the post-war explorations of the young Krakow artists they had been working with ever since the first years of the Occupation. The title situated them in the continuity of the first Krakow group, that was built around young artists studying at the city's Fine Arts Academy at the end of the 1920s. After his clandestine theatrical experimentations, the painter and theatre director Tadeusz Kantor associated with his friend, Mięczysław Porębski, who was back in Krakow after having been arrested on charges of conspiracy, then deported in 1944 to camps in Russia and Sachsen Hausen. At a time when the Polish intelligentsia, which had been decimated by the war, was gradually re-forming, they both advocated an amplified form of realism, that would connect abstraction (also referred to as “abstractionism”) to primitive modern art, at the intersection of the Avant-garde and the demands produced by the war-time experiences. They were inspired by Polish symbolists Witold Wojtkiewicz, Stanisław Wyspiański, Stanisław Ignacy Witkiewicz as well as by Vassily Kandinsky, Kasimir Malevitch and Władysław Strzemiński and their fundamental reflexions on the relationship between art and reality, rejecting its naturalist aspects in order to assert the ways in which art was not limited to an imitative duplication of the visible world; emphasising, rather, the intrinsic necessity of art as an essential component of world views. This was neither about utopia or the transformation of society. What was urgently at stake here was to grasp how important the attention and mindfulness to the world required by art was, and to recognise that the contemplation of art can never happen with impunity, as it is always faced with the result of this attention. Before the institution of socialist realism in Poland in 1947 and the reinforcement by Cold War cultural policies of the opposition between pure, autonomous, auto-referential art versus socially conscious art dealing with history; Kantor and Porębski defended a fundamental ethic. Despite the directions they both took subsequently and the tensions due to the times' ideological conception of art, this ethic impregnated their works and those of the young artists with whom they associated.

Mathilde Arnoux

Extrait du texte

Ce document sera publié en ligne en texte intégral en novembre 2018.

Aperçu du texte

Pro domo sua

La situation est dorénavant suffisamment mûre pour qu’un tel titre soit justifié, mais aussi indispensable. Justifié dans un cercle d’actions en train de se constituer, d’intentions et ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Tadeusz Kantor et Mięczysław Porębski, « Le Groupe des jeunes artistes plasticiens, une seconde fois », Critique d’art, 49 | 2017, 68-78.

Référence électronique

Tadeusz Kantor et Mięczysław Porębski, « Le Groupe des jeunes artistes plasticiens, une seconde fois », Critique d’art [En ligne], 49 | Automne/hiver 2017, mis en ligne le 21 novembre 2018, consulté le 17 décembre 2017. URL : http://journals.openedition.org/critiquedart/27129 ; DOI : 10.4000/critiquedart.27129

Haut de page

Droits d'auteur

EN

Haut de page
  • Logo Les Archives de la critique d’art
  • OpenEdition Journals